Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

721 - Carrière de Lambermont [nord]

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Ancienne Carrière Poncelet
Communes :Florenville
Cantonnements DNF :Florenville
Surface :1.43 ha
Coordonnées :X Lambert : 209473 - Y Lambert : 44300
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Cette ancienne carrière de grès sinémurien comprend plusieurs petites excavations dont l'état s'est altéré au cours des quinze dernières années suite à des dépôts de déchets inertes et au développement de la végétation ligneuse et des ronciers. Toutefois, l'une des excavations, qui semblait encore exploitée de manière artisanale et sporadique en 1995, a acquis un grand intérêt biologique: peu colonisée par les ligneux et bien ensoleillée, elle héberge, outre une végétation de pelouse pionnière, un peuplement diversifié d'abeilles et de guêpes parmi lesquelles plusieurs espèces protégées en Wallonie.Vu la perte d'intérêt de nombreuses carrières de la région jurassique, ce petit site 'jeune' mériterait de bénéficier d'un statut de protection afin d'y appliquer une gestion en faveur de l'entomofaune et de la flore spécialisées. Cependant, son altération consécutive à une utilisation plus intensive comme aire de rangement de machines agricoles a été constatée courant 2007.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M1 - Gaume

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Muno1.43 haFLORENVILLELUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Florenville1.43 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
E1Pelouses sèches

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNonTraces2004A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Melanargia galatheaNonNon1999CA. Remacle
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Cicindela campestris2004CA. Remacle
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Gomphocerippus rufus2003A. Remacle
Myrmeleotettix maculatus2004A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Colletes cuniculariusNidification2004A. Remacle
Halictus scabiosae2004A. Remacle
Halictus sexcinctusCentaines de nids2004A. Remacle
Osmia aurulenta2004A. Remacle
Osmia bicolor1996A. Remacle
Sphecodes albilabris2007A. Remacle
Trachusa byssina2004A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Dianthus armeria2010CA. Remacle, T. Henneresse
Orobanche purpureaAu moins 12 pieds2004A. Remacle
Sedum forsterianum1999A. Remacle

Commentaires sur la faune

Reptiles
La localisation d'une donnée ancienne (1962) de Lézard des souches (Lacerta agilis) dans une “carrière de Lambermont” citée par Parent (1974 et 1984) se rapporte peut-être à ce site et non à l'ancienne carrière localisée à l'ouest du village (Lx/676/01). Toutefois, les prospections effectuées en 1995, 1999, 2003 et 2004 n'ont pas révélé la présence de ce lézard difficile à repérer en cas de faible densité.

Insectes
- Orthoptères: Metrioptera bicolor, Myrmeleotettix maculatus, Gomphocerippus rufus.
- Lépidoptères Rhopalocères (relevé incomplet): une espèce quasi menacée: Melanargia galathea. Quelques espèces de la liste rouge, comme Cupido minimus, pourraient y être présentes.
- Coléoptères Cicindelinae: population de Cicindela campestris dans la partie occidentale. C. hybrida n'y a pas été observée jusqu'à présent, bien que le site réponde à ses exigences écologiques.
- Hyménoptères Aculéates: la partie occidentale, encore bien ouverte et très fleurie (astéracées, fabacées, Knautia arvensis), s'avère très attractive à l'égard des abeilles et guêpes, en particulier les espèces fouisseuses. Colletes cunicularius, abeille printanière actuellement protégée en Wallonie, s'y reproduit, accompagné de son parasite Sphecodes albilabris. Au moins trois autres abeilles protégées y nidifient: l'osmie hélicicole Osmia bicolor (O. aurulenta a aussi été notée), Panurgus sp. et Trachusa byssina. Parmi les abeilles, le site héberge aussi les Halictes Halictus scabiosae et Halictus sexcinctus (plusieurs centaines de nids dans toutes les zones meubles et plus ou moins dénudées en 2004 - forte diminution constatée en 2007!) ainsi que des espèces plus répandues, comme Andrena flavipes et Andrena hattorfiana, fréquente sur les capitules de Knautia arvensis.
Diverses espèces de guêpes solitaires s'y reproduisent, notamment Ammophila sabulosa et Mellinus arvensis.

