Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1608 - Carrière de Nobressart

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Attert
Cantonnements DNF :Arlon
Surface :0.91 ha
Coordonnées :X Lambert : 246947 - Y Lambert : 48941
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Située en Ardenne méridionale, à la limite avec la Lorraine, cette petite carrière de quartzophyllades comprend un terre-plein limité par une falaise rocheuse irrégulière, un replat intermédiaire et des secteurs périphériques largement colonisés par Calluna vulgaris. Très pierreuse et xérique, elle présente quelques lambeaux de lande à callune et de pelouse silicicole à Filago minima, Teesdalia nudicaulis et Jasione montana. Le site présente un intérêt entomologique important et héberge notamment une population remarquable du criquet à ailes bleues (Oedipoda caerulescens). Entre 2000 et 2008, le site a perdu une partie de son intérêt biologique suite au recouvrement du replat par des terres et inertes et à sa réaffectation en dépôt de bois. Un projet émis par la Commune d'Attert en 1998 visant à classer la carrière en réserve naturelle n'a pas abouti.

Carto

Régions naturelles

  • L0 - Ardenne
  • L5 - Ardenne méridionale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Nobressart0.91 haATTERTLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Arlon0.91 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Anthus trivialisOuiNon2008S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Columba oenasOuiNon2008S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Corvus monedulaOuiNonNicheur possible2008S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Cuculus canorusOuiOui2008S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Falco tinnunculusOuiNonNicheur possible2008S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Phoenicurus phoenicurusOuiNon2008S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Streptopelia turturOuiOui2008S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNonPrésence2000CA. Remacle
Zootoca viviparaOuiNonReproduction2008CA. Remacle, S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon2008S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Argynnis paphiaNonNon2008S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Carcharodus alceaeNonNon2008S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Lycaena tityrusNonNon1 femelle (sur Rumex)2008BA. Remacle
Pyrgus malvaeNonOui2007A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Myrmeleotettix maculatusAbondant2008CA. Remacle, S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Oedipoda caerulescensForte population2001A. Remacle, S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Platycleis albopunctata5-10 mâles2001BA. Remacle, S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Osmia aurulentaNidification2007A. Remacle
Osmia bicolorReproduction2001A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Filago minimaAbondante2008A. Remacle, S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Jasione montanaDispersée2008A. Remacle, S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Spergularia rubra2008A. Remacle, S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin
Teesdalia nudicaulisDispersée2008A. Remacle, S. Bocca, J. Taymans, G. Bottin

Commentaires sur la faune

Oiseaux (données Natagora 2008):
Anthus trivialis, Apus apus, Buteo buteo, Carduelis carduelis, Certhia brachydactyla, Ciconia nigra, Columba oenas, Columba palumbus, Corvus monedula, Cuculus canorus, Delichon urbica, Dendrocopos major, Emberiza citrinella, Erithacus rubecula, Falco tinnunculus, Fringilla coelebs, Garrulus glandarius, Hirundo rustica, Loxia curvirostra, Milvus milvus, Parus ater, Parus caeruleus, Parus major, Parus palustris, Phoenicurus ochruros, Phoenicurus phoenicurus, Phylloscopus collybita, Phylloscopus sibilatrix, Phylloscopus trochilus, Pyrrhula pyrrhula, Regulus regulus, Sitta europaea, Streptopelia turtur, Sylvia atricapilla, Sylvia borin, Sylvia communis, Troglodytes troglodytes, Turdus merula, Turdus philomelos, Turdus viscivorus.

Reptiles
Reproduction de Lacerta vivipara. Présence d'Anguis fragilis.

Insectes
- Orthoptères: abondance de l'espèce protégée Oedipoda caerulescens; deux autres espèces intéressantes présentes un peu partout dans le site: Platycleis albopunctata et Myrmeleotettix maculatus.
- Lépidoptères Rhopalocères: une espèce vulnérable: Lycaena tityrus; Pyrgus malvae, Lycaena phlaeas, Lasiommata megera, Polyommatus icarus.
- Coléoptères Cicindelinae: la présence de Cicindela campestris n'a pas été détectée jusqu'à présent.
- Hyménoptères Aculéates: reproduction des abeilles hélicicoles Osmia bicolor et Osmia aurulenta.

