Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1249 - Laid-Mâle

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Boucle de l'Orneau à Grand-Leez
Communes :Gembloux
Cantonnements DNF :Namur
Surface :20.18 ha
Coordonnées :X Lambert : 176309 - Y Lambert : 141489
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le site s'étend en rive droite l'Orneau, au lieu-dit 'Laid-Mâle', en amont et en aval de la confluence de la Ghète. Il comprend essentiellement des prairies humides et marécageuses, ainsi que quelques bosquets d'aulnes et de saules, milieux devenus si rares en Hesbaye. Des suintements permettent le développement d'une plante amphibie, la bérule (Berula erecta) qui est très localisée dans la région. Un peuplement de laîche paniculée (Carex paniculata), une plante caractérisée par ses volumineux touradons, est présent dans une jeune aulnaie. De vénérables saules hébergent le capricorne musqué (Aromia moschata), un coléoptère légalement protégé en Wallonie. Menacées par le drainage et le remblayement de plus en plus fréquents, ces zones reliques ne devront leur salut que par un statut de protection efficace.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • D0 - Hesbaye

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Gembloux3.37 haGEMBLOUXNAMUR
Grand-Leez16.81 haGEMBLOUXNAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Namur20.18 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune de Gembloux (partim).

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Namur, 39, avenue Reine Astrid, 5000 Namur (Tél. : 081/71.54.11 - Fax : 081/71.54.10).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6287Fond Gatot et Laid-Mâle

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNon1 ex.2000J.-Y. Baugnée
Emberiza citrinellaOuiNon3 couples2007J.-Y. Baugnée
Emberiza schoeniclusOuiNon1 couple nicheur2008J.-Y. Baugnée
Hippolais icterinaOuiNon1 chanteur2005D. Sevrin
Picus viridisOuiNon2008J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Turdus pilarisOuiNon3 ex.2000J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2007J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Rana temporariaOuiNonReproduction2008J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Invertébrés - Insectes - Libellules
Sympecma fuscaOuiOui1 ex.2003J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Cérambycidés
Aromia moschata1 ex.2000J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Coccinelles
Subcoccinella vigintiquatuorpunctata1 ex.2000J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Chrysochraon dispar2 ex.2000J.-Y. Baugnée
Conocephalus dorsalisAbondante2000J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Araignées
Argiope bruennichi> 200 ex.2007J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Mollusques
Vertigo antivertigo> 20 ex.2007J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Plantes - Plantes supérieures
Berula erectaAbondante2007E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Carex paniculata> 50 touradons2008J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Carex rostrata2007E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Scrophularia umbrosa> 1000 pieds2007E. Bisteau, J.-Y. Baugnée

Commentaires sur la faune

Mammifères (données J.-Y. Baugnée et E. Bisteau 2000-2007): Capreolus capreolus, Erinaceus europaeus, Lepus europaeus, Micromys minutus, Ondatra zibethicus, Oryctolagus cuniculus, Rattus norvegicus, Talpa europaea, Vulpes vulpes.

Oiseaux (données D. Sevrin, J.-Y. Baugnée et E. Bisteau 2000-2007): Accipiter nisus, Acrocephalus palustris, Alcedo atthis, Anas platyrhynchos, Ardea cinerea, Asio otus, Buteo buteo, Columba palumbus, Corvus corone, Cuculus canorus, Dendrocopos major, Emberiza citrinella, Emberiza schoeniclus, Erithacus rubecula, Fringilla coelebs, Gallinula chloropus, Hippolais icterina, Oriolus oriolus, Parus major, Passer domesticus, Phasianus colchicus, Phylloscopus collybita, Phylloscopus trochilus, Pica pica, Picus viridis, Streptopelia turtur, Sturnus vulgaris, Sylvia atricapilla, Sylvia borin, Sylvia communis, Troglodytes troglodytes, Turdus merula, Turdus pilaris, Tyto alba.

