Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1954 - Souterrains de l'ancienne citadelle de Tournai

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Tournai
Cantonnements DNF :Mons
Surface :3.26 ha
Coordonnées :X Lambert : 80865 - Y Lambert : 143699
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Situé dans le Hainaut occidental, au sud du périphérique de la ville de Tournai, le site présente, outre un grand intérêt archéologique et historique, de réelles potentialités sur le plan biologique, et notamment chiroptérologique. Les souterrains et casemates de cette ancienne citadelle hébergent en effet plusieurs espèces de chauves-souris, dont le grand rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum), exceptionnel au nord du sillon sambro-mosan. La microfaune, non encore étudiée dans le détail, n'est pas en reste avec l'abondance des crustacés cavernicoles du genre Niphargus. Géré par le Ministère de la Défense, le site fera prochainement l'objet d'aménagement en vue d'améliorer l'accueil de la faune ... et du public !

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • B0 - Région limoneuse hennuyère
  • B1 - Tournaisis

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Tournai3.26 haTOURNAIHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Mons3.26 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Défense nationale.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Oui

Gestionnaire

Ministère de la Défense nationale.

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
H1.7aMines et tunnels souterrains désaffectés

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Myotis brandtiiOuiOuiHibernation (4 ex.)2009JL Gathoye, T. Kervyn, E. Bisteau
Myotis daubentoniiOuiOuiHibernation (2 ex.)2009JL Gathoye, T. Kervyn, E. Bisteau
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2009A. Staquet

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 1

Commentaires sur la faune

Données à compléter.

Commentaires sur la flore

Données à compléter.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

La présence du grand rhinolophe, espèce en danger critique d'extinction en Région wallonne (Lamotte, 2007), est exceptionnelle. La seule autre mention de cette espèce au nord du sillon Sambre-et-Meuse concerne la réserve naturelle domaniale des carrières souterraines de la Malogne, près de Mons. S'agissant d'une espèce dont la conservation est requise dans l'Union européenne au travers de la Directive européenne 92/43/CEE ' Faune, Flore, Habitats ', le site des Casemates mériterait de bénéficier d'un statut de conservation de la nature (réserve naturelle domaniale ou cavité souterraine d'intérêt scientifique), au moins pour son niveau -2. Ce statut ouvrirait également la possibilité de financer les aménagements requis pour maintenir durablement ce site d'hibernation dans de bonnes conditions. Les modalités d'utilisation des casemates pour des activités touristiques seraient définies dans une convention avec le propriétaire. Typiquement, l'ouverture du site en période estivale resterait envisageable, mais la quiétude absolue du site devrait être garantie durant la période d'hibernation, c'est à dire du 1er octobre au 30 avril.

Par leur développement considérable et les conditions micro-climatiques qui y règnent, les souterrains décrits ci-dessus présentent un potentiel énorme pour l'hibernation des chauves-souris. Dans ce cas-ci également, l'octroi d'un statut de conservation de la nature (réserve naturelle domaniale ou cavité souterraine d'intérêt scientifique) permettrait d'aménager les lieux pour accroître leur attractivité pour les chauves-souris. Le faible nombre de chauves-souris recensée résulte essentiellement de la mauvaise accessibilité du site à ces mammifères. La grille jaune placée récemment devrait au plus vite être adaptée pour permettre le passage des chauves-souris. Une ouverture horizontale en forme de boite aux lettres, d'une hauteur de 6 à 7 cm sur une largeur de 30 à 40 cm doit être percée dans le haut de la grille jaune. Le reste de la grille jaune autour de cette ouverture horizontale sera renforcée pour éviter des dégradations par des actes de vandalisme. L'ancienne grille métallique subsistant devant la grille jaune devra également être retirée pour permettre le passage en vol des chauves-souris. Dans un second temps, il serait opportun de désobstruer les escaliers de la terre et des déchets divers dont ils sont encombrés. Enfin, l'opportunité de rouvrir un passage pour les chauves-souris à l'emplacement de l'issue située dans le parc des ' Marronniers ' mériterait d'être envisagée.

Autre objectif à prendre en considération: la proximité de l'Escaut, à moins de 500 mètre de ces deux sites renforce leur intérêt. En effet, il est connu que les chauves-souris empruntent volontiers les cours d'eau lors de leurs déplacements. En outre, l'Escaut constitue un des principaux couloirs de déplacement d'une autre espèce de chauve-souris en danger d'extinction en Europe, le vespertilion des marais (Myotis dasycneme). Cette espèce a d'ailleurs été observée en train de se nourrir sur l'Escaut à Escanaffle, à moins de 5 km de Tournai (Verkem et al. 2003; Marc Van de Sijpe, comm. pers.). L'aménagement de gîtes d'hibernation propice à cet espèce ne peut être qu'encouragée, vu l'obligation des Etats membres européens de maintenir les populations de cette espèce dans un bon état de conservation en vertu de la Directive européenne 92/43/CEE ' Faune, Flore, Habitats '. En outre, un tel aménagement contribuerait à l'accomplissement du plan d'action dressé par le Conseil de l'Europe pour la sauvegarde de cette espèce (Limpens et al., 2000).

