Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

247 - Thier à la Tombe

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Thiers Palmers
Communes :Bassenge
Cantonnements DNF :Liège
Surface : ha
Coordonnées :X Lambert : 241980 - Y Lambert : 165496
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Situé en Hesbaye orientale, en rive droite du Geer en face du village d'Eben-Emael, le Thier à la Tombe (ou Thier Palmers) occupe une terrasse supérieure de la Meuse constituée de galets reposant sur des craies. Sur ces terrains arides et en forte pente exposés principalement à l'ouest, une végétation spéciale s'est développée et maintenue ouverte grâce à des activités agropastorales déjà anciennes. On y observe en effet côte à côte des plantes réputées acidophiles comme la tormentille (Potentilla erecta), la violette des chiens (Viola canina), la danthonie décombante (Danthonia decumbens) ou le genêt d'Angleterre (Genista anglica), et diverses espèces franchement calcicoles tels que la petite pimprenelle (Sanguisorba minor), la bugrane épineuse (Ononis spinosa s.l.), l'amourette (Briza media), la gymnadénie moucheron (Gymnadenia conopsea) et bien d'autres encore. Mais l'intérêt ne se limite pas à cette particularité puisque le site héberge la seule station belge de gentiane champêtre (Gentianella campestris) et la dernière population wallonne de parnassie des marais (Parnassia palustris) à l'ouest de la Meuse. Faisant partie du célèbre massif de la Montagne Saint-Pierre, le Thier à la Tombe est également un petit paradis entomologique qui accueille notamment plus de 35 espèces de papillons de jour ainsi qu'une diversité remarquable d'abeilles solitaires. Après une histoire assez mouvementée et un avenir longtemps incertain, ce site exceptionnel est maintenant protégé grâce à son statut de réserve naturelle agréée obtenu en mai 2007 et par son inscription dans le réseau Natura 2000. Il est géré par un groupe de bénévoles de l'association Natagora et attire nombre de naturalistes.

Carto

Régions naturelles

  • D0 - Hesbaye

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Ében-ÉmaelBASSENGELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
LiègeLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site classé le 01/09/1987.

Propriétaire(s)

Commune de Bassenge.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Réserves Naturelles RNOB-Natagora, Rue du Wisconsin, 3, 5000 Namur.
Conservateurs: Jean-Louis GATHOYE, Avenue Albert 1er, 48, 4600 Visé (Tél.: 04/379.14.35).
Gaëtan BOTTIN, 47, Rue de la Waide, 4670 Blégny (Tél.: 081/83.03.39 - gaetan.bottin@natagora.be).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6744Thier à la Tombe1,64 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Anthus trivialisOuiNon2020Divers obs.
Cuculus canorusOuiOui2018G. Bottin, M. De Koster
Streptopelia turturOuiOui2007G. Bottin
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Aricia agestisNonNon2020Divers obs.
Callophrys rubiNonNon2020Divers obs.
Cupido minimusNonNon2018Divers obs.
Cyaniris semiargusNonNon2007G. Bottin
Erynnis tagesNonNon2020Divers obs.
Leptidea sinapisNonNon2020Divers obs.
Melanargia galatheaNonNon2020Divers obs.
Melitaea cinxiaOuiNon2020Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria2020Divers obs.
Nemophora metallica2013K. Thonissen
Perizoma albulata2015Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Oecanthus pellucens2020Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena fulvago2020K. Janssen
Andrena hattorfiana2020K. Janssen, W. Proesmans
Andrena labialis2020K. Janssen
Anthidium punctatumJ. Petit
Bombus cryptarum2014P. Vanormelingen
Epeolus variegatus2020K. Janssen
Halictus quadricinctus2020J. Petit, K. Janssen
Osmia aurulentaJ. Petit
Osmia bicolorJ. Petit
Osmia spinulosa2020K. Janssen
Stelis phaeoptera2020K. Janssen
Invertébrés - Insectes - Diptères
Dioctria longicornis2020W. Opdekamp, K. Janssen
Paragus albifrons2018W. Opdekamp
Platycheirus ambiguus2015F. Van de Meutter
Plantes - Plantes supérieures
Agrimonia procera2009R. Barendse
Anthyllis vulneraria2020Divers obs.
Astragalus glycyphyllos
Avenula pratensis2009R. Barendse
Botrychium lunaria2007G. Bottin - Natagora
Cirsium acaulon2016Divers obs.
Colchicum autumnale2008A. Baron
Cuscuta epithymum2020Divers obs.
Cynoglossum officinale2014Divers obs.
Dactylorhiza maculata10 pieds2007G. Bottin - Natagora
Dactylorhiza majalis1 pied2007G. Bottin - Natagora
Danthonia decumbens2020Divers obs.
Galium pumilum
Genista anglica2020Divers obs.
Genista pilosa2011Divers obs.
Genista tinctoria2020Divers obs.
Genistella sagittalis2011Divers obs.
Gentianella campestris41 pieds (unique station belge)2007AG. Bottin - Natagora
Gymnadenia conopsea136 pieds2007G. Bottin - Natagora
Helianthemum nummularium2020Divers obs.
Nardus stricta2 pieds2007BW. Verbeke, G. Bottin - Natagora
Neottia ovata6 ex.2007G. Bottin - Natagora
Ononis spinosa+repens2020Divers obs.
Orchis mascula2010E. et B. Luijks
Orchis militaris2012J. Van Winkel
Parnassia palustris2016Divers obs.
Platanthera bifolia2007G. Bottin - Natagora
Polygala comosa2020Divers obs.
Rhinanthus alectorolophus2020ADivers obs.
Saxifraga granulata2020Divers obs.
Scabiosa columbaria2020Divers obs.
Succisa pratensis2020Divers obs.
Viola canina2020Divers obs.

