Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1848 - Fanges de Paradis

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Aywaille, Stoumont
Cantonnements DNF :Aywaille
Surface :64.68 ha
Coordonnées :X Lambert : 244652 - Y Lambert : 122781
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Situées en Ardenne septentrionale, au sud d'Aywaille, les Fanges de Paradis sont constituées d'un ensemble de coupes à blanc d'épicéas sur sols très humides, en voie de recolonisation spontanée par une végétation hygrophile intéressante. Depuis la création de la réserve naturelle domaniale en 2005, plusieurs mares ont été creusées afin de favoriser l'installation de la faune aquatique. Le site est rapidement devenu l'un des plus riches en libellules de la région, avec près de trente espèces notées au cours des dernières années. Les espaces ouverts sont parcourus par des bovins rustiques de race Highland. Des îlots feuillus, dont une parcelle de chênaie-boulaie, sont présents en périphérie du site et mériteraient d'être intégrés dans la réserve. L'avifaune comprend plusieurs espèces emblématiques comme la pie-grièche grise (Lanius excubitor), le pic cendré (Picus canus), le tarier pâtre (Saxicola torquata) ou encore la cigogne noire (Ciconia nigra).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L0 - Ardenne

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Harzé63.5 haAYWAILLELIEGE
Lorcé1.19 haSTOUMONTLIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Aywaille64.68 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Communes d'Aywaille et de Stoumont.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement d'Aywaille, rue de la Reffe, 9, 4920 Remouchamps (Tél. : 04/247.99.90 - Fax : 04/384.82.77).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6226Fanges de Paradis63,31 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Anthus pratensisOuiOui2009P. Goffart
Anthus trivialisOuiNonNicheur2014Divers obs.
Ciconia nigraOuiOuiNicheur local2014Divers obs.
Cuculus canorusOuiOui2007P. Goffart
Dryocopus martiusOuiNon2009R. Gailly
Gallinago gallinagoOuiOuiPassage-hivernant (1-3 ex.)2009F. Etienne, D. Gailly
Jynx torquillaOuiOui2009D. et R. Gailly
Lanius collurioOuiNonNicheur2004P. Ghiette
Lanius excubitorOuiOuiPassage-hivernant (1-3 ex.)2014Divers obs.
Lullula arboreaOuiOuioiseaux cantonnés ?2011D. et R. Gailly, J. Coulee
Lymnocryptes minimusOuiNonPassage-hivernant (1-3 ex.)2009D. Gailly
Milvus migransOuiOui2013Divers obs.
Pernis apivorusOuiNon2010Divers obs.
Phylloscopus sibilatrixOuiNonNicheur2012P. Goffart
Picus canusOuiOuiCanton2008S. Gérard
Saxicola torquatusOuiNonNicheur2012P. Ghiette, P. Goffart et al.
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Natrix natrixOuiOui2012P. Gailly
Zootoca viviparaOuiNon2012P. Goffart, R. Cors
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura iliaNonNon2014C. Nihon
Apatura irisNonNon2014C. Nihon, R. Gailly
Boloria seleneNonNon2014R. Gailly
Carterocephalus palaemonNonNonmax. 25 ex.2014Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Callimorpha dominula2010C. Nihon
Invertébrés - Insectes - Libellules
Aeshna junceaOuiOuimax. 12 ex.2014P. Goffart, C. Nihon
Ischnura pumilioNonOui2013C. Nihon
Lestes dryasOuiOui2012P. Goffart, C. Nihon
Lestes virensOuiOuimax. 2 ex.2014C. Nihon
Leucorrhinia dubiaOuiOuimax. 15 ex.2013C. Nihon, D. Gailly et al.
Leucorrhinia pectoralisOuiOuimax. 3 ex.2014C. Nihon, D. Gailly et al.
Sympetrum danaeNonNon2014Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Oenopia impustulata2015P. Bonmariage
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Stethophyma grossum2015D. Gailly
Plantes - Plantes supérieures
Carex canescensP. Frankard et al.
Carex echinataP. Frankard et al.
Centaurium erythraeaP. Frankard et al.
Drosera rotundifolia2007P. Frankard et al.
Erica tetralix2017P. Frankard et al.
Eriophorum angustifoliumP. Frankard et al.
Eriophorum vaginatum2007P. Frankard et al.
Genista anglica2009P. Frankard et al.
Himantoglossum hircinum1 pied2015J.-L. Gathoye, H. Ghyselinck, S. Rouxhet
Juncus squarrosus2012P. Frankard et al.
Juniperus communis2 ex. morts récemment2012P. Frankard et al.
Lycopodium clavatum2012P. Frankard et al.
Vaccinium oxycoccos2007P. Frankard et al.
Vaccinium uliginosumP. Frankard et al.
Vaccinium vitis-idaeaP. Frankard et al.
Plantes - Mousses - Bryophytes
Dicranodontium denudatum2017A. Sotiaux et al.
Polytrichum strictum1995P. Frankard, P. Ghiette
Sphagnum auriculatum2017A. Sotiaux et al.
Sphagnum fallax2017P. Frankard, P. Ghiette, A. Sotiaux et al.
Sphagnum girgensohnii2017A. Sotiaux et al.
Sphagnum inundatum2017A. Sotiaux et al.
Sphagnum magellanicum 1995P. Frankard, P. Ghiette
Sphagnum palustre2017P. Frankard, P. Ghiette, A. Sotiaux et al.
Sphagnum papillosum1995P. Frankard, P. Ghiette
Sphagnum russowii2017P. Frankard, P. Ghiette, A. Sotiaux et al.
Straminergon stramineum2017A. Sotiaux et al.

