Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

916 - Carrière du Bois de Tiarmont

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Carrière du Bois de Thiarmont
Communes :Andenne
Cantonnements DNF :Namur
Surface :26.20 ha
Coordonnées :X Lambert : 203159 - Y Lambert : 131028
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Localisée dans le Condroz andennais, à un kilomètre au sud de la Meuse, cette ancienne carrière de calcaire comprend, au nord, une excavation ovale limitée par des falaises élevées, et au sud, une succession de replats séparés par des falaises moins importantes. L'ensemble est inscrit dans une zone forestière bordée à l'ouest par le ruisseau d'Andenelle et la route Andenne-Coutisse. La fosse septentrionale, au fond occupé par une friche calcicole, héberge une orchidée très rare dans le Condroz, l'orchis bouc (Himantoglossum hircinum). Les replats de la partie sud sont largement colonisés par un peuplement clair et discontinu de bouleaux et de pins sylvestres. Les parties ouvertes accueillent notamment l'ophrys abeille (Ophrys apifera), la carline commune (Carlina vulgaris) et l'inule conyze (Inula conyzae). Une station de pyrole à feuilles rondes (Pyrola rotundifolia) a été découverte récemment dans un boisement pionnier. Sur le plan faunistique, cette carrière se distingue par la présence de plusieurs espèces d'orthoptères intéressantes, comme le criquet à ailes bleues (Oedipoda caerulescens), ainsi que par une diversité assez élévée en Hyménoptères Aculéates. Hélas, depuis une quinzaine d'années, le site est dégradé par de nombreux déchêts et en particulier par un dépôt de pneus dans la fosse nord.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F0 - Condroz

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Andenne26.2 haANDENNENAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Namur26.2 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune d'Andenne

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

A compléter

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Falco tinnunculusOuiNonNidification2011A. Remacle
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon8 ex. en une visite (1997)2007A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Erynnis tagesNonNon1997A. Remacle
Leptidea sinapisNonNon2007A. Remacle
Melanargia galatheaNonNon2007A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Cicindela campestrisTrès abondante2011A. Remacle, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Oedipoda caerulescens2010A. Remacle, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena vagaReproduction1997A. Remacle
Anthidiellum strigatum1997A. Remacle
Colletes cuniculariusReproduction2007A. Remacle
Osmia bicolorReproduction1997A. Remacle
Osmia spinulosaReproduction1997A. Remacle
Panurgus calcaratus1997A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Centaurium erythraea2011A. Remacle, J.-Y. Baugnée
Crepis polymorpha2010A. Remacle, J.-Y. Baugnée
Dactylorhiza fuchsii2010A. Remacle, J.-Y. Baugnée
Dianthus armeria1997A. Remacle
Epipactis atrorubens1997A. Remacle
Epipactis helleborine2007A. Remacle
Genista tinctoria1 touffe1997A. Remacle
Hieracium maculatum2007A. Remacle
Himantoglossum hircinummax. 75 pieds2011BA. Remacle, J.-Y. Baugnée
Listera ovata2007A. Remacle
Minuartia hybrida2007A. Remacle
Ononis repens1997A. Remacle
Ophrys apifera> 10 rosettes2011J.-Y. Baugnée
Pyrola rotundifoliaplage > 10 m22011J.-Y. Baugnée

Commentaires sur la faune

Mammifères (données A. Remacle, 1997-2007; J.-Y. Baugnée, 2010-2011): Martes foina, Vulpes vulpes (terrier occupé en 1997 au niveau B3).

Oiseaux (données A. Remacle): Falco tinnunculus (nicheur en 1996-97), Pyrrhula pyrrhula.

Reptiles (données A. Remacle et J.-Y. Baugnée): Abondance d'Anguis fragilis, décelée grâce à la présence dans le fond de l'excavation A de plaques lui servant d'abri. L'intérêt du site pour les autres reptiles devrait être documenté (aucune observation de lézard).


