Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1923 - Carrière de l'Alouette

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Hotton
Cantonnements DNF :Marche-en-Famenne
Surface :6.57 ha
Coordonnées :X Lambert : 226783 - Y Lambert : 105429
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

La carrière de l'Alouette est située en Calestienne, à 1,5 km au sud de Hotton. Le site est constitué en fait de deux anciennes carrières abandonnées contiguës, l'une de grès du Couvinien et l'autre de calcaires du Givétien. La zone de contact de ces deux étages géologiques combinée à une remarquable diversité de roches explique la présence d'une végétation et d'une flore de grand intérêt, dont un peuplement très riche en orchidées. La faune locale n'a encore été que très partiellement inventoriée, mais les résultats préliminaires laissent augurer un potentiel de diversité particulièrement élevé, notamment en ce qui concerne les papillons de jour qui sont représentés par au moins 32 espèces. Le site est érigé en réserve naturelle domaniale depuis 2012 sur une surface d'environ 6 hectares.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • K0 - Calestienne

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Hotton6.57 haHOTTONLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Marche-en-Famenne6.57 haMarche-en-Famenne

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Commune de Hotton.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Marche-en-Famenne, 1, rue du Carmel, 6900 Marloie (Tél.: 084/22.03.46 - Fax : 084/22.03.48).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6297Carrière de l'Alouette6.0706 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Natrix natrixOuiOuiPh. Brasseur
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon2009H. Ghyselinck
Boloria euphrosyneOuiOui2015G. Serneels
Brenthis daphneNonNon2015G. Serneels
Callophrys rubiNonNon2009H. Ghyselinck
Issoria lathoniaOuiNon2014G. Serneels
Melanargia galatheaNonNon2015H. Ghyselinck + divers obs.
Melitaea diaminaNonNon2016C. Nihon
Pyrgus malvaeNonOui2015Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Camponotus ligniperda2009Ph. Wegnez
Formica rufa2009Ph. Wegnez
Temnothorax unifasciatus2009Ph. Wegnez
Plantes - Plantes supérieures
Anthyllis vulneraria1999M. Demoulin, A. Remacle
Astragalus glycyphyllos2007M. De Boeuf et J.-L. Gathoye
Centaurium erythraea1986M. Demoulin
Cephalanthera damasonium1986M. Demoulin
Cornus mas2008J.-L. Gathoye
Dactylorhiza fuchsii2008J.-L. Gathoye
Daphne mezereum2015M. Demoulin, P. Hauteclair
Dianthus carthusianorum1986M. Demoulin
Epipactis atrorubens2008J.-L. Gathoye
Epipactis helleborine2008J.-L. Gathoye
Fragaria viridis2009J.-L. Giot
Genista tinctoria1986M. Demoulin
Gentianella ciliata1986M. Demoulin
Gentianella germanica1986M. Demoulin
Goodyera repens1986M. Demoulin
Gymnadenia conopsea2008J.-L. Gathoye
Gymnocarpium dryopterisA. Remacle
Gymnocarpium robertianum2008J.-L. Gathoye
Hieracium maculatum2009J.-L. Giot
Listera ovata2009J.-L. Giot
Malus sylvestris subsp. sylvestris1986M. Demoulin
Melampyrum arvense1986M. Demoulin
Neottia nidus-avis2015J.-L. Gathoye, P. Hauteclair
Ononis repens2008J.-L. Gathoye
Ophrys apifera2007M. De Boeuf et J.-L. Gathoye
Ophrys insectifera2008J.-L. Gathoye
Orchis anthropophora1986M. Demoulin
Orchis mascula2015J.-L. Gathoye, P. Hauteclair
Ornithogalum pyrenaicum1986M. Demoulin
Platanthera bifolia1986M. Demoulin
Platanthera chlorantha2015J.-L. Gathoye, P. Hauteclair
Polygala comosa1986M. Demoulin
Pyrus pyraster2009M. Demoulin, J.-L. Giot
Rosa micrantha2009J.-L. Giot
Rosa tomentosa2009J.-L. Giot
Silene nutans1986M. Demoulin
Teucrium chamaedrys1986M. Demoulin
Vincetoxicum hirundinaria2009M. Demoulin, J.-L. Giot

Commentaires sur la faune

Hyménoptères Formicidae (données FourmisWalbru - Ph. Wegnez, 2009): Camponotus ligniperda, Formica cunicularia, Formica fusca, Formica rufa, Lasius flavus, Lasius fuliginosus, Lasius niger, Lasius platythorax, Myrmica rubra, Myrmica ruginodis, Myrmica sabuleti, Myrmica scabrinodis, Myrmica schencki, Ponera coarctata, Stenamma debile, Tapinoma erraticum, Temnothorax unifasciatus, Temnothorax nylanderi, Tetramorium caespitum.