Commentaires sur la flore

Phanérogames (données A. Remacle 2001 et Natagora 2008):
Acer platanoides, Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Agrostis capillaris, Agrostis gigantea, Agrostis stolonifera, Alopecurus pratensis, Anagallis arvensis subsp. arvensis, Anthoxanthum odoratum, Arabidopsis thaliana, Arenaria serpyllifolia, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Bellis perennis, Betula pendula, Betula pubescens, Brassica napus, Bromus hordeaceus, Calamagrostis epigejos, Calluna vulgaris, Calystegia sepium, Campanula cf patula, Campanula rapunculus, Campanula rotundifolia, Capsella bursa-pastoris, Cardamine pratensis, Carex ovalis, Carex pallescens, Carex pilulifera, Carpinus betulus, Centaurea jacea, Cerastium fontanum subsp. vulgare, Cerastium pumilum, Cirsium arvense, Cirsium vulgare, Conyza canadensis, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Crepis capillaris, Cynosurus cristatus, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Digitalis purpurea, Dryopteris filix-mas, Epilobium angustifolium, Epilobium hirsutum, Epilobium montanum, Epilobium parviflorum, Erophila verna, Eupatorium cannabinum, Euphorbia lathyris, Fagus sylvatica, Fallopia convolvulus, Filago minima, Fragaria vesca, Fraxinus excelsior, Fumaria officinalis, Galeopsis segetum, Galeopsis tetrahit, Galium mollugo, Galium saxatile, Geranium molle, Geranium pyrenaicum, Geranium robertianum, Geranium sylvaticum, Gnaphalium uliginosum, Hieracium lachenalii, Hieracium pilosella, Hieracium umbellatum, Holcus lanatus, Holcus mollis, Hypericum perforatum, Hypericum pulchrum, Hypochaeris radicata, Jasione montana, Juncus effusus, Juncus tenuis, Lapsana communis, Larix decidua, Leontodon autumnalis, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Lolium perenne, Lotus corniculatus, Malva sylvestris, Matricaria discoidea, Matricaria maritima subsp. inodora, Medicago lupulina, Melampyrum pratense, Melilotus albus, Melilotus officinalis, Mycelis muralis, Myosotis arvensis, Oenothera glazioviana, Persicaria maculosa, Phleum pratense, Picea abies, Pinus sylvestris, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa annua, Poa compressa, Poa pratensis, Poa trivialis, Polygonum aviculare, Populus tremula, Prunella vulgaris, Prunus avium, Prunus serotina, Quercus petraea, Quercus robur, Ranunculus acris, Ranunculus repens, Rosa canina, Rubus sp., Rumex acetosa, Rumex acetosella, Rumex crispus, Sagina apetala, Sagina procumbens, Salix caprea, Saxifraga granulata, Scleranthus annuus, Senecio jacobaea, Senecio vulgaris, Sonchus oleraceus, Sorbus aucuparia, Spergularia rubra, Stachys sylvatica, Stellaria media, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Teesdalia nudicaulis, Teucrium scorodonia, Tragopogon pratensis, Trifolium campestre, Trifolium dubium, Trifolium hybridum, Trifolium pratense, Trifolium repens, Urtica dioica, Vaccinium myrtillus, Veronica arvensis, Veronica chamaedrys, Veronica hederifolia, Veronica serpyllifolia, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia sepium, Vicia tetrasperma, Viola riviniana, Vulpia bromoides.

Espèces exotiques

Oenothera glazioviana,

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'une carrière très pierreuse et xérique, qui présente des lambeaux de pelouse silicicole et de lande à callune et qui héberge une population importante du Criquet à ailes bleues.

Menaces

- Utilisation intensive du replat de la carrière comme dépôt de bois.
- Poursuite des dépôts d'inertes sur le radier, entraînant une altération de la végétation pionnière.
- Boisement spontané de certaines parties du site, notamment le replat intermédiaire.
(- Reprise de l'activité extractive (la commune aurait manifesté le souhait de reprendre une exploitation partielle en vue de la production de matériau d'empierrement de voirie). Cette carrière n'a fait jusqu'à présent l'objet d'aucun permis d'extraction (cf. fiche de la convention DGATLP-ULg, 1995)).

