Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

2216 - Canal souterrain de la Bête Refaite

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Tunnel de la Bête refaite
Communes :Chapelle-lez-Herlaimont, Seneffe
Cantonnements DNF :Nivelles
Surface :1.09 ha
Coordonnées :X Lambert : 144432 - Y Lambert : 132500
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Milieu souterrain artificiel prenant place dans une voie hydraulique souterraine désaffectée et présentant un grand potentiel pour l'hibernation des chauves-souris dans la région de Charleroi.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • 00 - A compléter

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Godarville0.22 haCHAPELLE-LEZ-HERLAIMONTHAINAUT
Gouy-lez-Piéton0.67 haCOURCELLESHAINAUT
Seneffe0.2 haSENEFFEHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Nivelles1.09 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

site classé

Propriétaire(s)

Région wallonne.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Oui

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Mons, rue Achille Legrand, 16, 7000 Mons (Tél. : 065/32.82.49 - Fax : 065/32.82.44).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6512Tunnel de la Bête Refaite1,09 ha

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
H1.7aMines et tunnels souterrains désaffectés

Biotopes Corine

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
89.2Lagunes industrielles et canaux d'eau douce

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Myotis mystacinus/brandtii< 5 i.2007J. Fairon

Commentaires sur la faune

Données à compléter.

Commentaires sur la flore

Données à compléter.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un site d'intérêt chiroptérologique.

Menaces

Structure du tunnel apparemment stable.
Accumulation de déchets divers, et arrivée d'eau d'origine douteuse aux entrées.
Vandalisme sur le système de fermeture et dérangement de la faune chiroptérologique.

Recommandations

Protéger le site contre la dégradation, la pollution, le vandalisme et le dérangement.
Vu les faiblesses du maillage écologique à proximité immédiate de la cavité, la restauration de zones de liaison entre le milieu boisé (plateau) et la cavité (berge du canal) pourrait faciliter l'accès des chiroptères à leur gîte. Un reboisement partiel des talus permettrait d'atteindre cet objectif (Lamotte, 2007).

Plan de gestion

Maintien des systèmes de fermeture des accès.

Accès du public

L'accès au tunnel est fermé grâce à une grille adaptée laissant le passage libre aux chauves-souris. Les visites sont limitées aux comptages effectuées par des collaborateurs de l'IRSNB.

Détails

Description physique

Cet ouvrage a été le premier à assurer le franchissement de la crête de partage entre les bassins de la Meuse et de l'Escaut. Très exigu, il possédait un chemin de halage dont l'étroitesse interdisait l'utilisation de la traction chevaline. Les baquets devaient donc y être halés, à bras d'hommes, sur tout le parcours (Barthélemy et al., 2004). Il ne subsiste qu'une partie de ce souterrain détruit lors du creusement du canal actuel. Ce tronçon sous statut de protection est coupé en deux par un cône de matériaux divers, déversés par un puits d'aération.

Description biologique

Un des plus vastes sites souterrains de la région de Charleroi dans une situation très favorable pour les Chiroptères.
Présence sur le site d'au moins une espèce de chiroptères.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

Site classé depuis le 1/06/1978

Histoire du site

Ouvert à la navigation le 22 septembre 1832, cet ancien tronçon souterrain du canal reliant Charleroi à Bruxelles se développe sur 1283 mètres. Autrefois, il était destiné aux embarcations de 70 tonnes (GRSMA, 1991).
Cet ouvrage a été le premier à assurer le franchissement de la crête de partage entre les bassins de la Meuse et de l'Escaut. Très exigu, il possédait un chemin de halage dont l'étroitesse interdisait l'utilisation de la traction chevaline. Les baquets devaient donc y être halés, à bras d'hommes, sur tout le parcours (Barthélemy et al., 2004). Il ne subsiste qu'une partie de ce souterrain détruit lors du creusement du canal actuel. Ce tronçon sous statut de protection est coupé en deux par un cône de matériaux divers, déversés par un puits d'aération (Lamotte, 2007).

Divers

Sources

Convention A&G

Répondants de l'information

S. LAMOTTE (SPW/DGARNE/DNF/DN B-5000 Namur).