Lépidoptères rhopalocères (données H. Ghyselinck 2009; G. Serneels 2014-2016; C. Nihon, 2016): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Apatura iris, Aphantopus hyperantus, Aporia crataegi, Araschnia levana, Argynnis paphia, Boloria euphrosyne, Brenthis daphne, Callophrys rubi, Coenonympha pamphilus, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Leptidea sinapis s.l., Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Melitaea diamina, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Plebeius agestis, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyrgus malvae, Pyronia tithonus, Thecla betulae, Thymelicus lineolus, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données M. Demoulin, 1986; A. Remacle 1999; J.-L. Gathoye et M. De Boeuf, 2007-2008; J.-L. Giot, 2009): Acer campestre, Acer platanoides, Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Acinos arvensis, Agrimonia eupatoria, Agrostis capillaris, Agrostis gigantea, Agrostis stolonifera, Ajuga reptans, Alliaria petiolata, Alnus incana, Anemone nemorosa, Anthyllis vulneraria, Aquilegia vulgaris, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Arum maculatum, Asplenium scolopendrium, Asplenium trichomanes subsp. quadrivalens, Astragalus glycyphyllos, Bellis perennis, Betula pendula, Betula pubescens, Brachypodium sylvaticum, Briza media, Bromus erectus, Bromus ramosus subsp. ramosus, Calamagrostis epigejos, Campanula rotundifolia, Carduus crispus, Carex caryophyllea, Carex cuprina, Carex digitata, Carex flacca, Carex hirta, Carex sylvatica, Carlina vulgaris, Carpinus betulus, Centaurea jacea s.l., Centaurea scabiosa, Centaurium erythraea, Cephalanthera damasonium, Chaerophyllum temulum, Cirsium acaule, Cirsium arvense, Clematis vitalba, Convolvulus arvensis, Cornus mas, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Cotoneaster sp. (cv), Crataegus laevigata, Crataegus monogyna, Crepis biennis, Cruciata laevipes, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Dactylorhiza fuchsii, Daphne mezereum, Daucus carota, Deschampsia cespitosa, Dianthus carthusianorum, Dipsacus fullonum, Dryopteris carthusiana, Dryopteris filix-mas, Echium vulgare, Epilobium angustifolium, Epilobium hirsutum, Epilobium parviflorum, Epilobium roseum, Epilobium tetragonum subsp. lamyi, Epipactis atrorubens, Epipactis helleborine, Euonymus europaeus, Eupatorium cannabinum, Euphorbia amygadaloides, Euphrasia nemorosa, Euphrasia stricta, Fagus sylvatica, Festuca lemanii, Festuca rubra, Filipendula ulmaria, Fragaria vesca, Fragaria viridis, Frangula alnus, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit Galium aparine, Galium mollugo, Galium verum, Genista tinctoria, Gentianella ciliata, Gentianella germanica, Geranium columbinum, Geranium molle, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Glyceria notata, Goodyera repens, Gymnadenia conopsea, Gymnocarpium dryopteris, Gymnocarpium robertianum, Hedera helix, Helianthemum nummularium subsp. nummularium, Helianthemum nummularium subsp. obscurum, Helleborus foetidus, Heracleum sphondylium, Hieracium bauhinii, Hieracium lachenalii, Hieracium laevigatum, Hieracium maculatum, Hieracium murorum, Hieracium pilosella, Hieracium piloselloides, Hieracium sabaudum, Hypericum dubium, Hypericum hirsutum, Hypericum perforatum, Juncus articulatus, Juncus effusus, Juncus inflexus, Knautia arvensis, Koeleria macrantha, Laburnum anagyroides, Lamium album, Lamium galeobdolon subsp. montanum, Lamium purpureum, Larix decidua, Lathyrus pratensis, Leontodon autumnalis, Leontodon hispidus subsp. hispidus, Lepidium campestre, Leucanthemum vulgare, Linum catharticum, Listera ovata, Lotus corniculatus subsp. corniculatus, Lonicera periclymenum, Malus sylvestris subsp. mitis, Malus sylvestris subsp. sylvestris, Malva moschata, Malva sylvestris, Medicago lupulina, Melampyrum arvense, Melica uniflora, Melilotus albus, Melilotus altissimus, Mercurialis annua, Milium effusum, Neottia nidus-avis, Ononis repens, Ophrys apifera, Ophrys insectifera, Orchis anthropophora, Orchis mascula, Origanum vulgare, Ornithogalum pyrenaicum, Paris quadrifolia, Phalaris arundinacea, Phleum nodosum, Phleum pratense, Picea abies, Picris hieracioides, Pimpinella major, Pimpinella saxifraga, Pinus sylvestris, Plantago lanceolata, Plantago major, Plantago media, Platanthera bifolia, Platanthera chlorantha, Poa compressa, Poa nemoralis, Poa pratensis, Poa trivialis, Polygala comosa, Polygala vulgaris, Polygonatum multiflorum, Populus tremula, Potentilla neumanniana, Potentilla reptans, Primula veris, Prunella vulgaris, Prunus avium, Prunus spinosa, Pyrus communis, Pyrus pyraster, Quercus robur, Ranunculus acris, Ranunculus bulbosus, Ranunculus ficaria, Ranunculus flammula, Ranunculus repens, Rhinanthus minor, Rosa arvensis, Rosa canina s.s., Rosa micrantha, Rosa tomentella, Rosa tomentosa, Rubus caesius, Rubus sp., Rumex sanguineus, Salix caprea, Salix viminalis, Salix purpurea, Salix x rubens, Sambucus nigra, Sanguisorba minor, Scabiosa columbaria subsp. columbaria, Scrophularia nodosa, Senecio erucifolius, Senecio jacobaea, Senecio ovatus, Silene nutans, Solidago gigantea, Solidago virgaurea, Sorbus aucuparia, Stachys sylvatica, Stellaria graminea, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Teucrium chamaedrys, Teucrium scorodonia, Thymus pulegioides, Trifolium campestre, Trifolium medium, Trifolium pratense, Trifolium repens, Trisetum flavescens, Tussilago farfara, Ulmus minor, Urtica dioica, Valeriana repens, Veronica chamaedrys, Veronica hederifolia subsp. hederifolia, Viburnum opulus, Vicia sepium, Vicia sativa, Vincetoxicum hirundinaria, Viola hirta, Viola reichenbachiana, Viola riviniana,

Bryophytes (données A. et O. Sotiaux, 2007): Aloina aloides s.l., Barbula convoluta, Brachythecium glareosum, Bryoerythrophyllum recurvirostrum, Bryum capillare, Calliergonella cuspidata, Campyliadelphus chrysophyllus, Ceratodon purpureus, Cirriphyllum piliferum, Cryphaea heteromalla, Ctenidium molluscum, Dicranum scoparium, Didymodon fallax, Didymodon rigidulus, Ditrichum gracile, Encalypta streptocarpa, Entodon concinnus, Eurhynchium striatum, Fissidens dubius, Frullania dilatata, Grimmia pulvinata, Homalothecium lutescens, Hylocomium splendens, Hypnum cupressiforme var. lacunosum, Isothecium alopecuroides, Lophocolea bidentata, Lophocolea heterophylla, Lophocolea minor, Metzgeria furcata, Neckera complanata, Orthotrichum obtusifolium, Orthotrichum pulchellum, Orthotrichum striatum, Oxyrrhynchium hians, Plagiomnium rostratum, Plagiomnium undulatum, Polytrichastrum formosum, Pseudoscleropodium purum, Radula complanata, Rhynchostegium murale, Rhytidiadelphus squarrosus, Rhytidiadelphus triquetrus, Rhytidium rugosum, Schistidium apocarpum, Thuidium assimile, Thuidium tamariscinum, Tortella bambergeri, Tortella inclinata, Tortella tortuosa, Tortula muralis, Trichostomum crispulum.

