Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1924 - Décanteurs de Hollogne-sur-Geer

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Geer, Waremme
Cantonnements DNF :Liège
Surface : ha
Coordonnées :X Lambert : 208998 - Y Lambert : 151259
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Situés en Hesbaye liégeoise au sud-ouest de Waremme, les décanteurs de l'ancienne râperie de Hollogne-sur-Geer constituent l'un des pôles ornithologiques majeurs de la Région wallonne. Ces plans d'eau artificiels furent créés dans les années 1970 pour permettre la purification de l'eau issue de la râperie à betteraves. Le site comprend seize bassins couvrant au total 41 ha et répartis en deux ensembles, les plus anciens, au nombre de 9, s'étendant en face de l'usine, le long de la route N637, les plus récents mais aussi les plus vastes, se trouvant à moins de 1 km à l'ouest, entre le Geer et le Faux Geer. Très fréquenté par les ornithologues venus parfois de loin, l'endroit a déjà vu passer pas moins de 215 espèces d'oiseaux nicheurs, en halte migratoire ou hivernants. L'avifaune nicheuse compte diverses espèces rares et remarquables, dont le grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis) qui y déploie une population de près de 40 couples liée à la présence d'une colonie de mouette rieuse (Larus ridibundus), mais également le canard chipeau (Anas strepera), le canard souchet (Anas clypeata), la tadorne de Belon (Tadorna tadorna), le fuligule morillon (Aythya fuligula), la gorgebleue à miroir (Luscinia svecica), le phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus), etc. Cette zone humide présente également un grand intérêt pour les odonates et les amphibiens. Depuis l'arrêt des activités de la râperie, en 2009, on constate un fort développement de la végétation, notamment des roselières ainsi que des fourrés de saules. Ces modifications ont été favorables aux canards (6 espèces nicheuses), mais plutôt négatives pour les limicoles, surtout lors du passage postnuptial. L'association Natagora veille à ce que des mesures de gestion adéquates soient mises en place pour permettre de conserver l'attrait de ce site pour l'avifaune, notamment en prévoyant la mise à sec estivale de certains bassins, ainsi que la protection et la mise en valeur des roselières sur d'autres.

Carto

Régions naturelles

  • D0 - Hesbaye

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
DarionGEERLIEGE
Hollogne-sur-GeerGEERLIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
LiègeLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Castor fiberOuiNon2019Divers obs.
Mustela putoriusNonNon2019Divers obs.
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus arundinaceusOuiOuiNicheur possible2019Divers obs.
Acrocephalus schoenobaenusOuiOuiNicheur (1-3 couples)2019A. Jortay et al.
Acrocephalus scirpaceusOuiNonNicheur (> 20 couples)2019A. Jortay et al.
Alcedo atthisOuiNonNicheur (1 couple)2019Divers obs.
Anas clypeataOuiOuiNicheur (0-1 couple)2019A. Jortay et al.
Anas creccaNonOuiHiv.-migr. (max. 200 ex.)2019Divers obs.
Anas querquedulaOuiOuiMigr.-estivant2019Divers obs.
Anas streperaOuiNonNicheur (3-10 couples)2019A. Jortay et al.
Anthus spinolettaOuiNonHiv.-migr.2019Divers obs.
Ardea albaOuiNonHiv.-migr.2019Divers obs.
Aythya ferinaOuiOuiNicheur (1-7 couples)2019A. Jortay et al.
Aythya fuligulaOuiNonNicheur (1-12 couples)2019A. Jortay et al.
Bucephala clangulaOuiNonHiv. (1-3 ex.)2019Divers obs.
Cettia cettiOuiNonNicheur possible2010Divers obs.
Charadrius dubiusOuiNonNicheur (0-3 couples)2019A. Jortay et al.
Cuculus canorusOuiOuiNicheur2019Divers obs.
Emberiza schoeniclusOuiNonNicheur2019Divers obs.
Fulica atraNonNonNicheur (> 30 couples)2019A. Jortay et al.
Gallinago gallinagoOuiOuiHiv.-migr.2019Divers obs.
Gallinula chloropusOuiNonNicheur (> 25 couples)2019A. Jortay et al.
Larus ridibundusOuiOuiNicheur (1-100 couples)2019A. Jortay et al.
Luscinia svecicaOuiNonNicheur (> 4 couples)2019A. Jortay et al.
Oriolus oriolusOuiOuiNicheur2019Divers obs.
Panurus biarmicusOuiNonMigr.-hiv. (max. 20 ex.)2019Divers obs.
Podiceps nigricollisOuiNonNicheur (0-38 couples)2019A. Jortay et al.
Porzana porzanaOuiNonNicheur potentiel2019Divers obs.
Rallus aquaticusOuiNonNicheur (1-3 couples)2019A. Jortay et al.
Tachybaptus ruficollisOuiNonNicheur (1-22 couples)2019A. Jortay et al.
Tadorna tadornaOuiNonNicheur (1-4 couples)2019A. Jortay et al.
Vanellus vanellusOuiNonNicheur (1-3 couples)2019A. Jortay et al.
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNon2019A. Jortay, T. Ory
Bufo bufoOuiNon2019Divers obs.
Ichthyosaura alpestrisOuiNon
Lissotriton helveticusOuiNon2010
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2019Divers obs.
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2000A. Jortay
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Melanargia galatheaNonNon2010D. Ottenburghs
Invertébrés - Insectes - Libellules
Aeshna isocelesOuiOui2016X. Vandevyvre
Anax parthenopeNonNon2019Divers obs.
Onychogomphus forcipatusNonOui2014S. Debrus, J. Rouck
Sympecma fuscaOuiOui2014Divers obs.
Sympetrum meridionaleNonNon2013S. Debrus
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Anisosticta novemdecimpunctata2016C. Lenaers
Aromia moschata2012D. Lafontaine, M.-A. Dethier
Invertébrés - Mollusques
Helix pomatiaNonNon2019Divers obs.
Plantes - Plantes supérieures
Ceratophyllum submersum2017G. Weyembergh
Tephroseris palustris2011Divers obs.

