Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

3259 - Zone humide et mare de Hannêche

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Burdinne
Cantonnements DNF :Liège
Surface :2 ha
Coordonnées :X Lambert : 198152 - Y Lambert : 140416
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Située sur le territoire du Parc Naturel Burdinale-Mehaigne, sur la commune de Burdinne, cette zone humide d'environ 2 hectares occupe une position isolée sur le plateau agricole au sud du village de Hannêche, au sein d'un paysage de grandes cultures. On y distingue deux zones côte à côte. D'une part, la mare de Hannêche proprement dite, où s'étend notamment une petite mare permanente ombragée sous une saulaie marécageuse, une des rares roselières inondées à phragmite (Phragmites australis) du parc, ainsi qu'une magnocariçaie à laîche aiguë (Carex acuta) et une mégaphorbiaie à reine des prés (Filipendula ulmaria). Ce secteur héberge deux espèces végétales très rares dans le bassin de la Mehaigne, la véronique à écus (Veronica scutellata) et la laîche noire (Carex nigra). Il est bordé par une prairie de fauche, de haies fragmentaires et de quelques saules têtards. D'autre part, une zone humide récemment achetée par la commune de Burdinne, renfermant une belle mosaïque de groupements: roselières à glycérie aquatique (Glyceria maxima), scirpaie à Scirpus sylvaticus, mégaphorbiaie à épilobe hirsute (Epilobium hirsutum), magnocariçaies, nappes à scirpe des marais (Eleocharis palustris), prés à jonc épars (Juncus effusus), etc. Quelques mares creusées récemment en bordure du site ont été rapidement colonisées par des renoncules aquatiques (Ranunculus subg. Batrachium) et des tapis de callitriches (Callitriche stagnalis), mais aussi par plusieurs pieds d'oenanthe fistuleuse (Oenanthe fistulosa), ombellifère en forte régression en Wallonie.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • D0 - Hesbaye

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
HannêcheBURDINNELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
LiègeLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus scirpaceusOuiNonNicheur probable (1 couple)2016T. Genty, J.-Y. Baugnée
Athene noctuaOuiNon2014F. Bertrand
Emberiza schoeniclusOuiNonNicheur probable (1 couple)2016T. Genty, J.-Y. Baugnée
Gallinago gallinagoOuiOuiHivernage-passage (max. 7 ex.)2015S. Leunen, F. Bertrand, T. Genty
Gallinula chloropusOuiNonNicheur2016T. Genty, J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon2013S. Leunen, T. Genty
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2013T. Genty
Pelophylax kl. esculentusOuiNonIdentité à préciser2016T. Genty, J.-Y. Baugnée
Rana temporariaOuiNonReproduction2016T. Genty, J.-Y. Baugnée
Plantes - Plantes supérieures
Carex nigra2-3 touffes2016T. Genty, J.-Y. Baugnée
Carex pseudocyperus2016T. Genty
Carex vesicaria2003Ph. Frankard
Isolepis setacea2012T. Genty
Oenanthe fistulosa6 pieds (2016)2016T. Genty, J.-Y. Baugnée
Ranunculus peltatus2016T. Genty, J.-Y. Baugnée
Veronica anagallis-aquatica2013T. Genty
Veronica scutellata2016T. Genty, J.-Y. Baugnée

Commentaires sur la faune

Mammifères (données T. Genty et J.-Y. Baugnée 2016): Capreolus capreolus.

Oiseaux (données F. Bertrand, 2014; S. Leunen 2013; T. Genty 2013-2016; J.-Y. Baugnée 2016): Acrocephalus palustris, Acrocephalus scirpaceus, Anas platyrhynchos, Ardea cinerea, Athene noctua, Buteo buteo, Carduelis cannabina, Columba palumbus, Emberiza schoeniclus, Fringilla coelebs, Gallinago gallinago, Gallinula chloropus, Sturnus vulgaris, Sylvia atricapilla, Sylvia communis.

