Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

639 - Sablière de la Hocaille

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Sablière Ready Mix
Communes :Grez-Doiceau
Cantonnements DNF :Nivelles
Surface :10.75 ha
Coordonnées :X Lambert : 171952 - Y Lambert : 160433
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Localisée dans le Brabant wallon au nord de la route Archennes à Grez-Doiceau, la sablière de la Hocaille fut abandonnée au début des années 2000 mais était encore occupée dans sa partie méridionale par une centrale à béton qui arrêta ses activités en décembre 2004. A l'époque, le site présentait encore des falaises de sable convenant à l'hirondelle de rivage (Riparia riparia) dont une importante colonie y a compté jusqu'à 200 nids. Le fond de l'excavation présentait plusieurs zones humides, avec des plages de roseaux (Phragmites australis) et de massettes à larges feuilles (Typha latifolia). Des bassins, en majorité asséchés, étaient aménagés sur et au-dessus du flanc oriental. La flore comprenait diverses plantes pionnières, parmi lesquelles une remarquable population de camomille puante (Anthemis cotula). L'entomofaune sabulicole trouvait encore des espaces sablonneux aptes à leur développement, en particulier la cicindèle hybride (Cicindela hybrida) et de nombreuses abeilles solitaires. La sablière a depuis été partiellement remblayée et a subi divers aménagements qui ont amoindri son intérêt biologique. Toutefois, les friches fleuries n'en restent pas moins attractives pour les insectes et le site constitue également un refuge pour les oiseaux de bocage, comme l'illustre le séjour, au printemps 2015, d'une pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), espèce particulièrement rare dans le Brabant wallon durant la période de nidification.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • C0 - Brabant limoneux

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Archennes10.75 haGREZ-DOICEAUBRABANT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Nivelles10.75 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

A compléter

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

A compléter

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Lanius collurioOuiNonNicheur potentiel2015Divers obs.
Lanius excubitorOuiOuiMigr.-hiv.?2016E. Zvar
Riparia ripariaOuiNonNicheur (max. 200 nids)2015BM. Walravens + divers obs.
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Rana temporariaOuiNonReproduction2003CA. Remacle
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Papilio machaonNonNonAbondant2003CA. Remacle
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Cicindela campestrisDispersée1995CJ.-P. Jacob
Cicindela hybridaAbondante (plusieurs centaines)2004A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena vaga2004A. Remacle
Colletes cuniculariusPlusieurs centaines de nids2004A. Remacle
Dasypoda hirtipesReproduction1995J.-P. Jacob
Plantes - Plantes supérieures
Aira caryophylleaQuelques touffes2003A. Remacle
Anacamptis pyramidalis1-3 ex.2017Divers obs.
Anthemis cotulaAbondant2003A. Remacle
Epipactis helleborine2016C A.E.F., B. Nef
Rosa rubiginosa2018B. Nef

Commentaires sur la faune

Mammifères (données divers obs.): Capreolus capreolus, Felis catus, Oryctolagus cuniculus

Oiseaux (données observations.be 2009-2018): Accipiter nisus, Aegithalos caudatus, Alauda arvensis, Alopochen aegyptiaca, Anthus pratensis, Anthus spinoletta, Anthus trivialis, Apus apus, Ardea alba, Ardea cinerea, Buteo buteo, Carduelis carduelis, Certhia brachydactyla, Chloris chloris, Circus aeruginosus, Coccothraustes coccothraustes, Coloeus monedula, Columba oenas, Columba palumbus, Corvus corone, Corvus frugilegus, Coturnix coturnix, Cyanistes caeruleus, Delichon urbicum, Dendrocopos major, Emberiza citrinella, Emberiza schoeniclus, Erithacus rubecula, Falco tinnunculus, Fringilla coelebs, Gallinula chloropus, Garrulus glandarius, Hirundo rustica, Lanius collurio, Lanius excubitor, Linaria cannabina, Lullula arborea, Melopsittacus undulatus, Milvus migrans, Motacilla alba, Motacilla flava, Muscicapa striata, Parus major, Pernis apivorus, Phasianus colchicus, Phylloscopus collybita, Phylloscopus trochilus, Pica pica, Picus viridis, Poecile palustris, Prunella modularis, Psittacula krameri, Pyrrhula pyrrhula, Regulus regulus, Riparia riparia, Saxicola rubetra, Saxicola rubicola, Scolopax rusticola, Sylvia atricapilla, Sylvia borin, Sylvia communis, Troglodytes troglodytes, Turdus merula, Turdus philomelos, Turdus pilaris.

Amphibiens (données A. Remacle 2004; B. Nef, 2011): Bufo bufo, Rana temporaria (repr. < 2004).

