Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

782 - Sablière Lannoy

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Sablière de Châtillon
Communes :Saint-Léger
Cantonnements DNF :Arlon
Surface :17.79 ha
Coordonnées :X Lambert : 245312 - Y Lambert : 37097
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Cette sablière forme une vaste clairière d'une trentaine d'hectares au sein du bois de Châtillon, en bordure du terrain militaire de Lagland. Elle comprend un secteur en activité et un secteur désaffecté intégré dans le réseau Natura 2000; ce dernier est composé d'étendues sableuses sèches ou humides, de zones couvertes d'une végétation plus ou moins rudérale, de parties fort envahies par les ligneux pionniers, ainsi que de plusieurs pièces d'eau reliées par des chenaux. Son intérêt biologique est multiple. La végétation comprend notamment plusieurs groupements caractéristiques des sables acides: pelouses silicicoles à corynéphore (Corynephorus canescens), à espèces annuelles et à agrostide capillaire (Agrostis capillaris); lande sèche à callune (Calluna vulgaris) et genêt velu (Genista pilosa), landes humides pionnières. Divers groupements aquatiques sont également présents, dont des communautés de potamots des eaux oligotrophes et mésotrophes. Les falaises abritent une forte colonie d'hirondelle de rivage (Riparia riparia) comportant, selon les années, entre 110 et 240 couples nicheurs. Les étangs hébergent d'importantes frayères de grenouilles rousse (Rana temporaria) et verte (Pelophylax kl. esculentus) ainsi qu'une faune d'invertébrés diversifiée. Le lézard des souches (Lacerta agilis), reptile particulièrement menacé en Wallonie, s'y reproduit. L'entomofaune liée au sable est bien représentée et comprend nombre d'espèces d'intérêt (abeilles et guêpes sauvages, cicindèles, ...). Le peuplement d'Orthoptères est remarquable et compte plusieurs espèces rares en Wallonie dont la decticelle chagrinée (Platycleis albopunctata) et le criquet des jachères (Chorthippus mollis).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M0 - Lorraine belge

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Châtillon17.79 haSAINT-LEGERLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Arlon17.79 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune de Saint-Léger.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Exploitant: Willy Lannoy.

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNonTerrain de chasse2010J.-P. Jacob
Anthus trivialisOuiNonAu moins 3 couples nicheurs2011J.-P. Jacob
Caprimulgus europaeusOuiOuiCantonnement2002J.-P. Jacob
Corvus coraxOuiOuiTerrain de chasse2010J.-P. Jacob
Dryocopus martiusOuiNonZone de nourrissage2010J.-P. Jacob
Emberiza schoeniclusOuiNonNicheur2002J.-P. Jacob
Falco subbuteoOuiNonTerritoire de chasse2010J.-P. Jacob
Hippolais polyglottaOuiNon1 couple nicheur2009J.-P. Jacob
Lullula arboreaOuiOuiNicheur: 1 couple2011J.-P. Jacob
Pernis apivorusOuiNonTerritoire de chasse2011J.-P. Jacob
Rallus aquaticusOuiNonPassage2000J.-P. Jacob
Remiz pendulinusOuiNonPassage2000J.-P. Jacob
Riparia ripariaOuiNon176 nids2011J.-P. Jacob
Scolopax rusticolaNonNonTerrain de chasse, circuits de croûle2009J.-P. Jacob
Streptopelia turturOuiOuiReproduction2009J.-P. Jacob
Tachybaptus ruficollisOuiNonNicheur (1-2 couples)2011J.-P. Jacob
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNonReproduction2010J.-P. Jacob
Bufo calamitaOuiOuiNb indéterminé (> 10 chanteurs)2010A. Remacle
Ichthyosaura alpestrisOuiNonReproduction2011A. Remacle et J.-P. Jacob
Lissotriton helveticusOuiNonReproduction2010A. Remacle et J.-P. Jacob
Pelophylax kl. esculentusOuiNonReproduction (forte abondance)2011J.-P. Jacob
Rana temporariaOuiNonFrayère très importante (> 2000 pontes)2011J.-P. Jacob
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2000J.-P. Jacob
Coronella austriacaOuiOui< 1995B. Contant
Lacerta agilisOuiOuiReproduction2011A. Remacle, J.-P. Jacob
Natrix natrixOuiOui1996R.M. Lafontaine
Zootoca viviparaOuiNonReproduction2011A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon2011J.-P. Jacob
Coenonympha arcaniaNonOui1995J.-P. Jacob
Lycaena virgaureaeOuiOui1995J.-P. Jacob
Melanargia galatheaNonNon2011J.-P. Jacob
Nymphalis polychlorosNonNon2011J.-P. Jacob
Plebejus argusNonOui> 20 ex.2010A. Remacle
Satyrium ilicisNonOui1 ex.2010A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Libellules
Cordulegaster boltoniiNonNon2002J.-P. Jacob
Erythromma najasNonNon2002J.-P. Jacob
Leucorrhinia dubiaOuiOui1 mâle2010A. Remacle
Orthetrum coerulescensOuiOui3 ex.2010A. Remacle
Sympetrum danaeNonNon2001J.-P. Jacob
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Cassida azurea2001Y. Thieren
Cicindela hybrida2011J.-P. Jacob
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Chorthippus dorsatus2010A. Remacle
Chorthippus mollis2003A. Remacle
Gomphocerippus rufus2003A. Remacle
Myrmeleotettix maculatus2010A. Remacle
Oedipoda caerulescens2012H. Baltus
Platycleis albopunctata2010A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Ammophila pubescens2009A. Remacle
Andrena vagaMilliers de nids2011A. Remacle
Anthidium punctatum2010A. Remacle
Astata boops1994A. Remacle
Colletes cuniculariusMilliers de nids2011J.-P. Jacob
Harpactus lunatus1995A. Remacle
Holopyga generosa1995A. Remacle
Nysson niger1995A. Remacle
Osmia bicolor1995A. Remacle
Oxybelus argentatus1994A. Remacle
Trachusa byssina3 femelles2010A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Alopecurus aequalis2010A. Remacle
Alyssum alyssoides10 pieds2013A. Remacle
Anacamptis pyramidalisAu moins 25 pieds2013A. Remacle
Callitriche hamulata2010A. Remacle
Corynephorus canescensRéparti sur plusieurs ares2011A. Remacle
Drosera rotundifoliaPrésent en plusieurs points2011A. Remacle
Epipactis helleborine2011A. Remacle
Filago minimaTrès abondant localement2011A. Remacle
Genista pilosa2011A. Remacle
Huperzia selago2010AA. Remacle, J.-P. Jacob
Jasione montanaAbondant par endroits2011A. Remacle
Lycopodiella inundataPrésent en plusieurs points2011A. Remacle
Lycopodium clavatumPrésent en plusieurs points2010A. Remacle
Ornithopus perpusillusTrès abondant localement2011A. Remacle
Potamogeton alpinusPrésent en plusieurs points2010A. Remacle
Potamogeton berchtoldii2011A. Remacle
Potamogeton polygonifoliusPrésent en plusieurs points2010A. Remacle
Pyrola minorPlusieurs plages2010A. Remacle
Pyrola rotundifoliaPlusieurs plages2010A. Remacle
Schoenoplectus lacustrisPlusieurs plages2011A. Remacle
Sparganium emersum2010A. Remacle
Teesdalia nudicaulis2011A. Remacle
Typha angustifolia2010A. Remacle
Plantes - Mousses - Bryophytes
Riccia fluitans2010A. et O. Sotiaux