Orthoptères (données A. Remacle, 1997 et J.-Y Baugnée, 2010-2011): Chorthippus brunneus, Chorthippus biguttulus, Chorthippus parallelus, Leptophyes punctatissima, Nemobius sylvestris, Oedipoda caerulescens, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Tetrix tenuicornis, Tettigonia viridissima.

Lépidoptères rhopalocères: Erynnis tages, Melanargia galathea, Leptidea sinapis, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Pyronia tithonus, Polyommatus icarus, Thymelicus sylvestris.

Coléoptères: Cicindela campestris était en 1997 très abondante sur les replats de l'excavation B (> 150 ex.); son abondance semblait moindre en 2007. Elle est présente en faible nombre sur les pentes terreuses de l'excavation A.

Hyménoptères Aculéates: parmi les abeilles recensées, Andrena barbilabris (zones sableuses), Andrena vaga (plusieurs petites colonies dans des parties sableuses), Andrena nigroaenea, Anthidiellum strigatum, Anthidium manicatum, Osmia spinulosa (espèce hélicicole rare en Wallonie) et trois espèces actuellement protégées en Région wallonne: Osmia bicolor, Colletes cunicularius (nids dans les mêmes zones qu'Andrena vaga) et Panurgus calcaratus. Parmi les guêpes, Ammophila sabulosa.


Commentaires sur la flore

Phanérogames (données A. Remacle 1997-2007; J.-Y. Baugnée 2010-2011): Acer campestre, Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Agrimonia eupatoria, Ajuga reptans, Alnus glutinosa, Angelica sylvestris, Arenaria serpyllifolia, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Asplenium scolopendrium, Betula pendula, Brachypodium sylvaticum, Buddleja davidii, Calamagrostis epigejos, Campanula persicifolia, Campanula rapunculus, Campanula rotundifolia, Cardaminopsis arenosa, Carex digitata, Carex flacca, Carex muricata subsp. lamprocarpa, Carex sylvatica, Carlina vulgaris, Carpinus betulus, Catapodium rigidum, Centaurea jacea s.l., Centaurium erythraea, Cerastium pumilum, Cirsium vulgare, Clematis vitalba, Cornus mas, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Cotoneaster horizontalis, Crataegus monogyna, Crepis capillaris, Crepis polymorpha, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Dactylorhiza fuchsii, Daucus carota, Dianthus armeria, Dipsacus fullonum, Dipsacus pilosus, Echium vulgare, Epilobium angustifolium, Epipactis atrorubens, Epipactis helleborine, Erigeron acer, Erigeron annuus, Erodium cicutarium, Erophila verna, Eupatorium cannabinum, Euphorbia amygdaloides, Euphrasia stricta, Fagus sylvatica, Fallopia japonica, Fragaria vesca, Frangula alnus, Fraxinus excelsior, Galeopsis angustifolia, Galium mollugo, Genista tinctoria, Geranium columbinum, Geranium dissectum, Glechoma hederacea, Helianthemum nummularium, Herniaria glabra, Hieracium bauhinii, Hieracium lachenalii, Hieracium maculatum, Hieracium murorum, Hieracium pilosella, Himantoglossum hircinum, Humulus lupulus, Hypericum perforatum, Inula conyzae, Juncus bufonius, Juncus inflexus, Juncus tenuis, Knautia arvensis, Lactuca serriola, Lathyrus pratensis, Leontodon hispidus, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Linum catharticum, Listera ovata, Lotus corniculatus, Luzula sylvatica, Matricaria maritima subsp. inodora, Medicago lupulina, Minuartia hybrida, Myosotis arvensis, Ononis repens, Ophrys apifera, Origanum vulgare, Picris hieracioides, Pinus sylvestris, Plantago lanceolata, Plantago media, Poa compressa, Polygala vulgaris, Polypodium vulgare s.l., Potentilla anserina, Potentilla erecta, Potentilla reptans, Prunella vulgaris, Prunus avium, Prunus spinosa, Pyrola rotundifolia, Quercus robur, Ranunculus bulbosus, Ranunculus repens, Reseda lutea, Reseda luteola, Rosa arvensis, Rosa canina, Rubus sp., Rumex scutatus, Salix caprea, Sanguisorba minor, Saxifraga tridactylites, Scabiosa columbaria, Sedum acre, Sedum rupestre, Senecio jacobaea, Silene dioica, Solanum dulcamara, Solidago gigantea, Solidago virgaurea, Sonchus asper, Sorbus aucuparia, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Teucrium scorodonia, Thymus pulegioides, Tilia platyphyllos, Trifolium campestre, Trifolium pratense, Trifolium repens, Valeriana repens, Verbascum nigrum, Veronica officinalis, Vicia sepium, Viola hirta,

