Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1137 - Les Spinets

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Pachy de la Bime
Communes :Marche-en-Famenne
Cantonnements DNF :Marche-en-Famenne
Surface :9.99 ha
Coordonnées :X Lambert : 215139 - Y Lambert : 96064
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le site des Spinets se trouve en bordure sud du plateau de Gerny, dans le village de On, sur la commune de Marche-en-Famenne. Il est constitué d'un versant calcaire exposé au sud-est, en contrebas de la ligne de chemin de fer Bruxelles-Luxembourg, couvert pour moitié de pelouses calcicoles et pour le reste de bois feuillus et de fourrés. Bénéficiant d'un microclimat chaud et sec, l'endroit accueille de nombreuses plantes d'intérêt patrimonial, dont au moins seize espèces d'orchidées, trois espèces de reptiles ainsi qu'une entomofaune remarquablement diversifée (papillons de jour, notamment, avec cinquante espèces recensées récemment). Les pelouses ont fait l'objet de nombreux travaux de gestion visant leur restauration sur des surfaces suffisantes et sont entretenues par pâturage ovin. Certaines parties boisées sont clôturées et aucune intervention n'y est pratiquée. Couvrant un peu plus de sept hectares, cette propriété de Natagora est en grande partie classée comme réserve naturelle agréée, et ce depuis la fin des années 1990.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • J0 - Famenne

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
On9.99 haMARCHE-EN-FAMENNELUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Marche-en-Famenne9.99 haMarche-en-Famenne

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Natagora

Privé(s) Non  ONG Oui  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Conservateur: Robert VANHAMME, 16 rue des Tanneries, 5580 Rochefort (tél. 084/21.43.80).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6754Les Spinets6,18 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Muscardinus avellanariusOuiNon2007H. Ghyselinck et al.
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNon1992Jacob & Paquay (1992)
Hippolais polyglottaOuiNon1992Jacob & Paquay (1992)
Luscinia megarhynchosOuiNonNicheur probable2008H. Ghyselinck
Pernis apivorusOuiNon1992Jacob & Paquay (1992)
Phoenicurus phoenicurusOuiNon1992Jacob & Paquay (1992)
Saxicola torquatusOuiNon1992Jacob & Paquay (1992)
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2009Q. Smits, V. Schmitt
Coronella austriacaOuiOuiobs. régulière2014Q. Smits, R. Cors et al.
Podarcis muralisOuiNon2011P. Goffart, V. Schmitt
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Argynnis adippeNonOui2012Q. Smits
Boloria euphrosyneOuiOui1997D. Schrooten
Callophrys rubiNonNon2014D. Schrooten, R. Cors, Q. Smits
Carterocephalus palaemonNonNon2008D. Schrooten, H. Ghyselinck, Q. Smits
Coenonympha arcaniaNonOuimax. 15 ex.2013E. Walravens, Q. Smits et al.
Cupido minimusNonNon2008D. Schrooten, Q. Smits et al.
Erebia medusaOuiOuioccasionnel (1 ex.)?2011Q. Smits
Erynnis tagesNonNon2015Divers obs.
Hamearis lucinaNonOui2008H. Ghyselinck, Q. Smits
Issoria lathoniaOuiNonoccasionnel1998
Lasiommata maeraNonOui2009H. Ghyselinck
Leptidea sinapisNonNon2015Divers obs.
Lycaena tityrusNonNon
Melanargia galatheaNonNonmax. 50 ex.2015Divers obs.
Melitaea diaminaNonNon2012H. Ghyselinck, Q. Smits
Nymphalis polychlorosNonNonoccasionnel (1 ex.)?2011S. Vander Linden
Polyommatus coridonNonOuioccasionnel (1 ex.)?2011Q. Smits
Pyrgus malvaeNonOui2014Divers obs.
Satyrium ilicisNonOui2009Q. Smits
Spialia sertoriusNonNonoccasionnel (1 ex.)?2011Q. Smits
Thymelicus acteonNonOui1998
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria2011Q. Smits
Zygaena viciae2013P. Lighezzolo
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Anthaxia salicis2012R. Cors
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Omocestus rufipes2009Q. Smits
Stenobothrus lineatus1998
Invertébrés - Mollusques - Escargots
Helix pomatia2011Q. Smits
Plantes - Plantes supérieures
Allium oleraceum2015D. Tyteca, D. Champluvier
Anacamptis pyramidalis1 pied (2009)2009D. Tyteca, H. Ghyselinck
Anthyllis vulneraria2015D. Tyteca, D. Champluvier, H. Ghyselinck
Astragalus glycyphyllos2015D. Tyteca, D. Champluvier
Centaurium erythraea2010F. Wyzen
Cephalanthera damasonium400-1144 pieds2015AD. Tyteca, H. Ghyselinck
Ceterach officinarum2015D. Tyteca, D. Champluvier
Colchicum autumnale2015D. Tyteca, D. Champluvier
Digitalis lutea2015D. Tyteca, D. Champluvier
Epipactis atrorubens2004D. Tyteca
Epipactis helleborine16 pieds (2008)2008D. Tyteca, H. Ghyselinck
Epipactis muelleri2015D. Tyteca
Epipactis neglecta2004D. Tyteca
Fragaria viridis2015D. Tyteca, D. Champluvier
Genista tinctoria2015D. Tyteca, D. Champluvier
Gentianella ciliata10-300 pieds2015H. Ghyselinck et al.
Gymnadenia conopsea7-31 pieds2015D. Tyteca, H. Ghyselinck
Hieracium maculatum2015D. Tyteca, D. Champluvier
Himantoglossum hircinum11-22 pieds2015D. Tyteca, H. Ghyselinck
Hippocrepis comosa2015D. Tyteca, D. Champluvier
Listera ovata50-82 pieds2015D. Tyteca, H. Ghyselinck
Melica ciliata2015D. Tyteca, D. Champluvier
Monotropa hypopitys2008H. Ghyselinck
Neottia nidus-avis19 pieds (2008)2015D. Tyteca, H. Ghyselinck
Ononis repens2015D. Tyteca, D. Champluvier
Ophrys apifera32-50 pieds2014D. Tyteca, H. Ghyselinck, S. Krickx
Ophrys insectifera2004D. Tyteca, H. Ghyselinck
Orchis anthropophora14-31 pieds2015D. Tyteca, H. Ghyselinck
Orchis mascula2004D. Tyteca
Orchis purpurea3-9 pieds2015D. Tyteca, H. Ghyselinck
Platanthera chlorantha21 pieds2015D. Tyteca, H. Ghyselinck
Rhamnus cathartica2015D. Tyteca, D. Champluvier
Sambucus ebulus2015D. Tyteca, D. Champluvier
Scabiosa columbaria2015D. Tyteca, D. Champluvier
Teucrium botrys2015D. Tyteca, D. Champluvier
Vincetoxicum hirundinaria2015D. Tyteca, D. Champluvier

