Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1628 - Carrières de Montfort

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Carrières de la Gombe [partim]
Communes :Esneux
Cantonnements DNF :Liège
Surface :26.45 ha
Coordonnées :X Lambert : 235804 - Y Lambert : 134200
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Les carrières de grès de Monfort sont creusées en enfilade sur le versant droit de la vallée de l'Ourthe en face du village de Poulseur; les cinq excavations (dont deux inondées) sont limitées vers le nord par un long front de taille orienté vers le SSE et globalement peu colonisé par la végétation. Les haldes de ce complexe carrier, très abondantes, sont disposées sur le versant de la vallée de l'Ourthe, formant un vaste éboulis bien ensoleillé; des infrastructures techniques subsistent à différents endroits. Cet ensemble carrier comprend une mosaïque de milieux contrastés en raison notamment de la présence de falaises et d'éboulis diversement orientés. L'intérêt biologique de ce vaste site bien exposé est multiple: forte attractivité à l'égard des reptiles, diversité du peuplement orthoptérologique (e.a. Oedipoda coerulescens et Chorthippus vagans), éboulis à Rumex scutatus et Asplenium adiantum-nigrum, pelouses thermophiles à Aster linosyris et Seseli libanotis, falaises à Festuca heteropachys et Ceterach officinarum, grand intérêt mycologique,... Ces carrières bénéficient du statut de réserve naturelle privée, propriété de la Société coopérative de Montfort.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F5 - Condroz central et oriental

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Esneux26.45 haESNEUX (partim ???)LIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège26.45 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Société Coopérative de Montfort (s.p.r.l. créée dans le but de préserver le site), regroupant plusieurs dizaines de co-propriétaires.

Privé(s) Non  ONG Oui  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Société coopérative de Montfort.

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNon> 1990L. Bailly
Falco peregrinusOuiOui1967A. Demaret (in litt.)
Falco tinnunculusOuiNon2003CA. Remacle
Tichodroma murariaOuiNon1987Sorbi, 1987
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNonReproductionM. Brialmont (cf. Graitson, 2000)
Bufo bufoOuiNonReproductionCM. Brialmont (cf. Graitson, 2000)
Ichthyosaura alpestrisOuiNonReproductionCM. Brialmont (cf. Graitson, 2000)
Lissotriton helveticusOuiNonReproductionCM. Brialmont (cf. Graitson, 2000)
Lissotriton vulgarisOuiNonReproductionCM. Brialmont (cf. Graitson, 2000)
Rana temporariaOuiNonReproductionCM. Brialmont (cf. Graitson, 2000)
Salamandra salamandraOuiNonReproductionCM. Brialmont (cf. Graitson, 2000)
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNonReproductionCM. Brialmont (cf. Graitson, 2000)
Coronella austriacaOuiOuiBM. Brialmont (cf. Graitson, 2000)
Natrix natrixOuiOuiM. Brialmont (cf. Graitson, 2000)
Podarcis muralisOuiNonReproduction2004A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Cupido minimusNonNonReproduction2004BA. Remacle
Erynnis tagesNonNon2004A. Remacle
Lasiommata maeraNonOui2004A. Remacle
Leptidea sinapisNonNon2004CA. Remacle
Lycaena tityrusNonNon1 ex.2004A. Remacle
Papilio machaonNonNonReproduction2004CA. Remacle
Invertébrés - Insectes - Libellules
Calopteryx splendensNonNon2003CA. Remacle
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Cetonia aurata1 ex.2004A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Cicindela campestrisPopulation dispersée2004CA. Remacle
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Chorthippus vagansForte population2003AA. Remacle
Oedipoda caerulescensAssez abondant localement2003BA. Remacle
Omocestus rufipesAssez abondant2004A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena vaga2004A. Remacle
Anthidium oblongatum2004A. Remacle
Anthidium punctatum2004A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Asplenium adiantum-nigrumPrésence à différents endroits2004CA. Remacle
Aster linosyrisForte abondance2004AA. Remacle
Centaurium erythraea2004CA. Remacle
Ceterach officinarumPrésence à différents endroits2004CA. Remacle
Crepis polymorpha2004A. Remacle
Dianthus armeria2004A. Remacle
Festuca heteropachys2004A. Remacle
Listera ovataPeu abondant2004CA. Remacle
Myriophyllum spicatum2003A. Remacle
Ophrys apiferaAu moins 32 pieds2004BA. Remacle
Platanthera chloranthaQuelques pieds florifères2004A. Remacle
Pyrola rotundifolia> 1990L. Bailly
Pyrus pyraster
Rhamnus cathartica2004A. Remacle
Salix atrocinerea1983Champluvier (1983)
Seseli libanotisForte abondance2004A. Remacle

