Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

793 - Carrières de Scoufflény

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Écaussinnes
Cantonnements DNF :Nivelles
Surface :50 ha
Coordonnées :X Lambert : 137415 - Y Lambert : 138449
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Le site des anciennes carrières de Scoufflény est localisé dans une région agricole du Hainaut oriental, au sud-est d'Ecaussinnes. S'étendant sur une cinquantaine d'hectares, il est abandonné depuis les années 1980 et comprend un plan d'eau principal, très profond, plusieurs autres étangs plus petits, des zones humides, des friches plus ou moins sèches et des parties boisées à différents stades. L'ensemble présente un grand intérêt biologique et accueille notamment plusieurs espèces d'amphibiens, trois espèces de reptiles et une avifaune riche.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • B0 - Région limoneuse hennuyère

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Écaussinnes-d'Enghien7.13 haECAUSSINNESHAINAUT
Marche-lez-Écaussinnes29.33 haECAUSSINNESHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Nivelles37.03 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNon2008J.-S. Rousseau-Piot
Motacilla cinereaOuiNon2008J.-S. Rousseau-Piot
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo calamitaOuiOuiPrésence actuelle à confirmer2000H. De Wavrin
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2001H. De Wavrinv
Lissotriton helveticusOuiNon2001H. De Wavrin
Lissotriton vulgarisOuiNon2001H. De Wavrin
Plantes - Plantes supérieures
Chenopodium rubrum
Epipactis helleborine
Listera ovata
Pyrola rotundifolia

Commentaires sur la faune

Mammifères: Vulpes vulpes, Martes foina, Putorius putorius, Mustela erminea, Erinaceus europaeus, Sorex araneus, Talpa europaea, Capreolus capreolus, Lepus europaeus, Oryctolagus cuniculus, Sciurius vulgaris, Eliomys quercinus.

Oiseaux: 124 espèces ont été recensées dont 74 nicheuses et 50 migratrices. Parmi les nicheurs: Alcedo atthis, Oriolus oriolus, Acrocephalus palustris, Muscicapa striata, Emberiza citrinella, Emberiza schoeniclus, Scolopax rusticola, Tyto alba, Athene noctua, Asio otus, Picus viridis, Dendrocopos major, D. minor. Riparia riparia et Emberiza calandra ont déjà niché mais leur présence actuelle est douteuse.

Amphibiens: Alytes obstetricans, Bufo bufo, Bufo calamita, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton vulgaris, Lissotriton helveticus, Pelophylax kl esculentus, Rana temporaria, Salamandra salamandra.

Reptiles: Anguis fragilis, Natrix natrix, Zootoca vivipara.


Entomofaune riche.

Commentaires sur la flore

Phanérogames (données J. Saintenoy-Simon): Acer pseudoplatanus, Alisma plantago-aquatica, Alnus glutinosa, Betula pendula, Bidens tripartita, Calamagrostis epigejos, Carlina vulgaris, Carpinus betulus, Chenopodium album, Chenopodium ficifolium, Chenopodium glaucum, Chenopodium rubrum, Cirsium oleraceum, Clematis vitalba, Clinopodium vulgare, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Dipsacus fullonum, Echium vulgare, Eleocharis palustris, Epilobium hirsutum, Epilobium tetragonum subsp. lamyi, Epipactis helleborine, Equisetum telmateia, Eupatorium cannabinum, Fagus sylvatica, Fraxinus excelsior, Geranium robertianum, Glechoma hederacea, Gnaphalium uliginosum, Hedera helix, Humulus lupulus, Inula conyzae, Listera ovata, Lycopus europaeus, Lythrum salicaria, Mentha aquatica, Oenothera biennis, Origanum vulgare, Pastinaca sativa subsp. urens, Persicaria amphibia, Picris hieracioides, Populus tremula, Prunus avium, Pulicaria dysenterica, Pyrola rotundifolia, Quercus robur, Ranunculus subg. Batrachium, Rosa canina, Rubus sp., Salix alba, Salix atrocinerea, Salix caprea, Salix cinerea, Salix viminalis, Solanum dulcamara, Sorbus aucuparia, Symphytum officinale, Tanacetum vulgare, Typha latifolia, Urtica dioica, Viburnum opulus.

Espèces exotiques

Oenothera biennis.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un site qui offre une grande diversité de milieux biologiques: plan d'eau, prairies, friches qui accueillent une végétation dense et variée et de nombreux batraciens, reptiles, oiseaux et mammifères.

Menaces

La menace principale sur ce vaste site est le reboisement spontané, les parties ouvertes présentant en effet un intérêt particulier pour la faune héliophile et pionnière (crapaud calamite notamment).

Le site est localisé à proximité du zoning industriel pétro-chimique de Feluy.

Il existe également des sources potentielles de pollution des eaux. Naguère, du méthyléthyl-aniline a été déversé accidentellement dans la Payelle, ruisseau qui traverse le site des carrières et communique par infiltration avec le '"trou" de Scoufflény.

D'autre part l'abandon du site l'expose au dépôt de déchets divers, au comblement des trous avec des imnondices, à la destruction des bâtiments typiques de l'exploitation des carrières,... La faune et la flore pâtissent de cette situation (destruction d'une station d'orchidées par le déversement de déblais,...).

Recommandations

Mise en réserve naturelle d'un site aux intérêts multiples.
Archéologie industrielle : nombreux témoins d'une industrie jadis florissante, dans laquelle travaillait une grande partie de la population avoisinante (mémoire collective) (anciens bâtiments, ponts, blocs extraits par diverses techniques, etc.).
Géologique : coupe complète dans la partie supérieure de la formation géologique de l'Encrinite des Ecaussines (Tournaisien).

