Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

756 - Sablière de Schoppach

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Arlon
Cantonnements DNF :Arlon
Surface :13.42 ha
Coordonnées :X Lambert : 252254 - Y Lambert : 41264
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Cette vaste sablière est située dans la banlieue d'Arlon en pleine mutation. Au cours des dernières décennies, elle a subi de profondes modifications (comblements par des remblais, reboisement spontané, etc.). Actuellement, elle est divisée en trois parties: vers l'ouest, une ancienne décharge de classe III, clôturée et couverte d'une végétation de friche herbacée; vers l'est, une grande friche rudérale sur remblais et des zones arborées; au centre, un secteur composé de zones en friche, d'aires sableuses à végétation pionnière et de plusieurs mares. Malgré sa forte altération, le site conserve un intérêt biologique important: reproduction de plusieurs espèces d'amphibiens dont le Triton crêté; petite colonie d'Hirondelle de rivage; peuplement orthoptérologique diversifié; large spectre de papillons de jour menacés en Wallonie dont deux espèces 'prioritaires' (Glaucopsyche alexis et Melitaea cinxia); présence de plusieurs plantes protégées en Région wallonne parmi lesquelles la fabacée Lathyrus nissolia, très abondante dans l'ancien CET, la graminée pionnière Corynephorus canescens et l'orchidée Anacamptis pyramidalis. La station d'utriculaire observée en 2003 semble avoir disparu par suite du colmatage de la mare qui l'hébergeait. Le lézard des souches, espèce menacée en Wallonie, a anciennement été observé à Schoppach; le maintien de ce reptile particulièrement discret n'a pu être prouvé.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M0 - Lorraine belge

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Heinsch13.42 haARLONLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Arlon13.42 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

A compléter

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

A compléter

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Dryocopus martiusOuiNonvisiteur régulier2007A. Remacle
Hippolais polyglottaOuiNon2003A. Remacle
Lullula arboreaOuiOuiA niché2003J.-P. Jacob
Riparia ripariaOuiNon< 10 nids2007A. Remacle
Serinus serinusOuiOuiNicheur2003J.-P. Jacob
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon2003A. Remacle
Lissotriton helveticusOuiNon2007A. Remacle
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2007A. Remacle
Rana temporariaOuiNon2007A. Remacle
Triturus cristatusOuiOui1 fem.2007A. Remacle
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNonReproduction2007A. Remacle
Lacerta agilisOuiOuiA été signalé jadis (présence actuelle à confirmer)G.H. Parent (1984)
Zootoca viviparaOuiNonReproduction2007A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Aporia crataegiNonNon2007A. Remacle
Callophrys rubiNonNon2007A. Remacle
Coenonympha arcaniaNonOui2007A. Remacle
Melanargia galatheaNonNon2007A. Remacle
Plebejus argusNonOui2007A. Remacle
Polyommatus semiargusNonNon2007A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Cicindela hybrida2007A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Conocephalus fuscus2007A. Remacle
Metrioptera bicolor2007A. Remacle
Myrmeleotettix maculatus2007A. Remacle
Oedipoda caerulescens2007A. Remacle
Phaneroptera falcata2007A. Remacle
Platycleis albopunctata2007A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Ammophila pubescensReproduction2007A. Remacle
Anthidium punctatumReproduction2007A. Remacle
Colletes cuniculariusNids à plusieurs endroits2007A. Remacle
Trachusa byssina1 fem.2007A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Aira praecoxrare dans le site2007A. Remacle
Anacamptis pyramidalis> 110 pieds2007A. Remacle
Cephalanthera longifoliaP. Delforge (1998)
Corynephorus canescens± 20 touffes2007A. Remacle
Crepis foetida2007A. Remacle
Dryopteris affinis subsp.borreriau moins 1 pied2007A. Remacle
Epipactis helleborine2007A. Remacle
Genista pilosa2007A. Remacle
Jasione montana± 10 touffes2007A. Remacle
Lathyrus nissoliaPlusieurs ares au total2007A. Remacle
Lemna trisulcaAbondant2007A. Remacle
Pyrola rotundifoliaQuelques petites plages2007A. Remacle
Typha angustifolia2007A. Remacle
Utricularia vulgarisIdentité spécifique à vérifier2003A. Remacle

