Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1297 - Grand Ri

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Tienne du Grand Ry
Communes :Philippeville
Cantonnements DNF :Philippeville
Surface :2.10 ha
Coordonnées :X Lambert : 166220 - Y Lambert : 93399
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le site du Grand Ri s'étend à quelques kilomètres au sud-est de Philippeville, le long de la route reliant les villages de Villers-en-Fagne et Sart-en-Fagne. S'intégrant dans un paysage typiquement bocager, il est constitué d'une petite colline boisée entourée de prairies et portant une étonnante mosaïque de végétations parmi lesquelles des pelouses siliceuses et calcicoles, des fourrés d'épineux, une chênaie-charmaie à orchidées, ... Mais le milieu le plus remarquable et le plus sensible de la réserve est représenté par les pelouses sur schistes calcarifères, dont plusieurs variantes sont représentées ici. Ce groupement occupe les zones les plus ouvertes et arides, souvent là où la roche affleure; il regroupe toute une collection de plantes miniatures qui supportent très mal la concurrence et disparaissent rapidement dès que le couvert herbacé se densifie. Ces espèces fragiles sont souvent rares et localisées, à l'image par exemple de la cotonnière naine (Filago minima). L'un des principaux objectifs du plan de gestion de la réserve du Grand Ri est d'ailleurs d'étendre la superficie de ces pelouses afin de permettre une plus grande diversification floristique.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • H0 - Fagne

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Villers-en-Fagne2.1 haPHILIPPEVILLENAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Philippeville2.1 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune de Philippeville.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Mme Dominique Alexandre, Avenue Baron Huart 22, 5000 Namur (081/24.69.70)

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
383Réserve naturelle du Grand Ri à Villers-en-Fagne2,1 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNon1998T. Dewitte
Anthus trivialisOuiNonNicheur2010V. Fiévet
Emberiza citrinellaOuiNon1998T. Dewitte
Lanius collurioOuiNon1-2 canton2006J.-Y. Baugnée, A. Paquet
Luscinia megarhynchosOuiNonNicheur2010T. Dewitte, V. Fiévet
Phylloscopus sibilatrixOuiNon1998T. Dewitte
Sylvia currucaOuiNon1998T. Dewitte
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Zootoca viviparaOuiNon2009Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Pyrgus malvaeNonOui2009A. Laudelout
Satyrium pruniNonNon2015B. Vanberghen
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Chrysochraon dispar1998K. Hofmans
Myrmeleotettix maculatus1998K. Hofmans
Omocestus rufipes1998K. Hofmans
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Anthophora retusa1994J.-Y. Baugnée
Osmia aurulenta1994J.-Y. Baugnée
Osmia bicolor1994J.-Y. Baugnée
Plantes - Plantes supérieures
Acinos arvensis2014
Colchicum autumnale2014V. Fiévet
Danthonia decumbens2014
Dianthus armeria2014V. Fiévet
Draba muralis2015G. Weyembergh
Filago minima1998Duvigneaud et al. (1998)
Genistella sagittalis2014Duvigneaud et al. (1998)
Ononis repens2014
Orchis mascula1998Duvigneaud et al. (1998)
Orobanche rapum-genistae1998Duvigneaud et al. (1998)
Rhamnus cathartica1998Duvigneaud et al. (1998)
Silene nutans1998Duvigneaud et al. (1998)
Viola canina
Mycètes - Lichens
Cladonia arbuscula2005D. Ertz, J.-P. Duvivier
Cladonia portentosa2005D. Ertz, J.-P. Duvivier

Commentaires sur la faune

Oiseaux nicheurs (données T. Dewitte, 1998; V. Fiévet 2014): Acrocephalus palustris, Anthus trivialis, Carduelis cannabina, Emberiza citrinella, Lanius collurio, Luscinia megarhynchos, Phylloscopus sibilatrix, Phylloscopus trochilus, Sylvia atricapilla, Sylvia borin, Sylvia communis, Sylvia curruca.

