Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

740 - Sablière de Villers-Tortrue

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Sablière du Petit Haut de Villers
Communes :Etalle
Cantonnements DNF :Arlon
Surface :14.69 ha
Coordonnées :X Lambert : 244970 - Y Lambert : 41069
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Située en Lorraine, dans la vallée de la Semois, cette ancienne sablière actuellement en grande partie occupée par un étang se trouve comprise entre deux réserves naturelles mais est dépourvue de statut de protection. Les parties biologiquement les plus intéressantes sont le talus et le chemin sableux situés vers le nord, où pousse une végétation caractéristique des sols siliceux secs (Ornithopus perpusillus, Filago minima, Jasione montana,...), et les zones sableuses humides (à l'est et au sud) où croissent notamment Drosera rotundifolia et Lycopodiella inundata. L'étang abrite en abondance Myriophyllum spicatum ainsi qu'une algue, Chara globularis. Il est bordé localement de petites roselières.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M0 - Lorraine belge

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Vance14.69 haETALLELUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Arlon14.69 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus scirpaceusOuiNonNidification1995J.-P. Jacob
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon1995A. Remacle
Pelophylax kl. esculentusOuiNon1995J.-P. Jacob
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Cicindela campestris1995J.-P. Jacob
Cicindela hybrida1995A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Gomphocerippus rufus1995J.-P. Jacob
Myrmeleotettix maculatus1995J.-P. Jacob
Stenobothrus lineatus1995J.-P. Jacob
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena vaga1995A. Remacle
Panurgus banksianus1995A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Aira praecox2000D. Thoen
Drosera rotundifolia2000A. Remacle, D. Thoen
Epipactis atrorubens2000D. Thoen
Epipactis helleborine2000D. Thoen
Eriophorum angustifolium2000A. Remacle, D. Thoen
Filago minima1995A. Remacle
Genista pilosa2000A. Remacle, D. Thoen
Jasione montana2000A. Remacle, D. Thoen
Juncus squarrosus2000D. Thoen
Lycopodiella inundata2000AA. Remacle, D. Thoen
Myriophyllum spicatum2000A. Remacle, D. Thoen
Ornithopus perpusillus2000A. Remacle, D. Thoen
Viola palustris2000D. Thoen

Commentaires sur la faune

Oiseaux: Aucun nicheur sur l'étang, mais Acrocephalus scirpaceus niche dans les phragmites. Oiseaux d'eau et Pandion haliaetus en migration.

Reptiles: Zootoca vivipara.

Batraciens: Au moins Pelophylax esculentus et Bufo bufo.

Odonates: Calopteryx virgo, Lestes sponsa, Platycnemis pennipes, Ischnura elegans, Coenagrion puella, Enallagma cyathigerum, Aeschna cyanea, Aeschna grandis, Anax imperator, Libellula depressa, Sympetrum sp.

Orthoptères: Tettigonia viridissima, Chorthippus biguttulus, Chorthippus parallelus, Chorthippus brunneus, Myrmeleotettix maculatus, Gomphocerippus rufus, Stenobothrus lineatus, Tetrix sp., Nemobius sylvestris.

Lépidoptères (relevé incomplet): Seules des espèces banales ont été observées (site peu prospecté par bonnes conditions). Le Gelechiidae Metzneria aprilella a été signalé dans la sablière par Valenne (2000), comme nouvelle espèce pour la faune belge.

Cicindèles: Petite population de Cicindela campestris et de C. hybrida.

Hyménoptères Aculéates: Les agrégations de nids sont surtout situées sur le talus sableux et le chemin proches du pavillon, ainsi que sur la plage sableuse. Au printemps, plus de 3.000 nids d'Andrena vaga sur le talus sableux donnant sur l'étang (près du pavillon) et sur le chemin voisin. En été, l'Apoïde Panurgus banksianus, les Sphécides Ammophila sabulosa, Mellinus arvensis, Cerceris rybyensis, Crabro peltarius, Crabro scutellatus (agrégation importante sur le talus à Andrena vaga), Crossocerus ovalis, les Pompilides Anoplius infuscatus, Pompilus cinereus et Arachnospila spissa, la Chryside Hedychrum gerstaeckeri.

