Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1627 - Carrière de Goiveux

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Aywaille
Cantonnements DNF :Aywaille
Surface :7.05 ha
Coordonnées :X Lambert : 243439 - Y Lambert : 130617
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Cette carrière de grès famennien, creusée dans le versant droit de la vallée de l'Amblève à l'ouest de la Heid des Gattes, montre une excavation au front de taille élevé, scindée en deux par un éperon utilisé anciennement pour la montée des wagonnets de déblais vers le terril nord (site Lg/493/22). Propriété communale, elle est actuellement occupée par l'a.s.b.l. 'Les jardins du ciel' qui y a installé des volières en vue de la revalidation de rapaces. Bien que d'un intérêt biologique moindre que la carrière de la Falize toute proche et a fortiori que la réserve naturelle de la Heid des Gattes voisine, cette carrière mériterait d'être préservée: elle présente notamment un intérêt herpétologique mais aussi botanique (station d'Aster linosyris prolongeant celle de la Heid des Gattes; orchidées).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F5 - Condroz central et oriental

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Aywaille2.55 haAYWAILLELIEGE
Sougné-Remouchamps4.5 haAYWAILLELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Aywaille7.05 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune d'Aywaille.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement d'Aywaille, rue de la Reffe, 9, 4920 Remouchamps (Tél. : 04/247.99.90 - Fax : 04/384.82.77).

Biotopes

Biotopes Corine

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
22.1Etangs et lacs permanentsA. Remacle
22.44Tapis submergés d'algues à candélabreA. Remacle
61.ÉboulisA. Remacle
62.42Falaises intérieures siliceusesA. Remacle
86.413Carrières de pierreA. Remacle

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNonReproduction2004CA. Remacle
Ichthyosaura alpestrisOuiNonReproduction2003CA. Remacle
Lissotriton helveticusOuiNon2004CA. Remacle
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Podarcis muralisOuiNonReproduction2004A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Erynnis tagesNonNonAbondant2004CA. Remacle
Lasiommata maeraNonOuiPlusieurs ex.2004A. Remacle
Leptidea sinapisNonNon2004CA. Remacle
Pyrgus malvaeNonOui2004CA. Remacle
Invertébrés - Insectes - Libellules
Orthetrum brunneumNonOuiAu moins 3 ex.2004A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Gomphocerippus rufus2003CA. Remacle
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Anthidium oblongatum2004A. Remacle
Anthidium punctatumPlusieurs ex.2004A. Remacle
Invertébrés - Araignées
Argiope bruennichi2003CA. Remacle
Argiope bruennichi2003CA. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Asplenium adiantum-nigrum1 pied vu2004CA. Remacle
Aster linosyrisAbondant (partie orientale)2004AA. Remacle
Centaurium erythraea2004CA. Remacle
Dactylorhiza fuchsiiAu moins 18 pieds2004A. Remacle
Dianthus armeria1988CDuvigneaud & Saintenoy-Simon, 1988
Festuca heteropachys1988Duvigneaud & Saintenoy-Simon, 1988
Isolepis setacea2004A. Remacle
Listera ovataQuelques pieds2004CA. Remacle
Ophrys apiferaAu moins 7 pieds2004A. Remacle
Orchis militarisAu moins 11 pieds florifères2004BA. Remacle

Commentaires sur la faune

Reptiles
Comme nombre de carrières des environs, le site héberge une population de Podarcis muralis. La présence d'autres reptiles, en particulier les deux espèces de couleuvre, est vraisemblable.

Amphibiens
Dans les mares aménagées à partir des suintements au pied de la falaise, dans la partie ouest de la carrière, se reproduisent au moins Alytes obstetricans, Triturus alpestris et T. helveticus.

Insectes (prospections insuffisantes)
- Orthoptères: notamment Nemobius sylvestris et Gomphocerippus rufus. Le Criquet des pins Chorthippus vagans, présent à la carrière de la Falize à l'est de la Heid des Gattes (1996 - obs. K. Hofmans) et sur le terril de la carrière de Goiveux (2003 - obs. A. Remacle) n'a jusqu'à présent pas été observé dans cette carrière.
- Odonates (relevé incomplet): Pyrrhosoma nymphula, Coenagrion puella, Libellula depressa, Orthetrum brunneum.
- Lépidoptères Rhopalocères: quatre espèces sujettes à un faible risque: Leptidea sinapis, Lasiommata maera, Pyrgus malvae, Erynnis tages.
- Hyménoptères Aculéates: les Mégachilides Anthidium oblongatum et A. punctatum (sur Lotus); agrégation de nids du Sphécide Mellinus arvensis (micro-excavation dans 'sable' gris en contrebas de l'excavation vers l'ouest).

