Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

2459 - Terril du Malgarny

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Terril du Horloz / Terril n°55 Horloz
Communes :Saint-Nicolas, Seraing
Cantonnements DNF :Liège
Surface :13.04 ha
Coordonnées :X Lambert : 231490 - Y Lambert : 146359
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Le terril du Malgarny (ou du Horloz) est situé dans la vallée de la Meuse en amont de Liège, à cheval sur les communes de Saint-Nicolas et Seraing. D'une surface d'un peu plus de 5 ha, le terril au sens strict se démarque, avec deux autres, de l'ensemble des terrils liégeois par la présence de zones de combustion active. Cette particularité a permis la colonisation du site par des groupements végétaux et une flore spécifiques. Le site présente également beaucoup d'intérêt de par la présence de pelouses sèches thermophiles sur lesquelles s'épanouit une flore riche et peu banale. Des recensement faunistiques effectués dans le cadre d'un Interreg ont permis de mettre en évidence la présence d'une diversité remarquable pour plusieurs groupes comme les papillons de jour et les orthoptères. Les pelouses ouvertes accueillent le criquet à ailes bleues (Oedipoda caerulescens), seule espèce de criquet protégée en Wallonie, et souvent rencontré sur les terrils. On soulignera enfin la présence du lucane cerf-volant (Lucanus cervus) dans le boisement de robiniers.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • E8 - Basse-Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Jemeppe5.3 haSERAINGLIEGE
Tilleur7.74 haSAINT-NICOLASLIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège13.04 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

A compléter

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Réserves Naturelles RNOB-Natagora, Rue du Wisconsin, 3, 5000 Namur.

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNon2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Emberiza schoeniclusOuiNonhalte migratoire2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Scolopax rusticolaNonNonHivernation sur site2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon1 ind.2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Podarcis muralisOuiNonrare2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Aporia crataegiNonNon2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Aricia agestisNonNon2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Melanargia galatheaNonNon< 5 ex.2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Lucanus cervus1 ind.2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Oedipoda caerulescensdes dizaines2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Invertébrés - Insectes - Hémiptères
Alydus calcaratus2010M. Dethier et al.
Geotomus elongatus2007M. Dethier et al.
Prostemma guttula2010M. Dethier et al.
Invertébrés - Araignées
Argiope bruennichi2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Plantes - Plantes supérieures
Carlina vulgaris2007Frankard & Hauteclair
Cerastium pumilum subsp. pumilum2007Frankard & Hauteclair
Hieracium maculatum2007Frankard & Hauteclair
Inula conyzae2007Frankard & Hauteclair
Petrorhagia prolifera2007Frankard & Hauteclair
Rumex scutatus2007Frankard & Hauteclair

Commentaires sur la faune

Mammifères (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006): Meles meles.

Oiseaux (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006): Accipiter nisus, Apus apus, Buteo buteo, Corvus corone, Dendrocopos major, Emberiza schoeniclus, Erithacus rubecula, Garrulus glandarius, Parus major, Passer domesticus, Phylloscopus collybita, Phylloscopus trochilus, Pica pica, Scolopax rusticola, Sylvia atricapilla, Troglodytes troglodytes, Turdus merula,

Reptiles (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006): Anguis fragilis, Podarcis muralis.

Papillons de jour (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Aporia crataegi, Celastrina argiolus, Coenonympha pamphilus, Colias croceus, Gonepteryx rhamni, Lasiommata megera, Leptidea sinapis, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Plebeius agestis (?), Polyommatus icarus, Thymelicus lineola, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Coléoptères (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006): Coccinella septempunctata, Halyzia sedecimguttata, Harmonia axyridis, Lucanus cervus, Psyllobora vigintiduopunctata, Tytthaspis sedecimpunctata.

Orthoptères (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Conocephalus fuscus, Leptophyes punctatissima, Meconema meridionale, Oedipoda caerulescens, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Tetrix undulata, Tettigonia viridissima.