Commentaires sur la faune

Mammifères (données divers obs. 2010-2020): Capreolus capreolus, Castor fiber, Felis catus, Lepus europaeus, Martes foina, Mustela erminea, Mustela nivalis, Myodes glareolus, Myocastor coypus, Myotis daubentonii, Ondatra zibethicus, Pipistrellus pipistrellus, Putorius putorius, Sciurus vulgaris, Sorex minutus, Sus scrofa, Talpa europaea, Vulpes vulpes.

Oiseaux (données divers obs. 2018-2020): Accipiter gentilis, Accipiter nisus, Acrocephalus arundinaceus, Acrocephalus palustris, Acrocephalus schoenobaenus, Acrocephalus scirpaceus, Actitis hypoleucos, Actitis macularius (accid.), Aegithalos caudatus, Alcedo atthis, Alopochen aegyptiaca, Anas acuta, Anas capensis, Anas crecca, Anas platyrhynchos (incl. f. domestica), Anser albifrons, Anser anser (incl. f. domestica), Anser indicus, Alauda arvensis, Anthus petrosus, Anthus pratensis, Anthus spinoletta, Apus apus, Ardea alba, Ardea cinerea, Ardea purpurea, Asio otus, Athene noctua, Aythya ferina, Aythya fuligula, Branta canadensis, Branta leucopsis, Branta ruficollis, Bucephala clangula, Buteo buteo, Calidris alpina, Calidris minuta, Calidris pugnax, Calidris temminckii, Carduelis cannabina, Carduelis carduelis, Certhia brachydactyla, Cettia cetti, Charadrius dubius, Charadrius hiaticula, Chenonetta jubata, Chlidonias niger, Chloris chloris, Chroicocephalus ridibundus, Ciconia ciconia, Circus aeruginosus, Circus cyaneus, Coloeus monedula, Columba livia f. domestica, Columba oenas, Columba palumbus, Corvus corone, Corvus frugilegus, Cuculus canorus, Cyanistes caeruleus, Cygnus atratus, Cygnus olor, Delichon urbicum, Dendrocopos major, Dryobates minor, Dryocopus martius, Emberiza citrinella, Emberiza schoeniclus, Erithacus rubecula, Falco columbarius, Falco peregrinus, Falco subbuteo, Falco tinnunculus, Fringilla coelebs, Fringilla montifringilla, Fulica atra, Gallinago gallinago, Gallinula chloropus, Garrulus glandarius, Haematopus ostralegus, Himantopus himantopus, Hippolais icterina, Hirundo rustica, Ichthyaetus melanocephalus, Jynx torquilla, Larus argentatus, Larus cachinnans, Larus canus, Larus fuscus, Limosa lapponica, Lophophanes cristatus, Luscinia svecica cyanecula, Lymnocryptes minimus, Mareca penelope, Mareca strepera, Milvus migrans, Milvus milvus, Motacilla alba, Motacilla cinerea, Motacilla flava subsp. flava, Numenius arquata, Nycticorax nycticorax, Oriolus oriolus, Pandion haliaetus, Panurus biarmicus, Parus major, Passer domesticus, Pernis apivorus, Phalacrocorax carbo, Phasianus colchicus, Phoenicurus ochruros, Phylloscopus collybita, Phylloscopus trochilus, Pica pica, Picus viridis, Platalea leucorodia, Ploceus melanocephalus (échappé), Podiceps cristatus, Podiceps nigricollis, Poecile montanus, Porzana porzana, Porzana pusilla (accid.), Prunella modularis, Pyrrhula pyrrhula, Rallus aquaticus, Recurvirostra avosetta, Regulus ignicapilla, Regulus regulus, Remiz pendulinus, Riparia riparia, Saxicola rubetra, Saxicola