Espèces exotiques

Plantes: Alnus incana, Cotoneaster sp., Hieracium bauhinii, Laburnum anagyroides, Solidago gigantea.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'une ancienne carrière de grès et de sa flore remarquable (orchidées notamment).

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

J.-L. GATHOYE (avis sur site, novembre 2008): Le site a visiblement conservé de manifestes intérêts biologiques, mais il est assez urgent de prévoir des interventions pour limiter la colonisation ligneuse pour remettre en communication diverses petites pelouses calcaires et pour dégager la petite falaise de la zone SO. Ce travail devrait prévoir des coupes d'arbres, du débroussaillement, voire de la fauche de zones herbacées. L'objectif essentiel est d'agrandir les zones ouvertes encore en place. La question du pâturage doit encore être débattue, mais il faut en exergue que le site n'est pas facile d'accès, qu'il est très vallonnée, qu'il est assez isolé et que les surfaces qui seront pâturables in fine seront malgré tout restreintes. Pour ces raisons, on peut penser que le pâturage ne sera pas la meilleure solution pour une gestion durable. Une fauche tardive tous les 2 ou 3 ans, avec exportation, et un contrôle des recrus ne devraient pas constituer des tâches insurmontables.

L'ancien dépôt d'immondices se trouve dans la zone intermédiaire non proposée dans le présent périmètre de protection. Les stigmates sont aujourd'hui peu visibles si bien qu'il est utile de s'interroger sur le fait qu'il faille envisager une remise en état totale de l'endroit (pour autant qu'il s'agisse d'inertes !) qui engendrera de toute façon des travaux lourds. Seule la zone dans le fond de la carrière SO au niveau du suintement pourrait être assainie…

Le site est repris dans le projet LIFE+ "Hélianthème" qui débutera en février 2009. L'enlèvement des déchets pourrait aussi être envisagé !

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

Selon GIOT (2009): La carrière de l'Alouette et ses vestiges industriels sont implantés au sein d'un petit massif forestier; celui-ci est entouré de terres agricoles, excepté à l'ouest où il est entaillé par le vallon du ruisseau de l'Agauche; il se prolonge en direction de Marenne par le bois de la Haie Thomas. On distingue au sein du site:

- un niveau supérieur (A), où débouche le chemin d'accès venant de la route allant de Hotton à Menil-Favay ; ce niveau est constitué d'un complexe d'excavations de taille et de profondeur très variables qui s'étend vers le nord-est ;

- un niveau moyen (B), avec le grand front de taille et une vaste plate-forme, ainsi que les anciennes installations de concassage et l'aire située entre celles-ci et la cabane en bois ;

- un niveau inférieur (C), formé par un complexe de petites terrasses en escaliers, s'étirant vers la vallée de l'Agauche, au sud-ouest.

Un chemin (4) et un sentier relient les niveaux supérieur et moyen, contournant les anciennes installations de concassage respectivement par le sud et par le nord.
Du front de taille, un sentier conduit à la vallée de l'Agauche. Le long de celui-ci, on trouve successivement une petite carrière de calcaire puis l'ancienne poudrière de la carrière, se présentant sous la forme d'un réduit maçonné partiellement enterré.

Au niveau supérieur, à l'est du chemin d'accès, bordées par une intéressante chênaie-charmaie calcicole, se situent quelques fosses d'extraction partiellement remblayées, dont la plus septentrionale (1) s'avère remarquable sur le plan botanique.

De l'autre côté du chemin, dans la carrière proprement dite, les déversements de déchets ont été recouverts de matériau rocheux local et de terre, ce qui a permis au sommet de la décharge, le développement d'une friche non dénuée d'intérêt en ce qui concerne sa partie méridionale (3).

Entre les ruines du concasseur et la cabane en bois ainsi qu'au pied de l'ancien front de taille, sur le niveau moyen, se sont reconstituées de belles pelouses (5 et 6) que jouxte, au nord-est, aux pieds de l'ancienne décharge, une petite zone humide, contrastant avec le reste de la terrasse.

Le point noir du site est bien entendu représenté par cette décharge où la pente raide laisse affleurer de nombreux déchets et débris divers. Ces séquelles de l'utilisation regrettable de la carrière comme dépôt d'immondices dans les années 80, malgré les démarches des naturalistes et particulièrement du G.D.O.M., se retrouvent d'ailleurs en contrebas sur plusieurs dizaines de mètres, atteignant les pelouses sèches.

Descendant quasiment jusqu'au ruisseau, les activités extractives ont laissé au niveau inférieur une alternance de petites terrasses et de tas de déchets carriers formant des coulées d'éboulis.

Du front de taille, un sentier (8) se dirige vers le nord, conduisant à une petite casemate, l'ancien dépôt d'explosifs, puis plonge à travers la chênaie-charmaie vers le ruisseau de l'Agauche pour remonter sur l'autre versant et rejoindre le chemin du Fond de Maffe.

Jusqu'aux années soixante, les carriers ont exploité à la carrière de l'Alouette les couches supérieures de la Formation de la Lomme, qui constitue ici le sommet de l'Eifelien pour la production de moellons de construction. Le produit d'extraction principal est constitué d'une pierre très lumineuse que l'on retrouve dans les bâtiments du village de Menil-Favay. L'exploitation produisait également des granulats pour route ainsi qu'en témoignent encore les vestiges des installations de concassage.