Amphibiens (données J.-Y. Baugnée et E. Bisteau 2007): Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Rana temporaria.

Coléoptères (données J.-Y. Baugnée 2000-2007): Agapanthia villosoviridescens, Anisosticta novemdecimpunctata, Aromia moschata, Cassida rubiginosa, Cassida vibex, Chrysolina polita, Cionus hortulanus, Coccidula rufa, Coccinella quinquepunctata, Coccinella septempunctata, Coccinella undecimpunctata, Corymbia rubra, Demetrias atricapillus, Halyzia sedecimguttata, Harmonia axyridis, Hippodamia variegata, Lampyris noctiluca, Mononychus punctumalbum, Oulema gallaeciana, Oulema melanopus, Propylea quatuordecimpunctata, Rutpela maculata, Subcoccinella vigintiquatuorpunctata, Trachys minutus, Tytthaspis sedecimpunctata, Valgus hemipterus.

Diptères (données J.-Y. Baugnée 2000-2007): Beris chalybata, Brachyopa pilosa, Chalcosyrphus nemorum, Cheilosia chloris, Cheilosia impressa, Cheilosia pagana, Cheilosia proxima, Cheilosia variabilis, Chloromyia formosa, Chrysogaster solstitialis, Chrysotoxum bicinctum, Dasysyrphus albostriatus, Epistrophe eligans, Episyrphus balteatus, Eristalinus sepulchralis, Eristalis interrupta, Eristalis lineata, Eristalis pertinax, Eristalis tenax, Eupeodes corollae, Helophilus pendulus, Helophilus trivittatus, Lejogaster metallina, Leucozona lucorum, Melanogaster hirtella, Melanogaster nuda, Meligramma guttata, Microchrysa polita, Myathropa florea, Neoascia podagrica, Neoascia tenur, Orthonevra brevicornis, Orthonevra nobilis, Oxycera rara, Oxycera trilineata, Pachygaster leachii, Parhelophilus frutetorum, Pherbellia schoenherri, Platycheirus granditarsus, Platycheirus peltatus, Platycheirus rosarum, Rhingia campestris, Riponnensia splendens, Solva marginata, Sphaerophoria scripta, Sphegina clunipes, Stratiomys longicornis, Syritta pipiens, Syrphus ribesii, Tropidia scita, Urophora cardui, Urophora stylata, Xylota segnis.

Hémiptères (données J.-Y. Baugnée 2000-2007): Agnocoris reclairei, Anthocoris limbatus, Aphrophora alni, Aphrophora pectoralis, Aphrophora salicina, Arthaldeus pascuellus, Bactericera albiventris, Cercopis vulnerata, Chartoscirta cincta, Cicadella viridis, Cicadula quadrinotata, Cixius nervosus, Conostethus venustus, Coreus marginatus, Cymus aurescens, Cymus glandicolor, Cymus melanocephlalus, Deraeocoris flavilinea, Dicranotropis hamata, Drymus ryeii, Edwardsiana crataegi f. frogatti, Eupteryx aurata, Eupteryx melissae, Europiella artemisiae, Eurygaster testudinaria, Euscelis incisus, Eysarcoris venustissimus, Ischnodemus sabuleti, Javesella pellucida, Kelisia punctulum, Ledra aurita, Liocoris tripustulatus, Lygus rugulipennis, Macrosteles cristatus, Macrosteles sexnotatus, Megalocoleus tanaceti, Notostira elongata, Orius laticollis, Orius niger, Orius vicinus, Orthops basalis, Orthotylus flavosparsus, Paraliburnia adela, Philaenus spumarius, Phylus coryli, Polymerus nigrita, Populicerus albicans, Psyllopsis fraxini, Scolopostethus thomsoni, Stenocranus longipennis, Stenocranus major, Stictopleurus punctatonervosus, Tingis ampliata, Trioza urticae, Tritomegas bicolor, Zicrona caerulea, Zyginidia scutellaris.

