Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

353 - Noue de Hemlot

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Noue de Hemelot
Communes :Oupeye
Cantonnements DNF :Liège
Surface :3.84 ha
Coordonnées :X Lambert : 242182 - Y Lambert : 154865
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Le Hemlot est un ancien bras de la Meuse situé entre Liège et Visé, en rive gauche du fleuve, juste en amont du village de Hermalle-sous-Argenteau. Existant déjà au 18ème siècle, il se présente actuellement comme un plan d'eau allongé dans un axe sud-nord sur une longueur de près de 700 m pour une largeur maximale de 40 m et une profondeur de 1 à 2 m. Le contact avec la Meuse est toujours assuré en amont comme en aval par des pertuis. Depuis deux décennies, le site subit un envasement important et ses eaux s'avèrent contaminées par divers polluants, dont des métaux lourds. Fréquenté par les pêcheurs et les promeneurs, il comprend des parties plus ou moins anthropisées, surtout les berges en contact avec les habitations et jardins, et des secteurs plus sauvages. En dépit de l'appauvrissement généralisé de sa flore et de la dégradation des habitats avec envahissement progressif par les espèces exotiques, la noue du Hemlot conserve une végétation particulièrement intéressante. Les feuilles du nénuphar jaune (Nuphar lutea) y couvrent de vastes portions de la surface de l'eau, tandis que les herbiers aquatiques de cornifle (Ceratophyllum demersum) sont remarquablement développés, constituant un habitat Natura 2000 d'intérêt communautaire. Quant aux berges, elles sont essentiellement boisées dans la moitié amont (sud) et ailleurs, principalement occupées par un groupement herbacé apparenté à la mégaphorbiaie nitrophile, plus localement par des franges de cariçaies ou d'autres hélophytes comme la baldingère (Phalaris arundinacea), la glycérie aquatique (Glyceria maxima) ou encore le faux-riz (Leersia oryzoides). La faune ne semble comporter aucun élément exceptionnel mais plusieurs espèces d'intérêt communautaire y sont signalées tels que le martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis) et la bouvière (Rhodeus sericeus).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • E8 - Basse-Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Hermalle-sous-Argenteau2.86 haOUPEYE (partim ???)LIEGE
Herstal0.97 haHERSTAL (partim ???)LIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège3.84 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Région wallonne.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Oui  Autres publics Oui

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Liège, Montagne Sainte-Walburge, 2, 4000 Liège (Tél. 04/224.58.74 - Fax : 04/224.58.77).

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Castor fiberOuiNonPrésence2016A. Hainaux, J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNonRégulier (a déjà niché)2016Divers obs.
Fulica atraNonNonNicheur (> 3 couples)2016Divers obs.
Gallinula chloropusOuiNonNicheur2016Divers obs.
Tachybaptus ruficollisOuiNonA niché
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2009ULG
Lissotriton vulgarisOuiNon2009ULG
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2009ULG
Animaux - Vertébrés - Poissons
Rhodeus sericeusOuiOui
Plantes - Plantes supérieures
Carex acuta2016Divers obs.
Ceratophyllum demersumAbondant2016Divers obs.
Cuscuta europaea2016Divers obs.
Euphorbia esula subsp. esula
Lamium maculatum2016Divers obs.
Leersia oryzoides2016J.-Y. Baugnée
Nuphar lutea2016Divers obs.
Sagittaria sagittifoliaDivers obs.

Commentaires sur la faune

Mammifères (données divers obs. 2005-2016): Castor fiber, Nyctalus sp., Pipistrellus pipistrellus, Sciurus vulgaris.

Oiseaux (données divers obs. 2005-2016): Aegithalos caudatus, Alcedo atthis, Alopochen aegyptiaca, Anas platyrhynchos, Ardea cinerea, Branta canadensis, Carduelis chloris, Certhia brachydactyla, Columba palumbus, Cygnus olor, Dendrocopos major, Fringilla coelebs, Fulica atra, Gallinula chloropus, Garulus glandarius, Motacilla cinerea, Parus caeruleus, Parus major, Passer domesticus, Phalacrocorax carbo, Phylloscopus collybita, Phylloscopus trochilus, Picus viridis, Prunella modularis, Pyrrhula pyrrhula, Streptopelia decaocto, Tachybaptus ruficollis, Troglodytes troglodytes, Turdus merula, Turdus philomelos, Sylvia atricapilla.