Hémiptères (données M. Dethier, J. Poumay et D. Quoilin, 2006-2014): Adelphocoris lineolatus, Adelphocoris quadripunctatus, Adelphocoris seticornis, Aelia acuminata, Alydus calcaratus, Amblytylus nasutus, Anthocoris nemoralis, Apolygus lucorum, Capsus ater, Closterotomus norwegicus, Coreus marginatus, Coriomeris denticulatus, Corizus hyoscyami, Deraeocoris flavilinea, Deraeocoris ruber, Dictyla echii, Drymus sylvaticus, Europiella artemisiae, Eurydema oleracea, Geotomus elongatus, Graphosoma lineatum, Heterogaster urticae, Heterotoma planicornis, Himacerus apterus, Himacerus mirmicoides, Hoplomachus thunbergii, Kalama tricornis, Kleidocerys resedae, Leptopterna ferrugata, Liocoris tripustulatus, Lygus gemellatus, Lygus pratensis, Megaloceroea recticornis, Megalonotus praetextatus, Miris striatus, Myrmus miriformis, Nabicula cf. limbata, Nabis rugosus, Nysius cf. senecionis, Nysius ericae, Oncotylus punctipes, Orius minutus, Orius niger, Palomena prasina, Peribalus strictus (=Holcostethus vernalis), Phytocoris ulmi, Phytocoris varipes, Plagiognathus arbustorum, Plinthisus brevipennis, Prostemma guttula, Pterotmetus staphyliniformis, Pyrrhocoris apterus, Rhopalus parumpunctatus, Stenodema laevigata, Stenotus binotatus, Stictopleurus punctatonervosus, Stygnocoris rusticus, Tingis cardui

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données P. Frankard 1984-2010 et P. Hauteclair, 2006-2009): Acer platanoides, Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Alliaria petiolata, Allium vineale, Ambrosia artemisiifolia, Arenaria serpyllifolia subsp. serpyllifolia, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Arum maculatum, Atriplex patula, Avenula pubescens, Berteroa incana, Betula pendula, Bromus sterilis, Bromus tectorum, Bryonia dioica, Buddleja davidii, Calamagrostis epigejos, Calystegia sepium, Campanula rapunculus, Cardamine hirsuta, Carduus crispus, Carlina vulgaris, Centaurea gr. jacea, Cerastium fontanum subsp. vulgare, Cerastium pumilum subsp. pumilum, Chaerophyllum temulum, Chelidonium majus, Chenopodium album, Cirsium arvense, Cirsium vulgare, Clematis vitalba, Convolvulus arvensis, Conyza canadensis, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Crepis capillaris, Dactylis glomerata, Daucus carota, Deschampsia flexuosa, Digitaria sanguinalis, Dipsacus fullonum, Dryopteris filix-mas, Echium vulgare, Epilobium angustifolium, Epilobium hirsutum, Epilobium montanum, Epilobium parviflorum, Epilobium tetragonum, Erigeron annuus subsp. septentrionalis, Erodium cicutarium, Erophila verna, Eupatorium cannabinum, Festuca rubra, Festuca sp., Foeniculum vulgare, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Geranium dissectum, Geranium molle, Geranium pusillum, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Hedera helix, Hieracium bauhinii, Hieracium xbrachiatum, Hieracium lachenalii, Hieracium laevigatum, Hieracium maculatum, Hieracium pilosella, Hieracium piloselloides, Hieracium sabaudum, Holcus lanatus, Hordeum murinum, Humulus lupulus, Hypericum perforatum, Hypochaeris radicata, Ilex aquifolium, Inula conyzae, Juglans regia, Lactuca serriola, Lamium album, Lamium purpureum, Lapsana communis, Lathyrus pratensis, Leucanthemum vulgare, Ligustrum ovalifolium, Linaria vulgaris, Lolium sp., Malus sylvestris subsp. mitis, Malva sylvestris, Medicago lupulina, Melilotus albus, Melilotus officinalis, Mentha spicata subsp. glabrata, Oenothera sp., Papaver dubium, Parthenocissus inserta, Persicaria maculosa, Petrorhagia prolifera, Phleum nodosum, Picris hieracioides, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa annua, Poa compressa, Poa nemoralis, Poa pratensis, Poa trivialis, Potentilla intermedia, Potentilla norvegica, Prunus avium, Prunus cerasifera, Prunus domestica, Pteridium aquilinum, Quercus petraea, Quercus robur, Ranunculus bulbosus, Ranunculus repens, Reseda lutea, Reseda luteola, Ribes uva-crispa, Robinia pseudoacacia, Rosa canina, Rubus sp., Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Rumex scutatus, Sambucus nigra, Scrophularia nodosa, Sedum acre, Sedum album, Senecio inaequidens, Senecio jacobaea, Senecio vulgaris, Setaria viridis, Sisymbrium officinale, Solanum dulcamara, Sonchus asper, Sonchus olearceus, Stellaria media, Syringa vulgaris, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Teucrium scorodonia, Torilis japonica, Tragopogon pratensis, Trifolium arvense, Trifolium dubium, Trifolium pratense, Trifolium repens, Tussilago farfara, Ulmus minor, Urtica dioica, Verbascum densiflorum, Verbascum thapsus, Veronica arvensis, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia sativa, Vicia sepium, Vitis vinifera, Vulpia myuros.