Reptiles: Anguis fragilis, Zootoca vivipara.

Amphibiens (données O. Decocq, 1999): Bufo bufo, Lissotriton vulgaris, Rana temporaria.

Orthoptères (données K. Hofmans, 1998): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Myrmeleotettix maculatus, Leptophyes punctatissima, Omocestus rufipes, Pholidoptera griseoaptera, Tettigonia viridissima, Tetrix undulata.

Hémiptères: Aelia acuminata, Berytinus clavipes, Carpocoris purpureipennis, Dolycoris baccarum, Eurydema oleraceum, Eurygaster testudinaria, Gampsocoris punctipes, Piezodorus lituratus.

Hyménoptères Aculéates: Anthophora retusa, Lasioglossum laevigatum, Lasioglossum morio, Lasioglossum pauxillum, Lasioglossum punctatissimum, Osmia aurulenta, Osmia bicolor.

Coléoptères Coccinellidae (données O. Decocq): Calvia quatuordecimguttata, Chilocorus renipustulatus, Coccinella septempunctata, Exochomus quadripustulatus.

Lépidoptères rhopalocères: Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Aporia crataegi, Coenonympha pamphilus, Colias croceus, Gonepteryx rhamni, Lasiommata megera, Leptidea sinapis s.l., Limenitis camilla, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris rapae, Plebeius agestis, Polyommatus icarus, Pyrgus malvae, Pyronia tithonus, Satyrium pruni, Thymelicus lineolus, Vanessa cardui.

Commentaires sur la flore

Bryophytes (données A. et O. Sotiaux, 1997): Abietinella abietina, Amblystegium serpens, Archidium alternifolium, Atrichum undulatum, Barbula convoluta, Barbula unguiculata, Brachytheciastrum velutinum, Brachythecium rutabulum, Bryoerythrophyllum recurvirostrum, Bryum argenteum, Bryum capillare, Bryum dichotomum (= bicolor), Calliergonella cuspidata, Campylophyllum calcareum, Cephaloziella divaricata, Ceratodon purpureus, Cirriphyllum piliferum, Dicranoweisia cirrata, Dicranum montanum, Dicranum scoparium, Didymodon ferrugineus, Didymodon luridus, Entodon concinnus, Eurhynchium striatum, Fissidens bryoides, Fissidens dubius, Fissidens taxifolius, Fossombronia wondraczekii, Frullania dilatata, Homalia trichomanoides, Homalothecium lutescens, Homalothecium sericeum, Hylocomium splendens, Hypnum cupressiforme, Hypnum jutlandicum, Isothecium alopecuroides, Isothecium myosuroides, Kindbergia praelonga, Loeskeobryum brevirostre, Lophocolea bidentata, Lophocolea heterophylla, Metzgeria furcata, Mnium hornum, Orthotrichum affine, Orthotrichum diaphanum, Oxyrrhynchium hians, Physcomitrella patens, Plagiomnium affine, Plagiomnium undulatum, Platygyrium repens, Pleurozium schreberi, Polytrichastrum formosum, Polytrichum juniperinum, Polytrichum piliferum, Pseudephemerum nitidum, Pseudoscleropodium purum, Racomitrium elongatum, Radula complanata, Rhynchostegium murale, Rhytidiadelphus squarrosus, Rhytidiadelphus triquetrus, Rhytidium rugosum, Riccia sorocarpa, Schistidium apocarpum, Syntrichia calcicola, Syntrichia ruralis var. ruraliformis, Thuidium tamariscinum, Tortula muralis, Tortula truncata, Trichodon cylindricus, Ulota bruchii, Ulota crispa, Weissia sp., Zygodon viridissimus.