Si l'on se place sur le chemin qui mène du niveau supérieur au niveau moyen, un peu plus bas que les vestiges industriels, en regardant vers le sud-est, l'analyse du paysage permet de le structurer comme suit:

- à droite coule l'Agauche, le ruisseau, bordé d'une aulnaie ripicole, séparant deux prairies qui va se perdre en terre un peu plus loin, dans le trou de l'Alouette;

- devant, à l'arrière-plan, à un peu plus d'une centaine de mètres, on aperçoit une crête boisée ;

- à l'avant-plan, la prairie de rive droite forme une dépression à grand axe plus ou moins perpendiculaire au ruisseau ;

- sous le chemin, un remblai renforçant le relief d'une seconde crête où se situe la carrière.

La crête fermant le vallon cache à la vue, à 150 mètres au sud de la grande carrière, une petite exploitation qui extrayait les grès de la base de la Formation de la Lomme (DEJONGHE, 2008). On peut y observer, de la base vers le sommet:

- des grès argileux, légèrement micacés et carbonatés, gris beige à gris verdâtre, avec des intercalations de shales et de siltites verts ; on peut observer une altération rouille en bordure des blocs, caractéristique ;

- la paroi nord, formée de calcaires fort argileux, surmonté de calcshales et de siltites et, en se déplaçant vers le nord (c'est-à-dire vers le sommet de la formation) le long du chemin qui traverse la prairie, deux niveaux de calcaires gris sombre, épais de quelques mètres, intercalés dans les siltites.

La dépression, couverte par la prairie s'explique par la présence de shales gréseux, moins résistants, totalisant entre 130 et 150 mètres d'épaisseur, et dont de petits affleurements sont visibles dans les berges du ruisseau. Cette dépression est également bien visible de la route Hotton-Menil, au sud du chemin d'accès.

La deuxième crête a été entamée par l'exploitation. A la base, dans deux fosses situées de part et d'autre de l'endroit où le chemin d'accès débouche sur la plate-forme du niveau moyen, on observe une alternance de calcaires pluricentimétriques à pluridécimétriques avec des intercalations de shales.

Dans la fosse la plus septentrionale, un petit pli en synclinal peut être observé. Ces calcaires présentent un caractère plus argileux vers le haut. On peut suivre ces bancs de calcaires qui semblent avoir été relativement peu exploités sur tout le front de taille sud-est. Ce niveau est surmonté par des grès d'une vingtaine de mètres d'épaisseur, bleu verdâtre foncé, à altération rouille, carbonatés, qui ont été largement exploités mais qui demeurent visibles à l'extrémité sud-ouest de la plate-forme du niveau moyen où subsiste une petite éminence rocheuse, au contact avec les calcaires sous-jacents.

Au sommet (paroi du grand front de taille), on trouve des calcaires en bancs pluridécimétriques ou formant de minces lames, parfois gréseux , et des calcshales gris verdâtres dans la paroi.

Notons que l'on constate à la carrière de l'Alouette, pour la Formation de la Lomme une épaisseur maximale de près de 200 mètres, pour 113 m au stratotype (situé à Jemelle). En observant les couches, on remarque tout d'abord que la direction de la stratification est sud-ouest/nord-est.

On constate également que les couches se trouvent en position inversée, inclinées vers le nord-ouest (pendage sud-est), situation caractéristique de la région de Hotton. On se trouve en effet ici sur le flanc nord-ouest de l'Anticlinorium de Halleux. Constitué de roches dont l'âge varie du Praguien au Frasnien, il apparaît comme une structure d'axe sud-ouest/nord-est, à flancs peu inclinés, l'oriental présentant de nombreuses ondulations. Les couches y sont ondulantes, en position normale et de pendage relativement faible (entre 10 et 30°). Sur le flanc nord-est par contre, les couches se redressent progressivement vers Hotton. Les couches sont en position normale jusqu'à la base de la Formation de Hampteau (bien exposée entre Rendeux et Hampteau). Après s'être redressées progressivement vers le sommet de celle-ci, elles se verticalisent et s'inversent même franchement comme cela est bien visible dans les formations à dominante calcaire des rochers de Renissart à Hotton DEJONGHE, 2008).

Si l'on suit le sentier qui, du front de taille, part à flanc de coteau vers l'ouest, on découvre après une bonne vingtaine de mètres un affleurement de calcaire gris-bleu qui appartient à la Formation de Trois-Fontaines, qui constitue la base du Givétien. Un peu plus loin, une excavation de faible taille expose la même formation, avec un niveau de lumachelle à stringocéphales. Quelques mètres plus loin, on peut encore observer un petit tumulus de blocs de calcaires, muni d'une porte; il s'agit de la poudrière de la carrière.

Face à ce vestige, le sentier descend vers l'Agauche, qui se perd quelques mètres en aval dans le trou de l'Alouette, pour contribuer au réseau hydrogéologique souterrain de Hotton. Vers le nord-est, dans le bois, les différents niveaux de la Formation de la Lomme peuvent être retrouvés dans les nombreuses fosses d'extraction alignées selon la stratification. Entre ce chapelet d'excavations et le chemin d'accès venant de la route de Hotton à Menil, les calcaires de la base de la Formation de Trois-Fontaines ont également été exploités au sein de quelques fosses, mais à très petite échelle.

Description biologique

La carrière de l'Alouette a été décrite sur le plan botanique par J.-L. GATHOYE (avis sur site, novembre 2008), sur base des données de différents naturalistes, notamment celles de M. Demoulin.

"Se situant à la limite entre le Givétien et le Couvinien, le site est constitué d'une grande diversité des roches (schistes gréseux micacés, calcaires à crinoïdes, calcaire gréseux, calcites) rendant la zone très intéressante d'un point de vue floristique. La colonisation ligneuse est plus intense dans la zone NE. Le sol reste très rocailleux (déchets de taille). Le développement d'une chênaie-charmaie calcicole est manifeste, mais les zones de broussailles et d'épineux sont encore bien développées. Les semis de chêne pédonculé (Quercus robur) y sont nombreux. Une végétation de pelouse calcicole mésophile (avec plusieurs espèces thermophiles et héliophiles) colonise la lisière SO-NE, en bordure du chemin. Une autre zone de pelouse subsiste dans un fond de carrière. Elle a la grande particularité d'être installée sur des grès du Couvinien qui possèdent manifestement une charge en calcaire (présence de plusieurs orchidées notamment). De petits éboulis (verdous) sont colonisés notamment par les deux espèces de lastrées, la lastrée du chêne (Gymnocarpium dryopteris) et la lastrée du calcaire (Gymnocarpium robertianum).