Commentaires sur la flore

Présence de Scirpus setaceus près des mares, de l'épervière Hieracium bauhinii et d'un taxon hybride entre cette espèce et H. pilosella.

Espèces exotiques

Alnus incana, Senecio inaequidens,

Conservation

Objectifs de conservation

Bien que moins intéressante que la carrière de la Falize et a fortiori que la réserve naturelle de la Heid des Gattes, cette carrière forme avec ces deux sites un ensemble de grand intérêt biologique, qui est d'ailleurs intégré dans le réseau Natura 2000.

Menaces

- Piétinement important de la végétation dans la partie orientale, la plus fréquentée (visites de classes notamment). Dans la partie occidentale, la plage d'Orchis militaris et une partie de la station de Dactylorhiza fuchsii ont été entourées d'un treillis en 2004.
- Prélèvement de pierres (par la commune?) au pied de la falaise dans la partie occidentale, avec comme conséquence l'altération de la végétation.
- Développement des ligneux en cours (ils étaient précédemment recépés).
- Décharge (sauvage ou non) possible, le chemin étant carrossable jusqu'à l'excavation (portail laissé ouvert en 2003 et 2004): la partie ouest de la carrière présente deux cavités en fosse susceptibles d'être remblayées.

Recommandations

- Elargissement de la réserve de la Heid des Gattes à cette carrière et à la carrière de la Falize (propriétés communales).
- Arrêt des prélèvements de pierres dans le secteur ouest (par la commune?).
- Gestion des ligneux à brève échéance.
- Maintien de la plante rare en Wallonie Aster linosyris et de la station d'Orchis militaris.
- Réaffectation éventuelle compatible avec le maintien de la biodiversité.

Plan de gestion

Sans objet (le site est inclus dans le réseau Natura 2000).

Accès du public

Accès libre en 2003 et 2004. Possibilité de visites de la partie avec les volières de l'asbl 'Les jardins du ciel'.

Détails

Description physique

Situation générale: Cette carrière a été creusée dans le versant droit de la vallée de l'Amblève, à cheval sur les anciennes communes d'Aywaille et de Sougné-Remouchamps. Elle jouxte vers l'est la réserve naturelle Ardenne et Gaume de la Heid des Gattes.
On y a extrait du grès famennien de la Formation de Montfort (principalement).
Description du site: Cette carrière à flanc de versant est nettement moins étendue que la carrière de la Falize ouverte de l'autre côté de la Heid des Gattes. L'excavation, accessible par un chemin carrossable, est scindée en deux parties par un éperon utilisé anciennement pour la montée des wagonnets chargés des haldes à déverser sur le terril localisé juste au nord (site Lg/493/22). Le front de taille est élevé (plus de 50 m) et sujet aux éboulements, comme en témoignent les accumulations de gros blocs au pied du front d'exploitation.
La partie occidentale présente deux fosses, bien visibles sur la carte IGN: la plus grande, localisée vers l'est, est profonde d'une vingtaine de m et arborée; l'autre est plus chaotique; la sortie de la pierre se faisait par wagonnets via un passage souterrain dont on distingue encore l'entrée dans la fosse orientale. Cette partie, où arrive le chemin d'accès, a subi quelques aménagements réalisés par ses occupants: des barrières rudimentaires en bois, plus ou moins détruites en 2004, empêchaient l'accès à certains secteurs dangereux de la falaise; des suintements en bas de la falaise alimentent un réseau de mares peu profondes (moins de 20 cm), créé par l'ancien occupant de cette partie.
Dans la partie orientale de la carrière ont été construites les volières d'un 'centre de revalidation' pour rapaces (grand-duc notamment). Des animaux de basse-cour (poules, dindons, oies) y circulent librement.
Les haldes sont principalement réparties en contrebas de l'excavation, sur le versant où subsistent plusieurs vestiges d'infrastructures. Cette pente couverte de déblais est plus ou moins colonisée par des ligneux selon les endroits.
Comme la carrière de la Falize et la Heid des Gattes, cette carrière est fréquentée par un troupeau de chèvres 'sauvages' qui y réalise un pâturage extensif (en 2003).
Fréquentation du site: La pression anthropique est forte: le site est habité (anciens bâtiments techniques) et visité occasionnellement, entre autres par des classes (volières). En 2004, traces d'engins (prélèvements de pierres au pied de la paroi rocheuse).
Présence de déchets: Déchets (peu abondants) visibles dans l'une des deux fosses creusées dans le radier de la partie occidentale. Une place de brûlage près du bâtiment habité dans la partie ouest.
Environnement du site: Versant abrupt de la vallée de l'Amblève. La partie inférieure du site est en contact avec la plaine alluviale. D'anciens bâtiments d'exploitation localisés dans le bas sont réaffectés: habitation, discothèque.