Plantes supérieures (données J. Duvigneaud et al. 1998; L.-M. Delescaille 2010; V. Fiévet 2014): Achillea millefolium, Acinos arvensis, Agrimonia eupatoria, Agrostis capillaris, Anagallis arvensis, Arenaria serpyllifolia, Arrhenatherum elatius, Barbarea intermedia, Brachypodium pinnatum, Brachypodium sylvaticum, Campanula rotundifolia, Carex caryophyllea, Carex cuprina, Carex hirta, Carpinus betulus, Centaurea jacea subsp. decipiens = serotina), Centaurea jacea subsp. grandiflora (= thuilleri), Cerastium pumilum subsp. glutinosum, Cirsium arvense, Cirsium vulgare, Clinopodium vulgare, Colchicum autumnale, Cornus sanguinea, Crataegus monogyna, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Danthonia decumbens, Daucus carota, Dianthus armeria, Echium vulgare, Equisetum palustre, Erodium cicutarium, Euphorbia cyparissias, Fallopia convolvulus, Festuca arundinacea, Festuca lemanii, Filago minima, Filipendula ulmaria, Fragaria vesca, Galium mollugo, Galium verum, Genistella sagittalis, Geranium columbinum, Geranium molle, Helianthemum nummularium subsp. nummularium, Hieracium pilosella, Hypericum perforatum, Juncus effusus, Juncus inflexus, Koeleria macrantha, Lepidium campestre, Ligustrum vulgare, Lotus corniculatus, Luzula campestris, Medicago lupulina, Ononis repens, Orchis mascula, Orobanche rapum-genistae, Persicaria hydropiper, Phleum bertolonii, Phleum pratense, Pimpinella saxifraga, Plantago lanceolata, Plantago media, Poa compressa, Poa pratensis, Polygala vulgaris, Potentilla argentea, Potentilla neumanniana, Potentilla reptans, Prunus spinosa, Quercus robur, Rhamnus cathartica, Rosa canina, Rubus sp., Sambucus nigra, Sanguisorba minor, Scleranthus annuus subsp. annuus, Sedum acre, Sedum album, Sedum rupestre, Senecio erucifolius, Senecio jacobaea, Senecio sylvaticus, Silene nutans, Sonchus oleraceus, Teucrium scorodonia, Thymus pulegioides, Trifolium arvense, Trifolium campestre, Trisetum flavescens, Urtica dioica, Verbascum densiflorum, Veronica officinalis, Vicia hirsuta, Viola arvensis, Viola canina, Viola hirta, Viola riviniana, Viscum album.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation prioritaire des pelouses silicicoles ouvertes.

Menaces

Embroussaillement et recolonisation forestière spontanée, au détriment des pelouses ouvertes.
Gyrobroyage des talus, aboutissant à la disparition des espèces végétales rares.

Recommandations

Mise en oeuvre du plan de gestion.
Compléter les inventaires faunistiques.

Plan de gestion

Le plan de gestion prend en compte à la fois l'aspect botanique et l'aspect entomologique. Il prévoit la restauration des pelouses silicicoles et calcicoles sur au moins la moitié de la superficie de la réserve (cf. Duvigneaud et al., 1998).
Des mesures de gestion (débroussaillage) ont déjà été appliquées ponctuellement dans le passé.

Accès du public

L'accès n'est pas autorisé. Les zones accessibles sont de toutes façons très exiguës.

Détails

Description physique

La colline du Grand Ri s'étend en Fagne de l'Entre-Sambre-et Meuse, au nord-est de Villers-en-Fagne, le long de la route qui mène au village voisin de Sart-en-Fagne.

S'étendant sur une longueur de 300 m selon un axe est-ouest, cette petite colline prend place au sein d'un paysage agricole ouvert, sur une légère pente orientée au sud, à une altitude d'environ 190 m. Au sud de cette pente coule le ruisseau du Grand Ri, un affluent de l'Hermeton.

Dans sa partie septentrionale, le sol est constitué de calcaires frasniens recouverts de limons argileux. Vers le sud, les affleurements schisteux (Frasnien supérieur) sont très importants. Ceux-ci sont bien visibles sur le talus en bordure de la route qui mène à Sart-en-Fagne (d'après DUVIGNEAUD et al., 1998).

