Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1064 - Forêt St-Michel et vallée de la Masblette

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Nassogne, Saint-Hubert, Tenneville
Cantonnements DNF :Nassogne, Saint-Hubert
Surface :934.46 ha
Coordonnées :X Lambert : 222570 - Y Lambert : 84944
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Ensemble forestier remarquable composé essentiellement par la hêtraie à luzule blanche, hêtraie à grande fétuque, hêtraie à mélique et aspérule dans quelques fonds de vallées. En bas de versants, présence de la chênaie-charmaie. Le long de la Masblette, l'aulnaie-frenaie, la chênaie-charmaie, et l'érablière de ravin se partagent l'espace en fonction des conditions pédologiques et du relief. Présence du Pic mar, Pic noir, Gobemouche noir, Autour des palombes, Bondrée apivore, Cincle plongeur, Chat sauvage,... A signaler également la présence de la Cigogne noire nichant à proximité.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L3 - Ardenne centrale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Nassogne27.34 haNASSOGNELUXEMBOURG
Saint-Hubert722 haSAINT-HUBERTLUXEMBOURG
Tenneville185.12 haTENNEVILLELUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Nassogne664.41 haMarche-en-Famenne
Saint-Hubert270.05 haNeufchâteau

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Région wallonne - Commune de Saint Hubert

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Oui  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Nassogne, rue de Lahaut, 3, 6950 Nassogne (Tél.: 084/37.43.10. - Fax: 084/37.43.11).
Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Saint-Hubert, avenue Nestor Martin, 10A, 6870 Saint-Hubert (Tél. : 061/61.21.20. - Fax: 061/61.37.68).

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Felis silvestrisOuiNon
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Accipiter gentilisOuiNon
Ciconia nigraOuiOui1999
Cinclus cinclusOuiNon
Dendrocopos mediusOuiNon
Dryocopus martiusOuiNon
Ficedula hypoleucaOuiNon
Jynx torquillaOuiOuiCantonnement2004D. Vieuxtemps
Pernis apivorusOuiNon
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNon1994Lebrun Ph.
Bufo bufoOuiNon1998Moës Ph
Ichthyosaura alpestrisOuiNon1998Moës Ph
Lissotriton helveticusOuiNon1998Moës Ph
Lissotriton vulgarisOuiNon1999Lebrun Ph.
Rana temporariaOuiNon1998Moës Ph
Salamandra salamandraOuiNon1999Lebrun Ph.
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Natrix natrixOuiOui1994Lebrun Ph.
Zootoca viviparaOuiNon1999Lebrun Ph.
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Carabus arvensis1999Lebrun Ph.
Carabus auronitens1999Lebrun Ph.
Carabus coriaceus1999Lebrun Ph.
Carabus intricatusEteint ?1951Lebrun Ph.
Plantes - Plantes supérieures
Atropa bella-donna
Calamagrostis arundinacea2000Saintenoy-Simon J.
Cardamine bulbifera2000Saintenoy-Simon
Carex elongata2000Saintenoy-Simon
Carex paniculata2000Saintenoy Simon J.
Circaea x intermedia1999Saintenoy, Duvigneaud
Daphne mezereum2000Saintenoy-Simon
Dryopteris affinis subsp. borreri1999Saintenoy, Duvigneaud
Gymnocarpium dryopteris2000Saintenoy Simon J
Oreopteris limbosperma2000Saintenoy, Duvigneaud
Phegopteris connectilis2000Saintenoy-Simon J.
Polystichum aculeatum2000Saintenoy-Simon J.
Polystichum setiferum2000Saintenoy-Simon J.
Potentilla anglica2000Saintenoy-Simon J.
Ranunculus platanifolius
Sorbus aria2000Saintenoy Simon J
Trientalis europaea2000Verté P.
Plantes - Mousses
Sphagnum spp.2000
Mycètes - Champignons
Biatora meiocarpa1997ASerusiaux E.
Sphaerophorus globulus1997ASerusiaux E.
Mycètes - Lichens
Caloplaca lucifuga1997ASerusiaux E.
Gyalecta flotowii1997ASerusiaux E.
Menegazzia terebrata1997ASerusiaux E.
Micarea pycnidiophora1997ASerusiaux E.
Phaeographis inusta1997ASerusiaux E.
Pyrenula nitida1997ASerusiaux E.

Commentaires sur la faune

Rivière à truites fario.
Nombreux invertébrés d'eau douce (Trichoptères, Plécoptères, Ephéméroptères).
Présence d'Alcedo atthis, Cinclus cinclus, Motacilla cinerea.