La colonisation ligneuse est moins intense dans la zone SO (Photos 2 et 3). Il y subsiste çà et là de belles parcelles de pelouses calcaires mésophiles (notamment sur plusieurs petites terrasses, photo 2), avec les mêmes caractéristiques. La zone d'accès (vers l'E) est plus embroussaillée. Quelques conifères de taille subsistent : mélèze d'Europe (Larix decidua), épicéa commun (Picea abies) et pin sylvestre (Pinus sylvestris). La limite SO/NE de la zone est en fait une petite falaise bien exposée, qu'il importe toutefois de remettre en lumière. Le fond de la carrière se prolonge au-delà de la limite vers le NE et l'ancien dépôt d'immondices. A cet endroit, une zone de suintement a permis l'implantation de quelques espèces hygrophiles: laîche cuivrée (Carex cuprina), eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum), reine-des-prés (Filipendula ulmaria), jonc épars (Juncus effusus), jonc glauque (J. inflexus), baldingère (Phalaris arundinacea), scrofulaire noueuse (Scrophularia nodosa),…

L'intérêt floristique est conséquent. Pas moins de 13 espèces protégées ont été recensées jusqu'à présent: céphalanthère à grandes fleurs (Cephalanthera damasonium), bois-gentil (Daphne mezereum), épipactis brun-rouge (Epipactis atrorubens), gentiane ciliée (Gentianella ciliata), goodyère (Goodyera repens), gymnadénie moucheron (Gymnadenia conopsea), néottie (Neottia nidus-avis), ophrys abeille (Ophrys apifera), ophrys mouche (Ophrys insectifera), orchis homme-pendu (Orchis anthropophora), ornithogale des Pyrénées (Ornithogalum pyrenaicum), platanthère à deux feuilles (Platanthera bifolia) et platanthère des montagnes (Platanthera chlorantha). D'autres espèces partiellement protégées sont également présentes: érythrée petite centaurée (Centaurium erythraea), orchis de Fuchs (Dactylorhiza fuchsii), épipactis à larges feuilles (Epipactis helleborine) et orchis mâle (Orchis mascula).

Comme on le voit, la carrière de l'Alouette renferme une diversité remarquable d'ochidées (13 espèces observées après 1986!). D'autres espèces rares sont a signaler comme l'épervière fausse-piloselle (Hieracium piloselloides), la lastrée du chêne (Gymnocarpium dryopteris), la lastrée du calcaire (Gymnocarpium robertianum).

Il est cependant à noter que plusieurs de ces espèces protégées et/ou rares (céphalanthère à grandes fleurs, bois-gentil, gentiane ciliée, goodyère, mélampyre des champs, orchis homme pendu, ornithogale des Pyrénées et platanthère à deux feuilles), observées en 1986, n'ont pas été repérées en 2007 et 2008. Il faut y ajouter la réglisse sauvage (Astragalus glycyphyllos), l'œillet des chartreux (Dianthus carthusianorum) et la gentiane d'Allemagne (Gentianella germanica). Pour au moins une partie d'entre elles, la progression du couvert ligneux dans le site peut expliquer leur absence actuelle, qui reste de toute façon à confirmer par des recherches plus attentives.

Les observations faunistiques sont encore peu nombreuses et fragmentaires. Quelques espèces d'oiseaux ont été observées en période estivale: mésange à longue queue (Aegithalos caudatus), pigeon ramier (Columba palumbus), pic épeiche (Dendrocopos major), pinson des arbres (Fringilla coelebs), mésange charbonnière (Parus major), pouillot véloce (Phylloscopus collybita), fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla), troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes).

Les données entomologiques font encore largement défaut. La mise en œuvre d'un plan de gestion du site devrait améliorer significativement la situation.

Les fourmis ont été recensées en mai 2009 par Ph. WEGNEZ et le groupe de travail FoumisWalbru, ce qui a mené à la découverte de 19 espèces: Tapinoma erraticum, Ponera coarctata, Lasius niger, Lasius flavus, Lasius platythorax, Lasius fuliginosus, Myrmica rubra, Myrmica sabuleti, Myrmica ruginodis, Myrmica schencki, Myrmica scabrinodis, Tetramorium caespitum, Formica fusca, Formica cunicularia, Formica rufa, Temnothorax unifasciatus, Temnothorax nylanderi, Stenamma debile et Camponotus ligniperda.

L'inventaire des reptiles et amphibiens est également encore fragmentaire. La couleuvre à collier (Natrix natrix) a déjà été observée (donnée de Ph. Brasseur)."

Le site a aussi fait l'objet d'une description botanique détaillée par GIOT (2009), dans un rapport qui reprend également un inventaire bryologique (2007) et une liste de cécidies (2009).

Ce travail est en fait une actualisation des relevés effectués en 1986 par M. DEMOULIN et publiés seulement 17 ans plus tard (DEMOULIN, 2003). Plusieurs secteurs ont été distingués:

1) Les pelouses du niveau supérieur:

Quelques mètres après l'entrée de la carrière, un sentier permet de quitter le chemin vers la gauche et conduit à une ancienne fosse d'extraction entourée d'une paroi rocheuse et de coulées d'éboulis. Par rapport aux nombreuses fosses qui s'échelonnent vers la route de Menil, celle-ci présente la particularité d'être relativement bien éclairée, ce qui a permis l'installation d'une pelouse sur le fond de la cuvette; au sud de cette aire, en surplomb de quelques mètres, s'étale une autre petite pelouse, plus embroussaillée.

La strate arborescente environnante se compose essentiellement de Betula pendula et de Pinus sylvestris.

