Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1782 - Les Préelles

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Champ des Préelles
Communes :Hensies
Cantonnements DNF :Mons
Surface :49.86 ha
Coordonnées :X Lambert : 102247 - Y Lambert : 124955
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

S'étendant en Hainaut occidental entre les villages d'Hensies et de Montroeul-sur-Haine, le site des "Préelles" est connu de longue date pour son grand intérêt ornithologique mais aussi botanique, bien qu'il soit beaucoup moins couru que d'autres zones humides plus réputées. Au début des années 2000, l'endroit est sélectionné par l'équipe du Projet LIFE "Actions pour l'Avifaune des Roselières du Bassin de la Haine" pour servir de relais entre les zones humides plus importantes de la vallée de la Haine, en renforçant ainsi le réseau écologique local. C'est dans ce cadre que l'association Natagora (alors appelée les RNOB), partenaire du LIFE, a commencé à acquérir plusieurs parcelles de marais aux Préelles afin d'y constituer une réserve naturelle qui couvre aujourd'hui un peu plus de 17 hectares. Plusieurs espèces d'oiseaux liées aux roselières s'y reproduisent, comme le gorgebleue à miroir (Luscinia svecica), la bouscarle de Cetti (Cettia cetti), la rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), le râle d'eau (Rallus aquaticus) ou encore le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus). Rapace particulièrement rare et menacé, le busard des roseaux (Circus aeruginosus) est régulièrement noté et y a même élevé une nichée récemment. Les secteurs sous eau attirent de nombreux canards ainsi que le grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis) et d'autres espèces palustres, notamment durant les migrations et en hiver. Le bocage entourant la zone humide est habité par la chevêche d'Athéna (Athene noctua), la tourterelle des bois (Streptopelia turtur) et le tarier pâtre (Saxicola rubicola). La richesse floristique du site s'exprime par la liste longue de plus de 180 espèces de plantes supérieures recensées ces dernières années, incluant nombre d'éléments d'intérêt patrimonial, comme l'hottonie des marais (Hottonia palustris), l'orchis négligé (Dactylorhiza praetermissa), l'oenanthe aquatique (Oenanthe aquatica), l'oenanthe fistuleuse (Oenanthe fistulosa), la grande berle (Sium latifolium), etc. Entièrement située dans le site Natura 2000 BE 32017 "Vallée de la Haine en aval de Mons", la réserve des Préelles est en outre agréée par la Région wallonne depuis avril 2019.

Carto

Régions naturelles

  • E1 - Basse-Haine

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Hensies32.34 haHENSIESHAINAUT
Montrœul-sur-Haine17.51 haHENSIESHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Mons49.86 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Natagora.

Privé(s) Non  ONG Oui  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Pour la réserve naturelle agréée: Natagora - Cyril VERZELE (cyril_verzele@hotmail.com).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6757Les Préelles17.6276 ha

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
C1.3Eaux stagnantes eutrophesNatagora - demande d'agrément
C3.21Phragmitaies (roselières « vraies »)Natagora - demande d'agrément
C3.25Peuplements à [Glyceria maxima]Natagora - demande d'agrément
C3.26PhalaridaiesNatagora - demande d'agrément
D5.11Roselières sèchesNatagora - demande d'agrément
D5.21cCaricaies à [Carex paniculata]Natagora - demande d'agrément
D5.21dCaricaies à [Carex riparia]Natagora - demande d'agrément
D5.21fCaricaies à [Carex vesicaria]Natagora - demande d'agrément
E2.11aPâtures permanentes intensivesNatagora - demande d'agrément
E2.11bPrairies pas ou peu fertiliséesNatagora - demande d'agrément
E2.22Prairies de fauche de basse altitude peu à moyennement fertiliséesNatagora - demande d'agrément
E3.41Prairies de fauche humidesNatagora - demande d'agrément
E3.44Végétation herbeuse installée sur des sols compactsNatagora - demande d'agrément
E5.41Mégaphorbiaies rivulairesNatagora - demande d'agrément
E5.42Mégaphorbiaies de prairies humidesNatagora - demande d'agrément
E5.43Ourlets nitrophilesNatagora - demande d'agrément
F3.11Fourrés sur sols neutroclines à acidoclines, fraisNatagora - demande d'agrément
F9.2Saussaies marécageusesNatagora - demande d'agrément
FA.3Haies bien développées, riche en espècesNatagora - demande d'agrément
G1.C1bPeupleraies plantées en milieu marécageuxNatagora - demande d'agrément
G5.1bAlignements d'arbres en milieu ouvert hormis le long des cours d'eauNatagora - demande d'agrément
X10BocagesNatagora - demande d'agrément