Commentaires sur la faune

Oiseaux
Nidification: notamment Faucon crécerelle (Falco tinnunculus), Pic vert (Picus viridis), Pigeon colombin (Columba oenas) et Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros). Le Faucon pèlerin (Falco peregrinus) y a niché dans les années 1960; il y a été observé en 2004 (A. Demaret, com. écrite).
Un visiteur hivernal accidentel en Wallonie y a séjourné en 1986 et 1987, Tichodroma muraria (Sorbi, 1987).

Reptiles
Le site est particulièrement favorable à ce groupe faunique: Podarcis muralis, Anguis fragilis, Coronella austriaca et Natrix natrix.

Amphibiens
Sept espèces sont signalées dans ces carrières, notamment Alytes obstetricans.

Insectes (groupe à documenter)
- Orthoptères: notamment Nemobius sylvestris, Gomphocerippus rufus, Omocestus rufipes, Oedipoda coerulescens et Chorthippus vagans. L'abondance du Criquet des pins (C. vagans) est remarquable.
- Lépidoptères Rhopalocères (relevé incomplet): deux espèces vulnérables: Cupido minimus (lié à Anthyllis vulneraria) et Lycaena tityrus (inféodé au genre Rumex); quatre espèces sujettes à un faible risque: Leptidea sinapis, Lasiommata maera, Pyrgus malvae et Erynnis tages; une espèce à la limite d'être menacée: Papilio machaon; diverses espèces non menacées: notamment Pararge aegeria, Coenonympha pamphilus, Maniola jurtina, Lycaena phlaeas, Polyommatus icarus.
- Coléoptères: population de Cicindela campestris, surtout cantonnée aux replats des excavations IV et V; Cetonia aurata.
- Hyménoptères Aculéates: le site héberge diverses espèces de Mégachilides parmi lesquelles Osmia aurulenta, Chelostoma spp. (sur Campanula), Anthidium punctatum, A. oblongatum, Megachile spp., ainsi qu'une population apparemment importante d'une andrène liée au genre Campanula, Andrena cf. pandellei (identification à confirmer), qui butine les abondantes Campanula persicifolia. Parmi les guêpes, Ammophila sabulosa et Polistes sp.

Araignées
Zelotes pseudoclivicolis et Theridion bellicosum (excursion du groupe ARABEL en juin 1988 - information communiquée par A. Demaret).

Commentaires sur la flore

Quercus x calvescens (= Q. petraea x pubescens): deux pieds (obs. L. Bailly - années 1990).
Le site présente une grande richesse mycologique (obs. L. Bailly - années 1990): trémulaies à Tricholoma populinum et Cortinarius saturninus; bétulaies à Lactarius spp. parasités par Collybia racemosa; bosquets de Salix caprea et Corylus avellana avec tapis de Tricholoma cingulatum, une station de Lactarius citriolens et Suillus collinitus; sous un gros pied de Salix purpurea subsp. lambertiana, une belle station de Tricholoma aurantium; dans les pelouses, Hygrocybe tristis, H. conica, H. pseudoconica, Cuphophyllus virgineus (= niveus).

Espèces exotiques

Robinia pseudoacacia, Senecio inaequidens,

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'un ancien site d'extraction de grand intérêt biologique (reptiles, pelouse à Aster linosyris, orthoptères,...).

Menaces

- Embroussaillement.

Recommandations

- Etablissement d'un plan de gestion.
- Gestion urgente de plusieurs petits replats embroussaillés.

Plan de gestion

Cette réserve privée ne semble pas disposer d'un plan de gestion bien établi. Elle est intégrée dans le réseau Natura 2000.

Accès du public

Accès limité aux co-propriétaires et aux personnes en possession d'une carte d'accès. Dispositif à l'entrée du site empêchant l'accès aux motos (passage en chicane). Les sentiers sont entretenus.