La colonisation arbustive est importante, dominée par Populus tremula et Cytisus scoparius dans le sentier d'accès, puis par Betula pendula, Pinus sylvestris, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus monogyna, C. laevigata, Clematis vitalba, Quercus robur, Rosa canina, Rubus div. sp., … Dans l'angle entre le chemin d'accès principal et le départ du front de taille nord, il faut mentionner Rosa micrantha, un rosier caractéristique des manteaux calcicoles à neutrophiles. Un second pied lui fait face, de l'autre côté du chemin.

La strate herbacée montre de nombreuses espèces des pelouses calcicoles (Festuco valesiacae - Brometea erecti): Bromus erectus, Briza media, Carex caryophyllea, Carlina vulgaris, Centaurea scabiosa, Galium verum, Pimpinella saxifraga, Sanguisorba minor, Festuca lemanii, Helianthemum nummularium subsp. obscurum, Potentilla neumanianna, Scabiosa columbaria, Ophrys insectifera, Senecio erucifolius, Koeleria macrantha, Ononis repens. Mentionnons également, sur les flancs de la fosse, la présence d'une magnifique station de Gymnocarpium robertianum, fougère calcicole peu courante colonisant les talus rocailleux et en extension dans cette fosse. Ophrys apifera a été trouvé au début du sentier d'accès en 2000 (2 individus), mais n'a plus été revu les années suivantes. Une autre orchidée, Gymnadenia conopsea, forme ici une belle population sur le sentier ainsi que dans la pelouse inférieure; cette espèce, qui apprécie les argiles calcaires, régresse rapidement en milieu embroussaillé; elle a manifestement bénéficié des travaux de dégagement entrepris il y a quelques années.

A ces caractéristiques, on ajoutera des transgressives des pelouses calcicoles comme Echium vulgare (dalles rocheuses), Asplenium trichomanes subsp. quadrivalens (parois rocheuses et murs), Teucrium scorodonia, Hieracium murorum, H. lachenalii, H. sabaudum (ourlets silicicoles), Leucanthemum vulgare, Plantago lanceolata, Galium mollugo, Prunella vulgaris, Leontodon autumnalis (prairies mésophiles à mésohygrophiles). On relève également quelques espèces des ourlets calcicoles à acidiclines et des manteaux arbustifs comme Origanum vulgare, Fragaria viridis, F. vesca, Helleborus foetidus, Solidago virgaurea. Au rang des compagnes des pelouses calcicoles, on trouve: Carex flacca, très abondant, qui apprécie entre autres les substrats argileux carbonatés, Campanula rotundifolia, Euphrasia nemorosa, Linum catharticum, Leontodon hispidus.

* La terrasse de la décharge et ses abords:

En retrouvant le chemin principal, on découvre une vaste aire plane, orientée plein sud, d'une quinzaine d'ares environ ; cette terrasse, qui se situe au sommet d'une ancienne décharge, est constituée du remblai formé par le versage d'immondices, recouvert ensuite de déchets d'exploitation. Elle est bordée au sud-est par un petit versant d'éboulis reboisés qui la sépare du chemin d'accès au niveau moyen. La terrasse se prolonge vers le sud-ouest en se rétrécissant progressivement jusqu'à ne plus former qu'un étroit promontoire par lequel un agréable sentier mène également aux pelouses du niveau moyen.

La partie ouest - nord-ouest est occupée par un vaste roncier qui s'étend jusqu'au pied du front de taille. Le sommet de l'ancienne décharge affiche un caractère très rudéral, avec une colonisation importante où l'ortie le dispute à la ronce.

La strate ligneuse est dominée par Betula pendula et Salix caprea. Une recolonisation forestière s'amorce sur la périphérie du site avec Acer campestre, Clematis vitalba, Crataegus monogyna, C. laevigata, Corylus avellana, Rosa arvensis. On note également la présence de Pyrus communis subsp. pyraster, espèce thermophile représentée par un individu de quelques mètres et quelques jeunes pieds dispersés sur la terrasse; A côté des espèces des manteaux, on relève également Fraxinus excelsior, Salix purpurea var. lambertiana, Pinus sylvestris, Cytisus scoparius ainsi que deux espèces naturalisées, Cotoneaster cv. et Laburnum anagyroides. A gauche, un peu avant l'entrée du sentier vers le niveau moyen pousse un pied de Rosa micrantha, malheureusement un peu étouffé.

Les zones ouvertes ou semi-ouvertes présentent une très grande diversité floristique. Le centre est constitué d'une pelouse tandis que les parties externes affichent un faciès d'abord plus prairial, d'ourlet ensuite.

Sur la partie centrale, plus caillouteuse, on retrouve les pionnières des dalles rocheuses (Sedo albi - Scleranthetea biennis) telles Acinos arvensis, Echium vulgare, Poa compressa et Trifolium campestre. Les espèces caractéristiques des pelouses calcicoles (Festuco valesiacae - Brometea erecti) comprennent: Bromus erectus, Briza media, Carex caryophyllea, Carlina vulgaris, Centaurea scabiosa, Pimpinella saxifraga, Sanguisorba minor, Festuca lemanii, Helianthemum nummularium subsp. obscurum, Potentilla neumanianna, Scabiosa columbaria, Senecio erucifolius, Koeleria macrantha, Ononis repens, Plantago media, Thymus pulegioides, Teucrium chamaedrys. Quelques compagnes y sont associées comme Campanula rotundifolia, Euphrasia nemorosa, Linum catharticum, Leontodon hispidus, et Carex flacca se joint en abondance à ce cortège.

Un cultivar issu vraisemblablement de l'hybridation entre Veronica longifolia et V. spicata (des caractères appartenant à chacune des deux espèces y sont en effet observés), fleurit ici depuis plusieurs années et semble avoir trouvé ici un milieu bien adapté puisque la population y est même en lente extension (notons que V. spicata est une caractéristique thermophile des pelouses calcicoles, observée dans le district du bassin tertiaire parisien).