Espèces exotiques

Buddleja davidii, Cotoneaster horizontalis, Erigeron annuus, Fallopia japonica, Hieracium bauhinii, Juncus tenuis, Oenothera sp., Solidago gigantea,

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'un vaste site carrier qui héberge notamment une station de l'orchidée vulnérable Himantoglossum hircinum.

Menaces

- Réaffectation incompatible avec le développement de la flore et de la faune.
- Déversement de déchets, notamment dans le fond de l'excavation septentrionale (en 1997, ballots de paille; en 2007, tas de pneus, ferrailles diverses,...).
- Colonisation importante du secteur B par les ligneux pionniers, en particulier Betula pendula.

Recommandations

- Obtention d'un statut de conservation.
- Arrêt des dépôts divers et assainissement du site (les deux excavations surtout).
- Contrôle partiel des bouleaux à effectuer dans le secteur B, de manière à maintenir certaines parties des replats et des talus bien ouverts et ensoleillés et permettre ainsi à l'entomofaune associée (notamment Cicindela campestris, Oedipoda caerulescens et Hyménoptères Aculéates) et aux plantes pionnières d'y subsister.

Plan de gestion

Sans objet.

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

A. REMACLE (2007): Le site s'étend à environ 1,5 km à l'est d'Andenne et à 1 km au sud de la Meuse. Plusieurs excavations ont été creusées à flanc de coteau dans le relief limité à l'ouest par le ruisseau d'Andenelle, au nord par la Meuse et à l'est par le ruisseau de Boussalle. Le site est longé vers l'ouest par la route Andenne-Coutisse (rue de Haillot) qui emprunte la vallée du ruisseau d'Andenelle.

La carrière a permis l'exploitation du calcaire viséen pour la production de chaux.

La physionomie du site est particulièrement complexe; il comprend, du nord au sud, les secteurs suivants:

* un secteur non prospecté à l'extrémité septentrionale, correspondant vraisemblablement à plusieurs zones de déblais (probablement accessible par le nord).

* l'excavation nord (A) dont le fond plat, caillouteux et damé est recouvert d'une végétation herbacée abondante et, le long de la falaise, d'une bordure de ligneux discontinue. Le sol, plus ou moins superficiel selon les endroits, est localement assez humide (présence de joncs). La falaise, haute au maximum de 30-40 m, est irrégulière et dépourvue d'ancien palier d'exploitation; elle est subverticale à certains endroits, fort éboulée à d'autres et la végétation ligneuse (jeune) y est déjà relativement abondante.

* l'excavation sud (B), de structure très différente, est constituée d'une succession de falaises plus ou moins orientées dans l'axe NW-SE qui délimitent des replats à quatre niveaux différents:
- le niveau 0 (environ 100 m d'altitude), qui est dominé par la falaise la plus élevée. Il servait en 1997 de lieu de rangement de matériel agricole et de bottes de paille; un hangar métallique y est en grande partie démoli (2007);
- le niveau 1 (B1), qui est le moins étendu; son aspect est peu différent des niveaux supérieurs bien que plus arboré;
- les niveaux 2 et 3 (B2 et B3), qui sont plats, très caillouteux et bordés vers l'extérieur par des talus éboulés hauts de 4-8 m, sableux par endroits. Les ligneux s'y développent rapidement tandis que la végétation herbacée y est encore assez clairsemée. A l'entrée du niveau 3 (cote 147 m) subsiste un petit bâtiment d'exploitation; l'extrémité sud de ce replat domine une petite excavation au fond herbeux assez arboré (cote 117,5 m - non prospecté).

