Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

283 - Parc d'Enghien

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Domaine d'Arenberg
Communes :Enghien, Silly
Cantonnements DNF :Nivelles
Surface :95.86 ha
Coordonnées :X Lambert : 127046 - Y Lambert : 152144
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le parc d'Enghien, jadis propriété des Ducs d'Arenberg, trouve son origine au 17ème siècle et appartient depuis 1986 à la ville d'Enghien qui a ouvert au public une partie de ses quelque 180 hectares. Espace vert exceptionnel, classé au patrimoine majeur de Wallonie, le site est constitué d'un ensemble architectural remarquable prenant place au sein d'un vaste parc boisé entrecoupé de prairies, jardins et plans d'eau, dont le grand canal, qui s'étend sur près de 800 mètres dans la partie occidentale du domaine. Malgré la pression humaine qui s'exerce dans ce lieu touristique, certains secteurs ont pu garder une certaine naturalité et accueillent une diversité biologique étonnante.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • B0 - Région limoneuse hennuyère

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Enghien3.94 haENGHIENHAINAUT
Hoves9.65 haSILLYHAINAUT
Marcq4.09 haENGHIENHAINAUT
Petit-Enghien78.18 haENGHIENHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Nivelles95.86 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Parc du château d'Arenberg : anciennes écuries, pavillon Edouard, porte des Esclaves, tour de la chapelle et pavillon des Sept Etoiles; les deux pavillons 'chinois' (totalité du pavillon au décor chinois, façades et toitures du pavillon sans décor chinois) (M), parc et dépendances (S) classés le 20 novembre 1972 et le 21 septembre 1989.

Propriétaire(s)

Commune d'Enghien

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Commune d'Enghien

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNon
Acrocephalus scirpaceusOuiNon
Alcedo atthisOuiNonPrésence régulière2012Aves-Natagora, divers obs.
Ardea albaOuiNonHivernage (1-3 ex.)2012Aves-Natagora
Ardea cinereaOuiNon
Asio otusOuiNon
Dendrocopos minorOuiNon
Falco tinnunculusOuiNon
Ficedula hypoleucaOuiNon
Loxia curvirostraOuiNon
Luscinia megarhynchosOuiNon
Muscicapa striataOuiNon
Podiceps cristatusOuiNon
Strix alucoOuiNon
Tringa ochropusOuiNon
Tyto albaOuiNon
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Triturus cristatusOuiOui2011Aves-Natagora (GT Rainne)
Plantes - Plantes supérieures
Cystopteris fragilisAEF, divers obs.
Hyacinthoides non-scripta2014AEF, divers obs.
Nuphar luteaAEF, divers obs.

Commentaires sur la faune

Oiseaux (Aves + divers obs. 2000-2014): Acrocephalus palustris, Acrocephalus scirpaceus, Actitis hypoleucos (passage), Aegithalos caudatus, Alcedo atthis, Ardea alba (hiver), Ardea cinerea, Asio otus, Carduelis carduelis, Certhia brachydactyla, Dendrocopos major, Dendrocopos minor, Falco tinnunculus, Ficedula hypoleuca, Loxia curvirostra, Luscinia megarhynchos, Motacilla cinerea, Muscicapa striata, Picus viridis, Podiceps cristatus, Strix aluco, Tringa ochropus (passage), Tyto alba, etc.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

A compléter

Menaces

A compléter

Recommandations

Protection de la partie non accessible au public du Canal et de l'étang des Canards.

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

Parc ouvert en partie au public.

Détails

Description physique

Le parc d'Enghien est situé en région limoneuse, dans le nord de la province de Hainaut, non loin de la limite régionale avec la Flandre. Il s'étend en bordure sud de la ville d'Enghien et est limité, au sud par l'autoroute A8, à l'est par la route N285, au nord par la route N7 et à l'ouest par la route N55. L'altitude du site est comprise entre 50 et 75 m au dessus du niveau de la mer.

Les étangs sont alimentés en partie par le ruisseau d'Odru qui avec ses petits affluents, les ruisseaux de Maire Bois et de la Boulotte, draine le plateau cultivé intensivement. C'est un affluent de la Marcq. On distingue actuellement toute une série de pièces d'eau : le Grand Canal, l'étang du Moulin, l'étang du Miroir, l'étang des Canards et (hors parc), la Dodane.

Description biologique

Les différents plans d'eau du parc d'Enghien ont été inventoriés durant les années 1990 par J. Saintenoy-Simon et l'AEF.

A. Le canal

Le canal est orienté d'abord du nord-est vers le sud-ouest, puis fait un angle droit et file vers le nord-ouest.

Le bras oriental du canal est en grande partie atteri. On y trouve une roselière inondée et une roselière plus sèche à Phragmites australis (5.5), Carex acutiformis (1.2), Symphytum officinale (1.2), Cirsium palustre (1.2), Iris pseudacorus (+), Solanum dulcamara, ...

La prairie qui borde le canal est riche en Symphytum officinale, Ajuga reptans, Mentha aquatica, Cirsium palustre, Cruciata laevipes, Potentilla anserina, Glechoma hederacea, Angelica sylvestris, Alopecurus pratensis, Veronica chamaedrys,... Elle peut être envahie par d'épais ronciers qui sont gérés par fauchage. On notera la présence d'un chêne énorme, multiséculaire.

Cette partie du parc est interdite au public et très tranquille. La roselière est propice à l'installation des oiseaux palustres.

En outre, les berges sont occupées par des roselières plus ou moins importantes à Glyceria maxima et des magnocariçaies à Carex acutiformis avec une galerie d'Alnus glutinosa, Acer pseudoplatanus, Fraxinus excelsior, Salix x rubens, Crataegus monogyna... Quelques espèces hygrophiles y poussent également comme Cirsium oleraceum, Valeriana repens, Filipendula ulmaria, Iris pseudacorus, ... Nuphar lutea se développe dans l'eau.