Recommandations

- Limitation de la surface occupée par le dépôt de bois.
- Arrêt des dépôts d'inertes. La pose d'une clôture au niveau de l'accès au radier, déjà proposée en 1998 par la Commission de gestion du parc naturel du val d'Attert, aurait pu résoudre ce problème.
- Dans le cas d'une reprise de l'activité extractive, celle-ci devrait être limitée et le réaménagement prévu après exploitation favorable au maintien et au développement de la biodiversité.
- Octroi d'un statut de réserve naturelle. Fin 1998, la commune envisageait de fermer la carrière et souhaitait la classer en réserve naturelle (Avenir du Luxembourg du 1/12/1998). Le périmètre à protéger devrait inclure la petite lande à callune localisée sur le haut de la carrière. Ce projet ne semble plus à l'ordre du jour, au vu de l'affectation du site en 2007 (dépôt de bois).
- Si nécessaire, contrôle des ligneux dans certaines parties.

Plan de gestion

Le site étant privé et dépourvu de statut officiel, aucune gestion conservatoire n'a lieu actuellement. Toutefois, un plan de gestion a été détaillé par S. BOCCA, J. TAYMANS et G. BOTTIN (convention Natagora 2008). Ce plan de gestion vise deux objectifs principaux:
1. Conserver et restaurer la mosaïque d'habitats xériques, avec une attention particulière aux pelouses silicicoles;
2. Conserver et améliorer les populations des espèces végétales remarquables (Filago minima, Jasione montana, Teesdalia nudicaulis, …);
3. Conserver et améliorer la diversité animale remarquable, avec une attention particulière aux insectes héliophiles et xérophiles.

Accès du public

Accès libre.

Détails

Description physique

Situation générale: Cette carrière fut ouverte au nord-ouest du village de Nobressart, dans le versant du relief boisé dénommé Houbricht. On y a extrait des quartzophyllades et grès du Praguien (Dévonien inférieur).
Description du site: Accessible au départ de la rue du Cohn par un chemin ascendant carrossable, cette carrière est composée de plusieurs parties.
- Le radier où arrive l'accès principal forme un replat allongé dans l'axe nord-sud et domine le chemin d'accès. Vers l'est, il est limité par une falaise rocheuse irrégulière où les ligneux pionniers s'installent aux endroits moins abrupts. Il présente vers le sud un élargissement de plus en plus colonisé par les ligneux. Entre 2000 et 2007, ce replat au sol caillouteux et damé a été en grande partie recouvert de terres et d'inertes de façon à créer un terre-plein plat réaffecté en dépôt de bois.
- Un replat intermédiaire, accessible par le même chemin, domine la partie sud de l'excavation; il est pierreux et colonisé par une végétation assez analogue à celle des parties encore intactes, de plus en plus réduites, de la carrière.
- La pente sous le radier, vers le chemin, est couverte de callune et de genêts mais aussi de ronces.
Au-dessus de la falaise s'étend un taillis de chêne à canche et myrtille, incluant plusieurs ares de callune avec des chênes dispersés et rabougris.
Fréquentation du site: Plus importante depuis la réaffectation du replat en dépôt de bois.
Présence de déchets: En 2001, grande aire de brûlage; tas d'inertes et de terre anciens et récents; remblayage en cours d'une petite dépression au pied de la falaise par des déchets de démolition; le radier était globalement plus altéré en 2001 qu'en 2000.
En 2007, le replat semble avoir été en grande partie recouvert par des déchets de démolition et des terres; une zone de brûlage et encore quelques tas d'inertes.
Environnement du site: Terrains agricoles vers le sud, habitations en contrebas vers l'ouest et bois ailleurs.

