Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

180 - Montagne Saint-Pierre

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Thier des Vignes - Thier de Lanaye - Thier de Nivelle - Thier de Caster
Communes :Bassenge, Visé
Cantonnements DNF :Liège
Surface :76.94 ha
Coordonnées :X Lambert : 242129 - Y Lambert : 163541
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

La Montagne Saint-Pierre est cette région comprise entre les basses vallées du Geer et de la Meuse, limitée au nord par la confluence des deux cours d'eau à Maastricht, et au sud, par une ligne joignant Bassenge et Hallembaye-Haccourt. Sur cette colline, formée par des roches calcaires du Crétacé supérieur (craie, tuffeau) diverses, et jouissant de conditions climatiques et orographiques favorables, se rencontrent des milieux variés (pelouses calcaires issues des pratiques agro-pastorales de jadis, fourrés de lisières, taillis calcaires, chênaies à charme thermophiles...) extrêmement riches en espèces animales (Arachnides, Lépidoptères, Hyménoptères, Coléoptères, Gastéropodes, reptiles et batraciens, oiseaux, mammifères...) et végétales (Bryophytes, Ptéridophytes, Phanérogames, dont de nombreuses orchidées...). Le flanc mosan de la Montagne Saint-Pierre est aujourd'hui protégé, à l'exception du "Thier de Caster", où hibernent chaque année, des milliers de chauves-souris appartenant à treize espèces! L'industrie extractive constitue toujours une menace potentielle pour cette partie du site. La gestion par pâturage des pelouses calcaires est assurée par un troupeau de moutons d'une race locale ("Mergellandschap") accompagné de quelques chèvres. A quelques encablures de la réserve, à Lanaye, le musée de la Montagne Saint-Pierre procure aux visiteurs, toutes les informations dont ils ont besoin. (J.-L. Gathoye).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • E8 - Basse-Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Ében-Émael2.76 haBASSENGELIEGE
Lanaye51.67 haVISELIEGE
Lixhe22.48 haVISELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège76.94 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site classé le 12-01-1981.

Propriétaire(s)

Ville de Visé.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Mr. Claude Puts, rue Basse Hermalle 32, 4530 Visé (tél. : 041/79.15.12).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6613Montagne Saint-Pierre35,92 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Myotis dasycnemeOuiOui2004Cl. Puts, R. Vanhercke, J.-L. Gathoye
Myotis daubentoniiOuiOui2004Cl. Puts, R. Vanhercke, J.-L. Gathoye
Myotis emarginatusOuiOui2004Cl. Puts, R. Vanhercke, J.-L. Gathoye
Myotis myotisOuiOui2004Cl. Puts, R. Vanhercke, J.-L. Gathoye
Myotis mystacinus/brandtii2004Cl. Puts, R. Vanhercke, J.-L. Gathoye
Myotis nattereriOuiOui2004Cl. Puts, R. Vanhercke, J.-L. Gathoye
Pipistrellus pipistrellusOuiOui2004Cl. Puts, R. Vanhercke, J.-L. Gathoye
Rhinolophus ferrumequinumOuiOui1993Cl. Puts, R. Vanhercke, J.-L. Gathoye
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNon
Bufo calamitaOuiOui
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Coronella austriacaOuiOui
Podarcis muralisOuiNon
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Callophrys rubiNonNonRégulier2010GT Lycaena
Cupido minimusNonNon2008GT Lycaena
Erynnis tagesNonNonRégulier2010GT Lycaena
Issoria lathoniaOuiNon3 ex.2004GT Lycaena
Melitaea cinxiaOuiNonRéintroduit en 19972010GT Lycaena
Nymphalis polychlorosNonNon1 ex.2006GT Lycaena (G. Bottin)
Plebeius agestisNonNonRégulier2010GT Lycaena
Plebeius argusNonOui1996GT Lycaena (B. Philippart)
Polyommatus semiargusNonNon2010GT Lycaena
Pyrgus malvaeNonOui1996GT Lycaena (B. Philippart)
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Scopula ornata2001GT Lycaena (P. Goffart)
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Lucanus cervusComm. J.-L. Gathoye
Meloe violaceus2000Cl. Puts
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Panagaeus bipustulatus
Pristonychus terricola
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Cérambycidés
Lamia textor
Molorchus umbellatarum
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Anergates atratulus2005AVan Noordwijk et al., 2007
Discoelius zonalis1992AJ. Petit
Formica pratensis2005Van Noordwijk et al., 2007
Formica rufibarbis2005Van Noordwijk et al., 2007
Lasius distinguendus2005Van Noordwijk et al., 2007
Lasius jensi2005Van Noordwijk et al., 2007
Lasius sabularum2005Van Noordwijk et al., 2007
Myrmica schencki2005Van Noordwijk et al., 2007
Solenopsis fugax2005Van Noordwijk et al., 2007
Temnothorax interruptus2005Van Noordwijk et al., 2007
Invertébrés - Insectes - Diptères
Pipizella divicoi2002AJ. Petit, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Araignées
Argiope bruennichiDivers obs.
Invertébrés - Mollusques
Abida secale
Apterona helicoidella1994E. Stassart
Truncatellina cylindrica
Plantes - Plantes supérieures
Buphthalmum salicifolium2008AJ. Petit, J. Duvigneaud, F. Wyzen
Cephalanthera damasoniumDivers obs.
Coeloglossum virideDivers obs.
Colutea arborescensNaturalisé depuis très longtempsDivers obs.
Epipactis atrorubens> 200 pieds2008Divers obs.
Epipactis helleborineDivers obs.
Gymnadenia conopseaDivers obs.
Juniperus communisDivers obs.
Listera ovataDivers obs.
Neottia nidus-avisDivers obs.
Ophrys apiferaDivers obs.
Ophrys insectiferaDivers obs.
Orchis anthropophora2013T. Henneresse, divers obs.
Orchis masculaDivers obs.
Orchis militaris> 130 pieds2013T. Henneresse, divers obs.
Orchis purpureaDivers obs.
Orchis xspuria> 100 pieds2014Divers obs.
Parnassia palustrisDivers obs.
Platanthera chloranthaDivers obs.
Rosa agrestisDivers obs.
Rosa rubiginosaDivers obs.
Teucrium chamaedrys2010Div. obs.
Vincetoxicum hirundinariaDivers obs.

