Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

808 - Vallée de la Hoëgne

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Jalhay, Stavelot
Cantonnements DNF :Spa
Surface :151.90 ha
Coordonnées :X Lambert : 264092 - Y Lambert : 133274
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Ce site boisé comporte des végétations forestières de grand intérêt biologique: des chênaies pédonculées à bouleaux et molinie, des chênaies secondaires de la hêtraie à luzule blanche, des hêtraies à luzule blanche, des fragments de boulaies tourbeuses à sphaignes et d'aulnaies marécageuses oligotrophes à sphaignes, une aulnaie rivulaire discontinue. Cette forêt, principalement feuillue, reste toutefois parsemée de peuplements d'épicéas et de douglas qui sont progressivement éliminés par coupes à blanc. Le site inclut aussi l'ancienne voie de chemin de fer de Malmedy qui présente un grand intérêt géologique. La richesse bryologique du site (surtout le versant escarpé en rive gauche de la Hoëgne) est exceptionnelle. Il s'agit de l'un des sites où l'on note une richesse en hépatiques parmi les plus élevées de Belgique (au moins 56 espèces, soit 33% de ce qu'on recense au niveau national).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L0 - Ardenne
  • L6 - Hautes-Fagnes

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Francorchamps3.11 haSTAVELOTLIEGE
Sart-lez-Spa148.79 haJALHAY (partim ???)LIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Spa151.9 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Oui  Région Oui  Autres publics Oui

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Plantes - Plantes supérieures
Epipactis helleborine2010P. Frankard
Trientalis europaea2010P. Frankard
Plantes - Mousses
Calypogeia integristipulaP. De Zuttere, R. Schumacker
Cephalozia lunulifoliaP. De Zuttere, R. Schumacker
Dicranum fuscescensP. De Zuttere, R. Schumacker
Discelium nudumP. De Zuttere, R. Schumacker
Hylocomium umbratumP. De Zuttere, R. Schumacker
Jungermannia caespiticiaP. De Zuttere, R. Schumacker
Marsupella sphacelataP. De Zuttere, R. Schumacker
Plagiochila spinulosaP. De Zuttere, R. Schumacker
Pseudobryum cinclidoidesP. De Zuttere, R. Schumacker
Ptilium crista-castrensisP. De Zuttere, R. Schumacker
Sphagnum riparium2006P. De Zuttere, R. Schumacker, J.-M. Couvreur, A. Sotiaux
Mycètes - Lichens
Stereocaulon dactylophyllum1979R. Schumacker
Umbilicaria deusta1989P. Frankard
Usnea filipendula1989P. Frankard

Commentaires sur la faune

Mammifères : présence du muscardin (Muscardinus avellanarius).

Oiseaux : Cinclus cinclus et Nucifraga caryocatactes.

Reptiles: Zootoca vivipara, Natrix natrix.

Commentaires sur la flore

157 espèces de spermatophytes recencées (Frankard, 1989), dont 2 espèces protégées : Trientalis europaea, Epipactis helleborine.

Intérêt bryologique majeur: un des sites les plus riches de Belgique, avec présence de diverses espèces rares ou tendant à se raréfier (Cephalozia lunulifolia, Calypogeia integristipula, Jungermannia caespiticia, Marsupella sphacelata, Plagiochila spinulosa, Sphagnum riparium, Dicranum fuscescens, Discelium nudum, Hylocomium umbratum, Ptilium crista-castrensis, Pseudobryum cinclidoides...).

Grand intérêt lichénique, avec notamment la présence de Usnea filipendula (espèce assez rare), Umbilicaria deusta (lichen connu exclusivement d'Ardenne, essentiellement répandu dans les Hautes-Fagnes) et Stereocaulon dactylophyllum (espèce pratiquement limitée à la haute Ardenne).

Présence d'Eunotia vanheurckii dans les eaux de la Hoëgne (diatomée rare liée aux eau oligo-dystrophes acides et non polluées)

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Préservation des groupements forestiers feuillus naturels de la vallée. La préservation des formations forestières feuillues situées en rive gauche de la Hoëgne et installées sur un important pierrier fort humide (présence notamment de nombreux suintements) est primordiale, vu leur intérêt cryptogamique.

Préservation de l'intérêt bryologique de la vallée.

Menaces

Pression touristique, aire de pique-nique de la cascade Léopold II, piétinement, poubelles.