Commentaires sur la faune

Mammifères (données Q. Smits 2007-2008; H. Ghyselinck 2007-2015): Muscardinus avellanarius, Myotis mystacinus/brandtii, Plecotus sp.

Oiseaux (divers obs. 2010-2015): Acrocephalus palustris, Hippolais polyglotta, Luscinia megarhynchos, Pernis apivorus, Phoenicurus phoenicurus, Saxicola torquata.

Reptiles (données divers obs. 2000-2015): Anguis fragilis, Coronella austriaca, Podarcis muralis.

Lépidoptères rhopalocères (divers obs. 2000-2015): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Argynnis adippe, Argynnis paphia, Brenthis ino, Callophrys rubi, Carterocephalus palaemon, Celastrina argiolus, Coenonympha arcania, Coenonympha pamphilus, Colias croceus, Cupido minimus, Erebia medusa, Erynnis tages, Gonepteryx rhamni, Hamearis lucina, Inachis io, Issoria lathonia, Lasiommata maera, Lasiommata megera, Leptidea sinapis s.l., Limenitis camilla, Lycaena phlaeas, Lycaena tityrus, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Melitaea diamina, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Plebeius agestis, Polygonia c-album, Polyommatus coridon, Polyommatus icarus, Pyrgus malvae, Pyronia tithonus, Satyrium ilicis, Spialia sertorius, Thecla betulae, Thymelicus acteon, Thymelicus lineolus, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Coléoptères (données H. Ghyselinck et Q. Smits 2008; R. Cors 2012-2015): Anthaxia salicis, Lilioceris lilii, Opsilia coerulescens, Plagionotus arcuatus, Platycerus caraboides, Rhagium mordax, Timarcha goettingensis, Trichius fasciatus.

Orthoptères (données e.a. Q. Smits 2009; F. Wyzen 2010; P. Lighezzolo 2014): Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Nemobius sylvestris, Omocestus rufipes, Phaneroptera falcata, Stenobothrus lineatus.