Odonates (A. Remacle 2004 + divers obs. 2009-2018): Aeshna cyanea, Aeshna mixta, Anax imperator, Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Ischnura elegans, Orthetrum cancellatum, Sympetrum sanguineum.

Orthoptères (données A. Remacle 2004; B. Nef, 2018): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Tettigonia viridissima.

Lépidoptères (données divers obs. 2000-2018): Agapeta hamana, Agriphila tristella, Aphantopus hyperantus, Aricia agestis, Autographa gamma, Chiasmia clathrata, Coenonympha pamphilus, Euclidia glyphica, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Lasiommata megera, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Oncocera semirubella, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris rapae, Polyommatus icarus, Scotopteryx chenopodiata, Stigmella anomalella, Thymelicus lineola, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Coléoptères (données A. Remacle 2004): Cicindela campestris, Cicindela hybrida.

Hyménoptères Aculéates (données A. Remacle 2004): Ammophila sabulosa, Andrena bicolor, Andrena flavipes, Andrena propinqua, Andrena tibialis, Andrena vaga, Anthophora plumipes, Colletes cunicularius, Dasypoda hirtipes, Halictus rubicundus, Lasioglossum calceatum, Lasioglossum malachurum, Lasioglossum morio, Lasioglossum semilucens, Lasioglossum villosulum, Priocnemis perturbator.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données A. Remacle 2004; B. Nef, 2018):  Acer pseudoplatanus, Aethusa cynapium, Agrostis capillaris, Agrostis stolonifera, Aira caryophyllea, Alnus glutinosa, Anacamptis pyramidalis, Anagallis arvensis subsp. arvensis, Anthemis cotula, Arabidopsis thaliana, Artemisia vulgaris, Betula pendula, Buddleja davidii, Calamagrostis epigejos, Calystegia sepium, Campanula rapunculus, Cardamine hirsuta, Carduus crispus, Carex hirta, Carpinus betulus, Chenopodium album, Cirsium arvense, Cirsium oleraceum, Cirsium vulgare, Clematis vitalba, Conyza canadensis, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Dactylorhiza sp., Daucus carota, Deschampsia cespitosa, Digitalis purpurea, Dipsacus fullonum, Dryopteris filix-mas, Echinochloa crus-galli, , Epilobium ciliatum, Epilobium hirsutum, Epilobium parviflorum, Epilobium tetragonum, Epipactis helleborine, Equisetum arvense, Eupatorium cannabinum, Euphorbia lathyris, Fallopia convolvulus, Fallopia japonica, Festuca pratensis, Festuca rubra, Fragaria vesca, Galium aparine, Geranium pyrenaicum, Geranium robertianum, Glechoma hederacea, Hedera helix, Heracleum mantegazzianum, Heracleum sphondylium, Holcus lanatus, Hypericum perforatum, Hypochaeris radicata, Inula conyzae, Juglans regia, Juncus articulatus, Juncus bufonius, Juncus effusus, Juncus inflexus, Juncus tenuis, Lactuca serriola, Lamium album, Lathyrus latifolius, Linaria vulgaris, Lotus corniculatus, Lythrum salicaria, Matricaria maritima subsp. inodora, Matricaria recutita, Medicago lupulina, Medicago sativa, Melilotus albus, Melilotus officinalis, Mentha aquatica, Myosotis arvensis, Oenothera biennis, Oenothera deflexa, Oenothera glazioviana, Persicaria lapathifolia, Persicaria maculosa, Phleum pratense, Phragmites australis, Picris hieracioides, Pinus sylvestris, Poa pratensis, Polygonum aviculare, Potentilla anserina, Potentilla reptans, Prunella vulgaris, Prunus avium, Prunus serotina, Quercus robur, Ranunculus repens, Ranunculus sceleratus, Robinia pseudoacacia, Rorippa palustris, Rosa canina s.l., Rosa corymbifera, Rosa rubiginosa, Rumex conglomeratus, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Salix alba, Salix caprea, Salix cinerea, Salix fragilis, Salix triandra, Salix viminalis, Sambucus nigra, Sanguisorba minor, Saponaria officinalis, Senecio inaequidens, Senecio jacobaea, Senecio vulgaris, Silene latifolia subsp. alba, Solidago gigantea, Stachys palustris, Symphytum officinale, Tanacetum vulgare, Trifolium arvense, Trifolium dubium, Trifolium repens, Tussilago farfara, Typha latifolia, Urtica dioica, Verbascum thapsus, Verbena officinalis, Veronica anagallis-aquatica, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia tetrasperma, Vulpia myuros, Yucca sp.