Hyménoptères (données J.-Y. Baugnée 2000-2007): Ancistrocerus gazella, Andrena chrysosceles, Andrena haemorrhoa, Arge cyanocrocea, Argogorytes mystaceus, Coelioxys inermis, Dolichovespula saxonica, Ectemnius continuus, Ectemnius dives, Ectemnius lituratus, Ectemnius rubicola, Lindenius panzeri, Macrophya albicincta, Oxybelus uniglumis, Philanthus triangulum, Symmorphus gracilis, Vespa crabro, Vespula rufa, Vespula vulgaris.

Lépidoptères (données J.-Y. Baugnée 2000-2007): Acronicta rumicis, Aglais urticae, Aphantopus hyperantus, Eilema griseola, Inachis io, Maniola jurtina, Mompha epilobiella, Ochlodes sylvanus, Pararge aegeria, Pieris rapae, Polyommatus icarus, Pyronia tithonus, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta.

Odonates (données J.-Y. Baugnée 2000-2007): Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Ischnura elegans, Libellula depressa, Orthetrum brunneum, Sympecma fusca.

Orthoptères (données J.-Y. Baugnée 2000-2007): Chorthippus biguttulus, Chorthippus parallelus, Conocephalus dorsalis, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Tettigonia viridissima.

Commentaires sur la flore

Phanérogames (données J. Saintenoy-Simon et J. Duvigneaud 1993; J.-Y. Baugnée et E. Bisteau 2007): Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Alliaria petiolata, Alnus glutinosa, Alopecurus geniculatus, Alopecurus pratensis, Angelica sylvestris, Anthriscus sylvestris, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Bellis perennis, Berula erecta, Bidens sp., Caltha palustris, Calystegia sepium, Cardamine amara, Carduus crispus, Carex acutiformis, Carex disticha, Carex hirta, Carex paniculata, Carex riparia, Carex rostrata, Chaerophyllum temulum, Cirsium arvense, Cirsium oleraceum, Cirsium palustre, Cirsium vulgare, Conyza canadensis, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Cruciata laevipes, Cynosurus cristatus, Dactylis glomerata, Datura stramonium, Daucus carota, Epilobium hirsutum, Epilobium tetragonum, Equisetum palustre, Eupatorium cannabinum, Fallopia japonica, Festuca pratensis, Filipendula ulmaria, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium palustre, Geranium dissectum, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Glyceria fluitans, Glyceria maxima, Heracleum sphondylium, Holcus lanatus, Hypericum perforatum, Iris pseudacorus, Juncus articulatus, Juncus effusus, Juncus inflexus, Lathyrus pratensis, Lemna minor, Lemna minuta, Leontodon autumnalis, Lolium perenne, Lotus pedunculatus, Lychnis flos-cuculi, Lycopus europaeus, Lythrum salicaria, Medicago lupulina, Melilotus albus, Mentha aquatica, Myosotis scorpioides, Myosoton aquaticum, Nasturtium officinale, Persicaria amphibia, Persicaria hydropiper, Phalaris arundinacea, Phleum pratense, Phragmites australis, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa trivialis, Populus sp., Prunus spinosa, Pulicaria dysenterica, Quercus robur, Ranunculus ficaria, Ranunculus repens, Ranunculus sceleratus, Rosa rugosa, Rubus sp., Rumex acetosa, Rumex hydrolapathum, Rumex obtusifolius, Salix alba, Salix caprea, Salix viminalis, Salix x rubens, Scirpus sylvaticus, Scrophularia auriculata, Scrophularia umbrosa, Solanum dulcamara, Stellaria alsine, Stellaria graminea, Tanacetum vulgare, Torilis japonica, Trifolium dubium, Trifolium pratense, Trifolium repens, Typha latifolia, Ulmus minor, Urtica dioica, Urtica urens, Valeriana repens, Veronica anagallis-aquatica, Veronica beccabunga, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia sativa.

