Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1691 - La Brouhîre d'Emael

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :La Brouhire d'Emael / Mémorial des Grenadiers
Communes :Bassenge
Cantonnements DNF :Liège
Surface :3.13 ha
Coordonnées :X Lambert : 241644 - Y Lambert : 166816
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

La Brouhîre d'Emael est située dans la vallée du Geer, aux confins de la commune de Bassenge, à la limite des provinces de Liège et du Limbourg en continuité avec la réserve naturelle flamande du Tiendeberg. Faisant partie de la Montagne Saint-Pierre, ce coteau crayeux portait jusque dans les années 1980 une lande à callune sur graviers acides ainsi que des pelouses calcicoles en mosaïque, d'un très grand intérêt botanique et entomologique. Bien qu'actuellement fort dégradé, suite notamment à la mise en culture de certaines parcelles et à la recolonisation forestière, le site présente encore de grandes potentialités et fait actuellement l'objet d'un programme de restauration.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • E8 - Basse-Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Ében-Émael3.09 haBASSENGELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège2.84 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune de Bassenge.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Réserves Naturelles RNOB-Natagora, Rue du Wisconsin, 3, 5000 Namur.
Conservateur: Gaëtan BOTTIN, 47, Rue de la Waide, 4670 Blégny (Tél.: 081/83.03.39 - gaetan.bottin@natagora.be).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6743La Brouhîre d'Emael2,88 ha

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
E1Pelouses sèches
F4.22Landes sèches à [Calluna] et [Genista]

Biotopes Corine

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
34.3221[Mesobromion] mosan
38.2Prés de fauche de basse altitude

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNon2004Demande d'agrément 2004
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Hippolais icterinaOuiNonNicheur2006G. Bottin - Natagora
Streptopelia turturOuiOuiNicheur2006G. Bottin - Natagora
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2004Demande d'agrément 2004
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Melanargia galatheaNonNon2007GT Lycaena (G. Bottin - Natagora)
Plebejus agestisNonNon2010GT Lycaena (G. Bottin - Natagora)
Polyommatus semiargusNonNon2007GT Lycaena (G. Bottin - Natagora)
Plantes - Plantes supérieures
Astragalus glycyphyllos2007G. Bottin - Natagora
Calluna vulgarisDisparu1987Demande d'agrément 2004
Centaurea scabiosa2004Demande d'agrément 2004
Centaurium erythraea2007Demande d'agrément 2004; G. Bottin
Cuscuta epithymum2007Demande d'agrément 2004; G. Bottin
Galium pumilum2007G. Bottin - Natagora
Genista tinctoria2004Demande d'agrément 2004
Lactuca virosa2007G. Bottin - Natagora
Lamium maculatum2007G. Bottin - Natagora
Lathyrus tuberosus2007G. Bottin - Natagora
Ononis repens2007G. Bottin - Natagora

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 1

Commentaires sur la faune

Papillons de jour (données G. Bottin 2007 et demande d'agrément 2004): Aglais urticae, Aphantopus hyperantus, Plebejus agestis, Celastrina argiolus, Inachis io, Lasiommata megera, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Vanessa atalanta,

