Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

260 - Friches de Pécrot-Chaussée

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Grez-Doiceau
Cantonnements DNF :Nivelles
Surface :34.3 ha
Coordonnées :X Lambert : 169582 - Y Lambert : 161677
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Les friches de Pécrot-Chaussée jouxtent le site de l'étang de Pécrot, situé plus au nord (SGIB 262) et longent la Dyle à hauteur du village de Pécrot, sur la commune de Grez-Doiceau. Ponctuées de nombreuses zones de source et de petits ruisselets - le ruisseau de la Petite Marbaise y prend son cours - elles abritent une très intéressante mosaïque de milieux humides, allant des phragmitaies et mégaphorbiaies aux prairies humides, en passant par l'aulnaie-frênaie alluviale (habitat d'intérêt communautaire 91E0) et l'aulnaie marécageuse. Une telle diversité de milieux est bien sûr propice à l'observation d'une série d'espèces rares. L'avifaune est ainsi bien représentée, avec la présence régulière sur le site de la Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica), du phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus) ou encore de la bécassine sourde (Lymnocryptes minimus). Le castor (Castor fiber) fréquente également le site.

L'ensemble de la zone fait partie du site N2000 de la "Vallée de la Dyle en aval d'Archennes" (BE31004 ).

Carto

Régions naturelles

  • C0 - Brabant limoneux

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Archennes0.9 haGREZ-DOICEAUBRABANT
Bossut-Gottechain39.73 haGREZ-DOICEAU (partim ???)BRABANT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Nivelles41.67 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune de Grez-Doiceau

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Amis du Parc de la Dyle. Maison de Coullemont, 1390 Archennes (prendre contact avec Mr Capart, tél. 010/84.52.44).
Dr. Stenuit, rue de Perk 16, 1960 Sterrebeek, tél. 02/731.03.27.

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
C1.3Eaux stagnantes eutrophes
C1.32Végétation flottant librement des eaux eutrophes
C1.33Végétation enracinée submergée des eaux eutrophes
C2.1BVégétation eutrophe des ruisseaux de source
C2.wcRuisseaux limoneux à pente moyenne - eutrophe
C2.xcRivières limoneuses à pente moyenne - eutrophe
C3.21Phragmitaies (roselières « vraies »)
C3.25Peuplements à [Glyceria maxima]
C3.26Phalaridaies
D5.11Roselières sèches
D5.21aCaricaies à [Carex acuta]
E2.11aPâtures permanentes intensives
E3.4Prairies humides mésotrophes et eutrophes
E5.42Mégaphorbiaies de prairies humides
E5.6dVégétation rudérale sur sol frais
F3.1Fourrés (hors buxaies et genévrières)
F9.2Saussaies marécageuses
G1.213Frênaies-aulnaies des cours d'eau lents
G1.41aAulnaies marécageuses sur substrat eutrophe
G1.63bHêtraies neutrophiles atlantiques
G1.911bBoulaies de colonisation ou de dégradation, à l'exception des boulaies tourbeuses et des chênaies-pédonculées à bouleau
G1.9bSaulaies de colonisation ou de recolonisation
G1.AForêts méso- et eutrophes à [Quercus], [Carpinus], [Fraxinus], [Acer], [Tilia], [Ulmus] et forêts apparentés
G1.A1baChênaies-frênaies atlantiques neutrophiles sur sols hydromorphes
G1.A1bbChênaies-frênaies atlantiques neutrophiles de substitution de la hêtraie
G1.C1aPeupleraies plantées en milieu alluvial
G3.FcbPlantations de conifères, neutroclines à neutrophiles hormis celles en milieu humide ou en fond de vallée
I2.1Parcs urbains et grands jardins
J4.2Réseau routier
J6Dépôts de déchets divers

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Castor fiberOuiNon2018C. Debois
Pipistrellus sp.OuiNon2010H. Paques & B. Nef
Plecotus austriacusOuiOui2016Q. Smits
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus schoenobaenusOuiOui2014Divers observateurs
Alcedo atthisOuiNon2015F. Van Hove
Anas creccaNonOui2010B. Nef
Dendrocopos majorOuiNon2016T. Henneresse
Dryocopus martiusOuiNon2015Divers observateurs (dont F. Van Hove)
Gallinago gallinagoOuiOui2015F. Van Hove
Lullula arboreaOuiOui2015F. Van Hove
Luscinia svecicaOuiNon2015F. Van Hove
Lymnocryptes minimusOuiNon2015F. Van Hove
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon2010T. Kinet
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2007P. Dupriez
Lissotriton vulgarisOuiNon2007P. Dupriez
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2007P. Dupriez, T. Kinet
Rana temporariaOuiNon2007P. Dupriez
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Zootoca viviparaOuiNon2007P. Dupriez
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Carcharodus alceaeNonNon2015J. Debras
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria2013M. Walravens
Sesia apiformis2007P. Dupriez
Invertébrés - Insectes - Libellules
Orthetrum brunneumNonOui2003M. Walravens
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Coccinelles
Anisosticta novemdecimpunctata 2001G. San Martin
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Conocephalus dorsalis2007P. Dupriez
Plantes - Plantes supérieures
Callitriche obtusangula2007P. Dupriez
Cyperus fuscus1997A. Dekeyser
Epipactis helleborine2009T. Paternoster