Commentaires sur la faune

Mammifères (données divers obs. 2000-2020): Apodemus sylvaticus, Capreolus capreolus, Eliomys quercinus, Meles meles.

Oiseaux (données divers obs. 2000-2020):Accipiter nisus, Aegithalos caudatus, Alauda arvensis, Anthus pratensis (migr.), Anthus trivialis, Buteo buteo, Columba palumbus, Cuculus canorus, Cyanistes caeruleus, Delichon urbicum, Dendrocopos minor (hiv.), Emberiza citrinella (hiv.), Emberiza schoeniclus (hiv.), Falco tinnunculus, Garrulus glandarius, Hirundo rustica, Loxia curvirostra, Picus viridis, Pyrrhula pyrrhula, Sitta europaea, Streptopelia turtur, Sylvia atricapilla, Sylvia communis, Turdus merula, Turdus pilaris, Turdus viscivorus.

Reptiles (données divers obs. 2000-2020): Anguis fragilis.

Papillons diurnes (données divers obs. 2000-2020): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Aricia agestis, Callophrys rubi, Celastrina argiolus, Coenonympha pamphilus, Colias croceus, Colias hyale, Cupido argiades, Cupido minimus, Cyaniris semiargus, Erynnis tages, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Lasiommata megera, Leptidea sinapis s.l., Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Melitaea cinxia, Neozephyrus quercus, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris mannii, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Thecla betulae, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui,

Libellules (données divers obs. 2010-2020): Calopteryx splendens, Coenagrion puella, Orthetrum cancellatum, Platycnemis pennipes, Sympetrum striolatum.

Orthoptères (données divers obs. 2010-2020): Chorthippus biguttulus, Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Conocephalus fuscus, Oecanthus pellucens, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Tettigonia viridissima.

Hyménoptères (données divers obs. 2010-2020): Abia sericea, Andrena florea, Andrena fulvago, Andrena hattorfiana, Andrena humilis, Andrena labialis, Andrena minutula aggr., Andrena proxima, Apis mellifera, Bombus campestris, Bombus cryptarum, Bombus hortorum, Bombus hypnorum, Bombus lapidarius, Bombus pascuorum, Bombus terrestris aggr., Ceratina cyanea, Cerceris rybyensis, Colletes daviesanus, Epeolus variegatus, Halictus quadricinctus, Halictus scabiosae, Hoplitis adunca, Lasioglossum calceatum, Lasioglossum leucozonium, Lasioglossum punctatissimum, Lasioglossum villosulum, Lestica clypeata, Macrophya montana, Megachile willughbiella, Melitta haemorrhoidalis, Melitta leporina, Nomada sp., Osmia rufa, Osmia spinulosa, Polistes dominula, Sphecodes sp., Stelis phaeoptera, Tenthredo koehleri, Vespa crabro.