Commentaires sur la flore

Phanérogames (données G. Bottin 2007 et demande d'agrément 2004): Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Agrimonia eupatoria, Agrostis capillaris, Alliaria petiolata, Alopecurus myosuroides, Anagallis arvensis subsp. arvensis, Anthoxanthum odoratum, Arabidopsis thaliana, Arrhenatherum elatius, Astragalus glycyphyllos, Avenula pubescens, Bellis perennis, Brachypodium pinnatum, Brachypodium pinnatum, Bromus hordeaceus, Bromus sterilis, Bryonia dioica, Calluna vulgaris, Campanula rotundifolia, Capsella bursa-pastoris, Cardamine hirsuta, Cardamine pratensis subsp. pratensis, Carduus crispus, Carex caryophyllea, Carex divulsa subsp. divulsa, Carex flacca, Carex hirta, Carex spicata, Centaurea jacea s.l., Centaurea scabiosa, Centaurium erythraea, Cerastium arvense, Cerastium fontanum subsp. vulgare var. vulgare, Chaerophyllum temulum, Cichorium intybus, Cirsium vulgare, Convolvulus arvensis, Cornus sanguinea, Crataegus monogyna, Cuscuta epithymum, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Danthonia decumbens, Daucus carota, Dryopteris filix-mas, Echinochloa crus-galli, Epilobium ciliatum, Epilobium parviflorum, Euphrasia stricta, Fallopia convolvulus, Festuca lemanii, Festuca pratensis, Festuca rubra, Fraxinus excelsior, Fumaria officinalis, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium pumilum, Galium verum, Genista tinctoria, Geranium dissectum, Geranium molle, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Gnaphalium uliginosum, Helianthemum nummularium, Hieracium pilosella, Hieracium umbellatum, Holcus lanatus, Hypericum humifusum, Hypericum perforatum, Hypochaeris radicata, Knautia arvensis, Koeleria macrantha, Lactuca virosa, Lamium album, Lamium maculatum, Lathyrus pratensis, Lathyrus tuberosus, Leucanthemum vulgare, Linum catharticum, Lotus corniculatus, Luzula campestris, Malus sylvestris, Matricaria discoidea, Matricaria recutita, Medicago lupulina, Mercurialis annua, Myosotis arvensis, Myosotis ramosissima, Ononis repens, Ononis spinosa, Origanum vulgare, Papaver rhoeas, Persicaria maculosa, Pimpinella saxifraga, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa annua, Poa pratensis subsp. angustifolia, Poa trivialis, Polygala vulgaris, Potentilla reptans, Prunus avium, Prunus spinosa, Pteridium aquilinum, Quercus robur, Ranunculus bulbosus, Ranunculus ficaria, Ranunculus repens, Rhinanthus minor, Rubus sp., Rumex acetosa, Rumex acetosella, Rumex obtusifolius, Sambucus nigra, Sanguisorba minor, Saxifraga granulata, Scrophularia nodosa, Senecio inaequidens, Senecio viscosus, Senecio vulgaris, Senecio jacobaea, Setaria verticillata var. verticillata, Silene latifolia subsp. alba, Sisymbrium officinale, Solanum dulcamara, Solanum nigrum, Sonchus asper, Sonchus oleraceus, Stachys officinalis, Taraxacum section Ruderalia, Teucrium scorodonia, Thymus pulegioides, Trifolium campestre, Trifolium dubium, Trifolium pratense, Trifolium repens, Trisetum flavescens, Urtica dioica, Veronica arvensis, Veronica chamaedrys, Vicia hirsuta, Vicia sativa subsp. nigra, Viola arvensis, Viola odorata.

Espèces exotiques

Echinochloa crus-galli, Epilobium ciliatum, Fallopia convolvulus, Senecio inaequidens, Setaria verticillata var. verticillata,

Conservation

Objectifs de conservation

Protection et restauration d'une pelouse sur craie et d'une lande acidophile sur graviers mosans, appartenant au massif de la Montagne Saint-Pierre.

Menaces

Recolonisation forestière des pelouses et des landes.

Recommandations

Extension de la réserve naturelle. Inventaires faunistiques souhaitables.

Plan de gestion

Un plan de gestion est détaillé dans la demande d'agrément 2004. Il vise la restauration de la végétation, d'origine agropastorale, telle qu'elle était encore présente dans les années 1970 (lande à callune, e.a.).
Une première phase de travail, toujours en cours, consiste à :
- ouvrir et restaurer les reliquats de pelouse et de lande par fauchage et débroussaillage ;
- élargir ces reliquats par le dégagement des zones périphériques ;
- procéder à des coupes dans le taillis afin de permettre la réinstallation de pelouses ou de landes.
Lorsque cette phase sera terminée, un pâturage ovin et caprin sera envisagé, au sein de parcelles limitées par des clotures mobiles.
L'évolution du couvert végétal fait l'objet d'un suivi depuis près de 30 ans par M. LEJEUNE et W. VERBEKE. Une évaluation des mesures de gestion et de restauration par le pâturage est également prévue.
Après les changements importants de 2006 (pose d'un panneau, mise en clôture, déboisements), 2007 était l'année de la mise en place d'une gestion récurrente la plus performante possible (BOTTIN, 2007).
L'hiver 2006-2007 a été l'occasion de réaliser des déboisements importants qui étendent significativement la surface ouverte au sein du périmètre clôturé, l'objectif étant d'y restaurer une lande/pelouse. Sur une partie du périmètre déboisé, un râtissage minutieux des petits débris de coupe a été réalisé en février-mars (chantier JNM de fin février et chantier Natagora du 10 mars) afin de remettre en surface et stimuler la banque de graines.
La parcelle clôturée a ensuite connu une gestion mixte par pâturage et par fauche au cours de la saison :
- un pâturage des deux tiers sud de la parcelle entre le 15 et le 22 avril pour un troupeau de 34 brebis et 28 agneaux (mélange de roux ardennais et de Mergelland) ;
- un pâturage de l'ensemble de la parcelle entre le 13 et le 30 septembre - le troupeau était composé de 33 brebis jusqu'au 16 septembre (mélange de roux ardennais et de Mergelland) ; à partir du 17 septembre, ne sont restés sur la parcelle que les 21 brebis Roux ardennais, ainsi qu'un bélier (22 adultes) ;
- des fauches/débroussaillages de plusieurs parties de l'enclos ont également été réalisés entre juin et octobre. A noter que la fauche de la partie septentrionale au mois de juin a fait suite à une demande d'un agriculteur voisin par rapport à l'abondance (effective) des chardons dans cette partie de la réserve naturelle.
La prairie reconstituée en lieu et place de la culture a été fauchée aux alentours du 15 juillet par le fermier en convention pour cette parcelle (M. Loverix).