Les anciens bâtiments d'exploitation sont nombreux et concentrés dans la zone ouest du site, près de l'excavation nord, le long de la route et plus ou moins au même niveau que la cavité nord. Certains des bâtiments situés au niveau de la route ont été réaffectés, notamment en habitations.

Le site est accessible par le sud. Un chemin qui franchit le ruisseau d'Andenelle mène vers le nord au niveau 0 de l'excavation B, anciennement occupé par un hangar. Le chemin longe une falaise subverticale plus ou moins cachée par des ligneux (à un endroit au moins, cette falaise s'éloigne du chemin, formant ainsi une excavation boisée). Il arrive ensuite à un carrefour, près d'anciens bâtiments sur la gauche. Un des chemins de droite descend dans l'excavation A; l'autre monte vers le sud à travers une parcelle boisée et donne accès, au premier tournant, au replat B2. Le chemin continue à monter et arrive au replat B3 qu'il traverse du nord au sud pour monter ensuite vers le sommet du bois et atteindre vers le nord (C) une pente arborée (ligneux pionniers) dominant des prés (pente probablement couverte de déblais).

La fréquentation du site, assez faible en 1997, semble s'intensifier depuis quelques années. On observe la présence de déchets variés. En 1997, l'excavation A semblait propre, hormis l'apparition dans le fond d'un énorme tas de ballots de paille. Toutefois, une prospection approfondie du fond révèle la présence de déchets plus ou moins dispersés et assez nombreux mais facilement enlevables si nécessaire: ferrailles (e.a. sommiers, fûts,...), quelques encombrants ménagers, tas de pneus, tas d'inertes. Depuis 2007, l'état de l'excavation ne s'est pas amélioré, au contraire; mais un assainissement y serait facilement réalisable. En bordure du chemin allant vers le secteur nord de cette excavation, présence en 1997 d'un dépôt d'environ 2 ares de vieille paille, de pierres et de pneus (friche en 2007 à cet endroit). Le fond de l'excavation B était très altéré en 2007: tas d'inertes résultant de la démolition du hangar, pneus, mais aussi dépôts sauvages de déchets divers et place de brûlage de déchets.

L'environnement de la carrière est actuellement forestier. Le site jouxte des terrains agricoles au sud et à l'est (cultures et prairies). Au nord, présence de zones habitées.

Description biologique

A. REMACLE (1997-2007) complété par J.-Y. BAUGNEE (2011):

Excavation A (nord): Les ligneux qui envahissent progressivement le fond de cette excavation - pas seulement sur les bordures et à la base éboulée des falaises - appartiennent aux espèces suivantes: Salix caprea, Betula pendula, Pinus sylvestris, Acer pseudoplatanus, Carpinus betulus, Prunus avium, Sorbus aucuparia, Prunus spinosa, Crataegus monogyna, Rosa canina, R. arvensis, Cornus sanguinea, Corylus avellana,... Les buissons forment localement une petite fruticée.