Espèces exotiques

Conyza canadensis, Datura stramonium, Fallopia japonica, Harmonia axyridis, Lemna minuta, Ondatra zibethicus.

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'une jeune aulnaie marécageuse et d'un ensemble de prairies humides de la vallée de l'Orneau.

Menaces

Eutrophisation. Drainage et remblayement.

Recommandations

Le statut de SZHIB est un minimum afin de conserver cette zone humide rescapée. La protection des intéressantes prairies humides en rive droite de l'Orneau, entre le Laid-Mâle et Sauvenière serait hautement souhaitable car elles participent largement au réseau écologique local.

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

A compléter

Description biologique

La zone humide du Laid-Mâle a été parcourue récemment dans le cadre de la création d'une ZHIB (J.-Y. BAUGNEE et E. BISTEAU, 2010).

Les parcelles concernées initialement par le projet de ZHIB étaient au nombre de trois, du sud au nord:

A: une zone installée sur d'anciens remblais et qui fut occupée par des ferrailleurs durant les années 1980. La végétation actuelle est d'un intérêt très moyen sur le plan floristique:

- friches rudérales nitrophiles sur sols frais avec Urtica dioica, Artemisia vulgaris, Dactylis glomerata, Melilotus albus, Salix caprea, Trifolium repens, Rubus sp., Sisymbrium officinale, etc.,

- fourrés rudéraux à Fallopia japonica présents depuis au moins 15 ans,

- colonisations forestières feuillues spontanées des zones ouvertes à base de Salix caprea et Salix alba.

La frange nord de cette parcelle montre encore une petite prairie humide à Caltha palustris.

Cette zone n'a finalement pas été reprise dans la ZHIB officielle.

B: une zone centrale de grand intérêt, occupée jadis par une peupleraie sur sol humide à marécageux, qui fut exploitée dans les années 1990.

Actuellement une jeune aulnaie marécageuse sur sols méso- à eutrophes y est en cours de formation. On y observe également d'autres groupements forestiers de colonisation qui évoluent progressivement vers la frênaie-aulnaie des cours d'eau lents, voire la saulaie blanche.

Le sous-bois montre une très belle magnocariçaie à Carex paniculata se signalant par ses touradons spectaculaires. D'autres communautés sont aussi présentes:

- la magnocariçaie à Carex acutiformis,

- la roselière sèche à Phragmites australis,

- la roselière à Phalaris arundinacea,

- la mégaphorbiaie hygrophile-nitrophile,

- le groupement fontinal à Caltha palustris et Cardamine amara,

- les roselières à Iris pseudacorus et à Sparganium erectum.

La partie nord-est de la parcelle, en face de l'ancienne sablière, est colonisée par une friche rudérale méso-hygrophile installée sur d'anciens remblais et largement dominée par Urtica dioica.

Des massifs de renouée du Japon ainsi que des ronciers s'y étendent progressivement. Un passereau, la rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris), affectionne tout particulièrement cette végétation luxuriante.

Au nord de l'Orneau, entre le cours d'eau et les cultures, on note une mosaïque de groupements hygrophiles herbacés (mégaphorbiaie nitrophile, phalaridae, cariçaie à Carex riparia, groupement d'hélophytes, etc.) ainsi qu'une saulaie de colonisation et une aulnaie marécageuse sur sol eutrophe en partie sur pâture.

C: une zone au nord, située le long de la Ghète, et rattachée jusqu'à présent au SGIB 273 "Long-Pont"; celle-ci n'a pas été parcourue en 2007 et nous ne disposons que de données fragmentaires. Il s'agit d'une zone humide occupée auparavant par une peupleraie, aujourd'hui exploitée. La végétation comprend des mégaphorbiaies, des fragments de cariçaies, des friches humides et des bosquets humides (aulnes glutineux, saules blancs, etc.).