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Détails

Description physique

La Brouhîre d'Emael est située en rive gauche de la Geer (bassin hydrographique de la Meuse), à la limite des provinces de Liège et du Limbourg.

Faisant partie du massif crayeux de la Montagne Saint-Pierre, elle est constituée d'un coteau coiffé de graviers d'une ancienne terrasse mosane.

Le site est environné de cultures à l'ouest et au sud, par des habitations à l'est et par une prairie pentue au nord faisant la jonction avec le Tiendeberg, du côté limbourgeois.

Il est inclus dans le district phytogéographique brabançon oriental.

Description biologique

Malgré sa dégradation et son appauvrissement floristique, la Brouhîre d'Emael demeure l'un des sites les plus remarquables de la vallée du Geer et il conserve d'extraordinaires potentialités. Comme son nom l'indique, on y trouvait une lande acide à callune, aujourd'hui disparue; elle y côtoyait une pelouse calcicole et dans les zones de transition entre ces deux groupements poussaient Spiranthes spiralis ainsi qu'Ophioglossum vulgatum (LEJEUNE & VERBEKE, 1987).

Sur le plan phytosociologique, le site est assez similaire à d'autres pelouses telles que le Thier à la Tombe ou Sur Hé. Sur base de relevés de W. VERBEKE, M. LEJEUNE et F. WIJZEN du 21 juillet 1987, on y trouve les groupements suivants:

- une pelouse sur craie à Brachypodium pinnatum, Carex caryophyllea, Carex flacca, Sanguisorba minor, Centaurea scabiosa, Origanum vulgare, Poa pratensis subsp. angustifolia, Linum catharticum, Koeleria macrantha, Helianthemum nummularium, ...

- une lande acide à Agrostis capillaris, Rumex acetosella, Cytisus scoparius, Danthonia decumbens, Calluna vulgaris, Stachys officinalis, Teucrium scorodonia, Hypochaeris radicata, ...

- un pré maigre à Pimpinella saxifraga, Lotus corniculatus, Centaurea jacea, Rhinanthus minor, Avenula pubescens, Galium verum, Campanula rotundifolia, Polygala vulgaris, Hypericum perforatum, Luzula campestris, Thymus pulegioides, Euphrasia stricta, Hieracium pilosella, Cuscuta epithymum, Genista tinctoria, Trisetum flavescens, etc.

- une prairie mésophile sur sol limoneux riche, avec Plantago lanceolata, Rumex acetosa, Achillea millefolium, Cerastium fontanum, Holcus lanatus, Trifolium repens, Dactylis glomerata, Daucus carota, Arrhenatherum elatius, Knautia arvensis, Festuca pratensis, Leucanthemum vulgare, Veronica chamaedrys, Lathyrus pratensis, etc.

- des fourrés à Crataegus monogyna, Prunus spinosa, Malus sylvestris, Rubus spp., Quercus robur, ...

Ces groupements se retrouvent encore sur le site aujourd'hui, même si certaines espèces (par ex. Spiranthes spiralis, Ophioglossum vulgatum, Koeleria macrantha, Calluna vulgaris, Genista tinctoria) n'y ont plus été observées depuis plusieurs années. Depuis la mise en réserve du site en 2002, une gestion régulière par fauche et par pâturage ovin, ainsi que des travaux importants de déboisement, permet d'espérer la restauration progressive du site.