rubicola, Sitta europaea, Spatula (=Anas) clypeata, Spatula (=Anas) querquedula, Spinus spinus, Sterna hirundo, Streptopelia decaocto, Strix aluco, Sturnus vulgaris, Sylvia atricapilla, Sylvia borin, Sylvia communis, Sylvia curruca, Tachybaptus ruficollis, Tadorna ferruginea, Tadorna tadorna, Tringa erythropus, Tringa glareola, Tringa nebularia, Tringa ochropus, Tringa totanus, Troglodytes troglodytes, Turdus iliacus, Turdus merula, Turdus philomelos, Turdus pilaris, Turdus torquatus, Turdus viscivorus, Vanellus vanellus.

Reptiles (données divers obs. 2000-2020): Anguis fragilis, Trachemys scripta.

Amphibiens (données divers obs. 2000-2020): Alytes obstetricans, Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Pelophylax kl. esculentus, Pelophylax ridibundus, Rana temporaria.

Lépidoptères rhopalocères (données divers obs. 2010-2020): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Aricia agestis, Carcharodus alceae, Celastrina argiolus, Coenonympha pamphilus, Colias croceus, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyronia tithonus, Thymelicus lineola, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Odonates (données divers obs. 2010-2020): Aeshna cyanea, Aeshna grandis, Aeshna isoceles, Aeshna mixta, Anax imperator, Anax parthenope, Calopteryx splendens, Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Coenagrion scitulum, Crocothemis erythraea, Enallagma cyathigerum, Erythromma najas, Erythromma viridulum, Gomphus pulchellus, Ischnura elegans, Lestes sponsa, Lestes viridis, Libellula depressa, Libellula quadrimaculata, Onychogomphus forcipatus, Orthetrum cancellatum, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Sympecma fusca, Sympetrum fonscolombii, Sympetrum meridionale, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum, Sympetrum vulgatum.

Orthoptères (données divers obs. 2010-2020): Chorthippus biguttulus/brunneus, Conocephalus fuscus, Tetrix undulata, Tettigonia viridissima.

Hyménoptères (données divers obs. 2010-2020): Andrena cineraria, Andrena clarkella, Andrena flavipes, Andrena fulva, Andrena haemorrhoa, Apis mellifera, Bombus hypnorum, Bombus lapidarius, Bombus pascuorum, Bombus pratorum, Bombus terrestris/lucorum, Colletes sp., Polistes dominulus, Vespa crabro, Vespula vulgaris.

Diptères (données divers obs. 2010-2020): Agromyza anthracina, Amauromyza flavifrons, Anasimyia interpuncta, Bombylius major, Cheilosia illustrata, Chrysotoxum festivum, Empis opaca, Episyrphus balteatus, Eristalinus sepulchralis, Eristalis arbustorum, Eristalis nemorum, Eristalis pertinax, Eristalis tenax, Eupeodes corollae, Graphomya maculata, Helophilus pendulus, Helophilus trivittatus, Mesembrina meridiana, Myathropa florea, Rabdophaga rosaria, Riponnensia splendens, Scaeva pyrastri, Sphaerophoria scripta, Stratiomys singularior, Syrphus ribesii, Tipula lunata, Urophora cardui, Volucella bombylans, Volucella pellucens, Volucella zonaria, Xyphosia miliaria.