Espèces exotiques

Plantes: Buddelja davidii, Conyza canadensis, Echinochloa crus-galli, Euphorbia lathyris, Fallopia japonica, Heracleum mantegazzianum, Juncus tenuis, Lathyrus latifolius, Melilotus albus, Oenothera biennis, Oenothera deflexa, Oenothera glazioviana, Prunus serotina, Robinia pseudoacacia, Senecio inaequidens, Solidago gigantea, Yucca sp.

Animaux: Alopochen aegyptiaca, Melopsittacus undulatus, Phasianus colchicus, Psittacula krameri.

Conservation

Objectifs de conservation

Maintien d'un site favorable à l'Hirondelle de rivage et d'un espace propice à l'entomofaune sabulicole. Le réaménagement prévu, qui sera globalement défavorable à la flore et à la faune des milieux sableux, devrait toutefois permettre la sauvegarde de la colonie d'hirondelle (falaise à 'rafraîchir' régulièrement).

Menaces

Projet de réaménagement défavorable à la faune et à la flore des milieux sableux.

Recommandations

Aménagement favorable à la faune et à la flore des milieux sableux.

Plan de gestion

Sans objet.

Accès du public

Accès interdit.

Détails

Description physique

Cette sablière a été ouverte dans le relief situé entre deux vallées sèches affluentes du Train. Elle se trouve dans le village d'Archennes, à proximité immédiate d'habitations. On y a exploité des sables tertiaires bruxelliens de différentes qualités (béton, maçon, de drainage,...). Une centrale à béton est en activité sur le site jusqu'en décembre 2004.

La sablière consiste en une grande excavation en fosse, allongée dans l'axe NE-SW, contre un chemin agricole qui rejoint le village de Bossut; en 2003, la cavité atteignait l'ancien bosquet d'épicéas voisin d'un chemin perpendiculaire au chemin Archennes-Bossut. Les flancs, relativement érodés, sont hauts de plus d'une quinzaine de m. Ce site comprend une centrale à béton installée dans le secteur méridional (vers l'accès), plusieurs bassins allongés et des mares temporaires dans le fond de l'excavation, des bassins (en majorité asséchés) aménagés pour le lavage du sable sur et au-dessus du flanc oriental, ainsi que des buttes de terres de découverte et de sable au sud-est de l'excavation. La bande transporteuse qui atteignait en 1995 le front d'exploitation actif a été en grande partie démontée. Cette excavation est globalement peu colonisée par la végétation, sauf la partie la plus ancienne, plus arborée.

Le site est accessible par le sud via la rue de la Hocaille. Une rampe descend dans le fond à partir du haut du flanc oriental, dans la partie nord où l'exploitation est la plus récente. Le chemin agricole dominant le flanc ouest de l'excavation était interdit à la circulation en 2003 en raison d'un éboulement (ordonnance de police); il a été rouvert à la circulation en 2004 après sécurisation de la partie nord du flanc ouest (réduction de la pente par apport de terres).

La fréquentation du site était considérée comme faible au début des années 2000. Il y avait de la chasse dans la partie supérieure vers l'est. A cette époque, le site était globalement propre.

Environnement du site: champs au nord et à l'est, bois de la Hocaille à l'ouest et village au sud. Le site est enclavé dans une vaste zone d'intérêt paysager (village exclu).

Description biologique

Les abords supérieurs de l'excavation sont occupés par des friches plus ou moins discontinues, composées notamment de Melilotus officinalis, M. albus, Vicia hirsuta, V. tetrasperma, Lotus corniculatus, Trifolium repens, T. dubium, Medicago sativa, Oenothera deflexa, O. biennis, O. erythrosepala, Epilobium hirsutum, Daucus carota, Anthemis cotula, Matricaria recutita, Matricaria maritima inodora, Artemisia vulgaris, Tussilago farfara, Tanacetum vulgare, Senecio inaequidens, S. jacobaea, Eupatorium cannabinum, Cirsium arvense, C. vulgare, Conyza canadensis, les poacées Vulpia myuros, Dactylis glomerata et Holcus lanatus.

L'abondance de la camomille puante (Anthemis cotula) est remarquable, en particulier le long du chemin agricole et à la bordure supérieure de l'excavation; cette astéracée s'observe aussi un peu partout dans la partie nord de l'excavation. Sanguisorba minor, rare dans le Brabant, a été trouvée dans le site (prospection A.E.F. du 27/08/2003). Cette plante est cependant parfois semée dans les prés fleuris et les anciennes carrières en cours de réhabilitation et son origine ici n'est donc peut-être pas spontanée.

