Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

230 - La Roche Trouée

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Viroinval
Cantonnements DNF :Viroinval
Surface :8.48 ha
Coordonnées :X Lambert : 163524 - Y Lambert : 83831
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Situé à proximité du village de Nismes, au sein d'une zone de grande valeur paysagère, la Roche Trouée figure assurément parmi les sites remarquables de la Calestienne, au même titre d'ailleurs que les Abannets et le Fondry des Chiens voisins. Ses intérêts sont multiples: géologique, paléontologique, archéologique, biologique, etc. Il est occupé par différents types de végétations calcicoles, allant de la pelouse rupestre à orpins et arabette et la pelouse xérique à globulaire, à la pelouse mésophile richement fleurie et aux groupements d'ourlets et de lisières thermophiles. La flore rassemble de nombreuses espèces rares, dont l'anémone pulsatille (Pulsatilla vulgaris), la gentiane d'Allemagne (Gentianella germanica), l'arabette pauciflore (Arabis pauciflora), la globulaire (Globularia bisnagarica). La faune est également très riche, en relation avec la diversité végétale et les conditions microclimatiques favorables. On peut notamment y observer plus de cinquante espèces de papillons de jour ainsi qu'un grand nombre de punaises et d'orthoptères, ces groupes d'insectes ayant été largement favorisés par les travaux de restauration des pelouses calcaires, en cours depuis la fin des années 1980. Actuellement, le site est partiellement clôturé et entretenu par pâturage ovin.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • K1 - Calestienne occidentale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Nismes8.48 haVIROINVALNAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Viroinval8.48 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Commune de Viroinval.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Viroinval, 37 rue de la Gare, 5660 Couvin (Tél. 060/31.02.93 - Fax : 060/34.72.73).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6267Viroin7,84 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Myotis myotisOuiOuiHibernation (1 ex.)1999GT Plecotus (G. Motte)
Myotis mystacinus/brandtiiHibernation (1 ex.)1999GT Plecotus (G. Motte)
Rhinolophus ferrumequinumOuiOuiHibernation (1 ex.)1999GT Plecotus (G. Motte)
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Anthus trivialisOuiNonDelescaille et al. (1990)
Emberiza citrinellaOuiNonDelescaille et al. (1990)
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon
Coronella austriacaOuiOui
Podarcis muralisOuiNonDelescaille et al. (1990)
Zootoca viviparaOuiNonDelescaille et al. (1990)
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Argynnis adippeNonOui2010GT Lycaena/Observations.be
Argynnis aglajaNonOui2005GT Lycaena (E. Polus)
Boloria diaOuiOui2010GT Lycaena/Observations.be
Carterocephalus palaemonNonNon2010GT Lycaena/Observations.be
Coenonympha arcaniaNonOui2010GT Lycaena/Observations.be
Cupido minimusNonNon2010GT Lycaena/Observations.be
Erebia medusaOuiOui2 ex.2005Observations.be (A. Vink)
Erynnis tagesNonNon2010GT Lycaena/Observations.be
Iphiclides podaliriusOuiOui2010GT Lycaena/Observations.be
Lasiommata maeraNonOui2010GT Lycaena/Observations.be
Melanargia galatheaNonNon2010GT Lycaena/Observations.be
Nymphalis antiopaOuiOui2005GT Lycaena (X. Vandevyvre)
Nymphalis polychlorosNonNon2010GT Lycaena/Observations.be
Polyommatus coridonNonOui2010GT Lycaena/Observations.be
Polyommatus semiargusNonNon2005GT Lycaena/Observations.be
Pyrgus malvaeNonOui2010GT Lycaena/Observations.be
Satyrium ilicisNonOui2009GT Lycaena (D. Testaert)
Satyrium pruniNonNon2004GT Lycaena (E. Polus)
Satyrium spiniOuiOui1 ex.2010Observations.be (R. Lebrun)
Spialia sertoriusNonNon2010GT Lycaena/Observations.be
Thymelicus acteonNonOui3 ex.2005Observations.be (A. Vink)
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Coccinelles
Harmonia quadripunctata2 ex.1999GT Coccinula (Jeunes & Nature)
Myrrha octodecimguttata6 ex.1999BGT Coccinula (Jeunes & Nature)
Vibidia duodecimguttataNonA vérifier2007GT Coccinula (J.-F. Godeau)
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Gomphocerippus rufus
Metrioptera bicolorDelescaille et al. (1990)
Metrioptera brachypteraDelescaille et al. (1990)
Metrioptera roeselii2009D. Testaert
Phaneroptera falcata
Stenobothrus lineatusDelescaille et al. (1990)
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Formica lusatica2003Dekoninck et al. 2007
Formica rufibarbis2003Dekoninck et al. 2007
Lasius sabularum2003Dekoninck et al. 2007
Temnothorax albipennis2003Dekoninck et al. 2007
Invertébrés - Insectes - Hémiptères
Catoplatus horvathi> 5 ex1999AJ.-Y. Baugnée
Coptosoma scutellatumK. Hofmans
Invertébrés - Mollusques
Abida secaleDelescaille et al. (1990)
Chondrina avenaceaDelescaille et al. (1990)
Plantes - Plantes supérieures
Bupleurum falcatum1999Delescaille et al. (1990), J.-Y. Baugnée
Epipactis atrorubens29 ex.2001Section Orchidées d'Europe
Genista tinctoriaDelescaille et al. (1990)
Genistella sagittalis2010Div. obs.
Gymnadenia conopsea110 ex.2001Section Orchidées d'Europe
Himantoglossum hircinumDelescaille et al. (1990)
Ophrys fuciflora1 ex.2001Section Orchidées d'Europe
Orchis masculaDelescaille et al. (1990)
Platanthera chloranthaDelescaille et al. (1990)
Poa bulbosa1985AJ. Duvigneaud
Pulsatilla vulgarisDelescaille et al. (1990)
Rhamnus cathartica2010Div. obs.
Vincetoxicum hirundinaria2010Div. obs.