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 2

Commentaires sur la faune

Oiseaux
Colonie de Riparia riparia (17 couples en 1995, 12-14 en 1996, 15-30 couples par après, moins de 10 couples en 2007) dont l'emplacement a changé au fil des années. En 2007, les nids occupés se trouvaient dans le secteur ouest du site.
Nidification au moins en 1995-1996 de Lullula arborea, Serinus serinus et Hippolais polyglotta.

Reptiles
Lacerta agilis était, d'après Parent (1984), présent à Schoppach en plusieurs endroits, notamment dans les carrières (“éteint récemment?”). Il a toutefois été observé à environ 600-700 m du site mais à l'ouest de l'autoroute (Lx/688/02). Sa persistance dans la sablière de Schoppach n'a jusqu'à présent pas été prouvée.

Amphibiens
Reproduction au moins de Rana kl. esculenta, Rana temporaria, Bufo bufo, Triturus helveticus et Triturus cristatus. Ce dernier avait été observé en 2003 près de la mare située en contrebas de la rue de Lorraine (secteur médian); en 2007, une femelle a été vue dans l'ancien CET où se trouvent quelques mares.

Insectes
- Orthoptères: peuplement diversifié, composé notamment de Phaneroptera falcata, Metrioptera bicolor, Platycleis albopunctata, Conocephalus fuscus, Oedipoda coerulescens, Myrmeleotettix maculatus.
- Odonates (insuffisamment recensées): au moins Lestes viridis, Libellula depressa, Sympetrum sanguineum, S. striolatum.
- Coléoptères Cicindelinae: Cicindela hybrida et Cicindela campestris.
- Hyménoptères Aculéates: Le secteur médian et la falaise sont propices à la reproduction des espèces sabulicoles parmi lesquelles plusieurs sont protégées en Région wallonne: Colletes cunicularius (plusieurs agrégations de nids, notamment sur le talus bien ensoleillé en contrebas de la route), Ammophila pubescens qui se reproduit dans la même zone sableuse de B qu'Ammophila sabulosa.
Autres espèces recensées: Anoplius viaticus, Mellinus arvensis, Hedychrum rutilans.

Commentaires sur la flore

Espèces naturalisées: notamment Hieracium aurantiacum (au moins une plage de plus de 2 m² en C), Potentilla recta, Rosa rugosa (en C), Prunus serotina.

Espèces exotiques

Conyza canadensis, Erigeron annuus, Fallopia japonica, Hieracium aurantiacum, Potentilla recta, Prunus serotina, Robinia pseudoacacia, Rosa rugosa, Solidago gigantea,

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation des éléments biologiques les plus intéressants.

Menaces

- Destruction progressive de l'ensemble du site.

Recommandations

- Prise en compte de l'intérêt biologique du site dans le projet de réaffectation.