Odonates (données Q. Smits et H. Ghyselinck 2009-2014): Enallagma cyathigerum, Libellula depressa, Orthetrum cancellatum, Platycnemis pennipes.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données Natagora + divers obs. 1995-2015*; Tyteca et Champluvier 2015): Agrimonia eupatoria, Alliaria petiolata, Allium oleraceum, Anacamptis pyramidalis*, Anemone nemorosa, Anthriscus sylvestris, Anthyllis vulneraria, Aquilegia vulgaris, Arabis hirsuta, Arenaria serpyllifolia, Arrhenatherum elatius, Arum maculatum, Asparagus officinalis, Asplenium ruta-muraria, Asplenium trichomanes, Astragalus glycyphyllos, Athyrium filix-femina, Avenula pubescens, Berberis vulgaris, Brachypodium pinnatum, Briza media, Bromus erectus, Bromus sterilis, Campanula persicifolia, Campanula rapunculus, Cardamine pratensis, Carex caryophyllea, Carex flacca, Carex remota, Carpinus betulus, Centaurium erythraea*, Cephalanthera damasonium, Ceterach officinarum, Chelidonium majus, Cirsium acaule, Cirsium vulgare, Clematis vitalba, Colchicum autumnale, Cornus mas, Crataegus laevigata, Crataegus monogyna, Cruciata laevipes, Cytisus scoparius, Daucus carota, Digitalis lutea, Echium vulgare, Epipactis atrorubens*, Epipactis helleborine*, Epipactis neglecta*, Epipactis muelleri, Euonymus europaeus, Euphorbia amygdaloides, Festuca lemanii, Festuca rubra, Filipendula ulmaria, Fragaria vesca, Fragaria viridis, Frangula alnus, Galium aparine, Galium verum, Genista tinctoria, Gentianella ciliata*, Geranium columbinum, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Gymnadenia conopsea*, Hedera helix, Helianthemum nummularium, Helleborus foetidus, Heracleum sphondylium, Hieracium maculatum, Hieracium murorum, Hieracium pilosella, Himantoglossum hircinum, Hippocrepis comosa, Hypericum hirsutum, Hypericum perforatum, Ilex aquifolium*, Inula conyzae, Knautia arvensis, Lamium galeobdolon, Lapsana communis, Lathyrus pratensis, Lathyrus sylvestris, Leontodon hispidus, Leucanthemum vulgare, Ligustrum vulgare, Linaria vulgaris, Linum catharticum, Lithospermum officinale, Lonicera tatarica, Lotus corniculatus, Luzula campestris, Malva moschata, Melica ciliata, Mercurialis perennis, Monotropa hypopitys*, Mycelis muralis, Narcissus pseudonarcissus, Neottia nidus-avis, Ononis repens var. procurrens, Ononis spinosa*, Ophrys apifera*, Ophrys insectifera*, Orchis antropophora, Orchis mascula*, Orchis purpurea, Origanum vulgare, Phalaris arundinacea, Phyteum spicatum, Pimpinella saxifraga, Plantago media, Platanthera chlorantha, Poa nemoralis, Polygala comosa, Polygonatum multiflorum, Potentilla neumanniana, Primula veris, Prunus spinosa, Quercus robur, Ranunculus auricomus, Ranunculus bulbosus, Ranunculus ficaria, Rhamnus cathartica, Ribes uva-crispa, Sambucus ebulus, Sanguisorba minor, Saxifraga tridactylites, Scabiosa columbaria, Sedum rupestre, Senecio jacobaea, Silene dioica, Sorbus aucuparia, Stachys sylvatica, Stellaria holostea, Teucrium botrys, Thlaspi perfoliatum, Thymus pulegioides, Trifolium medium, Triticum spelta, Valeriana repens, Verbascum lychnitis, Veronica chamaedrys, Veronica hederifolia subsp. lucorum, Veronica montana, Viburnum lantana, Viburnum opulus, Vicia hirsuta, Vicia sepium, Vinca minor, Vincetoxicum hirundinaria, Viola hirta, Viola reichenbachiana.

Espèces exotiques

Plantes: Lonicera tatarica, Mahonia aquifolium.

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation de la valeur biologique et paysagère d'un ensemble d'habitats caractéristiques de la Calestienne: pelouses calcaires, fruticées et chênaie-charmaie calcicole. La réserve des Spinets présente un intérêt particulier du fait de sa richesse en orchidées (16 espèces, soit environ un tiers de celles connues en Belgique!). Elle héberge également un peuplement de gentiane ciliée.