Commentaires sur la faune

Chiroptères (données G. Motte 1999): Myotis mystacinus/brandtii, Myotis myotis, Rhinolophus ferrumequinum.

Reptiles (données K. Hofmans): Anguis fragilis, Coronella austriaca, Podarcis muralis, Zootoca vivipara.

Lépidoptères rhopalocères (données GT Lycaena et Observations.be, 2000-2010): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Aporia crataegi, Araschnia levana, Argynnis adippe, Argynnis aglaja, Boloria dia, Callophrys rubi, Carcharodus alceae, Carterocephalus palaemon, Celastrina argiolus, Coenonympha arcania, Coenonympha pamphilus, Colias croceus, Cupido minimus, Erebia medusa, Erynnis tages, Gonepteryx rhamni, Hamaearis lucina, Inachis io, Iphiclides podalirius, Issoria lathonia, Lasiommata maera, Lasiommata megera, Leptidea sinapis, Lycaena phlaeas, Lycaena tityrus, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Neozephyrus quercus, Nymphalis antiopa, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Plebeius agestis, Plebeius argus, Polygonia c-album, Polyommatus coridon, Polyommatus icarus, Polyommatus semiargus, Pyrgus malvae, Pyronia tithonus, Satyrium ilicis, Satyrium pruni, Satyrium spini, Spialia sertorius, Thecla betulae, Thymelicus acteon, Thymelicus lineolus, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Hyménoptères Formicidae (données Dekoninck et al., 2007): Formica cunicularia, Formica fusca, Formica lusatica, Formica rufibarbis, Lasius alienus, Lasius flavus, Lasius mixtus, Lasius platythorax, Lasius sabularum, Temnothorax albipennis, Myrmica sabuleti, Myrmica scabrinodis, Myrmecina graminicola, Ponera coarctata, Tapinoma erraticum.

Coléoptères Coccinellidae (GT Coccinula 1999-2007): Adalia decempunctata, Calvia quatuordecimguttata, Coccinella septempunctata, Harmonia axyridis, Harmonia quadripunctata, Myrrha octodecimguttata, Propylea quatuordecimpunctata, Tytthaspis sedecimpunctata, Vibidia duodecimguttata.

Orthoptères (données K. Hofmans, 1990; D. Testaert, 2009): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Gomphocerippus rufus, Leptophyes punctatissima, Meconema thalassinum, Metrioptera bicolor, Metrioptera brachyptera, Metrioptera roeselii, Phaneroptera falcata, Stenobothrus lineatus.

