Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

436 - Mare de Sohier

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Wellin
Cantonnements DNF :Libin
Surface :0.44 ha
Coordonnées :X Lambert : 199654 - Y Lambert : 84137
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

La mare de Sohier se trouve à quelques kilomètres à l'ouest de Wellin, sur le piémont de l'Ardenne en limite avec la Famenne. Couvrant environ 25 ares, elle est colonisée par une végétation aquatique et rivulaire intéressante qui a nettement évolué ces dernières années en raison d'une eutrophisation de l'eau combinée à un envasement important. Cela se marque notamment par le développement d'une plante exotique, l'élodée du Canada (Elodea canadensis), au détriment d'autres espèces aquatiques comme les potamots. Des modifications sont observées également dans la composition faunistique du site. Un curage progressif a été mené de 2009 à 2011 afin de favoriser le retour d'une végétation aquatique et des groupements de ceinture les plus diversifiés possibles. Le site accueille plusieurs espèces végétales intéressantes et montre un intérêt élevé sur le plan herpétologique avec la présence des quatre espèces de tritons, dont le rare triton crêté (Triturus cristatus) et de la petite grenouille verte (Pelophylax lessonae).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L2 - Ardenne septentrionale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Sohier0.44 haWELLINLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Libin0.44 haNeufchâteau

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune de Wellin.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Libin, 48B, rue du Commerce, 6890 Libin (Tél. : 061/65.00.90 - Fax : 061/65.00.99).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6423Mare de Sohier0,44 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNonA niché2003M. Paquay et al.
Gallinula chloropusOuiNonNicheur (1-2 couples)2013M. Paquay et al.
Rallus aquaticusOuiNonOccasionnelM. Paquay
Tachybaptus ruficollisOuiNonA nichéM. Paquay et al.
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2013M. Paquay, A. Laudelout
Lissotriton helveticusOuiNon2013R. Vanhamme, M. Paquay, A. Laudelout
Lissotriton vulgarisOuiNon2013M. Paquay, A. Laudelout
Pelophylax lessonaeOuiNon2013M. Paquay et al.
Rana temporariaOuiNon2012M. Paquay et al.
Triturus cristatusOuiOui> 500 ex. (2013)2013M. Paquay, A. Laudelout
Invertébrés - Insectes - Libellules
Sympetrum flaveolumNonOui2 ex.2003M. Paquay et Naturalistes de la Haute Lesse
Plantes - Plantes supérieures
Alopecurus aequalis2013J. Leurquin, M.-T. Romain
Bidens cernua2013J. Leurquin, M.-T. Romain
Carex vesicaria2013J. Leurquin, M.-T. Romain
Sparganium emersum2013J. Leurquin, M.-T. Romain
Veronica scutellata2013J. Leurquin, M.-T. Romain
Plantes - Mousses
Riccia fluitans2003J. Leurquin, M.-T. Romain

Commentaires sur la faune

Oiseaux nicheurs (données div. obs. 1995-2013): Rallus aquaticus, Tachybaptus ruficollis, Gallinula chloropus, Acrocephalus palustris.

Amphibiens (données div. obs. 1995-2013): Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Lissotriton vulgaris, Pelophylax lessonae, Rana temporaria, Triturus cristatus.

Mollusques (données B. Marée 2003): Anisus vortex, Gyraulus albus, Lymnaea stagnalis, Pisidium nitidum, Pisidium personatum, Sphaerium lacustre.

Odonates (données D. Testaert 2003; M. Paquay 2013): Aeshna cyanea, Aeshna mixta, Anax imperator, Coenagrion puella, Cordulia aenea, Ischnura elegans, Lestes viridis, Libellula depressa, Pyrrhosoma nymphula.

Hétéroptères (données M. Paquay 2013): Ilyocoris cimicoides, Notonecta glauca, Notonecta obliqua, Nepa cinerea.

Coléoptères (données M. Paquay 2013): Dytiscus marginalis, Ilybius sp.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données B. Overal, 1978-1996; J. Leurquin et P. Limbourg 1990-2013): Agrostis stolonifera, Alisma plantago-aquatica, Alnus glutinosa, Alopecurus aequalis, Bidens cernua, Bidens tripartita, Calystegia sepium, Carex cuprina, Carex vesicaria, Eleocharis palustris, Elodea canadensis, Epilobium hirsutum, Epilobium parviflorum, Galium palustre, Glyceria fluitans, Hypericum perforatum, Juncus acutiflorus, Juncus articulatus, Juncus effusus, Lemna minor, Lemna trisulca, Lotus pedunculatus, Lycopus europaeus, Lysimachia nummularia, Mentha xverticillata, Myosotis laxa subsp. cespitosa, Phalaris arundinacea, Potamogeton natans, Potentilla anserina, Ranunculus flammula, Ranunculus repens, Rubus caesius, Rumex conglomeratus, Salix xmultinervis, Scirpus sylvaticus, Scrophularia nodosa, Solanum dulcamara, Sparganium emersum, Sparganium erectum, Valeriana repens, Veronica beccabunga, Veronica scutellata.

Espèces exotiques

Plantes: Elodea canadensis.

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'une mare très intéressante d'un point de vue biologique.

Menaces

Atterrissement.

Pollution par les sels de déneigement (voirie proche).

Eutrophisation (voisinage de prairies amendées et de maisons).

Envahissement par les plantes exotiques (élodée du Canada tout particulièrement)

Recommandations

Maintien de la haie et délimitation d'une zone tampon autour de la mare.

Limitation de l'envahissement par l'élodée du Canada.

Compléter les inventaires faunistiques.

Plan de gestion

Un historique des prospections et des interventions au niveau de la mare est fourni par LIMBOURG et LEURQUIN (2013).

