Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

105 - La Cussignère

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Cussignière
Communes :Musson
Cantonnements DNF :Virton
Surface :67.56 ha
Coordonnées :X Lambert : 243746 - Y Lambert : 27861
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le marais de la Cussignière est situé en Lorraine, de part et d'autre de la frontière séparant la Belgique de la France. Il appartient aux territoires des communes de Musson (B), Gorcy et Ville-Houdlémont (F) et occupe une vaste plaine formée par la confluence entre la Batte et un de ses affluent en rive gauche, le ruisseau de Cussigny, entre les village de Baranzy et Signeulx. Les habitats présents comprennent roselières, caricaie, prairies mésophiles fauchées ou pâturées ainsi que différents milieux forestiers feuillus. Le site accueille une avifaune nicheuse diversifiée (traquets, fauvettes, bruants, pies grièche, bécassines, râle d'eau, canards, ...) et présente un très bel ensemble paysager. (Joëlle Huysecom).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M0 - Lorraine belge

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Bleid2.78 haVIRTON (partim ???)LUXEMBOURG
Musson60.55 haMUSSONLUXEMBOURG
Mussy-la-Ville2.23 haMUSSONLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Virton66.47 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Oui  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
94Marais de la Cussignière68,29 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNon
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
2012S. Bocca
Anas creccaNonOuiHivernant-migrateur2010H. Baltus
Anthus pratensisOuiOui4 ex.2012J.-P. Rolin
Ardea albaOuiNonHivernant-migrateur2010H. Baltus
Buteo buteoOuiNon
Cettia cettiOuiNon
Circus cyaneusOuiOui
Circus pygargusOuiOui
Emberiza schoeniclusOuiNonNicheur (1 couple)2009H. Baltus
Falco tinnunculusOuiNon
Fulica atraNonNonHivernant-migrateur2010H. Baltus
Grus grusOuiNonMigrateur
Jynx torquillaOuiOui
Lanius collurioOuiNon2 ex.2012M. Gillard
Lanius excubitorOuiOui2001R. Dujardin
Limosa limosaOuiNonMigrateur
Locustella luscinioidesOuiOuiCantonnement (1 ex.)2008S. Bocca
Milvus migransOuiOui
Milvus milvusOuiOui
Oriolus oriolusOuiOui
Picus viridisOuiNonNicheur probable2009H. Baltus
Rallus aquaticusOuiNon2013J.-P. Rolin
Saxicola rubetraOuiOui3 ex.2011P. Pierre
Saxicola torquatusOuiNon2012B. Calembert
Serinus serinusOuiOui
Upupa epopsOuiOuiMigrateur
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon
Lacerta agilisOuiOui
Zootoca viviparaOuiNon
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
3 ex.2011P. Collaerts
Brenthis inoNonNon2013S. Pierret
Lycaena tityrusNonNon2011P. Collaerts
Melanargia galatheaNonNon5 ex.2013S. Pierret
Polyommatus semiargusNonNon2003GT Lycaena (Ph. Goffart)
Invertébrés - Insectes - Libellules
Calopteryx virgoNonNonG.T. Gomphus
Coenagrion mercurialeOuiOui2003AG.T. Gomphus (R.-M. Lafontaine)
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Chrysochraon dispar1994Goffart Ph.
Conocephalus dorsalis1994Goffart Ph.
Oedipoda caerulescens10 au stage imago2013S. Pierret
Stethophyma grossum1994Goffart Ph.
Plantes - Plantes supérieures
Carex acuta
Carex vesicaria
Lathyrus aphaca
Rumex hydrolapathum
Scrophularia umbrosa

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 2

Commentaires sur la faune

Le site voit la nidification du busard cendré. Deux couples de cet oiseau rare ont niché en avril 1990 encore, mais dérangé par un groupe de jeunes gens arrivés en jeep, ils ont quitté les lieux. Circus pygargus semble avoir fortement régressé depuis la protection du site. En effet, dans la période 1967-1970, plusieurs couples installèrent des nids dans la réserve, élevant de nombreux jeunes. Depuis le nombre de couples présents dans la réserve n'a cessé de régresser et les nidifications n'ont cessé de décroître avec le triste épilogue de 1990.
A côté de cet oiseau exceptionnel le marais et les bois avoisinants abritent Circus cyaneus, Falco tinnunculus, Buteo buteo, Milvus milvus, M. migrans, Rallus aquaticus, Lanius excubitor, L. collurio, Cettia cetti, Saxicola torquata, S. rubetra, Serinus serinus, Jynx torquilla, Oriolus oriolus, etc. Lors des migrations, Grus grus, Limosa limosa, Upupa epops ont été observés (d'après Saintenoy-Simon, 1994).