Diptères (données divers obs. 2010-2020): Bombylius major, Chaetorellia jaceae, Cheilosia grossa, Cheilosia impressa, Cheilosia vernalis, Dioctria hyalipennis, Dioctria lateralis, Dioctria longicornis, Epistrophe grossulariae, Epistrophe nitidicollis, Episyrphus balteatus, Eristalinus aeneus, Eristalis arbustorum, Eristalis pertinax, Eristalis tenax, Eumerus cf strigatus, Eupeodes latifasciatus, Eutolmus rufibarbis, Helophilus pendulus, Helophilus trivittatus, Hemipenthes morio, Melanostoma mellinum, Myathropa florea, Myennis octopunctata, Paragus albifrons, Paragus haemorrhous, Pipizella annulata, Platycheirus albimanus, Platycheirus ambiguus, Scaeva pyrastri, Sicus ferrugineus, Sphaerophoria scripta, Syrphus torvus, Syrphus vitripennis, Tephritis praecox, Tolmerus calceatus, Trixa conspersa, Urophora quadrifasciata, Villa hottentotta, Volucella bombylans.

Coléoptères (données divers obs. 2010-2020): Adalia decempunctata, Clytus arietis, Coccinella septempunctata, Cryptocephalus aureolus, Cryptocephalus vittatus, Harmonia axyridis, Hippodamia variegata, Leptinotarsa decemlineata, Oedemera nobilis, Oenopia conglobata, Phyllopertha horticola, Psyllobora vigintiduopunctata, Rhagonycha fulva, Rutpela maculata, Stenurella melanura, Trichius gallicus, Valgus hemipterus.