Reptiles (données J.-C. Noirfalise, 2009; J.-Y. Baugnée, 2016): Trachemys scripta.

Amphibiens (données ULG 2008-2009): Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton vulgaris, Pelophylax kl. esculentus, Pelophylax ridibundus.

Poissons (données J.-C. Philippart-ULG 2008-2009): Abramis brama, Anguilla anguilla, Aspius aspius, Carassius carassius, Cyprinus carpio, Esox lucius, Gasterosteus aculeatus, Lepomis gibbosus, Leuciscus idus, Perca fluviatilis, Rutilus rutilus, Scardinius erythrophthalmus, Silurus glanus, Tinca tinca.

Odonates (données divers obs. 2005-2016): Aeshna cyanea, Aeshna mixta, Anax imperator, Calopteryx splendens, Calopteryx virgo, Cordulia aenea, Crocothemis erythraea, Enallagma cyathigerum, Erythromma najas, Erythromma viridulum, Ischnura elegans, Lestes viridis, Libellula depressa, Libellula quadrimaculata, Orthetrum cancellatum, Sympetrum striolatum.

Coléoptères (données J.-Y. Baugnée 2011-2016): Agelastica alni, Cassida viridis, Chrysolina coerulans, Crepidodera plutus, Harmonia axyridis, Isochnus sequensi, Nanophyes marmoratus, Phratora sp., Psammoecus bipunctatus, Rhamphus pulicarius, Trachys minutus.

Diptères (données J.-Y. Baugnée 2011-2016): Bayeriola salicariae, Dasineura fraxini, Dasineura marginemtorquens, Eristalis arbustorum, Eristalis interrupta, Helophilus pendulus, Hydromyza livens, Iteomyia capreae, Lasioptera rubi, Myathropa florea, Phytomyza tetrasticha, Rondaniola bursaria.

Hémiptères (données J.-Y. Baugnée 2011-2016): Anthocoris nemorum, Aphalara maculipennis, Aphrophora alni, Aquarius paludum, Arthaldeus pascuellus, Cicadula flori, Cicadula persimilis, Cicadula quadrinotata, Edwardsiana tersa, Elasmostethus interstinctus, Elasmucha grisea, Gerris lacustris, Ischnodemus sabuleti, Javesella dubia, Kleidocerys ericae, Kybos sp., Kybos virgator, Lygus gemellatus, Lygus pratensis, Lygus rugulipennis, Macrosteles laevis, Macrosteles viridigriseus, Megamelus notula, Notostira elongata, Notus flavipennis, Orius laticollis, Orthops kalmii, Pilophorus confusus, Pterocomma salicis, Pyrrhocoris apterus, Stenocranus major, Trioza urticae, Zygina lunaris, Zyginidia scutellaris.

Hyménoptères (données J.-Y. Baugnée 2011-2016): Apis mellifera, Bombus pascuorum, Brachythops flavens, Lasius niger, Phyllocolpa leucosticta, Polistes dominulus, Pontania triandrae, Tenthredo scrophulariae, Vespa crabro, Vespula vulgaris.