Le secteur le plus récent de l'excavation est encore peu colonisé par la végétation herbacée et ligneuse, tandis que la partie sud, plus ancienne, est arborée par endroits. Les ligneux sont représentés par Salix caprea, Salix viminalis, S. alba, Betula pendula, Robinia pseudoacacia, Prunus serotina, quelques Pinus sylvestris, Sambucus nigra, ainsi que par la liane Clematis vitalba. Les parties sèches sont progressivement envahies par diverses plantes présentes sur les bordures supérieures; il faut y signaler la présence de Trifolium arvense et d'Aira caryophyllea (réparti sur 1 m²).

Dans les parties humides s'asséchant en été croissent Ranunculus sceleratus (abondante localement), Chenopodium album, Persicaria maculosa, P. lapathifolium, P. aviculare, Fallopia convolvulus, Rumex conglomeratus, Rorippa palustris, Veronica anagallis-aquatica, Juncus bufonius, Agrostis stolonifera, Equisetum arvense,... Dans les bassins plus ou moins atterris se développent par endroits des plages de Phragmites australis (en progression dans le fond) et de Typha latifolia.

Suite au remblaiement de la sablière vers la fin des années 2000, la colonisation végétale a été perturbée et plusieurs milieux décrits n'existent plus. La situation actuelle doit encore être évaluée. Récemment, on y notait la présence d'Anacamptis pyramidalis et de Dactylorhiza sp. (en 2015-2017), deux orchidées sauvages très rare dans le Brabant.


Sur le plan faunistique, il existe surtout des données récentes pour les oiseaux, dont près de 65 espèces différentes ont été signalées de 2009 à 2018 (source: observations.be). Parmi les éléments intéressants, le séjour d'une pie-grièche écorcheur au printemps 2015, alors que cet oiseau est très rarement observé durant cette période dans le Brabant, laissant présager une future installation locale (voir MANIQUET, 2016). L'hirondelle de rivage (Riparia riparia) semble se maintenir en très petit nombre (quelques couples) sur le site. Le cantonnement de diverses autres espèces du bocage est également signalé, comme le bruant jaune (Emberiza citrinella), le chardonneret élégant (Carduelis carduelis), la linotte mélodieuse (Linaria cannabina), la fauvette grisette (Sylvia communis), etc.

D'autres encore y font halte durant leurs migrations, tels que la pie-grièche grise (Lanius excubitor), le tarier des prés (Saxicola rubetra), l'alouette lulu (Lullula arborea), etc.

Les observations entomologiques font état dans les années 2000 (A. Remacle) de la présence d'une population importante de Cicindela hybrida et d'une population plus dispersée de Cicindela campestris, de même qu'un peuplement d'Hyménoptères Aculéates assez diversifié, dont les abeilles sauvages Andrena bicolor, A. flavipes, A. propinqua, A. tibialis, A. vaga, Halictus rubicundus, Lasioglossum calceatum, L. semilucens, L. malachurum, L. morio, L. villosulum, Colletes cunicularius, Anthophora plumipes, Dasypoda hirtipes; le pompile Priocnemis perturbator et la guêpe solitaire Ammophila sabulosa.

Le site abrite une quinzaine d'espèces de papillons de jour et quelques odonates, ces derniers étant plus diversifiés à l'époque où existaient encore des points d'eau ; on y recense une observation récente de Calopteryx virgo, espèce assez rare dans le Brabant. Parmi les papillons de nuit, figure une pyrale peu commune, Oncocera semirubella, lié aux friches et pelouses sèches riches en lotiers et d'autres fabacées.

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle:
Occupation du site avant exploitation: cultures (en partie au moins).
Exploitant actuel: Groupe Readymix. Henri Brock et fils s.a. Rue Foidart, 85. 4020 Liège.
Matériau(x) extrait(s): sables lavés pour le béton (centrale à béton) et pour la construction.
Références
Référence de la fiche ULg (1995): 'Sablière d'Archennes' ou Sablière 'La Hocaille'.
Déroulement de l'exploitation:
Autorisation: 1964, 1982, 1985.
Fin: l'extraction du sable serait plus ou moins arrêtée depuis 2003 (encore des traces d'engins au printemps 2004). La centrale à béton devrait déménager pour la fin décembre 2004.
Réaffectation prévue (dans autorisation): retour à l'agriculture: aménagement du talus est avec une pente de 10% maximum accessible au matériel agricole et couverture du fond d'au moins un mètre de terre (cf. rapport ADESA, 1988). Le projet de réhabilitation adopté actuellement peut toutefois considéré comme plus ou moins favorable à la nature (sécurisation des talus par apport de terres et ensemencement, mais aussi maintien de la falaise occupée par l'Hirondelle de rivage).
Réaffectation effective: l'éboulement du chemin communal longeant la paroi ouest a entraîné la sécurisation de ce flanc.

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)
J.-P. JACOB (AVES)

Date de la dernière modification de la fiche

2018-11-29