Commentaires sur la faune

Mammifères: Cricetus cricetus, Eliomys quercinus, Eptesicus serotinus, Meles meles, Myotis brandtii, Myotis dasycneme, Myotis daubentonii, Myotis emarginatus, Myotis myotis, Myotis mystacinus, Myotis natterreri, Pipistrellus pipistrellus, Plecotus sp., Putorius putorius, Rhinolophus ferrumequinum.

Oiseaux nicheurs: Emberiza citrinella, Anthus trivialis, Alauda arvensis, Carduelis cannabina, Muscicapa striata, Falco tinnunculus, Sylvia atricapilla, Sylvia borin, Sylvia communis, Phylloscopus collybita, Phylloscopus trochilus, Luscinia megarhynchos, Aegithalos caudatus, Parus palustris, Streptopelia turtur, Dendrocopos major, Picus viridis, Asio otus, Oriolus oriolus,

Reptiles: Coronella austriaca, Podarcis muralis.

Amphibiens: Alytes obstetricans, Bufo calamita.

Formicidae (données Van Noordwijk et al. 2007): Anergates atratulus, Formica cunicularia, Formica pratensis, Formica rufibarbis, Lasius alienus, Lasius distinguendus, Lasius flavus, Lasius fuliginosus, Lasius jensi, Lasius niger, Lasius sabularum, Lasius umbratus, Myrmecina graminicola, Myrmica rubra, Myrmica ruginodis, Myrmica sabuleti, Myrmica scabrinodis, Myrmica schencki, Solenopsis fugax, Stenamma debile, Temnothorax interruptus, Tetramorium caespitum, Tetramorium impurum.

Hétéroptères (données Dethier et Chérot 1997): Acalypta parvula, Acanthosoma haemorrhoidale, Acetropis carinata, Adelphocoris lineolatus, Adelphocoris quadripunctatus, Adelphocoris seticornis, Adomerus biguttatus, Aelia acuminata, Alydus calcaratus, Anthocoris cf limbatus, Anthocoris miki, Anthocoris nemoralis, Anthocoris nemorum, Anthocoris pilosus, Anthocoris sarothamni, Apolygus spinolae, Aradus depressus, Arenocoris fallenii, Arenocoris waltlii, Arma custos, Bathysolen nubilus, Berytinus hirticornis, Berytinus minor, Blepharidopterus angulatus, Callicorixa praeusta, Capsus ater, Catoplatus fabricii, Ceraleptus lividus, Chlamydatus pullus, Closterotomus fulvomaculatus, Closterotomus norwegicus, Copium clavicorne, Coranus subapterus (sub tuberculifer), Coreus marginatus, Coriomeris denticulatus, Corixa punctata, Corizus hyoscyami, Cyllecoris histrionius, Cymatia coleoptrata, Cymus claviculus, Cyphostethus tristriatus, Deraeocoris ruber, Dicranocephalus agilis, Dictyla humuli, Dicyphus errans, Dicyphus pallidus, Dolycoris baccarum, Drymus latus, Dryophilocoris flavoquadrimaculatus, Elasmostethus interstinctus, Elasmostethus minor, Elasmucha grisea, Emblethus verbasci, Enoplops scapha, Eremecoris podagricus, Europiella artemisiae, Eurydema oleracea, Eurygaster austriaca, Eurygaster maura, Eysarcoris aeneus, Eysarcoris venustissimus, Gerris argentatus, Gerris lacustris, Gerris thoracicus, Globiceps fulvicollis, Globiceps sphaegiformis, Gonocerus acuteangulatus, Hadrodema m-flavum, Halticus apterus, Halticus luteicollis, Hesperocorixa linnei, Hesperocorixa sahlbergi, Heterocordylus tumidicornis, Heterotoma planicornis, Himacerus apterus, Himacerus major, Himacerus mirmicoides, Holcostethus sphacelatus, Holcostethus strictus vernalis, Horvathiolus superbus, Jalla dumosa, Kalama tricornis, Kleidocerys resedae, Legnotus limbosus, Leptopterna dolabrata, Liocoris tripustulatus, Lygocoris pabulinus, Lygus pratensis, Lygus rugulipennis, Macroplax preyssleri, Megacoleus tanaceti, Megaloceroea recticornis, Megalonotus chiragra, Megalonotus sabulicola, Microplax albofasciatus, Nabis ericetorum, Nabis ferus, Nabis pseudoferus, Nabis rugosus, Neottiglossa pusilla, Nepa cinerea, Notonecta maculata, Notonecta obliqua, Notonecta viridis, Notostira elongata (sub erratica), Nysius ericae, Nysius senecionis, Odontoscelis fuliginosa, Odontoscelis lineola, Orius majusculus, Orius minutus, Orius niger, Orthocephalus coriaceus, Orthonotus rufifrons, Orthops campestris, Orthops cf kalmii, Palomena prasina, Pentatoma rufipes, Phylus coryli, Phymata crassipes, Phytocoris tiliae, Phytocoris varipes, Piezodorus lituratus, Pilophorus clavatus, Pilophorus perplexus, Plagiognathus arbustorum, Plagiognathus chrysanthemi, Podops inuncta, Prostemma guttula, Psallus wagneri, Rhopalus parumpunctatus, Rhopalus subrufus, Rhyparochromus pini, Sciocoris cursitans, Scolopostethus pictus, Scolopostethus puberulus, Sehirus luctuosus, Sigara falleni, Sigara lateralis, Sigara nigrolineata, Stenodema calcarata, Stenodema holsata, Stenodema laevigata, Stenotus binotatus, Stictopleurus abutilon, Stictopleurus crassicornis, Stictopleurus punctatonervosus, Syromastus rhombeus, Tingis cardui, Tingis crispata, Tinicephalus hortulanus, Tritomegas bicolor, Tropistethus holosericus, Zicrona caerulea.

