Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

3481 - Château d'Herbeumont

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Herbeumont
Cantonnements DNF :Neufchâteau
Surface : ha
Coordonnées :X Lambert : 212280 - Y Lambert : 51990
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

La réserve naturelle domaniale du château d'Herbeumont couvre environ 3,5 ha au sud du village d'Herbeumont, sur une butte de schistes dominant la rive droite de la Semois. Elle s'étend autour d'une forteresse en ruine dont la construction remonte à la seconde moitié du 13ème siècle et qui a fait l'objet de divers travaux de restauration depuis les années 1990. Le château est classé comme site et comme monument et inscrit au patrimoine exceptionnel de Wallonie. La réserve en elle-même comporte des boisements feuillus de pentes, notamment une très belle érablaie à polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum), mais également des zones ouvertes notamment sur le flanc sud, très escarpé, du promontoire, déboisé récemment en vue de restaurer un type d'habitat rare et menacé, la pelouse silicicole que certains attribuent à la nardaie, du fait de la présence de plantes comme le gaillet du Harz (Galium saxatile) et la centaurée des montagnes (Centaurea montana). Ces travaux ont été entrepris dans le cadre du projet LIFE Herbages (2013-2020) et l'entretien des espaces ouverts restaurés est assuré par pâturage ovin et caprin. L'intérêt faunistique n'a été que partiellement documenté mais les inventaires font déjà état de la présence de différentes espèces patrimoniales comme la coronelle lisse (Coronella austriaca), le petit nacré (Issoria lathonia), le sténobothre nain (Stenobothrus stigmaticus), etc. La réserve fait partie du site Natura 2000 BE34046 dénommé "Bassin de la Semois de Florenville à Auby".

Carto

Régions naturelles

  • L5 - Ardenne méridionale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
HerbeumontHERBEUMONTLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
NeufchâteauNeufchâteau

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Propriétaire(s)

Commune d'Herbeumont

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Neufchâteau, 50/1, Chaussée d'Arlon, 6840 Neufchâteau (Tél.: 061/23.10.50 - Fax: 061/23.10.40).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6718Château d'Herbeumont3.5505 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Myotis myotisOuiOuiGrotte Lit la Dame2015B. Déom
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNon2002C. Van den Haute et al.
Salamandra salamandraOuiNon2002C. Van den Haute et al.
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2014C. Van den Haute, E. Graitson
Coronella austriacaOuiOui2014C. Van den Haute, E. Graitson
Zootoca viviparaOuiNonC. Van den Haute
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Issoria lathoniaOuiNon2017Divers obs.
Lycaena tityrusNonNon2016Divers obs.
Nymphalis polychlorosNonNon2017Y. Martin
Satyrium w-albumOuiNon2018K. Lossy
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Gomphocerippus rufus2017M. Vanschepdael, A. Migot
Stenobothrus stigmaticus2015M. Vanschepdael
Plantes - Plantes supérieures
Aira praecox2014L. Bailly
Centaurea montana2017P. Verté
Ceterach officinarum2016K. Debusschere
Galeopsis segetum2000L. Bailly
Orchis mascula2011A. Cathelyns
Polystichum aculeatum2016Divers obs.
Sedum forsterianum2016P. Verté
Selinum carvifolia2015M. Vanschepdael

Commentaires sur la faune

Mammifères (données divers obs. 2015-2020): Capreolus capreolus, Myotis myotis, Myotis mystacinus/brandtii, Ovis orientalis musimon, Sciurus vulgaris.

Oiseaux (données Life Herbages 2015-2018): Columba palumbus, Corvus corone, Fringilla coelebs, Milvus milvus, Motacilla alba, Parus major, Phylloscopus collybita, Phylloscopus trochilus, Sitta europaea, Troglodytes troglodytes, Turdus pilaris.

Reptiles (données C. Van den Haute, 1999-2002; E. Graitson, 2014): Anguis fragilis, Coronella austriaca, Zootoca vivipara.

Amphibiens (données C. Van den Haute, 1999-2002; E. Graitson, 2014): Alytes obstetricans, Bufo bufo, Salamandra salamandra.