Commentaires sur la faune

Avifaune (autres sp.) : Anas crecca (2010), Ardea cinerea (2016), Ardea alba (2016), Certhia brachydactyla (2016), Ciconia ciconia (2014), Columba palumbus (2016), Corvus monedula (2016), Egretta garzetta (2015), Fulica atra (2016), Garrulus glandarius (2016), Grus grus (2014), Milvus migrans (2014), Motacilla cinerea (2016), Pernis apivorus (2015), Prunella modularis (2016), Sitta europaea (2016), Streptopelia decaocto (2016), Troglodytes troglodytes (2016).

Présence également de: Sciurus vulgaris (2017), Helix pomatia (2013). Gasterosteus aculeatus (2007).

Espèces exotiques

Alopochen aegyptiacus, Fallopia japonica, Harmonia axyridis, Impatiens glandulifera, Prunus serotina, Psittacula krameri, Quercus rubra, Rana ridibunda, Robinia pseudoacacia, Senecio inaequidens, Solidago gigantea.

Conservation

Menaces

Rudéralisation généralisée.

Recommandations

D'après le PCDN de Grez-Doiceau (CIRCAETE 1997 ou 1999)(?):

Propositions pour ce site

L'ensemble du site a subi une forte détérioration ces dernières années.

Pour les eaux de surface, de nombreux rejets d'eau usée d'origine domestique en provenance des maisons de la rue Vanmeerbeek atteignent, directement ou via des drains, le cours de la Petite Marbaise qui traverse l'ensemble du site. Ce cours d'eau constitue en fait un drain qui parcourt le fond d'une cuvette de la plaine alluviale de la Dyle. De sa contamination résulte une eutrophisation néfaste pour le site. La pose du collecteur d'égouts amènera certainement une nette amélioration à ce propos. Cependant, l'implantation du collecteur autour de la partie nord du site devra être exécutée de manière à minimiser son impact sur le site.

Une ancienne décharge située au nord de la zone est constituée de déchets domestiques qui se sont accumulés sur une hauteur de 2,5 m. Les talus sont actuellement recouverts de végétation rudérale et arbustive (orties et saules).

Tout au sud du site, une zone remblayée en face des usines Tudor est recouverte par une végétation naturelle rudérale et arbustive (orties et saules). Celle-ci a été placée en zone de liaison sur la carte du réseau écologique. Cette végétation spontanée constitue en outre une zone tampon pour toute la partie sud du site de Pécrot Chaussée. En 1996, de nouveau dépôts de matériaux inertes ont été effectués à cet endroit. Il faudra soigneusement veiller à ce qu'ils ne menacent pas davantage les zones centrales situées au-delà de cette zone-tampon.

La préservation de l'intérêt du site serait assurée en augmentant l'humidité du sol et en réduisant les nuisances évoquées précédemment. Différentes pistes peuvent être envisagées :

·      éviter de nouvelles plantations pour conserver le caractère ouvert du site;

·      entretenir les alignements de saules têtards et envisager le remplacement progressif des rangées de peupliers par d'autres essences plus attractives;

·      limiter l'extension des massifs arbustifs dans les milieux ouverts;

·      faucher la roselière en hiver, en veillant à enlever le produit de fauchage et la litière;

·      creuser quelques mares comme celle qui a déjà été creusée par les Amis du Parc de la Dyle le long de la rue A. Hoslet;

la Petite Marbaise, dont le lit a été modifié, constitue un drain qui parcourt tout le site; il faudrait établir une série de barrages pour rétablir une circulation de l'eau qui corresponde à ce qui existait auparavant; on pourra même envisager la possibilité d'utiliser le chemin est-ouest, constitué de remblai, comme appui à des barrages qui permettraient d'inonder le site. La mise en place d'une vanne sur l'un des barrages permettrait de jouer le rôle de trop-plein et de vidange. Une autre solution consisterait à combler les drains perpendiculaires à la Petite Marbaise et établir des barrages sur ceux qui ne sont pas perpendiculaires au cours d'eau;