Plan de gestion

Les objectifs de la gestion conservatoire de la réserve naturelle des Spinets sont:

- la conservation de la diversité biologique présente dans les différents milieux constituant la réserve;

- la conservation et si possible l'extension de l'étendue des pelouses sèches en accordant une attention particulière aux espèces rares actuellement recensées (orchidées, gentiane ciliée);

- la conservation des éléments de chênaie-charmaie à leur évolution spontanée;

- la conservation d'un maximum de faciès, par diversification des mesures de gestion.

Plusieurs campagnes de débroussaillage de la pelouse calcaire existante ont eu lieu en 1996, 1997 et 1998. D'autre part, il a également été procédé à l'abattage d'arbres et au débroussaillage de parcelles particulièrement envahies par la fruticée, toujours dans la partie ouest, de façon à accroître la surface érigée en pelouse calcaire. Parallèlement, ont eu lieu des travaux de restauration des clôtures entourant les parcelles de pelouses calcaires, en vue du pâturage.

La réouverture complète du pierrier ainsi que la restauration du coteau nord-ouest par abattage des épicéas ont eu lieu en 2010-2011dans le cadre du LIFE Hélianthème. Enfin, la plantation de deux vergers ont été réalisées dans les zones plus alluviales de la réserve.

Par ailleurs, une convention conclue avec un propriétaire de moutons prévoit que ceux-ci fréquentent la moitié la plus occidentale des pelouses entre les mois d'août et de décembre, et la moitié la plus orientale (séparée de la précédente par une clôture), en juillet et de janvier à avril. Le pâturage est effectué, selon la période de l'année, par un troupeau de 27 à 47 moutons Ardennais roux.

Ce schéma plutôt rigide vise à tenir compte des périodes de floraison et fructification des orchidées et gentianes ciliées, mais il peut être adapté selon les situations et l'expérience acquise. Par ailleurs, afin de lutter contre la densification du tapis graminéen (notamment par Brachypodium pinnatum) et l'enfrichement, certaines parcelles peuvent être pâturées en pleine saison de végétation, soit en mai-juin. Elles sont ensuite laissées en défend toute l'année suivante.

Les modalités prévues pour la mise en oeuvre des mesures de gestion explicitées ci-dessus sont les suivantes:
- principalement, l'intervention régulière des bénévoles ou des agents de terrain de l'association, lors de chantiers de gestion;
- pâturage au moyen de moutons appartenant à un éleveur local;
- appel à des entreprises de travaux forestiers pour des travaux lourds d'abattage ou de pose de clôtures.

Accès du public

L'accès du public à la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Détails

Description physique

Localisé au sud-ouest de Marche-en-Famenne, le site des «Spinets» fait partie de la Calestienne, une étroite bande calcaire constituant le dernier rempart de la dépression de Famenne, avant le piémont du massif ardennais. Il se trouve sur la bordure méridionale du plateau du Gerny ainsi qu'aux confins nord-est de la région de Lesse-et-Lomme, bien connue pour ses remarquables pelouses calcicoles.

Le site occupe le versant situé en contrebas de la ligne de chemin de fer Bruxelles-Luxembourg, entre les bornes kilométriques 117 et 118. Ce versant domine la Wamme, cours d'eau affluent de la Lomme qui serpente ici dans une étroite plaine alluviale selon un axe nord-est/sud-ouest, et qui sépare le site du village de On. Il s'étire en une étroite bande de ± 800 m de long et 80 m de large, avec une pente moyenne à forte, à l'exposition sud-est. L'altitude est comprise entre 200 et 230 m.

L'assise géologique est constituée de roches du Givétien, soit des calcaires primaires compacts. Les phénomènes karstiques sont bien présents dans le secteur comme en témoigne l'existence d'une cavité, la grotte de On, autrefois prospectée mais dont les accès ont été condamnés suite au creusement de la tranchée du chemin de fer et à l'extension des carrières Lhoist, situées à l'ouest du site.

Description biologique

Malgré sa superficie modérée, le site des Spinets (incluant les parcelles du Pachy de la Bime) présente un grand intérêt botanique autant que faunistique. La flore et la végétation ont été esquissées récemment à l'occasion d'une actualisation des données, dans le cadre d'une excursion des «Naturalistes de la Haute Lesse» en mai 2015 (TYTECA et CHAMPLUVIER, 2015). D'après ces auteurs, le site héberge essentiellement des habitats thermophiles sur calcaire brièvement décrits ci-après.