Lépidoptères (données Life Herbages 2015-2018 + divers obs. 2015-2020): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Argynnis paphia, Brenthis daphne, Carcharodus alceae, Celastrina argiolus, Colias croceus, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Lycaena phlaeas, Lycaena tityrus, Maniola jurtina, Nymphalis polychloros, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Satyrium w-album, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Orthoptères (données Life Herbages 2015-2018): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Gomphocerippus rufus, Omocestus viridulus, Stenobothrus stigmaticus.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données P. Verté 2016; Life Herbages 2015-2018; L. Bailly, 2000-2014): Acer platanoides, Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Adoxa moschatellina, Aethusa cynapium, Agrimonia eupatoria, Agrostis capillaris, Agrostis stolonifera, Aira praecox, Anemone nemorosa, Anthoxanthum odoratum, Aquilegia vulgaris, Arabidopsis (= Cardaminopsis) arenosa, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Arum maculatum, Asplenium ruta-muraria, Asplenium trichomanes, Bellis perennis, Betula pendula, Campanula rapunculus, Campanula rotundifolia, Campanula trachelium, Capsella bursa-pastoris, Carex spicata, Carpinus betulus, Centaurea jacea, Centaurea montana, Cerastium fontanum, Cerastium tomentosum, Ceterach officinarum, Chelidonium majus, Cirsium arvense, Convallaria majalis, Convolvulus arvensis, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus (= Mespilus) germanica, Crepis biennis, Crepis capillaris, Cymbalaria muralis, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Digitalis purpurea, Drymochloa sylvatica (= Festuca altissima), Dryopteris carthusiana, Elymus repens, Epilobium angustifolium, Epilobium montanum, Euphorbia cyparissias, Fagus sylvatica, Festuca rubra, Fragaria vesca, Fraxinus excelsior, Galeopsis segetum, Galeopsis tetrahit, Galium mollugo, Galium saxatile, Geranium molle, Geranium pyrenaicum, Geranium robertianum, Geranium sylvaticum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Heracleum sphondylium, Hieracium aurantiacum, Hieracium murorum, Hieracium pilosella, Holcus lanatus, Holcus mollis, Hypericum humifusum, Hypericum perforatum, Inula conyzae, Juglans regia, Juncus effusus, Lamium galeobdolon, Leontodon autumnalis, Leontodon hispidus, Leucanthemum vulgare, Lolium perenne, Lonicera periclymenum, Lotus corniculatus, Luzula campestris, Luzula luzuloides, Luzula multiflora, Luzula sylvatica, Malva moschata, Medicago lupulina, Mercurialis perennis, Milium effusum, Mycelis muralis, Narcissus pseudonarcissus, Orchis mascula, Origanum vulgare, Phedimus spurius (= Sedum spurium), Pimpinella saxifraga, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa compressa, Poa pratensis, Polygonatum multiflorum, Polygonum aviculare, Polypodium vulgare, Polystichum aculeatum, Potentilla argentea, Potentilla sterilis, Primula glutinosa, Pteridium aquilinum, Quercus petraea, Quercus robur, Ranunculus acris, Ranunculus ficaria, Ranunculus repens, Rosa canina s.l., Rubus idaeus, Rumex acetosa, Rumex acetosella, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Salix caprea, Sambucus racemosa, Sedum album, Sedum forsterianum, Sedum rupestre, Selinum carvifolia, Senecio jacobaea, Senecio vulgaris, Silene dioica, Solidago canadensis, Sonchus asper, Sonchus oleraceus, Sorbus aucuparia, Stachys sylvatica, Stellaria holostea, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Teucrium scorodonia, Tilia cordata, Torilis japonica, Tragopogon pratensis, Trifolium pratense, Trifolium repens, Urtica dioica, Valeriana officinalis, Verbascum nigrum, Verbascum thapsus, Veronica chamaedrys, Veronica filiformis, Veronica officinalis, Veronica serpyllifolia, Vicia cracca, Vicia sepium.

Espèces exotiques

Animaux: Ovis orientalis musimon.

Plantes: Cerastium tomentosum, Geranium pyrenaicum, Hieracium aurantiacum, Juglans regia, Phedimus spurius (= Sedum spurium), Primula glutinosa, Solidago canadensis, Veronica filiformis.

Conservation

Objectifs de conservation

Les objectifs de conservation de la réserve naturelle domaniale visent principalement à améliorer l'état de conservation de la pelouse acidophile ("nardaie") après sa restauration, et à préserver la population de coronelle lisse. Le caractère ouvert du versant sud offre un point de vue remarquable sur le magnifique paysage environnant (vallée de la Semois, Tombeau du Chevalier, ...).

Menaces

Pas de menaces majeures identifiées, si ce n'est l'envahissement périodique de la pelouse silicicole par les ligneux. Quelques plantes exotiques sont présentes mais de façon discrète (Solidago canadensis, e.a.).

Recommandations

Inventaires faunistiques souhaitables.