Les pompages d'eau pourraient menacer cette zone, comme c'est le cas pour la Réserve du Bouly. Sur les terrains de la société qui exploite l'eau souterraine, une très belle cariçaie à laîches paniculées est située dans une cuvette alimentée en eau de source, juste au sud de la zone 1.6. Cette cariçaie a été reprise comme zone de développement en milieu ouvert sur la carte du réseau écologique. Sa protection, assurée en concertation avec le gestionnaire, en garantirait la sauvegarde et permettrait, à terme, de la faire passer en zone centrale.

Il y a des habitations à proximité immédiate du site. Leurs occupants devront être informés de manière à participer à sa préservation. Le site se prolonge en Région flamande et, ici encore, une concertation qui permettrait d'envisager globalement la gestion du site se révélerait certainement utile.

Accès du public

Accès libre sur les chemins.

Détails

Description physique

Le site se trouve dans la plaine alluviale de la Dyle, sur la rive droite, en amont de l'étang de Pécrot. Il se trouve en contrebas des bois du Parc et de Saint-Bernard qui occupent une butte sableuse. Il est longé par une peupleraie rudérale fortement influencée par la proximité d'une rue. Des jardins s'étendent jusqu'à la plaine alluviale et différents aménagements y sont en cours : chemins, pompages, etc.
La plaine alluviale est très large à cet endroit. Elle est occupée par des prairies entrecoupées de haies de saules têtards, de rideaux de peupliers et de prairies abandonnées rudéralisées.

Description biologique

D'après SAINTENOY-SIMON, J. (1994):

Les anciennes prairies sont dans leur ensemble très nitrophiles. On y observe des vestiges de roselières, des bosquets d'aulnes et de saules.
Elles sont occupées par une végétation trés rudérale où dominent les orties et le gaillet gratteron. Deci, delà pointent des Iris pseudacorus, Primula elatior, Deschampsia cespitosa, Symphytum officinale est parfois très abondant.
Des fragments de roselières subsistent où l'on note Phragmites australis, Carex acutiformis, Galium aparine, Urtica dioica, Heracleum sphondylium, Angelica sylvestris, Epilobium angustifolium, Glyceria maxima, Epilobium hirsutum, Filipendula ulmaria, Cirsium palustre.
Des bouquets d'aulnes se dressent çà et là ainsi que des fourrés de Salix caprea et de très hauts Salix fragilis. Quelques Sambucus nigra et Prunus serotina sont disséminés.
Des vestiges de la végétation ancienne, ailleurs étouffée par les orties, se maintiennent dans les zones ouvertes comme les chemins. Lychnis flos-cuculi, Cirsium oleraceum, Juncus effusus, Scirpus sylvaticus, etc. s'y étendent.
Sparganium emersum, Cyperus fuscus ont été observés naguère dans le site.
Des aulnes ont été plantés à différents endroits au niveau d'anciennes friches.

D'après le PCDN de Grez-Doiceau (CIRCAETE. 1997 ou 1999)(?):

Site des « Friches de Pécrot Chaussée » (zones 1.3. à 1.6)

L'ensemble du site « Pécrot Chaussée » est situé entre la rue A. Hoslet et la rue de Florival. Il s'agit de biotopes combinant roselières et magnocariçaies avec une dominance du roseau, de la laîche aiguë, de la grande ortie, du gratteron, du cirse maraîcher,...

Le site couvre une surface de 10 hectares. Il se situe en contrebas des bois anciennement connus sous les noms de bois du Parc et bois Saint-Bernard.

Il est longé dans sa partie est par une peupleraie à sous-bois d'orties fortement influencée par la proximité de la rue Vanmeerbeek : des jardins s'étendent jusqu'à la plaine alluviale et différents aménagements ont eu lieu : chemins, station de pompage,...

Une partie importante du site consiste en des prairies abandonnées, rudéralisées et très nitrophiles. On y observe des vestiges de roselières et des bois d'aulnes et de saules. Au point de vue ornithologique, cette friche accueille la nidification d'une grande quantité de rousserolles verderolles. Le bruant des roseaux, le pouillot fitis, le coucou et le pic épeichette y sont régulièrement observés en période de nidification. Trois espèces de fauvettes y nichent également : les fauvettes des jardins, grisette et à tête noire. Elle constitue un lieu d'hivernage pour le râle d'eau. Le rossignol, la grive litorne, la locustelle tachetée, plus rares, y nichent peut-être.

