Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

155 - La Picherotte

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Bois de Franque Hé
Communes :Ferrières
Cantonnements DNF :Aywaille
Surface :26.87 ha
Coordonnées :X Lambert : 239671 - Y Lambert : 119985
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le site de la Picherotte est localisé à 2,5 km au sud-est de Ferrières, juste au nord des hameaux de Raumont et Burnontige, aux confins de l'Ardenne liégeoise et de la Famenne orientale. Montrant un relief vallonné, il comprend la réserve naturelle de la Picherotte, qui s'étend le long d'un bras du ruisseau du même nom, ainsi qu'une grande partie du massif forestier qui l'entoure, dénommé Bois de Franque Hé. La création et ensuite l'agrément de cette réserve par la Région wallonne est justifiée par l'existence de très anciennes prairies humides de fauche de grand intérêt patrimonial. Un bas-marais à jonc épars (Juncus effusus) riche en sphaignes occupe les zones les plus marécageuses. La flore, très hygrophile, comprend aussi la valériane dioïque (Valeriana dioica), la renouée bistorte (Persicaria bistorta) ou encore l'orchis de mai (Dactylorhiza majalis). Une surface plus étendue est couverte par une mégaphorbiaie à angélique sauvage (Angelica sylvestris) à la flore davantage graminéenne classique des prairies non amendées à fromental. Au sud de la réserve, la recolonisation forestière a pris le pas. Le genêt à balais (Cytisus scoparius), bien présent à cet endroit et parasité par l'orobanche du genêt (Orobanche rapum-genistae), est sans doute un témoin de la lande à callune, jadis très étendue. Ces lieux accueillent plusieurs petits points d'eau, dont une mare aménagée, particulièrement recherchés par divers batraciens et reptiles. D'une manière générale, la faune demeure peu connue.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L2 - Ardenne septentrionale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Ferrières26.87 haFERRIERESLIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Aywaille26.87 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune de Ferrières.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Didier SCHROOTEN (didier.schrooten@cybernet.be)

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6619Picherotte3,7854 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Dryocopus martiusOuiNon2012
Pernis apivorusOuiNon2012
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon1999P. Georges, D. Schrooten
Lissotriton helveticusOuiNon1999P. Georges, D. Schrooten
Lissotriton vulgarisOuiNon1995P. Georges, D. Schrooten
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2010Divers obs.
Natrix natrixOuiOui1991P. Georges, D. Schrooten
Zootoca viviparaOuiNon2012Divers obs.
Plantes - Plantes supérieures
Alchemilla filicaulis subsp. vestita2011P. Hauteclair
Crepis paludosa
Dactylorhiza maculata
Dactylorhiza majalis
Epipactis helleborine
Genista pilosa2011P. Hauteclair
Listera ovata
Orobanche rapum-genistae
Persicaria bistorta
Platanthera chlorantha
Succisa pratensis2011F. Wyzen
Viola palustris
Plantes - Mousses - Bryophytes
Sphagnum palustre
Sphagnum subsecundum

Commentaires sur la faune

Mammifères: Capreolus capreolus, Sus scrofa, Vulpes vulpes.

Oiseaux: Carduelis carduelis, Certhia brachydactyla, Coccothraustes coccothraustes, Dryocopus martius, Fringilla coelebs, Pernis apivorus, Motacilla alba, Phylloscopus collybita, Phylloscopus sibilatrix, Phylloscopus trochilius, Pyrrhula pyrrhula, Regulus regulus, Sylvia atricapilla, Sylvia borin, Sylvia curruca, Troglodytes troglodytes, Turdus philomelos.

Reptiles: Anguis fragilis, Natrix natrix, Zootoca vivipara.

Amphibiens: Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Lissotriton vulgaris, Rana temporaria.