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 1

Commentaires sur la faune

Oiseaux (données A. Remacle et J.-P. Jacob, 1994-2009): Alcedo atthis, Anas platyrhynchos, Anthus trivialis, Caprimulgus europaeus, Corvus corax, Corvus corone, Cuculus canorus, Dryocopus martius, Emberiza schoeniclus, Falco subbuteo, Fulica atra, Gallinula chloropus, Hippolais polyglotta, Lullula arborea, Pernis apivorus, Picus viridis, Porzana porzana, Rallus aquaticus, Remiz pendulinus, Riparia riparia, Scolopax rusticola, Streptopelia turtur, Tachybaptus ruficollis.

Reptiles (données A. Remacle et J.-P. Jacob, 1994-2009): Anguis fragilis, Coronella austrica, Lacerta agilis, Natrix natrix, Zootoca vivipara.

Amphibiens (données A. Remacle et J.-P. Jacob, 1994-2009): Bufo bufo, Bufo calamita, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Pelophylax kl. esculentus, Rana temporaria.

Hyménoptères Aculéates (données A. Remacle 1994-1995 et 2009): Ammophila pubescens, Ammophila sabulosa, Andrena nitida, Andrena vaga, Anoplius concinnus, Anoplius infuscatus, Anoplius viaticus, Arachnospila wesmaeli, Astata boops, Cerceris arenaria, Cerceris quadrifasciata, Cerceris quinquefasciata, Cerceris rybyensis, Colletes cunicularius, Colletes daviesanus, Crabro cribrarius, Crabro scutellatus, Crossocerus palmipes, Gymnomerus laevipes, Harpactus lunatus, Hedychridium ardens, Hedychrum gerstaeckeri, Hedychrum nobile, Holopyga generosa (= ovata), Lasioglossum lativentre, Lasioglossum leucozonium, Lasioglossum punctatissimum, Lindenius albilabris, Lindenius pygmaeus armatus, Nysson niger, Osmia bicolor, Oxybelus argentatus, Oxybelus bipunctatus, Oxybelus mandibularis, Oxybelus uniglumis, Sphecodes albilabris.