Description biologique

La flore de la colline du Grand Ri est riche de plus de 150 espèces de plantes supérieures et 74 bryophytes, parmi lesquelles figurent un certain nombre d'éléments fort intéressants. L'inventaire de la bryoflore a été réalisé par A. et O. Sotiaux les 25 octobre et 8 novembre 1997 (in DUVIGNEAUD et al., 1998). En raison de la diversité des substrats et de la présence de nodules calcaires, la végétation y présente une certaine originalité qui s'exprime plus particulièrement dans la physionomie des pelouses sèches: en effet, celles-ci se composent d'espèces acidophiles, calcicoles ou neutro-calcicoles qui peuvent se mélanger, formant des ensembles complexes qu'il est parfois difficile de caractériser.

Plusieurs associations végétales de grand intérêt ont été décrites par DUVIGNEAUD et al. (1998):

- une chênaie-charmaie calcicole, occupant le plateau et le flanc nord, avec notamment Orchis mascula, Ligustrum vulgare, ... Ce groupement est très dégradé par des coupes fréquentes et par le pâturage du gibier; la strate muscinale comprend Eurhynchium striatum, Rhytidiadelphus triquetrus, Cirriphyllum piliferum, Loeskeobryum brevirostre, Isothecium alopecuroides, Lophocolea bidentata, Kindbergia praelonga;

- un boisement riche en espèces nitrophiles dont Sambucus nigra et Urtica dioica, colonisant une ancienne carrière de calcaire frasnien; les bryophytes y sont très abondants: sur paroi ombragée, on note Zygodon viridissimus, Fissidens dubius, Rhynchostegium murale, Schistidium apocarpum, Homalia trichomanoides, Bryoerythrophyllum recurvirostrum, Campylophyllum calcareum, Radula complanata, Metzgeria furcata; l'épiphytisme est bien présent, en particulier sur les sureaux, avec Frullania dilatata, Lophocolea heterophylla, Metzgeria furcata, Dicranum montanum, Ulota bruchii, Orthotrichum affine, Brachytheciastrum velutinum, Amblystegium serpens, Homalothecium sericeum, Dicranoweisia cirrata, etc.;

- des fourrés d'épineux dominés par Prunus spinosa (groupement des Prunetalia); sous ces fourrés et en bordure se développe une strate muscinale fournie constituée notamment de Rhytidiadelphus squarrosus, très abondant et ubiquiste, ainsi que de diverses espèces hélio-sciaphiles plutôt calciphiles à légèrement acidophiles comme Pseudoscleropodium purum, Plagiomnium affine, Plagiomnium undulatum, Thuidium tamariscinum, Hylocomium splendens, voire calcifuges comme Dicranum scoparium, Polytrichastrum formosum, Pleurozium schreberi;

- une sarothamnaie à Cytisus scoparius, formation préforestière des sols acidifiés, généralement peu étendue et à durée de vie assez limitée, renfermant aussi le parasite du genêt, Orobanche rapum-genistae;

- des ourlets herbacés bien développés en lisière des fourrés et qui constituent une zone de transition entre les pelouses ouvertes et les boisements;

- une pelouse calcicole mésophile, caractérisée par un tapis herbacé assez ras et ouvert dominé par Festuca lemanii, avec aussi Thymus pulegioides, Helianthemum nummularium, Potentilla neumanniana,... La représentation de Brachypodium pinnatum, souvent dominante sur les pelouses calcicoles de la région, est ici très faible et réduite à une toute petite plage. De nombreuses mousses héliophiles, xérophiles et calciphiles font partie de cette pelouse: Entodon concinnus, Abietinella abietina, Homalothecium lutescens, Hypnum cupressiforme var. lacunosum, Didymodon ferrugineus, Barbula convoluta, etc.;