Mammifères (M. Henrion, 1998) :
Le blaireau (Meles meles) et le ragondin (Myocastor copus) fréquentent le site.

Avifaune nicheuse (RM. Lafontaine, 1998) :
Rallus aquaticus, Cuculus canorus, Oriolus oriolus, Jynx torquilla, Lanius colllurio, Luscinia megarhynchos, Locustella naevia, Acrocephalus palustris, Emberiza schoeniclus, Sylvia curruca, Sylvia communis, Sylvia borin et Sylvia atricapilla.
Le torcol (2 à 3 cantonnements en 1998) a récemment recolonisé le site. Par contre, le traquet tarier (Saxicola rubetra) a récemment disparu (dernière nidification en 1997)

Herpétofaune (RM. Lafontaine, 1998) :
Le triton alpestre (Triturus alpestris), la grenouille rousse (Rana temporaria), la grenouille verte (Rana esculenta), l'orvet (Anguis fragilis) et le lézard vivipare (Lacerta vivipara) fréquentent le site. Le lézard des souches (Lacerta agilis) serait présent en bordure de la ligne de chemin de fer (donnée JP. Jacob, 1998).

Odonates (RM. Lafontaine, 1998) :
Calopterix virgo, Pyrrhosoma nymphula, Ischnura elegans.

Lepidoptères (P. Goffart, 1994) :
Le marais de la Cussignière constitue le dernier site en Région Wallonne à accueillir le cuivré des marais, Lycaena dispar ssp. carueli dans son habitat naturel.

Orthoptères (P. Goffart, 1994) :
Chrysochraon dispar, Conocephalus dorsalis, Mecosthetus grossus, Pholidoptera griseoaptera, Tettigonia viridissima

Commentaires sur la flore

Espèce remarquable : Scrophularia umbrosa subsp. neesii.
Carex vesicaria, Rumex hydrolapathum, Sparganium erectum
(source : observations RM. Lafontaine, 1998)

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Protection de Cyrcus pygargus.
Conservation d'un marais de grand intérêt ornithologique et entomologique. Le site abrite notamment une espèce de papillon très menacée, inscrite en Annexe 2 de la Directive européenne 92/43.

Menaces

''Situé en aval d'une usine métallurgique française (Gorcy), le ruisseau a subi, il y a quelques années, une pollution très importante à l'acide chlorhydrique. Des quantités considérables d'acide ont été libérées par erreur et ont traversé le marais pour terminer leur course dans la Vire où elles ont provoqué, on s'en doute, des dégâts piscicoles très graves' (les plus belles réserves naturelles de Belgique 1986). Actuellement cette menace a disparu. Comme tout marécage, la réserve a tendance à l'embroussaillement.
Pour la petite histoire, signalons qu'il y a quelques années l'armée partit en manoeuvre dans le site. Un char s'inlisa jusqu'à la tourelle, puis la grue amenée pour le désembourber connut le même sort, au grand amusement des villageois accourus pour voir le spectacle.

En absence de toute pratique agro-pastorale, on note une tendance naturelle du marais à l'embroussaillement.
Sur la partie française de la réserve subsiste une importante pression de chasse.
Les chasseurs interviennent dans le contrôle du niveau de l'eau côté français, contribuant davantage à l'assèchement du site côté belge. L'alimentation insuffisante en eau du site semble actuellement être la principale menace qui pèse sur son intérêt biologique en tant que marécage.
L'usage des prairies situées en bordure du site continue à s'intensifier. Un permis de creusement d'étang a de plus été obtenu (en zone noyau de ZPS !) malgré les avis négatifs remis par la Division Nature et Forêts, la commune de Musson et les RNOB. Cet étang est désormais creusé.