Commentaires sur la flore

Phanérogames (données A. Remacle 1995 et D. Thoen, 2000): Achillea millefolium, Agrostis canina, Agrostis capillaris, Aira praecox, Alnus glutinosa, Alopecurus pratensis, Anthoxanthum odoratum, Anthriscus sylvestris, Arenaria serpyllifolia, Artemisia vulgaris, Betula pendula, Betula pubescens, Bidens tripartita, Bromus hordeaceus, Calamagrostis epigeios, Calluna vulgaris, Calystegia sepium, Campanula rotundifolia, Carex hirta, Carex pilulifera, Chaerophyllum temulum, Cirsium oleraceum, Crataegus monogyna, Cytisus scoparius, Daucus carota, Deschampsia flexuosa, Drosera rotundifolia, Dryopteris dilatata, Dryopteris filix-mas, Eleocharis palustris, Epilobium angustifolium, Epilobium ciliatum, Epilobium hirsutum, Epilobium palustre, Epipactis atrorubens, Epipactis helleborine, Equisetum arvense, Eriophorum angustifolium, Eupatorium cannabinum, Fagus sylvatica, Festuca filiformis, Filago minima, Filipendula ulmaria, Frangula alnus, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium saxatile, Genista pilosa, Hieracium laevigatum, Hieracium umbellatum, Holcus lanatus, Holcus mollis, Hypericum perforatum, Hypericum pulchrum, Hypochaeris radicata, Jasione montana, Juncus acutiflorus, Juncus articulatus, Juncus bulbosus, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus inflexus, Juncus squarrosus, Juncus tenuis, Lamium album, Larix kaempferi, Leontodon autumnalis, Lonicera periclymenum, Lotus pedunculatus, Luzula campestris, Lycopodiella inundata, Lycopus europaeus, Lysimachia vulgaris, Molinia caerulea, Mycelis muralis, Myosoton aquaticum, Myriophyllum spicatum, Nuphar lutea, Ornithopus perpusillus, Oxalis acetosella, Phragmites australis, Picea abies, Pimpinella saxifraga, Pinus sylvestris, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa pratensis, Poa trivialis, Populus tremula, Potamogeton natans, Potentilla erecta, Prunus spinosa, Quercus robur, Ranunculus flammula, Rubus idaeus, Rumex acetosella, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Salix aurita, Salix caprea, Salix cinerea, Salix triandra, Sambucus racemosa, Senecio sylvaticus, Silene dioica, Sorbus aucuparia, Sparganium emersum, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Thymus pulegioides, Trifolium arvense, Trifolium pratense, Tussilago farfara, Typha latifolia, Urtica dioica, Vaccinium myrtillus, Valeriana repens, Viola palustris.
Algues (données D. Thoen, 2000):
Chara globularis

Espèces exotiques

Epilobium ciliatum, Juncus tenuis,

Conservation

Objectifs de conservation

Ce site privé est encastré entre deux réserves naturelles qui sont des zones noyaux de la ZPS Sinémurienne. Son intégration à cette zone protégée serait par conséquent logique, d'autant que son intérêt biologique n'est pas négligeable.

Menaces

Boisement spontané des parties encore plus ou moins ouvertes du site; piétinement des surfaces sableuses.

Recommandations

Obtention d'un statut de conservation.
Certaines parties du site devraient être maintenues non arborées afin de conserver le caractère sableux et dégager la callune actuellement fort envahie par les bouleaux et les pins. Une partie des arbres devraient aussi être éliminés sur la petite plage à l'est où la végétation est déjà intéressante. Le déboisement favoriserait aussi les connexions avec les réserves (RNOB et RW) situées de part et d'autre.

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

Accès interdit (site privé).

Détails

Description physique

Situation générale: Cette ancienne sablière actuellement transformée en étang est localisée sur la rive gauche de la Semois, dans la zone marécageuse de Vance et de Sampont (au sud de Villers-Tortru). On y a exploité une butte peu élevée de sable du sinémurien.

