Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1364 - Boutonville

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Chimay
Cantonnements DNF :Chimay
Surface : ha
Coordonnées :X Lambert : 151645 - Y Lambert : 80398
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Le site se trouve en Calestienne entre Chimay et Couvin, de part et d'autre du ruisseau de Boutonville qui se jette dans l'Eau Blanche non loin de là. Il est occupé par différents groupements végétaux hygrophiles, dont le plus intéressant est la cariçaie à laîche paniculée (Carex paniculata), une plante ayant la faculté de croître en touradons souvent spectaculaires. Une mégaphorbiaie à reine des prés (Filipendula ulmaria) et épilobe hirsute (Epilobium hirsutum) y occupe également de vastes surfaces. Une forêt galerie constituée d'aulnes et d'ormes est présente le long du ruisseau. Plusieurs espèces remarquables sont notées sur le site, c'est le cas de l'aconit tue-loup (Aconitum lycoctonum subsp. vulparia) et surtout de la rare scille à deux feuilles (Scilla bifolia). L'intérêt faunistique de cette zone humide est particulièrement élevé malgré sa surface relativement réduite. La plus grande partie du site bénéficie depuis mai 2017 du statut de réserve naturelle agréée (3,3 ha) et est en outre incluse dans le réseau Natura 2000.

Carto

Régions naturelles

  • K0 - Calestienne

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
BaileuxCHIMAYHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
ChimayMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune de Chimay.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Michaël LEYMAN

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6775Boutonville3.3716 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Boloria seleneNonNon2015O. Dugaillez
Brenthis inoNonNon2015O. Dugaillez
Plantes - Plantes supérieures
Aconitum lycoctonum subsp. vulparia2002J. Leurquin, J. Saintenoy-Simon, H. Pohl
Anemone ranunculoides1993J. Leurquin
Carex paniculata2013AJ. Leurquin + divers obs.
Carex vesicaria1993J. Leurquin
Dactylorhiza majalisPrésence à confirmer
Gagea lutea1993J. Leurquin
Helleborus viridis subsp. occidentalis1993J. Leurquin
Hyacinthoides non-scriptaQuelques pieds2002J. Leurquin, J. Saintenoy-Simon, H. Pohl
Lathraea squamaria1993J. Leurquin
Narcissus pseudonarcissus1993J. Leurquin
Ononis repens1993J. Leurquin
Sambucus ebulus1993J. Leurquin
Scilla bifolia2017AJ. Leurquin + divers obs.
Selinum carvifolia1993J. Leurquin

Commentaires sur la faune

Données à compléter.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données J. Leurquin, 1994; J. Saintenoy-Simon et H. Pohl 2002; B. Clesse, 2015): Acer campestre, Acer pseudoplatanus, Aconitum lycoctonum subsp. vulparia, Aegopodium podagraria, Agrimonia eupatoria, Alliaria petiolata, Alnus glutinosa, Alopecurus pratensis, Anemone nemorosa, Anemone ranunculoides, Angelica sylvestris, Apium nodiflorum, Armoracia rusticana, Arrhenatherum elatius Arum maculatum, Athyrium filix-femina, Brachypodium pinnatum, Caltha palustris, Calystegia sepium, Cardamine amara, Carex disticha, Carex hirta, Carex paniculata, Carex vesicaria, Centaurea scabiosa, Cerastium fontanum, Chrysosplenium oppositifolium, Cirsium oleraceum, Cirsium palustre, Clematis vitalba, Clinopodium vulgare, Cornus sanguinea, Corydalis solida, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Cruciata laevipes, Cynosurus cristatus, Dryopteris carthusiana, Elymus caninus, Elymus repens, Epilobium angustifolium, Epilobium hirsutum, Epilobium obscurum, Epilobium palustre, Epilobium parviflorum, Epilobium tetragonum, Equisetum palustre, Euonymus europaeus, Eupatorium cannabinum, Festuca arundinacea, Filipendula ulmaria, Fraxinus excelsior, Gagea lutea, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium uliginosum, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Glyceria notata, Hedera helix Helleborus viridis subsp. occidentalis, Heracleum sphondylium, Holcus lanatus, Hyacinthoides non-scripta, Hypericum hirsutum, Juncus acutiflorus, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus inflexus, Knautia arvensis, Lamium galeobdolon, Lathraea squamaria, Lathyrus pratensis, Ligustrum vulgare, Lolium perenne, Lotus pedunculatus, Lychnis flos-cuculi, Lycopus europaeus, Lysimachia vulgaris, Melica uniflora, Mentha aquatica, Mentha spicata subsp. glabrata, Mercurialis perennis, Myosotis arvensis, Narcissus pseudonarcissus, Nasturtium officinale, Ononis repens, Origanum vulgare, Phalaris arundinacea, Pimpinella major, Polygonatum multiflorum, Primula elatior, Prunus avium, Prunus spinosa, Ranunculus ficaria subsp. bulbifer, Ranunculus repens, Ribes rubrum, Ribes uva-crispa, Rubus sp., Rumex conglomeratus, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Salix aurita, Salix caprea, Sambucus ebulus, Sambucus nigra, Sanguisorba minor, Scilla bifolia, Scirpus sylvaticus, Scrophularia auriculata, Scutellaria galericulata, Selinum carvifolia, Solanum dulcamara, Stachys sylvatica, Stellaria graminea, Succisa pratensis, Taraxacum sp., Trifolium medium, Trifolium pratense, Trifolium repens, Ulmus campestris, Urtica dioica, Valeriana dioica, Valeriana repens, Verbascum nigrum, Verbascum thapsus, Viburnum lantana, Viburnum opulus, Vicia cracca.