Coléoptères (données divers obs. 2010-2020): Adalia bipunctata, Agapanthia villosoviridescens, Agelastica alni, Anisosticta novemdecimpunctata, Anthocomus rufus, Aromia moschata, Athous haemorrhoidalis, Bembidion quadripustulatum, Bradybatus fallax, Cantharis fusca, Cassida viridis, Chrysolina fastuosa, Chrysolina staphylaea, Cicindela campestris, Coccinella septempunctata, Curculio sp., Elaphrus riparius, Gastrophysa viridula, Harmonia axyridis, Larinus turbinatus, Leiopus femoratus, Liophloeus tessulatus, Lixus sp., Oberea oculata, Oulema melanopus, Oulema obscura (= gallaeciana), Paracorymbia fulva, Phyllobius pomaceus, Platycis minutus, Propylea quatuordecimpunctata, Rhinocyllus conicus, Silis ruficollis, Timarcha tenebricosa, Trichius gallicus (= zonatus).

Hémiptères (données divers obs. 2010-2020): Acanthosoma haemorrhoidale, Aphrophora pectoralis, Aphrophora salicina, Cercopis vulnerata, Coreus marginatus, Corizus hyoscyami, Deraeocoris ruber, Dolycoris baccarum, Dryophilocoris flavoquadrimaculatus, Eupteryx aurata, Eysarcoris venustissimus, Graphosoma lineatum, Grypocoris sexguttatus, Heterogaster urticae, Himacerus apterus, Lygus pratensis, Orthops basalis, Philaenus spumarius, Rhaphigaster nebulosa, Rhopalus subrufus, Scolopostethus thomsoni, Tingis ampliata, Tingis cardui, Tritomegas bicolor.

Mollusques (données divers obs. 2010-2020): Cepaea hortensis, Cepaea nemoralis, Cernuella neglecta, Helix pomatia, Limax maximus, Monacha cantiana, Succinea putris, Trochulus hispidus.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données divers obs. 2010-2019): Achillea millefolium, Agrostis stolonifera, Ajuga reptans, Alcea rosea, Alliaria petiolata, Alnus glutinosa, Anagallis arvensis subsp. arvensis, Anthriscus sylvestris, Apium nodiflorum, Arctium lappa, Arctium minus, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Asplenium scolopendrium, Aster lanceolatus, Barbarea intermedia, Bellis perennis, Berula erecta, Bidens frondosa, Bidens tripartita, Bromus hordeaceus, Calamagrostis epigejos, Cardamine hirsuta, Cardamine pratensis, Carduus crispus, Carpinus betulus, Ceratophyllum submersum, Chaenorrhinum minus, Chelidonium majus, Chenopodium album, Chenopodium glaucum, Cichorium endivia, Cichorium intybus, Cirsium arvense, Cirsium oleraceum, Cirsium palustre, Cirsium vulgare, Colutea arborescens, Consolida ajacis, Convolvulus arvensis, Convolvulus sepium, Cornus sanguinea, Cornus sericea s.l., Corylus avellana, Crataegus monogyna, Crataegus x media (C. laevigata x monogyna), Dactylis glomerata, Daucus carota, Dipsacus fullonum, Dryopteris filix-mas, Echium vulgare, Epilobium angustifolium, Epilobium hirsutum, Equisetum arvense, Erigeron annuus, Erodium cicutarium, Eupatorium cannabinum, Filipendula ulmaria, Fraxinus excelsior, Galanthus nivalis, Galeopsis tetrahit, Galinsoga quadriradiata, Galium aparine, Geranium molle, Geranium pusillum, Geranium pyrenaicum, Geranium, robertianum, Glechoma hederacea, Hedera helix, Heracleum sphondylium, Hieracium aurantiacum, Hippophae rhamnoides, Holcus lanatus, Humulus lupulus, Hypericum perforatum, Juglans regia, Juncus inflexus, Lactuca serriola f. integrifolia, Lamium album, Lamium purpureum, Lapsana communis, Lepidium (= Cardaria) draba, Linaria vulgaris, Lolium perenne, Lotus corniculatus, Lunaria annua, Malva moschata, Malva sylvestris, Matricaria chamomilla (= recutita), Medicago lupulina, Melilotus albus, Melilotus altissimus, Melilotus officinalis, Mercurialis annua, Myosoton aquaticum, Narcissus pseudonarcissus, Odontites vernus, Papaver rhoeas, Pastinaca sativa, Persicaria lapathifolia, Persicaria maculosa, Phacelia tanacetifolia, Phalaris arundinacea, Phragmites australis, Picris hieracioides, Plantago lanceolata, Plantago major, Plantago media, Polygonum aviculare, Populus alba, Primula elatior, Primula vulgaris, Prunus padus, Quercus robur, Ranunculus acris, Ranunculus ficaria, Ranunculus repens, Ranunculus sceleratus, Reseda lutea, Reseda luteola, Robinia pseudoacacia, Rosa canina s.l., Rubus fruticosus, Rumex obtusifolius, Salix alba, Salix caprea, Salix viminalis, Sambucus nigra, Senecio inaequidens, Silene latifolia subsp. alba, Silene vulgaris, Sinapis arvensis, Solanum dulcamara, Sonchus arvensis, Sonchus asper, Sonchus oleraceus, Stachys sylvatica, Stellaria holostea, Stellaria media, Tanacetum vulgare, Taraxacum officinale s.l., Tephroseris palustris, Trifolium campestre, Trifolium dubium, Trifolium pratense, Trifolium repens, Tussilago farfara, Typha latifolia, Urtica dioica, Valeriana officinalis, Verbascum densiflorum, Verbascum thapsus, Verbena officinalis, Veronica beccabunga, Veronica filiformis, Veronica hederifolia, Veronica persica, Vicia cracca, Vulpia myuros.

