Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1416 - Ancienne Ardoisière de l'Hamérienne

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Ancienne Ardoisière Saint-Joseph / Ancienne Ardoisière de l'Hamériaine
Communes :Viroinval
Cantonnements DNF :Viroinval
Surface :0.61 ha
Coordonnées :X Lambert : 168843 - Y Lambert : 77447
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Témoin d'une activité industrielle jadis importante dans cette partie de l'Ardenne, cette ancienne ardoisière présente, à l'heure actuelle, un intérêt biologique décroissant, suite à l'envahissement du pierrier résiduel par de nombreux ligneux pionniers. Les aires pierreuses encore ouvertes devenant de plus en plus réduites, le site est de moins en moins favorable à la flore et la faune caractéristiques (disparition probable de Podarcis muralis). Il héberge notamment, parmi la flore, Pyrola minor (plusieurs plages) et Digitalis lutea.Le site montre encore des vestiges de murs, ainsi qu'une descenderie inclinée menant, après une trentaine de m, à un réseau inondé. L'entrée de cette fosse, dont la voûte est constituée de moellons sur chant, mériterait d'être préservée.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L2 - Ardenne septentrionale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Oignies-en-Thiérache0.61 haVIROINVALNAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Viroinval0.61 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune de Viroinval.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

A compléter

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
G1Forêts feuillues décidues
H1.7aMines et tunnels souterrains désaffectés

Biotopes Corine

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
87.2Zones rudérales

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Podarcis muralisOuiNonReproduction probable1987donnée du Centre Marie-Victorin
Zootoca viviparaOuiNonReproduction1997Cobs. A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Centaurium erythraea2001Cobs. A. Remacle
Epipactis helleborine< 10 pieds2001Cobs. A. Remacle
Pyrola minorPlusieurs plages.2001Cobs. A. Remacle

Commentaires sur la faune

Mammifères
Chiroptères: seule la descenderie longue de 30 m est accessible.

Reptiles
Reproduction de Lacerta vivipara. Podarcis muralis, encore présent en 1987 (donnée du Centre Marie-Victorin), ne semble plus y avoir été observé ces dernières années.

Insectes
Seules des espèces communes de Lépidoptères Rhopalocères et d'Orthoptères ont été recensées.

Commentaires sur la flore

Agrimonia procera (=odorata).

Espèces exotiques

Juncus tenuis,

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'une ancienne ardoisière qui, malgré son boisement important, présente encore quelques éléments biologiques intéressants, à côté des vestiges de bâtiments et d'une fosse intéressante du point de vue architectural.

Menaces

- Boisement spontané du site.
- Forte altération de la végétation de la partie ouverte et humide dans le secteur du pierrier à la suite de la fréquentation par des sangliers.

Recommandations

Réensoleillement d'une partie de l'ancien pierrier par coupe de ligneux.

Plan de gestion

Sans objet.

Accès du public

Accès libre.

Détails

Description physique

Situation générale: Cette ancienne ardoisière, située à 1.800 m au SSW de l'église de Oignies, a été ouverte dans le vaste massif forestier au sud de ce village, à moins de 500 m de la Deluve.
On y a extrait du schiste ardoisier du Devillien (bassin de Fumay).
Description du site: cette ancienne ardoisière est localisée en grande partie dans l'angle d'un tournant d'un chemin forestier (ancien accès) et peut être subdivisée, d'ouest en est, en trois secteurs contigus.
- A l'ouest du chemin, un terre-plein occupé par une friche correspond à l'emplacement du dernier bâtiment dont les ruines furent rasées en 1992; une petite ruine (cave) y subsiste près d'un vieux pommier, de pruniers, lilas et grands conifères. Un sentier longe le terre-plein vers le nord. A l'arrière de la friche se trouve une parcelle plantée de jeunes merisiers, peut-être incluse dans le périmètre ancien de l'ardoisière.
- Une partie arborée comprend:
+ en contrebas du chemin d'accès, l'entrée de la descenderie inclinée qui mène, après une trentaine de m, à un réseau inondé. La voûte et les murs de cette fosse sont constitués de moellons schisteux, soigneusement disposés sur chant au niveau de la voûte. Cette entrée de fosse remarquable mériterait d'être préservée dans les plus brefs délais;
+ différents vestiges de murs et de bâtiments à proximité immédiate de l'entrée du plan incliné.
- L'ancien pierrier, qui a été largement exploité, est accessible par un sentier prenant naissance au niveau du tournant, face à la friche. Ce pierrier est globalement fort colonisé par les ligneux, à l'exception de quelques aires minuscules et d'une zone plus humide vers l'est, 'retournée' en 2001 par les sangliers. Les talus marquant la limite de l'ancien terril sont dans l'ensemble peu élevés (maximum de 4-5 m de haut).
La partie inférieure située entre le pierrier et le chemin (vers le nord) a été plantée de mélèzes (avec quelques pins sylvestres et de nombreuses ronces).
Fréquentation du site: Assez forte, mais en diminution vu l'envahissement des sentiers par les ronces (2001). Place à feu (friche).
Présence de déchets: Quelques déchets de pique-nique, plusieurs places à feu.
Environnement du site: Bois.