Au nord-ouest, le canal est bordé de bois, très artificiels, mais de belle venue. En contrebas du canal, la plaine alluviale du ruisseau d'Odru est occupée par une peupleraie riche en frêne, envahie par Athyrium filix-femina, Dryopteris filix-mas, Primula elatior, Myosotis sylvatica, Carex remota, C. sylvatica, Arum maculatum, Cardamine flexuosa, etc.

B. L'étang du Moulin

Il s'agit plutôt d'un canal prolongé vers l'extérieur du parc par la Dodane. Son dessin et son orientation sont à peu près les mêmes que ceux du canal, mais ses dimensions sont plus modestes.

Dans l'eau flottent Nuphar lutea et Persicaria amphibia.

Un relevé linéaire le long des berges montre, outre quelques ligneux (Alnus glutinosa, Acer pseudoplatanus, Crataegus monogyna), des espèces des roselières, des mégaphorbiaies et des prairies humides comme Glyceria maxima, Phalaris arundinacea, Phragmites australis, Iris pseudacorus, Lythrum salicaria, Symphytum officinale, Solanum dulcamara, Filipendula ulmaria, Lysimachia vulgaris, Angelica sylvestris, Rumex acetosa, Achillea millefolium, Cardamine pratensis, Urtica dioica, etc.

L'extrémité ouest de cet étang est occupé par une saulaie.

C. L'étang du Miroir

Les berges de cet étang de pêche, en demi-cercle, sont presque entièrement engazonnées. Elles sont tondues ou broutées par les canards et ne présentent guère d'intérêt botanique. Seules de rares plantes hygrophiles y poussent.

D. L'étang des Canards

C'est un étang elliptique, situé un peu à l'écart du précédent et laissé à l'état sauvage. C'est un fouillis de saules, aulnes, frênes, dont certains abattus, entremêlés de hautes herbes hygrophiles telles Solanum dulcamara, Typha latifolia, Lysimachia vulgaris, Symphytum officinale pour ne citer que les principales. Cet étang doit constituer un excellent havre pour les oiseaux d'eau comme son nom le laisse supposer.

On notera encore la présence des lentilles d'eau Lemna minor et Spirodela polyrhiza dans la pièce d'eau entourant le pavillon des Sept Etoiles, ses murs portant également la fougère Cystopteris fragilis.

Les parties boisées ainsi que les prairies mériteraient d'être étudiées plus en détail. Au printemps, les sous-bois sont parsemés de milliers de jacinthes (Hyacinthoides non-scripta). Le parc est planté de plus de 40 espèces ornementales. Medicago arabica est répandue dans les pelouses situées entre le Canal et l'étang du Moulin.

Monument historique

Ensemble figurant sur la liste du patrimoine exceptionnel (ou patrimoine majeur) de Wallonie.

Château: E. de SEYN (1933) nous apprend que Le château construit vers 1166, était une véritable forteresse qui fut détruite par Baudouin V, comte de Hainaut. Reconstruit au début du XIIIe siècle, il brûla en partie en 1645. Il fut pillé et saccagé par les sans-culottes français et démoli en 1806 - tant il était abîmé ! - par ordre du propriétaire, le duc Louis-Engelbert. La chapelle est le reste le plus important de l'ancien manoir, auquel elle était autrefois attenante. Un nouvau château fut édifié au XIXe siècle.

Parc: le parc d'Enghien était primitivement surtout forestier. C'est à partir du XVIIe siècle que le parc commença à être aménagé de la manière que nous lui connaissons actuellement. "La végétation du parc est luxuriante; les statues, les vases décoratifs du plus beau marbre de Gènes abondent. les allées sont bordées de bancs de pierre, de piédestaux portant les bustes de princes, souvent d'un grand mérite et qui sont comme un souvenir des goûts artistiques des princes de la maison d'Arenberg. De nombreux bâtiments disséminés dans le parc contribuent à son embellissement". (DE SEYN, 1933).

Pièces d'eau: "Le souci de coller aux réalités du terrain et de tirer parti des eaux naturellement fournies par le réseau hydrographique local amena Charles d'Arenberg à créer un vaste réseau hydraulique. D'une part l'Odru coule sur le versant sud et alimente le Canal. D'autre part, le versant est ramène les eaux dans un immense réservoir qui borde la chaussée Brunehaut, appelé étang Munoz du nom du chanoine hydraulicien de Mons qui conçut le système. Il se situe légèrement plus haut que le bassin des Sept Etoiles qu'il alimente. C'est dans ce vallon que prend place l'étang des Balustres qui approvisionne au point haut les fossés de la ville. Avec le temps, d'autres aménagements hydrauliques viendront prendre place à l'est et surtout au sud de l''Estang': barrages, bassins, canaux, vannes, siphons permettent de contrôler tout en contribuant à leur salubrité". (BAVAY et al., 1993).

L'ensemble du parc et du château a été acheté par la ville d'Enghien en 1986 et est depuis lors ouvert au public.

Histoire du site

Le domaine, propriété de la famille d'Arenberg, fut mis sous séquestre en 1918. Il a été acheté par le baron François Empain en 1924. Coupé en deux par l'autoroute A8, il a été mis en vente et 182 hectares ont été acquis en 1986 par la ville d'Enghien.
Sur la carte de Ferraris, le parc, avec l'étoile et les étangs, est déjà tracé.

Divers

Sources

ZHIB

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994)

Date de la dernière modification de la fiche

2015-01-22