Champignons (données B. Clesse, 2015-2016): Ascocoryne cylichnium, Ascocoryne sarcoides, Bisporella sulfurina, Calocera cornea, Calyptella campanula, Calyptella capula, Clitocybe fragrans, Clitocybe nebularis, Entoloma nitens, Fomitopsis pinicola, Hemimycena delectabilis var. bispora, Hymenoscyphus fraxineus, Hymenoscyphus menthae, Hyphoderma puberum, Inonotus radiatus, Lepiota boudieri, Lepista flaccida, Marasmius rotula, Merismodes confusa, Mycena galericulata, Mycena haematopus, Mycena hiemalis, Mycena pseudocorticola, Mycena speirea, Mycena vitilis, Pezicula acericola, Phlebia tremellosa, Pholiotina dasypus, Plicaturopsis crispa, Pluteus cinereofuscus, Pluteus salicinus, Pluteus semibulbosus, Polyporus varius, Pseudoclitocybe cyathiformis, Sarcoscypha coccinea, Scutellinia pilati, Stereum subtomentosum, Typhula phacorrhiza, Vuilleminia coryli

Espèces exotiques

Plantes: Armoracia rusticana, Mentha spicata subsp. glabrata.

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'un fond de vallée humide et des groupements végétaux typiques, notamment d'un remarquable groupement à Carex paniculata.

Menaces

Eutrophisation, entrainant un envahissement par les orties et les reines des prés.

Recommandations

Procéder aux inventaires faunistiques.

Prolonger la réserve en direction de l'aval en vue d'englober la foret alluviale à lathrée écailleuse et gagée jaune.

Plan de gestion

LEURQUIN (1994) apportent quelques précisions sur l'occupation des sols à une époque récente. Le site servait principalement au pacage des vaches d'un fermier de la localité. Jusqu'en 1991, la charge de bétail correspondait à 10 vaches à raison de 8 jours sur 2 mois. A partir de 1992, seules deux vaches y pâturent encore, de mai à fin septembre.

Un plan de gestion détaillé de la RNA figure dans la demande d'agrément réalisée par Ardenne et Gaume.

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

Le site se trouve en Calestienne, de part et d'autre du ruisseau de Boutonville, affluent de la rive droite de l'Eau Blanche (Bassin du Viroin). A cet endroit le cours d'eau traverse des calcaires du Couvinien. La largeur du vallon ne dépasse guère 100 m. Des mesures de pH et de conductivité de l'eau sont données par LEURQUIN (1994). Le pH varie de 6,8 à 7,0 et la conductivité est variable suivant les stations : au moment des relevés, elle était de 286 uS/cm dans le ruisseau et de 679 uS/cm au niveau des suintements des prairies flottantes.