Espèces exotiques

Plantes (voir Frankard & Hauteclair, 2009): Ambrosia artimisiifolia, Berteroa incana, Buddleja davidii, Campylopus introflexus, Conyza canadensis, Erigeron annuus subsp. septentrionalis, Foeniculum vulgare, Juglans regia, Ligustrum ovalifolium, Malus sylvestris subsp. mitis, Melilotus albus, Oenothera sp., Parthenocissus inserta, Potentilla norvegica, Prunus domestica, Robinia pseudoacacia, Senecio inaequidens, Setaria viridis, Syringa vulgaris, Vitis vinifera.

Animaux: Harmonia axyridis.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection et conservation des pelouses sèches thermophiles

Menaces

Projet de lotissements et présence de plusieurs espèces invasives.

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

L'hypothétique projet de lotissements sur le site menace la pérennité du terril et de sa biodiversité. Il faudra donc tenir compte de ce projet et de ses surfaces d'emprises sur le site pour voir dans quelles mesures ces recommandations peuvent ou non être appliquées.
Afin de conserver et de favoriser le développement de la biodiversité sur ce terril, les principales mesures recommandées sont :
1. La gestion conservatoire des pelouses rases sur béton par étrepage ponctuel et étalé dans le temps des plaques afin d'enlever le dépôt de matière organique et de conserver les faciès pionniers ;
2. La gestion des espèces invasives dans la mesure des moyens disponibles et des connaissances scientifiques. Une attention particulière sera accordée aux espèces suivantes : la vergerette du Canada (Conyza candensis), le sténactis à feuilles étroites (Erigeron annuus), de l'ambroisie (Ambroissia artemisiifolia) et du séneçon du cap (Senecio inaequidens) ;
3. La gestion conservatoire des fourrés par taille et élagage ponctuel et étalé dans le temps afin de conserver des fourrés denses favorables aux oiseaux et aux sauterelles arboricoles ;
4. La gestion de restauration du bois à robiniers par abattage local de robiniers afin de restaurer des pelouses et des friches thermophiles sur le flanc exposé sud du terril ;
5. La création d'une mare permanente favorable à l'herpétofaune ;
6. L'entretien et remise en lumière des pentes mobiles favorables au lézard des murailles ;
7. La gestion des fourrés et des boisements longeant la voie ferrée par débroussaillage et mise à blanc en rotation dans le temps afin de restaurer des friches et des pelouses. Cette mesure est d'autant plus souhaitable si le projet de lotissements s'approprie les zones à pelouses thermophiles actuellement existantes sur le site (zone avec les plaques de béton) ;
8. La pose d'abris pour les reptiles (tôles ondulées…) ;
9. La sensibilisation du public (panneaux…) sur l'intérêt et la fragilité du site.

Accès du public

absence de panneaux informatifs. Aires de loisirs pour les riverains.

Détails

Description physique

Terril charbonnier situé dans la vallée de la Meuse dans la périphérie ouest de Liège. D'une surface de 5,5 ha, son volume actuel est d'environ 850 000 mètres cubes. La base du terril se trouve à une altitude de 80 m, le point culminant à 120 m.

Description biologique

Les données mentionnées ci-après proviennent pour l'essentiel de FRANKARD (1984), FRANKARD (2000) et FRANKARD & HAUTECLAIR (2009). Les données faunistiques ont été réunies plus particulièrement dans la cadre de l'Interreg Pays des Terrils (Natagora, 2006).

Flore du site du Malgarny:

173 espèces de spermatophytes ont été recensées sur le terril ces 25 dernières années. La majorité des espèces sont des plantes des friches et des pelouses thermophiles. Parmi ces espèces, on note diverses espèces peu commune, voire très rares dans la région: le céraiste nain (Cerastium pumilum subsp. pumilum), l'herniaire glabre (Herniaria glabra), la potentille de Norvège (Potentilla norvegica), la digitaire sanguine (Digitaria sanguinea), l'épervière fausse piloselle (Hieracium piloselloides), l'épervière tachée (Hieracium maculatum), l'oeillet prolifère (Petrorhagia prolifera), l'inule (Inula conyzae) ou encore la carline (Carlina vulgaris). La majorité des autres espèces sont assez communes mais caractéristiques des milieux herbacés thermophiles. On peut citer ainsi le bouillon blanc (Verbascum thapsus), le bouillon blanc à grandes fleurs (Verbascum densiflorum), la renoncule bulbeuse (Ranunculus bulbosus), la piloselle (Hieracium pilosella), la centaurée jacée (Centaurea gr. jacea), l'ail des vignes (Allium vineale), la vipérine (Echium vulgare), le millepertuis (Hypericum perforatum)…

33 espèces de Bryophytes ont été recencées en 2006, dont Campylopus introflexus, mousse d'origine africaine invasive sur les terrils. Les lichens et la champignons n'ont pas été étudiés à ce jour.