1. Pelouses calcicoles mésophiles

Ces pelouses constituent l'habitat central des Spinets et ont fait, à ce titre, l'objet de nombreux inventaires et travaux de restauration depuis les années 1990.

Elles comportent un riche cortège floristique incluant cinq espèces d'orchidées: l'homme pendu (Orchis anthropophora), la listère à deux feuilles (Listera ovata), l'orchis bouc (Himantoglossum hircinum), le platanthère verdâtre (Platanthera chlorantha) et le céphalanthère pâle (Cephalanthera damasonium), diverses graminées comme le brome erigé (Bromus erectus), le brachypode penné (Brachypodium pinnatum), l'amourette (Briza media), la fétuque de Léman (Festuca lemanii), l'avoine pubescente (Avenula pubescens), et de nombreuses autres plantes telles que l'inule conyze (Inula conyzae), particulièrement abondante, le cirse acaule (Cirsium acaule), le genêt des teinturiers (Genista tinctoria), la laîche printanière (Carex caryophyllea), l'hélianthème jaune (Helianthemum nummularium), le polygala à toupet (Polygala comosa), la campanule raiponce (Campanula rapunculus), le lin purgatif (Linum catharticum), l'hippocrépide fer à cheval (Hippocrepis comosa), la bugrane rampante (Ononis repens), la potentille printanière (Potentilla neumanniana), la gesse des bois (Lathyrus sylvestris), la laîche glauque (Carex flacca), l'anthyllide vulnéraire (Anthyllis vulneraria), la renoncule bulbeuse (Ranunculus bulbosus), le petit boucage (Pimpinella saxifraga), le millepertuis perforé (Hypericum perforatum), la petite pimprenelle (Sanguisorba minor), le saxifrage tridactyle (Saxifraga tridactylites), etc.

Certaines espèces d'ourlets calcicoles mésophiles apparaissent en bordure des parties boisées et des fourrés: le trèfle moyen (Trifolium medium), la digitale jaune (Digitalis lutea), le dompte venin (Vincetoxicum hirundinaria), le millepertuis velu (Hypericum hirsutum), la réglisse sauvage (Astragalus glycyphyllos), la violette hérissée (Viola hirta), le grémil officinal (Lithospermum officinale), le fraisier des collines (Fragaria viridis) ou encore l'ancolie commune (Aquilegia vulgaris).

Localement, se rencontrent des espèces plus hygrophiles comme le colchique d'automne (Colchicum autumnale), voire même le sureau yèble (Sambucus ebulus).

Dans la partie «Pachy de la Bime» existe une pelouse calcicole méso-xérophile très pentue à la flore caractéristique mais dont l'originalité par rapport au reste du site est d'héberger une station d'orchis pourpre (Orchis purpurea). Il faut y ajouter un groupement de fougères des fissures de rochers calcaires renfermant le cétérach (Ceterach officinarum), espèce peu commune remarquablement adaptée à la sècheresse extrême.

2. Groupement d'éboulis calcaires.

Ce groupement apparaît sur les anciens déblais issus du creusement de la voie ferrée, essentiellement dans la partie nord des Spinets. On parle donc ici d'éboulis d'origine artificielle.

Il se compose de l'orpin réfléchi (Sedum rupestre), de la germandrée botryde (Teucrium botrys), de la laitue des murailles (Mycelis muralis), du groseillier à maquereau (Ribes uva-crispa), de la mélique ciliée (Melica ciliata), de la rue des murailles (Asplenium ruta-muraria), de l'épervière piloselle (Hieracium pilosella), de l'épervière des murs (Hieracium murorum), de la vipérine (Echium vulgare), etc.

3. Fruticées calcicoles.

Ces broussailles annoncent le retour progressif d'un couvert forestier suite à l'arrêt de gestion et représentent un bel exemple d'écotone, en l'occurrence la zone de transition entre les pelouses et la forêt. Elles sont constituées d'arbustes comme le prunellier (Prunus spinosa), l'aubépine à un style (Crataegus monogyna), l'aubépine à deux styles (Crataegus laevigata), le nerprun purgatif (Rhamnus cathartica), le fusain d'Europe (Euonymus europaeus), le troène commun (Ligustrum vulgare), la viorne mancienne (Viburnum lantana), le cornouiller mâle (Cornus mas). Par endroits, la fruticée est envahie par les nappes de la clématite des haies (Clematis vitalba).