Commentaires sur la flore

Phanérogames (données L.-M. Delescaille et al. 1990): Acinos arvensis, Anthyllis vulneraria, Arabis pauciflora, Arabis hirsuta, Arenaria serpyllifolia, Avenula pubescens, Brachypodium pinnatum, Briza media, Bupleurum falcatum, Campanula rotundifolia, Carex caryophyllea, Carex flacca, Carlina vulgaris, Carpinus betulus, Centaurea jacea s.l., Centaurea scabiosa, Centaurium erythraea, Cirsium acaule, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Digitalis lutea, Epipactis atrorubens, Erophila verna subsp. spathulata, Euonymus europaeus, Festuca lemanii, Fragaria vesca, Fragaria viridis, Fumaria officinalis, Genista tinctoria, Genistella sagittalis, Gentianella germanica, Globularia bisnagarica, Gymnadenia conopsea, Helianthemum nummularium, Hieracium pilosella, Himantoglossum hircinum, Hippocrepis comosa, Hypericum perforatum, Inula conyzae, Knautia arvensis, Koeleria macrantha, Leontodon hispidus, Ligustrum vulgare, Linum catharticum, Linum tenuifolium (à confirmer), Lotus corniculatus, Melica ciliata, Myosotis arvensis, Ophrys fuciflora, Orchis mascula, Origanum vulgare, Pimpinella saxifraga, Pinus nigra subsp. nigra, Plantago media, Platanthera chlorantha, Poa bulbosa, Polygala comosa, Polygonatum odoratum, Potentilla neumanniana, Primula veris, Prunus spinosa, Pulsatilla vulgaris, Quercus petraea, Quercus robur, Rhamnus cathartica, Ribes uva-crispa, Rosa canina, Sanguisorba minor, Scabiosa columbaria, Sedum acre, Sedum album, Sedum rupestre, Sesleria caerulea, Teucrium botrys, Teucrium chamaedrys, Thymus praecox, Thymus pulegioides, Urtica dioica, Viburnum lantana, Vincetoxicum hirundinaria, Viola hirta.

Espèces exotiques

Harmonia axyridis

Conservation

Objectifs de conservation

Protection de la flore et de la faune et restauration de pelouses calcicoles d'un grand intérêt floristique.

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

Le site a connu une première phase de déboisement entre 1984 et 1987 par le Centre Marie-Victorin. Ces travaux avaient permis de dégager environ 80 ares de pelouses et 25 ares de rochers qui furent entretenus par fauche mécanique et débroussaillages périodiques (contrôle des rejets ligneux). Le suivi scientifique de la gestion a été synthétisé par DELESCAILLE et al. (1990).

Durant les années 1990, des déboisements et débroussaillements furent menés par le cantonnement DNF de Viroinval et plus tard dans le cadre du projet LIFE Haute-Meuse (versant sud, plateau et en partie versant nord).

Le site est entretenu par pâturage ovin; en principe, la 1/2 du site est pâturée chaque année, en rotation (hors saison touristique, car passage important). Il y a d'ailleurs des clôtures fixes. Les rejets ligneux sont régulièrement rabattus.

Actuellement, environ 4,5 ha de pelouses sont dégagés dont 3,6 ha entretenus par pâturage (plateau et carrière).

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

Le contexte géographique et géologique du site est bien décrit par DELESCAILLE et al. (1990). La Roche Trouée s'étend en Calestienne occidentale, au sud-est du village de Nismes. Il est limité au sud par la route Couvin-Givet et à l'ouest par le ruisseau Saint-Joseph, affluent de l'Eau Noire (bassin du Viroin). Il doit son nom à la présence d'un éperon rocheux percé dont l'orifice correspond à un ancien conduit souterrain. Cet éperon se trouve à l'extrémité occidentale d'une colline orientée SO-NE.

La Roche Trouée a été utilisée comme abri ou refuge temporaire, comme en témoigne la découverte de vestiges datant du Paléolithique supérieur (Aurignacien) et du Néolithique final, de même que des traces d'occupation durant la période romaine (MARIEN, 1963). A une époque plus récente, quelques petites carrières furent exploitées artisanalement sur les flancs de la colline.

La colline repose sur des roches du Couvinien supérieur (Co 2b), visibles au niveau d'affleurements apparaissant ici et là (talus de route, carrière, etc.). Depuis la route jusqu'au sommet de la colline, on rencontre plusieurs unités stratigraphiques:

- un calcaire argileux et des schistes au niveau du talus de route;

- un hiatus de 15 à 20 m;

- un calcaire fin et sombre, bien lité, à débris organiques épars sur une épaisseur de 20 à 22 m, pouvant être interrompu par un banc de calcaire d'origine coralliaire (carrière);

- un calcaire massif montrant la faune caractéristique des récifs coralliaires couviniens, sur une épaisseur d'au moins 70 m.