Les groupements végétaux présents sur le site sont nombreux et typiques des terrils charbonniers.

On note la présence de divers types de pelouses sèches thermophiles: des pelouses à Echium vulgare, des pelouses à épervières (principalement Hieracium pilosella et H. bauhinii), des pelouses à Vulpia myuros, des pelouses à orpins sur des plaques de béton (anciennes fondations de bâtisses charbonnières).

Là, où le sol s'enrichit, la pelouse thermophile évolue vers la friche à hautes herbes dominée par le fromental (Arrhenatherum elatius), l'armoise commune (Artemisia vulgaris), la grande cardère (Dipsacus fullonum).…On y rencontre une multitude d'autres plantes comme le salsifis des prés (Tragopogon pratensis), l'eupatoire (Eupatorium cannabinum), la menthe en épi (Mentha spicata), la grande marguerite (Leucanthemum vulgare)…

Dans ces pelouses et friches, des fourrés denses se développent progressivement. Ils sont composés surtout d'églantiers (Rosa canina), d'aubépines (Crataegus monogyna), de pommiers domestiques (Malus sylvestris subsp. mitis) et de pruniers domestiques (Prunus domestica). De vastes massifs de vigne vierge commune (Parthenocissus inserta) recouvrent les fourrés et les arbres colorant en rouge le site en automne. La vigne vierge y fut probablement plantée lors de l'exploitation du site.

Les groupements végétaux les plus remarquables présents sur le site sont ceux se développant dans les zones en combustion. La combustion est un phénomène complexe, propre aux terrils charbonniers (voir entre-autres FRANKARD, 2000). Elle provoque la formation temporaire de groupements végétaux qui ne se rencontrent nulle part ailleurs. Actuellement, il ne reste plus que trois terrils de la région liégeoise qui présentent encore des zones en combustion active.

Sur le Malgarny, on observe un groupement à Holcus mollis dans les zones en combustion les moins chaudes; un groupement à Oenothera deflexa, Erigeron annuus subsp. septentrionalis, Conyza canadensis et Plantago lanceolata dans les zones de combustion chaudes et humides; un groupement à Vulpia myuros dans les zones de combustion sèche; et un groupement à Digitaria sanguinalis dans les zones les plus chaudes et humides (souvent 45°C dans les 10 premiers cm du sol).

La grande majorité du site est toutefois recouverte par un boisement homogène de robiniers (Robinia pseudoacacia) dans lequel peu d'espèces s'épanouissent. On y rencontre le lierre (Hedera helix), la mauve sauvage (Malva sylvestris), le lierre terrestre (Glechoma hederacea), le géranium herbe à Robert (Geranium robertianum), le groseillier maquereau (Ribes uva-crispa), l'alliaire (Alliairia petiolata), le gouet tacheté (Arum maculatum)… Des massifs de fougères aigles (Pteridium aquilinum) parsèment le bois par endroit.

La faune du terril du Malgarny n'est que partiellement connue. Les milieux présents évoluant rapidement, il serait nécessaire d'actualiser les données recueillies durant les années 2000 dans le cadre de l'Interreg Pays des Terrils (Natagora, 2006).

Herpétofaune: deux espèces de reptiles ont été observées sur le site: l'orvet (Anguis fragilis) et le lézard des murailles (Podarcis muralis). Le lézard des murailles a été observé une seule fois en été, se déplaçant sur une butte schisteuse thermophile près du sentier d'accès du site (zone nord). Le Malgarny est le seul site du projet Pays des Terrils où l'espèce a été notée. Ce lézard semble rarissime sur le terril et les individus proviennent probablement de la voie ferrée proche. Un orvet a été trouvé mort sur le site et il est probable que l'espèce soit commune sur le site car les milieux correspondent tout à fait à son écologie (friches et fourrés). Aucun amphibien n'a été noté, l'absence de zone humide sur le terril en est probablement la raison. Toutefois au pied du terril (zone sud), une mare accueillante pour les grenouilles et les crapauds est présente. Il est probable qu'en été les amphibiens de cette mare se dispersent dans le bois à robiniers du flanc de ce terril.