Amphibiens (données T. Genty 2012-2016; J.-Y. Baugnée 2016): Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Pelophylax kl.esculentus, Rana temporaria.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données P. Frankard 2003; T. Genty 2012-2016): Achillea millefolium, Agrostis gigantea, Agrostis stolonifera, Alisma plantago-aquatica, Alnus glutinosa, Alopecurus geniculatus, Alopecurus pratensis, Angelica sylvestris, Anthriscus sylvestris, Apium nodiflorum, Arrhenatherum elatius, Callitriche stagnalis, Caltha palustris, Calystegia sepium, Cardamine hirsuta, Cardamine pratensis, Carex acuta, Carex disticha, Carex hirta, Carex nigra, Carex pseudocyperus, Carex vesicaria, Cirsium arvense, Cirsium palustre, Cirsium vulgare, Crataegus monogyna, Daucus carota, Eleocharis palustris, Epilobium hirsutum, Equisetum arvense, Equisetum palustre, Eupatorium cannabinum, Festuca arundinacea, Festuca pratensis, Filipendula ulmaria, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium palustre, Glechoma hederacea, Glyceria fluitans, Glyceria maxima, Glyceria notata, Gnaphalium uliginosum, Heracleum sphondylium, Holcus lanatus, Iris pseudacorus, Isolepis setacea, Juncus articulatus, Juncus bufonius, Juncus bulbosus, Juncus effusus,Juncus inflexus, Lamium album, Lathyrus pratensis, Lemna minor, Lolium perenne, Lotus pedunculatus, Lychnis flos-cuculi, Lycopus europaeus, Lysimachia nummularia, Lythrum salicaria, Mentha aquatica, Myosotis scorpioides, Myosoton aquaticum, Nasturtium officinale, Oenanthe fistulosa, Persicaria amphibia, Persicaria maculosa, Phalaris arundinacea, Phleum pratense, Phragmites australis, Plantago major, Poa annua, Poa trivialis, Polygonum aviculare, Potentilla anserina, Ranunculus ficaria, Ranunculus flammula, Ranunculus peltatus, Ranunculus repens, Ranunculus sceleratus, Rubus sp., Rumex acetosa, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Salix alba, Salix caprea, Salix cinerea, Salix viminalis, Sambucus nigra, Scirpus sylvaticus, Scrophularia auriculata, Scrophularia nodosa, Scutellaria galericulata, Solanum dulcamara, Sparganium erectum, Stachys palustris, Stellaria alsine, Stellaria graminea, Taraxacum sp., Trifolium repens, Tussilago farfara, Typha latifolia, Urtica dioica, Veronica anagallis-aquatica, Veronica beccabunga, Veronica scutellata.

Bryophytes (données T. Genty 2016): Barbula unguiculata, Bryum argenteum, Calliergonella cuspidata, Eurhynchium striatum, Funaria hygrometrica, Kindbergia praelonga, Marchantia polymorpha.

Espèces exotiques

Animaux: Harmonia axyridis.

Conservation

Objectifs de conservation

Pour la zone «mare de Hannêche», les objectifs sont:

- de maintenir les faciès de prairies humides;

- de maintenir la petite roselière,

- de maintenir les faciès de mégaphorbiaies,

- d'entretenir les linéaires de saules têtards,

- de conserver mais contenir la saulaie de saule marsault,

- de maintenir pour la mare une zone d'eau sans végétation (type grandes hélophytes),

- de conserver les ourlets nitrophiles qui servent entre autre de zone tampon avec les grandes cultures voisines,

- de maintenir la prairie de fauche en fauche tardive et la haie indigène (ceci passe par des contacts avec l'exploitant),

- de contrôler l'installation de la massette à large feuille qui a démarré en 2016

Pour la zone humide communale, les objectifs sont:

- d'éliminer les jeunes saules qui se développent dans les zones humides à inondés,

- de maintenir les faciès de Glycérie, de magnocariçaie et de mégaphorbiaie, ceci passe par une fauche tardive avec ramassage des foins et un recépage des jeunes ligneux,