'

Recommandations

Les 'entrées sauvages' dans le site, le manque de panneaux 'Entrée interdite'. D'autre part, des parcelles enclavées dans le site ont été rachetées par des particuliers. Il faudrait absolument assurer la tranquillité du busard cendré s'il s'avisait de venir nicher encore dans la réserve. Il est indispensable de réaliser et de publier dans une revue sérieuse l'étude complète du site (botanique, ornithologique, entomologique,...).
Agrandissement et consolidation de la réserve naturelle par l'acquisition de parcelles supplémentaires.

Plan de gestion

Fauchage, débroussaillage par des groupes de jeunes, nettoyage du ruisseau d'écoulement. Il serait nécessaire de redresser le cours du ruisseau (le conservateur demande des travaux d'une durée de 8 jours, n'en obtient que 2).
Une proposition de gestion par hoovercraft faite jadis a été abandonné.

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Détails

Description physique

La réserve naturelle du marais de la Cussignière (Commune de Musson), se situe au sud-ouest du village de Baranzy, à 20 km au SW d'Arlon.
Le site se trouve sur la rive droite du ruisseau de Gorcy ou du Cussigny, petit affluent de la rive gauche de la Vire. Il se trouve sur les alluvions de ces deux ruisseaux. Il est longé au nord par la voie de chemin de fer d'Athus. Le ruisseau de Cussigny marque la frontière avec la France. Le site est entouré de prairies et de champs. Au sud, le sol se relève et l'on rencontre les assises du Virtonien et du Toarcien puis la cuesta bajocienne.
Le marais de la Cussignère est une des zones noyaux de la Zone de Protection Spéciale Bajocienne désignée en application de la Directive européenne 79/409 relative à la protection des oiseaux sauvages et de leurs habitats.
Le marais de la Cussignère a également été proposé par la Région Wallonne comme Zone Spéciale de Conservation en application de la Directive européenne 92/42 (Directive Faune-Flore-Habitats).

Description biologique

Sur base de relevés phytosociologiques effectués le 25 juillet 1990, le site est établi à l'endroit d'anciens prés de fauche retournés à l'état sauvage. Suivant le niveau du sol, la hauteur de l'eau, on observe une mosaïque de groupements végétaux très intriqués. On y distingue ainsi des éléments du Phragmition, du Filipendulion, du Magnocaricion, etc.
Un relevé établit dans une ancienne prairie montre un groupement du Filipendulion avec Angelica sylvestris (2.2), Epilobium hirsutum (2.2), Arrhenatherum elatius (2.2), Filipendula ulmaria (1.2-3.3), Lathyrus pratensis (2.2), Cirsium palustre (2.2), Valeriana repens (1.2), Urtica dioica (1.2), Galium aparine (1.2), Carex disticha (1.2), Lychnis flos-cuculi (+), etc. Localement s'étend une vaste population de Scirpus sylvaticus.

Une cariçaie (Caricetum distichae) regroupe Carex disticha (5.5), Juncus inflexus et J. effusus (1.2), Cirsium palustre (1.1), Scrophularia umbrosa subsp. neesii (1.2), Carex hirta (1.1), Rumex conglomeratus (1.1), Mentha aquatica (1.1), Caltha palustris, Iris pseudacorus, etc.
Une magnocariçaie à Carex acuta (Caricetum gracilis) occupe une grande partie du site, incluant quelques touradons de Carex paniculata. On y trouve également Epilobium parviflorum, Epilobium ciliatum, Calystegia sepium, ...
De vastes roselières à Typha latifolia (Typhetum latifoliae) occupent également le site. A côté de Typha latifolia (3.3), on y observe Lycopus europaeus (3.3), Epilobium hirsutum (1.2), Solanum dulcamara (1.2), Carex disticha (1.2), Mentha aquatica (1.2), Cirsium palustre (1.1), Rumex conglomeratus (1.1), Juncus effusus (1.2), etc. Un groupement à Phalaris arundinacea (Phalaridetum) existe également içi et là, ainsi que des jonchaies à Juncus effusus (Agropyro-Rumicion crispi).
Un ruisselet et des drains asséchés parcourent la réserve. On trouve le long de leurs bords Sparganium erectum, Rorippa palustris, Juncus articulatus, J. effusus var. compactus, Rumex hydrolapathum, Myosoton aquaticum, etc.
Des fourrés de saules se développent çà et là. Ils sont constitués de Salix alba, Salix x multinervis, Salix viminalis, Salix purpurea subsp. lambertiana, etc. (Salicion triandro-viminalis).
A proximité de l'abri du chemin de fer, notons également Achillea ptarmica, Hypericum desetangsii, Stellaria graminea, Galium mollugo, Tanacetum vulgare et des fourrés de Prunus spinosa. En dehors de la réserve, nous avons observé également Linaria repens, le long des voies de chemin de fer; Berula erecta dans un fossé situé en contrebas de la ligne de chemin de fer de Libramont; Bromus secalinus et Lathyrus tuberosus, en bordure d'un champ de froment. La voie de chemin de fer de Gorcy, maintenant à l'abandon, est bordée de nombreuses espèces ligneuses.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