Mollusques (données divers obs. 2010-2020): Cochlicopa lubrica, Discus rotundatus, Helix pomatia, Merdigera obscura, Monacha cartusiana, Oxychilus draparnaudi, Sphyradium doliolum, Trochulus hispidus.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données divers obs. 2000-2020): Acer campestre, Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Aegopodium podagraria, Agrimonia eupatoria, Agrimonia procera, Agrostis capillaris, Agrostis stolonifera, Alliaria petiolata, Angelica sylvestris, Anthoxanthum odoratum, Anthriscus sylvestris, Anthyllis vulneraria, Aphanus arvensis, Aquilegia vulgaris, Arabidopsis thaliana, Arenaria serpyllifolia, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Arum maculatum, Astragalus glycyphyllos, Avenula pratensis, Avenula pubescens, Ballota nigra subsp. meridionalis, Bellis perennis, Betula pendula, Brachypodium pinnatum, Brassica rapa, Briza media, Bromus hordeaceus, Bromus sterilis, Bryonia dioica, Buddleja davidii, Calystegia sepium, Campanula rotundifolia, Cannabis sativa, Cardamine hirsuta, Carex caryophyllea, Carex flacca, Carex pilulifera, Carlina vulgaris, Centaurea jacea, Centaurea scabiosa, Cerastium arvense, Cerastium fontanum subsp. vulgare var. vulgare, Chaerophyllum temulum, Chelidonium majus, Cichorium intybus, Circaea lutetiana, Cirsium acaulon, Cirsium arvense, Cirsium vulgare, Clematis vitalba, Clinopodium vulgare, Colchicum autumnale, Cornus mas, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus laevigata, Crataegus monogyna, Crepis biennis, Crepis capillaris, Cuscuta epithymum, Cynoglossum officinale, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Dactylorhiza maculata, Dactylorhiza majalis, Danthonia decumbens, Daucus carota, Deschampsia flexuosa, Dryopteris filix-mas, Epilobium angustifolium, Epilobium hirsutum, Erigeron annuus subsp. septentrionalis, Eupatorium cannabinum, Fallopia japonica, Festuca rubra, Filipendula ulmaria, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium pumilum, Galium verum, Genista anglica, Genista pilosa, Genista tinctoria, Gentianella campestris, Geranium robertianum, Geum urbanum, Gymnadenia conopsea, Hedera helix, Helianthemum nummularium, Heracleum mantegazzianum, Heracleum sphondylium, Hieracium aurantiacum, Hieracium lachenalii, Hieracium laevigatum, Hieracium umbellatum, Holcus lanatus, Humulus lupulus, Hypericum humifusum, Hypericum perforatum, Hypochaeris radicata, Inula conyzae, Knautia arvensis, Lamium album, Lamium purpureum, Lapsana communis, Lathyrus linifolius, Lathyrus pratensis, Leontodon hispidus, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Linum catharticum, Lotus corniculatus, Luzula campestris, Malva moschata, Medicago lupulina, Melilotus albus, Melilotus altissimus, Melilotus officinalis, Mercurialis annua, Myosotis arvensis, Nardus stricta, Neottia (= Listera) ovata, Oenothera glazioviana, Ononis spinosa+repens, Orchis mascula, Orchis militaris, Origanum vulgare, Parnassia palustris, Picris hieracioides, Pimpinella major, Pimpinella saxifraga, Plantago lanceolata, Plantago major, Platanthera bifolia, Poa annua, Poa trivialis, Polygala comosa, Polygala vulgaris, Populus tremula, Potentilla erecta, Potentilla neumanniana, Potentilla reptans, Prunus avium, Prunus serotina, Prunus spinosa, Quercus robur, Quercus rubra, Ranunculus acris, Ranunculus bulbosus, Ranunculus ficaria, Ranunculus repens, Rhinanthus alectorolophus subsp. buccalis, Rhinanthus minor, Ribes uva-crispa, Robinia pseudoacacia, Rosa arvensis, Rosa canina s.l., Rubus caesius, Rumex acetosa, Rumex acetosella, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Salix caprea, Sanguisorba minor, Saxifraga granulata, Saxifraga tridactylites, Scabiosa columbaria, Scrophularia nodosa, Senecio inaequidens, Senecio vulgaris, Silene latifolia subsp. alba, Silybum marianum, Solanum dulcamara, Sonchus asper, Sonchus oleraceus, Stachys officinalis, Stachys sylvatica, Stellaria media, Succisa pratensis, Tanacetum vulgare, Taraxacum (sect. Ruderalia) sp., Tragopogon pratensis, Trifolium arvense, Trifolium campestre, Trifolium pratense, Trifolium repens, Trisetum flavescens, Tussilago farfara, Urtica dioica, Urtica urens, Valeriana officinalis (= repens), Verbascum nigrum, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia sativa subsp. nigra, Vicia sepium, Viola canina, Viola hirta, Viola odorata, Viola riviniana.

Espèces exotiques

Plantes: Buddleja davidii, Erigeron annuus subsp. septentrionalis, Fallopia japonica, Heracleum mantegazzianum, Hieracium aurantiacum, Oenothera glazioviana, Quercus rubra, Robinia pseudoacacia, Senecio inaequidens, Silybum marianum.

Animaux: Harmonia axyridis, Leptinotarsa decemlineata.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection de la végétation naturelle d'une terrasse glaciaire de la Meuse, site d'un intérêt floristique et entomologique exceptionnel. Conservation de la seule station belge connue de gentiane champêtre (Gentianella campestris).

Menaces

En face du Thier à la Tombe, une carrière de marne produit des poussières de calcaire modifiant le pH. En 1970, le pH du sommet était de 5 à 6, et de 6 à 7 à la base. En 1983, le sommet avait un pH de 7,2, la base un pH de 7,7. A partir de 1985, la carrière (Mernebel) a manipulé illégalement des déchets industriels acides (pH 4) jusqu'en 1990, ce qui entraînera certainement encore des modifications de pH dans les pelouses.
Enfin, la commune a l'intention d'exploiter le gravier autour du site en respectant une zone tampon, ce qui provoquera certainenement des modifications de la végétation.
Une demande d'extension de la carrière d'Eben-Emael a été introduite.