La végétation herbacée est diversifiée et riche en plantes entomophiles: entre autres Ranunculus bulbosus, Minuartia hybrida, Arenaria serpyllifolia, Cerastium pumilum, Herniaria glabra, Dianthus armeria, Hypericum perforatum, Erophila verna, Sedum acre, Saxifraga tridactylites, Sanguisorba minor, Potentilla reptans, Fragaria vesca, Agrimonia eupatoria, diverses fabacées dont Lotus corniculatus, Medicago lupulina, Trifolium pratense, T. campestre, T. repens, Lathyrus pratensis et Vicia sepium, Geranium columbinum, G. dissectum, Erodium cicutarium, Linum catharticum, Polygala vulgaris, Daucus carota, Centaurium erythraea, Echium vulgare, Origanum vulgare, Prunella vulgaris, Teucrium scorodonia, Plantago lanceolata, P. media, Verbascum nigrum, Euphrasia stricta, Campanula persicifolia, C. rapunculus, C. rotundifolia, Galium mollugo, Valeriana repens, Dipsacus fullonum, Knautia arvensis, diverses astéracées comme Leucanthemum vulgare, Matricaria maritima subsp. inodora (très abondante en 2007), Achillea millefolium, Centaurea jacea s.l., Leontodon hispidus, Hieracium lachenalii, H. murorum, H. pilosella, H. maculatum, H. bauhinii (plusieurs plages), Crepis polymorpha, Solidago virgaurea, Lactuca serriola, Senecio jacobaea, Crepis capillaris, Erigeron acer et Erigeron annuus (fort abondant en 2007), Carex flacca, Juncus tenuis, J. bufonius (ornières), Poa compressa (abondant), Arrhenatherum elatius, Dactylis glomerata, Calamagrostis epigejos, Brachypodium sylvaticum et l'orchidée Himantoglossum hircinum (plusieurs dizaines de pieds florifères). Contre la falaise nord, sur quelques ares, des tas sont couverts de nitrophytes.

La falaise est envahie de ligneux pionniers, comme Betula pendula, Salix caprea, Pinus sylvestris, ainsi que par des ronces, Clematis vitalba et Cytisus scoparius. La végétation herbacée, apparemment dépourvue de graminées et de fougères caractéristiques des rochers calcaires, comprend des plantes présentes ailleurs dans le site, y compris Rumex scutatus et plusieurs espèces de Hieracium (au moins Hieracium lachenalii, H. maculatum, H. murorum) et Polypodium vulgare s.l. La fougère des forêts de ravins Asplenium scolopendrium se rencontre dans le site sur des pans rocheux ombragés.

Excavation B (sud): Les replats et talus, ainsi que la partie dominant les deux excavations, sont colonisés par de nombreux ligneux: Betula pendula qui est l'espèce majoritaire, Pinus sylvestris, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Rosa canina, Clematis vitalba, Cotoneaster horizontalis (assez nombreux localement), Cytisus scoparius.

La végétation herbacée, assez pauvre en graminées, est très dispersée en B2, un peu moins en B3; à côté de divers bryophytes et lichens, elle comporte principalement des espèces pionnières des milieux anthropiques, des espèces de pelouses sur sols secs et très secs, des espèces forestières et d'ourlets: Arenaria serpyllifolia, Herniaria glabra, Silene dioica, Rumex scutatus, Hypericum perforatum, Viola hirta, Helianthemum nummularium (quelques touffes sur la pente au-delà de l'extrémité sud de B2), Erophila verna, Cardaminopsis arenosa, Fragaria vesca, Sanguisorba minor, Potentilla erecta (pente au-delà de l'extrémité sud de B2), Agrimonia eupatoria, Genista tinctoria (une grosse touffe en B2 en 1997), Lotus corniculatus, Ononis repens, Medicago lupulina, Epilobium angustifolium, Euphorbia amygdaloides, Linum catharticum, Polygala vulgaris, Daucus carota, Centaurium erythraea (assez abondant), Echium vulgare, Teucrium scorodonia, Origanum vulgare, Prunella vulgaris, Euphrasia stricta, Galeopsis angustifolia, Thymus pulegioides, Plantago lanceolata, Euphrasia stricta, Verbascum nigrum, Veronica officinalis, Campanula rotundifolia, Galium pumilum, Galium mollugo, Valeriana repens, Scabiosa columbaria, Erigeron acer, Solidago virgaurea, Senecio jacobaea, Carlina vulgaris, Leontodon hispidus, Hieracium lachenalii, H. maculatum, H. pilosella, H. bauhinii, Inula conyzae, Picris hieracioides, Achillea millefolium, Eupatorium cannabinum, Carex digitata, C. flacca, C. sylvatica, Carex muricata subsp. lamprocarpa, Brachypodium sylvaticum, Calamagrostis epigejos, Poa compressa, Epipactis atrorubens (± 10 pieds florifères en B2 en 1997), Epipactis helleborine et Listera ovata.