Commentaires sur la flore

La partie occidentale du site est particulièrement riche en Petrorhagia prolifera (station la plus importante de toutes les carrières vues en Lorraine).
Orobanche purpurea, dont une douzaine de pieds ont été repérés dans le site, était bien représentée en 2004 dans la pâture voisine (au moins 200 pieds dans une partie non encore pâturée cette année-là) où sa plante-hôte Achillea millefolium est abondante.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation de la partie occidentale du site dont l'intérêt biologique, notamment entomologique, est important. Cette partie conviendrait au Lézard des souches, signalé par Parent (1974 et 1984) dans une "carrière de Lambermont" (localisation non précisée).

Menaces

- Le site, qui sert de versage clandestin depuis des années (bien avant 1995), est en cours de remblayage partiel par des terres et inertes principalement. Si rien n'est fait rapidement, il faut craindre l'apport de déchets dans la partie occidentale qui s'avère actuellement la plus intéressante.
- La partie occidentale, accessible aujourd'hui par la pâture à chevaux voisine, est particulièrement vulnérable: dépôt de fumier avec apparition de nitrophytes, stockage de matériel agricole, tas de palettes,...
- La réduction du caractère sableux de la dernière partie intéressante du site et les récents remaniements effectués affectent la végétation et l'entomofaune pionnières observées en 1999-2004.

Recommandations

- Contrôle de la légalité des déversements des déchets actuellement en cours dans la partie ancienne.
- Limitation du développement des ronciers dans la partie occidentale, en particulier sur le talus nord.
- Inventaire complémentaire en vue de documenter l'intérêt entomologique du site.
- Poursuite de la recherche du lézard des souches, espèce difficile à détecter en cas de très faible densité de population.

Plan de gestion

Sans objet.

Accès du public

Site privé.

Détails

Description physique

Situation générale: Cette carrière est située à moins de 200 m au nord du village de Lambermont, sur le versant sud du relief entre les ruisseaux de Lambermont et de Tourgeon et le ruisseau du Tremble. Elle s'étend au nord de la petite route reliant les villages de Lambermont et Watrinsart (carrière mentionnée 'Car.' sur la carte IGN de 1983).
On y a exploité des grès calcarifères du Sinémurien.
Description du site: Depuis 1995, son état s'est modifié suite à l'intensification du comblement de plusieurs parties proches de la route Lambermont - Watrinsart. En 1995-96, le site pouvait être divisé en trois parties principales:
- de part et d'autre du chemin d'accès, une ancienne excavation boisée depuis longtemps, limitée par une falaise pierreuse de 6-7 m de haut;
- au nord-est, une excavation allongée parallèlement à la route; très étroite, elle se terminait par un replat d'un are environ, au sol plus ou moins dénudé. Le fond était déjà très dégradé par des dépôts anciens et récents de déchets;
- à l'ouest, une excavation récente de forme plus ou moins rectangulaire (environ 50 x 60 m), limitée par un talus peu élevé, où l'on extrayait à l'occasion et de manière artisanale des pierres destinées à la construction. Hormis la partie ouest plus ou moins herbeuse et non exploitée (avec pylone de ligne électrique), cette petite excavation avait, en 1995, l'allure d'un chantier très dénudé où la roche affleurait en dalle horizontale. Elle était alors accessible par une rampe venant de l'autre partie de la carrière.
Actuellement, la partie ancienne a subi et subit encore des comblements partiels; la végétation ligneuse et les ronciers s'y sont développés au détriment des petites zones encore plus ou moins ouvertes. L'excavation occidentale, où l'extraction est arrêtée, n'est plus accessible que par le pré voisin (tracteur). La végétation herbacée y est discontinue, sauf sur les bordures non exploitées, et les ligneux y sont encore peu abondants. Cette partie, dénommée ici secteur occidental, bénéficie d'un ensoleillement important.
Fréquentation du site: Le site fait l'objet de déversements d'inertes. Le secteur occidental est occasionnellement fréquenté par l'agriculteur (propriétaire?) qui y stocke quelques machines agricoles, des palettes, de gravier et éventuellement du fumier près du pré; en 2007, l'utilisation du site comme lieu de stockage s'est accru, entraînant une altération de la végétation.
Présence de déchets: La carrière est utilisée comme versage depuis des années (bien avant 1995); il est actuellement en voie de remblayage partiel par des terres et inertes principalement (versage autorisé?). Dans la partie occidentale, tas de palettes notamment.
Environnement du site: Champs et prés.