Plan de gestion

Un plan de gestion réalisé dans le cadre du projet LIFE Herbages (2013-2020) est disponible au Cantonnement DNF de Neufchâteau. Les objectifs visent à:

- améliorer l'état de conservation de la pelouse acidophile ("nardaie") en réduisant le peuplement de genêt à balais et en limitant le développement des recrus ligneux. La méthode sélectionnée pour y parvenir est un pâturage en rotation par des moutons et des chèvres

- préserver la population de coronelle lisse notamment par le maintien des microbiotopes et autres abris favorables à l'espèce et à ses proies.

Les principaux travaux ont consisté à déboiser tout le flanc sud du promontoire, en contrebas du château, de façon à retrouver l'aspect ouvert du paysage de jadis. Ces travaux ont eu lieu durant l'hiver 2015-2016 et concernent près de 2,5 ha.

Accès du public

Le Château d'Herbeumont est accessible depuis le village d'Herbeumont, logé dans le fond de la vallée de la Semois, par la rue du Château.

Les ruines sont en visite libre toute l'année. Des visites guidées sont organisées sur demande auprès de "Les Amis du château d'Herbeumont" (Mr. Claude Jacques - tél. : 061/41 24 12).

La circulation dans la réserve naturelle est autorisée sur les chemins et sentiers dûment indiqués. Le relief étant accusé, les sentiers peuvent être glissants et boueux durant les périodes humides.

Détails

Description physique

Situé en Ardenne méridionale, le château d'Herbeumont occupe le sommet d'une butte de schiste, d'où il domine le village d'Herbeumont (au nord) et un long méandre de la Semois nommé Tombeau du Chevalier.

Cette forteresse à l'état de ruine a été construite au milieu du 13ème siècle et modifiée à plusieurs reprises avant sa destruction par les troupes françaises du maréchal de la Ferté sur ordre de Louis XIV, en 1657. Le dégagement systématique des ruines et de leurs abords est entrepris, de 1973 à 1976, par le Service national des fouilles. Par la suite, plusieurs phases de restauration se sont déroulées à partir de 1994. Le château se présente comme un quadrilatère d'environ 65 m de long (dans l'axe nord-sud) sur 45 m de large, doté de six tours et d'un solide donjon au nord. Ses murailles furent renforcées dans le courant du 15ème siècle et flanquées, au sud, à chaque extrémité, d'une solide tour circulaire.

D'un développement de près de 400 m à la base, le promontoire barre l'entrée du méandre du Tombeau du Chevalier. Son sommet n'était pas apte à la construction et a dû être aplani pour permettre la construction de la forteresse. Il culmine à près de 360 mètres d'altitude, soit près 100 mètres plus haut que le lit de la Semois. Un chemin, dit rue du Château, longe le pied de la butte à l'est et au sud. Au nord-ouest, le flanc forestier arrive directement à la Semois.

Du point de vue biogéographique, le site du Château d'Herbeumont est située dans la région continentale et dans le district phytogéographique ardennais.

Description biologique

La flore et la végétation du Château d'Herbeumont et de ses alentours ont surtout fait l'objet d'inventaires au cours des dernières années, sous l'impulsion du projet LIFE Herbages (2013-2020). Les relevés botaniques récents font état de la présence d'au moins 150 espèces de plantes supérieures.

Le chemin d'accès au château est bordé par endroit de petites pelouses à canche printanière (Aira praecox), crépis à tige capillaire (Crepis capillaris), orpin bâtard (Phedimus spurius = Sedum spurium), céraiste commun (Cerastium fontanum), géranium des Pyrénées (Geranium pyrenaicum), orpin des rochers (Sedum rupestre), potentille argentée (Potentilla argentea), achillée millefeuille (Achillea millefolium), fétuque rouge (Festuca rubra), agrostis capillaire (Agrostis capillaris), petit boucage (Pimpinella saxifraga), campanule à feuilles rondes (Campanula rotundifolia), ...

Les ruines sont colonisées par diverses espèces végétales: orpin blanc (Sedum album), laitue des murailles (Mycelis muralis), lierre (Hedera helix), pâturin comprimé (Poa compressa), liseron des champs (Convolvulus arvensis), ruine de Rome (Cymbalaria muralis), véronique à feuilles de serpolet (Veronica serpyllifolia), épervière orangée (Hieracium aurantiacum), chélidoine (Chelidonium majus), géranium herbe à Robert (Geranium robertianum), orpin élégant (Sedum forsterianum), bouleau verruqueux (Betula pendula), rue des murailles (Asplenium ruta-muraria), euphorbe petit-cyprès (Euphorbia cyparissias), etc.