Au Plan de secteur, le site est inclus dans une zone d'espace vert dont on a précisé la nature: zone naturelle d'intérêt scientifique et d'intérêt paysager. De plus, il est situé dans les limites du Parc Naturel Régional de la Dyle. Parallèlement, sa protection est renforcée du fait qu'il se trouve dans le périmètre de la Zone de Protection spéciale de l'Avifaune européenne.

On trouve, en bordure du site, une zone d'équipement communautaire et de services publics qui correspond à la zone de captage.

La roselière (zone 1.4) présente une prédominance du roseau et de la laîche aiguë. Elle est fortement rudéralisée et sa richesse florale est limitée par la concurrence d'espèces comme la grande ortie, les cirses, le gratteron,.... Elle s'étend sur une superficie d'environ 1,5 hectare. D'autres éléments typiques de milieu ouvert sont présents (zone 1.5) : une prairie humide à reine des prés située au nord et, au nord-est, une magnocariçaie à proximité des habitations. Toutes deux sont, elles aussi, fortement rudéralisées.

Localement, des arbustes envahissent le site au départ de massifs préexistants, c'est-à-dire à partir d'anciennes haies qui délimitaient des parcelles.

Au nord, une mare d'environ 500 m² en voie de comblement accueille de nombreuses espèces aquatiques. La massette a pris le pas sur d'autres espèces plus abondantes naguère, comme le plantain d'eau, le potamot et le jonc épars. A cette époque, les Amis du Parc de la Dyle y signalaient des pontes de crapauds communs, de grenouilles vertes et rousses, ainsi que de tritons.

Au sud, une aulnaie mésotrophe à laîches (zone 1.3) accueille les sources de la Petite Marbaise. L'aulne glutineux y est accompagné de saules et, au sol, on trouve essentiellement la laîche aiguë et la baldingère. On peut également noter la présence relativement abondante de la grande ortie et de ronciers.

A proximité, une magnocariçaie en cours de boisement présente encore une dominante de laîche aiguë.

Une aulnaie (zone 1.6), similaire à celle de la zone 1.3, est fortement dégradée. L'aulne glutineux y est accompagné en strate herbacée par la laîche aiguë et la grande ortie, comme espèces dominantes.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

D'après Ferraris le site était jadis occupé par des bois et des prairies.