Commentaires sur la flore

Espèce protégée : Ranunculus platanifolius.
Espèces intéressantes : Circaea intermedia, Cardamine bulbifera, Polystichum aculeatum, P. setiferum, Gymnocarpium robertianum, Phegopteris connectilis, Atropa bella-donna.
En ce qui concerne les lichens, plusieurs espèces extremement rares sont présentes sur le site, pour certaines il s'agit actuellement de la seule station encore connue dans le Benelux
Fragment tourbeux aux Abanages : zone de suintement avec Chrysosplenium oppositifolium, Cardamine amara (Verté P. - 1999)
Tourbières des Planettes: un des derniers lambeaux de forêt naturelle sur argile blanche. Trientale, linaigrette ... (Moës Ph., 1999).

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'un ensemble d'habitats et d'espèces forestiers et originaux

Menaces

La régénération naturelle herbacée et arbustive s'effectue très difficilement à cause de la pression trop importante des cervidés. Seul le hêtre parvient quelque peu à se développer dans les strates secondaires, car il est moins appété que les autres espèces.

Recommandations

Etant donné la grande richesse en terme d'habitats forestiers et d'espèces variées, un statut de réserve forestière devrait être attribué à ce vallon en y associant le vallon de la Diglette, d'intérêt écologique également très important.

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

La haute vallée de la Masblette est incluse dans la forêt domaniale de Saint-Michel. Elle collecte les eaux de plusieurs ruisselets aux eaux claires : le ri du Romarin, le ri du Pied de Boeuf, le ruisseau de la Bilaude (exutoire de la fagne du Rouge Ponceau, réserve naturelle domaniale, voir ci-après), le ruisseau de la Doneuse. Entre la zone où confluent ces ruisseaux et le Pont Collin, la rivière est entièrement forestière.

Elle traverse les assises du Siegenien (schistes, grauwackes et grès de Mirwart; grès d'Anor et de Bastogne) dans lesquels elle forme une vallée encaissée, à la plaine alluviale étroite, portant de très beaux arbres.

La Masblette s'y faufile entre les ressauts rocheux et les blocs disloqués.

Description biologique

Une banquette alluviale domine le cours de la rivière de plus de 1m. Elle est creusée de fanges boueuses qui servent souvent de bauges.

Dans les bourbiers on observe Persicaria hydropiper, Ranunculus repens, Cardamine amara, Carex remota, Galium palustre, Impatiens noli-tangere, Deschampsia cespitosa, Lysimachia nemorum, Valeriana repens,...

La banquette alluviale porte une frênaie-aulnaie riche en Acer pseudoplatanus. On y observe une forte régénération d'Acer pseudoplatanus, A. platanoides, Fraxinus excelsior. Au sol : Stellaria nemorum subsp. nemorum domine, accompagné de Deschampsia cespitosa, Circaea intermedia, Geum urbanum, Athyrium filix-femina, Impatiens noli-tangere, Rumex sanguineus, Geranium robertianum, Persicaria bistorta, Festuca gigantea,.. Ce groupement avait déjà été reconnu par NOIRFALISE (1961, relevé 14 du tableau II).

Dans les zones les plus sèches, le hêtre, le charme et l'orme des montagnes apparaissent, ainsi que diverses espèces mésophiles et neutrophiles : peuplements de Mercurialis perennis, Melica uniflora, Galium odoratum, Lamium galeobdolon subsp. montanum, Brachypodium sylvaticum, Stachys sylvatica,... Il s'agit de la chênaie à charme à aspérule décrite par SOUGNEZ et THILL sur les alluvions caillouteuses comportant des débris gréseux fossilifères.

Sur les terrasses de la Masblette, SOUGNEZ (1973) a décrit comme suit la sous-association à ficaire de la chênaie mélangée à bistorte : 'Les différentielles en sont des neutrophytes des Fagetalia (Ranunculus ficaria, Arum maculatum), des transgressives hémihygrophiles de l'Alno-Padion (Geum urbanum, Urtica dioica, Adoxa moschatellina, Silene dioica (= Melandrium rubrum), Geranium robertianum, Heracleum sphondylium, Glechoma hederacea et Circaea lutetiana) ainsi que la mousse Eurhynchium schwarzii. A noter l'absence totale des espèces acidophiles, aussi bien dans le tapis herbacé que dans le peuplement ligneux. Ce dernier est particulièrement bien pourvu en érable sycomore, frêne, merisier et hêtre. Une variante basicline à Mercurialis perennis comporte outre cette euphorbiacée, les deux arbres Acer platanoides et Ulmus glabra.

Les bas de versant de la rive gauche portent quelques plages de l'érablière à orme qui groupe des espèces rares et intéressantes: Dentaria bulbifera, Ranunculus platanifolius (SOUGNEZ et THILL, 1961).

