Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1001 - Ruisseau des Grosses Fontaines

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Virton
Cantonnements DNF :Virton
Surface :9.95 ha
Coordonnées :X Lambert : 240228 - Y Lambert : 23605
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le ruisseau des Grosses Fontaines est un très petit cours d'eau gaumais prenant sa source non loin de la frontière française, dans le bois de Grandcourt. La partie forestière est particulièrement intéressante sur le plan botanique puisqu'on y rencontre une frênaie rivulaire ainsi qu'une forêt de ravin renfermant la langue de cerf (Asplenium scolopendrium) très rare en Lorraine. L'avifaune est remarquable par la présence de plusieurs espèces de rapaces (autour des palombes, bondrée apivore, etc.).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M0 - Lorraine belge
  • M1 - Gaume

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Ruette9.86 haVIRTONLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Virton9.88 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

A compléter

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Virton, 17, rue Croix Le Maire, 6760 Virton (Tél. : 063/58.86.40 - Fax : 063/58.86.45).

Biotopes

Biotopes Corine

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
44.311Aulnaies-frênaies à laîches

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Accipiter gentilisOuiNonCollectif (1990)
Accipiter nisusOuiNonCollectif (1990)
Dendrocopos mediusOuiNonCollectif (1990)
Falco subbuteoOuiNonCollectif (1990)
Milvus migransOuiOuiCollectif (1990)
Milvus milvusOuiOuiCollectif (1990)
Pernis apivorusOuiNonCollectif (1990)
Scolopax rusticolaNonNonCollectif (1990)
Plantes - Plantes supérieures
Asplenium scolopendriumG.-H. Parent
Dipsacus pilosusG.-H. Parent
Geum rivaleG.-H. Parent
Lamium maculatumG.-H. Parent
Scrophularia umbrosaG.-H. Parent

Commentaires sur la faune

Les bois de la côte bajocienne abritent Accipiter gentilis, Pernis apivorus, Scolopax rusticola, Falco subbuteo, Accipiter nisus, Milvus milvus, M. migrans, Dendrocopos medius (I.R.S.N., 1990).

Commentaires sur la flore

Données à compléter.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

A compléter

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

Le ruisseau des Grosses Fontaines conflue avec le ruisseau de l'Aulnaie dans le village de Ruette, formant ainsi le ruisseau de Chamel qui se jette dans la Vire (bassin de la Meuse) à l'est de Latour. Son cours est orienté sud-nord et s'étend sur moins de 4 km.

La source se situe dans la zone de contact entre les calcaires bajociens et les marnes toarciennes.