La canalisation du public principalement sur la rive droite de la vallée (du moins dans la partie amont) a permis de restaurer certains secteurs sensibles de la rive gauche qui étaient forts piétinés il y a une vingtaine d'années.

Recommandations

Création d'une réserve naturelle, au moins sur une partie du site (voir FRANKARD 1989).

Plan de gestion

Plan de gestion dans FRANKARD 1989.

Accès du public

Surfréquentation de la vallée. Mais la canalisation du public principalement en rive droite a déjà permis de régler certains problèmes.

Détails

Description physique

La vallée de la Hoëgne naît de la confluence de deux ruisseaux :

- le ruisseau de la Baraque, issu de la Fagne de Herbofaye, au nord de la Baraque Michel;
- le ruisseau de Polleur, provenant de la Fagne de Polleur, au sud du Mont Rigi.

Après un cours le plus souvent sinueux, encaissé et pittoresque, la Hoëgne se jette dans la Vesdre à Pepinster.

Le SGIB ne concerne que le tronçon compris entre le pont du Centenaire (là où la rivière, provenant du nord-est, fait un coude de 90° vers le nord-ouest) et le pont de Belle-Hé (ou Belleheid), c'est-à-dire un parcours d'environ 3 km. Le site a été prolongé vers le sud-ouest, le long de l'ancienne voie de chemin de fer de Malmedy qui présente un très grand intérêt géologique.

Géologie : phyllades et quartzites gris-bleu du Cambrien (Revinien).
La tranchée de chemin de fer montre des vestiges des dépôts de la transgression marine du Crétacé supérieur. Ces dépôts qui reposent sur le Revinien sont formés de conglomérats, sables glauconitiques, limons résiduels d'âge Campanien et de limons résiduels d'âge Maastrichtien.

Géomorphologie : le cours ancien, de pente faible, de la Hoëgne a été capturé par un ruisseau (qui occupe le cours actuel de la Hoëgne, en aval de Hockai) de pente forte, à la suite d'une érosion régressive. Des pierriers encombrent la vallée de la Hoëgne. Ce phénomène général dans les vallées qui entourent le plateau des Hautes-Fagnes, est dû à des phénomènes de solifluxion qui se sont produits sous climat périglaciaire.
Le tronçon de rivière étudié est très encaissé et la dénivellation est très grande (plus de 150 m sur 3 km). Elle forme des cascatelles dont la cascade Léopold II.

Hydrographie : la Hoëgne reçoit plusieurs ruisseaux dont le ruisseau des Plénisses, dans le parcours qui est retenu ici.
Les eaux ne sont pas polluées. Elles sont acides et très pauvres en sels dissous.

Description biologique

On rencontre dans la vallée :
a. - des chênaies de chêne pédonculé à bouleau (Querceto roboris-Betuletum).
b. - Des chênaies secondaires mixtes (Luzulo-Quercetum) qui sont des faciès de substitution de la hêtraie à Luzula luzuloides de chêne pédonculé et de chêne sessile. Quercus robur domine sur les sols humides, Quercus petraea sur les sols plus secs. Betula pubescens, B. pendula, Fagus sylvatica, Sorbus aucuparia et parfois Acer pseudoplatanus et Sambucus racemosa forment la strate arbustive.
Suivant les conditions édaphiques, la strate herbacée rassemble :
- Vaccinium myrtillus, Deschampsia flexuosa, Pteridium aquilinum, sur sols relativement secs;
- Molinia caerulea sur sols plus ou moins gleyfiés;
- diverses fougères (Athyrium filix-femina, Dryopteris carthusiana, D. dilatata et espèces hygrophiles (Deschampsia cespitosa, Molinia caerulea, Luzula sylvatica) au niveau des suintements;
- Persicaria bistorta, Lysimachia vulgaris, Equisetum sylvaticum,... sur les petites banquettes alluviales;
- des plages de sphaignes, en bas de pente et dans les suintements. Une espèce rarissime, Sphagnum riparium, est présente dans une aulnaie oligotrophe aux environs de la Cascade Léopold II (il s'agit ici de la quatrième localité wallonne, d'après A. SOTIAUX).
En outre, on note des espèces du Luzulo-Fagion comme Calamagrostis arundinacea, Luzula luzuloides, Polygonatum verticillatum.
c. - Des hêtraies acidiphiles, très pauvres en espèces.
d. - des fragments d'aulnaies oligotrophes marécageuses et tourbeuses ou de boulaies tourbeusesdans les suintements en fond de la vallée ou en bas de pentes.
e. - Une aulnaie rivulaire discontinue.
f. - Des plantations de douglas et d'épicéas.