La direction générale des couches fortement redressées détermine l'axe d'allongement de la colline.

La Roche Trouée présente un grand nombre de phénomènes karstiques d'origine et d'âges différents. Sur le plateau, on trouve des poches de dissolution dont l'origine est à rapprocher de celle du Fondry des Chiens ou des Abannets voisins, phénomènes datés du Tertiaire. Actuellement réduit à un petit filet d'eau, le ruisseau Saint-Joseph était jadis probablement bien plus important comme le laisse supposer la morphologie de sa vallée. On observe en effet une falaise semi-circulaire creusée dans le calcaire massif, poli et crevassé par l'érosion. Un amoncellement d'énormes blocs au pied de cette falaise correspond à l'effondrement d'une salle ou d'un porche fossile, pouvant être attribué à l'action érosive ancienne du ruisseau. En outre, le pied de la falaise est percée de petits conduits souterrains à développement réduit mais qui auraient pu constituer des points d'absorption du ruisseau. Ces phénomènes datent probablement du Pléistocène (EK et POTY, 1982).

Au sud de la falaise, à une altitude légèrement inférieure, on trouve également plusieurs pertes fossiles ainsi que des chantoirs actifs.

Description biologique

La Roche Trouée a fait l'objet d'une publication détaillée par DELESCAILLE et al. (1990) de laquelle sont extraites diverses informations données ci-après.

Le site renferme plusieurs types de végétations calcicoles.

Les rochers et les replats bien éclairés portent une pelouse ouverte à Arenaria serpyllifolia, Erophila verna subsp. spathulata, Teucrium botrys, Arabis hirsuta, Acinos arvensis, Sedum rupestre, Sedum album, Sedum acre, etc. Cette végétation se retrouve également sur le talus de la route.

Les zones rocailleuses à sol superficiel accueillent une pelouse xérique à Globularia bisnagarica, Sesleria caerulea, Melica ciliata, Teucrium chamaedrys, Hippocrepis comosa, Thymus praecox, Potentilla neumanniana, etc.

Un certain nombre de ces espèces se rencontrent également dans les pelouses plus mésophiles, sur sol plus profond, en compagnie de Carex caryophyllea, Carex flacca, Festuca lemanii, Briza media, Koeleria macrantha, Sanguisorba minor, Plantago media, Cirsium acaule, Scabiosa columbaria, Ophrys fuciflora, Himantoglossum hircinum, Pulsatilla vulgaris, ...

On observe également des pelouses mésophiles denses dominées par Brachypodium pinnatum, au sein desquelles seules quelques autres plantes arrivent à se maintenir, comme Centaurea scabiosa, Sanguisorba minor, Avenula pubescens. Au contact des lisières de fourrés, diverses espèces d'ourlet s'épanouissent: Bupleurum falcatum, Origanum vulgare, Platanthera chlorantha, Orchis mascula, Inula conyzae, Vincetoxicum hirundinaria, Digitalis lutea, Fragaria vesca, etc.

Les fourrés sont constitués de Prunus spinosa, Crataegus monogyna, Rosa canina, Cornus sanguinea, Viburnum lantana, Corylus avellana, Quercus robur, Euonymus europaeus, Rhamnus cathartica, ...

Le boisement feuillu s'apparente à la chênaie à charme calciphile avec notamment en sous-bois Orchis mascula, Primula veris, Ligustrum vulgare, ...

Une partie du site fut artificiellement reboisée avec des pins noirs d'Autriche (Pinus nigra subsp. nigra).

La faune de la Roche Trouée est d'une grande richesse, en raison de la diversité écologique et topographique du site.

Les données les plus abondantes concernent certains groupes entomologiques, et plus particulièrement les Lépidoptères rhopalocères, ou papillons de jour. DELESCAILLE et al. (1990) signalaient y avoir recensé plus de 40 espèces. A cette époque (fin des années 1980), le milieu était davantage boisé et des surfaces relativement restreintes de pelouses calcicoles étaient progressivement dégagées et restaurées. Les travaux de gestion, amplifiés durant les années suivantes, ont permis d'étendre considérablement les pelouses (> 4,5 ha), ce qui a eu un effet positif sur la faune lépidoptérologique. Ainsi, pas moins de 55 espèces ont été recensées entre 2000 et 2010, dont de nombreux éléments remarquables comme Boloria dia, Argynnis adippe, Satyrium ilicis, Thymelicus acteon, Plebeius argus, Polyommatus coridon, Hamearis lucina, Iphiclides podalirius, Spialia sertorius, etc.