Lépidoptères (données J.-Y. Baugnée 2011-2016): Acrolepia autumnitella, Autographa gamma, Bedellia somnulentella, Caloptilia fidella, Caloptilia stigmatella, Carcharodus alceae, Coleophora alnifoliae, Cosmopterix zieglerella, Emmelina monodactyla, Heliozela resplendella, Inachis io, Pararge aegeria, Phyllonorycter pastorella, Pieris brassicae, Pieris rapae, Stigmella obliquella, Stigmella splendidissimella, Vanessa atalanta.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données J. Saintenoy-Simon et al. 1994 + divers obs. 2008-2016): Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Acorus calamus, Aegopodium podagraria, Ailanthus altissima, Alliaria petiolata, Alnus glutinosa, Angelica sylvestris, Arctium minus, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Atriplex patula, Bidens cernua, Bidens frondosa, Bidens tripartita, Buddleja davidii, Calystegia sepium, Cardamine impatiens, Carduus crispus, Carex acuta, Carex acutiformis, Carex cuprina, Carex hirta, Ceratophyllum demersum, Chelidonium majus, Conyza canadensis, Conyza sumatrensis, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Crepis capillaris, Cuscuta europaea, Dactylis glomerata, Daucus carota, Diplotaxis tenuifolia, Elodea nuttallii, Epilobium hirsutum, Epilobium parviflorum, Equisetum arvense, Erodium cicutarium, Eupatorium cannabinum, Euphorbia esula subsp. esula, Fallopia japonica, Filipendula ulmaria, Fraxinus excelsior, Galinsoga quadriradiata (= ciliata), Geranium pyrenaicum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Glyceria maxima Hedera helix, Helianthus sp., Heracleum sphondylium, Hirschfeldia incana, Holcus lanatus, Humulus lupulus, Impatiens glandulifera, Iris pseudacorus, Juglans regia, Juncus effusus, Lactuca serriola, Lamium maculatum, Lapsana communis, Leersia oryzoides, Lemna gibba, Lemna minor, Lycopus europaeus, Lythrum salicaria, Malva sylvestris, Medicago sativa, Mentha aquatica, Mentha suaveolens, Myosotis scorpioides, Myosoton aquaticum, Nuphar lutea, Odontites vernus, Origanum vulgare (cv ?), Parthenocissus inserta, Persicaria amphibia, Persicaria hydropiper, Persicaria lapathifolium, Persicaria maculosa, Phalaris arundinacea, Phragmites australis, Picris hieracioides, Pimpinella saxifraga, Plantago lanceolata, Poa annua, Poa trivialis, Pulicaria dysenterica, Quercus robur, Quercus rubra, Ribes rubrum, Robinia pseudoacacia, Rorippa amphibia, Rubus sp., Rumex conglomeratus, Rumex hydrolapathum, Sagittaria sagittifolia, Salix alba, Salix caprea, Salix cinerea, Salix triandra, Salix viminalis, Sambucus nigra, Scirpus sylvaticus, Scrophularia auriculata, Scutellaria galericulata, Securigera varia, Sedum acre, Senecio inaequidens, Senecio jacobaea, Senecio vulgaris, Silene dioica, Solanum dulcamara, Sparganium erectum, Spirodela polyrhiza, Stachys palustris, Stachys sylvatica, Symphytum cf. asperum, Tanacetum vulgare, Tilia platyphyllos, Trifolium pratense, Typha latifolia, Ulmus gr. minor, Urtica dioica, Valeriana repens, Verbascum nigrum, Veronica beccabunga, Vicia cracca.

Espèces exotiques

Plantes: Ailanthus altissima, Buddleja davidii, Conyza canadensis, Conyza sumatrensis, Diplotaxis tenuifolia, Elodea nuttallii, Fallopia japonica, Galinsoga quadriradiata, Helianthus sp., Hirschfeldia incana, Impatiens glandulifera, Quercus rubra, Robinia pseudoacacia, Securigera varia, Senecio inaequidens.

Animaux: Alopochen aegyptiaca, Branta canadensis, Harmonia axyridis, Lepomis gibbosus, Orconectes limosus, Pelophylax ridibundus, Trachemys scripta.

Conservation

Objectifs de conservation

A compléter

Menaces

Envahissement progressive par diverses plantes exotiques comme la renouée du Japon, la vigne-vierge, l'ailanthe glutineux, la balsamine de l'Himalaya, etc. La présence de la tortue de Floride et de certains poissons non indigènes (perche-soleil, silure, ...) devrait également être surveillée voire contrôlée.

Recommandations

Compléter les études faunistiques (macro-invertébrés benthiques, e.a.).