- de maintenir les ourlets nitrophiles qui servent entre autre de zones tampons avec les grandes cultures autour,

- d'améliorer la mosaïque de milieux en proposant le creusement de mares (2-3 mares d'au moins 60m²), en proposant d'installer un linéaire de perches de saules conduites en arbres têtards pour la limite nord-ouest du site, ainsi qu'une haie vive,

- de sauvegarder les mardelles créées par la commune en 2015, en surveillant l'extension de la massette à large feuille (en cours d'installation en 2016),

- d'ouvrir une partie du site au public: aménagement précis permettant un accès limité à la zone, de manière à épargner les végétations les plus sensibles (travail à réaliser en concertation avec la commune de Burdinne).

Mesure générale pour l'ensemble du site: mettre en place des MAE bandes enherbées permanentes tout autour de la zone humide.

Menaces

- Aménagements non concertés et incompatible avec la conservation de cette remarquable zone humide.

- Colonisation par la massette à larges feuilles et par les saules à surveiller.

- Eutrophisation et pollution de la nappe par les intrants agricoles.

Recommandations

Pour la zone «mare de Hannêche», les objectifs et recommandations du Parc Naturel Burdinne-Mehaigne sont:

- de maintenir les faciès de prairies humides: fauche tardive avec exportation du foin et maintien de zones refuges non fauchées. En 2016, la prairie de fauche se rapproche des prairies peu fertilisées humides.

- de maintenir la petite roselière: laisser faire la dynamique naturelle. On pensera cependant à surveiller la massette qui s'installe (2016) en prévoyant un arrachage si nécessaire

- de maintenir les faciès de mégaphorbiaies: fauche tardive avec exportation du foin et maintien de zones refuges non fauchées

- d'entretenir les linéaires de saules têtards: étêtages des arbres

- de conserver mais contenir la saulaie de saule marsault : dynamique naturelle pour la saulaie et contrôle de son extension par une taille dans le saule marsault : taille qui sera peut-être annuelle étant donné la croissance des saules marsault

- de maintenir pour la mare une zone d'eau sans végétation (type grandes hélophytes),

- de conserver les ourlets nitrophiles qui servent entre autre de zone tampon avec les grandes cultures autour: fauche tous les 2-3 ans en période tardive et avec exportation des foins

- de maintenir la prairie de fauche en fauche tardive et la haie indigène (ceci passe par des contacts avec l'exploitant),

- créer des zones refuges pour la faune sauvage: maintien de zones non fauchées, mise en tas des foins et branches à des endroits très précis ... Si possible les tas de branches et foins aux zones les plus ensoleillées.

Pour la «zone humide communale» les objectifs et recommandations sont:

- d'éliminer par un arrachage léger à la grue les jeunes saules de 2-4 ans qui colonisent le lit du ruisseau, ceci permettrait aussi de créer des petites mares ; mise en tas des arbres dans des zones nitrophiles mais bien exposées;

- de maintenir les faciès à glycérie, magnocariçaie et mégaphorbiaie: une fauche tardive tous les 2-3 ans (selon la dynamique végétale), avec ramassage des foins et un recépage des jeunes ligneux, on pensera à maintenir des zones refuges non fauchées,

- de maintenir les ourlets nitrophiles qui servent entre autre de zones tampons avec les grandes cultures autour: maintien de la dynamique naturelle, mais contrôle des ligneux

- d'améliorer la mosaïque de milieux par le creusement de mares (2-3 mares d'au moins 60 m²), en proposant d'installer un linéaire de perches de saules conduites en arbres têtards pour la limite nord-ouest du site (perches issues des étêtages des saules sur place),

- permettre un accès limité du public: délimiter et gérer un sentier bien précis qui évite les végétations les plus sensibles

- de limiter l'extension de la massette à larges feuilles qui s'installe dans les mardelles créées en 2015 par la commune: arrachage et mise en tas des massettes

Mesure générale: mettre en place des MAE bandes enherbées permanentes tout autour du site.