Espèces exotiques

Plantes: Alcea rosea, Aster lanceolatus, Bidens frondosa, Colutea arborescens, Erigeron annuus, Galinsoga quadriradiata, Hieracium aurantiacum, Hippophae rhamnoides, Juglans regia, Lunaria annua, Melilotus albus, Primula vulgaris, Robinia pseudoacacia, Senecio inaequidens, Veronica filiformis, Veronica persica.

Animaux: Alopochen aegyptiacus, Anas capensis, Anser indicus, Branta canadensis, Chenonetta jubata, Columba livia domestica, Cygnus atratus, Harmonia axyridis, Myocastor coypus, Ondatra zibethicus, Oxyura jamaicensis, Pelophylax ridibundus, Phasianus colchicus, Ploceus melanocephalus, Tadorna ferruginea, Trachemys scripta.

Conservation

Objectifs de conservation

A compléter

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

Depuis fin 2011, le site est propriété de Hesbaye Frost et est géré par Natagora. L'accès au site est autorisé mais il est important de rester sur les digues et de ne pas entrer dans les bassins (même en friche) pour éviter tout dérangement (https://www.aves.be/index.php?id=1550&no_cache=1&tx_natsite_pi1%5Buid%5D=13&tx_natsite_pi1%5Bt%5D=5)

Détails

Description physique

Situés à environ 4 km au sud-ouest de la petite ville de Waremme, les bassins de décantations de Hollogne-sur-Geer prennent place dans le paysage typique de la Hesbaye liégeoise, à vocation largement agricole et dominé par les cultures industrielles (principalement betteraves et blé). A cet endroit, le plateau hesbignon, constitué d'une couche épaisse de limons éoliens et au relief très légèrement ondulé, culmine à 110-120 m d'altitude.

La râperie de betteraves Naveau s'est installée à Hollogne-sur-Geer à la fin du 19ème siècle et rejetait directement dans le Geer ses eaux sales ayant servi à nettoyer les racines. Acquise ensuite par la Raffinerie Tirlemontoise, elle a dû s'aligner sur la réglementation et assainir ses rejets d'eaux par décantation dans des bassins prévus à cet usage. La râperie a cessé ses activités en 2009.