- une pelouse acidiphile renfermant principalement Agrostis capillaris; il s'agit d'un groupement de composition floristique très proche de la lande à Calluna vulgaris (cette dernière espèce étant néanmoins absente du site); Polytrichum juniperinum, Ceratodon purpureus, Cephaloziella divaricata, Racomitrium elongatum, Bryum argenteum et d'autres mousses s'y montrent en abondance;

- une pelouse ouverte de l'Alysso-Sedion, colonisant les substrats calcaires dénudés, composée d'orpins (Sedum acre, S. album et S. rupestre) et de petites espèces annuelles;

- un groupement du Thero-Airion occupant les zones schisteuses les plus ouvertes et sèches, avec Filago minima, Trifolium arvense, Scleranthus annuus,...

- un groupement du Violon caninae occupant des zones assez siliceuses et présentant un recouvrement relativement dense, avec notamment Danthonia decumbens, Viola canina, Potentilla argentea, Veronica officinalis, etc.

Le fossé de drainage le long de la route abrite une flore composée notamment de Juncus inflexus, Juncus effusus, Cirsium vulgare, Cirsium arvense, Persicaria hydropiper, Phleum pratense, Equisetum palustre, Urtica dioica, Carex hirta, Carex cuprina, Potentilla reptans, Filipendula ulmaria, Festuca arundinacea, Senecio erucifolius, etc. La mousse méso-hygrophile à tendance calciphile Calliergonella cuspidata y est bien présente.

La lisière nord du site, en contact avec une zone de culture sur dépôts limono-argileux, accueille une bryoflore composée d'espèces éphémères: Pseudephemerum nitidum, Tortula truncata, Trichodon cylindricus, Riccia sorocarpa, Fossombronia wondraczekii, Archidium alternifolium, Physcomitrella patens, cette dernière, très rare, étant parfois rencontrée sur les vases exondées des étangs.

L'intérêt ornithologique et entomologique du Grand Ri a été documenté respectivement par T. Dewitte et K. Hofmans (in DUVIGNEAUD et al., 1998). Mais jusqu'à présent, la plus grande part du peuplement faunistique reste méconnue et n'a fait l'objet que d'observations ponctuelles.

L'avifaune locale comprend plusieurs espèces intéressantes comme la pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), le rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos), la fauvette babillarde (Sylvia curruca), la fauvette grisette (Sylvia communis), le bruant jaune (Emberiza citrinella), attirés sur le site par les imposants fourrés d'épineux. En outre, le pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix), oiseau plus nettement forestier, se cantonne dans la chênaie-charmaie, tandis que le pipit des arbres (Anthus trivialis) est signalé au niveau des clairières. L'abondance des fruits et graines attire nombre de passereaux de passage ou hivernants, dont des grives (Turdus spp.), grosbec cassenoyaux (Coccothraustes coccothraustes), verdier d'Europe (Carduelis chlorus), etc.

Deux espèces de reptiles sont signalées, le lézard vivipare (Zootoca vivipara) et l'orvet fragile (Anguis fragilis), assez communs dans la région. On compte en outre trois amphibiens, dont deux se reproduisent dans des ornières au pied du versant nord, à savoir la grenouille rousse (Rana temporaria) et le triton ponctué (Lissotriton vulgaris) (obs. O. Decocq, 1999).

Malgré son étendue relativement réduite (2 ha) et son isolement au milieu de prairies pâturées intensives, l'intérêt entomologique du Grand Ri est élevé, comme l'indiquent les quelques inventaires réalisés à ce jour. A titre d'exemple, depuis le début des années 2000, pas moins de 23 espèces de papillons de jour (ou rhopalocères) y ont été recensées, dont le thécla du prunier (Satyrium pruni) typique des haies et fourrés de prunellier, et l'hespérie de la mauve (Pyrgus malvae) lié aux pelouses sèches à potentilles. On y a aussi noté plus de dix espèces d'Orthoptères ainsi que diverses punaises.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A compléter

Divers

Sources

RESNAT

Date de la dernière modification de la fiche

2015-12-04