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

Plan de gestion très spécifique, tenant compte des époques de floraison s'étalant du printemps à l'automne avancé.
En 2006, pose d'un panneau d'information, mise en clôture et déboisements divers, dans le cadre de la restauration d'une partie des pelouses.
En 2007: mise en place d'une gestion recurrente la plus performante possible: fauchage en rotation, à différentes périodes (notamment en fin d'hiver), débrouissallement et pâturage ovin également en rotation (a l'aide de clotures mobiles).

Accès du public

L'accès à la réserve naturelle est limité aux visites guidées dont le programme est diffusé dans le Magazine 'Réserves Naturelles' des RNOB ainsi que dans la presse locale et associative. Des visites guidées spéciales pour groupes sont organisées sur demande. Des journées et chantiers de gestion sont également programmés pour permettre à ceux qui le souhaitent de participer activement à la gestion de la réserve. L'accès des scientifiques est soumis à autorisation.

Détails

Description physique

Le Thier à la Tombe (ou Thier Palmers) s'étend sur le flanc droit de la vallée du Geer, en face du village d'Eben-Emael, sur la commune de Bassenge. Il s'agit d'une colline aride exposée principalement vers l'ouest et le sud-ouest et dont la crête culmine à 115 m d'altitude. Le Geer, distant d'environ 250 m, coule dans un axe sud-nord, au fond d'une vallée assez étroite et bocagère, à une altitude proche avoisinant 60 m. Le seuil du coteau est longé par la rue du Garage qui joint Eben-Emael à Lanaye en passant par le Thier des Vignes. Le haut est directement contigu à un plateau cultivé.

Géologiquement, le site peut être rattaché au massif de la Montagne Saint-Pierre. D'après PETIT (1985), "le Thier à la Tombe occupe dans sa majeure partie, la terrasse supérieure de la Meuse. Celle-ci est constituée de cailloux roulés d'origine ardennaise mélangé à une certaine quantité de sables et de limon éolien. Les graviers mosans reposent sur un socle de craie maestrichienne qui affleure dans la partie inférieure du coteau".

Le site appartient à la région naturelle de la Hesbaye et, du point de vue phytogéographique, au district brabançon.

Description biologique

Le Thier à la Tombe a fait l'objet de plusieurs travaux du point de vue floristique et faunistique, notamment par PETIT (1985).

La végétation du site est très particulière et de nature assez exceptionnelle, liée à la topologie et à la géologie locale; on y observe:

- une pelouse du Brachypodio-Sieglingietum (Violion caninae) sur les graviers acides du haut de versant, avec la danthonie décombante (Danthonia decumbens), le genêt d'Angleterre (Genista anglica), le genêt velu (Genista pilosa), le genêt des teinturiers (Genista tinctoria), la tormentille (Potentilla erecta), la violette des chiens (Viola canina), la parnassie des marais (Parnassia palustris), la gentiane champêtre (Gentianella campestris), la gesse des montagnes (Lathyrus linifolius var. montanus), le nard raide (Nardus stricta) et même la callune (Calluna vulgaris) cependant presque disparue à la suite de la mise en culture du sommet du coteau.

- une pelouse calcicole du Mesobromion erecti sur les craies en bas du versant, dominée par le brachypode penné (Brachypodium pinnatum) et abritant diverses plantes rares ou très rares pour le district brabançon dont l'hélianthème jaune (Helianthemum nummularium subsp. nummularium), la petite pimprenelle (Sanguisorba minor), la réglisse sauvage (Astragalus glycyphyllos), la bugrane épineuse (Ononis spinosa + repens), le lin purgatif (Linum catharticum), le rhinanthe crête de coq (Rhinanthus alectorolophus), le cirse acaule (Cirsium acaulon), la laîche glauque (Carex flacca), l'amourette (Briza media), plusieurs espèces d'orchidées dont la gymnadénie moucheron (Gymnadenia conopsea), etc.