Dans la partie C couverte de Salix caprea et Betula pendula plus âgés, présence d'une station de Dactylorhiza fuchsii (> 30 pieds florifères en 1997) accompagné d'Epipactis helleborine qui pousse çà et là ailleurs.

La friche du niveau B0 n'a pas été prospectée en 1997 et 2007.

L'intérêt botanique de cette ancienne carrière se trouve dans la présence de plusieurs espèces rares et/ou protégées en Région wallonne, dont 6 orchidées:

- Himantoglossum hircinum, rarissime dans la vallée de la Meuse, probablement l'une des espèces phares du site toujours présente dans la fosse nord;

- Ophrys apifera, espèce pionnière bien présente dans les carrières de la région, qui colonise depuis peu le palier supérieur de la partie sud;

- Dactylorhiza fuchsii, rare dans le Condroz, présent très localement dans la carrière, surtout dans la partie sud, au niveau de l'entrée;

- Epipactis helleborine, notre orchidée la plus répandue et la moins exigeante;

- Epipactis atrorubens, espèce beaucoup plus rare et thermophile, mais régulièrement observée dans les carrières calcaires;

- Listera ovata, espèce forestière très répandue mais moins commune que E. helleborine.

Pyrola rotundifolia, Genista tinctoria, Catapodium rigidum, Minuartia hybrida, Crepis polymorpha, Dianthus armeria et Hieracium maculatum sont les autres plantes remarquables du site.

La faune entomologique locale présente une grande diversité, notamment les Hyménoptères aculéates en raison de l'abondance des floraisons et des sites de reproduction. Andrena barbilabris, Andrena vaga, Andrena nigroaenea et Colletes cunicularius, abeilles printanières butinant notamment les saules, ont été observés dans les petites zones sableuses mais leur présence actuelle mériterait d'être confirmée, en raison de la fermeture progressive du milieu. D'autres espèces intéressantes y volent plus tard dans la saison comme Anthidiellum strigatum, Anthidium punctatum, Panurgus calcaratus, Osmia spinulosa, Osmia bicolor, etc.

Parmi les Orthoptères, relevons la présence d'Oedipoda caerulescens et de Tetrix tenuicornis, deux espèces des milieux pionniers se rencontrant souvent dans les mêmes stations (le seconde étant beaucoup plus discrète, du fait de sa petite taille).

De nombreuses coquilles d'escargots jonchent le sol et fournissent d'accueillants microbiotopes pour divers petits arthropodes (dont certaines abeilles précitées comme Osmia bicolor et O. spinulosa). Ces coquilles appartiennent principalement à Helicella itala et à Candidula intersecta, espèces dominantes dans les endroits découverts. Clausilia parvula, à l'élégante coquille en tourelle, est également très abondante et s'accumule notamment dans les touffes de graminées.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

D'après F. DESSY, les exploitants successifs de la carrière furent Doupagne et Cie (1916), Ougrée-Marihaye (1932) puis Cockerill qui cessa les activités le 4 juillet 1965. Carmeuse a ensuite repris le site mais ne l'aurait pas exploité.

Après son abandon, le site a été en grande partie laissé en l'état. Le fond de l'excavation proche de l'accès, vers le sud, était occupé par un hangar métallique (ancien garage) à usage agricole, aujourd'hui en grande partie détruit.

La fiche de la convention DGATLP-ULg (étude Poty): "Carrière de Tiarmont" n'était pas active en 1998 (absence de projet à cette époque).

Biblio

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)

J.-Y. BAUGNEE (SPW/DGARNE/DEMNA/DNE/OFFH, Avenue Maréchal Juin, 23, B-5030 Gembloux).