D'après PETREMENT (1968) : 'il y a 20 ans environ (NDLR. en 1948), des prairies basses s'étendaient à l'endroit même du marais de la Gaume. A la sortie de l'hiver, une vanne située en amont du petit ruisseau qui borde la réserve était fermée. Les eaux débordaient du lit et trempaient les prairies. C'était alors le moyen employé pour faire donner à la terre une abondante récolte de foin en été. Peu à peu les méthodes de culture changèrent, les fauchées des prairies hautes furent mieux appréciées, les terres demandant beaucoup d'entretien (drainage, curage des rivières, etc) furent délaissées au profit de terres rentables. Le ruisseau, étalé en de nombreux méandres, s'engorgea d'alluvions, de racines d'arbres, déborda de son lit et d'année en année, avança de plus en plus loin pour atteindre finalement le pied du versant cultivé. Actuellement, l'ancien lit ne canalise plus qu'une faible quantité d'eau de moins en moins importante à mesure qu'il s'avance dans le marais. En effet, en plusieurs endroits, l'eau s'échappe en s'étalant et rejoint le fond de la vallée où un nouveau cours s'est formé'.

Biblio

, 1973, Le Marais de Gaume., RNOB, 20 : 32-33.
, 2009, Bon anniversaire, la Cussignière !, L'Echo des Réserves, 6: 14-15.
, 1994, Première contribution à l'étude du développement et du régime alimentaire des chenilles de Lycaena dispar en Lorraine belge., Mémoire de fin d'étude, Université Catholique de Louvain, 76 pp.
, 1986, Les plus belles réserves naturelles de Belgique., Reader's Digest, Bruxelles, 304 pp.
, 1980, Brèves nouvelles de la réserve de Gaume., RNOB, 27 : 83.
, 1980, La synécologie et la dynamique des végétations dans les biotopes humides, en vue d'une gestion écologique des paysages., Thèse de Doctorat, Fondation Universitaire Luxembourgeoise, Arlon, 3 tomes, 470 pp.
, 1969, Quelques sites à vocation scientifique du district jurassique en Belgique., Parcs nationaux, 24 : 3-17.
, 1970, Année 1969 au Marais de la Gaume., RNOB, 1969 : 107-110.
, 1967, La nidification du busard cendré (Cyrcus pygargus) en Lorraine belge en 1967., Aves, 4 : 80-87.
, 1968, Le Marais de la Gaume., RNOB, 1968 : 80-90.
, 1970, Le Marais de la Gaume., RNOB, 1970 : 58-60.
, 1971, Le Marais de la Gaume., RNOB, 1971 : 44-46.
, 1972, Le Marais de la Gaume., RNOB, 1972 : 46-48.
, 1974, Le Marais de la Gaume., RNOB, 21 : 62 pages.
, 1976, Le Marais de la Gaume. Historique., RNOB, 24 : 74-75.
, 1996, Les zones humides d'intérêt biologique de la Région wallonne., Publication du Ministère de la Région Wallonne, Division de la Nature et des Forêts, Namur, 63 pp.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB NATAGORA