Biblio

, 1977, Contribution à l'étude de l'avifaune de la vallée de la Dyle, particulièrement la section qui s'étend de Rhode-Sainte-Agathe à Basse-Wavre., Note technique, Aves, 10 pp.
, 1983, Création d'un centre d'information et d'étude sur les problèmes concernant le Parc Naturel régional de la Dyle., Premier rapport de l'état d'avancement de l'expérience pilote 6611/07. Les Amis du Parc de la Dyle, 53 pp.
, 1984, Identification et inventaire des conflits en milieu rural. Cartographie écologique et inventaire des sites de grande valeur biologique du parc naturel de la Dyle., Deuxième rapport, Les Amis du Parc de la Dyle.
, 1984, Identification et inventaire des conflits en milieu rural. Cartographie écologique et inventaire des sites de grande valeur biologique du parc naturel de la Dyle., Rapport final, Les Amis du Parc de la Dyle, 86 pp.
, Le parc naturel régional de la Dyle. Commune de Grez-Doiceau., 32 pp.
, 1979, Le projet de parc naturel de la Dyle., Deuxième rapport, Inter-Environnement-Wallonie, 206 pp.
, 1979, Le projet de parc naturel de la Dyle., Troisième rapport, Inter-Environnement-Wallonie, 140 pp.
, 1980, Le projet de parc naturel de la Dyle., Quatrième rapport et conclusions, Inter-Environnement-Wallonie, 157 pp.
, 1979, Le projet de parc naturel de la Dyle. Premier rapport d'avancement des travaux effectués dans le cadre de la convention avec la Fondation Roi Baudouin et relative au projet de parc naturel de la Dyle., Cellule ISIWAL, Inter-Environnement-Wallonie, 120 pp.
, 1981, Parc de la Dyle., 34 pp.
, 1980, Rapport concernant le parc naturel régional de la Dyle., Cellule ISIWAL, Inter-Environnement-Wallonie, 27 pp.
, 1984, Résumés et conclusions des séminaires sur la gestion des bords de route et des cours d'eau., Les Amis du Parc de la Dyle, 34 pp.
, 1964, Etude ornithologique de la vallée de la Dyle entre Wavre et Louvain., Les Naturalistes belges, 45: 110-130.
, 1964, Bijdrage tot de kennis van de Avifaune van Brabant in de vallei van de Dijle., Biologische Jaarboek Dodonaea, 32: 56-145.
, 1981, Bilans hydriques et données hydrologiques pour la conception de projets de mise en valeur des ressources en eau dans les bassins hydrologiques belges. II. Bassin de la Dyle., Publication de l'Institut royal météorologique, Bruxelles, Série A, n° 107, 149 pp.
, 1950, Excursion à Archennes, Grez-Doiceau, vallée du Train et Gastuche, le 21 mai 1950., Les Naturalistes belges, 31: 206-209.
, 1950, Excursion dans la vallée du Train., Bulletin de la Société Géologique de Belgique, 59: 136-153
, 1999 (?), Plan Communal de Développement de la Nature de Grez-Doiceau, http://pcdn-grez-doiceau.be/news/4-inventaire-du-patrimoine-naturel-de-grez-doiceau
, 1990, Evaluation de la qualité biologique et chimique des cours d'eau dans les parcs naturels Dyle et Viroin-Hermeton., Entente Nationale pour la Protection de la Nature, 38 pp.
, 1976, De chemische en physio-chemische verontreining van de Dijle., Instituut voor Hygiene en Epidemiologie, Brussel, 107 pp.
, 1976, Natuurpark Dijland., Jaarlijks Bulletin van Vrienden van Heverlee en Meerdaelwoud, 1976: 11-15.
, 1955, Aperçu sur la végétation de la forêt de Meerdael et des bois environnants., Agricultura, 3: 261-292.
, 1959, Texte explicatif de la carte de végétation de la Belgique. Hamme-Mille 103E.
, 1972, Aperçu herpétologique du bassin de la Dyle, entre Wavre et Louvain., Les Naturalistes belges, 53: 258-272.
, 1965, Recherches écologiques sur les aulnaies et l'Alnus glutinosa (L.) Gaertn. de la vallée de la Dyle., Mémoire de licence, Université Catholique de Louvain, 89 pp.
, 1952, L'influence du milieu sur la composition floristique et sur quelques caractères physiologiques dans les prairies de la vallée de la Dyle., Mémoire de licence, Université Catholique de Louvain, 139 pp.
, 1978, De avifaune van het Dijleland, De Wielewaal, 42: 252-253
, 1976, Ornitologisch seizoenverslag Dijlevalleien omgeving. Période 1/1 tot 1/6/1975., De Wielewaal, 42: 126-128.
, 1981, Evolution de la végétation forestière de la vallée de la Dyle., Mémoire de licence, Université Catholique de Louvain, 117 pp.
, 1977, D'étang en étang dans la vallée de la Dyle., Découvre!, 7: 34-36.
, 1977, De Dijle vallei als waterlandschap., Jaarlijks Bulletin van Vrienden van Heverleebos en Meerdalwoud, 1977: 15-24.
, 1966, Le remblaiement de la vallée de la Néthen., Acta Géographia Lovaniensia, 4: 169-181.
, 1976, Analyse des tendances des données hydrochimiques du bassin de la Dyle en amont d'Archennes., Annales de la Société géologique de Belgique, 99: 299-313.
, 1961, Les forêts riveraines de Belgique., Bulletin du Jardin Botanique de Belgique, 31: 199-287.
, 1976, Het Dijleland nu., De Wielewaal, 42: 241-252.
, 1997, La vallée de la Dyle à Néthen et la forêt de Meerdael (excursion du 13 juillet 1996), Adoxa n° 17: 17-18.
, 1978, Une grenouille agile (Rana dalmatina Bonaparte, 1840) dans la vallée de la Dyle., C.O.B.R.A., 4: 58-60.
, 1979, La vallée de la Dyle., Les Réserves Naturelles et Ornithologiques de Belgique, Feuille de contact n° 3.
, 1983, Evolution de la populiculture dans la vallée de la Dyle, de 1947 à 1981., Mémoire de licence, Université Catholique de Louvain.
, 1984, L'avifaune nicheuse du Parc de la Dyle: composition, évolution, proposition de gestion., Mémoire de licence, Université Catholique de Louvain, 162 pp. + 84 pp.
, 1986, A la découverte de Gottechain., Mémoire de guide-nature, 55 pp.
, 1972, Les oiseaux d'eau dans la vallée de la Dyle (Brabant) de juillet 1964 à juin 1971., Aves, 9: 141-186.
, 1978, En excursion dans la vallée de la Dyle., Cave Nos, 30: 3-4.

Divers

Sources

ZHIB

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994)

Date de la dernière modification de la fiche

2019-12-04