Aucun plan de gestion officiel ne semble disponible. Après un curage de la mare à la fin des années 1970, le site s'était progressivement envasé et eutrophisé. Suite à l'intervention des Naturalistes de la Haute Lesse auprès de la commune de Wellin, propriétaire du site, un nouveau curage est opéré en deux phases, afin de ménager des zones refuges pour la faune aquatique. La première phase eu lieu en 2009, la seconde en février 2011. Les travaux ont été effectués par les Entreprises Pirot et subventionnés par la Région wallonne.

Accès du public

Le site se trouve à la sortie du village de Sohier, le long de la route menant au Tanton. S'agissant d'une propriété communale, il est librement accessible.

Détails

Description physique

La mare de Sohier se trouve à environ 600 m au sud-ouest du centre du village de Sohier, sur le piémont de l'Ardenne au contact avec la Fagne schisteuse. Couvrant 25 ares, elle est de forme triangulaire et est limitée d'un côté par l'accotement de la route et des deux autres côtés par de grosses haies qui l'isolent des prairies pâturées voisines.

Le substrat est formé d'une argile très peu vaseuse provenant de l'altération des schistes et grès de l'Emsien moyen (assise de Winenne). En 1995 cependant, une couche de vase atteignant 1 m d'épaisseur couvrait le fond de la mare. En 2013, la profondeur d'eau oscille entre 0,85 et 1 m et l'épaisseur de vase n'est plus que de 10 à 25 cm, résultat du curage effectué de façon progressive de 2009 à 2011 (LIMBOURG et LEURQUIN, 2013).

Les eaux sont mésotrophes, en voie d'eutrophisation. Elles sont de nature alcaline (pH de 7,6 en août 2013).

Description biologique

La végétation de la mare de Sohier a été étudiée en détail par OVERAL (1978; 1996) et une cartographie précise des groupements végétaux a été réalisée par LEURQUIN (2003). Le site a été visité à plusieurs reprises par les Naturalistes de la Haute Lesse (historique dans LIMBOURG et LEURQUIN, 2013).

Historiquement, cette mare communale était périodiquement curée, action qui permettait d'entretenir la dynamique végétale en limitant son envasement. Le dernier curage ayant été opéré dans les années 1970, elle s'est progressivement atterrie et envasée jusqu'au récent curage progressif qui a eu lieu en deux phases en 2009 et 2011.

Durant les années 1990-2000, on distingue, du centre de la mare vers ses berges:

- une végétation aquatique à Potamogeton natans qui a progressivement fait place à un herbier à Elodea canadensis qui occupe toute l'eau libre.

- un groupement flottant à Lemna minor, à developpement estival;

- une sparganaie à Sparganium emersum, toujours bien caractérisée en 1995 et associée à Eleocharis palustris;

- une glycéraie à Glyceria fluitans, subsistant principalement dans la partie sud de la mare;

- un groupement à Eleocharis palustris, abritant en outre Agrostis stolonifera, Veronica scutellata, Bidens cernua;

- une jonchaie à Juncus effusus melé de Solanum dulcamara;

- des fragments du Bidention à Bidens tripartita (non revu récemment), B. cernua, Alopecurus aequalis (en très forte régression au début des années 2000), etc.;

- des fourrés de saules (Salix x multinervis) et d'épineux (Rubus caesius, entre autre).

Par rapport aux premières observations datant de 1977, le milieu a évolué dans le sens d'une eutrophisation sensible des eaux. Cette eutrophisation est favorable à Bidens cernua ainsi qu'à Elodea canadensis. Par contre, une espèce comme Lemna trisulca, affectionnant les eaux pauves en nitrates et phosphates, semble avoir disparu.

En août 2013, deux ans après le curage de la mare, il a été constaté (LIMBOURG et LEURQUIN, 2013):

- une densification des herbiers d'Elodea canadensis (tapis épais et continu de 50 cm d'épaisseur) et de Potamogeton natans;

- une présence plus importante de Bidens cernua et de Veronica scutellata;

- le maintien d'Alopecurus aequalis en pieds isolés;

- la disparition du groupement fragmentaire à Juncus acutiflorus.

La mare de Sohier présente un intérêt important pour la faune aquatique, notamment les amphibiens et les odonates qui sont les groupes pour lesquels les données sont les plus abondantes. Les autres groupes taxonomiques (coléoptères aquatiques, hétéroptères, trichoptères, ...) ont été beaucoup moins étudiés et mériteraient un inventaire détaillé.

Le site est fréquenté notamment par plusieurs espèces d'amphibiens dont les quatre tritons de Wallonie. Le rare triton crêté (Triturus cristatus) était déjà signalé dans les années 1980 et est toujours bien présent. D'après des captures par nasses au printemps 2013 (voir le relevé de MAREE et PAQUAY in LIMBOURG et LEURQUIN, 2013), la population peut être estimée à 500 individus ou davantage (comm. A. Laudelout). On notera aussi l'importante population de la petite grenouille verte (Pelophylax lessonae).

Parmi les mollusques dulcicoles, on signale la présence de Sphaerium lacustre, Pisidium nitidum, Pisidium personatum, Anisus vortex, Gyraulus albus, Lymnaea stagnalis. Notons que cette dernière et grande espèce ne semble être apparue que récemment sur le site où elle est maintenant bien présente (MAREE, 2003).

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Sur la carte de Ferraris (au 18ème siècle), la mare n'est pas encore figurée, le site étant occupé par des cultures.

Divers

Sources

ZHIB

Répondants de l'information

LES NATURALISTES DE LA HAUTE LESSE.

J. LEURQUIN et M.-T. ROMAIN (Lotissement Coputienne, 10, 6920 Wellin).

Date de la dernière modification de la fiche

2014-02-21