Lépidoptères rhopalocères (données GT Lycaena 1990-2010): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Callophrys rubi, Celastrina argiolus, Coenonympha pamphilus, Colias croceus, Cupido minimus, Erynnis tages, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Leptidea sinapis, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Melitaea cinxia (réintroduction 1997), Neozephyrus quercus, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Plebeius agestis, Plebeius argus, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Polyommatus semiargus, Pyrgus malvae, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Commentaires sur la flore

Phanérogames (J.-L. Gathoye et al. 2000-2010): Anthericum liliago, Anthyllis vulneraria, Berberis vulgaris, Betula pendula, Botrychium lunaria, Brachypodium pinnatum, Buphthalmum salicifolium, Carex digitata, Carex flacca, Carlina vulgaris, Carpinus betulus, Cephalanthera damasonium, Colchicum autumnale, Colutea arborescens (naturalisé), Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Crepis biennis, Cuscuta epithymum, Cytisus scoparius, Epipactis atrorubens, Epipactis helleborine, Erigeron acer, Festuca arundinacea, Helianthemum nummularium, Hieracium bauhinii, Hieracium murorum, Hypericum montanum, Inula conyzae, Juniperus communis, Kickxia elatine, Kickxia spuria, Knautia arvensis, Koeleria macrantha, Lathyrus aphaca, Lathyrus nissolia, Lathyrus sylvestris, Legousia hybrida, Legousia speculum-veneris, Lonicera xylosteum, Marrubium vulgare, Medicago falcata, Minuartia hybrida, Monotropa hypopithys var. glabrata, Nepeta catria, Ophioglossum vulgatum, Ophrys apifera, Ophrys insectifera, Orchis anthropophora, Orchis militaris, Orchis purpurea, Orchis xspuria, Orobanche hederae, Orobanche minor, Orobanche picridis, Orobanche rapum-genistae, Plantago media, Platanthera chlorantha, Populus canescens, Populus x canadensis, Potentilla neumanniana, Pyrola rotundifolia, Quercus pubescens, Quercus robur, Quercus x calvescens, Quercus x kerneri, Rhinanthus alectorolophus, Rosa canina, Rosa dumalis, Rosa micrantha, Rosa rubiginosa, Rosa tomentosa, Sanicula europaea, Scabiosa columbaria, Silene nutans, Stachys officinalis, Teucrium chamaedrys, Teucrium montanum, Thymus pulegioides, Trisetum flavescens, Ulex europaeus, Veronica praecox, Vicia tenuifolia, Vincetoxicum hirundinaria.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un vaste ensemble de milieux de grand intérêt botanique et entomologique, représentatifs du massif de la Montagne Saint-Pierre: pelouses calcaires sèches et pelouses sur gravier, chênaies thermophiles et falaises de craie. Le site englobe également des galeries souterraines propices aux chauves-souris.

Menaces

- La principale menace à moyen terme est toujours liée à l'extension possible des carrières Marnebel.
- Plusieurs vols de moutons ont eu lieu ces dernières années.
- Le pillage des stations d'orchidées et de gentianes rares est encore constaté de temps à autre.