Lépidoptères rhopalocères (données A. Remacle et J.-P. Jacob 1994-2010): Anthocharis cardamines, Apatura iris, Celastrina argiolus, Coenonympha arcania, Coenonympha pamphilus, Colias crocea, Glaucopsyche alexis, Gonepteryx rhamni, Lycaena phlaeas, Lycaena virgaureae (disparu), Maniola jurtina, Melanargia galathea, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Plebeius argus, Polyommatus icarus, Satyrium ilicis.

Odonates (données J.-P. Jacob 1989-2010 + divers obs.): Aeshna cyanea, Aeshna grandis, Aeshna mixta, Anax imperator, Calopteryx splendens, Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Cordulegaster boltonii, Cordulia aenea, Enallagma cyathigerum, Erythromma najas, Gomphus pulchellus, Ischnura elegans, Lestes sponsa, Lestes viridis, Libellula depressa, Libellula quadrimaculata, Orthetrum cancellatum, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Somatochlora metallica, Sympetrum danae, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum.

Orthoptères (données A. Remacle et J.-P. Jacob 1989-2010): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus dorsatus, Chorthippus mollis, Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Conocephalus discolor, Conocephalus dorsalis, Gomphocerippus rufus, Metrioptera bicolor, Myrmeleotettix maculatus, Nemobius sylvestris, Oedipoda caerulescens, Omocestus viridulus, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Platycleis albopunctata, Stethophyma grossum, Tetrix tenuicornis, Tetrix undulata, Tettigonia viridissima.