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus schoenobaenusOuiOuiNicheur probable2020Divers obs.
Acrocephalus scirpaceusOuiNonNicheur2019Divers obs.
Alcedo atthisOuiNonPrésence2005Demande d'agrément 2007
Anas creccaNonOuiHiv.-migr.2020Divers obs.
Anas streperaOuiNonNicheur possible2020V. Swinnen
Anthus spinolettaOuiNonHiv.-migr.2020Divers obs.
Athene noctuaOuiNonNicheur2005Demande d'agrément 2007
Botaurus stellarisOuiOuiHiv.2005Demande d'agrément 2007
Cettia cettiOuiNonNicheur2020V. Swinnen
Circus aeruginosusOuiOuiNicheur (2019)2020Divers obs.
Cuculus canorusOuiOuiNicheur2020Divers obs.
Emberiza schoeniclusOuiNonNicheur2019Divers obs.
Falco subbuteoOuiNonPrésence estivale2018Divers obs.
Fulica atraNonNonNicheur2020V. Swinnen
Gallinago gallinagoOuiOuiHiv.-migr.2020Divers obs.
Lanius collurioOuiNonNicheur (1 cple 2016)2016V. Swinnen et al.
Locustella naeviaOuiNonNicheur2020V. Swinnen
Luscinia megarhynchosOuiNonNicheur possible2018Divers obs.
Luscinia svecicaOuiNonNicheur2020Divers obs.
Oriolus oriolusOuiOuiNicheur2005Demande d'agrément 2007
Perdix perdixNonOui2013V. Swinnen
Rallus aquaticusOuiNonNicheur probable2020Divers obs.
Saxicola rubicolaOuiNonNicheur (1 canton)2005Demande d'agrément 2007
Streptopelia turturOuiOuiNicheur2018Divers obs.
Sylvia currucaOuiNonNicheur2020Divers obs.
Tachybaptus ruficollisOuiNonNicheur2020V. Swinnen
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon2017V. Swinnen
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2015V. Swinnen
Lissotriton helveticusOuiNon2005Demande d'agrément 2007
Lissotriton vulgarisOuiNon2015V. Swinnen
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2005Demande d'agrément 2007
Rana temporariaOuiNon2017V. Swinnen
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Zygaena trifolii2018V. Swinnen
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Cetonia aurata2016Demande d'agrément 2007, M. Descamps
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Coccinelles
Anisosticta novemdecimpunctata2005Demande d'agrément 2007
Hippodamia tredecimpunctata2005Demande d'agrément 2007
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Conocephalus dorsalis2005Demande d'agrément 2007
Metrioptera roeselii2016F. Stocman
Plantes - Plantes supérieures
Carex paniculata2019Divers obs.
Carex pseudocyperus2015J. Taymans
Carex vesicaria2015Demande d'agrément 2007 + divers obs.
Conium maculatum2018V. Swinnen, J. Taymans
Dactylorhiza praetermissa2005Demande d'agrément 2007
Epipactis helleborine2005Demande d'agrément 2007
Hottonia palustris2015Demande d'agrément 2007 + divers obs.
Oenanthe aquatica2005Demande d'agrément 2007
Oenanthe fistulosa2016Demande d'agrément 2007 + divers obs.
Saxifraga granulata2005Demande d'agrément 2007
Sium latifolium2005Demande d'agrément 2007
Thalictrum flavum2015Demande d'agrément 2007 + divers obs.
Veronica scutellata2005Demande d'agrément 2007

Commentaires sur la faune

Mammifères (données demande d'agrément 2007 + V. Swinnen 2010-2019): Arvicola amphibius, Capreolus capreolus, Erinaceus europaeus, Lepus europaeus, Micromys minutus, Microtus agrestis, Microtus arvalis, Mus musculus, Mustela erminea, Ondatra zibethicus, Oryctolagus cuniculus, Sorex minutus, Sorex araneus/coronatus, Talpa europaea, Vulpes vulpes.