g. - Des régénérations forestières de feuillus divers dans les coupes à blanc.
La richesse bryologique est très grande (139 espèces). 16 espèces présentes dans la vallée font partie de la liste des hépatiques et mousses nouvelles, méconnuées, rares, menacées ou disparues de Belgique (DE ZUTTERE et SCHUMACKER 1984).
Des lichens intéressants se rencontrent : Usnea filipendula, Umbilicaria deusta, Stereocaulon dactylophyllum.
Une algue rare, typique des eaux oligo-dystrophes, acides et non polluées a été signalée: Eunotia vanheuckii.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Traces d'aires de faulde.

Pont du Centenaire édifié pour commémorer le centenaire de l'indépendance de la Belgique.

Histoire du site

D'après Ferraris le site était jadis occupé par des bois et bruyères.

Biblio

, 1989, Note on the late Cretaceous of Hockai (Hautes Fagnes, NE Belgium)., Ann. Soc. géol. Belg., 112 (1) : 10 pages.
, 1977, Guide du Plateau des Hautes Fagnes., Les Amis de la Fagne a.s.b.l., Verviers, 509 pp.
, 1986, Les surfaces d'érosion crétaciques et paléogènes du nord de l'Ardenne-Eifel., Z. Geomorph., 30 (1) : 53-69.
, 1980, L'évolution géomorphologique du plateau des Hautes-Fagnes et de son versant septentrional., Bull. Sobeg, 49 (1) : 21-45.
, 1986, Nouvelles observations sur les dépôts sablo-graveleux de Hockai et Ster-Cronchamps (Hautes-Fagnes, Belgique)., Ann. Soc. géol. Belg., 109 : 481-487.
, 1987, The distribution of Cretaceous deposits on the Hautes Fagnes plateau (Belgium)., Geologie en Mijnbouw, 66 : 147-150.
, 1982, Un nouveau gîte de sable oligocène à proximité de Cokaifagne (Belgique)., Annales de la Société Géologique de Belgique, 105 : 241-247.
, 1986, Un phénomène de capture dans les Hautes-Fagnes : la Hoëgne à Hockai., Bull. Soc. belg. Etudes géogr., 1 : 45-52.
, 1898, Nouvelles observations dans la tranchée de Hockai., Ann. Soc. géol. Belg., 25 : 131-133.
, 1984, Bryophytes nouvelles, méconnues, rares, menacées ou disparues de Belgique., Min. Rég. Wall., Serv. Conserv. Nat., Trav., 13 : 161 pp. + 40 c. h.-t.
, 1947, Quelques bryophytes à rechercher dans la vallée de la Hoëgne., Haute-Fagne, 133 (1) : 12-14.
, 1984, Etude écologique des rivières du nord du massif ardennais (Belgique) : flore et végétation de diatomées et physico-chimie des eaux. Contexte mesologique. Méthodes. Analyses physico-chimiques. Synthèse taxonomique, écologique et floristique., Iconographie. Bibliographie. Univ. Liège, annexe Th. Doct. Sci. Bot., 379 pp. + 33 pl. h.-t.
, 1971, Esquisse d'une avifaune des Hautes Fagnes et forêts voisines., Service des réserves naturelles, Bruxelles, 65 pp.
, 1989, Demande d'extension de la réserve naturelle domaniale des Hautes-Fagnes. Fiche technique du secteur 12. Vallée de la Hoëgne., Université de Liège. Station scientifique des Hautes-Fagnes. 15 pages + bibliographie + annexes.
, 1994, Intérêt écologique de la vallée de la Hoëgne, entre le pont du centenaire et Belleheid (Commune de Jalhay, Belgique)., Hautes-Fagnes, 216: 97-100.
, 1975, Contribution à l'étude des micromammifères du plateau des Hautes-Fagnes., Mém. Lic. Sci. Zool., 117 pages.
, 1956, Les chênaies de l'Ardenne verviétoise., Pédologie, 6 : 119-143.
, 1974, Les chênaies silicicoles de Belgique (Quercion robori-petraeae (Malc. 1929) Br.-Bl. 1932)., Colloques phytosociologiques, 3 : 183-289.

Divers

Sources

ZHIB

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994).

FRANKARD Philippe (1994 & 2010)

Date de la dernière modification de la fiche

2010-10-19