D'autres parcelles non reprises dans la ZHIB, mais présentant un intérêt au moins équivalent si pas plus grand, sont situées en aval, surtout en rive droite de l'Orneau. Elles sont décrites ci-dessous, d'est en ouest:

D: parcelles d'environ 2,5 ha classées en zone centrale rassemblant pas moins de 10 habitats différents. La végétation en place apparaît comme un complexe de mégaphorbiaies et magnocariçaies entrecoupées par des pâtures permanentes localement sur sols spongieux à humides. On y observe également des phalaridaes, des roselières à Glyceria maxima, une typhaie à Typha latifolia et une communauté de source peu minéralisée. Scrophularia umbrosa y est très abondante et vigoureuse, de même que l'hélophyte Berula erecta, cependant plus localisé. La zone héberge également un petit peuplement de Carex rostrata, très rare en Hesbaye.

E: zone correspondant à l'extrémité occidentale du site, probablement installée sur d'anciens remblais. Elle montre une friche herbeuse méso-hygrophile, difficilement caractérisable, en voie de colonisation par les saules. On y observe une flore relativement banale mais variée comprenant notamment Pulicaria dysenterica, Arrhenatherum elatius, Heracleum sphondylium, Symphytum officinale, Mentha arvensis, Cirsium arvense, Melilotus albus, etc. Sur le plan faunistique, signalons que cette friche abritait en 2002 une population exceptionnelle d'argiope fasciée (Argiope bruennichi) se comptant en centaines d'individus.

F: parcelle privée en rive gauche de l'Orneau, occupée par une saulaie de colonisation et une aulnaie marécageuse eutrophe. Il comporte le seul étang de la zone considérée; ses berges sont bordées par une typhaie et une mégaphorbiaie nitrophile tandis que la surface est couverte complètement par Lemna minuta, une espèce exotique considérée comme invasive. La végétation subaquatique n'a pas été étudiée. Une haie d'aubépine existe au nord de la parcelle.

G: ces différentes zones marginales sont constituées principalement de pâtures permanentes à Lolium perenne et Cynosurus cristatus. Celles-ci jouent néanmoins le rôle de tampon entre les cultures environnantes et zones centrales. Elles sont bordées localement par des alignements de vieux saules têtards, habitat de la chevêche d'Athéna (Athene noctua) et de l'aromie musquée (Aromia moschata). Localement on rencontre des parties très humides mais avec une flore relativement pauvre. On y observe une dépression envahie par Typha latifolia. Un dépôt clandestin d'inertes et d'autres déchets, très visible sur photo aérienne se trouve sur la parcelle cadastrale 87 C. Celle-ci porte une végétation rudérale comprenant Lamium purpureum, Urtica urens, Datura stramonium, etc. Enfin, près de la ferme de Rèpeumont, en rive gauche de l'Orneau, s'étend une assez vaste prairie abandonnée à Urtica dioica, Epilobium hirsutum et Holcus lanatus, potentiellement favorable pour l'avifaune (elle n'a pas été parcourue en 2007).

La faune du Laid-Mâle a fait l'objet de diverses observations au cours des vingt dernières années. Une synthèse des données a été réalisée à l'occasion de la création d'une zone humide d'intérêt biologique (ZHIB).

Pour les oiseaux, la plupart des espèces nicheuses signalées au début des années 1990 par J.-P. JACOB sont sans doute encore présentes, car la diversité des habitats est toujours là.

Cependant, une espèce comme le loriot d'Europe (Oriolus oriolus) a sans doute souffert de l'exploitation relativement récente des peupleraies du Laid-Mâle et du Fond Gatot. Cet oiseau des forêts alluviales trouve en effet dans ces boisements artificiels, surtout s'ils sont pourvus d'un riche sous-bois, un habitat secondaire important à l'échelle régionale. La perte du caractère forestier des sites par la coupe des peuplements arrivés à maturité lui est donc probablement défavorable.