Coléoptères (données J.-Y. Baugnée 2005 et 2008; Y. Thieren, 2001-2008): Adalia bipunctata, Agapanthia cardui, Cassida azurea, Charagmus griseus, Cicindela campestris, Cicindela hybrida, Coccinella quinquepunctata, Coccinella septempunctata, Donacia cinerea, Exochomus quadripustulatus, Gonioctena olivacea, Gonioctena viminalis, Hippodamia variegata, Hister unicolor, Melolontha hippocastani, Poecilus lepidus, Propylea quatuordecimpunctata, Scaphium immaculatum, Scymnus suturalis, Sitona humeralis, Trachys minutus, Tytthapsis sedecimpunctata.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données A. Remacle, 2008-2016): Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Acinos arvensis, Aegopodium podagraria, Agrostis capillaris, Agrostis stolonifera, Ajuga reptans, Alisma plantago-aquatica, Alliaria petiolata, Alopecurus aequalis, Alyssum alyssoides, Anacamptis pyramidalis, Anthoxanthum odoratum, Arabidopsis thaliana, Arenaria serpyllifolia, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Betula pendula, Betula pubescens, Brachypodium sylvaticum, Bromus hordeaceus, Bromus sterilis, Calamagrostis epigejos, Callitriche hamulata, Calluna vulgaris, Campanula rapunculus, Cardamine amara, Cardamine flexuosa, Cardamine hirsuta, Cardamine pratensis, Carex muricata subsp. lamprocarpa, Carex hirta, Carex ovalis, Carex paniculata, Carex pilulifera, Carex remota, Carex rostrata, Carex spicata, Carex vesicaria, Carpinus betulus, Centaurea jacea s.l., Cerastium arvense, Cerastium fontanum subsp. vulgare, Cerastium pumilum subsp. glutinosum, Cerastium semidecandrum, Chelidonium majus, Cirsium arvense, Cirsium oleraceum, Cirsium vulgare, Convallaria majalis, Conyza canadensis, Corylus avellana, Corynephorus canescens, Cotoneaster horizontalis, Crataegus monogyna, Crepis biennis, Crepis capillaris, Cynosurus cristatus, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Daucus carota, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Digitalis purpurea, Digitaria ischaemum, Dipsacus fullonum, Doronicum sp., Drosera rotundifolia, Dryopteris carthusiana, Dryopteris dilatata, Dryopteris filix-mas, Echium vulgare, Eleocharis palustris, Epilobium angustifolium, Epilobium ciliatum, Epilobium hirsutum, Epilobium montanum, Epilobium tetragonum, Epipactis helleborine, Equisetum arvense, Equisetum fluviatile, Equisetum palustre, Erigeron acer, Erigeron annuus, Erophila verna, Eupatorium cannabinum, Euphorbia cyparissias, Euphorbia lathyris, Euphrasia stricta, Fagus sylvatica, Fallopia japonica, Festuca filiformis, Festuca gigantea, Festuca pratensis, Festuca rubra, Filago minima, Filipendula ulmaria, Frangula alnus, Galanthus nivalis, Galeopsis cf. tetrahit, Galium aparine, Galium mollugo, Galium odoratum, Galium saxatile, Genista pilosa, Geranium columbinum, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Glyceria declinata, Glyceria fluitans, Gnaphalium uliginosum, Hedera helix, Hemerocallis sp., Heracleum mantegazzianum, Heracleum sphondylium, Hieracium aurantiacum, Hieracium lachenalii, Hieracium pilosella, Hieracium piloselloides, Hieracium sabaudum, Holcus lanatus, Holcus mollis, Huperzia selago, Hypericum perforatum, Hypericum pulchrum, Hypochaeris radicata, Iris pseudacorus, Jasione montana, Juncus articulatus, Juncus bufonius, Juncus bulbosus, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus tenuis, Knautia arvensis, Lamium album, Lamium purpureum, Lapsana communis, Lathyrus pratensis, Lemna minor, Leontodon autumnalis, Leucanthemum vulgare, Lonicera periclymenum, Lotus corniculatus, Lotus pedunculatus, Lupinus polyphyllus, Luzula campestris, Luzula luzuloides, Luzula multiflora, Luzula pilosa, Lychnis coronaria, Lychnis flos-cuculi, Lycopodiella inundata, Lycopodium clavatum, Lycopus europaeus, Lysimachia nummularia, Lysimachia punctata, Malva moschata, Matricaria maritima subsp. inodora, Medicago lupulina, Melampyrum pratense, Melilotus albus, Melilotus sp. , Mentha aquatica, Milium effusum, Molinia caerulea, Myosotis arvensis, Myosotis gr. scorpioides, Oenothera biennis, Oenothera deflexa, Ononis repens, Ornithopus perpusillus, Oxalis acetosella, Papaver dubium/rhoeas, Parthenocissus inserta/quinquefolia, Persicaria hydropiper, Persicaria maculosa, Petasites hybridus, Phalaris arundinacea, Phleum nodosum, Picea abies, Pinus sylvestris, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa annua, Poa compressa, Poa nemoralis, Poa pratensis, Poa trivialis, Polygonum aviculare, Polypodium vulgare, Populus tremula, Populus trichocarpa, Populus sp., Potamogeton alpinus, Potamogeton natans, Potamogeton polygonifolius, Potamogeton berchtoldii, Potentilla anserina, Prunella vulgaris, Prunus serotina, Prunus spinosa, Pseudotsuga menziesii, Pteridium aquilinum, Pulicaria dysenterica, Pyrola minor, Pyrola rotundifolia, Quercus petraea, Quercus robur, Quercus rubra, Ranunculus acris, Ranunculus flammula, Ranunculus peltatus, Ranunculus repens, Ribes uva-crispa, Ribes nigrum, Ribes rubrum, Rorippa palustris, Rosa rugosa, Rubus idaeus, Rubus sp., Rumex acetosa, Rumex acetosella, Rumex cf. obtusifolius, Sagina procumbens, Salix cf. alba, Salix aurita, Salix caprea, Salix div. sp., Sambucus nigra, Schoenoplectus lacustris, Scirpus sylvaticus, Scleranthus annuus subsp. annuus, Scrophularia nodosa, Scutellaria galericulata, Sedum acre, Senecio erucifolius, Senecio inaequidens, Senecio jacobaea, Senecio sylvaticus, Senecio vulgaris, Silene dioica, Silene latifolia subsp. alba, Silene vulgaris, Solidago canadensis, Sorbus aucuparia, Sparganium emersum, Spergula arvensis, Spergularia rubra, Spiraea sp., Stachys sylvatica, Stellaria alsine, Stellaria graminea, Stellaria holostea, Syringa vulgaris, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Teesdalia nudicaulis, Teucrium scorodonia, Torilis japonica, Trifolium arvense, Trifolium campestre, Trifolium dubium, Trifolium pratense, Trifolium repens, Tussilago farfara, Typha angustifolia, Typha latifolia, Urtica dioica, Vaccinium myrtillus, Valeriana repens, Valerianella carinata, Verbascum densiflorum, Veronica arvensis, Veronica beccabunga, Veronica chamaedrys, Veronica officinalis, Veronica serpyllifolia, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia sativa, Vicia sepium, Vicia tetrasperma, Vinca minor, Viola odorata, Viola riviniana, Vulpia myuros.

Bryophytes (données A. et O. Sotiaux, 2010): Amblystegium serpens, Aneura pinguis, Atrichum undulatum, Aulacomnium palustre, Barbula convoluta, Barbula unguiculata, Blasia pusilla, Brachythecium albicans, Brachythecium rutabulum, Bryum capillare, Calliergonella cuspidata, Campylopus introflexus, Cephalozia bicuspidata, Cephaloziella divaricata, Ceratodon purpureus, Chiloscyphus polyanthos, Cirriphyllum piliferum, Cryphaea heteromalla, Dicranoweisia cirrata, Dicranum scoparium, Didymodon insulanus, Didymodon rigidulus, Eurhynchium striatum, Frullania dilatata, Grimmia pulvinata, Hylocomium splendens, Hypnum cupressiforme, Hypnum jutlandicum, Isothecium alopecuroides, Kindbergia praelonga, Lophocolea bidentata, Lophocolea heterophylla, Lophozia bicrenata, Marchantia polymorpha, Metzgeria furcata, Orthotrichum affine, Orthotrichum anomalum, Orthotrichum lyellii, Orthotrichum striatum, Orthotrichum tenellum, Pellia epiphylla, Philonotis fontana, Plagiomnium undulatum, Plagiothecium curvifolium, Pleurozium schreberi, Pogonatum urnigerum, Pohlia annotina, Pohlia nutans, Polytrichastrum formosum, Polytrichum piliferum, Polytrichum uliginosum, Pseudocrossidium hornschuchianum, Pseudoscleropodium purum, Radula complanata, Rhizomnium punctatum, Rhytidiadelphus squarrosus, Rhytidiadelphus triquetrus, Riccardia chamedryfolia, Riccia fluitans, Schistidium apocarpum, Sphagnum auriculatum, Sphagnum fimbriatum, Sphagnum squarrosum, Thuidium tamariscinum, Tortula muralis, Ulota bruchii, Ulota crispa.

