Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1650 - Décanteurs de la râperie de Longchamps

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Éghezée
Cantonnements DNF :Namur
Surface :57.78 ha
Coordonnées :X Lambert : 188077 - Y Lambert : 140634
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Situé en Hesbaye namuroise, le complexe des décanteurs de la râperie de Longchamps comprend une quinzaine de bassins s'étalant sur une cinquantaine d'hectares. La plupart de ces bassins sont destinés à recevoir les eaux boueuses de la râperie, qui ont servi au lavage des betteraves, tandis que d'autres, inutilisés, sont alimentés par les eaux de pluie. La présence de vasières, due à la variation saisonnière du niveau des eaux, et le développement d'une végétation diversifiée, attire un grand nombre d'oiseaux faisant du site l'un des hauts lieux de l'ornithologie wallonne. La plupart sont de passage (en particulier les limicoles avec 36 espèces signalées !) mais certaines espèces rares s'y reproduisent, comme le grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis), le goéland cendré (Larus canus), la gorge-bleue à miroir (Luscinia svecica), etc. La flore comprend surtout des espèces rudérales et des plantes de vasières, l'espèce la plus remarquable étant sans nul doute le séneçon ramassé (Tephroseris palustris), lequel n'est connu que de quelques rares stations en Wallonie.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • D1 - Hesbaye occidentale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Éghezée9.26 haEGHEZEENAMUR
Leuze10.75 haEGHEZEENAMUR
Longchamps (Eghezée)37.77 haEGHEZEENAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Namur57.78 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

A compléter

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

A compléter

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Anas clypeataOuiOuiNicheur (à trois reprises)2004ACentrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Anas creccaNonOuiNicheur occasionnel et estivant2000ACentrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Anas streperaOuiNonNicheur (2004)2004Centrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Aythya fuligulaOuiNonNicheur (max. 8 couples)2004CCentrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Charadrius dubiusOuiNonNicheur (max. 4 couples)2004Centrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Fulica atraNonNonNicheur2004Centrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Larus canusOuiOuiNicheur (1-2 couples)2004BCentrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Larus ridibundusOuiOuiNicheur (max. 80 nids)2004BCentrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Luscinia svecicaOuiNonA niché (2-3 couples en 1997)1998Centrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Podiceps nigricollisOuiNonNicheur (max. 4 couples)2003ACentrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Recurvirostra avosettaOuiOuiTentative de nidification à 2 reprises2004Centrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Tachybaptus ruficollisOuiNonNicheur (max. 10 couples)2004CCentrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Tadorna tadornaOuiNonNicheur (2002-032003Centrale ornithologique Aves (A. Joris et al.)
Invertébrés - Insectes - Libellules
Anax parthenopeNonNonObservations annuelles (reproduction probable)2007GT Gomphus (B. Nef)
Sympetrum fonscolombiiNonNon2007GT Gomphus (obs. Ph. Goffart)
Plantes - Plantes supérieures
Rapistrum rugosum> 200 pieds2007JY Baugnée, E. Bisteau
Rumex maritimus2007JY Baugnée, E. Bisteau
Tephroseris palustris> 5000 pieds2007AJY Baugnée, E. Bisteau

Commentaires sur la faune

Données à compléter.

Commentaires sur la flore

Données à compléter.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

A compléter

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

Le site est entièrement clôturé pour des raisons de sécurité publique. L'accès aux bassins est toutefois toléré par la direction de la râperie qui ont émis une série de consignes à respecter scrupuleusement par les ornithologues :
- les voitures seront garées à l'entrée de la râperie, devant le battant gauche de la grille automatique verte. En période de récolte des betteraves, les deux battants sont ouverts 24h/24 et il faut alors garer son véhicule sur le parking du personnel, à l'intérieur de l'enceinte ;
- si la grille est close (en temps normal, entre 20h et 7h et le week-end), il faut également se garer devant le battant gauche de la grille d'entrée. L'accès aux bassins s'effectue alors par le jardin qui jouxte la droite de l'entrée, en poussant la petite grille que l'on prendra soin de refermer derrière soi ;
- pour accéder à la digue centrale, il faut traverser le site de la râperie sur toute sa longueur et emprunter le chemin en gravier qui grimpe vers les bassins ;
- une fois sur les digues, il est important de ne pas sillonner les bassins en tous sens, afin d'éviter tout dérangement intempestif ! L'activité humaine est en effet concentrée le long du chemin carrossable central et les oiseaux y sont habitués.