En ce qui concerne la grive litorne (Turdus pilaris), dont une petite colonie occupait, dans les années 1990, la peupleraie du Laid-Mâle, il n'y a pas eu d'indices récents de nidification.

L'hypolaïs ictérine (Hippolais icterina), passereau en net déclin dans nos régions, a encore été entendu en 2005 dans l'ancienne peupleraie du Laid-Mâle (D. Sevrin). Il s'agit ici d'un habitat typique pour l'espèce, qui affectionne tout particulièrement les bosquets humides à sous-bois luxuriant.

Le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus), hôte typique des marais ponctués de buissons, est toujours présent (2-4 couples), aussi bien au Fond Gatot qu'au Laid-Mâle et au Long-Pont.

Le martin-pêcheur (Alcedo atthis) peut être observé pendant la période de reproduction mais sa nidification dans la vallée n'est pas établie, les berges de l'Orneau n'étant guère favorables pour cela. Cet oiseau est plutôt cantonné autour des étangs du Long-Pont situés en amont sur la Ghète.

Bien qu'encore très partiels, les inventaires entomologiques disponibles illustrent clairement la diversité remarquablement élevée de la zone étudiée, notamment en ce qui concerne les Coléoptères, Diptères et Hémiptères, groupes pour lesquels on dispose d'assez nombreuses données récentes.

Si l'on examine les coccinelles, par exemple, on y a décelé la présence d'au moins 19 espèces, ce qui est assez notable. Parmi celles-ci figure une espèce typique des zones humides, la coccinelle des roseaux (Anisosticta novemdecimpunctata), dont la distribution régionale est assez morcelée et qui est par ailleurs légalement protégée en Région wallonne. L'espèce est représentée en plusieurs endroits le long de la Ghète et de l'Orneau.

La coccinelle à 24 points (Subcoccinella vigintiquatuorpunctata), une des seules espèces phytophages de nos régions, est peu commune et se rencontre surtout sur les Caryophyllacées tels que les silènes, le lychnis fleur de coucou, etc. Elle paraît fort peu abondante sur le site.

L'aromie musquée (Aromia moschata), encore appelé le "châtelain des saules" en raison de son corps élégant bleu ou vert métallique et du mode de développement de sa larve qui creuse des galeries dans les vieux saules, est l'autre coléoptère protégé observé sur le site. Ce beau longicorne, peu commun et répandu surtout en moyenne Belgique et en Lorraine, est présent localement dans le site, sur les gros saules têtards qui subsistent dans la vallée.

Un syrphe d'intérêt régional, Riponnensia splendens, est assez commun dans le site; il montre une répartition très particulière en Belgique, où elle est présente presque uniquement dans le centre du pays (de même aux Pays-Bas, elle est confinée au sud du Limbourg). L'espèce habite les bois humides, la larve aquatique se développant dans les sources, les suintements et les ruisseaux.

Hôte typique des prairies marécageuses, très répandu en Flandre, Tropidia scita apparaît en revanche rare et localisé en Wallonie où seules des données éparses sont renseignées. Ce syrphe possède une larve saprophage trouvée notamment dans les gaines de massettes.

En tant qu'insectes au régime alimentaire souvent très spécialisé, avec notamment une proportion importante d'espèces phytophages, les hémiptères peuvent être considérés comme de bons indicateurs de la diversité végétale d'un site. Cela se vérifie dans le cas de la zone étudiée, où près de 100 espèces ont été observées ces dernières années, dont plusieurs éléments très intéressants.

Ainsi, la punaise Cymus aurescens, de la famille Lygaeidae, se développe exclusivement sur le scirpe des bois, dans les groupements de type mégaphorbiaie. Sa distribution sur le territoire belge est mal connue mais l'espèce paraît fort localisée. Elle s'y trouve d'ailleurs en limite occidentale de son aire principale, qui recouvre surtout l'Europe centrale et orientale.