Recommandations

- poursuite et extension de la gestion par le pâturage avec les moutons Mergelland et les chèvres.

Plan de gestion

Le plan de gestion de la réserve naturelle RNOB de la Montagne Saint-Pierre vise la conservation et/ou la restauration des communautés animales et végétales caractéristiques des pelouses calcaires, des versants de craie et des boisements thermophiles du site.

Les opérations de gestion consistent (1) à débroussailler la végétation arbustive envahissante sur les pelouses calcaires et (2) à entretenir les enclos nécessaires à la gestion du site par le pâturage.

Le pâturage ovin opéré à la Montagne Saint-Pierre depuis 1990 permet de conserver les pelouses sèches favorables à la biodiversité locale par limitation de la recolonisation ligneuse, éclaircissement de la litière, limitation de l'implantation des graminées sociales et augmentation des espèces vivaces caractéristiques. Au 31 décembre 1997, le troupeau de la Montagne Saint-Pierre compte 9 brebis Mergelland et 3 chèvres.

Ce type de gestion s'avère en outre favorable à diverses espèces végétales ou animales critiques telles la véronique précoce (Veronica praecox), l'alsine à feuilles ténues (Minuartia hybrida), la vesce à feuilles étroites (Vicia tenuifolia, en extension au Thier de Lanaye), la phalangère à fleurs de lis (Anthericum liliago), diverses espèces d'orchidées (Ophrys apifera, apparu en une cinquantaine d'exemplaires au Thier de Lanaye, Epipactis atrorubens, Orchis anthropophora, Orchis purpurea, toujours abondants), divers champignons thermophiles rares (Morchella rotunda, Amanita strobiliformis, A. echinocephala), le lézard des murailles Podarcis muralis, toujours bien présent au Thier des Vignes), le lérot (Eliomys quercinus) confirmé au Thier de Lanaye.

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Dans la réserve naturelle, un accès libre est aménagé sous forme d'un chemin balisé.

Détails

Description physique

La réserve de Visé est composée par le versant oriental de la terrasse principale de la Meuse dite "terrasse campinienne" (versant est de la Montagne Saint-Pierre). Ce versant a été creusé par la Meuse au Pléistocène moyen dans les craies organodétritiques du Maastrichtien (Crétacé supérieur). Ces craies sont très fossilifères, riches en restes d'invertébrés (plus de 200 espèces de mollusques bivalves) et de vertébrés (Mosasauriens). Des rognons et des bancs de silex truffent ces dépôts crayeux dont ils sont contemporains.

Des vallées sèches ou chavées entament la bordure du plateau et sont autant de points de pénétration pour les chemins tracés de longue date par les habitants de la région. Des galeries souterraines résultant de l'extraction du tuffeau et du silex, et situées dans les thiers de Lanaye et des Vignes font partie intégrante de la réserve. Elles représentent un développement total de près de 2000 m.

Le versant oriental fait directement face à la Meuse, qui est une voie de pénétration remarquable pour beaucoup d'espèces méridionales.

D'après WILLEMS et al. (2007): "La Montagne Saint-Pierre, retombée du plateau hesbignon entre la basse vallée du Geer et la Meuse, abrite une grande carrière à ciel ouvert et de nombreuses carrières souterraines dont les galeries s'étendent sur des centaines de kilomètres. Ouverts dans les craies et calcarénites crétacées, ces réseaux permettent une observation en trois dimensions, de karsts développés dans une roche extrêmement poreuse et perméable, peu susceptible de provoquer une dissolution concentrée. Les plus nombreux et les plus connus sont les tuyaux d'orgue ou tuyaux de terre. Il s'agit de racines du manteau d'altération pouvant se développer sur plusieurs dizaines de mètres de profondeur dont la section reste étonnamment circulaire et régulière, malgré l'enfoncement au sein du massif. Des réseaux en éponge et grottes subhorizontales sont observés, sans connexion apparente avec une quelconque fracturation au sein du massif. A plus de 20 m sous le niveau de la plaine alluviale mosane, des noyaux d'altération pluridécamétriques sont observés, présentant une morphologie proche de celles des cavités naturelles trouvées au sein des calcarénites. L'ensemble des karsts répertoriés permet de proposer un scénario de mise en place d'un système karstique polyphasé. Des grottes sont générées en profondeur, en milieu noyé (endokarsts), indépendamment des conditions de surface. Lors de l'enfoncement de la vallée de la Meuse, et en relation avec les terrasses fluviales, des racines d'altération (karsts d'introduction) se mettent en place. Ces dernières s'approfondissent parallèlement à l'encaissement du fleuve et à l'enfoncement de l'aquifère. Elles finissent par recouper les endokarsts. Une circulation concentrée des eaux au sein du massif peut alors s'organiser. La partie supérieure dénoyée du système connaît un colmatage rapide des cavités horizontales recoupées par les racines d'altération. La grande porosité des calcarénites rend celles-ci comparables à une éponge. La roche absorbe très vite les écoulements venant de la surface, ce qui provoque un dépôt rapide de particules fines transportées alors au sein des conduits horizontaux. Le colmatage de ces derniers permet leur conservation dans une roche très friable."

