Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

798 - Propriété Isaac sur les ruisseaux de Montigny et de Seron

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Éghezée, Fernelmont
Cantonnements DNF :Namur
Surface :19.91 ha
Coordonnées :X Lambert : 193266 - Y Lambert : 142203
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Cette vaste propriété privée s'étend en Hesbaye, essentiellement sur le territoire de la commune de Fernelmont, où elle occupe les vallées des ruisseaux de Montigny et de Seron depuis le château de Hambraine jusqu'à la Ferme de Montigny, sur une longueur d'un peu plus d'un kilomètre, le tout inscrit dans un paysage très agricole. Le ruisseau de Montigny est bordé sur sa plus grande longueur par une aulnaie rivulaire à aulne glutineux (Alnus glutinosa) et secondairement aulne blanc (Alnus incana), dans laquelle apparaissent aussi l'orme champêtre (Ulmus minor) et des nappes de houblon (Humulus lupulus). Juste à hauteur du château existe également un petit étang, aujourd'hui atterri. Des plantations de peupliers y sont installées sur d'anciennes prairies. Le ruisseau de Seron est davantage environné de prairies et un parc avec étang et arbres ornementaux y a été aménagé par le propriétaire. Ses abords comportent de magnifiques saules blancs (Salix alba) traités en têtard, très âgés et pourvus de nombreuses cavités propices à l'établissement d'oiseaux cavernicoles comme la chevêche d'Athéna (Athene noctua) ou de divers insectes saproxylophages. Des peuplements de roseaux (Phragmites australis), de massettes à larges feuilles (Typha latifolia) et de laîche aiguë (Carex acuta), des mégaphorbiaies hygrophiles ou encore des saussaies complètent cette intéressante mosaïque d'habitats. La faune reste à documenter. Certaines espèces patrimoniales y sont régulièrement observées, tels que le martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • D0 - Hesbaye

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Cortil-Wodon5.66 haFERNELMONTNAMUR
Forville5.67 haFERNELMONTNAMUR
Hanret8.58 haEGHEZEENAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Namur19.91 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Eliomys quercinusOuiNon
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNonNicheur local2015Divers obs.
Ardea albaOuiNon2015Divers obs.
Athene noctuaOuiNon2008B. Manet
Emberiza schoeniclusOuiNon
Falco tinnunculusOuiNonNicheur
Motacilla cinereaOuiNon
Picus viridisOuiNon
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon
Ichthyosaura alpestrisOuiNon
Pelophylax kl. esculentusOuiNon
Rana temporariaOuiNon
Triturus cristatusOuiOuiPrésence à confirmer
Invertébrés - Insectes - Libellules
Calopteryx virgoNonNon2015S. Vander Linden
Plantes - Plantes supérieures
Epipactis helleborine
Nuphar lutea
Nymphaea alba

Commentaires sur la faune

Mammifères: Eliomys quercinus, Lepus europaeus, Martes foina, Muscardinus avellanarius (?), Ondatra zibethicus, Vulpes vulpes.

Oiseaux: Alcedo atthis, Ardea alba, Ardea cinerea, Athene noctua, Dendrocopos major, Emberiza schoeniclus, Falco tinnunculus, Fulica atra, Motacilla cinerea, Picus viridis, Scolopax rusticola.

Amphibiens: Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Pelophylax kl. esculentus, Rana temporaria, Triturus cristatus.

Crustacés: Astacus leptodactylus.

Odonates: Anax imperator, Calopteryx virgo, Coenagrion puella.

Commentaires sur la flore

Données à compléter.

Espèces exotiques

Plantes: Alnus incana, Fallopia japonica, Impatiens glandulifera, Populus x canadensis, Prunus serotina, Quercus rubra

Animaux: Astacus leptodactylus, Ondatra zibethicus.

Conservation

Objectifs de conservation

Intérêt ornithologique, herpétologique, botanique, entomologique, paysager dans une région très agricole.

Menaces

Pollution des eaux.

Recommandations

Création d'une réserve naturelle.

Plan de gestion

Gestion (entretien) assurée par le propriétaire.
Le propriétaire a placé de nombreux nichoirs pour les oiseaux. Ces nichoirs sont soigneusement vérifiés et entretenus.
Les populations d'oiseaux qui les habitent sont répertoriées.
Des 'nichoirs' à insectes existent également.

Accès du public

Ni chasse, ni pêche, sauf exceptionnellement (régulation).
Accès du public interdit.

Détails

Description physique

Le site se trouve essentiellement sur le territoire de la commune de Fernelmont, en aval du château de Hambraine, dans les vallées des ruisseaux de Montigny et de Seron jusqu'un peu au delà de la confluence de ces deux ruisseaux. Le ruisseau de Montigny résulte de la fusion de deux ruisseaux, le ruisseau de Hénémont et le ruisseau de Noville-les-Bois qui collectent les eaux de plusieurs autres ruisselets. Le ruisseau de Seron rassemble également de petits ruisseaux provenant de Forville et de Seron.