Oiseaux (données demande d'agrément 2007 + V. Swinnen et V. Leirens 2010-2019): Accipiter nisus, Acrocephalus palustris, Acrocephalus scirpaceus, Acrocephalus schoenobaenus, Aegithalos caudatus, Alcedo atthis, Alopochen aegyptiaca, Anas clypeata, Anas crecca, Anas platyrhynchos, Anas querquedula, Anas strepera, Apus apus, Anthus pratensis, Anthus spinoletta, Anthus trivialis, Ardea alba, Ardea cinerea, Athene noctua, Botaurus stellaris, Branta canadensis, Bubulcus ibis, Buteo buteo, Carduelis chloris, Carduelis cannabina, Carduelis carduelis, Carduelis spinus, Cettia cetti, Certhia brachydactyla, Circus aeruginosus, Circus cyaneus, Columba palumbus, Columba oenas, Corvus corone, Corvus monedula, Cuculus canorus, Cygnus olor, Delichon urbicum, Dendrocopos major, Dendrocopos minor, Egretta garzetta, Emberiza schoeniclus, Erithacus rubecula, Falco tinnunculus, Falco subbuteo, Falco peregrinus, Fringilla coelebs, Fringilla montifringilla, Fulica atra, Gallinago gallinago, Gallinula chloropus, Garrulus glandarius, Hippolais icterina, Hippolais polyglotta, Hirundo rustica, Jynx torquilla (2014), Lanius collurio, Larus ridibundus, Locustella naevia, Luscinia megarhynchos, Luscinia svecica, Motacilla alba, Motacilla cinerea, Muscicapa striata, Oriolus oriolus, Parus caeruleus, Parus major, Parus montanus, Phasianus colchicus, Perdix perdix, Phoenicurus phoenicurus, Phylloscopus collybita, Pica pica, Picus viridis, Prunella modularis, Passer domesticus, Pyrrhula pyrrhula, Rallus aquaticus, Riparia riparia, Saxicola rubicola, Scolopax rusticola, Streptopelia turtur, Streptopelia decaocto, Sturnus vulgaris, Sylvia atricapilla, Sylvia borin, Sylvia curruca, Sylvia communis, Tachybaptus ruficollis, Tringa ochropus, Troglodytes, troglodytes, Turdus iliacus, Turdus merula, Turdus philomelos, Turdus pilaris, Turdus viscivorus, Vanellus vanellus.

Amphibiens (données demande d'agrément 2007 + V. Swinnen 2010-2019): Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Lissotriton vulgaris, Pelophylax kl. esculentus, Rana temporaria.

Lépidoptères (données demande d'agrément 2007 + V. Swinnen 2010-2019): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Arctia caja, Aricia agestis, Celastrina argiolus, Colias croceus, Eilema griseola, Euthrix potatoria, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Myelois circumvoluta, Neozephyrus quercus, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyrausta purpuralis, Pyronia tithonus, Thymelicus lineola, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui, Zygaena trifolii.

Orthoptères (données demande d'agrément 2007 + V. Swinnen 2010-2019): Chorthippus parallelus, Conocephalus fuscus, Conocephalus dorsalis, Leptophyes punctatissima, Metrioptera roeselii, Tettigonia viridissima.

Coccinelles: Adalia bipunctata, Anisosticta novemdecimpunctata, Chilocorus renipustulatus, Coccinella septempunctata, Hippodamia tredecimpunctata, Propylea quatuordecimpunctata, Tytthaspis sedecimpunctata,