Plan de gestion

Aucun plan de gestion actuellement.

Accès du public

La carrière la plus profonde était autrefois régulièrement visitée par un club de plongée, mais, suite aux accidents mortels survenus en 1993 et 1995, l'accès en est maintenant interdit, sauf autorisation spéciale.

Détails

Description physique

Le site se trouve à l'est d'Ecaussines, à l'endroit d'anciennes carrières désaffectées et en grande partie remplies d'eau (les trous). Le sous-sol est formé de calcaires tournaisiens. La carrière la plus vaste (Scoufflény) offre un plan d'eau de 11 hectares dont la profondeur atteint au maximum 50 m.

Description biologique

Les parois des anciennes carrières sont en général quasi verticales et il n'y a pas de transition entre la zone inondée et les terrains avoisinants. On observe des espèces des sols secs dénudés, des friches nitrophiles et calcicoles, des zones humides ainsi qu'une importante recolonisation forestière.

Les strates arborée et arbustive sont constituées d'espèces colonisatrices telles Salix caprea, S. alba, S. viminalis, S. cinerea, S. atrocinerea, Betula pendula, Fraxinus excelsior, Alnus glutinosa, Quercus robur, Fagus sylvatica, Carpinus betulus, Prunus avium, Acer pseudoplatanus, Populus tremula, Cornus sanguinea, Sorbus aucuparia, Corylus avellana, Viburnum opulus, Crataegus monogyna, Rosa canina, Rubus sp., Clematis vitalba, Humulus lupulus,...

Là où s'est formé un fragment de forêt, apparaissent Hedera helix, Urtica dioica, Geranium robertianum, Glechoma hederacea avec plus localement Listera ovata, Epipactis helleborine ou encore Pyrola rotundifolia.

les friches humides montrent Symphytum officinale, Eupatorium cannabinum, Epilobium hirsutum, Pulicaria dysenterica, Calamagrostis epigejos, Tanacetum vulgare, Lythrum salicaria, Mentha aquatica, Cirsium oleraceum, etc. Les zones les plus humides accueillent Typha latifolia, Lycopus europaeus, Equisetum telmateia, Solanum dulcamara, Alisma plantago-aquatica, etc.

A l'extrémité est du site s'étend une petite noue avec notamment Eleocharis palustris, Persicaria amphibia, Bidens tripartita, Chenopodium ficifolium, Gnaphalium uliginosum, Ranunculus subg. Batrachium.

Les friches nitrophiles et calcicoles sont colonisées par Carlina vulgaris, Pastinaca sativa subsp. urens, Epilobium tetragonum subsp. lamyi, Inula conyzae, Clinopodium vulgare, Echium vulgare, Origanum vulgare, Dipsacus fullonum, Picris hieracioides, Oenothera biennis,...

Une zone rétentive en eau est envahie par plusieurs chénopodiacées dont Chenopodium rubrum, C. glaucum et C. album.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Sur la carte de Ferraris le site était occupé au 17ème siècle par des cultures et des prairies.

L'exploitation des carrières a débuté à la fin du 19ème siècle et s'est poursuivie jusqu'à 1984 environ.

Biblio

, 1985, Historique des carrières d'Ecaussines, Annales du Cercle Archéologique du Canton de Soignies, tome XXXI, 300 pp.
, 1979, Les carrières d'Ecaussinnes, In: "L'Industrie de la pierre en Belgique de l'ancien régime à nos jours", Colloque du 20 novembre 1976, Ath, Etudes et Documents du Cercle royal d'Histoire et Archéologie d'Ath et de la région, I, pp. 115-129.
, 1959, Recherches stratigraphiques sur les terrains dinantiens dans le bord nord du bassin de Namur (région s'étendant de la Dendre à l'Orneau)., Mémoire de l'Académie Royale de Belgique, Classe de Sciences, 2e série, 14 pp.
, 1910, La société anonyme des carrières du Levant et des Ecaussines. Son gisement de Petit granit et ses installations., Bruxelles, Ed. Albert De Boeck.
, 1994, Note préliminaire (courrier)., Publication du cercle des Naturalistes d'Ecaussines
, 1994, Relevé partiel de la faune ornithologique et terrestre des carrières de Scoufflény (documents).
, 1994, Relevé partiel de la flore des carrières de Scoufflény (documents).
, 1974, Distribution de Conodontes dans le Dinantien de la Belgique., International Symposium on Belgian Micropaleontological limits, from Emsian to Visean. Ed. Serv. géol. Belg. publication n°17 : 1-193 (fig. 1-49).
, 1978, La série tournaisienne dans la région des Ecaussines., Bull. Soc. belge de Géologie, 87, n°2 : 66-72.
, 1981, L'industrie du marbre en Belgique., Mémoire de l'Institut de Géologie de l'Université de Louvain, 31 : 219-253.
, 1993, L'origine et l'évolution de l'expression « Petit granit »., Bull. Soc. belge de Géologie.
, 1994, Mise en évidence de la qualité du site (courrier).
, 1974, Un contrat entre maîtres de carrières d'Ecaussines d'Enghien, en 1705., Val Vert, 2e année, 1er trim., bull. n°5 : 15-18.
, 1935, Historique des carrières de Scoufflény. Visite des carrières de Scoufflény (Pierre et Marbre 1971).
, 1994, Flânerie du côté des carrières de Scoufflény., 5 pp. dactylographiées.
, 1994, Flânerie aux carrières de Scoufflény, l'oeil d'un architecte.
, 1987, La carrière de pierre bleue de Restaumont, Mémoire pour l'obtention du brevet de Guide Nature.

Divers

Sources

ZHIB

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994).

Date de la dernière modification de la fiche

2012-11-22