Description biologique

A. REMACLE (2001-2007): Les ligneux qui colonisent la carrière sont représentés par les espèces suivantes: Betula pendula, B. pubescens, Salix caprea, Populus tremula, Pinus sylvestris, Picea abies, Sorbus aucuparia; de nombreux Cytisus scoparius poussent à différents endroits, de même que Calluna vulgaris, qui est surtout abondante sur la pente inférieure et au-dessus de la falaise.
La végétation herbacée comprend:
- de minuscules lambeaux de pelouse silicicole (Thero-Airion), de plus en plus réduits (bordures du replat et replat intermédiaire), avec Scleranthus annuus, Cerastium pumilum, Rumex acetosella, Teesdalia nudicaulis, Jasione montana (peut-être disparue sur l'ancien radier), Filago minima, Hieracium pilosella, Vulpia bromoides, ...;
- des zones d'éboulis à Galeopsis segetum;
- de petits lambeaux de lande à Calluna vulgaris où le chaméphyte est accompagné notamment de Hypochaeris radicata, Galium saxatile et Carex pilulifera.
Diverses autres plantes ont été relevées dans le site, en particulier des pionnières des milieux perturbés et des espèces d'ourlets: Arenaria serpyllifolia, Spergularia rubra, Sagina apetala, Hypericum perforatum, H. pulchrum, Arabidopsis thaliana, Fragaria vesca, Trifolium hybridum, T. campestre, Lotus corniculatus, Vicia spp., Melilotus sp., Epilobium angustifolium, Oenothera glazioviana, Teucrium scorodonia, Digitalis purpurea, Campanula rapunculus, Galium mollugo, Leontodon autumnale, Hieracium lachenalii, H. umbellatum, Hieracium (Pilosella) sp., Tanacetum vulgare, Artemisia vulgaris, Cirsium arvense, des poacées parmi lesquelles Anthoxanthum odoratum, Deschampsia flexuosa, Poa compressa et Agrostis gigantea, etc.
Thoen (1981) avait déjà souligné l'intérêt botanique de cette carrière de la commune d'Attert, en particulier la présence de Filago minima.
S. BOCCA, J. TAYMANS et G. BOTTIN (2008): L'intérêt biologique actuel de la carrière de Nobressart est indéniable. La description ci-dessous reprend les éléments les plus intéressants du site dans son état actuel sur base d'inventaires réalisés en 2008.
Au sein du site, on peut distinguer les éléments de végétation suivants:
La pente localisée entre le chemin d'accès à la carrière et le radier est occupée par une lande sèche à Calluna vulgaris. Cette lande est en voie de recolonisation ligneuse (genêts, pins sylvestres, bouleaux, chênes, ...), surtout dans sa partie méridionale. La strate herbacée comprend notamment les espèces suivantes : Calluna vulgaris, Deschampsia flexuosa, Teucrium scorodonia, Saxifraga granulata, Jasione montana, Vaccinium myrtillus, Digitalis purpurea, Anthoxanthum odoratum, Hieracium umbellatum, Campanula rotundifolia. Les ronces sont aussi très abondantes sur cette partie du site.
Le radier (replat de la carrière) est aujourd'hui composé d'une bonne partie de remblais, dont certains très récents. Ces remblais sont encore aujourd'hui intensivement employés pour des dépôts de bois et autres matériaux. D'après les informations disponibles sur la fiche SGIB du site (observations d'Annie Remacle), cette zone était d'un très grand intérêt biologique à la fin des années 90 (pelouses silicicoles). Par la suite, à partir de 2000 jusqu'à aujourd'hui, le replat a été en grande partie remblayé. Le terre-plein ainsi créé s'est vu réaffecté en dépôt de bois et d'inertes. La destruction de cette zone s'est poursuivie entre 2000 et 2008 : des remblais ont encore été réalisés ces toutes dernières années. Ces remblais, dépôts et le passage fréquent de véhicules (des quads ont été également observés en passage à cet endroit) maintiennent le radier très ouvert, avec une couverture végétale minime sur la majorité de sa surface. Quelques zones périphériques sont moins intensivement employées et sont aujourd'hui recolonisées par une friche herbeuse, et, de manière marginale, par de minuscules fragments de pelouses siliceuses, témoins de la végétation qu'on devait trouver il y a 10 ans sur le site. Parmi les espèces des pelouses silicicoles, on y trouve encore dispersées dans les derniers endroits préservés de cette zone les espèces annuelles typiques suivantes : Filago minima, Teesdalia nudicaulis, Scleranthus annuus, Erophila verna, Arabidopsis thaliana. D'autres espèces témoignent d'une évolution de ces pelouses vers un faciès à plantes
pérennes : Agrostis capillaris, Campanula rotundifolia, Jasione montana, Hieracium pilosella, Rumex acetosella, Galium saxatile.
Une campanule observée sur le site pourrait être une autre espèce des pelouses et rochers siliceux : Campanula patula. La détermination n'a pu être confirmée avec certitude et devra être confirmée/infirmée en 2009 si possible.