Plan de gestion

Plan de gestion à réaliser.

Détails

Description physique

Le site se trouve en Hesbaye, sur le plateau agricole s'étendant entre Forville et Burdinne, un peu au sud du village de Hannêche, au niveau d'une des sources du ruisseau d'Acosse. Cet affluent de la Burdinale appartient au sous-bassin de la Mehaigne et au bassin de la Meuse.

Cette zone humide est entièrement entourée de cultures intensives (céréalières surtout). Elle est limitée à l'est par la rue de la Râperie joignant Hannêche à la route N80 Hannut-Namur. L'altitude y est de 170 mètres.

Description biologique

La mare de Hannêche est située dans les limites du Parc Naturel Burdinale-Mehaigne et son intérêt botanique avait déjà été souligné à la fin des années 1990 (L. Bailly, rapport non publié). En 2003, la flore et la végétation ont été décrites à l'occasion d'un avis site émis par le CRNFB - actuellement DEMNA - et rédigé par Ph. Frankard. Plus récemment, la zone humide a fait l'objet de plusieurs relevés botaniques (obs. Th. Genty 2012-2016) dans le cadre des activités du PNBM, qui ont permis de confirmer la présence de plusieurs espèces rares décelées précédemment et d'en découvrir plusieurs autres.

On distingue deux zones principales: la partie amont (moitié occidentale), privée, correspondant à la «mare de Hannêche»; et la partie aval, correspondant à la zone humide communale, récemment achetée par la commune de Burdinne. La description qui suit correspond principalement à la situation actuelle.

La mare de Hannêche

La partie centrale est occupée par un petit plan d'eau en cours d'atterissement; l'eau y reste cependant assez profonde mais sous couvert dense de fourrés de saules (Salix alba et Salix viminalis surtout), si bien que la végétation aquatique enracinée est à peu près absente.

Les abords plus éclairés portent diverses hélophytes basses comme la menthe aquatique (Mentha aquatica), la renouée amphibie (Persicaria amphibia), la scutellaire toque (Scutellaria galericulata), la salicaire (Lythrum salicaria), la véronique à écus (Veronica scutellata), ...

Juste en amont s'étend une petite roselière à phragmite (Phragmites australis), inondée en permanence, et dans laquelle apparaissent quelques rares pieds de morelle douce-amère (Solanum dulcamara). Cette roselière couvre environ 200 m2 (en 2016) et semble s'étendre depuis le début des observations. En bordure, on observe également la colonisation par la massette à larges feuilles (Typha latifolia).

En marge de la roselière, sur sol marécageux à humide, se développe une magnocariçaie à laîche aiguë (Carex acuta), dans laquelle s'intercalent d'autres espèces hygrophiles comme la laîche faux souchet (Carex pseudocyperus), la laîche distique (Carex disticha), le populage (Caltha palustris), la reine des prés (Filipendula ulmaria), la prêle des marais (Equisetum palustre), le scirpe des marais (Eleocharis palustris), la menthe aquatique (Mentha aquatica), le gaillet des marais (Galium palustre) et même quelques touffes de laîche noire (Carex nigra), espèce devenue rarissime en Hesbaye. Le scirpe des bois (Scirpus sylvaticus) y constitue quelques peuplements peu étendus mais bien individualisés.

Un faciès de prairie humide établi une transition entre la magnocariçaie et la mégaphorbiaie, avec différentes plantes déjà citées, en plus de la laîche hérissée (Carex hirta), du lotier des fanges (Lotus pedunculatus), du jonc glauque (Juncus inflexus), de la renoncule scélérate (Ranunculus sceleratus), du vulpin des prés (Alopecurus pratensis), du pâturin commun (Poa trivialis), etc.