Libellules (données demande d'agrément 2007 + V. Swinnen 2010-2019): Aeshna cyanea, Calopteryx sp., Coenagrion puella, Lestes viridis, Libellula depressa, Orthetrum cancellatum, Pyrrhosoma nymphula, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données Natagora-demande d'agrément 2007 + divers obs. 2010-2019): Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Achillea ptarmica, Aegopodium podagraria, Agrostis canina, Agrostis capillaris, Agrostis gigantea, Agrostis stolonifera, Alisma plantago-aquatica, Alnus glutinosa, Alnus incana, Alopecurus geniculatus, Alopecurus myosuroides, Alopecurus pratensis , Angelica sylvestris, Anthoxanthum odoratum, Anthriscus sylvestris, Apera spica-venti, Apium nodiflorum, Arctium lappa, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Bellis perennis, Bidens tripartita, Bromus hordeaceus, Calystegia sepium, Capsella bursa-pastoris, Cardamine pratensis, Carex acutiformis, Carex cuprina, Carex disticha, Carex hirta, Carex muricata subsp. lamprocarpa (??), Carex paniculata, Carex pseudocyperus, Carex riparia, Carex vesicaria, Centaurea jacea, Cerastium fontanum, Chenopodium polyspermum, Cirsium arvense, Cirsium oleraceum, Cirsium palustre, Cirsium vulgare, Conium maculatum, Conyza canadensis, Crataegus monogyna, Crepis capillaris, Cynosurus cristatus, Dactylis glomerata, Dactylorhiza praetermissa, Elymus repens, Eleocharis palustris, Epilobium angustifolium, Epilobium ciliatum, Epilobium hirsutum, Epilobium parviflorum, Epipactis helleborine, Eupatorium cannabinum, Festuca pratensis, Festuca rubra, Filipendula ulmaria, Fraxinus excelsior, Galeopsis bifida, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium palustre, Galium uliginosum, Geranium molle, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Glyceria fluitans, Glyceria maxima, Hedera helix, Heracleum sphondylium, Hirschfeldia incana, Holcus lanatus, Hottonia palustris, Humulus lupulus, Hypericum humifusum, Hypochaeris radicata, Iris pseudacorus, Juglans regia, Juncus articulatus, Juncus bufonius, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus inflexus, Lathyrus pratensis, Lemna minor, Leontodon autumnalis, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Lolium perenne, Lotus pedunculatus, Lychnis flos-cuculi, Lycopus europaeus, Lysimachia vulgaris, Lysimachia nummularia, Lythrum salicaria, Matricaria discoidea, Matricaria recutita, Medicago lupulina, Myosotis laxa subsp. cespitosa, Myosotis nemorosa, Myosotis scorpioides, Myosoton aquaticum, Oenanthe aquatica, Oenanthe fistulosa, Phalaris arundinacea, Phleum pratense, Phragmites australis, Pimpinella major, Pimpinella saxifraga, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa annua, Poa trivialis, Persicaria amphibia, Persicaria hydropiper, Persicaria maculosa, Polygonum aviculare, Populus sp., Prunella vulgaris, Prunus avium, Prunus spinosa, Quercus robur, Ranunculus acris, Ranunculus bulbosus, Ranunculus flammula, Ranunculus repens, Ranunculus sceleratus, Rorippa amphibia, Rorippa palustris, Rumex acetosa, Rumex acetosella, Rumex conglomeratus, Rumex crispus, Rumex hydrolapathum, Rumex obtusifolius, Rumex sanguineus, Salix alba, Salix caprea, Salix triandra, Salix viminalis, Sambucus nigra, Saxifraga granulata, Scrophularia nodosa, Scutellaria galericulata, Silene dioica, Sium latifolium, Solanum dulcamara, Solanum nigrum, Sonchus asper, Sonchus oleraceus, Stachys palustris, Stachys sylvatica, Stellaria graminea, Stellaria media, Symphytum officinale, Taraxacum sp., Thalictrum flavum, Torilis japonica, Trifolium dubium, Trifolium pratense, Trifolium repens, Trisetum flavescens, Urtica dioica, Valeriana officinalis, Veronica scutellata, Veronica anagallis-aquatica, Viburnum opulus, Vicia cracca, Vicia sativa subsp. nigra, Vicia tetrasperma.

Espèces exotiques

Plantes: Alnus incana, Conyza canadensis, Epilobium ciliatum, Juglans regia, Populus x canadensis.

Animaux: Alopochen aegyptiaca, Branta canadensis, Ondatra zibethicus, Vespa velutina (nid en 2018)

Conservation

Objectifs de conservation

Les terrains constituant la réserve des Préelles ont été achetés dans le cadre du projet européen LIFE Nature 'Actions pour l'avifaune des roselières du bassin de la Haine'.

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

Un plan de gestion détaillé se trouve dans le dossier de demande d'agrément (COLLECTIF, 2007).

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Détails

Description physique

Les informations qui suivent sont extraites principalement du dossier de demande d'agrément (COLLECTIF, 2007).

Le site s'étend dans la vallée de la Haine au lieu-dit "Champs des Préelles", à cheval sur les anciennes communes de Hensies et de Montroeul-sur-Haine. Il fait partie de la région limoneuse hennuyère et du district phytogéographique brabançon.