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

Situation générale: Cette vaste sablière, située au lieu-dit Schoppach, se trouve dans une zone sujette à des modifications très rapides. Elle est limitée vers l'ouest par le contournement d'Arlon, au nord par la rue de Lorraine (avec l'hôtel Arlux , Idélux et AIVE) et vers l'est par la route N 82 Arlon-Virton. L'autoroute E411 passe à moins de 500 m au sud du site.
On y a exploité du sable jurassique de la Formation de Luxembourg.
Description du site:
Le site peut être divisé du nord-ouest au sud-est en trois grands secteurs.
- Le secteur occidental (A) est devenu en 1995 la "décharge de classe III de Schoppach" exploitée par Idélux (Habay) pour une durée de 5 ans. Clôturé, il est couvert d'une végétation de friche herbacée et comprend des zones plus humides (mares temporaires) et une aire plus sableuses. La falaise, d'axe NW-SE, se prolonge vers le sud-est; elle est ici bien visible de la rue de Lorraine.
- Le secteur médian (B) est déjà en partie comblé d'inertes et de terres. Il comporte des zones sableuses intactes (surtout humides mais aussi sèches), des friches sur remblais, des zones reboisées et trois mares occupant des dépressions résiduelles:
+ une mare (a) allongée en contrebas de la rue de Lorraine, limitée par des talus sableux; sa surface et la profondeur de l'eau se sont fortement réduites par suite de son colmatage en hiver 2003-2004 par du sable provenant de la butte voisine;
+ une mare (b) temporaire localisée dans l'angle entre la décharge clôturée et la falaise. Au cours de ces dernières années, cette zone humide est devenue plus sèche;
+ une mare (c) entourée de talus sableux de plus en plus arborés; il s'agit de la seule mare encore permanente de la sablière. Fort atterrie, elle est en partie envahie de massettes, en partie couverte de potamots.
- Le secteur oriental (C) consiste en une vaste friche rudérale sur remblais, située à l'angle de la rue de Lorraine et de la route N 82. Les ligneux pionniers y sont localement abondants.
Fréquentation du site: Faible.
Présence de déchets: Tout le site a fait l'objet de dépôts. Plus récemment (1995), le secteur ouest a été réaffectée en C.E.T. de classe 3.
Nombreux déchets jetés dans la mare en contrebas de la rue.
Environnement du site: Le site jouxte vers le nord et l'est des zones d'habitat, vers l'ouest et le sud, des parcelles boisées.