En bordure de la zone humide, l'abandon de la fauche a conduit au fil des ans à la formation d'une mégaphorbiaie quasiment monospécifique à reine des prés (Filipendula ulmaria), dans laquelle l'ortie dioïque (Urtica dioica) est très peu présente. D'autres espèces arrivent à croître ponctuellement, dont la scrofulaire aquatique (Scrophularia auriculata), la morelle douce-amère (Solanum dulcamara), l'eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum), l'angélique des bois (Angelica sylvestris), la baldingère (Phalaris arundinacea), ...

Près de la source, le ruisselet est obstrué par des herbiers à agrostis géant (Agrostis gigantea) et houlque laineuse (Holcus lanatus) et des plages de véronique des ruisseaux (Veronica beccabunga). Il est avoisiné par une végétation nitrophile assez dense composée en particulier d'orties dioïques (Urtica dioica), cirses des champs (Cirsium arvense), ronces (Rubus sp.), végétation qui se retrouve plus largement en bordure de la zone humide, dans la zone de contact des terres agricoles.

Un alignement de quatre vieux saules têtards matérialise la limite sud-ouest de la zone humide, en contact avec les cultures (froment en 2016). Ces saules sont régulièrement entretenus par le Parc Naturel, notamment en faveur de la chevêche d'Athéna (Athene noctua), nicheuse localement.

Constituant des zones tampons avec les grandes cultures voisines, on observe en outre:

- des ourlets nitrophiles à ortie dioïque (Urtica dioica), épilobe hérissé (Epilobium hirsutum), gaillet gratteron (Galium aparine), liseron des haies (Calystegia sepium), ronces (Rubus sp.), etc.

- une prairie de fauche amendée, en convertion vers la fauche tardive, avec la houlque laineuse (Holcus lanatus), le fromental (Arrhenatherum elatius), le dactyle aggloméré (Dactylis glomerata), le pissenlit (Taraxacum sp.), la fétuque des prés (Festuca pratensis), la cardamine des prés (Cardamine pratensis), la laîche hérissée (Carex hirta), la patience des prés (Rumex acetosa), la berce commune (Heracleum sphondylium), le brome mou (Bromus hordeaceus), etc.

- en bordure de cette prairie, une haie indigène intermittente, dominée par le sureau noir (Sambucus nigra).

La zone humide communale

Ce secteur s'étend de part et d'autre du ruisseau, qui coule selon un axe sud-ouest/nord-est, en aval de la mare jusqu'à la rue de la Râperie. On y observe une belle mosaïque de groupements végétaux hygroclines:

- mégaphorbiaie nitrophile à épilobe hérissé (Epilobium hirsutum), avec aussi le jonc glauque (Juncus inflexus), le jonc épars (Juncus effusus), la morelle douce-amère (Solanum dulcamara), l'épiaire des marais (Stachys palustris), la scrofulaire aquatique (Scrophularia auriculata), le cirse des marais (Cirsium palustre) (peu), le liseron des haies (Calystegia sepium), l'eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum), l'ortie dioïque (Urtica dioica), l'angélique des bois (Angelica sylvestris), ...

- magnocariçaie à laîche des marais (Carex acutiformis), dans laquelle apparaît également la scutellaire toque (Scutellaria galericulata), le gaillet des marais (Galium palustre), l'iris jaune (Iris pseudacorus), la prêle des marais (Equisetum palustre), plus rarement l'âche nodiflore (Apium nodiflorum);

- scirpaie à scirpe des bois (Scirpus sylvaticus);

- typhaie à massette à larges feuilles (Typha latifolia), en cours de développement;

- roselière à glycérie aquatique (Glyceria maxima);

- jonçaie à jonc épars (Juncus effusus), myosotis des marais (Myosotis scorpioides), jonc articulé (Juncus articulatus), gaillet des marais (Galium palustre), renoncule flammette (Ranunculus flammula), lychnis fleur de coucou (Lychnis flos-cuculi), etc.