Ces mêmes auteurs mentionnent la présence de 14 espèces d'Orthoptères ainsi que plusieurs dizaines d'espèces de punaises et de mollusques gastéropodes.

Les pelouses sont fréquentées par deux sauterelles intéressantes, Metrioptera bicolor et Metrioptera brachyptera, cette dernière étant une espèce plus habituelle des landes à bruyères. La troisième espèce du genre, Metrioptera roeselii, a été observée récemment sur le site (obs. D. Testaert). Stenobothrus lineatus est également bien représenté, tout comme Chorthippus biguttulus, espèce très commune des milieux ouverts.

Les zones rocheuses hébergent notamment Chondrina avenacea, Abida secale et Pupilla muscorum, parmi les gastéropodes les plus typiques.

Les punaises sont représentées par diverses espèces peu communes comme Rhyparochromus phoeniceus, Copium clavicorne, Macroplax preyssleri, Tropidothorax leucopterus, Ischnocoris hemipterus, Catoplatus horvathi, Phymata crassipes, etc.

Les fourmis ont été étudiée récemment par DEKONINCK et al. (2007) sur base de piégeages effectués dans une pelouse méso-xérophile à Brachypodium pinnatum; le cortège spécifique rassemble Formica cunicularia, Formica fusca, Formica lusatica, Formica rufibarbis, Lasius alienus, Lasius flavus, Lasius mixtus, Lasius platythorax, Lasius sabularum, Temnothorax albipennis, Myrmica sabuleti, Myrmica scabrinodis, Myrmecina graminicola, Ponera coarctata, Tapinoma erraticum.

Les reptiles ont sans doute profité de l'ouverture du milieu. Le site abrite une population de lézard des murailles (Podarcis muralis) et on a signalé aussi la présence du lézard vivipare (Zootoca vivipara) (DELESCAILLE et al., 1990) ainsi que de l'orvet (Anguis fragilis) et de la coronelle lisse (Coronella austriaca).

Les cavités karstiques ne sont pas dépourvues d'intérêt biologique puisqu'au moins trois espèces de chauves-souris y ont été observées en hibernation, à savoir le murin à moustache ou de Brandt (Myotis mystacinus/brandtii), le grand murin (Myotis myotis) et le grand rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum) (obs. G. Motte 1999).

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Pas de données disponibles.

Biblio

, 1993, Les ressources minérales de la Calestienne et leur exploitation., De la Meuse à l'Ardenne, 16 : 35-54.
, 2007, Ant biodiversity conservation in Belgian calcareous grasslands: active management is vital., Belgian Journal of Zoology, 137 (2): 137-146.
, 2006, An update of the checklist of the Belgian ant fauna with comments on new species for the country (Hymenoptera, Formicidae)., Belgian Journal of Entomology, 8 : 27-41.
, 1990, La pelouse de la Roche Trouée à Nismes (province de Namur, Belgique). Premiers résultats de la gestion., Les Naturalistes belges, 71 (4): 157-175.
, 1991, Les réserves naturelles du Viroin. Trente années d'action d'Ardenne et Gaume dans la vallée du Viroin., Parcs nationaux, 46 : 1-68.
, 1990, L'herborisation de la Société royale de Botanique de Belgique à Roly et dans le parc Viroin-Hermeton, le dimanche 26 juin 1988 : les problèmes de gestion des pelouses thermophiles., Belgian Journal of Botany, 123 : 45-62.
, 1982, Esquisse d'une chronologie des phénomènes karstiques en Belgique., Revue belge de Géographie, 106: 73-85.
, 2003, Les lichens et les champignons lichénicoles des affleurements rocheux calcaires du bassin mosan belge. Etude floristique et importance pour la conservation du patrimoine naturel., Lejeunia, N.S., 172 : 1-57.
, 1963, Les vestiges archéologiques de la région de Nismes, du Paléolithique à l'Epoque mérovingienne., Parcs nationaux, 18 : 31-51.
, 1993, Les phénomènes karstiques en Calestienne., De la Meuse à l'Ardenne, 16 : 55-76.
, 1987, Les pelouses calcaires de la vallée du Viroin : dégradation ou restauration ?, Réserves naturelles, 1987/3 : 52-59.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

K. HOFMANS / L.-M. DELESCAILLE /

Date de la dernière modification de la fiche

2012-02-01