Commentaires sur la faune

Oiseaux (données P. Goffart, C. Nihon, R. & D. Gailly et al. 2005-2014): Anthus pratensis, Anthus trivialis, Carduelis cannabina, Carduelis spinus, Ciconia nigra, Corvus corax, Cuculus canorus, Dryocopus martius, Falco subbuteo, Gallinago gallinago, Jynx torquilla, Lanius collurio, Lanius excubitor, Locustella luscinioides (2012), Loxia curvirostris, Lullula arborea, Lymnocryptes minimus, Milvus milvus, Oenanthe oenanthe, Pernis apivorus, Phylloscopus collybita, Phylloscopus sibillatrix, Phylloscopus trochilus, Picus canus, Regulus ignicapillus, Regulus regulus, Saxicola rubetra, Saxicola torquata, Sylvia atricapilla, Turdus viscivorus.

Reptiles (données P. Goffart et R. Cors 2012; P. Gailly 2012): Natrix natrix, Zootoca vivipara.

Orthoptères (données P. Goffart, 2010; D. Gailly, 2015): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Conocephalus fuscus, Myrmeleotettix maculatus, Omocestus viridulus, Stethophyma grossum, Tettigonia viridissima.

Lépidoptères rhopalocères (données P. Goffart 2006-2012; C. Nihon 2012-2014; R. et D. Gailly 2013-2014): Aglais urticae, Apatura ilia, Apatura iris, Aphantopus hyperantus, Argynnis paphia, Boloria selene, Carterocephalus palaemon, Colias croceus, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Leptidea sinapis s.l., Limenitis camilla, Maniola jurtina, Ochlodes sylvanus, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyronia tithonus, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Odonates (données P. Goffart, C. Nihon et al. 2005-2014): Aeshna cyanea, Aeshna juncea, Aeshna mixta, Anax imperator, Anax parthenope, Calopteryx splendens, Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Coenagrion scitulum, Cordulegaster boltonii, Cordulia aenea, Enallagma cyathigerum, Erythromma viridulum, Ischnura elegans, Ischnura pumilio, Leucorrhinia dubia, Leucorrhinia pectoralis, Lestes dryas, Lestes sponsa, Lestes virens, Lestes viridis, Libellula depressa, Libellula quadrimaculata, Orthetrum cancellatum, Pyrrhosoma nymphula, Somatochlora metallica, Sympetrum danae, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données P. Frankard 1995): Agrostis canina, Agrostis capillaris, Betula pubescens, Blechnum spicant, Calluna vulgaris, Carex canescens, Carex echinata, Carex nigra, Carex pilulifera, Centaurium erythraea, Cirsium palustre, Crataegus monogyna, Cytisus scoparius, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Drosera rotundifolia, Dryopteris carthusiana, Epilobium angustifolium, Erica tetralix, Eriophorum angustifolium, Eriophorum vaginatum, Fagus sylvatica, Festuca