Des herbiers aquatiques constitués notamment de Ranunculus peltatus et Callitriche stagnalis se développent dans les petites mares creusées en bordure de la zone humide, en plus de peuplements de vulpin genouillé (Alopecurus geniculatus), de scirpe des marais (Eleocharis palustris), de glycérie flottante (Glyceria fluitans) et de lentilles d'eau (Lemna minor). Ombellifère particulièrement rare et localisée en Hesbaye, l'oenanthe fistuleuse (Oenanthe fistulosa) y a été détectée pour la première fois en juin 2016 (obs. T. Genty et J.-Y. Baugnée).

La partie centrale du site est occupée par des fourrés assez denses de saule des vanniers (Salix viminalis) qui rejettent abondamment après avoir été recépés récemment. Quelques saules blancs (Salix alba) sont présents également. Une petite saulaie marécageuse à saule marsault (Salix caprea) existe par ailleurs en limite nord-est de la zone. Notons que cette parcelle était occupée auparavant par une peupleraie, mise à blanc en 2003.

Au nord de la zone humide, une prairie a été semée par la commune de Burdinne à l'emplacement d'une culture de tomates sous serres-tunnels (celles-ci étant encore présentes en 2012). Elle est fauchée annuellement et son intérêt botanique est pour l'instant limité, mais elle a principalement pour vocation de créer une zone tampon entre le marais et les cultures. Une haie d'aubépine a également été plantée le long du champ pour cette raison.

La présence de plusieurs espèces végétales d'intérêt patrimonial est remarquable compte-tenu de l'isolement de cette zone humide dans le paysage d'agriculture intensive. On soulignera en particulier les éléments suivants:

- la laîche noire (Carex nigra), plante typique des bas-marais acides, répandue surtout en Ardenne, rare et très dispersée au nord du sillon Sambre-et-Meuse; sa présence était déjà signalée sur le site fin des années 1990 et y est toujours présente, quoique en très faible densité;

- la laîche faux-souchet (Carex pseudocyperus), globalement rare et localisée en Wallonie mais apparemment non menacée, plus souvent observée en Hainaut occidental, en Entre-Sambre-et-Meuse, en Famenne et en Lorraine; l'espèce a été trouvée sur le site en 2013 et revue l'année suivante au moins (obs. T. Genty);

- la laîche vésiculeuse (Carex vesicaria), espèce des marais méso- à eutrophes, répandue en Ardenne, Lorraine et Entre-Sambre-et-Meuse, mais fort rare et ponctuelle au nord du sillon sambro-mosan, dont la présence a été notée en 2003 (obs. Ph. Frankard);

- la véronique à écus (Veronica scutellata), plante plutôt acidophile du bord des eaux oligo- à mésotrophes, essentiellement distribuée en Ardenne, nettement plus rare et disséminée dans les autres régions y compris en Hesbaye; découverte sur le site en 2013, elle est revue par la suite, notamment en juin 2016 (obs. T. Genty et J.-Y. Baugnée);

- l'oenanthe fistuleuse (Oenanthe fistulosa), plante légalement protégée en Région wallonne et figurant sur la liste rouge comme espèce vulnérable, a été découverte en juin 2016: 6 pieds en fleurs ont été notés au bord d'une mare de la partie communale (obs. T. Genty et J.-Y. Baugnée); c'est une ombellifère très rare et localisée en Hesbaye où elle n'est d'ailleurs connue que du bassin de la Mehaigne.

- la renoncule peltée (Ranunculus peltatus), espèce aquatique signalée surtout en Ardenne, plus rare et dispersée ailleurs et très rare en Hesbaye, elle figure comme vulnérable sur la liste rouge wallonne; elle a été identifiée en 2016 dans la mare de la partie communale (obs. T. Genty et J.-Y. Baugnée), en compagnie d'un autre taxon non encore reconnu formellement.

Biblio

Divers

Sources

Parc Naturel Burdinale-Mehaigne.

Répondants de l'information

Thomas GENTY (Parc Naturel Burdinale-Mehaigne)

Date de la dernière modification de la fiche

2016-07-01