La plaine alluviale de la Haine s'étend à une altitude comprise entre 20 et 22,5 m. Le relief est quasi imperceptible. Le ruisseau des Préelles est le principal cours d'eau traversant le site. Il est dépendant du bassin hydrographique de l'Escaut. Outre ce cours d'eau, on y rencontre aussi divers fossés, dont l'eau provenant des villages voisins est plus ou moins polluée (en particulier les écoulements venant du village de Montroeul).

La réserve des Préelles repose sur des alluvions, souvent tourbeuses, recouvrant une couche de sables et d'argiles yprésiens. On observe une épaisse couche sous-jacente de sables glauconifères du Landénien inférieur sur une assise de craies de Trivières et craies et calcaires du Coniacien et du Santonien.

Ce contexte géologique explique la présence d'une nappe aquifère superficielle à l'origine du caractére marécageux de la région. Les sols sont de type argileux, devenant souvent lourds en profondeur, faiblement à fortement gleyfiés selon les endroits, indiquant l'alternance de montée et de descente de la nappe. Ces sols peuvent donc être très secs en été et gorgés d'eau l'hiver.

Le climat de la région est de type atlantique avec un nombre de jours de gel réduit (78 en moyenne), une température moyenne annuelle de 9,2°C et des précipitations annuelles de 788 l/m² en moyenne.

Description biologique

Les informations qui suivent sont extraites principalement du dossier de demande d'agrément de la réserve naturelle des Préelles (COLLECTIF, 2007). La superficie décrite (environ 17 ha) est moindre que celle du SGIB mais elle comprend néanmoins les zones noyaux les plus intéressantes.

Le site des Préelles renferme une remarquable mosaïque végétale constituée de divers groupements semi-naturels (roselières, cariçaies, mégaphorbiaies, ...), auquels s'ajoutent des plantations de peupliers, des prairies pâturées, des saussaies de recolonisation, ...

Parmi les végétations palustres, on distingue:

- la phragmitaie quasiment monospécifique à Phragmites australis, ponctuée néanmoins ici et là de boules de saules; ce groupement est également présent sous sa variante sèche où elle est envahie par des nitrophiles comme Urtica dioica, Calystegia sepium, Galium aparine, Solanum dulcamara, Humulus lupulus, ...;
- la roselière à Phalaris arundinacea;
- la roselière à Glyceria maxima;
- des magnocariçaies à Carex paniculata, à Carex riparia et à Carex vesicaria ; ces groupements de grandes laîches renferment aussi divers autres espèces hygrophiles comme Galium palustre, Iris pseudacorus, Lysimachia vulgaris, Scutellaria galericulata, Filipendula ulmaria, Lycopus europaeus, Epilobium hirsutum, Cirsium palustre, ...
- la mégaphorbiaie rivulaire, groupement nitrophile à hautes herbes avec notamment Calystegia sepium, Myosoton aquaticum, Epilobium hirsutum, Epilobium parviflorum, Eupatorium cannabinum, Galium aparine, Urtica dioica, ...
- un groupement d'hydrophytes dans les fossés, avec notamment un abondant peuplement de Hottonia palustris;
- des saussaies marécageuses;
- des restes de peupleraies plantées en milieu marécageux à humide.

D'autres groupements herbacés s'y rencontrent également, notamment dans les zones plus sèches:

- des prairies permanentes à Lolium perenne et Cynosurus cristatus et des prairies non ou peu amendées;
- une prairie de fauche planicole peu à moyennement fertilisée dominée par Arrhenatherum elatius;
- une pâture humide renfermant des espèces des sols compactés comme Agrostis stolonifera, Alopecurus pratensis, Phleum pratense, Rumex crispus, Cirsium arvense, Ranunculus repens, etc.;
- une prairie mouilleuse, apparue suite à l'abandon du pâturage dans une zone inondée en hiver, avec Cardamine pratensis, Oenanthe aquatica, Oenanthe fistulosa, Lychnis flos-cuculi, Eleocharis palustris, ...

En dehors des peupleraies et des saussaies, on observe peu d'autres éléments boisés: il s'agit d'ailleurs essentiellement de fourrés à Prunus spinosa, Sambucus nigra, Viburnum opulus, ..., de haies à Crataegus monogyna, d'alignements d'arbres têtards (Salix alba et Fraxinus excelsior) et de quelques haies fragmentaires.