Description biologique

Seul le secteur occidental est décrit ici, la surface des zones restant intéressantes s'étant fortement réduite depuis 1995 dans le reste du site. Ce secteur est colonisé par quelques buissons et jeunes arbres (Salix caprea, Betula pendula, Pinus sylvestris, Prunus spinosa, Cytisus scoparius, Clematis vitalba,...) et jouit dès lors d'un ensoleillement important.
Dans la petite excavation où l'on a extrait des pierres sur une faible profondeur s'est développée une végétation herbacée encore discontinue, composée principalement d'espèces de pelouses, de prairies et de milieux anthropiques. Quelques plantes y sont particulièrement abondantes: Petrorhagia prolifera, Thymus pulegioides, Erigeron acer et Hieracium pilosella; elles sont accompagnées de Ranunculus bulbosus, Silene vulgaris, Cerastium arvense, Hypericum perforatum, Erophila verna, Arabidopsis thaliana, Sanguisorba minor, Lotus corniculatus, Anthyllis vulneraria, Trifolium div. sp. (dont T. medium en bordure), Euphorbia cyparissias, Daucus carota, Pimpinella saxifraga, Echium vulgare, Origanum vulgare, Veronica arvensis, Euphrasia stricta, Leontodon hispidus, Hypochaeris radicata, Solidago virgaurea, Picris hieracioides, Tanacetum vulgare, Leucanthemum vulgare, Luzula campestris,...; les poacées y sont encore très dispersées (e.a. Arrhenatherum elatius, Bromus erectus, Vulpia myuros, Anthoxanthum odoratum, Phleum nodosum).
Les bordures de ce secteur, vers le sud et l'ouest, sont occupées par une friche herbacée apparentée à un pré mésophile: y poussent, aux côtés de diverses graminées, Ranunculus bulbosus, Primula veris, Vicia cracca, Euphorbia cyparissias, Verbascum nigrum, Rhinanthus minor, Knautia arvensis, Leucanthemum vulgare, Achillea millefolium et son parasite Orobanche purpurea, Senecio jacobaea,...
Suite à une utilisation plus importante (stockage de machines agricoles, tas de graviers,...) et à certains remaniements, ce secteur fort intéressant en 2004 avait déjà perdu une partie de son intérêt en 2007.

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Occupation du site avant exploitation: terrains agricoles?
Anciens exploitants: Mr Poncelet puis Mr E. Lenain.
Matériau(x) extrait(s): grès.
Références
- Référence sur anciens documents de la DPA: carrière non mentionnée.
- Référence dans l'Atlas du karst wallon: carrière n° 67/6-E1 'Ancienne Carrière de Lambermont'.
- Référence de la fiche de la convention DGATLP-ULg (1995): carrière 67/6 n° 3. Les auteurs de cette fiche signalaient en 1995 que la situation du site devait être régularisée (activité extractive occasionnelle). Ce site y est classé en tant que 'carrière abandonnée mais potentiellement réexploitable' (gisement potentiellement réexploitable de pierres de qualité semblant convenir pour la fabrication de moellons).
Déroulement de l'exploitation:
Autorisation: site peut-être non autorisé.
Fin: plus aucune trace d'extraction en 1999.
Réaffectation effective: déversement ancien de déchets divers; actuellement et depuis au moins 1995, versage (clandestin?) de terres, inertes, souches dans la partie vers la route. Dans le seul secteur encore intéressant en 2004 (secteur occidental), rangement de machines agricoles notamment.

Biblio

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)