Etablir un plan de gestion pour l'ensemble du site, y compris les zones de friches qui le bordent.

Plan de gestion

Gestion par la DGO1.

Accès du public

Accès libre via le chemin de halage qui borde la Meuse et les sentiers qui longe la noue. Le site est un agréable lieu de promenade et comprend plusieurs bancs, pontons, etc.

La pêche est autorisée.

Détails

Description physique

Une description précise du milieu physique est fournie dans le rapport final de la convention RW-ULG «projet Hemlot» (2008-2009). Les informations présentées dans cette fiche sont largement inspirées de ce rapport.

Le Hemlot est un ancien bras de la Meuse s'étendant en rive gauche du fleuve, en amont du village de Hermalle-sous-Argenteau et de l'île de Franche Garenne. Il repose entièrement sur des alluvions modernes des vallées, à une altitude de 55 m environ.

S'étalant sur près de 700 m selon un axe sud-nord, le plan d'eau est constitué de trois parties d'inégales surfaces reliées entre-elles par des chenaux. Il communique avec la Meuse par des pertuis, à l'amont et à l'aval. Le Hemlot ne dépasse jamais 50 m de section et n'est séparé de la Meuse que de quelques mètres (extrémité nord) à 100 m au maximum. La profondeur d'eau est de 1 à 2 m, toutefois on assiste depuis le début des années 2000 à un envasement important de la noue, avec une couche de vase atteignant par endroits plus de 1,5 m (selon des mesures réalisées en 2008 par le SPW).

Outre l'envasement important du plan d'eau, les analyses de l'ULG confirme la mauvaise qualité actuelle des eaux du Hemlot aggravée par une contamination importante des sédiments par divers métaux lourds (plomb, mercure, zinc, cadmium, cuivre, ...) ainsi que des hydrocarbures. Ajoutons que plusieurs tuyaux d'écoulement des eaux usées existent dans la partie aval de la noue.

Description biologique

La description synthétique de la végétation du Hemlot fournie ci-après est basée sur les informations compilées par J. Saintenoy-Simon (1994).

Dans l'eau poussent Nuphar lutea, Lemna minor, Spirodela polyrhiza, Ceratophyllum demersum, cette dernière espèce en extraordinaire abondance.

Une partie de la berge occidentale est boisée, sans doute à l'endroit d'un ancien parc comme le laisse supposer la présence d'espèces ornementales comme le saule pleureur. La berge orientale est occupée par une pelouse et une prairie anthropisées pâturées par oies et canards, des jardins, un talus couvert de végétation, etc.

La berge boisée rassemble Robinia pseudoacacia, Acer pseudoplatanus, Tilia platyphyllos, Ulmus gr. minor, Quercus rubra, Fraxinus excelsior, Corylus avellana, Ribes rubrum, Rubus sp., Humulus lupulus, sur une strate herbacée formée de Aegopodium podagraria, Alliaria petiolata, Stachys sylvatica, Calystegia sepium, Hedera helix, Urtica dioica, etc.

Ailleurs, on observe une végétation exubérante, formée de hautes herbes. On distingue à côté d'une roselière à Glyceria maxima bien développée, des groupements plus ou moins fragmentaires comme :

- une roselière à Sagittaria sagittifolia;

- une roselière amphibie à Rorippa amphibia;

- un groupement fontinal à Veronica beccabunga;

- une roselière à Acorus calamus;

- une roselière à Sparganium erectum;

- une roselière à Rumex hydrolapathum;

- une roselière à Typha latifolia;

- une roselière à Phalaris arundinacea;

- un groupement à Scirpus sylvaticus;

- un Bidention à Bidens frondosa, B. tripartita, Persicaria hydropiper, P. lapathifolium, Atriplex patula;

- une mégaphorbiaie à Lythrum salicaria, Solanum dulcamara, Eupatorium cannabinum, Symphytum cf. asperum, Epilobium hirsutum, Juncus effusus, Valeriana repens, Scrophularia auriculata, Rumex conglomeratus, Pulicaria dysenterica, Myosoton aquaticum, Stachys palustris, Lycopus europaeus, Carduus crispus,...