Description biologique

Le site est globalement boisé (certains ligneux âgés): Betula pendula, Betula pubescens, Salix caprea, Salix sp., Quercus sp., Pinus sylvestris, Populus tremula, Prunus avium, Picea abies, Larix kaempferi, Corylus avellana (abondant), Ribes uva-crispa, Lonicera periclymenum, Cytisus scoparius, Calluna vulgaris (une grosse touffe),...; Rubus sp. (abondante à certains endroits).
Discontinue et peu diversifiée dans les endroits boisés, la strate herbacée est plus variée aux endroits encore ouverts et ensoleillés. Elle est principalement composée d'espèces forestières et prairiales (avec des hygrophiles), ainsi que de quelques espèces de pelouses cantonnées aux rares endroits encore ouverts et pierreux: Ranunculus flammula, R. repens, R. acris, Stellaria graminea, Hypericum maculatum, Pyrola minor (plusieurs plages situées notamment autour et dans les ruines), Fragaria vesca, Potentilla erecta, P. anserina, Sanguisorba minor, Alchemilla sp., Lotus pedunculatus, L. corniculatus, Vicia sativa, Lathyrus pratensis, Medicago lupulina, Euphorbia amygdaloides, Linum catharticum, Centaurium erythraea, Prunella vulgaris, Thymus pulegioides, Stachys officinalis, S. sylvatica, Linaria vulgaris, Veronica chamaedrys, V. serpyllifolia, V. officinalis, Digitalis lutea (quelques plants), Verbascum cf. thapsus, Valeriana repens, Succisa pratensis (plusieurs plages), Hieracium lachenalii, H. pilosella, Leucanthemum vulgare, Juncus tenuis, J. effusus, J. conglomeratus, Carex pallescens, C. ovalis, C. demissa, diverses poacées dont Poa nemoralis, P. pratensis, Arrhenatherum elatius, Dactylis glomerata, Holcus lanatus et Anthoxanthum odoratum, Polygonatum verticillatum, Epipactis helleborine (< 10 pieds),...; bryophytes.
La friche du terre-plein oriental est la seule partie du site encore ensoleillée et riche en fleurs: Hypericum maculatum, Agrimonia procera (plusieurs plants le long du sentier), Rubus sp., Melilotus officinalis, Lotus corniculatus, Cytisus scoparius, Heracleum sphondylium, Torilis japonica, Origanum vulgare, Thymus pulegioides, Veronica chamaedrys, Scrophularia nodosa, Galium mollugo, Valeriana repens, Achillea millefolium, Leucanthemum vulgare, Tanacetum vulgare, Arctium sp., Tussilago farfara, diverses poacées dont une grande plage de Bromus inermis, Dactylis glomerata, Anthoxanthum odoratum, etc. Près de la ruine résiduelle, présence d'un vieux pommier et de pruniers cultivés, de Ribes nigrum, Syringa vulgaris et de quelques grands conifères.

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

Ce site est un témoin d'une activité industrielle qui fut importante dans cette partie de l'Ardenne. L'entrée de la galerie et sa voûte (moellons sur chant) mériterait d'être préservée. Dans les environs se reconnaissent l'étang Castellin, retenue d'eau servant à la régulation des eaux de la Luve, le canal de dérivation entre la rivière et la roue hydraulique utilisée pour l'exhaure des eaux de l'ardoisière, le canal de vidange des eaux d'exhaure, ainsi que l'étang de retenue d'eau creusé pour actionner la roue hydraulique de pompage des eaux de l'ardoisière (G. Baudrez, in litt).

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle:
Occupation du site avant exploitation: bois.
Ancien exploitant: voir Baudrez, 1994.
Matériau(x) extrait(s): schiste ardoisier. Après la seconde guerre mondiale, les déchets de schiste furent exploités jusqu'en 1954.
Référence sur carte DPPGSS: Oignies 2.
Déroulement de l'exploitation: voir Baudrez, 1994. L'extraction a débuté au milieu du 19ème siècle.
Fin: 1926.
Réaffectation prévue (dans autorisation): -
Réaffectation effective: laissé en l'état. En 1990, un incendie détruisit le seul bâtiment qui subsistait, utilisé comme pavillon de chasse (aucune trace actuellement).

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)