Au fil du temps, ces pelouses se sont progressivement embroussaillées en raison de l'abandon du pâturage. En 2006 et surtout 2007, suite à d'importants travaux de restauration du site (débroussaillage, fauche et pâturage), la richesse botanique des pelouses est à nouveau comparable à celle des années 1980. Le suivi de deux carrés permanents en 2007 (obs. G. Bottin - Natagora) a notamment permis les observations suivantes:
- Genista anglica: 31 pieds fleuris comptés le 21/04 (règle empirique de comptage : le point d'ancrage au sol d'un pied fleuri doit être éloigné de minimum 5 cm de tout autre point d'ancrage);
- Viola canina (21/04) et Lathyrus linifolius (en-dessous du gros bouleau près de la fosse, 21/04) bien fleuris;
- Genista pilosa: floraison de l'espèce à environ 10 mètres en contrehaut du grand chêne (15/05);
- Rhinanthus alectorolophus: plus de 2000 pieds fleuris comptés le 26/05;
- Dactylorhiza majalis : comme en 2006, 1 pied fleuri le 26/05 (malingre à cause de la sécheresse en avril);
- Dactylorhiza maculata: 10 pieds fleuris le 26/05;
- Gymnadenia conopsea: 136 pieds fleuris le 17/06, démontrant une spectaculaire progression de cette espèce;
- Platanthera bifolia: 13 pieds fleuris, répartis tant dans la partie supérieure que dans le talus inférieur de la pelouse (30/06);
- Cuscuta epithymum: espèce bien fleurie mais très difficile à compter, son étendue dans la grande pelouse ayant été enregistrée à l'aide du GPS;
- Parnassia palustris: certains pieds déjà en boutons le 19/06; très bonne floraison - comptage difficile car floraison très étalée dans le temps : on peut estimer le nombre de pieds fleuris en 2007 entre 150 et 200 pieds;
- Melilotus altissimus: 30 à 50 pieds fleuris près de l'entrée au-dessus du panneau - identification à confirmer !!!
- Nardus stricta: cette espèce n'avait plus été observée depuis des années sur le site; elle a été retrouvée le 26/08 par Willy Verbeke (2 touffes);
- Gentianella campestris: cette unique station wallonne connue comprend 41 pieds fleuris comptés par J.-L. Gathoye le 26/08; malheureusement, des fleurs de nombreux pieds de cette espèce ont été coupées (probablement avec l'intention de réensemencer d'autres sites);
- Stachys officinalis: floraison en masse dans la pelouse 'perdue'.

Sur le plan faunistique, le Thier à la Tombe peut être considéré comme un petit paradis pour les insectes, en particulier les papillons diurnes (36 espèces recensées à ce jour) et les abeilles solitaires, étudiées en son temps par le naturaliste local bien connu J. Petit (voir e.a. PETIT, 1985).

Le papillon diurne le plus remarquable est sans doute la mélitée du plantain (Melitaea cinxia), dont la première observation sur le site remonte au 13 mai 2007: quatre individus provenant de toute évidence du Thier de Lanaye voisin, où l'espèce fut réintroduite en 1997 (obs. G. Bottin). Ce magnifique papillon typique des prairies maigres est à présent très bien implanté sur l'ensemble de la Montagne Saint-Pierre et continue d'ailleurs d'essaimer vers des sites périphériques.

D'autres espèces peu communes au nord du sillon sambro-mosan méritent également mention: le point de Hongrie (Erynnis tages), le demi-argus (Cyaniris semiargus), l'argus frêle (Cupido minimus), le demi-deuil (Melanargia galathea), le thécla de la ronce (Callophrys rubi) ou encore l'azuré du trèfle (Cupido argiades), espèce disparue depuis longtemps mais qui en 2008 a marqué son grand retour en Région wallonne. On peut aussi relever en 2019 une donnée de piéride de l'ibéride (Pieris mannii), un papillon récemment arrivé sur notre territoire.

