Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

755 - Carrière au sud du Grossenbusch

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Carrière au sud du Groussebësch
Communes :Arlon
Cantonnements DNF :Arlon
Surface :0.84 ha
Coordonnées :X Lambert : 257182 - Y Lambert : 40585
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Cette carrière de grès sinémurien située à Autelbas comprend une minuscule excavation et, au-dessus de la falaise, un replat qui était en grande partie planté d'épicéas. Depuis 2000, ce petit site a subi de profondes modifications, avec la transformation d'un bâtiment en habitation et la construction d'un hangar agricole, ce qui a entraîné une réduction de la surface occupée par la végétation de pelouse sèche. En 2009, la pessière qui ombrageait de plus en plus la partie restée ouverte a été exploitée.

Le principal intérêt de cette petite carrière réside dans l'existence d'une population de lézard des souches (Lacerta agilis) qui s'y maintient depuis au moins 1994 malgré la réaffectation du site. La récente coupe des épicéas aura probablement un impact positif sur ce reptile dans la mesure où l'aménagement de la surface déboisée prendra en compte ses exigences.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M0 - Lorraine belge

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Autelbas0.84 haARLONLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Arlon0.84 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Biotopes

Biotopes Corine

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
86.413Carrières de pierre

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2010H. Van den Heyde
Lacerta agilisOuiOuiReproduction2011J.-P. Jacob; H. Van den Heyde
Zootoca viviparaOuiNonReproduction2011J.-P. Jacob; H. Van den Heyde
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Plebejus argusNonOui1995A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Metrioptera bicolor2009A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Botrychium lunariaQuelques pieds1996A. Remacle
Epipactis helleborine1996A. Remacle
Listera ovataQuelques pieds2009A. Remacle
Petrorhagia prolifera2009A. Remacle

Espèces exotiques

Conyza canadensis, Iberis umbellata (en 1995), Symphoricarpos albus.

Conservation

Objectifs de conservation

Assurer le maintien d'une petite population de lézard des souches et de la végétation de pelouses sèches par une gestion adéquate.

Menaces

- La coupe récente de la pessière qui occupait une partie du site est favorable au redéploiement de la biodiversité. Il subsiste le risque d'une gestion au moins en partie inappropriée par le propriétaire et celui d'une réaffectation défavorable.

- Le possible isolement du site est problématique pour la survie d'une très petite population de lézard des souches.

- Réaffectation du bâtiment en habitation et construction d'un hangar sur le haut.
- Apport de déchets (comblement partiel de l'excavation lors de la réaffectation récente du site).

Recommandations

- Sensibilisation du propriétaire à la présence du lézard des souches et conseils pour rendre le site plus attractif à son égard, entre autres dans la partie récemment désenrésinée, ce qui permet d'accroître la surface potentiellement favorable à la flore et la faune, spécialement au lézard des souches.

- Sur le replat de l'ancienne pessière, l'enlèvement des rémanents de coupe, un décapage partiel de la litière et l'aménagement d'abris pour reptiles sont recommandés.

- En-dehors de l'ancienne carrière et en direction du lieu-dit « Birel », les capacités d'accueil des bords de chemins et routes sont à renforcer par des fauches adéquates (notamment modifications à apporter au plan de fauches tardives de la ville d'Arlon).

Plan de gestion

Propriétaire sensibilisé à la présence du lézard des souches et aux actions de gestion favorables à l'espèce.

Accès du public

Accès interdit (site habité).

Détails

Description physique

Cette petite carrière se situe à l'ouest du village de Clairefontaine, sur la rive droite du ruisseau de Clairefontaine, au sud du bois dénommé "Grossenbusch". Elle a été creusée dans les grès calcaires sinémuriens de la formation de Luxembourg.

Ce site, de forme grossièrement carrée, occupe un périmètre de moins d'un hectare et comprend:

- une petite excavation de moins de 0,5 ha, creusée en fosse. Près du tiers de la surface du fond était couverte de tas de déchets inertes en 1995; par la suite, une partie a été nettoyée lors de l'aménagement de l'habitation et du hangar; actuellement, le fond sert au stockage de quelques machines agricoles;

- une falaise subverticale, haute au maximum de 6 m, éboulée par endroits et constituée de bancs de grès et de sable; elle est orientée principalement vers le nord;

- un replat dominant la partie de falaise la plus élevée;

- des pentes extérieures couvertes d'épicéas jusqu'à leur exploitation en 2009 (rémanents encore sur place en 2011); un petit talus rocheux/sableux a ainsi été remis en lumière;

- aux abords de l'excavation, un ancien bâtiment en pierre utilisé comme remise puis, depuis la fin des années 1990, comme habitation, et un nouveau hangar pour machines agricoles.