La réserve naturelle de la Brouhîre d'Emael présente également un intérêt faunistique, avec la présence, notamment, de plusieurs espèces de papillons de jour peu fréquents en Moyenne Belgique, comme Aricia agestis, Cyaniris semiargus, Melanargia galathea, ... Situé face à la plaine agricole hesbignonne, le site joue également un rôle de refuge pour diverses espèces animales. On peut y citer notamment la nidification de la Tourterelle des bois, de l'Hypolaïs ictérine et du Bruant jaune.

Suite aux divers chantiers de gestion menés dans le site en 2006-2007 (déboisements, débroussaillage, fauchage, pâturage ovin), on observe une évolution favorable dans le tapis herbacé par rapport aux années précédentes. Cette évolution est suivie grâce à des relevés phytosociologiques au sein de carrés permanents (obs. G. BOTTIN - Natagora).

La 'prairie' maigre qui couvre l'essentiel de l'enclos sur le plateau est dominée par Holcus lanatus et Agrostis capillaris, avec assez bien d'Arrhenatherum elatius sur le plateau. Cette prairie s'est trouvée très fleurie en 2007, avec des espèces comme Origanum vulgare, Hypericum perforatum, Knautia arvensis, Agrimonia eupatoria, Galium verum, … Sur le plateau également, il faut signaler cette année une superbe floraison du gland de terre Lathyrus tuberosus (22/07). Au sein de cette zone de pré maigre, il faut noter la présence d'un très beau petit noyau de pelouse où des espèces comme Cuscuta epithymum, Thymus pulegioides, Polygala vulgaris, Linum catharticum, Centaurium erythraea (54 pieds de cette dernière espèce comptés le 30/06 dans la zone à cuscute), Ononis spinosa … sont très bien représentées. La petite cuscute est d'ailleurs une espèce en progression manifeste dans la réserve naturelle. Ailleurs, plus au nord, on notera la découverte d'une petite surface de Galium pumilum (120 x 30 cm) et d'une grosse plage d'Ononis repens. Les impressions levées en 2006 concernant la régression éventuelle de Astragalus glycyphyllos et Saxifraga granulata n'ont pas été confirmées en 2007 : ces deux espèces semblent toujours bien se porter sur le site.

Les deux carrés permanents installés dans la prairie/pelouse ont été recensés en 2007.

Quant aux zones déboisées pendant l'hiver 2006-2007, elles donnent des signes réjouissants d'évolution vers une végétation maigre de pelouse/lande :

- espèces rencontrées dans la coupe proche du Grootberg : Saxifraga granulata, nombreux pieds de Centaurium erythraea

- espèces rencontrées dans la coupe proche de l'entrée vers la rue des Genêts : 1 pied fleuri de Polygala vulgaris (30/06), 1 pied fleuri de Stachys officinalis (22/07), 3 pieds fleuris d'Helianthemum nummularium (22/07), abondance de Teucrium scorodonia (22/07).

Il faut également noter la très forte abondance de Solanum nigrum dans toutes les zones de coupes, des chardons dans la coupe proche du Grootberg et, par endroits, des ronces.

Sur le plan faunistique, les éléments à noter en 2007 sont :
- 16 espèces de rhopalocères ont été observées sur le site en 2007, parmi lesquelles 2 espèces méritent une mention particulière : Plebejus agestis et Melanargia galathea, espèces très localisées dans le district brabançon et dont c'est la première mention sur le site;
- deux espèces, très communes, de lépidoptères hétérocères volant de jour observées en 2007 : Euclidia glyphica (28/04), Autographa gamma (12/08);
- deux nouvelles espèces de coccinelles pour le site : malheureusement la coccinelle asiatique (Harmonia axydiris) a été observée le 30/06 ; le 02/09, un exemplaire d'Halyzia 16-guttata;
- autres invertébrés : Phaneroptera falcata (12/08), Argiope bruennichi (12/08);
- la fauvette babillarde Sylvia curruca a été entendue sur le site (18/04) ; par contre, ni la tourterelle des bois ni l'hypolaïs ictérine n'ont été observés sur le site en 2007.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Le site et ses environs semblent avoir été voués aux pratiques agropastorales durant plusieurs siècles, pratiques qui furent abandonnées dans les années 1960.
En 1990, une partie du site est transformée en culture par un agriculteur qui exploite des terres contiguës. Parallèlement, des chasseurs ont aménagé des couloirs de tir dans les massifs d'epineux en vue de la chasse au faisan.
En 2002, une convention de gestion est signée entre les RNOB et la commune de Bassenge pour une durée de 50 ans.

Divers

Sources

RESNAT
RNOB

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB NATAGORA