Menaces

A compléter

Recommandations

Vu leur intérêt sur le plan chiroptérologique, les casemates et souterrains mériterait de bénéficier d'un statut de conservation (réserve naturelle domaniale ou cavité souterraine d'intérêt scientifique), au moins pour le niveau -2. Ce statut ouvrirait également la possibilité de financer les aménagements requis pour maintenir durablement ce site d'hibernation dans de bonnes conditions. Les modalités d'utilisation des casemates pour des activités touristiques seraient définies dans une convention avec le propriétaire. Typiquement, l'ouverture du site en période estivale resterait envisageable, mais la quiétude absolue du site devrait être garantie durant la période d'hibernation, c'est à dire du 1er octobre au 30 avril.
Il serait opportun de désobstruer les escaliers de la terre et des déchets divers dont ils sont encombrés. Enfin, l'opportunité de ré-ouvrir un passage pour les chauves-souris à l'emplacement de
l'issue située dans le parc des ' Marronniers ' mériterait d'être envisagée.
La proximité de l'Escaut, à moins de 500 mètre de ces deux sites renforce leur intérêt. En effet, il est connu que les chauves-souris empruntent volontiers les cours d'eau lors de leurs déplacements. En outre, l'Escaut constitue un des principaux couloirs de déplacement d'une autre espèce de chauve-souris en danger d'extinction en Europe, le vespertilion des marais (Myotis dasycneme). L'aménagement de gîtes d'hibernation propice à cet espèce ne peut être qu'encouragée, vu l'obligation des Etats membres européens de maintenir les populations de cette espèce dans un bon état de conservation en vertu de la Directive européenne 92/43/CEE ' Faune, Flore, Habitats '. En outre, un tel aménagement contribuerait à l'accomplissement du plan d'action dressé par le Conseil de l'Europe pour la sauvegarde de cette espèce (Limpens et al., 2000).

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

A compléter

Description biologique

Les souterrains et casemates de l'ancienne citadelle de Tournai ont fait l'objet d'une visite en février 2009, dans le cadre du PCDN, en vue d'estimer l'intérêt du site pour les chauves-souris (obs. P. ANRYS, K. THIBAUT, T. KERVYN, J.-L. GATHOYE et E. BISTEAU).
Les parties subsistantes des casemates se développent sur deux niveaux (niveau -1 et niveau -2).
La longueur approximative du couloir principal atteint 110 mètres par niveau. Il est orienté ouest-est. Dix pièces se succèdent à partir du porche et de la double rampe d'escalier centrale.
La partie orientale du niveau -1 est fortement comblée à partir de la pièce 3. Son accès n'est possible qu'en rampant. Les pièces 2 et 3 donnent sur l'extérieur suite à l'effondrement du mur extérieur. La partie ouest du niveau -1 est intacte. Toutefois, en raison de la faible profondeur de ce niveau, des ouvertures importantes vers l'extérieur de la partie est et du faible taux d'humidité (environ 70 %), ce niveau ne présente pas d'intérêt pour les chauves-souris.
Les parties est et ouest du niveau -2 sont très bien conservées et présentent de bien meilleures conditions micro-climatiques pour l'hibernation des chauves-souris (température d'environ 8°C et taux d'humidité d'environ 80 %). La pièce 3 de la partie ouest présente la particularité de se prolonger par un couloir qui aboutit à la base d'un puit de plus de plusieurs mètres situé exactement sous la Rue de la Citadelle. Le niveau -2 a réservé les plus belles observations de chauves-souris.
Déjà avant la visite, en date du 2 mai 2007, un Vespertilion de Daubenton (Myotis daubentonii) en vol avait incidemment été pris en photo par l'Adjudant Staquet, à l'extrémité ouest du niveau -2.
Au cours de la visite, pas moins de 7 chauves-souris ont été dénombrées:
- 4 vespertilions de Brandt (Myotis brandtii)
- 2 vespertilions de Daubenton (Myotis daubentonii)
- 1 grand rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum)
L'observation de cette dernière espèce est tout à fait remarquable, étant donné sa rareté et l'absence de données antérieures de cette espèce dans le Tournaisis.
La partie visitée des souterrains se développe sur plus 1000 mètres (!) de galerie, avec quelques bifurcations. L'ensemble du volume jouit d'une température de 10°C et d'une humidité supérieure à 90 %, facteurs très favorables à l'hibernation des chauves-souris. Un vespertilion à moustaches/de Brandt (Myotis mystacinus/brandtii) en léthargie a été observé dans le réseau souterrain.
Sur une petite partie du réseau souterrain, la galerie principale est curieusement surmontée d'une seconde galerie qui lui est superposée. Cette configuration accroit la variété des conditions micro-climatiques. Une petite source (ou résurgence) induit une inondation partielle d'un tronçon souterrain, jusqu'à 30-40 cm de profondeur d'eau. Cette lame d'eau héberge plusieurs centaines de crustacés du genre Niphargus. L'espèce, aimablement identifiée par Michel Dethier, biospéléologue, est Niphargus schellenbergi. Cette espèce est la plus couramment observée parmi la dizaine du genre. Son observation à Tournai n'en reste pas moins très intéressante.
Le même tronçon de souterrain héberge également d'autres invertébrés, aimablement déterminés par Jean-Yves Baugnée: l'escargot des celliers, Oxychilus cellarius, ainsi qu'un Chilopode régulièrement observé en milieu souterrain: Lithobius forcipatus.
Les sites visités méritent amplement d'être repris en zone centrale du réseau écologique de la Ville de Tournai. Il en va de même pour tout l'espace vert délimité par la rue de la Citadelle, la rue Vauban, le boulevard du Roi Albert et la rue Général Rucquoy.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

Ancienne citadelle.

Histoire du site

A compléter

Biblio

Divers

Sources

OFFH

Répondants de l'information

T. KERVYN, J.-L. GATHOYE et E. BISTEAU (SPW/DGARNE/DEMNA/DNE/OFFH, 23 Av. Maréchal Juin, 5030 Gembloux). - P. ANRYS (bureau d'étude ARCEA).