Mammifères: aucune recherche particulière n'a été menée. Le blaireau (Meles meles) semble fréquenter régulièrement le site, des "coulées" étant visibles dans le bois à robiniers.

Avifaune: 17 espèces ont été recensées sur le Malgarny, la plupart nichent sur le site. Les espèces les plus remarquables sont la bécasse de bois (Scolopax rusticola), visiteuse d'hiver, le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) (migrateur) et le pouillot fitis (Phylloscopus trochilus), espèce en déclin en Wallonie. La buse variable (Buteo buteo) niche probablement dans le bois sur le versant mais aucun nid n'a été découvert.

Papillons: 26 espèces ont été recensées sur le site en 2006 et 2007 dont trois incertaines: l'argus bleu nacré (Polyommatus coridon), l'azuré bleu céleste (Polyommatus bellargus) et le collier de corail (Plebeius agestis). La plupart sont des espèces communes en Wallonie mais le nombre d'individus observés est souvent faible. On soulignera plus particulièrement la présence du demi-deuil (Melanargia galathea) et de la mégère (Lasiommata megera), espèces typiques des friches herbeuses et des pelouses sèches, mais aussi du gazé (Aporia crataegi), espèce liée aux fourrés et haies de prunelliers et d'aubépines, très rare en Basse-Meuse.

De nombreuses espèces de papillons de nuit sont observées, les plus visibles étant l'écaille chinée (Euplagia quadripunctaria), le moro-sphinx (Macroglossum stellatarum) et le lambda (Autographa gamma).

Orthoptères : douze espèces de criquets et sauterelles ont été recensées sur le site dont plusieurs remarquables peu communes dans la région. On citera notamment la découverte du méconème fragile (Meconema meridionale), espèce microptère d'origine méridionale observée pour la première fois en Belgique en 1995 et actuellement localement commun. Il s'agit d'une espèce proche du très commun méconème varié (Meconema thalassinum), non trouvé sur le site. Parmi les autres espèces d'intérêt, on signalera le criquet à ailes bleues (Oedipoda caerulescens), seul orthoptère protégé en Wallonie.

Coccinelles: avec seulement 5 espèces recensées, le Malgarny est l'un des terrils les moins riches parmi les sites étudiés dans le cadre de l'Interreg. Les espèces observées sont de plus très banales. Cela est difficilement explicable car la diversité des milieux et le caractère thermophile et pionnier de plusieurs zones sont hautement favorables à ce groupe d'insectes. La coccinelle à 7 points (Coccinella septempunctata) et la coccinelle à 22 points (Psyllobora vigintiduopunctata) sont les deux espèces les plus communes. On s'étonnera aussi de ne pas rencontrer plus souvent la coccinelle asiatique (Harmonia axyridis), espèce exotique invasive prédatrice de nos coccinelles indigènes, qui si elle avait été plus nombreuse aurait pu expliquer les faibles densités de coccinelles observées sur le site. Soulignons la présence de la coccinelle à 16 points (Tytthaspis sedecimpunctata), rarement rencontrée sur les autres terrils mais relativement commune dans les friches et pelouses thermophiles wallonnes.

Hétéroptères (ou punaises) : entre 2006 et 2014, DETHIER et al. (2015) y ont recensé 58 espèces, les plus intéressantes sur le plan faunistique étant Alydus calcaratus, Geotomus elongatus et Prostemma guttula, Nysius ericae.

D'autres insectes ont été notés de manière plus occasionnelle sur le Malgarny. Le plus remarquable est sans conteste le lucane cerf-volant (Lucanus cervus), espèce Natura 2000, dont une femelle a été observée début août creusant dans une souche de robinier. Ce comportement est assez inhabituel pour l'espèce qui est réputée fréquenter les chênes (sa reproduction peut cependant s'effectuer aux dépens de diverses essences feuillues) !

On rencontre en abondance, sur les tanaisies, des galles d'une petite mouche de la famille des Cecidomyidés, Rhopalomyia tanaceticola.

Plusieurs araignées sont signalées dont l'argiope fasciée (Argiope bruennichi), espèce devenue assez fréquente dans les friches et les prairies denses en Wallonie.

Monument naturel

Néant

Monument historique

Néant

Histoire du site

Activité charbonnière de 1873 à 1968.

Divers

Sources

Frankard, 1984

Frankard, 2000

Frankard & Hauteclair, 2009

Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006

Répondants de l'information

Philippe FRANKARD (SPW-DGO3 - DEMNA)

Pascal HAUTECLAIR (Interreg Pays des Terrils - Natagora) Rue du Wisconsin, 3, 5000 Namur.

Date de la dernière modification de la fiche

2016-04-17