Lépidoptères rhopalocères: Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Argynnis paphia, Gonepteryx rhamni, Leptidea sinapis s.l., Maniola jurtina, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Pyronia tithonus, Thymelicus lineolus, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Odonates: Aeshna cyanea, Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Cordulegaster boltonii.

Orthoptères: Pholidoptera griseoaptera,Tettigonia viridissima.

Hyménoptères: Bombus lucorum, Bombus pratorum, Bombus sylvestris.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures: Achillea millefolium, Agrostis canina, Alchemilla filicaulis subsp. vestita, Alchemilla xanthochlora, Alnus glutinosa, Angelica sylvestris, Anthoxanthum odoratum, Calluna vulgaris, Caltha palustris, Carpinus betulus, Circaea lutetiana, Crataegus monogyna, Crepis paludosa, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Dactylorhiza maculata, Dactylorhiza majalis, Deschampsia flexuosa, Epipactis helleborine, Frangula alnus, Fraxinus excelsior, Genista pilosa, Glyceria fluitans, Heracleum sphondylium, Holcus mollis, Hypericum pulchrum, Juncus effusus, Leucanthemum vulgare, Listera ovata, Orobanche rapum-genistae, Persicaria bistorta, Phleum pratense, Plathantera chlorantha, Populus tremula, Prunus avium, Prunus spinosa, Rubus sp., Scirpus sylvaticus, Solidago virgaurea, Sorbus aucuparia, Stachys sylvatica, Stellaria alsine, Succisa pratensis, Teucrium scorodonia, Trifolium pratense, Vaccinium myrtillus, Valeriana dioica, Valeriana repens, Veronica chamaedrys, Vicia cracca, Viola palustris.

Espèces exotiques

Animaux: Harmonia axyridis.

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'un ensemble de prés de fauche de grand intérêt botanique et paysager. Le site est notamment riche en diverses espèces d'orchidées.

Menaces

Aucune menace ne pèse sur la réserve.

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

La gestion de la réserve naturelle vise à lui conserver, voire restaurer, son attrait didactique et son intérêt biologique. La fauche pratiquée après la floraison de l'angélique (fin septembre) permet de conserver au site une physionomie ouverte tout en préservant les chances de développement de diverses espèces d'orchidées et son faciès automnal typique à ombellifères.
En pratique, la gestion consiste en :
- une fauche automnale avec évacuation du foin
- un débroussaillage régulier des zones trop envahies par les arbustres
Taille d'une haie mixte, aménagement de mares et débroussaillage de ronces.

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Les prairies qui constituent la réserve naturelle proprement dite ne sont pas accessibles au public; celui-ci est canalisé le long d'un sentier qui contourne le site. Ce sentier est ouvert en permanence.

Il existe un livret-guide : 'Les richesses naturelles de Ferrières'.

Détails

Description physique

Le site de la Picherotte s'étend au sud-est de Ferrières et juste au nord des hameaux de Raumont et Burnontige. On se trouve ici en marge de l'Ardenne liégeoise, aux confins de la Famenne orientale.

Essentiellement forestier, le site est traversé par deux des trois bras qui forment le ruisseau de la Picherotte, le troisième bras coulant un peu à l'ouest du lieu-dit «Mon Legrand». Ce petit cours d'eau est un affluent du ruisseau de la Hé chaude (ou ruisseau de Cheralle), lui-même dépendant de la Lembrée qui appartient au sous-bassin de l'Ourthe. Le bras le plus oriental prend sa source à l'altitude 360 m dans une prairie en lisière forestière, en bordure du village de Burnontige, puis coule dans un vallon peu profond en direction du nord-ouest, sur une distance d'environ 490 m. La source du ri «central» est située au lieu-dit «Picherotte», un peu au nord de la route d'Izier et à la même élévation. Celui-ci a creusé un vallon un peu plus marqué, orienté sud-nord, et rejoint le bras oriental après seulement 370 m. C'est le long de ce bras central que s'étend la réserve naturelle gérée par les RNOB.