- des friches nitrophiles à Tanacetum vulgare, Artemisia vulgaris, Urtica dioica (parasitée par Cuscuta europaea) et diverses plantes exotiques comme Impatiens glandulifera, Fallopia japonica, Galinsoga quadriradiata,...;

- une cariçaie à Carex acuta et C. acutiformis;

- une arrhénathéraie;

- un début de recolonisation forestière par Salix cinerea, S. viminalis, S. caprea, Sambucus nigra, Crataegus monogyna, etc.

Les abords du Hemlot hébergent plusieurs espèces caractéristiques des grandes vallées comme Lamium maculatum, Euphorbia esula subsp. esula, Cuscuta europaea, déjà citée. Au sud de la noue, sur une digue très rudérale, quelques espèces naturalisées sont présentes: Senecio inaequidens, Securigera varia, Diplotaxis tenuifolia,...

Un compte rendu d'excursion de la Société botanique de Liège (SEPULCHRE, 1943) fournit une image du paysage végétal en place durant la première moitié du 20ème siècle. Il permet également de se rendre compte d'une certaine stabilité dans la végétation de la noue jusque dans les années 1990. On constate cependant un appauvrissement floristique avec la disparition de divers hélophytes et hydrophytes dont Schoenoplectus lacustris, Bolboschaenus maritimus, Butomus umbellatus, Nymphoides peltata, Hydrocharis morsus-ranae, Potamogeton natans, P. pectinatus. Cette régression est un phénomène général dans la vallée de la Meuse. Dans le cas présent, il ne peut pas être imputé au batillage (comme cela est souvent évoqué pour la Meuse), ni au niveau trop élevé de l'eau, mais sans doute à la dégradation de la qualité de celle-ci.

En 2008, un état des lieux est réalisé par une équipe pluridisciplinaire de l'Université de Liège (Unité de Biologie du Comportement et Laboratoire d'Hydrographie et de Géomorphologie fluviatile), dans le cadre de la convention RW-ULG «projet Hemlot» (2008-2009). Cette évaluation a montré que la plupart des communautés végétales relevées par J. Saintenoy-Simon (1994) sont toujours présentes au Hemlot mais de manière très morcelée.

Lors d'une visite en septembre 2016 (obs. J.-Y. Baugnée - DEMNA), la présence d'un petit massif de roseau commun (Phragmites australis) est notée sur une petite avancée de la berge ouest du bassin central, boisée à cet endroit. Ce groupement, certes très fragmentaire, n'est pas mentionné dans la description donnée par Saintenoy-Simon (1994) ni dans l'évaluation biologique de l'ULG (2008-2009) et on peut dès lors se demander si cette phragmitaie est en cours d'installation depuis peu. En bordure pousse aussi le myosotis des marais (Myosotis scorpioides), l'épiaire des marais (Stachys palustris) ainsi que plusieurs pieds de bident penché (Bidens cernua), une autre plante non signalée dans les inventaires précédents.

Quasiment en face de cette jeune roselière, en rive orientale du Hemlot, subsiste sur une cinquantaine de mètres une frange de cariçaie à laîche aiguë (Carex acuta) et de mégaphorbiaie rivulaire assez riche en espèces. C'est là qu'a été découvert un hélophyte rare et quasiment disparu de la vallée de la Meuse, le faux-riz (Leersia oryzoides), une graminée à floraison tardive (août-septembre) parfois confondue au stade végétatif avec la baldingère, voire le pâturin commun. Vu son abondance, l'espèce était probablement déjà présente précédemment tout en passant inaperçue.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Usine Cockerill-Cheratte et ses dépôt divers, non loin du site.

Histoire du site

D'après Ferraris, à cet endroit la Meuse se divisait en 2 bras contournant une île. La noue occupe l'ancien bras occidental.

Divers

Sources

ZHIB

ULG

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994)

ULG

Date de la dernière modification de la fiche

2016-09-14