De nombreuses espèces rares d'abeilles sauvages ont été rencontrées sur le site durant la seconde moitié du 20ème siècle, en particulier par J. Petit. Plus récemment, différentes espèces intéressantes y ont été signalées, comme l'halicte à quatre bandes (Halictus quadricinctus), l'andrène de la knautie (Andrena hattorfiana), la mélitte des campanules (Melitta haemorrhoidalis), la mélitte de la luzerne (Melitta leporina), l'andrène blonde (Andrena fulvago), l'andrène du trèfle (Andrena labialis), l'osmie épineuse des caricoles (Osmia spinulosa), le stélis à ailes noires (Stelis phaeoptera), l'épéole tricolore (Epeolus variegatus), ou encore le bourdon cryptique (Bombus cryptarum), une espèce très rare et en danger en Belgique.

Les vertébrés, en revanche, ont peu attiré jusqu'ici l'attention des naturalistes et on dispose d'assez peu de données à leur sujet.

Quelques espèces de mammifères ont été signalées sur le site ces dernières années, dont le blaireau (Meles meles) et le lérot (Eliomys quercina).

En ce qui concerne les oiseaux, il est fait état de la présence, au moins en 2007, du coucou gris (en 2007), de la tourterelle des bois (en 2007), de la fauvette grisette (Sylvia communis), et plus récemment du pipit farlouse (Anthus pratensis), du pipit des bois (Anthus trivialis), du bruant jaune (Emberiza citrinella), du bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula), ...

Enfin, le seul reptile noté est l'orvet fragile (Anguis fragilis).

Monument naturel

Carrières de gravier.

Monument historique

Présence d'un tumulus gallo-romain du 2ème siècle, au sud du site.

Histoire du site

Sur la carte de Ferraris (fin 18ème), le site était occupé par des landes surmontées de cultures. Il s'agit sans doute d'une pelouse très ancienne, issue du pâturage ovin. Durant ces dernières décennies, la pelouse sèche a vu sa superficie réduite à moins de 2ha par l'exploitation du gravier et l'extension des cultures.

Biblio

, 2007, Rapport de gestion "Thier à la Tombe" - 2007., Natagora, 11 pp.
, 2017, Etude des communautés d'apoïdes de la Montagne-Saint-Pierre, Liège, Belgique, Mémoire en Sciences Biologiques, Université de Mons, 152 pp.
, 1982, De Veldgentiaan, Gentianella campestris (L.) Börner, terug in Zuid-Limburg., Natuurhistorisch Maandblad, 71 : 4-6.
, 1984, Floristische notities en de invloed van beheersmaatregelen op de Kalkgraslanden van de Sint-Pietersberg (provincie Luik, België). I. Inleiding en beschrijving van enkele hellingen te Eban-Emael (Bassenge)., Natuurhistorisch Maanblad, 6 : 123-130.
, 1963, Botanique et Entomologie. In: La vallée du Geer. Esquisse générale, géographie, géologie, histoire, archéologie, botanique, entomologie, Publications de la Commission scientifique belgo-néerlandaise pour la Protection de la Montagne Saint-Pierre, 7: 89-132.
, 1978, La vallée du Bas Geer. Prolongement des richesses naturelles de la Montagne Saint-Pierre, Les Naturalistes belges, 59: 2-25.
, 1985, Le Thier à la Tombe à Emael, encore un site exceptionnel menacé de destruction., Natura Mosana, 38 : 121-137.
, 1974, Les réserves naturelles d'Eben-Emael., RNOB, 21 : 39-44.
, 1984, Vegetatie en beheer van de Kalkgraslanden op de Belgische deel van de Sint-Pietersberg. Werk van einde studiën voorgedragen tot het behalen van de graad van Landbouwkundig Ingenieur., Rijksuniversiteit Gent. Faculteit van de Landbouwwetenschappen. Deel I.
, 1982, Het Brachypodio-Sieglingietum Will. & Blanck. 1975 in Zuid-Limburg., Gortiera, 11 : 99-106.

Divers

Sources

RESNAT
RNOB

Répondants de l'information

Natagora

Date de la dernière modification de la fiche

2020-10-08