Le site actuel s'étend en rive droite du Geer, affluent de la Meuse bordé de prairies et de peupleraies, et se compose de deux ensembles de bassins dont la création remonte aux années 1970 pour les plus anciens et à 2006 pour le dernier creusé:

- un groupe de 9 bassins situés à l'est du village, face à l'ancienne râperie, le long de la route N637: s'agissant des bassins initiaux, ils sont plus petits et apparaissent plus largement colonisés par la végétation; leur superficie avoisine les 8 ha.

- un groupe de 7 bassins plus récents et surtout plus étendus (33 ha), localisés à moins d'un km à l'ouest des premiers, entre le Geer et le Faux Geer.

Le site englobe également la zone alluviale située au nord du second ensemble, de part et d'autre du Geer et qui comprend quelques prairies humides et surtout des peupleraies.

Description biologique

La flore et la végétation des décanteurs de Hollogne-sur-Geer ne semblent pas avoir fait l'objet d'une étude détaillée. Les quelques centaines de données floristiques disponibles, représentant environ 160 espèces de plantes supérieures, sont issues de relevés ponctuels effectués par divers naturalistes de passage sur le site (cf ea. Observations.be).

D'après JORTAY (2011), les surfaces d'eau libre sur l'ensemble des bassins ont été estimées au minimum à 14,6 ha (années 1990) et au maximum à 21,9 ha (fin 2000) pour une superficie totale du site de 41,8 ha. Les roselières (phragmitaies et typhaies), en cours de développement, ont été estimées à 4,7 ha pour la période 2010-2011, les friches à 4,6 ha, les fourrés de saules à moins d'un ha. Quant aux plages de vases, leur étendue s'est évidemment amoindrie en raison de l'arrêt des activités de la râperie (en 2009), passant de 4,8 ha dans les années 1990 à 1,4 ha vingt ans plus tard.

Le site est sans conteste devenu l'un des pôles ornithologiques majeurs de la Région wallonne, comptant pas moins de 215 espèces d'oiseaux à l'inventaire, soit une richesse équivalente à celle des fameux décanteurs d'Eghezée-Longchamps, situés à 23 km plus à l'ouest. Cette attractivité qu'exercent les décanteurs de Hollogne-sur-Geer sur l'avifaune a été bien décrite par JORTAY (2011) qui documente aussi leur évolution durant la période 1990-2010. Le secteur est en outre parcouru par de nombreux ornithologues venus parfois de loin, notamment lorsque des raretés y sont signalées, que ce soit sur le portail Observations.be ou via d'autres voies.

Comme c'est habituellement le cas pour ce genre de milieu, ce sont surtout les oiseaux d'eau, anatidés et limicoles en tête, qui focalisent un maximum l'attention des observateurs, en particulier durant la période de nidification et les migrations.

En ce qui concerne les anatidés, le site est d'un intérêt majeur puisqu'il accueille la reproduction plus ou moins régulière d'au moins de 6 espèces de canards, à savoir le colvert (Anas platyrhynchos), le chipeau (Anas strepera), le souchet (Anas clypeata), le tadorne de Belon (Tadorna tadorna), le fuligule morillon (Aythya fuligula) et le fuligule milouin (Aythya ferina). La nidification du canard souchet, au moins en 2007 et 2010 (un couple chaque fois), est marquante vu son extrême rareté comme nicheur en Région wallonne (moins de 10 couples estimés). En passage, la sarcelle d'été (Anas querquedula) est régulière et séjourne parfois quelques temps. Durant l'hiver, viennent s'ajouter de belles troupes de sarcelles d'hiver (Anas crecca) dépassant parfois les 200 individus, tandis que les populations des autres espèces sont renforcées avec plusieurs centaines de colverts, notamment. Le site est en outre fréquenté toute l'année par le cygne tuberculé (Cygnus olor), espèce naturalisée de longue date, et par les deux exotiques habituelles, l'ouette d'Egypte (Alopochen aegyptiacus) et la bernache du Canada (Branta canadensis), ainsi que d'autres espèces moins fréquents comme le cygne noir (Cygnus atratus), la tadorne casarca (Tadorna ferruginea), le canard à crinière (Chenonetta jubata), etc.