Description du site: Le site se trouve entre les réserves naturelles RNOB des marais de Vance et de Sampont. Il est bordé d'épicéas le long de la route N83 Arlon-Florenville d'où il est par conséquent invisible. Il comprend un plan d'eau de 6-7 ha avec un îlot central, ceinturé par un chemin plus ou moins carrossable (fauché aux endroits couverts de végétation). Le talus entre le chemin et le plan d'eau, haut de 2 à 5 m, est plus ou moins arboré selon les endroits. A l'est du site, l'étang est bordé par une "plage" sableuse d'autant plus ouverte que l'on s'approche de l'eau. Dans le bois voisin, au nord, se trouve un pavillon, à proximité d'une minuscule pièce d'eau de forme rectangulaire.

Fréquentation du site: Le site, très surveillé, semble peu fréquenté. De nombreuses pancartes "Propriété privée", ainsi que des "rondes" effectuées en voiture limitent l'accès au site qui est, de plus, clôturé du côté de l'ancienne entrée (le long de la route de Villers-Tortru). La "plage" sableuse semble toutefois assez fréquentée (piétinement).

Présence de déchets: Aucun déchet visible.

Environnement du site: Le site jouxte à l'est et au sud-ouest les marais de Vance et de Sampont; au sud, il est bordé par une pessière. La Semois longe le site au nord.

Description biologique

A. REMACLE (1995): L'étang, assez profond et turbide, est pauvre en végétation: Phragmites australis à certains endroits très limités, quelques Typha latifolia; en bordure, Eleocharis palustris, Juncus effusus, Juncus conglomeratus, Juncus articulatus, Eupatorium cannabinum; toutefois, Myriophyllum spicatum est abondant dans certaines zones. Il est entouré d'une ceinture de végétation arborée discontinue, composée surtout de pins sylvestres et de bouleaux. La petite plage sableuse longeant la partie orientale de l'étang est dénudée au bord de l'eau mais est de plus en plus envahie de pins. On y trouve le long de l'étang une belle station de Drosera rotundifolia, une petite plage d'Eriophorum angustifolium et de Lycopodiella inundata, quelques Lycopus europaeus et Ranunculus flammula. Hypochaeris radicata pousse aux endroits plus secs de cette plage. Sur le côté sud du site, une station (± 4 m2 en 1994) de Lycopodiella inundata croît sur l'étroite bande de sable humide le long de l'eau, ainsi que quelques plants de Drosera rotundifolia.

Vers le nord, certaines portions du talus sont plus dénudées et colonisées par une végétation de pelouse sèche, de même que plusieurs parties et bordures du chemin longeant la pièce d'eau: Rumex acetosella, Hypochaeris radicata, Filago minima, Ornithopus perpusillus, Galium saxatile, Jasione montana (une station en partie fauchée), Luzula campestris, Cladonia sp., mousses (Polytrichum sp.),..., avec Calluna vulgaris, Deschampsia flexuosa, Agrostis capillaris. Calluna vulgaris est surtout abondante dans la bordure nord du site, mais est plus ou moins envahie de pins et de bouleaux. Sont aussi présents Cytisus scoparius, quelques Genista pilosa, Hieracium laevigatum et Senecio sylvaticus.

D. THOEN (2000): La végétation, en cours d'évolution rapide, présente un intérêt certain, en particulier sur la rive orientale.
On peut y reconnaître actuellement sur les abords de l'étang:

- des chênaies et pinèdes acidophiles qui colonisent les abords de l'étang, avec Quercus robur, Fagus sylvatica, Sorbus aucuparia, Salix caprea, Frangula alnus, Prunus spinosa, Crataegus monogyna, Betula pendula, Lonicera periclymenum, Pinus sylvestris, Picea abies, Larix kaempferi et, dans la strate herbacée, Agrostis capillaris, Deschampsia flexuosa, Dryopteris filix-mas, Epilobium angustifolium, Epipactis helleborine, Galeopsis tetrahit, Rubus idaeus, Holcus mollis, Carex pilulifera, Calluna vulgaris, Hypericum pulchrum, Hieracium umbellatum, Mycelis muralis, Potentilla erecta, ...;