Détails

Description physique

Situation générale: Les carrières de Monfort entaillent le versant droit de la vallée de l'Ourthe, en face du village de Poulseur et à 2,5 km au sud d'Esneux.
On y a extrait du grès famennien (Formation de Montfort principalement) pour la production de pavés, dalles, dallettes et parement, ainsi que de concassés.
Description du site: Le site comprend un ensemble de cinq carrières creusées en enfilade dans le versant de la vallée sur près de 1500 m de longueur. Il est accessible par plusieurs sentiers, le principal étant localisé vers l'ouest le long de l'Ourthe. Le site est parcouru par quelques sentes qui permettent d'atteindre les différents secteurs.
On distingue d'ouest en est cinq excavations successives, limitées vers le nord par un long front de taille orienté vers le SSE et globalement peu colonisé par la végétation.
- L'excavation I: non inondée (au moins une petite mare), elle est colonisée par des ligneux pionniers, y compris le flanc sud. Une ancienne rampe descend dans le fond qui est étroit et pourvu d'éboulis de gros blocs. Le front de taille nord, haut de plus de 50 m, se prolonge vers l'ouest au niveau de la carrière de la Gombe.
- L'excavation II: noyée, elle est occupée par un plan d'eau profond (le 'lac vert'). Un sentier descend jusqu'au bord de la pièce d'eau.
- L'excavation III: nettement plus vaste que les quatre autres excavations, elle est occupée par une pièce d'eau très profonde (le 'lac bleu'), accessible par l'ancienne rampe (sentier) qui atteint une petite 'plage' au pied du flanc sud arboré.
- L'excavation IV: non inondée, elle présente deux niveaux: vers l'est, une fosse correspondant au niveau inférieur, envahie de ligneux pionniers et accessible par une ancienne rampe; vers l'ouest, un replat caillouteux couvert d'une végétation herbacée discontinue.
- L'excavation V: cette carrière sèche comprend plusieurs niveaux: vers l'est, un replat caillouteux à végétation discontinue, qui se prolonge côté nord au pied du front de taille principal; un palier intermédiaire de faible surface; une fosse ombragée. Comme figuré sur la carte I.G.N., le sentier actuel contourne les niveaux inférieurs d'est en ouest et aboutit à une ancienne infrastructure vers l'ouest. La fosse la plus profonde n'était pas accessible par une rampe; un tunnel la relie à la zone entre les excavations IV et V et débouche, sur le versant sud.
Les haldes de ce complexe carrier, très abondantes, sont disposées sur le versant de la vallée de l'Ourthe.
Il subsiste à différents endroits des infrastructures techniques, en particulier entre les excavations II et III (bâtiments figurés sur la carte I.G.N.) et sur le versant de la vallée. Le pont desservant les carrières, encore représenté sur l'édition 1989 de la carte topographique, a été démonté.
Fréquentation du site: Limitée aux co-propriétaires de la Société coopérative de Montfort et aux personnes disposant d'une carte d'accès. Baignades autorisées dans l'excavation III.
Présence de déchets: Site très propre. Il existe toutefois deux points sensibles: à partir de la route de crête de Souverain-Pré à Sprimont et à partir du hameau de Montfort (maisons voisines de la falaise entre les excavations II et III).
Environnement du site: Les carrières jouxtent vers l'ouest le hameau de Montfort et la carrière de la Gombe aménagée pour la plongée; vers l'est le hameau de Chaply et le versant particulièrement abrupt de la vallée de l'Ourthe; vers le sud l'Ourthe et le village de Poulseur; vers le nord, le hameau de Montfort, la route de Souverain-Pré à Sprimont et la vallée boisée du ruisseau de la Haze.