Les limicoles constituent l'autre principale attraction des décanteurs de sucreries, attirés quelques fois en nombre par les étendues de vasières et par une certaine quiétude des lieux lors de leurs haltes migratoires. A Hollogne-sur-Geer, ce sont ainsi 31 espèces différentes qui ont été recensées à ce jour, principalement durant le passage postnuptial. Les plus abondantes et régulières sont le chevalier culblanc (Tringa ochropus), la bécassine des marais (Gallinago gallinago), le chevalier guignette (Actitis hypoleucos), le chevalier aboyeur (Tringa nebularia) et le chevalier sylvain (Tringa glareola), dont les effectifs peuvent atteindre quelques dizaines d'exemplaires. S'y ajoutent d'autres limicoles comme le vanneau huppé (Vanellus vanellus), nicheur sur place en petit nombre mais qui peut former des bandes de près de 1000 ex. en fin d'été, le chevalier gambette (Tringa totanus) dont on a déjà compté jusque 70 ex. le même jour, le bécasseau minute (Calidris minuta), le combattant varié (Calidris pugnax), le grand gravelot (Charadrius hiaticula) et nombre d'autres espèces plus occasionnelles ou rarissimes et parfois originaires d'autres continents!

La colonie assez dynamique de mouette rieuse (Larus ridibundus) qui s'est installée au début des années 1990 ne passe pas inaperçue. Son effectif a fluctué fortement selon les années pour atteindre un maximum de 130 couples en 2003. Cette colonie a permis à un autre nicheur rare de s'installer: c'est le grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis) qui comptait jusqu'à 38 couples en 2011, faisant du site de Hollogne-sur-Geer la principale population reproductrice de Wallonie. Une deuxième espèce de grèbe, le castagneux (Tachybaptus ruficollis) s'y porte bien aussi avec une vingtaine de couples signalés ces dernières années.

Le site héberge également d'importantes populations de foulque macroule (Fulica atra) et de gallinule poule-d'eau (Gallinula chloropus) (25-30 couples selon les années), ainsi que des nicheurs beaucoup plus discrets comme le râle d'eau (Rallus aquaticus), le petit gravelot (Charadrius dubius), plus occasionnellement l'avocette élégante (Recurvirostra avosetta) (tentative en 2007), ...

Par ailleurs, les roselières et les fourrés de saules qui se sont installés au fil des ans sont de plus en plus favorables pour les passereaux paludicoles. La gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) a été la première à coloniser le site, comptant 4 couples nicheurs en 1996. La rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), très rare au départ, a profité de l'extension des phragmitaies pour atteindre la vingtaine de couples actuellement. Le phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus) y niche aussi, mais en petit nombre, depuis les années 2000, tout comme le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus). La rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus), si rare chez nous, se cantonne certaines années dans la roselière principale.

L'évolution de l'avifaune des décanteurs depuis le début des années 2010 mériterait d'être analysée mais les nombreuses observations engrangées sur les portails naturalistes notamment permettent de se faire une assez bonne idée. Ainsi, rien que pour l'année 2019, ce sont pas moins de 160 espèces qui ont été aperçues sur le site!

Moins parcourues par les ornithologues, les peupleraies qui subsistent le long du Geer et du Faux Geer et incluses dans le périmètre du site accueillent plusieurs couples de loriot d'Europe (Oriolus oriolus), le pic épeichette (Dendrocopos minor) et sans doute l'un ou l'autre hypolaïs ictérine (Hippolais icterina).

Outre son avifaune remarquable à divers points de vue, les décanteurs de Hollogne ainsi que la vallée du Geer voisine montre un grand intérêt pour les amphibiens et surtout les odonates avec 30 espèces notées au cours de la dernière décennie (2010-2020), dont l'anax napolitain (Anax parthenope) très régulier sur le site, et divers éléments d'origine méridionale comme le sympétrum à nervures rouges (Sympetrum fonscolombii), la libellule écarlate (Crocothemis erythraea), l'agrion mignon (Coenagrion scitulum), le sympétrum méridional (Sympetrum meridionale - une obs. en 2013), etc.

Autre groupe d'insectes attractif pour le naturaliste, les papillons de jour y sont quant à eux représentés par au moins 27 espèces, la plupart étant néanmoins banales en Région wallonne. Le demi-deuil (Melanargia galathea) a été observé sur le site en 2010 mais n'a plus été revu depuis et on peut donc penser qu'il s'agissait d'un individu erratique.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A compléter

Divers

Sources

OFFH

Répondants de l'information

Aves-Natagora

Date de la dernière modification de la fiche

2020-02-10