Description biologique

La description ci-dessous se rapporte à la situation de 1996.

Le fond de l'excavation est surtout intéressant dans sa partie proche de l'entrée, exempte de déchets inertes et occupée par une pelouse discontinue sur sol sec pierreux et même rocheux, avec e.a. Thymus pulegioides (abondant), Hieracium pilosella, Anthyllis vulneraria, Petrorhagia prolifera, Arenaria serpyllifolia, Erophila verna, Euphorbia cyparissias, Lotus corniculatus, Myosotis ramosissima, Galium verum, Luzula campestris, Botrychium lunaria (quelques plants). Ailleurs, on retrouve certaines plantes caractéristiques des pelouses sèches citées ci-dessus, mais aussi Hypericum perforatum, Galium mollugo, Trifolium campestre, T. pratense, Melilotus altissimus, Erigeron acer, Senecio jacobaea, Leontodon hispidus, Leucanthemum vulgare, Hieracium lachenalii, Picris hieracioides, Origanum vulgare, Saxifraga granulata, Plantago lanceolata, Reseda lutea, Campanula rapunculus, Pimpinella saxifraga, Verbascum thapsus.

La falaise, peu ensoleillée, est de plus ombragée par des arbres et arbustes croissant à son pied (Salix caprea, bouleaux, jeunes pins, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Symphoricarpos albus); de jeunes épicéas et trembles poussent sur la falaise où l'on trouve e.a. Mycelis muralis et Hieracium lachenalii.

Le replat supérieur présente une bande de 4-7 m de largeur le long de la falaise, non plantée d'épicéas, assez ensoleillée, caillouteuse et couverte d'une végétation intéressante de pelouse sur sol sec: Hieracium pilosella, Euphorbia cyparissias, Anthyllis vulneraria, Lotus corniculatus, Linum catharticum, Polygala vulgaris, Pimpinella saxifraga, Potentilla neumanniana, Erigeron acer, Luzula campestris, Botrychium lunaria (>30 plants). Ailleurs, on trouve principalement, outre quelques graminées, Fragaria vesca, Galium mollugo, Veronica chamaedrys, Hypericum perforatum, Astragalus glycyphyllos, Lathyrus pratensis, Daucus carota, Knautia arvensis, Centaurea jacea s.l., Hieracium sabaudum, Tanacetum vulgare, Senecio jacobaea, Leucanthemum vulgare, Leontodon hispidus, Carex flacca,... ainsi que de grandes plages de Trifolium medium et une aire couverte d'Origanum vulgare.

En 2011, la végétation du fond de l'excavation et de la partie du replat jamais plantée d'épicéas est assez analogue à celle présente en 1995, avec notamment le maintien d'Anthyllis vulneraria, Thymus pulegioides (très abondant), Potentilla neumanniana,Linum catharticum et Petrorhagia prolifera; par contre, Botrychium lunaria n'a pas été revu. Les versants déboisés en 2009 se couvrent rapidement de végétation, avec notamment Galium mollugo, Origanum vulgare, Trifolium medium et Hypericum perforatum.

Cette petite carrière héberge une population de lézard des souches, connue depuis 1994. Le reptile y côtoie le lézard vivipare et l'orvet. Ces espèces trouvent de nombreux abris dans l'excavation (tas de pierres, de bois, tôles,...) et ailleurs (tas de branches résultant de la coupe des épicéas, pierres). La mise en lumière de l'ensemble du site, y compris de petites aires sableuses auparavant complètement ombragées, est sans nul doute très favorable au lézard des souches.

Monument naturel

Non

Monument historique

Non

Histoire du site

L'historique de cette petite carrière n'est pas documenté. En 1995, le fond servait de dépôt d'inertes. Le petit bâtiment a été transformé en habitation à la fin des années 1990 et un hangar pour matériel agricole a été édifié près de l'excavation.

Divers

Sources

Plan d'action Lézard des souches (J.-P. Jacob et A. Remacle)

Répondants de l'information

J.-P. Jacob (Aves)

A. Remacle

Date de la dernière modification de la fiche

2013-08-02