filiformis, Frangula alnus, Galium saxatile, Genista anglica, Glyceria fluitans, Hieracium lachenalii, Hieracium laevigatum, Holcus lanatus, Hypochaeris radicata, Ilex aquifolium, Juncus acutiflorus, Juncus bulbosus, Juncus effusus, Juncus squarrosus, Juniperus communis, Leontodon autumnalis, Lotus pedunculatus, Lycopodium clavatum, Molinia caerulea, Picea abies, Pinus sylvestris, Prunella vulgaris, Pteridium aquilinum, Quercus robur, Salix aurita, Senecio viscosus, Sorbus aucuparia, Vaccinium myrtillus, Vaccinium oxycoccos, Vaccinium uliginosum, Vaccinium vitis-idaea, Veronica officinalis.

Bryophytes (données P. Frankard et P. Ghiette, 1995; A. Sotiaux et al. 2017): Barbula unguiculata, Bryum argenteum, Bryum dichotomum, Calliergonella cuspidata, Calypogeia fissa, Campylopus flexuosus, Campylopus introflexus, Ceratodon purpureus, Dicranodontium denudatum, Dicranoweisia cirrata, Dicranum montanum, Dicranum scoparium, Dicranum tauricum, Didymodon fallax, Diplophyllum albicans, Eurhynchium striatum, Hylocomium splendens, Hypnum cupressiforme, Hypnum jutlandicum, Isothecium myosuroides, Jungermannia gracillima, Kindbergia praelonga, Lepidozia reptans, Leucobryum glaucum, Loeskeobryum brevirostre, Lophocolea bidentata, Mnium hornum, Orthotrichum affine, Orthotrichum stramineum, Plagiomnium undulatum, Plagiothecium undulatum, Pleurozium schreberi, Pohlia nutans, Pohlia wahlenbergii, Polytrichastrum formosum, Polytrichum commune, Polytrichum juniperinum, Polytrichum strictum, Polytrichum uliginosum (= Polytrichum commune), Polytrichum uliginosum, Pseudoscleropodium purum, Rhytidiadelphus squarrosus, Rhytidiadelphus triquetrus, Scapania nemorea, Sphagnum auriculatum, Sphagnum fallax, Sphagnum girgensohnii, Sphagnum inundatum, Sphagnum magellanicum, Sphagnum palustre, Sphagnum papillosum, Sphagnum russowii, Straminergon stramineum, Tetraphis pellucida, Thuidium tamariscinum.

Espèces exotiques

Plantes: Campylopus introflexus.

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation et restauration d'un fragment de tourbière de transition et de landes humides anciennement enrésinées.

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

Une proposition de plan de gestion a été rédigée en 2004 par P. Ghiette (SPW-DEMNA).

Les coupes à blanc dans les pessières datent de 1990 (à l'ouest de la RND Tourbière de Lorcé) et 1994. La zone ainsi mise en lumière atteint une trentaine d'hectares. Plusieurs mares ont été creusées en 2004. Des étrépages ont été effectués au début 2004 dans les zones envahies par les joncs suite au tassement par les engins forestiers.