Comme espèces des ourlets calcicoles à acidiclines et des manteaux, on relève ici Origanum vulgare, Agrimonia eupatoria, Trifolium medium, Fragaria vesca et Solidago virgaurea. Quelques espèces des ourlets silicicoles sont également présentes: Hieracium murorum, H. lachenalii, H. sabaudum et Teucrium scorodonia.

Les espèces des prairies mésophiles à mésohygrophiles (Arrhenatheretea elatioris) s'avèrent bien plus nombreuses ici qu'au sein des pelouses décrites précédemment: Arrhenatherum elatius, Leucanthemum vulgare, Plantago lanceolata, Galium mollugo, Prunella vulgaris, Primula veris, Phleum pratense, P. nodosum, Dactylis glomerata, Poa pratensis, Centaurea gr. jacea, Ranunculus acris, Trifolium pratense, T. repens, Daucus carota, Crepis biennis, Galium mollugo, Heracleum sphondylium, Senecio jacobea, Vicia sativa, Agrostis capillaris, Rhinanthus minor, Cirsium arvense.

A l'extrémité sud-ouest de la terrasse, on trouve trois espèces plus hygrophiles: Carex hirta, Carduus crispus et Phalaris arundinacea. On note également plusieurs espèces rudérales (Artemisietea vulgaris) telles Artemisia vulgaris, Dipsacus fullonum, Urtica dioica, Melilotus albus, M. altissimus, Picris hieracioides, Tanacetum vulgare, Hypericum perforatum, Malva moschata, qui confèrent à certaines parties du site un aspect de friche. Mentionnons enfin deux espèces forestières, Brachypodium sylvaticum et Epipactis helleborine, ainsi qu'un vaste peuplement de Solidago gigantea, espèce naturalisée.

* Le chemin d'accès vers le niveau moyen:

Ce chemin est abrité sous un couvert arborescent et arbustif plus dense, en liaison avec la forêt voisine. La strate arborescente se compose d'Acer campestre, Betula pendula, Fagus sylvatica, Fraxinus excelsior, Prunus avium, Salix caprea. Dans la strate arbustive, outre les espèces précitées, on relève entre autres la présence de Malus sylvestris.

La végétation herbacée est évidemment plus fournie en espèces forestières, des lisières et coupes forestières: Brachypodium sylvaticum, Arum maculatum, Poa nemoralis, Hedera helix, Carex sylvatica, Ranunculus ficaria, Vicia sepium, Viola reichenbachiana, V. hirta, Helleborus foetidus, Bromus ramosus subsp. ramosus, Fragaria vesca, Origanum vulgare, Teucrium scorodonia, Hieracium lachenalii, Epilobium montanum, Galeopsis tetrahit, …

* Les pelouses et éboulis des niveaux moyen et inférieurs:

Le niveau moyen comprend deux pelouses:

- la première pelouse se situe au pied du grand front de taille qui la borde au nord; elle est limitée à l'est par l'ancienne décharge et au sud par un second front de taille plus petit. Au nord, en contrebas du grand front de taille, le sol est couvert d'éboulis tandis qu'au sud il est relativement plat. Par endroits, sur cette aire plane, le sol manifeste un engorgement modéré par temps pluvieux. Au pied de la décharge par contre, existe une petite zone humide quasi permanente.

- la seconde pelouse se trouve au sud-ouest de la première, en surplomb par rapport à celle-ci. Le petit front de taille forme sa limite nord-ouest tandis qu'au sud-est, elle jouxte les vestiges des installations de concassage et le chemin d'accès. Sa partie médiane est entaillée par le promontoire qui constitue le prolongement de la terrasse de la décharge. Le sol de cette pelouse est nettement plus sec.

La végétation arborescente environnante est dominée par Betula pendula, Pinus sylvestris et Larix decidua. Il en résulte un semis naturel important très envahissant dans les zones ouvertes et une recolonisation importante des pelouses. Dans la strate arbustive, relativement banale, on relève à nouveau la présence de cotonéasters qui pourraient s'avérer envahissant.

Le cortège herbacé diffère très peu de celui des pelouses du niveau supérieur. Sa composition s'est cependant sensiblement appauvrie depuis quelques années, particulièrement en ce qui concerne les espèces des pelouses calcicoles, si on le compare avec l'inventaire de 1986 de DEMOULIN (2003) et nos données personnelles. Les localisations précises de ces espèces ne sont malheureusement pas mentionnées dans le rapport de 1986.

Ainsi, Ophrys insectifera n'a pas été retrouvé au niveau moyen. Il était présent sur le gradin qui sépare les deux pelouses en 2001.

En 2001, deux pieds de Orchis anthropophora (= Aceras anthropophorum) avaient été découverts en bordure du chemin d'accès. Un seul subsistait en 2002, aucun l'année suivante. Ils n'ont plus été retrouvés par la suite, pas plus que Gentianella germanica, encore présent en 2005 (deux individus) sur le chemin d'accès et de plus, dans un passage de gibier. Cette gentiane figure dans l'inventaire de 1986 (DEMOULIN, 2003) avec en plus Gentianella ciliata que nous n'avons personnellement jamais observé ici.

Au rang des éléments positifs, on mentionnera Centaurium erythrea qui n'apparaît pas dans la liste de 1986 et qui paraît en extension ici depuis quelques années.

La zone humide située en contrebas de la décharge, passablement rudéralisée et fort souillée par des débris divers, ne recèle pas d'espèce présentant un intérêt majeur. On y relève des espèces hygrophiles courantes comme Juncus effusus, J. inflexus, J. articulatus, Carex cuprina, Eupatorium cannabinum, Valeriana repens, Epilobium parviflorum, E. roseum, Filipendula ulmaria, Glyceria notata, Phalaris arundinacea, Ranunculus flammula, Rumex sanguineus. Ce milieu nitrophile est bien entendu propice à Urtica dioica qui envahit les abords de la petite mare, mêlée à Stachys sylvatica et Rumex sanguineus.

Le niveau inférieur comprend plusieurs petites pelouses installées sur les replats des crassiers ainsi qu'au fond d'une vaste fosse, en contrebas du sentier menant à la poudrière.