Les rochers ombragés sont envahis par les fougères parmi lesquelles Dryopteris dilatata, D. carthusiana, D. filix-mas, Athyrium filix-femina, Phegopteris connectilis, Gymnocarpium dryopteris,...

Sur la rive droite, s'élèvent des hêtraies à Calamagrostis arundinacea, Festuca altissima, Luzula luzuloides.

Atropa bella donna est noté en divers endroits de la vallée. Le long de la rivière poussent des fragments de phalaridaies.

Note complémentaire sur le ruisseau de Bilaude

Une des sources principales de la Masblette est l'exutoire de la fange du Rouge Ponceau, le ruisseau de Bilaude. Ce ruisseau montre des peuplements de Carex paniculata, des suintements à Carex laevigata, des cariçaies à Carex rostrata, C. nigra, des berges à Carex remota, des peuplements de Calamagrostis canescens. Les mousses abondantes qui recouvrent les rives du ruisselet accueillent le rare Trientalis europaea. Le cours d'eau coule en partie dans des pessières et des coupes. Des chablis encombrent ses abords. Ils devraient être dégagés de manière que la flore puisse se développer de manière optimale et que le ruisselet retrouve son intérêt paysager. Jadis une digue barrait le cours du ruisseau au Fond de Bilaude. Elle formait un étang qui appartenait au monastère de Saint-Hubert. De nombreuses légendes pittoresques sont attachées à ce lieu (LASSANCE, 1975). Cet étang figure sur les cartes de Ferraris VIII 176 (3).

Tourbières des Planettes

Cette petite zone présente une des rares chênaie boulaie à trientale, forêt naturelle des argiles blanches, ayant survécu aux enrésinnements massifs du début du siècle. Un site de très grand intérêt biologique et scientifique qui devrait être conservé.

Le ri du Pied de Boeuf et le ri de Romarin

D'après nos observations du 2 décembre 1994, ces deux ruisseaux coulent dans de belles forêts de hêtre à Calamagrostis arundinacea, Festuca altissima, Luzula luzuloides ou à Vaccinium myrtillus et Deschampsia flexuosa.
Les zones humides au voisinage des ruisseaux, assez encaissés, montrent une flore fontinale à base de Chrysosplenium oppositifolium, Stellaria alsine, carex remota, etc. Une petite fagne située le long du ri de Romarin et en contre-bas de celui-ci est envahie par une importante strate muscinale formée de Polytrichum commune, P. cf. strictum, Sphagnum div. sp. En outre, elle abrite Molinia caerulea, Deschampsia cespitosa, Agrostis canina, Juncus effusus, Vaccinium myrtillus, Dryopteris carthusiana, Digitalis purpurea, Carex echinata, Galium palustre,...
Remarque : Le nom de romarin est souvent donné à Myrica gale dont une seule population est connue en Wallonie, aux Marotelles. Malgré nos recherches, nous ne l'avons pas retrouvé le long du ruisseau du Romarin. mais il est possible que la plante y ait existé jadis donnant son nom au ruisselet.

Intérêt lichénologique (E. Sérusiaux)

Le massif est, pour ce qui concerne la flore lichénique épiphytique, unique pour le flanc nord du district ardennais. Il faut se placer sur son flanc sud et en Lorraine pour trouver des sites équivalents.
Cet intérêt tient aux caractéristiques suivantes:
- présence en nombre important de vieux fûts appartenant à des essences diverses (Quercus, Acer, fraxinus, Alnus...)donc le tronc est partiellement éclairé;
- humidité du sous bois élevée et peu variable (nappe phréatique affleurante; ruisselets et cours d'eau anastamosés, non aménagés);
- les zones les plus intéressantes sont insérées dans un vaste ensemble pour l'essentiel forestier, amortissant bien les perturbations 'classiques' de l'occupation moderne du territoire (agriculture intensive, axes de circulation...)

Si l'intérêt est d'abord celui des vieux fûts, il ne faut pas négliger celui des taillis et recrus puisque, notamment, c'est sur les taillis de Carpinus que le le lichen atlantique, très sensible aux perturbations, Phaeographis inusta a été retrouvé en 1997 ( seule station du Benelux)
Dans la vallée du ruisseau de Palogne se trouve une aulnaie à laîches où J.Saintenoy et Duvigneaud ont identifié les espèces suivantes ( visite du 15/09/1999 - alt.moy.405m - Lambert moy.: 220,9 / 84,25) :
Ajuga reptans, Alnus glutinosa, Aquilegia vulgaris, Athyrium filix femina, Blechnum spicant, Brachypodium sylvaticum, Cardamine amara, Carex pendula, Carex remota, Circaea x intermedia, Circaea lutetiana, Cirsium palustre, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Digitalis purpurea, Dryopteris affinis, Dryopteris affinis subsp. borreri, Dryopteris filix-mas, Epilobium palustre, Euphorbia amygdaloides, Festuca altissima, Filipendulia ulmaria, galium palustre, Geranium robertanium, Geum urbanum, Glyceria fluitans, Hypericum quadrangulum, Ilex aquifolium, Impatiens noli-tangere, Juncus effusus, Lamium galeobdolon, Lamium galeobdolon subsp. montanum, Luzula sylvatica, Lysimachia nemorum, Molinea caerulea, Molinea caerulea subsp.caerulea, Oreopteris limbosperma, Oxalis acetosella, Persicaria hydropiper, Polypodium vulgare, Ranunculus repens, Rumex sanguineus, Stachys sylvatica, Stellaria alsine, Vaccinium myrtillus, Valeriana repens, Viola palustris.