Le climat de la carrière souterraine de Petit-Lanaye inférieure n'a jamais fait l'objet d'études approfondies. Il a été étudié récemment par PIRON et al. (2007) sur une période de 6 mois: "La forme labyrinthique de la carrière complique l'organisation des courants d'air. Les deux régions de la carrière reliées par la galerie de jonction, réagissent différemment aux variations de la température extérieure."

Description biologique

La Montagne Saint-Pierre est un site naturel prestigieux accueillant une flore et une faune d'une diversité absolument remarquable, incluant de nombreuses espèces en limite de leur aire de dispersion (voir par ex. MARECHAL, 1941; PETIT et RAMAUT, 1970).

D'après LEJEUNE et VERBEKE (1984):

- Le Thier des Vignes est presque entièrement reboisé et on n'y trouve plus que de minuscules pelouses. Celles-ci sont souvent fort riches et recèlent quelques espèces intéressantes comme Lathyrus sylvestris, Colchicum autumnale, Cytisus scoparius, Silene nutans, Stachys officinalis, Teucrium chamaedrys,... Dans les taillis, on trouve des populations relictuelles de Quercus pubescens (incluant surtout ses hybrides: Q. x calvescens et Q. x kerneri) (Quercion pubescentis fragmentaire);

- Le Thier de Lanaye, situé au sud du précédent est constitué d'une pente assez raide, exposée à l'est et au sud-est. On y trouve des parcelles reboisées par Populus canescens, P. x canadensis, Betula pendula, Crataegus monogyna, des fourrés arbustifs du Berberidion avec Berberis vulgaris, Rosa rubiginosa, Lonicera xylosteum, Corylus avellana, Carpinus betulus, Cornus sanguinea, Juniperus communis,... La pelouse est du type Mesobrometum riche en espèces de l'Arrhenatherion (Trisetum flavescens, Knautia arvensis, Plantago media,...). On y rencontre Brachypodium pinnatum dominant et, parmi les plantes les plus intéressantes pour la région : Teucrium chamaedrys, Helianthemum nummularium, Potentilla neumanniana, Thymus pulegioides, Koeleria macrantha, Orchis anthropophor (incluant Orchis xspuria, l'hybride avec Orchis militaris), etc.

- Le Thier de Nivelle s'étire au sud du Thier de Lanaye. C'est une des parties les plus boisées de toute la Montagne Saint-Pierre. Les bosquets sont caractérisés par la présence de Carex digitata, Cephalanthera damasonium, Orchis purpurea,... Dans l'ourlet on observe Vincetoxicum hirundinaria, Sanicula europaea. Les pelouses qui y subsistent font partie du Mesobromion.

- Le Thier de Caster, située au niveau de la jonction Canal Albert-Meuse, est en grande partie boisé. Il comprend des bois thermophiles, des falaises artificielles résultant du creusement de la jonction, des fragments de pelouses sèches et d'intéressantes friches calcicoles. C'est dans ces friches sur remblais crayeux, entre la route qui longe la jonction et la falaise de Caster, que le rare Buphthalmum salicifolium fut découvert en 1991 par PETIT et DUVIGNEAUD (1993), en compagnie de Carex flacca, Inula conyzae, Carlina vulgaris, Hieracium murorum, Hieracium bauhinii, Anthyllis vulneraria, Erigeron acer, Epipactis atrorubens, Festuca arundinacea, Crepis biennis, etc.

La faune de la Montagne Saint-Pierre présente un grand intérêt sur le plan régional, mais également international.

Les mammifères sont réprésentés entre autre par le blaireau (Meles meles), le putois (Putorius putorius), le lérot (Eliomys quercinus), le grand hamster (Cricetus cricetus) lequel n'a cependant plus été aperçu depuis le milieu des années 1980. Les galeries souterraines de la Montagne Saint-Pierre constituent pour les chauves-souris le site d'hibernation le plus important de Belgique, avec pas moins de 13 espèces signalées au cours des deux dernières décennies.

L'avifaune se compose d'espèces inféodées aux pelouses et aux friches comme le bruant jaune (Emberiza citrinella), le pipit des arbres (Anthus trivialis), l'alouette des champs (Alauda arvensis), la linotte mélodieuse (Carduelis cannabina), le gobemouche gris (Muscicapa striata), le faucon crécerelle (Falco tinnunculus); d'espèces des taillis et fourrés comme la fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla), la fauvette des jardins (Sylvia borin), la fauvette grisette (Sylvia communis), le pouillot véloce (Phylloscopus collybita), le pouillot fitis (Phylloscopus trochilus), le rossignol (Luscinia megarhynchos), la mésange à longue queue (Aegithalos caudatus), etc.; enfin d'espèces forestières comme la mésange nonette (Parus palustris), la tourterelle des bois (Streptopelia turtur), le pic épeiche (Dendrocopos major), le pic vert (Picus viridis), le hibou moyen-duc (Asio otus), le loriot d'Europe (Oriolus oriolus), etc.