La parcelle est engagée en MAE "Prairie de haute valeur biologique" depuis 2007. Un pâturage extensif par des bovins de race Highland a été mis en place dans les espaces ouverts en période estival, afin de favoriser le rétablissement des landes humides. Une partie du site a donc été clôturée avec possibilité d'établir des enclos mobiles et des zones refuges, non accessibles aux animaux (bas-marais).

Ce pâturage est défini sur base d'une convention entre le DNF et l'exploitant. Le mode d'exploitation est fixé comme suit: pâturage du 15/04 au 15/11 avec une charge de 0,3 UGB/ha.an, soit 15 UGB max. (12 à 15 UGB).

Accès du public

La circulation du public au sein des réserves naturelles domaniales (RND) est régie par arrêté ministériel du 31/12/1975, modifié par l'arrêté du 18/07/1991. En concertation avec les commissions consultatives de gestion des réserves (CCGRND), ces réserves peuvent comporter plusieurs zones dont l'accès est réglementé:
- A = zone accessible au public;
- B = zone dont l'accès est limité aux chemins et endroits dûment signalés;
- C = zone dont l'accès n'est autorisé que sous la conduite du personnel de la DNF ou toute autre personne mandatée par cette administration;
- D = zone dont l'accès est interdit soit en permanence, soit temporairement soit encore périodiquement.

L'ingénieur de cantonnement chargé de la gestion de la RND peut en tout temps interdire, pour une période déterminée, l'accès complet ou partiel des zones A et B, en accord avec la CCGRND.

La réserve naturelle des Fanges de Paradis s'inscrit principalement en zone B (accessibilité sur les chemins).

Détails

Description physique

Le site occupe un plateau de l'Ardenne liégeoise, à l'ouest de l'autoroute A26, entre les km 29 et km 30. L'altitude est comprise entre 420 et 430 m. Entre la limite orientale du site et l'autoroute s'étend une parcelle de la RND de la Tourbière de Lorcé (SGIB n° 627).

Description biologique

Les Fanges de Paradis prennent place au sein du Bois des Fagnes, massif forestier largement enrésiné au cours du 20ème siècle et traversé du nord au sud par l'autoroute E25.

Le site comprend un ensemble d'anciennes coupes d'épicéas sur des terrains paratourbeux très humides, juste à l'ouest de l'autoroute. Ces zones mises en lumière, couvrant une trentaine d'hectares, ont été assez rapidement recolonisées par une végétation très intéressante comme des bas-marais acides, des jonçaies, des landes humides, des fourrés de saules, etc.

L'intérêt botanique du site est important en raison de la présence de nombreuses espèces patrimoniales comme le lycopode en massue (Lycopodium clavatum), le rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia), la bruyère quaternée (Erica tetralix), la linaigrette vaginée (Eriophorum vaginatum), la canneberge (Vaccinium oxycoccos), le genêt des Anglais (Genista anglica), le jonc raide (Juncus squarrosus), etc.

La plupart de ces plantes se retrouvent dans les landes humides, aux côtés de divers bryophytes comme Calypogeia fissa, Campylopus flexuosus, Straminergon stramineum, Hylocomium splendens, Hypnum jutlandicum, Pleurozium schreberi, Polytrichum juniperinum, Polytrichum uliginosum, Sphagnum auriculatum, Sphagnum fallax, Sphagnum girgensohnii (abondant et d'aspect variable), Sphagnum inundatum, Sphagnum palustre, Sphagnum russowii, Jungermannia gracillima

On note aussi l'omniprésence de la mousse invasive Campylopus introflexus sur les vieilles souches d'épicéas, en compagnie de Dicranoweisia cirrata, Dicranum montanum, Dicranum scoparium, Mnium hornum, Tetraphis pellucida, etc.