La faune du site des Préelles n'est encore que partiellement inventoriée et c'est surtout pour son avifaune que l'on est le mieux documenté, grâce notamment aux suivis réalisés dans le cadre du Life "Roselières" de 2002 à 2004.

S'avérant manifestement moins riche que celle des marais d'Harchies tout proches (par ailleurs trente fois plus étendus!), le site accueille néanmoins diverses espèces remarquables sur le plan régional.

Parmi les espèces liées aux végétations d'hélophytes, citons notamment le râle d'eau (Rallus aquaticus), la gorgebleue à miroir (Luscinia svecica), la bouscarle de Cetti (Cettia cetti), la locustelle tachetée (Locustella naevia), le grand butor (Botaurus stellaris), la rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus). Plus récemment, le phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus) s'est établi commue nicheur également et une nichée de busard des roseaux (Circus aeruginosus) y a été constatée en 2019 (obs. V. Swinnen)!

D'autres espèces des milieux humides fréquentent la zone, comme territoire de chasse ou halte migratoire ou encore comme site d'hivernage ou de dortoir. C'est le cas du martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis), du busard Saint-Martin (Circus cyaneus), du grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), de la gallinule poule d'eau (Gallinula chloropus), de la rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris), du pipit spioncelle (Anthus spinoletta), de différents limicoles dont la bécassine des marais (Gallinago gallinago), le chevalier culblanc (Tringa ochropus), le vanneau huppé (Vanellus vanellus), etc. En hiver plus particulièrement, les prairies inondées attirent divers canards et ardéidés

Les boisements humides et le bocage alentours accueillent également nombre de passereaux, pics et rapaces: chevêche d'Athéna (Athene noctua), pic vert (Picus viridis), tourterelle des bois (Streptopelia turtur), loriot d'Europe (Oriolus oriolus), étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris), tarier pâtre (Saxicola rubicola), fauvette grisette (Sylvia communis), faucon crécerelle (Falco tinnunculus), buse variable (Buteo buteo), épervier d'Europe (Accipiter nisus), fauvette des jardins (Sylvia borin), coucou gris (Cuculus canorus), diverses mésanges, etc.

Le printemps 2016 y a même vu la nidification réussie d'un couple de pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), un passereau emblématique du bocage mais rarissime durant la période de reproduction au nord du sillon sambro-mosan.

La faune aquatique en tant que telle reste à étudier mais quelques données existent notamment sur les poissons, avec la présence de l'épinoche commune (Gasterosteus aculeatus) et de l'épinochette (Pungitius pungitius) dans les fossés qui parcourent le site, de même que celle de six espèces d'amphibiens au moins: triton palmé (Lissotriton helveticus), triton alpestre (Ichthyosaura alpestris), triton ponctué (Lissotriton vulgaris), grenouille rousse (Rana temporaria), grenouille verte (Pelophylax kl esculentus) et crapaud commun (Bufo bufo).

En ce qui concerne l'entomofaune, deux espèces de coccinelles sont à épingler plus particulièrement en raison de leurs exigences écologiques et de leur statut de protection en Région wallonne: il s'agit de la coccinelle des roseaux (Anisosticta novemdecimpunctata), liée aux ceintures de grands hélophytes du bord des eaux, et de la coccinelle à treize points (Hippodamia tredecimpunctata), également fortement associée aux végétations palustres plus particulièrement dans les grandes vallées.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Le site fut occupé jadis par un ensemble de prairies marécageuses. Sur la carte de Ferraris (1770), on observe aussi la présence de fossés bordés d'arbres. Les 19ème et 20ème siècles voient la plantation de peupleraies et l'apparition de taillis. L'endroit a toujours eu une vocation essentiellement agricole et sylvicole.

Depuis les premiers achats de terrains en 2002 dans le cadre du Projet LIFE "Actions pour l'Avifaune des Roselières du Bassin de la Haine", plusieurs chantiers de gestion importants ont eu lieu (abattage de peupliers et taillis de saules sur plusieurs hectares). Plusieurs parcelles ont été clôturées en vue d'y mener un pâturage extensif ou un fauchage tardif suivant les cas.

Divers

Sources

Natagora

Répondants de l'information

Natagora

Date de la dernière modification de la fiche

2020-04-23