Deux reptiles sont régulièrement observés: le lézard des murailles (Podarcis muralis) et la coronelle (Coronella austriaca), de même que deux espèces d'amphibiens: le crapaud accoucheur (Alytes obstetricans) et le crapaud calamite (Bufo calamita).

La richesse entomologique du site est exceptionnelle, mais seuls quelques groupes ont été systématiquement étudiés. Parmi eux, les Hyménoptères aculéates ont été inventoriés dès le début du 20è siècle par différents entomologistes de renom tels que P. Maréchal, J. Leclercq, V. Lefeber et J. Petit. Ce groupe est représenté par au moins 498 espèces dont 230 espèces d'abeilles solitaires, ce qui en fait probablement le site le plus riche de Belgique!

Les Formicidae ont été récemment inventoriés par Van Noordwijk et al. (2007) qui signalent 23 espèces: Anergates atratulus, Formica cunicularia, Formica pratensis, Formica rufibarbis, Lasius alienus, Lasius distinguendus, Lasius flavus, Lasius fuliginosus, Lasius jensi, Lasius niger, Lasius sabularum, Lasius umbratus, Myrmecina graminicola, Myrmica rubra, Myrmica ruginodis, Myrmica sabuleti, Myrmica scabrinodis, Myrmica schencki, Solenopsis fugax, Stenamma debile, Temnothorax interruptus, Tetramorium caespitum, Tetramorium impurum.

Les Hétéroptères (ou punaises), très riches en représentants thermophiles, ont fait l'objet d'une synthèse par DETHIER et CHEROT (1997) qui répertorient au total 155 espèces (sur les 620 que compte le territoire belge). Parmi les éléments les plus intéressants figurent Copium clavicorne (dont la plante hôte, Teucrium chamaedrys, est très rare à la Montagne Saint-Pierre), Berytinus hirticornis, Arenocoris waltlii, Scolopostethus puberulus, Ceraleptus lividus, Adomerus biguttatus, Eurygaster austriaca, Odontoscelis fuliginosa, Dicranocephalus agilis, Horvathiolus superbus, Jalla dumosa, etc.

On recense une trentaine d'espèces de Lépidoptères rhopalocères, dont Callophrys rubi, Cupido minimus, Erynnis tages, Melanargia galathea, Melitaea cinxia (réintroduit en 1997), Nymphalis polychloros, Plebeius argus (non observé récemment), Polyommatus semiargus, Pyrgus malvae, ...

Plusieurs familles de Diptères ont fait l'objet de travaux plus ou moins récents, c'est le cas notamment pour les Conopidae, Asilidae et Bibionidae (TOMASOVIC, 2005). La collection des Asilidae récoltés par Jacques Petit principalement dans la région de la Montagne Saint-Pierre a été revue par TOMASOVIC et BORTELS (2015).

Parmi les Coléoptères, rappelons l'observation exceptionnelle du Zopheridae saproxylique Pycnomerus sulcicollis en deux endroits de la Montagne Saint-Pierre (FAGOT et al., 2005).

La faune invertébrée des carrières souterraines de la Montagne Saint-Pierre a fait l'objet de recherches récentes en 2004-2006 par DETHIER et WILLEMS (2005) et DETHIER (2007) en vue de mettre à jour les données publiées par LERUTH (1939). Ces recherches ont permis d'inventorier près de 215 espèces appartenant à différents groupes taxonomiques: Oligochètes (2 familles); Gastéropodes (10 familles, 16 espèces); Arachnides (19 familles, 43 espèces); Diplopodes (6 familles, 17 espèces); Chilopodes (4 familles, 9 espèces); Isopodes (7 espèces, 11 espèces); Copépodes (1 famille, 1 espèce); Thysanoures (1 famille, 2 espèces); Diploures (1 famille, 1 espèce); Psocoptères (3 familles, 3 espèces); Collemboles (9 familles, 28 espèces); Coléoptères (23 familles, 82 espèces); Trichoptères (1 famille, 2 espèces); Lépidoptères (7 familles, 10 espèces); Hyménoptères (17 familles, 27 espèces); Diptères (13 familles, 45 espèces); Siphonaptères (1 famille, 3 espèces). Aucun de ces taxons n'est cependant véritablement troglobie. La faune rencontrée dans ces carrières souterraines est en fait étroitement dépendante des apports extérieurs.

Parmi la grande diversité de Mollusques gastéropodes, on notera plus spécialement la présence d'Abida secale et Truncatellina cylindrica.

Enfin on soulignera encore qu'au moins 93 espèces d'araignées sont recensées, dont Argiope bruennichi apparue sur le site en 1984 (PUTS, 1987) et à présent bien installée et commune.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Les plus anciennes traces d'occupation humaine remontent au Paléolithique inférieur. Des vestiges et sites archéologiques dispersés sur l'ensemble de la colline témoignent d'une présence humaine continue depuis le Paléolithique moyen jusqu'à l'époque moderne. A proximité immédiate et dans la réserve, des fouilles ont mis au jour : au moins 5 sites du Paléolithique et du Néolithique (atelier de taille du silex); une villa romaine, un cimetière romain et de l'âge du fer surmontant un habitat néolithique à Loën; une ferme et une forge gallo-romaine à Lanaye, etc.