Parmi les espèces arbustives qui recolonisent fortement ces terrasses, on retient la présence d'une demi-douzaine de jeunes pieds de Pyrus communis subsp. communis ainsi que Daphne mezereum.

La végétation herbacée n'est guère différente de celle observée plus haut, mais on y trouve en plus Orchis mascula.

* Les crassiers et éboulis ombragés du niveau inférieur:

A la partie la plus basse du site, en bordure de la prairie traversée par l'Agauche, les crassiers sont bien plus ombragés. La strate arborescente y est beaucoup mieux développée avec Quercus robur et Alnus glutinosa qui colonise entre autres une coulée entre deux crassiers. On y découvre une strate arbustive assez banale, avec Corylus avellana, Cornus sanguinea, Crataegus monogyna, Prunus spinosa, Acer pseudoplatanus, A. campestre, Fraxinus excelsior, Viburnum opulus, Sambucus nigra, Rubus div. sp. ainsi que, élément plus intéressant, Daphne mezereum. Mentionnons également quelques jeunes Picea abies.

La flore herbacée comprend les espèces des sols forestiers riches en éléments nutritifs comme Anemone nemorosa, Lamium galeobdolon, Paris quadrifolia, Polygonatum multiflorum, Ranunculus ficaria, Viola reichenbachiana, Neottia nidus-avis ainsi que plusieurs espèces nitrophiles telles Glechoma hederacea, Geum urbanum, Alliaria petiolata, Urtica dioica, Stachys sylvatica, Galium aparine, Veronica hederifolia subsp. hederifolia, Senecio ovatus, …

Les éboulis montrent une belle population d'Asplenium scolopendrium. Parmi les fougères, on note encore Dryopteris carthusiana et D. filix-mas.

* Le sentier vers la poudrière:

Partant du niveau moyen, à l'extrémité ouest du grand front de taille, ce sentier emprunte un replat situé entre la chênaie-charmaie calcicole qui occupe le haut du versant et les fosses et crassiers du niveau inférieur. Ce sentier traverse un manteau arbustif en nappe en liaison avec la chênaie-charmaie du versant. Le replat, naguère beaucoup plus éclairé, est en effet en proie à une recolonisation par les ligneux mais présente encore de belles potentialités de développement d'une pelouse calcicole.
Sur le flanc oriental du sentier, le manteau s'avère particulièrement intéressant. A côté de Quercus robur et Carpinus betulus, on recense Clematis vitalba, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Prunus spinosa, Acer campestre, Cornus sanguinea, Rosa canina, R. arvensis, R. tomentella, Frangula alnus ainsi que des espèces plus spécifiquement calcicoles comme Cornus mas, Daphne mezereum et Rosa micrantha, ce dernier trouvé à quelques mètres de l'ancienne poudrière.

Sur le replat, de l'autre côté du sentier, la végétation ligneuse s'avère par contre assez banale, si l'on excepte un Pyrus communis subsp. pyraster le long du sentier et deux pieds de Malus sylvestris subsp. mitis en haut du versant. Un autre rosier, Rosa tomentosa, pousse isolé de ce manteau, à l'entrée du sentier dans l'angle formé par celui-ci et les fosses du niveau inférieur.

La strate herbacée se compose d'espèces des ourlets calcicoles à acidiclines et, dans les zones demeurées en lumière, de celles des pelouses calcicoles, en un cortège fort semblable à celui déjà rencontré sur les autres sites déjà décrits. On ajoutera Vincetoxicum hirundinaria au rang des espèces d'ourlet. On relève également quelques espèces des ourlets sur sols acides telles Hieracium lachenalii, H. sabaudum et H. maculatum.

Parmi les espèces forestières intéressantes, on note Orchis mascula, Listera ovata et Epipactis helleborine. Figurant dans les relevés jusqu'en 2002, Epipactis atrorubens n'a pas été retrouvé. Cephalanthera damasonium et Platanthera chlorantha, présents dans l'accrue le long du sentier en 2002, n'ont pas été revus non plus.

L'intérêt faunistique de la carrière de l'Alouette reste pour une large part à documenter. Aucun relevé systématique n'y a été effectués à ce jour et seules des données partielles sont disponibles pour les papillons de jour.

Ceux-ci sont représentés depuis 2009 par au moins 32 espèces différentes dont plusieurs de valeur patrimoniale comme le grand mars changeant (Apatura iris), l'hespérie de la mauve (Pyrgus malvae), le grand collier argenté (Boloria euphrosyne), le petit nacré (Issoria lathonia) ou encore le nacré de la ronce (Brenthis daphne), espèce récemment apparue en Région wallonne.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Le site de l'ancienne carrière de l'Alouette correspond en fait à deux carrières de grès. La carrière au nord-est a été exploitée dès 1899. Pour la zone sud-ouest, les autorisations datent de 1938 et de 1958. La date de fin d'exploitation n'est pas connue.

L'ensemble a été acquis par la Commune de Hotton en juillet 1983. Au début de 1984, une asbl locale a tenté, en vain, de créer une réserve naturelle à cet endroit. L'objectif de la Commune était en fait à l'époque la création d'une décharge de classe 3 et un parc à conteneurs. Une partie de la carrière fut en effet partiellement remblayée dès juin 1985 par des déblais et des immondices. Les dépôts n'ont pas duré, mais rien n'a été enlevé aujourd'hui, l'ensemble étant en grande partie masqué par le développement de la végétation.

Dès 1996, des contacts avec la Région wallonne ont eu comme objectif la cession des terrains par bail emphytéotique. Mais l'obligation pour la commune de remettre les lieux en état freina quelque peu la protection du site. Une réserve naturelle domaniale est enfin créée officiellement en 2012, pour une superficie d'environ 6 hectares.

Divers

Sources

OFFH

Répondants de l'information

J.-L. GATHOYE (SPW/DGARNE/DEMNA/DNE/OFFH, Avenue Maréchal Juin, 23, B-5030 Gembloux).

J.-L. GIOT (Rue de Focagne, 16, 6990 Bourdon).

Date de la dernière modification de la fiche

2017-11-13