Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

562 - Ri de Ribaucourt et Bois de Wannebecq

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Ellezelles
Cantonnements DNF :Mons
Surface :18.87 ha
Coordonnées :X Lambert : 102127 - Y Lambert : 156746
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

A compléter

Carto

Régions naturelles

  • B0 - Région limoneuse hennuyère
  • B2 - Collines hennuyères

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Ellezelles15.3 haELLEZELLESHAINAUT
Wodecq3.57 haELLEZELLESHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Mons18.87 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Biotopes

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNonCRASEN
Falco subbuteoOuiNonPrésent dans le secteurCRASEN
Oriolus oriolusOuiOuiCRASEN
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Rana temporariaOuiNonCRASEN
Plantes - Plantes supérieures
Epipactis helleborineCRASEN
Listera ovataCRASEN

Commentaires sur la faune

Avifaune.
Les ornithologues de la région signalent la présence estivale du Faucon hobereau (Falco subbuteo) dans la région s'étendant de Frasnes à Flobecq. Bien que nous n'ayons pas observé cette espèce lors de notre visite sur le site, celui-ci est particulièrement propice à la nidification de l'Hobereau. Le boqueteau de peupliers est également favorable au Loriot d'Europe (Oriolus oriolus). Un petit étang creusé en dérivation du Ru de Ribaucourt attire le Héron cendré (Ardea cinerea), la Poule d'eau (Gallinula chloropus) et le Canard colvert (Anas platyrhynchos). Le Troglodyte (Troglodytes troglodytes) est omniprésent dans tout le site. La Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris) et la Fauvette grisette (Sylvia communis) se plaisent dans la végétation alluviale du Ru de Ribaucourt.

Parmi les mammifères, animaux plus discrets, seul le lièvre variable (Lepus capensis) a révélé sa présence.

Herpétofaune.
L'humidité du site en fait un lieu privilégié de reproduction pour les batraciens : lors de notre visite, nous avons pu observer la grenouille rousse (Rana temporaria). Les 4 espèces de tritons régionales (Triturus alpestris, Triturus cristatus, Triturus vulgaris, Triturus helveticus) sont suspectées, au regard du biotope très favorable et de leur présence dans des sites voisins.

Entomofaune.
La faune entomologique est riche . Dans un inventaire datant de 1975, J-P Yernault signale : Hololepta plana, Procraerus tibialis et deux papillons diurnes, la belle-dame (Vanessa cardui) et le gamma (Polygania c-album).

Commentaires sur la flore

Intéressant au niveau régional : Paris quadrifolia - Listera ovata - Epipactis helleborine - Sedium telephium.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

A compléter

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

Le site se présente comme une assiette humide (alt.40 -45 m) reposant sur un sous-sol d'argile yprésienne coincée entre le Ru de Ribaucourt et la colline boisée attenante (alt. 45-72 m) à sous-sol d'argile sableuse yprésienne. Les nombreuses sources affleurant en bas de la colline, au niveau de la zone de contact entre le sable et l'argile yprésiens serpentent ensuite sur l'assiette pour finalement se jeter dans le Ru de Ribaucourt. Le lit superficiel du Ru de Ribaucourt est composé d'alluvions modernes des vallées.

Description biologique

Sur la carte de Ferraris (18ème siècle), l'habitat initial était composé de prairies marécageuses. L'assiette humide est actuellement plantée d'une peupleraie présentant 2 faciès:
- un faciès à sous-bois d'Alnus glutinosa au voisinage des sources : l'aulne glutineux y est accompagné d'espèces ligneuses telles que le frêne (Fraxinus excelsior), l'aubépine à un style (Crataegus monogyna), la viorne obier (Viburnum opulus), le sureau (Sambucus nigra) et divers saules (Salix sp).

La flore du sous-bois est diversement répartie suivant le gradient d'humidité, nous avons recensé : la scrofulaire aquatique (Scrophularia auriculata), le lycope d'Europe (Lycopus europaeus), la morelle douce-amère (Solanum dulcamara), le millepertuis tetraptère (Hypericum tetrapterum),la circée de Paris (Circaea lutetiana), la primevère élevée (Primula elatior), des laîches (Carex sp.), la parisette (Paris quadrifolia), l'iris jaune (Iris pseudacorus), la lysimaque nummulaire (Lysamachia nummularia), le gouet tacheté (Arum maculatum), la Salicaire commune (Lythrum salicaria), le populage des marais (Caltha palustris), la menthe aquatique (Mentha aquatica), le jonc épars (Juncus effusus), le cirse maraîcher (Cirsium oleraceum), l'épilobe hérissée (Epilobium hirsutum), l'eupatoire à feuilles de chanvre (Eupatorium cannabinum)...
Les lianes sont représentées par le houblon (Humulus lupulus) et le liseron des haies (Calystegia sepium).

- un faciès à sous-bois rudéral dans les zones plus sèches séparant les sources : la grande ortie (Urtica dioica) s'y montre envahissante . On y rencontre également la reine des prés (Filipendula ulmaria), l'angélique des bois (Angelica sylvestris), le cirse des champs (Cirsium arvense), le cirse des marais (Cirsium palustre), le compagnon rouge (Silene dioica). L'épipactis à larges feuilles (Epipactis helleborine) est abondant le long du chemin qui traverse le site .

A ces espèces, on peut ajouter l'orpin reprise (Sedum telephium), le saule des vanniers (Salix viminalis) et le prunellier (Prunus spinosa) rencontrés sur les berges du Ru de Ribaucourt.
La colline boisée attenante est couverte d'une chênaie neutrocline à humus doux : le gouet tacheté (Arum maculatum), la primevère élevée (Primula elatior), la parisette (Paris quadrifolia), la circée de Paris (Circaea lutetiana), la stellaire holostée (Stellaria holostea) s'y épanouissent. J-P. Yernault (1975) y a relevé l'orchidée Listera ovata.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Selon Ferraris, prairies marécageuses et bois de haute futaie.

Divers

Sources

CRASSEN
OFFH

Répondants de l'information

CRASEN (1982).