- des pessières à Picea abies s'étendant non loin de la Semois, à sous-bois pauvre comportant Galium saxatile, Campanula rotundifolia, Dryopteris dilatata, Vaccinium myrtillus, Oxalis acetosella, Molinia caerulea, Carex hirta, Sambucus racemosa, ...;

- des fourrés pionniers, colonisant des friches et d'anciennes aires de dépôts, constitués notamment de Calluna vulgaris, Cytisus scoparius, Pinus sylvestris, Quercus robur, Rubus idaeus, Betula pendula, Salix caprea, ...;

- des pelouses sèches à Arenaria serpyllifolia, Epipactis atrorubens, Hypochaeris radicata, Hypericum perforatum (incl. var. angustifolium), Pimpinella saxifraga, Rumex acetosella, Thymus pulegioides, Trifolium arvense, etc.;

- des friches plus ou moins rudéralisées à Artemisia vulgaris, Tanacetum vulgare, Leontodon autumnalis, Achillea millefolium, Alopecurus pratensis, Anthoxanthum odoratum, Bromus hordeaceus, Daucus carota, Plantago lanceolata, Poa pratensis, Taraxacum sp., Trifolium pratense, etc.;

- des pelouses pionnières ouvertes sur sables acides, le long des sentiers, chemins et lisières forestières, avec Aira praecox, Agrostis capillaris, Festuca filiformis, Hypochaeris radicata, Jasione montana, Ornithopus perpusillus, Rumex acetosella, Luzula campestris, ainsi que divers éléments de lande sèche comme Galium saxatile, Genista pilosa, Calluna vulgaris, Cytisus scoparius, Deschampsia flexuosa, Polytrichum piliferum, Cladonia spp., etc.;

La zone la plus intéressante du site est constituée de la rive orientale de l'étang, sableuse, plus ou moins humide et en pente douce. On y observe différents gradients d'humidité (sable immergé, sable exondé gorgé d'eau, sable humide, sable plus ou moins asséché) particulièrement favorables à l'installation de cortèges floristiques spécialisés:

- des jonçaies à Juncus effusus, Juncus inflexus, Juncus tenuis, Equisetum arvense, ...

- des franges à Lycopus europaeus, Phragmites australis, Eleocharis palustris, Eupatorium cannabinum, Epilobium ciliatum, etc.

- des bas-marais à Agrostis canina, Epilobium palustre, Rannunculus flammula, Juncus acutiflorus, Eriophorum angustifolium, Lotus pedunculatus, etc.

- une lande humide ouverte sur sables acides avec Drosera rotundifolia, Eriophorum angustifolium, Juncus bulbosus, Juncus squarrosus, Lycopodiella inundata, Molinia caerulea. Ce groupement en voie de disparition en Wallonie est sans nul doute le plus remarquable du site.

Les autres rives, abruptes, sont largement reboisées par Alnus glutinosa, Salix triandra, Betula pubescens notamment.

L'étang en lui-même, dont les eaux bien minéralisées, méso-eutrophes, de type hydrogénocarbonaté, présente une colonisation végétale relativement peu développée. On observe essentiellement Myriophyllum spicatum et l'algue Chara globularis.

Deux autres étangs artificiels étaient présents au nord du site et étaient encore, à la fin des années 1990, inclus dans une pessière. On y trouve un peuplement de Nupha lutea et de Myriophyllum spicatum. Sur les berges se developpent Molinia caerulea, Lysimachia vulgaris, Valeriana repens, Filipendula ulmaria, Potentilla erecta, Viola palustris, Juncus effusus, Epilobium hirsutum, Typha latifolia, etc.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle: cultures.
Occupation du site avant exploitation: bois.
Ancien exploitant:
Matériau(x) extrait(s): sable.
Déroulement de l'exploitation:
Autorisation: 1965, 1971.
Fin: (il y a environ 20 ans).
Réaffectation prévue (dans autorisation):
Réaffectation effective: étang.

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx). J.-P. JACOB (AVES). D. THOEN (Fondation universitaire luxembourgeoise).