Description biologique

Le ruisseau des Grosses Fontaines est de type incrustant. Les bryophytes et les algues bleues caractéristiques des tufs s'y retrouvent.
Le lit de la rivière est occupé, dans sa partie amont, par une frênaie à Carex remota. D'après SOUGNEZ (1967, pp. 94-95), les strates arborée et arbustive sont constituées de Fraxinus excelsior, Alnus glutinosa, Corylus avellana, Viburnum opulus, Salix x multinervis, Quercus robur, Acer pseudoplatanus, Cornus sanguinea, Ulmus glabra, Euonymus europaeus, Sorbus aucuparia, Ligustrum vulgare;
Le tapis herbacé est caractérisé par Carex remota. On note également :
- des espèces nitro-hygrophiles de l'Alno-Ulmion : Festuca gigantea, Rubus caesius, Stachys sylvatica, Silene dioica, Impatiens noli-tangere, Adoxa moschatellina, Ranunculus ficaria, R. repens, Rumex conglomeratus, Geum rivale;
- des hygrophytes tels que Veronica beccabunga, Glyceria fluitans, Scrophularia umbrosa, Caltha palustris, Mentha aquatica;
- des éléments de mégaphorbiaie comme Filipendula ulmaria, Cirsium oleraceum, Deschampsia cespitosa, Valeriana repens, Angelica sylvestris, Cardamine pratensis, Equisetum palustre, Epilobium hirsutum;
- des espèces mésophiles des Querco-Fagetea : Geranium robertianum, Brachypodium sylvaticum, Galium odoratum, Ranunculus auricomus, Paris quadrifolia, Arum maculatum, Primula elatior, Hedera helix;
- diverses espèces compagnes : Ajuga reptans, Oxalis acetosella, Poa trivialis, Lonicera periclymenum, Dryopteris carthusiana, etc.
Bryophytes : Brachythecium rivulare, Eurhynchium swartzii, E. striatum, Mnium undulatum, Cratoneuron filicinum, Mnium affine, Lophocolea bidentata, Calliergonella cuspidata, etc.
PARENT (1969) note la présence dans le vallon de Dipsacus pilosus, Veronica montana, Scrophularia umbrosa, Veronica anagallis-aquatica, Glyceria notata, Pimpinella major, etc.
Sur les coulées pierreuses, une remarquable forêt de ravin s'est developpée. Sous les frênes, les ormes de montagne et les érables sycomores, on trouve quelques frondes d'Asplenium scolopendrium (station déjà connue par VERHULST).
Diverses espèces rares furent jadis citées du site (cf. DETHIOUX 1967) mais on ignore si elles existent encore aujourd'hui. C'est le cas de Rhynchospora fusca, Drosera intermedia, Schoenus nigricans, Silaum silaus, Polystichum aculeatum ainsi qu'une forme de Dryopteris filix-mas très proche de D. x tavelii. Ribes nigrum, présent dans certaines érablières de ravin de la Chiers, semble manquer ici. Mercurialis perennis, Senecio ovatus, Lamium maculatum ne sont pas rares.
Le peuplement bryophytique de cette forêt de ravin est fort riche : on y observe notamment Mnium undulatum et Thamnium alopecurum abondamment fertiles.
Ce groupement est exceptionnel pour le Jurassique, alors qu'il est fréquent dans la vallée de la Chiers toute proche. Dans une synthèse récente consacrée aux forêts du Jurassique, SOUGNEZ (1967) ne le mentionne pas.
En bordure de route, on note l'hybride Cirsium oleraceum x palustre, en présence des deux parents (obs. LAWARLEE). On observe aussi en maints endroits les chloroses intervénales typiques de nombreux arbustes, l'excès de calcaire provoquant une carence relative en fer et en magnésium.

Monument naturel

PARENT (1968) a décrit les phénomènes karstiques de la côte bajocienne. ' Des poches de dissolution se trouvent sur le plateau de la côte bajocienne entre les altitudes de 340-355m (bois de Guéville) et de 375-385m (bois de la Côte). Les phénomènes les plus remarquables se situent au-dessus de Saint-Mard. On y observe des dolines circulaires très régulières dessinant de vastes entonnoirs où s'écoulent les eaux. Un aven de 18m de profondeur existe également. L'eau qui s'enfonce dans ces dolines et dans cet aven circule dans le calcaire bajocien fortement diaclasé pour ne réapparaître qu'au niveau des suintements dispersés en éventail qui constituent les sources du ruisseau du Brusel, celles du ruisseau de l'Herba et celles de l'Aulnaie et du ruisseau des Grosses Fontaines. Ces trois zones de suintements se situent respectivement aux altitudes de 295m, 325m et 310m. Il s'agit donc en fait de résurgences. La plus proche des dolines est celle des sources du Brusel. L'eau qui en sort a donc percolé à travers toute l'épaisseur du calcaire bajocien, sur près de 85m. Les sources sont en réalité à la fois des résurgences (sources vauclusiennes) puisqu'il y a parcours souterrain, et des sources d'affleurements vu leur localisation au niveau du contact du calcaire et des marnes sous-jacentes. '

Monument historique

Le vallon des Grosses Fontaines abritait autrefois des forges dont les vestiges sont encore visibles aujourd'hui.

Histoire du site

D'après la carte de Ferraris, le site était occupé à la fin du 18ème siècle par des bois et des prairies; Le site du ' Fourneau ' figure déjà sur cette carte.

Divers

Sources

ZHIB

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994).