Espèces exotiques

Plantes: Campylopus introflexus, Conyza canadensis, Cotoneaster horizontalis, Doronicum sp., Epilobium ciliatum, Erigeron annuus, Euphorbia lathyris, Fallopia japonica, Galanthus nivalis, Hemerocallis sp., Heracleum mantegazzianum, Hieracium aurantiacum, Hieracium piloselloides, Juncus tenuis, Lupinus polyphyllus, Lysimachia punctata, Oenothera biennis, Oenothera deflexa, Parthenocissus inserta/quinquefolia, Populus trichocarpa, Prunus serotina, Quercus rubra, Ribes nigrum, Rosa rugosa, Senecio inaequidens, Solidago canadensis, Spiraea sp., Syringa vulgaris.

Conservation

Objectifs de conservation

Principaux objectifs mentionnés dans le dossier de projet de réserve naturelle domaniale (Jacob & Remacle, 2011):

- Restauration des habitats hors eau les plus remarquables et/ou augmentation de leur surface actuelle (pelouse à corynéphore, lande à callune et genêt pileux).

- Conservation et développement des communautés hygrophiles et aquatiques les plus caractéristiques (communautés de potamots des eaux oligotrophes, communauté flottante de Riccia fluitans, groupement des sables dénudés humides du Rhynchosporion, communautés bryophytiques des bords d'étang).

- Amélioration de la structure des zones humides afin de les rendre plus accueillantes pour les groupements végétaux ciblés et les espèces les plus remarquables (berges en pente douce notamment). Les zones humides qu'il est prévu de créer dans la partie active de la sablière doivent être conçues de manière à les rendre les plus favorables possible à la biodiversité dans son ensemble (notamment creusement de mares peu profondes favorables au crapaud calamite), ce qui impose une diversité structurelle de ces plans d'eau.

- Augmentation de la surface susceptible d'être occupée par le lézard des souches; amélioration de son habitat (sites de pontes, abris) dans les zones actuellement occupées ainsi que des connexions entre zones. La sablière devrait ainsi, à terme, héberger une population viable, qui devra néanmoins impérativement rester en liaison avec celle de Lagland.

- Maintien de zones favorables à la reproduction de l'entomofaune liée au sable.

- Gestion des friches de manière à assurer la persistance de cet habitat attractif (insectes, plantes), tout en contrôlant leur extension potentielle sur les lambeaux de landes et de pelouses restaurées ou créées.

- Maintien et développement de conditions favorables aux espèces d'oiseaux remarquables: espèces des landes, des zones humides, hirondelle de rivage et grandes espèces (rapaces, grand corbeau).

- Maintien et développement des plantes rares et/ou menacées en Wallonie (Drosera rotundifolia, Lycopodium clavatum, Lycopodiella inundata, Riccia fluitans,...).

- Eradication ou limitation des espèces végétales exotiques, éventuellement invasives.

Menaces

- Absence de gestion des ligneux entraînant une réduction de l'intérêt biologique des parties hors eau.

- Atterrissement des pièces d'eau et envahissement excessif par Typha latifolia.

- Recouvrement des zones sableuses par des terres de découverture (en cours sur le flanc de la sablière active).

- Pollutions possibles (liées à l'existence d'au moins une ancienne décharge dans la partie désaffectée).

- Progression d'espèces exotiques (végétaux, raton-laveur).

- Impact de la fréquentation des sangliers sur la faune et la flore.

Recommandations

- Octroi d'un statut de protection (projet de RND des sablières de Châtillon en cours) en plus des implications en matière de conservation résultant de l'inclusion dans le site Natura 2000 BE34061 « Vallées de Laclaireau et du Rabais ».

- Contrôle des ligneux à effectuer de toute urgence, notamment par un déboisement massif des surfaces couvertes de pins sylvestres et bouleaux.

- Selon les indications du projet de plan de gestion et afin d'assurer un bon état de conservation global du site, réaménagement de la partie exploitée compatible avec le développement de la flore et de la faune caractéristiques des milieux sableux et des zones humides sur substrat acide.