Description biologique

L'ancien radier de la carrière, qui forme un grand replat allongé sur le versant, est peu colonisé par les ligneux: Betula pendula, B. pubescens, Salix purpurea subsp. lambertiana, Alnus incana, Populus tremula, Crataegus monogyna, Cornus sanguinea, Cytisus scoparius, Clematis vitalba,... Les ligneux recépés au cours des années précédentes montrent toutefois de nombreuses repousses.
Sur ce replat au substrat compacté croît une végétation herbacée formant une friche où dominent les poacées Calamagrostis epigejos, Poa compressa et, aux endroits plus humides, Molinia caerulea, accompagnée d'abondants Carex demissa. Aster linosyris, plante rarissime en Wallonie mais bien présente à la Heid des Gattes et à la carrière de la Falize voisine, est abondante par endroits. On peut aussi y observer diverses espèces de pelouses, éventuellement calcicoles, des plantes prairiales et des espèces d'ourlets, mais aussi des pionnières des milieux anthropiques: globalement Helleborus foetidus, Helianthemum nummularium (très peu abondant), Sanguisorba minor, Potentilla neumanniana, Lotus corniculatus, Ononis repens, Melilotus albus, Linum catharticum, Polygala vulgaris, Pimpinella saxifraga, Daucus carota, Centaurium erythraea, Vincetoxicum hirundinaria, Echium vulgare, Origanum vulgare, Thymus pulegioides, Prunella vulgaris, Plantago lanceolata, Euphrasia sp., Veronica officinalis, Campanula rotundifolia, Galium mollugo, Hieracium pilosella, H. bauhinii, H. sabaudum, H. murorum, Carlina vulgaris, Erigeron acer, Leucanthemum vulgare, Centaurea (Jacea) sp., Tanacetum vulgare, Eupatorium cannabinum, Picris hieracioides, Leontodon hispidus, Solidago virgaurea, Tussilago farfara, Carex flacca, Festuca sp., Brachypodium sylvaticum, les orchidées Orchis militaris, Ophrys apifera et Listera ovata,... Duvigneaud et Saintenoy-Simon (1988) y soulignaient la dominance de Brachypodium sylvaticum; actuellement elle ne semble plus être la poacée dominante sur le replat d'exploitation.
Les parties les plus humides du replat (partie occidentale), qui incluent les suintements et les petites mares, présentent une végétation herbacée composée de Juncus inflexus, J. articulatus, Typha latifolia (quelques tiges), Phragmites australis (une plage), Carex demissa, C. flacca, C. pendula, Isolepis setacea, Equisetum palustre, Eupatorium cannabinum, Cirsium palustre, Epilobium hirsutum, Dactylorhiza fuchsii,..., ainsi qu'une characée.
Les fronts d'exploitation montrent une végétation ligneuse très éparse: Betula pendula, Salix caprea, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Rosa canina, mais aussi Clematis vitalba, Cytisus scoparius et des ronces. La végétation herbacée envahit très lentement les irrégularités de la roche, micro-replats et fissures: entre autres Sedum album, Teucrium scorodonia, Carlina vulgaris, Aster linosyris, Inula conyzae, Senecio inaequidens, Melica ciliata et les fougères Asplenium ruta-muraria et A. trichomanes.

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

Témoin d'une industrie extractive importante pour cette région.

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle:
Occupation du site avant exploitation: versant rocheux (cf. Heid des Gattes).
Matériau(x) extrait(s): grès.
Références
Référence sur anciens documents de la DPA: Sougné-Remouchamps n° 1 (sauf terril au nord) et Aywaille n° 1.
Référence de la fiche ULg (1994): affleurement n° 148/4.
Déroulement de l'exploitation:
Autorisation: 1936. La carrière de Goiveux aurait toutefois été ouverte en 1907 (cf. fiche SGIB 1285 de la carrière de la Falize).
Ancien exploitant: S.A. des Carrières de grès de la Falize.
Fin de l'exploitation: dans ou après les années 1970.
Réaffectation effective: bâtiment à l'entrée de la carrière vers l'ouest réaffecté en habitation (très sommaire), avec containers voisins, plusieurs véhicules (occupée pendant plusieurs années par un marginal 'artiste'). Partie orientale de la carrière occupée par des volières d'un centre de revalidation non officiel (a.s.b.l. Les jardins du ciel, avec le partenariat de la commune d'Aywaille et le Falcony dispensaire). Un grand bâtiment technique, situé dans la vallée le long de la rue du Halage, est actuellement aménagé en discothèque.

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)