Juste à l'est du chemin qui traverse la RND du nord au sud, s'étend une boulaie à sphaignes très intéressante dont le peuplement bryophytique a été inventorié récemment (A. Sotiaux et al., février 2017): Sphagnum fallax, Sphagnum girgensohnii, Sphagnum palustre, Sphagnum russowii, Campylopus flexuosus, Dicranodontium denudatum (abondant), Dicranum montanum (idem), Dicranum scoparium, Dicranum tauricum (sur souche), Eurhynchium striatum, Hypnum jutlandicum, Isothecium myosuroides (épiphyte), Lepidozia reptans (bois pourrissant), Loeskeobryum brevirostre (très peu abondant), Plagiothecium undulatum, Pohlia nutans, Polytrichastrum formosum, Polytrichum uliginosum, Pseudoscleropodium purum, Rhytidiadelphus triquetrus, Tetraphis pellucida (bois pourrissant), Thuidium tamariscinum.

A l'ouest de ce même chemin, la partie non enrésinée du Bois des Fagnes est occupée par une chênaie pédonculée à bouleau pubescent (Trientalo-Quercetum), riche en bois mort et peu exploitée, et comportant notamment de nombreux houx (Ilex aquifolium). Quelques bryophytes ont été notés sur la lisière ouest: Orthotrichum stramineum (épiphyte), Diplophyllum albicans, Jungermannia gracillima, Sphagnum auriculatum (fossé en bordure du chemin), Pseudoscleropodium purum, ...

On ajoutera encore la découverte exceptionnelle d'un pied d'orchis bouc (Himantoglossum hircinum), en 2014, le long du chemin longeant les fagnes (obs. H. Ghyselinck et al.). La présence de cette orchidée subméditerranéenne et calciphile dans ce site ardennais est totalement inattendue et pourrait trouver son origine dans l'aménagement du chemin avec des gravillons calcaires issus d'une carrière abritant l'espèce (simple hypothèse à vérifier!).

Au cours des hivers 2004-2005 et 2005-2006, plusieurs mares ont été creusées à des endroits dégradés du site. Leur colonisation par la faune aquatique ne s'est pas fait attendre. Ainsi, près de 15 espèces d'odonates ont été recensées l'année suivante, au cours de deux visites seulement (juillet et septembre 2006 - obs. P. Goffart). La présence de deux espèces rares avaient été détectées à l'époque: le leste dryade (Lestes dryas), lié aux eaux stagnantes mésotrophes à niveau fluctuant, en danger en Wallonie, et l'aeshne des joncs (Aeshna juncea), libellule des eaux oligotrophes localisée surtout aux zones tourbeuses (GOFFART et al., 2006). L'intérêt du site pour les libellules s'est encore accru ces dernières années avec l'apparition de deux leucorhines, la leucorrhine douteuse (Leucorrhinia dubia) et la leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis), mais aussi du leste verdoyant (Lestes virens), de l'agrion nain (Ischnura pumilio) et même de l'anax napolitain (Anax parthenope), sans doute migrateur. Au total, pas moins de 29 espèces ont été notées au cours des dix dernières années!

Une vingtaine de papillons de jour y ont été observés, parmi lesquels figure l'échiquier (Carterocephalus palaemon), espèce peu commune en Wallonie, assez abondant ici et dont la chenille se nourrit notamment de molinie.

En juillet 2015, une coccinelle rarissime, Oenopia impustulata, a été découverte sur le site, sur un bouleau pubescent en bordure d'une lande humide (obs. P. Bonmariage). Il s'agit seulement de la deuxième localité wallonne répertoriée pour cette espèce essentiellement représentée en Campine.

Ce vaste site de structure variée et en partie forestier, accueille une avifaune riche incluant diverses espèces sensibles dont le pic cendré (Picus canus), la pie-grièche grise (Lanius excubitor), le pipit farlouse (Anthus pratensis), le pic noir (Dryocopus martius), le pouillot siffleur (Phylloscopus sibillatrix), le tarier pâtre (Saxicola torquatus), etc.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A compléter

Biblio

Divers

Sources

RESNAT-RW

Répondants de l'information

P. GHIETTE et P. FRANKARD (SPW/DGARNE/DEMNA/DNE/OFFH, 5030 Gembloux).

Date de la dernière modification de la fiche

2017-02-24