Sur le versant nord-ouest dominant la Semois, se trouve une érablaie de ravin dominée dans la strate arborée par l'érable sycomore (Acer pseudoplatanus), avec aussi le hêtre (Fagus sylvatica), le chêne sessile (Quercus petraea), le charme (Carpinus betulus), et dans le sous-bois le lamier jaune (Lamium galeobdolon), la moschatelline (Adoxa moschatellina), le gouet tacheté (Arum maculatum), le chèvrefeuille des bois (Lonicera periclymenum), la mercuriale vivace (Mercurialis perennis), la fausse capillaire (Asplenium trichomanes), le polypode vulgaire (Polypodium vulgare), l'anémone sylvie (Anemone nemorosa), le dryoptéris des chartreux (Dryopteris carthusiana), le framboisier (Rubus idaeus), la luzule des bois (Luzula sylvatica), le polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum), la fétuque des bois (Drymochloa sylvatica = Festuca altissima), ...

Le site comporte également des éléments de prairie de fauche de basse altitude avec entre autres le crépis des prés (Crepis biennis), le fromental (Arrhenatherum elatius), la mauve musquée (Malva moschata), la patience à feuilles obtuses (Rumex obtusifolius), la fétuque rouge (Festuca rubra), le trèfle des prés (Trifolium pratense), l'agrostis capillaire (Agrostis capillaris), le salsifis des prés (Tragopogon pratensis), la centaurée jacée (Centaurea jacea), la vesce en épis (Vicia cracca), le lotier corniculé (Lotus corniculatus), la berce commune (Heracleum sphondylium), la grande marguerite (Leucanthemum vulgare), le séneçon jacobée (Senecio jacobaea), ...

Couvert par la forêt jusqu'en 2015, le versant sud en contrebas de la forteresse a été déboisé sur une surface d'environ 2,5 ha en vue de la restauration d'une végétation de type pelouse acidophile ou nardaie. Il s'agit de la partie centrale de la réserve naturelle. La flore y a évolué au fil des ans et comportait au début de l'ouverture des espèces typiques des coupes, comme la digitale pourpre (Digitalis purpurea), l'épilobe en épis (Epilobium angustifolium), l'inule conyze (Inula conyzae), le framboisier (Rubus idaeus), le bouillon blanc (Verbascum thapsus), ... A présent, on y observe en outre la canche flexueuse (Deschampsia flexuosa), la fétuque rouge (Festuca rubra), l'euphorbe petit-cyprès (Euphorbia cyparissias), le fraisier des bois (Fragaria vesca), la tanaisie commune (Tanacetum vulgare), l'églantier (Rosa canina), la luzule champêtre (Luzula campestris), le gaillet du Harz (Galium saxatile), la germandrée scorodoine (Teucrium scorodonia), la molène noire (Verbascum nigrum), la campanule à feuilles rondes (Campanula rotundifolia), la campanule raiponce (Campanula rapunculus), le genêt à balais (Cytisus scoparius), l'épervière piloselle (Hieracium pilosella), et bien d'autres espèces encore. C'est à cet endroit que la rare centaurée des montagnes (Centaurea montana) a été détectée récemment.

D'autres espèces végétales intéressantes sont signalées au voisinage du site, notamment le galéopsis des moissons (Galeopsis segetum) sur le talus de la rue du Château, au bas du versant sud, ou encore l'orchis mâle (Orchis mascula) et le cétérach (Ceterach officinarum) au pied du flanc oriental du promontoire.

L'intérêt faunistique du site du Château d'Herbeumont a surtout été documenté lors du LIFE Herbages (2013-2020). Les inventaires ont porté sur deux groupes, les papillons de jour et les orthoptères, pour lesquels les données antérieures étaient quasiment nulles.

L'ouverture du versant sud, auparavant forestier, et le développement d'une végétation herbacée variée, a certainement favorisé la présence d'un cortège assez riche de papillons de jour (28 espèces) dont la mégère (Lasiommata megera), le cuivré fuligineux (Lycaena tityrus), la grisette (Carcharodus alceae), le petit nacré (Issoria lathonia), le nacré de la ronce (Brenthis daphne), ... Plusieurs espèces plus forestières sont également présentes comme la grande tortue (Nymphalis polychloros), le thécla de l'orme (Satyrium w-album), le tabac d'Espagne (Argynnis paphia), etc.

Parmi les orthoptères, l'espèce la plus remarquable est sans doute le sténobothre nain (Stenobothrus stigmaticus), un criquet thermophile des pâtures et landes ouvertes rare et très menacé en Région wallonne.

Divers

Sources

DEMNA + DNF

LIFE Herbages

Répondants de l'information

LIFE Herbages

Date de la dernière modification de la fiche

2020-08-26