- Limitation de la fréquentation du site (vulnérabilité au piétinement de nombreuses espèces végétales et animales, carrière en activité).

Plan de gestion

Un projet de plan de gestion est inclus dans le dossier relatif au projet de réserve naturelle domaniale des sablières de Châtillon (Saint-Léger), préparé par J.-P. Jacob et A. Remacle dans le cadre du Plan d'action "Lézard des souches" (2011).

Depuis 2015, d'importants travaux de restauration s'y déroulent dans le cadre du projet LIFE Herbages (2013-2019).

Accès du public

Accès actuellement interdit.

Détails

Description physique

Cette vaste sablière se trouve à moins de 2 km au nord-ouest du village de Châtillon, au lieu-dit A la Croix Jacques. Elle forme une grande clairière dans le bois de Châtillon qui fait partie du massif boisé de la cuesta sinémurienne et est en contact avec le terrain militaire de Lagland au nord. Elle se situe à proximité immédiate de deux sources: celle de la Rouge Eau à l'ouest et celle du ruisseau du Fourneau au sud-ouest. On y exploite depuis 1970 des sables du Membre de Virton de la Formation de Luxembourg (anciennement dénommés sables de Virton du Lotharingien).

D'une surface de plus de 30 ha (y compris la zone d'extraction en cours d'exploitation), la sablière se compose de deux secteurs:

- vers le nord et l'est, le secteur actif, aux falaises élevées; l'exploitation progresse du nord vers le sud au détriment d'une partie du bois de Châtillon;

- vers l'ouest, le secteur désaffecté qui comprend des zones sableuses actuellement concentrées dans le nord (mais de surface de plus en plus réduite ailleurs), des friches sur des remblais exogènes et des parties envahies par des ligneux pionniers.

Plusieurs pièces d'eau, reliées par des chenaux et en voie d'atterrissement, se sont formées à la suite de l'extraction; les eaux de la sablière alimentent l'un des étangs puis rejoignent la source du ruisseau du Fourneau en limite sud du site.

Présence de déchets: le site a servi de décharge jusqu'aux années 1980. Des déchets inertes sont encore visibles, ainsi que quelques déchets ménagers en un point.

Le site est environné d'un massif forestier (bois de Châtillon et de Vance), à proximité du terrain militaire de Lagland ("Derrière les Hazelles") au nord de la route provinciale.

Description biologique

Le site héberge une grande diversité d'habitats liée à la présence d'une juxtaposition de zones sèches et de zones humides, ainsi que de substrats de nature différente (sables plus ou moins argileux, remblais exogènes) (dossier relatif au projet de réserve naturelle domaniale des sablières de Châtillon à Saint-Léger - JACOB et REMACLE, 2011).

Dans les parties plus ou moins sèches et non reboisées se rencontrent les végétations suivantes:

- pelouse silicicole ouverte des substrats secs: cette formation est l'un des habitats les plus intéressants de la sablière, non seulement par son cortège floristique mais aussi par son attractivité à l'égard de l'entomofaune liée au sable et son importance en tant que partie de l'habitat du lézard des souches. Selon les endroits et en fonction de l'évolution de la dynamique entraînant une fermeture progressive du tapis végétal, la pelouse comprend les unités Waleunis suivantes: la pelouse à corynéphore, la pelouse silicicole à espèces annuelles et la pelouse silicicole à espèces pérennes là où le sable est stabilisé;

- lande sèche à Calluna vulgaris et Genista pilosa: elle occupe actuellement une surface beaucoup plus réduite que dans les années 1990, suite au développement de Cytisus scoparius mais surtout des semis de pins sylvestres dont la croissance est extrêmement vigoureuse. Lycopodium clavatum se maintient en plusieurs points de la sablière;

- végétation rudérale sur les replats occupant les zones de remblais. Ces friches y sont de plus en plus envahies par des ligneux arbustifs et arborescents pionniers dont Salix caprea. Le ligneux exotique Populus trichocarpa, à croissance très rapide, y est assez répandu;

- sarothamnaies et ronciers.

- ptéridaies.

La végétation aquatique est composée des groupements suivants:

- communautés de potamots des eaux oligotrophes (Potamogeton polygonifolius), des eaux mésotrophes (Potamogeton alpinus) et de petits potamots,

- tapis de Potamogeton natans,

- communautés flottantes des eaux peu profondes avec Callitriche sp.,

- groupement immergé à Juncus bulbosus,

- tapis de la lentille d'eau Lemna minor,

- communauté flottante non enracinée d'hépatiques (Riccia fluitans).