Signalé de 4 localités belges, le Delphacidae Paraliburnia adela vit dans les marais et les prairies alluviales au sein des groupements à Phalaris arundinacea, son unique plante-hôte connue. En raison de la fréquence de cette plante, il est probable que l'homoptère est plus répandu que ce que l'on pense, bien que d'autres facteurs écologiques puissent déterminer sa distribution.

Un autre Delphacidae, découvert récemment en Belgique, Stenocranus longipennis, est bien présent dans la vallée de l'Orneau où il occupe toutefois une niche très spécialisée: les touradons de laîche paniculée. Du fait de leur volume mais aussi de leur persistance dans le temps, ces structures végétales remarquables, pouvant atteindre 1,5 m de haut et autant de large, sont susceptibles d'héberger, à toute saison, une foule d'espèces animales, comme cela a été mis en évidence récemment. Ces microbiotopes sont donc à respecter absolument!

Les Odonates sont représentés par une petite dizaine d'espèces dont certaines ne se reproduisent probablement pas au sein du site, en raison de la rareté des points d'eau. Le Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo) a été observé en 2007 au Laid-Mâle, en rive droite de l'Orneau. Cette libellule des cours d'eau rapides, très répandue dans le sud du pays (particulièrement en Ardenne), est rare au nord du sillon sambro-mosan. Pour son développement larvaire elle est très exigeante quant à la qualité de l'eau et la structure des rives. A cet égard, l'Orneau ne paraît guère favorable à sa reproduction, celle-ci étant cependant possible dans son petit affluent, la Ghète, aux eaux de bien meilleure qualité.

La reproduction du leste brun (Sympecma fusca), libellule protégée en Région wallonne et inscrite sur la liste rouge comme espèce "en danger critique", n'est pas certaine non plus, malgré deux observations successives effectuées en 2003 au Laid-Mâle. Le développement larvaire a lieu dans les eaux stagnantes mésotrophes à eutrophes bordées de ceintures de végétations bien fournies et bordées de massifs arbustifs. Dans le site, le seul endroit correspondant à ces caractéristiques est le petit étang privé situé en rive gauche de l'Orneau. Il s'agit du seul odonate qui hiverne au stade adulte, dans les zones boisées.

L'unique observation de l'orthétrum brun (Orthetrum brunneum) est plus anecdotique puisque réalisée dans un champ, non loin du Laid-Mâle.

Trouvé aussi bien au Laid-Mâle qu'au Fond Gatot, le conocéphale des roseaux (Conocephalus dorsalis) est une sauterelle très hygrophile qui affectionne presqu'exclusivement les habitats marécageux de basse altitude: prairies humides, cariçaies, jonçaies ou encore fossés. Habituellement brachyptère, elle est peu mobile et possède une distribution localisée. En Belgique, elle est surtout présente dans la plaine flamande ainsi qu'en Lorraine et dans les marais du Hainaut occidental. En raison de ses exigences écologiques strictes, l'espèce est fort sensible à l'altération de son habitat.

Une espèce de mollusque fort intéressante a été détectée dans la vallée de l'Orneau: il s'agit du maillot des marais (Vertigo antivertigo) dont une population a été trouvée en 2007 au Laid-Mâle, dans les cariçaies en rive droite de la rivière. Cette espèce, signalée dans une grande partie du pays, a cependant une distribution fragmentée avec très peu d'observations récentes en Wallonie. Ce minuscule escargot très hygrophile affectionne surtout les prairies marécageuses et les végétations herbacées rivulaires, plus particulièrement les cariçaies. Les animaux se tiennent habituellement à la base des plantes, dans la litière et les mousses. C'est un excellent indicateur des zones humides bien préservées.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A compléter

Divers

Sources

OFFH

Répondants de l'information

E. BISTEAU & J.-Y. BAUGNEE (SPW/DGARNE/DEMNA/DNE/OFFH, Avenue Maréchal Juin, 23, B-5030 Gembloux).