Description biologique

Le site décrit est localisé de part et d'autre du ruisseau de Boutonville, à hauteur de la station de pompage, et est constitué de pâtures abandonnées, de prairies humides, de zones de suintements, de lisières forestières et de bois alluviaux

La station a été étudiée d'un point de vue phytosociologique par LEURQUIN (1994). Sur base d'un transect effectué d'ouest en est à travers la vallée, cet auteur y a reconnu les groupements suivants :

- une chênaie-charmaie de versant à Mercurialis perennis, occupant l'emplacement d'une carrière désaffectée ;

- un manteau préforestier à Corylus avellana, Cornus sanguinea, Acer campestre, Prunus spinosa, Crataegus monogyna, Salix caprea, Euonymus europaeus, Viburnum lantana et des draperies de Clematis vitalba ;

- un ourlet nitrophile plus ou moins ombragé à Sambucus ebulus, Aegopodium podagraria, Geranium robertianum, Geum urbanum, Urtica dioica, etc.

- un ourlet mésophile rassemblant des calcicoles comme Brachypodium pinnatum, Trifolium medium, Sanguisorba minor, Knautia arvensis, Origanum vulgare, Verbascum nigrum, Ononis repens, Centaurea scabiosa, etc. ;

- un talus au bord du chemin asphalté montrant Pimpinella major, Elymus repens, Festuca arundinacea, etc. ;

- une frange de prairie mésophile à Lolium perenne, Trifolium repens, Trifolium pratense ;

- un pré pâturé amendé à Lolium perenne et Cynosurus cristatus ;

- un groupement de suintement très fragmentaire occupant une crique avec Mentha spicata subsp. glabrata, Epilobium parviflorum et Juncus inflexus ;

- des groupements de prairie flottante à Apium nodiflorum, Nasturtium officinale, Glyceria notata, enrichis d'espèces comme Scrophularia auriculata, Lychnis flos-cuculi, Mentha aquatica, etc. ;

- une jonchaie acutiflore avec Juncus acutiflorus, Selinum carvifolia, Juncus conglomeratus, Valeriana dioica, Epilobium palustre, Succisa pratensis, etc. ;

- une friche mésophile à Arrhenatherum elatius renfermant diverses herbacées banales ;

- des parvocariçaies à Carex disticha et Carex hirta, qui établissent une zone de transition entre les deux groupements précédents ;

- une magnocariçaie à Carex paniculata, le long du fossé d'écoulement, présentant des touradons hauts de 1,2 m qui portent diverses espèces comme Filipendula ulmaria, Angelica sylvestris, Epilobium angustifolium, etc. ;

- une aulnaie arbustive à Alnus glutinosa et aussi Salix aurita, Salix caprea, Viburnum opulus,...

- une vaste mégaphorbiaie à Filipendula ulmaria et Epilobium hirsutum installée sur les alluvions entre le fossé d'écoulement et le ruisseau, dans laquelle sont présents des îlots de magnocariçaie à Carex vesicaria, de scirpaie à Scirpus sylvaticus et de jonchaie à Juncus acutiflorus ;

- un ourlet nitrophile à Aegopodium podagraria et Urtica dioica, renfermant une belle population d'Aconitum lycoctonum subsp. vulparia (environ 12 m 2 ) ;

- un manteau à Corylus avellana, Cornus sanguinea, Acer campestre, Ligustrum vulgare, etc. ;

- une ormaie-frênaie alluviale à Fraxinus excelsior, Ulmus campestris, Aegopodium podagraria ; cette forêt existe aussi plus en aval, sous une variante neutrophile, avec comme différentielles Corydalis solida, Anemone ranunculoides, Gagea lutea, Lathraea squamaria, Helleborus viridis subsp. occidentalis, etc. ;

- une chênaie-charmaie de versant à Hedera helix et Mercurialis perennis, qui couvre le versant oriental du vallon.

Des relevés plus récents ont été effectués en 2002 par J. Saintenoy-Simon et H. Pohl. Leurs observations sont synthétisées ci-dessous.

Dans le ruisseau poussent Glyceria spp. et Apium nodiflorum. Sur les berges se développe une étroite galerie forestière constituée d'Alnus glutinosa, Crataegus monogyna, Ribes rubrum, R. uva-crispa, Rubus sp., Carex paniculata, Aconitum lycoctonum subsp. vulparia, Caltha palustris, Glechoma hederacea, Galium aparine, Ranunculus ficaria subsp. bulbifer, Aegopodium podagraria, Anemone nemorosa, etc. Par endroits, Phalaris arundinacea forme une roselière frangeante, plus ou moins étendue.