Les bords des eaux, berges exondées ou sables humides sont colonisés par les groupements suivants, éventuellement imbriqués:

- scirpaies à Schoenoplectus lacustris et à Eleocharis palustris,

- typhaies à Typha latifolia et secondairement à Typha angustifolia,

- cariçaies d'atterrissement dominées par Carex rostrata et Carex vesicaria,

- équisétaie à Equisetum fluviatile,

- groupement à Scirpus sylvaticus,

- groupement à Juncus acutiflorus,

- groupement à Sparganium emersum,

- communautés bryophytiques des bords d'étang: Philonotis fontana, mousse hygrophile acidiphile, y forme d'importantes populations; elle pousse par endroits en compagnie ou à proximité d'autres hépatiques, dont Blasia pusilla, Riccardia chamedryfolia et Pellia epiphylla,

- groupement des sables dénudés humides du Rhynchosporion, habitat de valeur patrimoniale très élevée, avec comme espèces caractéristiques présentes ici Drosera rotundifolia et Lycopodiella inundata.

Les boisements résultent de l'évolution spontanée de la végétation.

Ils peuvent être subdivisés en plusieurs grands types: boisement à forte dominance de Pinus sylvestris, largement répandu; boisement mixte à base de Pinus sylvestris et Betula pendula, éventuellement avec un semis plus ou moins dense d'épicéas; boulaie à Betula pendula et B. pubescens mêlée de pins épars, sur un sol plus ou moins humide; boisement à dominance de Salix caprea sur les anciens dépôts de terres/inertes.

Un lycopode rare, Huperzia selago, a été découvert en 2010 au bord de petits fossés, dans une zone de transition entre des landes sur sable et des colonisations ligneuses pionnières (REMACLE et JACOB, 2016).

Le site héberge diverses espèces végétales considérées comme invasives à des degrés divers: Cotoneaster horizontalis, Epilobium ciliatum Fallopia japonica, Heracleum mantegazzianum, Juncus tenuis, Lupinus polyphyllus, Oenothera deflexa, Oenothera biennis, Prunus serotina, Quercus rubra, Rosa rugosa, Senecio inaequidens, Solidago canadensis, Spiraea sp., ainsi que la bryophyte Campylopus introflexus présente très localement. D'autres espèces exotiques s'y développent, e.a. Conyza canadensis, Erigeron annuus, Hieracium piloselloides (en expansion dans le site), Hieracium aurantiacum, Populus trichocarpa. Quelques plantes de jardins se sont développées à partir de dépôts de déchets (verts, inertes et/ou terres) et se maintiennent dans le site: Doronicum sp., Euphorbia lathyris, Galanthus nivalis, Hemerocallis sp., Lysimachia punctata, Parthenocissus inserta/quinquefolia (plus d'un are), Ribes nigrum, Syringa vulgaris.

Une liste non exhaustive (prospection partielle) des Bryophytes a été établie en avril 2010 par A. Sotiaux et O. Sotiaux. Les quatre espèces les plus marquantes observées sur le site sont Riccia fluitans, Riccardia chamedryfolia, Blasia pusilla et Lophozia bicrenata.

La faune de la sablière de Châtillon est particulièrement riche et comprend de nombreuses espèces patrimoniales. Cette diversité est liée à la coexistence d'habitats très différents avec une flore spécifique, ainsi qu'à la proximité du camp militaire de Lagland.

Oiseaux

Une importante colonie d'hirondelle de rivage (Riparia riparia) occupe le site chaque année depuis plusieurs décennies, avec un minimum de 100 couples pour un maximum de 211 couples en 1995 (176 couples en 2011). Un couple de faucon hobereau (Falco subbuteo) niche à proximité et chasse régulièrement ces hirondelles.

Les petits étangs voient la nidification annuelle du grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis) et du canard colvert (Anas platyrhynchos). La foulque macroule (Fulica atra), la gallinule poule d'eau (Gallinula chloropus) et le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) ont cessé de nicher suite à la fermeture et l'atterrissement des plans d'eau. En migration, le bruant des roseaux, le râle d'eau (Rallus aquaticus) et la rémiz penduline (Remiz pendulinus) ont été notés dans les zones humides.

Les parties sèches voient nicher l'alouette lulu (Lullula arborea), le pipit des arbres (Anthus trivialis), l'hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta) ainsi qu'un cortège d'arboricoles banaux. Elles servent de terrain de chasse pour la bondrée apivore (Pernis apivorus) et le grand corbeau (Corvus corax), nicheurs à proximité immédiate de la sablière; le cantonnement de l'engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus) n'a plus été établi après 2002.

Reptiles

La reproduction du lézard vivipare (Zootoca vivipara), du lézard agile (Lacerta agilis) et de l'orvet fragile (Anguis fragilis) est attestée. On y a aussi observé la coronelle lisse (Coronella austriaca) et la couleuvre à collier (Natrix natrix), mais aucune observation récente n'est connue pour ces deux serpents dont la détection est souvent aléatoire sans recherches spécifiques.

