Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

6741 - Etang de la Fourchinée

Site protégé : LCN-RNA

Communes :Chimay, Momignies
Cantonnements DNF :Chimay
Surface SIG :12,8958 ha
Surface cadastrale :12,8958 ha
Coordonnées :X Lambert :143302 - Y Lambert : 78292
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Ancien plan d'eau créé pour alimenter un fourneau qui fonctionna jusqu'au début du 18è siècle, l'étang de la Fourchinée occupe une surface d'environ 6 hectares dans une des principales zones de sources de l'Eau Blanche, à cheval sur les communes de Momignies et de Chimay. Son intérêt écologique est connu de longue date. La présence de l'association à littorelle des grèves et vases exondées, très rare en Wallonie, y est notamment tout à fait remarquable. Le site abrite également une avifaune intéressante ainsi qu'une vingtaine de libellules dont plusieurs espèces emblématiques, comme la cordulie à deux taches (Epitheca bimaculata). Acheté en 2002 par l'association Réserves Naturelles-Natagora, l'étang de la Fourchinée est à présent une réserve naturelle agréée par la Région wallonne couvrant une douzaine d'hectares.

Carto

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
SeloignesMOMIGNIESHAINAUT
Villers-la-TourCHIMAYHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
ChimayMons

Protection

Propriétaire(s) :

Réserves Naturelles RNOB

Type de site protégé :LCN-RNA
Année de création :2002
Commission de gestion :RNOB - Entre Sambre et Meuse
Type de contrat :

Propriété de l'asbl. Réserves Naturelles RNOB

Historique de création :

L'achat de ce site a eu lieu en 2002. Il a bénéficié de la contribution de nombreux donateurs.

Conservation

Conservateur

G. Blondiau.

(auparavant: J.-M. LAURENT).

Objectifs de conservation

Conservation d'un plan d'eau forestier ardennais d'intérêt historique, paysager, hydrologique, écologique et biologique (importante station de littorelle, e.a.).

Recommandations

Suivi régulier de la flore des grèves humides et des vasières.

Compléter les inventaires faunistiques.

Procéder à des analyses d'eau.

Plan de gestion

Un plan de gestion a été rédigé en 2004, dans le cadre de la demande d'agrément du site par l'asbl Natagora. La priorité est donnée à la conservation des plages de littorelles, avec une vidange partielle de l'étang commençant normalement aux alentours du 15 juin et des actions régulières de remise en lumière des berges.

Dans les années années 2000, il y a eu des fuites importantes de la digue ayant entrainé une longue mise en assec non contrôlée. Des travaux furent donc entamés pour rétablir un système de moine efficace il y a quelques années.

De nouvelles propositions ont été soumises au comité de gestion de la réserve Natagora en 2016 par L.-M. Delescaille et J.-M. Couvreur (SPW/DEMNA); elles concernent les trois points suivants:

1. Gestion du niveau d'eau

Le maintien de périodes d'assec se justifie en raison de la présence d'espèces annuelles rares des berges exondées et de la présence de la littorelle, une espèce amphibie vivace qui peine à se maintenir lorsque les niveaux d'eau restent élevés. Cependant, afin d'éviter que les végétations d'hélophytes ne progressent vers le centre de l'étang, au détriment des espèces vivaces amphibies, les assecs ne devraient être ni trop fréquents ni trop prolongés.

Selon l'expérience acquise par ailleurs, un abaissement du niveau de l'eau d'environ 1,5 m répété pendant 2 ans devrait permettre à la littorelle de se maintenir: elle germe abondamment sur les berges graveleuses exondées la première année et fleurit et fructifie la seconde année. Les espèces annuelles (plantes supérieures et bryophytes pionnières) disposent de substrats dénudés adéquats surtout la première année, mais elles s'adaptent en produisant de nombreuses graines ou diaspores capables de séjourner plusieurs dizaines d'années dans le substrat.

Le maintien de niveaux élevés pendant plusieurs années est justifié par la nécessité de limiter l'extension des végétations semi-aquatiques vivaces qui entrent en concurrence avec la littorelle.

L'abaissement du niveau de l'eau doit être lent et progressif; il débuterait de manière idéale vers la mi-juin avec un abaissement de 10 à 15 cm/semaine, permettant d'atteindre le niveau minimal (- 1,5 m) en 10-15 semaines. Le niveau peut être remonté progressivement à la mi-octobre (sauf si une vidange des poissons est programmée, celle-ci étant généralement réalisée en début d'hiver).

Une rotation complète pourrait être envisagée sur 6 ans : 2 années avec assec partiel (marnage maximum de 1,5 m; éventuellement vidange des poissons en fin de 2e année si nécessaire) et 4 années avec des niveaux élevés afin de réduire la concurrence des hélophytes et de reconstituer des berges nues. Le maintien d'eau en permanence (pas d'assec total, sauf pour une durée très limitée nécessaire à la vidange des poissons) devrait favoriser la végétation strictement aquatique si celle-ci se reconstitue. Cette rotation devrait être testée pendant au moins 1 à 2 cycles et adaptée à la fin du 2e cycle, si nécessaire.

2. Analyse de la qualité physico-chimique des eaux

La réalisation de campagnes d'analyse d'eau devrait idéalement accompagner un cycle complet de gestion (6 ans) ou, au minimum, une année avec eaux basses et une année avec niveau d'eau élevé. Au minimum, le pH et la conductivité de l'eau devraient être mesurés une fois par mois.

3. Gestion de la végétation ligneuse des berges

Les berges graveleuses du nord de l'étang devraient être déboisées sur 10-15 m de large, afin de permettre aux hélophytes de se développer et, éventuellement, à la prairie humide à molinie et succise et à la lande à callune, autrefois présente, de se reconstituer en bordure. Cette bande boisée est essentiellement constituée d'essences arbustives hygrophiles (Salix, Frangula alnus ...). Une gestion en rotation (par ex. sur 6 à 12 ans) devrait suffire pour assurer la survie des communautés héliophiles des berges.

La gestion du peuplement forestier de bordure pourrait aussi privilégier un traitement en taillis ou en taillis sous futaie claire de manière à réduire les apports de litière, à favoriser l'éclairement des berges et à permettre la reconstitution des végétations héliophiles telles que précédemment décrites. Il pourrait aussi se réaliser en rotation, idéalement en combinaison avec la gestion des fourrés contigus.

Accès du public

L'accès à la réserve naturelle est limité aux visites guidées dont le programme est diffusé dans le magazine "Réserves Naturelles" de Natagora ainsi que dans la presse locale et associative. Des visites guidées spéciales pour groupes sont organisées sur demande. Des journées et chantiers de gestion sont également programmés pour permettre à ceux qui le souhaitent de participer activement à la gestion de la réserve. L'accès des scientifiques est soumis à autorisation.

SGIB associés

Code SGIBNom SGIBSurface
282Etang de la Fourchinée13.35 ha

Détails

Cadastres

Momignies, Division 4, Section B, 347b, 352b, 355l.

Chimay, Division 11, Section B, 336a, 337c, 338a, 338b

Surveillance

Agent technique du Cantonnement DNF de Chimay.

Tolérance d'utilisation

Aucune

Divers

Date de mise à jour / relecture de la fiche

2016-10-10

Date de la dernière modification de la fiche

2016-10-10