Le ruisseau de Montigny s'écoule à ce niveau dans un axe sud-nord et se jette à Hemptinne, au lieu-dit "Aux Trois Ris", dans la Soile, ou ruisseau de Meeffe, un affluent de la rive droite de la Mehaigne. Tous ces petits cours d'eau forment une 'chevelure' de ruisselets qui drainent le plateau cultivé hesbignon.

Du point de vue géologique, le soubassement est formé par

- des couches crétaciques (Sénonien) de l'assise de Nouvelles (Cp3), formée de craie blanche grossière à silex noirs donnant très souvent par altération un conglomérat à silex très durs (Sx). Cette assise se présente également sous la forme d'un sable décalcarisé et durci en surface, et de l'assise de Herve (sable glauconifère).

- des schistes siluriens (très localisés).

Ce socle est recouvert d'une couche plus ou moins épaisse de limons éoliens datant du Pléistocène.

Les vallées sont comblées par des alluvions (alluvions modernes des vallées) qui portent des sols plus ou moins gléyfiés.

Description biologique

La propriété comprend une zone de parc, des bois, des prairies pâturées ou non, deux ruisseaux et deux étangs.

A. Le parc

Dans le haut de la propriété, le parc rassemble toute une série d'arbres ornementaux intéressants dont le séquoia (Sequoiadendron giganteum), le liquidambar (Liquidambar styraciflua), le tulipier (Liriodendron tulipifera), le ginkgo (Ginkgo biloba), le séquoia de Chine (Metasequoia glyptostroboides), le cyprès chauve (Taxodium distichum), le pin Weymouth (Pinus strobus), le chêne rouge d'Amérique (Quercus rubra), le févier (Gleditsia triacanthos), le catalpa (Catalpa bignonioides), le thuya (Thuja plicata), l'if (Taxus baccata), etc.

B. Les bois

Les bois sont formés en grande partie de plantations parmi lesquelles on note : le mélèze du Japon (Larix kaempferi), l'épicéa (Picea abies), le chêne rouge d'Amérique (Quercus rubra), le peuplier (divers cultivars dont le 'Beaupré', le 'Ghoy'), le douglas (Pseudotsuga douglasii = P. menziesii), le sapin de Vancouver (Abies grandis), le hêtre (Fagus sylvatica), le pin sylvestre (Pinus sylvestris), le noyer noir (Juglans nigra), le cerisier tardif (Prunus serotina).

Les bois sont envahis par le sureau noir (Sambucus nigra) et les orties, mais on observe également le noisetier (Corylus avellana), l'érable sycomore (Acer pseudoplatanus), le fusain (Euonymus europaeus), etc.

On y note une population importante d'échinops (Echinops exaltatus), introduit; des colonies exubérantes de fougères (Dryopteris dilatata, D. filix-mas, Athyrium filix-femina); des peuplements de berce (Heracleum sphondylium); des ronces. On y observe aussi le compagnon rouge (Silene dioica), le lierre terrestre (Glechoma hederacea), le lamier jaune (Lamium galeobdolon subsp. montanum), le jonc épars (Juncus effusus), le myosotis des bois (Myosotis sylvatica), la consoude officinale (Symphytum officinale), le galéopsis tétrahit (Galeopsis tetrahit), etc. A noter en outre la présence de petites populations de l'épipactis à larges feuilles (Epipactis helleborine). Ces bois, très riches en fourrés d'arbustes à petits fruits sont très favorables aux oiseaux.

Le ruisseau de Montigny est profondément enfoncé dans les terrains meubles (alluvions, limons, sables). Il est en grande partie bordé par une aulnaie rivulaire (Alnus glutinosa, le plus souvent, et Alnus incana) dans laquelle on observe l'orme champêtre (Ulmus minor), de très nombreux houblons (Humulus lupulus) et quelques touffes de la renouée du Japon (Fallopia japonica). La végétation herbacée comprend diverses espèces nitrophile. Les bois montrent de nombreuses plantules d'érable, de frêne,...

C. Le ruisseau de Seron

Ce ruisseau coule dans des pâtures. Il a un très grand intérêt paysager et présente encore, sur quelques centaines de mètres, des pâturages hesbignons traditionnels. Le ruisselet serpente librement dans les prairies où il est profondément enfoncé. Les eaux sont propres, bien que l'on se trouve en aval des villages de Seron et de Forville. Une certaine épuration des eaux se produit.

Le ruisseau est bordé de magnifiques saules blancs têtards, très âgés et présentant de nombreuses cavités très propices à l'établissement d'oiseaux et de petits mammifères. En outre ils portent une flore épiphytique intéressante (lierre, groseillier à maqueraux). Des bouquets d'aulnes (Alnus glutinosa), des prunelliers (Prunus spinosa), des aubépines (Crataegus monogyna), des églantiers (Rosa canina) y poussent également.