Les boisements semi-naturels sur fortes pentes de la vallée de la Bilaude où sont représentés un grand nombre d'associations forestières assez diversifiées. On note ainsi divers types de hêtraies (à luzule blanche, à grande fétuque, à mélique et aspérule), une petite zone d'érablière de ravin, et quelques entités d'aulnaie à laîches, d'aulnaie-frênaie des sources et des ruisseaux. Ces boisements, qui ne sont plus exploités, ont généralement une structure irrégulière de type futaie jardinée très favorable à un développement important de la biodiversité.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

La Masblette a fait fonctionner jadis le Fourneau Saint-Michel, fondé en 1771, par Dom Nicolas Spirlet, abbé de Saint-Hubert et seigneur de la terre de Saint-Hubert (groupant près de 150 villages et hameaux) qui y fabriqua de la fonte et du fer. Après de multiples viscissitudes, le domaine passa à la famille Zoude en 1794. De cette date de 1854, sous la direction de L. Zoude, l'usine servit de scierie, puis de fabrique de boulets de canon. Puis on y établit un relais de diligence, une huilerie, etc. Le déclin s'accentua lors du départ de la famille Zoude au début de la seconde guerre mondiale.
Le sauvetage du site commenca par son classement comme monument le 29 mai 1952. Il fut racheté par l'Etat et le Conseil Economique Wallon en 1954, puis passa à un propriétaire privé, M. Dorthu, qui le revendit finalement à l'A.S.B.L. qui s'était constituée pour restaurer le fourneau. Mais la résurrection du Fourneau Saint-Michel est due à l'énergie déployée pendant près de 20 ans par Françoise et Willy Lassance, venus y habiter, le 15 mars 1959 et qui se dépensèrent sans compter pour remettre le site en valeur.

Histoire du site

D'après Ferraris, au XVIIIe siècle, la Basseille coulait dans les bois. Au voisinage du Fourneau St Michel, existaient des prairies.

Biblio

, 1992, Promenade en forêt domaniale de Saint-Michel, Guide nature-écologie, gestion et histoire., Alleur-Liège, éditions du Perron. 161 pages.
, 1965, Excursion du 26 juin 1965 aux environs de Saint-Hubert., Natura Mosana 18 : 92.
, 1960, Carte de la végétation de la Belgique. Planchette de Saint-Hubert 195E.
, 1973, La métallurgie à travers les âges et le Fourneau Saint-Michel ou trois mille ans de l'histoire du fer., Ed. Magermans, Andenne, 69 pp.
, 1975, Trois hauts lieux de l'Ardenne dans l'Histoire. Saint-Hubert, Amberloup, Nassogne., Louis Musin éditeur, Bruxelles, 327 pp.
, 1961, Les forêts riveraines de Belgique., Bulletin du Jardin Botanique de Belgique, 31: 199-287.
, 1961, Carte de la végétation de la Belgique., Texte explicatif de la planchette de Saint-Hubert 195E, Centre de cartographie phytosociologique de Belgique, Gembloux.
, 1973, La chênaie mélangée à bistorte de l'Ardenne (Polygono bistortae - Quercetum roboris)., Bulletin du Jardin Botanique National de Belgique, 43 : 37-81.
, 1988, Typologie et potentialités forestières des hêtraies naturelles de l'Ardenne centrale., Centre de Recherche et de Promotion forestière, I.R.S.I.A., 135 pp.
, 1998, A lichenological excursion in may 1997 near Han sur Lesse and Saint Hubert, with notes in rare and critical taxa of the flora of Belgium and Luxembourg., Lejeunia, n°158, 58 pp.
, 1986, Problèmes de régénération en hêtraie ardennaise : propositions de traitement pour les hêtraies difficiles à régénérer naturellement., Bull. Soc. r. for. Belg., 93/4 : 161-166.

Divers

Sources

PGISH

Répondants de l'information

GIREA
J.SAINTENOY-SIMON, Duvigneaud
E.Serusiaux