Description biologique

Secteur occidental
Le secteur occidental (ancien CET), qui était en 1994 relativement intéressant (présence de Calluna vulgaris, de nombreux Genista pilosa sur un replat au pied de la falaise principale), est actuellement couvert d'une friche en partie humide. Les ligneux y sont dispersés, sauf vers la falaise (entre autres Betula pendula, Salix caprea, Salix alba, Pinus sylvestris, Prunus serotina, Sambucus racemosa, Cytisus scoparius).
La strate herbacée, en général très dense, se compose de nombreuses espèces: entre autres Urtica dioica, Potentilla reptans, Potentilla erecta, Melilotus spp., Trifolium spp., Vicia spp., Lathyrus pratensis, Lathyrus sylvestris, Lotus corniculatus, Lotus pedunculatus, Symphytum officinale, Conyza canadensis, Erigeron annuus, Crepis biennis, diverses poacées, Equisetum arvense. Les taxons plus ou moins hygrophiles sont bien représentés, avec notamment Lychnis flos-cuculi, Persicaria amphibia, Potentilla anserina, Epilobium hirsutum, Veronica beccabunga, Typha latifolia, Juncus effusus, Juncus inflexus, Juncus conglomeratus, Carex cuprina, Glyceria fluitans, Phalaris arundinacea.
L'abondance des plantes entomophiles, en particulier des fabacées et astéracées, attirent notamment une grande diversité de papillons de jour. La plante la plus remarquable est Lathrus nissolia qui forme de grandes plages totalisant quelques ares.
Secteur médian
Depuis 2003, la mare a située en contrebas de la rue de Lorraine, d'une longueur maximale de 40 à 50 m, a vu son intérêt biologique décroître suite à son colmatage partiel par du sable provenant du ruissellement sur le flanc d'une grande butte de déblais sableux (exogènes). Fortement atterrie et rarement en eau, son intérêt semble actuellement mineur: le fond est colonisé dans la partie la plus basse par Typha latifolia, Equisetum arvense et des jeunes saules, et ailleurs par diverses plantes de friches, comme Melilotus albus et Artemisia vulgaris. Les hydrophytes encore présents en 2003, en particulier Potamogeton natans et Utricularia vulgaris/australis (abondante à l'époque), ont disparu.
La zone humide proche du CET (mare b) est souvent complètement asséchée. Sa végétation comprend non seulement des espèces hygrophiles, principalement Typha latifolia, Typha angustifolia, Eleocharis palustris (en régression), Persicaria amphibia, Epilobium spp., Cirsium palustre, mais aussi diverses espèces de friches, telles que Tussilago farfara, Cirsium arvense, Artemisia vulgaris, Tanacetum vulgare et Senecio erucifolius.
La mare occupant la dépression la plus profonde (mare c) s'est assez peu modifiée au cours des dernières années. Typha latifolia occupe la majeure partie de la zone humide, le reste (1-2 ares) étant envahi de Potamogeton natans mêlé de la lentille d'eau Lemna trisulca. En bordure de l'eau et sur les berges exondées poussent plusieurs plages de laîches totalisant près de 2 ares (Carex rostrata, Carex vesicaria, Carex nigra), des joncs (Juncus bufonius, Juncus effusus, Juncus inflexus, Juncus articulatus), Scirpus sylvaticus, Alisma plantago-aquatica, Lycopus europaeus, Veronica beccabunga, Phalaris arundinacea, Rorippa palustris, Gnaphalium uliginosum, Agrostis canina,... Les ligneux se développent en abondance sur le pourtour et sur les talus entourant la pièce d'eau, notamment Salix spp. et Populus du groupe de P. balsamifera (cette espèce à croissance rapide est présente un peu partout).
La végétation des talus et autres zones encore sableuses, surtout localisés dans ce secteur, est assez peu intéressante, hormis la présence de Corynephorus canescens, graminée très rare en Lorraine en dehors du terrain militaire de Lagland (station d'une vingtaine de touffes en 2007), Genista pilosa, Jasione montana (talus en contrebas de la rue) et Aira praecox (idem). Y poussent aussi Rumex acetosella, Anthyllis vulneraria, Lathyrus sylvestris, Erigeron acer, Hypochaeris radicata, les graminées Festuca filiformis, Bromus tectorum et Vulpia myuros,...
La végétation des zones en friche n'est pas détaillée ici. Melilotus albus est particulièrement abondant.
Secteur oriental
Remblayé depuis plus longtemps, ce secteur est couvert de zones reboisées (surtout Salix caprea) et d'une friche en général très dense et riche en nitrophytes, avec des parties plus humides, des ronciers et des ligneux plus ou moins abondants selon les endroits (entre autres Salix caprea, Betula pendula, Populus tremula, Populus du groupe de P. balsamifera, Pinus sylvestris, Picea abies, Robinia pseudoacacia, Prunus spinosa, Prunus serotina, Crataegus monogyna, Rosa rugosa, Rosa canina, Sambucus nigra, Cytisus scoparius). On y a relevé, outre diverses graminées (dont Arrhenatherum elatius), Fallopia japonica, Pastinaca sativa, Daucus carota, Potentilla anserina, Potentilla reptans, Potentilla recta, Vicia spp., Melilotus albus, Echium vulgare, Plantago lanceolata, Campanula rapunculus, Dipsacus fullonum, Tanacetum vulgare, Cirsium arvense, Artemisia vulgaris, Solidago gigantea, Leucanthemum vulgare, Pulicaria dysenterica, Hieracium aurantiacum, Carex hirta, Carex disticha, Equisetum arvense,... Une station de l'orchidée Anacamptis pyramidalis y est répartie sur quelques ares.
Plusieurs zones présentent un substrat plus superficiel où croissent des plantes de pelouse comme Rumex acetosella, Cardaminopsis arenosa, Sedum acre, Trifolium arvense, Euphorbia cyparissias, Myosotis ramosissima, Valerianella carinata, Erigeron acer et Bromus tectorum.

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Matériau(x) extrait(s): sable.
Déroulement de l'exploitation: non documenté.
Réaffectation prévue (dans autorisation): ?
Réaffectation effective: comblement. Décharge de classe III (Idélux)².

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)
J.-P. JACOB (AVES)