Dans l'eau du ruisseau on reconnaît la véronique des ruisseaux (Veronica beccabunga), le faux-cresson (Apium nodiflorum), le cresson de fontaine (Nasturtium officinale), le poivre d'eau (Persicaria hydropiper)... Sur les berges se développent la balsamine de l'Himalaya (Impatiens glandulifera), la baldingère (Phalaris arundinacea), la scrophulaire auriculée (Scrophularia auriculata), le céraiste aquatique (Myosoton aquaticum), la morelle douce-amère (Solanum dulcamara), le lycope d'Europe (Lycopus europaeus), le chardon crépu (Carduus crispus), la renouée persicaire (Persicaria maculosa), le liseron des haies (Calystegia sepium), la potentille des oies (Potentilla anserina), des herbes nitrophiles, etc.

Vers l'aval, on rencontre:
- une roselière à Phragmites australis, riche en iris (Iris pseudacorus), populage des marais (Caltha palustris),...; elle est bordée de saules des vanniers (Salix viminalis);

- un marécage envahi par des espèces des mégaphorbiaies comme la reine des prés (Filipendula ulmaria), l'épilobe hirsute (Epilobium hirsutum), l'épilobe à petites fleurs (E. parviflorum), la salicaire (Lythrum salicaria), le lychnis fleur de coucou (Lychnis flos-cuculi)... et des magnocariçaies à laîche des marais (Carex acutiformis) ;

- un bel étang, creusé en 1974, d'une superficie d'1 ha. Il est peuplé de nénuphars jaunes (Nuphar lutea) (Nymphaeion) et blancs (cultivars de Nymphaea alba). Les berges sont occupées par de hautes herbes, principalement l'épilobe hérissé (Epilobium hirsutum), mais aussi la massette à larges feuilles (Typha latifolia), le scirpe des bois (Scirpus sylvaticus), etc.

D. L'étang du ruisseau de Montigny

Une partie de la berge de l'étang est exondée et montre le plantain d'eau (Alisma plantago-aquatica), le bident penché (Bidens cernua), le poivre d'eau (Persicaria hydropiper), la renoncule scélérate (Ranunculus sceleratus), la menthe aquatique (Mentha aquatica),...
Une belle colonie de massette à feuilles étroites (Typha angustifolia) se développe à cet endroit.

Les pâtures sont bordées de haies dont certaines sont encore soigneusement taillées, ce qui est rare dans la région, d'autres sont laissées libres et constituent des milieux très favorables aux oiseaux et petits mammifères. La bryone dioique (Bryonia dioica) s'y accroche.

Divers arbres remarquables (chênes, frênes têtards, etc.) sont dispersés dans la propriété.

L'intérêt faunistique du site a été peu documenté jusqu'à présent.

On y a observé la nidification du martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis), du faucon crécerelle (Falco tinnunculus), de la foulque macroule (Fulica atra), probablement aussi de la bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea), du pic épeiche (Dendrocopos major), du pic vert (Picus viridis), du bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus), peut-être même de la bécasse des bois (Scolopax rusticola). La chevêche d'Athéna (Athene noctua), partout en forte régression, a encore été vue à proximité du site et pourrait nicher dans les vieux saules têtards.

En outre, en hiver et durant les migrations, la grande aigrette (Ardea alba) fréquente les campagnes alentours.

Il s'agit d'une importante zone de frai pour les amphibiens : grenouille verte (Pelophylax kl. esculentus), grenouille rousse (Rana temporaria), crapaud commun (Bufo bufo), triton alpestre (Ichthyosaura alpestris) et même triton crêté (Triturus cristatus) mais la présence de ce dernier est à confirmer (il existe bien plusieurs données un peu au sud, sur Cortil-Wodon et Forville, mais la plus récente remonte à 2009).

Les étangs sont assez poissonneux, avec des brèmes, carpes, brochets, etc. On note par ailleurs la présence d'un invertébré exotique, l'écrevisse à pattes grêles (Astacus leptodactylus). Parmi les rares observations d'insectes disponibles, soulignons celle du caloptéryx vierge (Calopteryx virgo), une libellule typique des eaux courantes particulièrement exigeante quant à la qualité de l'eau.

Monument naturel

Présence de deux étangs.

Monument historique

Château de Hambraine : 'château et ferme en grande partie reconstruits au XIXe siècle par le baron de Woelmont, avec des matériaux de remploi, en fonction d'une tour datée de 1652, édifiée par son ancêtre Charles-Alexandre, seigneur d'Hambraine' (Patrimoine monumental de la Belgique 1975). Le corps de logis du château a été détruit après la dernière guerre, seule reste une aile.

Ferme de Montigny ('ancienne seigneurie hautaine citée depuis le XIVe siècle), vaste ensemble fortifié, en brique et pierre bleue des XVII et XVIIIe s., encore presque entièrement cerné de douves et jadis défendu par un pont-levis' (Patrimoine monumental de la Belgique, 1975).

Trois tumuli gallo-romains de Seron ('tombes à Seron') du IIe siècle ap. J.-C. (Patrimoine monumental de la Belgique, 1975).

Histoire du site

Sur la carte de Ferraris le site était occupé à la fin du XVIIIè siècle par des bois et des prairies dans un paysage dominé par les cultures.

Divers

Sources

ZHIB

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994).

Date de la dernière modification de la fiche

2019-02-01