Histoire du site

D'après Ferraris, le site était couvert de landes.
La présence humaine à la Montagne Saint-Pierre est attestée avec certitude dès le Paléolithique inférieur.
De nombreuses fouilles témoignent d'une présence humaine, très dense à certaines époques, depuis le Paléolithique jusqu'au XXe siècle. A Eben, un squelette du Néolithique fut découvert. Etudié par l'Université de Liège, il fut établi qu'il appartenait au type de Furfooz II. A peu de distance de cette tombe, les archéologues mirent au jour un cimetière mérovingien. C'est cependant la période romaine qui fournit le plus important matériel archéologique. Dans la vallée du Geer, chaque village compte une ou plusieurs villas romaines.
Cette importante densité de peuplement a influencé la diversification des écosystèmes. Ce sont surtout les pratiques agro-pastorales (pacage extensif des versants par les moutons), qui ont permis l'établissement et ensuite le maintien des associations végétales originales : les pelouses calcaires.
De petits troupeaux pâturant de manière extensive persistèrent jusqu'au milieu du XXe siècle. Une race de mouton spécialisée s'y est développée, les 'Mergellandschapen' (utilisés aujourd'hui pour la gestion des pelouses). Le berger entretenait les parcours par brûlis, recépage des arbustes, etc. Si l'abandon des pratiques agro-pastorales provoqua une extension et une diversification de la flore, il fut également responsable de l'embroussaillement des pelouses.