Détails

Description physique

Le site s'étend en Hesbaye namuroise, au sud d'Eghezée, dans une région d'agiculture intensive connue pour ses sols limono-argileux très fertiles. Exploité par la râperie de Longchamps, dépendant de la Sucrerie Tirlemontoise, il est constitué d'une quinzaine de bassins de décantation couvrant au total près de 70 ha, les plus grands atteignant une superficie de 4 ha.


La plupart des bassins sont utilisés pour la décantation des eaux de la râperie, tandis que certains ne sont plus exploités et sont remplis d'eau de pluie. Le niveau d'eau dans ces bassins est très variable, ce qui explique la formation, à certaines époques, de zones de vasières plus ou moins étendues.

Description biologique

Le site des décanteurs de Longchamps est surtout réputé sur le plan ornithologique. Il est parcouru à ce titre par de nombreux observateurs de tous horizons, surtout au moment des passages migratoires. Il constitue en effet une halte pour un grand nombre d'espèces migratrices, en particulier par les limicoles (36 espèces recensées !), les anatidés et les laridés.

Certains bassins hébergent également plusieurs espèces nicheuses remarquables comme le grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis), le grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), le goéland cendré (Larus canus), la gorge-bleue à miroir (Luscinia svecica), ...

Une synthèse détaillée des observations est fournie à l'adresse http://www.aves.be/longchamps.html.

Certains bassins ne sont manquent pas d'intérêt non plus pour la faune odonatologique. L'anax napolitain (Anax parthenope) y est observé quasi annuellement depuis plusieurs années et sa reproduction y est probable.

La végétation, dominée par les espèces rudérales, ne semble pas encore avoir fait l'objet d'une étude détaillée. Quelques observations ont été réalisées en mai 2007 (E. BISTEAU et J.-Y. BAUGNEE).

Les plages de vase exondées portent des groupements à Bidens spp., Rumex maritimus, Matricaria maritima subsp. inodora, Chenopodium rubrum, Chenopodium album, Ranunculus sceleratus, Tephroseris palustris, etc.
Certains bassins à l'abandon depuis plusieurs années sont colonisés par des fourrés de saules (Salix alba, Salix cinerea, Salix viminalis, ...) parfois très étendus, ainsi que par des roselières à Phragmites australis, Phalaris arundinacea et Typha latifolia.

Les talus sont couverts par des friches rudérales à Arrhenatherum elatius, Urtica dioica, Holcus lanatus, Tanacetum vulgare, Festuca pratensis, Rapistrum rugosum, Galium aparine, Carex hirta, Anthriscus sylvestris, Heracleum sphondylium, etc.

Par endroits, ils sont colonisés par une végétation arbustive ou arborée constituées de Salix div. sp., Robinia pseudoacacia, Sambucus nigra, etc.

La flore locale rassemble plusieurs espèces rares à l'échelle wallonne mais la plus remarquable est sans nul doute Tephroseris palustris, le séneçon ramassé, d'une abondance extraordinaire en 2007 avec plusieurs milliers de plantes formant dans un des bassins une frange large de plusieurs mètres. Cette espèce en forte régression n'était plus connue que deux stations hennuyères (avec un total de 50 pieds)! Rapistrum rugosum s.l. et Rumex maritimus sont deux autres espèces peu communes, la première étant abondante sur un talus à l'est de la râperie.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A compléter

Divers

Sources

OFFH

Répondants de l'information

Société d'Etude ornithologique Aves (A. Joris).