Quelques arbustes plutôt acidophiles sont également signalés, en particulier la bourdaine (Frangula alnus) et le genêt à balais (Cytisus scoparius).

4. chênaies-charmaies calcicoles.

Ce groupement forestier, dominé par le chêne pédonculé (Quercus robur) et le charme (Carpinus betulus), se développe sur des sols calcaires superficiels et secs, le plus souvent sur des pentes d'exposition sud. Aux Spinets, il se présente sous la forme de fragments s'étendant sur quelques ares tout au plus.

Un de ces fragments se trouve dans l'extrémité sud-ouest du site et montre un grand intérêt du point vue orchidologique. C'est ainsi que certaines années, par exemple en 2003 et en 2013, des concentrations extraordinaires de céphalanthère pâle (Cephalanthera damasonium) et de néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) ont pu y être constatées (obs. D. Tyteca). D'autres espèces intéressantes s'y rencontrent dont l'épipactis de Müller (Epipactis muelleri), la réglisse sauvage (Astragalus glycyphyllos) et l'ancolie commune (Aquilegia vulgaris).

Dans l'extrémité nord-est du site s'étend une autre chênaie-charmaie qui apparaît cependant plus pauvre en espèces. Outre le céphalanthère pâle (Cephalanthera damasonium), on y observe la mercuriale vivace (Mercurialis perennis), la jonquille (Narcissus pseudonarcissus), le fusain d'Europe (Euonymus europaeus), la renoncule tête d'or (Ranunculus auricomus), etc.

Au Pachy de la Bime, un bois plus diversifié montre notamment l'euphorbe des bois (Euphorbia amygdaloides), la petite pervenche (Vinca minor), la néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis), puis, en descendant vers le niveau de la Wamme, la benoîte commune (Geum urbanum), le groseillier à maquereau (Ribes uva-crispa), la valériane officinale à rejets (Valeriana repens), la véronique à feuilles de lierre (Veronica hederifolia subsp. lucorum), la véronique des montagnes (Veronica montana), la raiponce en épi (Phyteuma spicatum), la viorne obier (Viburnum opulus), et même diverses espèces franchement hygrophiles comme la laîche espacée (Carex remota), la reine-des-prés (Filipendula ulmaria), la baldingère (Phalaris arundinacea).

Outre les habitats présents, la flore des Spinets renferme un grand nombre d'espèces d'intérêt patrimonial, ce qui en fait un site de haute valeur botanique à l'échelle de la Région wallonne.

Les plantes vedettes des Spinets sont sans nul doute les orchidées, dont pas moins de 16 espèces ont été répertoriées depuis le début des années 2000, et ce sur huit hectares à peine! Plus des trois quarts ont un statut défavorable en Wallonie, ce qui leur vaut de figurer sur la liste rouge des plantes menacées. Les populations locales ont une importance régionale et se comptent parfois en milliers de plantes, comme c'est le cas pour le céphalanthère pâle. Seules trois d'entre-elles n'ont pas été revues récemment, au moins après 2005 (sans qu'on puisse exclure leur maintient dans des secteurs peu explorés du site): il s'agit de l'ophrys mouche (Ophrys insectifera), l'épipactis brun-rouge (Epipactis atrorubens) et de l'épipactis négligé (Epipactis neglecta).

L'autre espèce phare de la flore des Spinets est la rare gentiane ciliée (Gentianella ciliata), dont quelques dizaines à quelques centaines d'individus sont observés bon an mal an.

La faune des Spinets rassemble également de nombreuses espèces intéressantes.

Parmi les vertébrés, on signalera plus particulièrement la présence d'un petit rongeur, le muscardin (Muscardinius avellanarius) et de trois reptiles: l'orvet fragile (Anguis fragilis), le lézard des murailles (Podarcis muralis) et la coronelle lisse (Coronella austriaca).

La connaissance de l'entomofaune est encore très partielle mais on est actuellement bien documenté pour certains groupes comme les Lépidoptères (papillons).

Les papillons de jour sont d'une remarquable diversité, avec plus de 50 espèces recensées depuis le début des années 2000, incluant maints éléments de grand intérêt patrimonial.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Pas de données disponibles.

Divers

Sources

Natagora.

Répondants de l'information

Natagora.

Date de la dernière modification de la fiche

2015-09-30