Les friches herbeuses sur le radier hébergent une grande diversité en espèces. Par exemple : Capsella bursa-pastoris, Fumaria officinalis, Sagina procumbens, Spergularia rubra, Gnaphalium uliginosum, Hypericum perforatum, Taraxacum sp., Rumex acetosa, Veronica chamaedrys, Galium mollugo, Leucanthemum vulgare, Plantago lanceolata, Anthoxanthum odoratum, Agrostis capillaris, Hypochaeris radicata, Trifolium repens, Trifolium pratense, Campanula rapunculus, Achillea millefolium, …
A l'est du radier, on trouve le versant supérieur de la carrière constitué de falaises et éboulis schisto-siliceux (photo). Ce versant est colonisé par une végétation clairsemée d'arbres, arbustes et arbrisseaux et d'herbacées. Au sein de ce complexe de falaises et éboulis, on trouve un replat intermédiaire, pierreux et colonisé par une pelouse silicicole clairsemée, avec les mêmes espèces que dans les fragments de pelouses du radier principal, mais en meilleur état de conservation (Filago
minima, Teesdalia nudicaulis, Jasione montana, Scleranthus annuus). Les éboulis hébergent Galeopsis segetum. Dans ce complexe xérique et rocailleux, on trouve encore les espèces suivantes : Calluna vulgaris, Calamagrostis epigejos, Digitalis purpurea, Hieracium umbellatum, Campanula rotundifolia. Aux endroits les moins abrupts, s'installent des ligneux pionniers : Prunus avium, Cytisus scoparius, Betula pendula, B. pubescens, Populus tremula, Sorbus aucuparia, Pinus sylvestris, …
Juste au-dessus de ce versant, on trouve une chênaie xérophile sur lande sèche. Les chênes y sont rabougris et clairsemés, avec de belles clairières ensoleillées occupées par une lande sèche à Calluna vulgaris, Deschampsia flexuosa et Vaccinium myrtillus. Au sud du site, on trouve une formation
forestière s'apparentant à une chênaie acidophile avec Vaccinium myrtillus, Deschampsia flexuosa, Melampyrum pratense et Carex pilulifera.
Plusieurs plantes exotiques, avec un potentiel invasif, ont été notées dans ou à proximité de la carrière de Nobressart :
- Prunus serotina : un pied a été noté juste en contrebas de la partie septentrionale du radier principal;
- Oenothera sp. : de nombreux pieds d'onagres ont été notés dans les friches du radier principal;
- Solidago gigantea : population naissante de solidage glabre à proximité du site (près du carrefour, à l'ouest de la carrière).
La faune a fait l'objet d'inventaires très partiels en 2008. L'avifaune a été étudiée par la technique des points d'écoute. A cette occasion, 31 espèces ont été contactées. Des 4 carrières concernées par la présente convention, la carrière de Nobressart est celle où le plus d'espèces ont été contactées. Deux espèces sont à surveiller : pour le faucon crécerelle (Falco tinnunculus), il n'y a pas de preuve de nidification, mais des prospections complémentaires seraient utiles. Pour le choucas des tours (Corvus monedula) un groupe de 5 individus a été observés pendant la période de reproduction.
La plus grande richesse en espèces d'oiseaux contactées dans ce site par rapport aux carrières de Bayerchen et de la Côte Rouge s'explique par la diversité en habitats plus importante à Nobressart. La plupart des espèces rencontrées sont malgré tout des espèces communes, mais on note quand même la présence d'espèces intéressantes comme la tourterelle des bois (Streptopelia turtur), le coucou (Cuculus canorus), du rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus), du bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra).
Parmi les reptiles, on observe une population de lézard vivipare (Zootoca vivipara) ainsi que l'orvet (Anguis fragilis).
Les prospections menées sur le site en 2008 ont permis l'observation de :
- 21 espèces de papillons de jour, dont plusieurs intéressantes dans le contexte régional;
- 8 espèces d'orthoptères, dont trois espèces remarquables ;
- 3 espèces de coccinelles ;
- 1 espèce d'odonate (un individu d'Aeschna grandis en passage).

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Occupation du site avant exploitation: ?
Ancien exploitant: Administration communale d'Attert.
Matériau(x) extrait(s): quartzophyllades et grès.
Références
Référence sur anciens documents de la DPA: non mentionné (repéré sur carte IGN).
Référence de la fiche de la convention DGATLP-ULg (1995): carrière 68/3 - 1.
Déroulement de l'exploitation:
Autorisation(s): permis d'extraction inexistant.
Fin de l'exploitation: l'extraction était intermittente en 1998; elle semblait arrêtée en 2001.
Réaffectation effective: dépôts d'inertes sur le radier, dépôt de bois, le reste étant laissé en l'état.

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx) - S. BOCCA, J. TAYMANS, G. BOTTIN (Natagora asbl, Rue du Wisconsin, 3, 5000 Namur).