Le paysage est assez vallonné avec une altitude variant de 285 à 360 m.

Au niveau pédo-géologique, on se trouve sur des sols bruns acides, limono-caillouteux, à charge schisto-gréseuse (Eodévonien, Siegenien), ainsi que, plus localement, sur des sols hydromorphes.

Description biologique

Ce site vallonné est localisé au sud-est de Ferrières, non loin du petit village de Burnontige, aux confins de l'Ardenne liégeoise et de la Famenne orientale. Il comprend la réserve naturelle de la Picherotte, qui s'étend le long d'un petit affluent du ruisseau du même nom, ainsi qu'une grande partie du massif forestier qui l'entoure, dénommé Bois de Franque Hé.

La réserve en elle-même présente trois zones bien différenciées (cf dossier de demande d'agrément, ANONYME, 1991):

- une zone très humide le long du ruisseau avec Juncus effusus, Viola palustris, Agrostis canina, Glyceria fluitans, Stellaria alsine, Persicaria bistorta, Caltha palustris, Scirpus sylvaticus, Valeriana dioica, V. repens, Crepis paludosa, Dactylorhiza maculata, D. majalis,... et diverses espèces de sphaignes dont Sphagnum subsecundum (= crassicladum), S. acutifolium, S. palustre (Calthion).

- une zone mieux drainée, la plus étendue, qui groupe Angelica sylvestris, Heracleum sphondylium, Achillea millefolium, Alchemilla xanthochlora, Leucanthemum vulgare, Dactylis glomerata, Vicia cracca, Phleum pratense, Trifolium pratense,... (Arrhenatherion).

- un secteur en voie de recolonisation par les espèces ligneuses dont Cytisus scoparius, accompagné de son parasite Orobanche rapum-genistae, et Rubus sp., très bien représentés, mais aussi Crataegus monogyna, Prunus spinosa, Frangula alnus, Sorbus aucuparia sous le couvert desquels se développent diverses espèces herbacées: Holcus mollis, Deschampsia flexuosa, Anthoxanthum odoratum, Stachys sylvatica, Teucrium scorodonia, Vaccinium myrtillus, etc (Franguletalia).

Un manteau pré-forestier borde la frange externe de la prairie à angélique. On y observe, en plus des espèces forestières ou des fourrés déjà cités, Carpinus betulus, Prunus avium, Fraxinus excelsior, Alnus glutinosa, Populus tremula, etc.

La faune est très imparfaitement connue, les données, datant souvent des 1990-2000, mériteraient d'être actualisées et complétées.

L'avifaune est classique des massifs forestiers et vallons humides de l'Ardenne. On y observe, outre divers oiseaux banals, des espèces moins communes comme la bondrée apivore (Pernis apivorus), le pic noir (Dryocopus martius), le gros-bec cassenoyaux (Coccothraustes coccothraustes), le bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula), le pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix), ...

Les amphibiens comportent au moins 5 espèces sur le site, toutes communes dans la région. Plusieurs petits points d'eau permettent leur reproduction, aussi bien dans la réserve qu'aux environs.

Trois reptiles sont présents. Le lézard vivipare (Zootoca vivipara) et l'orvet (Anguis fragilis) sont habituels dans ce genre d'endroit. La présence de la couleuvre à collier (Natrix natrix) signalée en 1991 occupe encore probablement le site mais il manque de données récentes pour le confirmer.

L'entomofaune n'a fait pour l'instant l'objet que de quelques observations ponctuelles concernant les papillons de jour (16 spp.), les libellules (4 pp.), les bourdons (3 spp.) et les orthoptères (2 spp.).

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Le site correspondant à la réserve naturelle est ouvert depuis plusieurs siècles au moins. Les prairies de fauche ont été abandonnées dans les années 1960 et se reboisent progressivement depuis lors.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB NATAGORA

Date de la dernière modification de la fiche

2016-12-09