Aux abords des sources on note des groupements à Cardamine amara et Chrysosplenium oppositifolium.

Une mégaphorbiaie à Filipendula ulmaria et Urtica dioica occupe d'anciennes prairies de fauche. On y trouve en outre Juncus effusus, Angelica sylvestris, Epilobium hirsutum, Primula elatior,...

Un groupement à Scirpus sylvaticus est également plus ou moins caractérisé. Il renferme diverses espèces de la mégaphorbiaie.

Les touradons de Carex paniculata portent quelques 'épiphytes' occasionnelles : Anemone nemorosa, Taraxacum sp., ...

Dans le bois en rive droite, on peut encore admirer un très beau peuplement de Scilla bifolia avec par ailleurs Narcissus pseudonarcissus, Melica uniflora,...

Plus récemment, en juillet 2015, un inventaire floristique de la réserve a été réalisé par un groupe de stagiaires du Centre Marie-Victorin de Vierves-sur-Viroin, encadré par B. Clesse. A cette occasion, un total de 81 espèces ont été recensées dans la plupart des habitats du site, dont Cirsium oleraceum, peu commun dans la région, et Epilobium obscurum, espèce des prairies humides acidophiles plutôt rare et plus typique de l'Ardenne.

La présence d'une orchidée, Dactylorhiza majalis, est par ailleurs signalée sur le panneau didactique de la réserve installé à l'entrée de la réserve. L'origine de cette donnée n'est pas connue et mériterait confirmation.

On ajoutera encore, à ces différents milieux la petite carrière ouverte dans le flanc ouest de la vallée du ruisseau de Boutonville, à proximité de la réserve de Boutonville. Elle est reprise dans l'inventaire des carrières et sablières comme site d'intérêt faible (REMACLE, 2005). Cet ancien site d'extraction comprend un replat boisé (large au plus de 25 m) parallèle à la route et plus haut que celle-ci, limité par un talus extérieur (6 m maximum) plus ou moins arboré où la roche en place est visible çà et là. Ce replat porte actuellement le pompage et le réservoir. Le site est boisé, avec notamment Corylus avellana, Acer campestre, Acer pseudoplatanus, Crataegus monogyna, Prunus avium, Ligustrum vulgare, Clematis vitalba, Lamium galeobdolon, Mercurialis perennis, Arum maculatum etc.

La fonge de la réserve de Boutonville a été l'objet d'observations ponctuelles en 2015-2016 par B. Clesse (CNB/Vierves-sur-Viroin). Ces observations sont détaillées dans les rapports annuels de gestion et résumées ci-dessous.

Parmi les espèces intéressantes, relativement peu courantes à rares, plusieurs sortent du lot. C'est le cas des deux Calyptella (probablement une seule espèce si on suit «Funga Nordica»), peu courantes dans nos régions, se développant sur les tiges pourries de diverses espèces herbacées (ici des orties) dans des conditions de confinement, d'humidité et d'ombrage avec forte accumulation de matière organique. D'où l'intérêt de l'ortie, espèce banale et rudérale, pour la fonge et plus largement la biodiversité.

Pholiotina dasypus et Typhula phacorrhiza sont deux espèces saprotrophes poussant sur litière de feuillus; la première est rare et a été rencontrée sur un tas de foin largement décomposé et provenant de la fauche de la mégaphorbiaie, et la seconde, peu banale, se caractérise par de petits sclérotes émergeant des feuilles pourries d'aulne d'où émanent les fines clavules de couleur crème brunâtre. Entoloma nitens est un entolome rare des forêts feuillues avec végétation herbacée au sol.

S'y ajoutent encore Hemimycena delectabilis var. bispora, Pezicula acericola ou encore Merismodes confusa dont la présence sur un vieux saule cendré «en boule, en compagnie d'autres espèces, doit inciter les gestionnaires à le conserver précieusement. Les inventaires se poursuivront à l'avenir avec exploration d'habitats comme le bois mort, les tiges de plantes herbacées, les touradons de laîches paniculées qui sont autant d'habitats intéressants pour la fonge.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

Ancien moulin.

Histoire du site

A compléter

Divers

Sources

Ardenne et Gaume

Répondants de l'information

Bernard CLESSE (CNB).

Date de la dernière modification de la fiche

2017-11-14