Description biologique

Les carrières de Monfort sont composées d'une mosaïque de milieux contrastés en raison notamment de la présence de falaises et d'éboulis diversement orientés: pièces d'eau profondes aux berges abruptes, friches et pelouses, falaises ensoleillées ou ombragées et riches en fougères, éboulis bien ensoleillés ou ombragés plus ou moins envahis par les ligneux, murs bien exposés ou non,...
Les ligneux s'installent localement dans les endroits secs et bien ensoleillés sous forme d'une fruticée, mais aussi sur les flancs sud et dans le fond des excavations non inondées: Betula pendula, Populus tremula, Salix caprea, Quercus robur, Q. rubra, Pinus sylvestris, Prunus avium, Robinia pseudoacacia, Castanea sativa, Fraxinus excelsior, Acer pseudoplatanus, A. campestre, Salix purpurea subsp. lambertiana, Salix atrocinerea (Champluvier, 1983), Fagus sylvatica, Sorbus torminalis (Champluvier, 1983), Tilia sp., Cornus sanguinea, Crataegus monogyna, Prunus spinosa, Rosa canina, R. arvensis, R. deseglisei (Champluvier, 1983), Frangula alnus, Rhamnus cathartica, Pyrus pyraster, Cotoneaster horizontalis, Hedera helix, Cytisus scoparius,...
La pente du versant couverte de haldes comprend des zones d'éboulis instables et ouverts colonisés par Rumex scutatus, Sedum rupestre, Sedum album, Clematis vitalba, Seseli libanotis, Melica ciliata,..., et des secteurs plus ou moins envahis par les ligneux, où apparaissent diverses plantes d'ourlets présentes ailleurs dans le site (Hieracium spp., Solidago virgaurea, Teucrium scorodonia,...), ainsi que des fougères parmi lesquelles Asplenium adiantum-nigrum.
Les replats des excavations, la zone entre les excavations II et III, les bords de certains sentiers,... sont couverts d'une végétation de friche apparentée par endroits à une pelouse sèche. S'y développent une série d'espèces de pelouses, d'ourlets et de friches, incluant des taxons calciphiles et même calcicoles: notamment Ranunculus bulbosus, Dianthus armeria, Cerastium pumilum, Silene nutans, Rumex scutatus, Hypericum perforatum, Arabis hirsuta, Fragaria vesca, Sanguisorba minor, Potentilla neumanniana (excavation V), Agrimonia eupatoria, Lotus corniculatus, Melilotus albus, Lathyrus sylvestris, Trifolium arvense, T. campestre, Geranium columbinum, Linum catharticum, Seseli libanotis, Pimpinella saxifraga, Daucus carota, Centaurium erythraea, Echium vulgare, Thymus pulegioides, Origanum vulgare, Euphrasia stricta, Scabiosa columbaria, Carlina vulgaris, Centaurea (Jacea) sp., Hieracium pilosella, H. bauhinii (abondante localement), H. sabaudum, H. umbellatum, Erigeron acer, Leucanthemum vulgare, Leontodon hispidus, Senecio inaequidens, S. erucifolius, Tanacetum vulgare, Crepis polymorpha, Poa compressa, Festuca filiformis, Vulpia myuros, Ophrys apifera. La forte abondance de Seseli libanotis, grande ombellifère thermophile, est à souligner. Parmi ces zones à végétation ouverte, les plus intéressantes sont localisées sur les replats des excavations IV et V: ici s'est développée, sur un substrat caillouteux, une pelouse thermophile dominée par Aster linosyris qui est accompagné par Thymus pulegioides, Origanum vulgare, Anthyllis vulneraria, Saxifraga tridactylites, Potentilla argentea, Campanula persicifolia, Hieracium pilosella, H. bauhinii, Carlina vulgaris, Centaurea (Jacea) sp., Calamagrostis epigejos (par plages), par des lichens et bryophytes et d'autres plantes poussant ailleurs dans le site.
Là où la végétation ligneuse est en cours d'installation ou déjà bien en place (flancs sud des excavations notamment) apparaissent des espèces d'ourlets et quelques forestières, ainsi que les fougères Asplenium scolopendrium, A. trichomanes, A. adiantum-nigrum, Dryopteris filix-mas, Cystopteris fragilis, Polypodium vulgare (sensu lato) et Polystichum aculeatum.
Sur les fronts d'exploitation bien exposés poussent, dans les irrégularités de la roche, diverses plantes dont les plus caractéristiques sont Festuca heteropachys, Melica ciliata, Aster linosyris (vers l'est), Asplenium ruta-muraria et Ceterach officinarum (également présent sur des murs).
Dans la plus grande des pièces d'eau croissent Potagometon cf. natans (petites plages), Myriophyllum spicatum et, en bordure, Epilobium hirsutum.

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

Témoin d'une industrie extractive importante pour cette région: vestiges d'anciens bâtiments techniques, notamment entre les excavations 2 et 3 (ateliers, anciens supports de concasseurs, distributeurs pour le déversement des produits vers le bas,...).

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle:
Occupation du site avant exploitation:
Matériau(x) extrait(s): grès.
Références
Référence sur anciens documents de la DPA: Esneux n° 2.
Référence de la fiche ULg (1994): affleurements n° 147/22 (Monfort I et II), 147/19 (Montfort III), 147/3 (Montfort IV) et 147/20 (Montfort V). Ces fiches donnent une description détaillée (surtout géologique) des différentes carrières.
Déroulement de l'exploitation:
Autorisations: 1900, 1966, 1973, 1975.
Arrêt: ?
Réaffectation effective: réserve naturelle privée.

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)