Biblio

, 1990, Dossier de demande d'agrément de la réserve de la Montagne Saint-Pierre à Visé., 36 pages.
, 1987, De Belgische Sint-Pietersberg. 8 jaar natuurbeheer., Euglens, 6 : 68 pages.
, 2002, Additions et corrections à la faune des Hétéroptères de Belgique (Hemiptera Heteroptera)., Bulletin de la Société royale belge d'Entomologie, 138 : 52-58.
, 1991, Les Hémiptères Hétéroptères de la Montagne Saint-Pierre et ses environs immédiats: liste préliminaire et considérations diverses (Hemiptera Heteroptera)., Bulletin et Annales de la Société royale belge d'Entomologie, 127: 33-45.
, 1949, Copium cornutum Thunberg (Hem. Tingitidae) à la Montagne Saint-Pierre., Bulletin et Annales de la Société entomologique de Belgique, 85: 55-56.
, 1986, Les plus belles réserves naturelles de Belgique., Reader's Digest, Bruxelles, 304 pp.
, 1997, Nouvelles recherches sur les Hétéroptères de la Montagne St Pierre et note sur les Globiceps (Miridae)., Bulletin et Annales de la Société royale belge d'Entomologie, 133: 241-266.
, 2005, Les invertébrés des carrières souterraines de craie de la Montagne Saint-Pierre (province de Liège, Belgique). Note préliminaire., Notes fauniques de Gembloux, 57 : 17-27.
, 2007, Les invertébrés des carrières souterraines de craie du nord-est de la Belgique., Bulletin des Chercheurs de la Wallonie, 46: 73-95.
, 1990, Étude préliminaire des taxocénoses de Carabides des pelouses calaminaires., Bulletin et Annales de la Société royale belge d'Entomologie, 126 : 141-150.
, 2005, Découverte en Province de Liège (Belgique) de Pycnomerus sulcicollis (Germar, 1824) loin à l'Ouest de son aire connue de distribution (Coleoptera Zopheridae ex Colydiidae), Bulletin de la Société Royale Belge d'Entomologie, 141: 107-110.
, 1991, Centre de Recherche Chéiroptérologique de Belgique N° XI. Les réserves chéiroptérologiques en Belgique., Document de travail de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, 68 : 173 pp.
, 1998, Note sur de récentes captures de Ceraleptus lividus Stein, 1858 (Heteroptera, Coreidae) en Belgique., Bulletin et Annales de la Société royale belge d'Entomologie, 134 : 127-129.
, 1993, Le lis safrané (Lilium bulbiferum subsp. croceum) présent depuis plus de 10 ans dans la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre (Belgique, province de Liège)., Natura Mosana, 46 (2): 72-78.
, 1940, Esquisse dynamique du Thier de Nivelles à la Montagne Saint-Pierre., Lejeunia, 4 : 45-51.
, 1959, Excursion du dimanche 14 juin 1959 à la Montagne Saint-Pierre., Natura Mosana, 12 : 34-39.
, 1984, Floristische notities en de invloed van beheersmaatregelen op de Kalkgraslanden van de Sint-Pietersberg (provincie Luik, België). I. Inleiding en beschrijving van enkele hellingen te Eban-Emael (Bassenge)., Natuurhistorisch Maanblad, 6 : 123-130.
, 1941, La Montagne Saint-Pierre, îlots biologique de plantes remarquables et rares., Lejeunia, 5 : 37-57.
, 1939, Les richesses entomologiques de la Montagne Saint-Pierre., Bulletin et Annales de la Société entomologique de Belgique, 79: 331-346.
, 1979, Chronique de la Montagne Saint-Pierre. I. Pyrola rotundifolia L. au Thier de Lanaye., Revue verviétoise d'Histoire naturelle, 36 : 26-29.
, 1993, Présence de Buphtalmum salicifolium à la Montagne Saint-Pierre (Province de Liège, Belgique)., Natura Mosana, 46 (2): 67-71.
, 1970, La Montagne Saint-Pierre, sa faune et sa flore., Les Naturalistes belges, 51 : 395-426.
, 1985, Montagne Saint-Pierre 1985. Un bilan des acquis floristiques et faunistiques récents., Les Naturalistes belges, 66: 129-161.
, 1993, Faunistique de la Montagne Saint-Pierre. 2. Présence de Discoelius zonalis (Panzer) (Hymenoptera Eumenidae)., Lambillionea, 93 (2) : 139-142.
, 1991, Montagne Saint-Pierre. Intérêt entomologique de la zone tampon située au pied du Thier de Lanaye., Rapport non publié, 4 pp.
, 1989, Présence de Teucrium montanum L. à la Montagne Saint-Pierre (province de Liège, Belgique)., Natura Mosana, 42 : 109-113.
, 2007, Contribution à l'étude du climat de trois cavités souterraines belges. La grotte de Ramioul, la grotte et abîme de Comblain-au-Pont et la carrière souterraine de Petit-Lanaye inférieure., Bulletin des Chercheurs de la Wallonie, 46: 155-169.
, 1979, La Montagne Saint-Pierre : un remarquable site botanique dont la gestion et le classement s'imposent., Les Naturalistes belges, 60 : 201-223.
, 1987, L'Argiope fasciée conquiert la Montagne Saint-Pierre., Réserves Naturelles, 1987/2 : 41-47.
, 1990, Montagne Saint-Pierre : les nouveaux gestionnaires sont arrivés., Réserves Naturelles, 1990 : 76-77.
, 1996, Les introductions dans les pièces d'eau : un réel problème !, Adoxa, n° 10 : 16-18.
, 1995, Données sur la faune entomologique de la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre. 1. Asilidae (Diptera, Brachycera)., Bulletin et Annales de la Société royale belge d'Entomologie, 131: 445-454.
, 1995, Données sur la faune entomologique de la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre. 3. Les Bibionidae (Diptera, Nematocera) recensés sur le site entre 1919 et 1994., Natura Mosana, 48 (4): 112-114.
, 1995, Données sur la faune entomologique de la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre. 4. Les Conopidae (Diptera, Schizophora) capturés en 1994., Natura Mosana, 48 (4): 114-117.
, 2015, Asilidae récoltés en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg par le Naturaliste Jacques Petit de Bassenge (Diptera), Entomologie Faunistique – Faunistic Entomology, 68: 233-240.
, 1994, Notes sur les Asilidae (Diptera) de Belgique et des régions limitrophes (4-8)., Bulletin et Annales de la Société royale belge d'Entomologie, 130 : 346-350.
, 2007, Comment les fourmis du Thier de Lanaye nous apprennent à gérer les pelouses calcaires néerlandaises ..., L'Echo des Réserves, 4: 4-7.
, 1998, Quatre carrés permanents dans une pelouse calcaire de la Montagne-Saint-Pierre. Résultats sur douze années., In : Actes du Colloque international "La gestion des pelouses calcicoles" organisé à Vierves-sur-Viroin du 28 au 31 mai 1996, Cercles des Naturalistes de Belgique, pp. 61-69.
, 1990, Expériences de gestion dans un milieu naturel. Les pelouses calcaires de la partie belge de la Montagne Saint-Pierre., Actes du colloque "Gérer la Nature ?", Ministère de la Région Wallonne, Service de la Conservation de la Nature, Travaux n° 15 : 113-126.
, 1984, Vegetatie en beheer van de Kalkgraslanden op de Belgische deel van de Sint-Pietersberg. Werk van einde studiën voorgedragen tot het behalen van de graad van Landbouwkundig Ingenieur., Rijksuniversiteit Gent. Faculteit van de Landbouwwetenschappen. Deel I.
, 1995, Données sur la faune entomologique de la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre. 2. Les Syrphidae (Diptera, Cyclorapha) capturés en 1994 dans les bacs jaunes sur le versant mosan., Natura Mosana, 48 (4): 109-111.
, 1996, Données sur la faune entomologique de la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre. Pompilidae (Hymenoptera, Aculeata)., Bulletin et Annales de la Société royale belge d'Entomologie, 132: 165-182.
, 1975, Kalkgraslandvegetaties van de Sint-Pietersberg ten zuiden van Maastricht., Publicaties van het Natuurhistorisch Genootschap in Limburg, 25: 1-24.
, 2007, Karsts des craies et calcarénites de la Montagne Saint-Pierre (Basse Meuse liégeoise)., Bulletin des Chercheurs de la Wallonie, 46: 171-186.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB NATAGORA

Date de la dernière modification de la fiche

2012-01-31