Amphibiens

Le site est un lieu de reproduction important pour au moins 6 espèces d'amphibiens: crapaud calamite (Bufo calamita), crapaud commun (Bufo bufo), grenouille rousse (Rana temporaria), grenouille verte (Pelophylax kl. esculentus), triton palmé (Lissotriton helveticus) et triton alpestre (Ichthyosaura alpestris).

Le crapaud calamite semble coloniser la sablière depuis peu, sans doute en provenance du camp militaire de Lagland tout proche, qui héberge la seule population connue en Lorraine belge. Un petit nombre de chanteurs a été entendu en 2010 au niveau des chenaux (y compris dans la sablière active) et dans un des étangs.

Insectes

- Odonates: le site a fait partie du programme “Surveillance de l'Environnement wallon par bioindicateurs” jusqu'en 1995. Au moins 27 espèces sont observées depuis 1992, parmi lesquelles, en 2010: l'orthétrum bleuissant (Orthetrum coerulescens), la leucorrhine douteuse (Leucorrhinia dubia) et la libellule écarlate (Crocothemis erythraea).

- Orthoptères: au moins 21 espèces, dont les plus remarquables sont la decticelle chagrinée (Platycleis albopunctata), le tétrix des carrières (Tetrix tenuicornis), le gomphocère tacheté (Myrmeleotettix maculatus), le gomphocère roux (Gomphocerippus rufus), l'oedipode à ailes bleues (Oedipoda caerulescens), le criquet des jachères (Chorthippus mollis) et le criquet verte-échine (Chorthippus dorsatus).

- Lépidoptères Rhopalocères: le spectre des espèces compte au moins 30 espèces, parmi lesquelles cinq figurent dans la liste rouge (FICHEFET et al., 2008): azuré de l'ajonc (Plebeius argus), azuré des cytises (Glaucopsyche alexis), thécla de l'yeuse (Satyrium ilicis), céphale (Coenonympha arcania) et cuivré de la verge d'or (Lycaena virgaureae) (dernière observation en 1995).

- Hyménoptères Aculéates: le site était en 1995 particulièrement intéressant pour ce groupe d'insectes qui y présentait une grande diversité. L'inventaire, encore très incomplet (données datan en majorité de 1995) a permis de recenser une trentaine d'espèces dont plusieurs présentent un grand intérêt patrimonial (y compris six espèces légalement protégées en Région wallonne), en particulier les abeilles sauvages Andrena vaga, Anthidium punctatum, Colletes cunicularius, Osmia bicolor, Trachusa byssina; la Chryside Holopyga generosa; l'Euménide Gymnomerus laevipes; les Sphécides Astata boops, Ammophila pubescens, Oxybelus argentatus, Cerceris arenaria, Harpactus lunatus, Lindenius pygmaeus armatus, Nysson niger, ...

Les deux abeilles printanières liées aux sols sableux et aux saules, Colletes cunicularius et Andrena vaga, se reproduisent dans plusieurs zones sableuses (respectivement de l'ordre de 3.000 et 8.000 nids en 2010).

Monument naturel

Intérêt géologique: la carrière active exploite les sables de la Formation de Luxembourg, plus précisément ceux du Membre de Virton qui repose sur l'assise marneuse imperméable du Membre de la Posterie de la Formation d'Arlon. Sur le plateau au nord de Châtillon, une couverture de sable fin orange (alluvions anciennes) contenant des galets de croûte ferrugineuse surmonte la Formation de Luxembourg. Le contact de ces sables avec l'argile de la Formation d'Ethe est visible dans la sablière active (BELANGER et al., 2002).

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A la fin du 19ème siècle, la partie nord du périmètre de la carrière active était occupée par une lande à callune séparée de la lande de Lagland par la route.  Aucune trace d'extraction n'est visible sur la carte de 1890 ainsi que sur celle de l'Institut géographique militaire levée en 1964-65 et publiée en 1968.

L'ouverture de la sablière remonte à 1970, année de l'autorisation accordée par la Députation permanente à l'exploitant actuel, Mr W. Lannoy. La zone d'extraction inscrite au Plan de secteur du 27/03/1979, d'une superficie de 5 ha, sera rapidement exploitée. En 1988, la carrière dépasse largement la zone autorisée; la révision partielle du Plan de secteur du Sud-Luxembourg en vue de l'inscription d'une nouvelle zone d'extraction, adoptée par l'arrêté du Gouvernement wallon du 18 juillet 1996, a permis de régulariser la situation et d'étendre la carrière vers le nord et surtout vers l'est et le sud-est. Cette modification partielle du Plan de secteur a converti la partie déjà exploitée en zone naturelle et créé une zone d'extraction de 18 ha avec destination de zone d'espaces verts.

Divers

Sources

SABLIERES

Plan d'action Lézard des souches (J.-P. Jacob et A. Remacle)

Répondants de l'information

A. REMACLE

J.-P. JACOB (Aves-Natagora).

Date de la dernière modification de la fiche

2016-05-20