Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

930 - Carrière du Bois de Chetoi

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Bois de Chetoi
Communes :Namur
Cantonnements DNF :Namur
Surface :10.75 ha
Coordonnées :X Lambert : 189929 - Y Lambert : 128906
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Cette ancienne carrière de calcaire, invisible de la rive droite de la Meuse, est composée d'une excavation principale dont le fond et le replat intermédiaire, très caillouteux, sont colonisés par une végétation pionnière riche en sédums. Les falaises, hautes d'une dizaine de mètres, sont selon les secteurs subverticales ou éboulées, avec des coulées meubles. La partie supérieure de la carrière est arborée et est en relation avec le secteur supérieur de la grande carrière de Lives-sur-Meuse (SGIB 924).Son intérêt biologique, qui devrait être documenté davantage, augmentera probablement au fil des années. Cette carrière héberge Cicindela campestris et un petit peuplement d'Hyménoptères Aculéates (zones meubles).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • E5 - Pays sambro-mosan

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Lives-sur-Meuse10.75 haNAMURNAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Namur10.75 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Non.Proximité du site de la Roche aux Corneilles classé en 1995.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Biotopes

Commentaires sur les biotopes

Boisement pionnier.

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Argynnis adippeNonOui1996J.-P. Jacob
Leptidea sinapisNonNon2001CA. Remacle
Papilio machaonNonNon1997CJ.-P. Jacob
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Cicindela campestris1997CA. Remacle
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Anthidium punctatum1997BA. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Catapodium rigidum2001BA. Remacle
Centaurium erythraea2001CA. Remacle
Dactylorhiza fuchsiiPeu abondant2001A. Remacle
Epipactis helleborine2001CA. Remacle

Commentaires sur la faune

Oiseaux
Avifaune arboricole commune dont Pyrrhula pyrrhula. Seule espèce rare dans la région namuroise: Phoenicurus phoenicurus (un territoire en 1997 dans la boulaie-saulaie, habitat rarement occupé par l'espèce). Une espèce rupicole: Phoenicurus ochruros.

Reptiles
Aucune observation.

Insectes
- Orthoptères: seules des espèces communes ont été recensées jusqu'à présent.
- Lépidoptères (relevé incomplet): une espèce vulnérable: Fabriciana adippe; une espèce sujette à un faible risque: Leptidea sinapis; une espèce à la limite d'être menacée: Papilio machaon; diverses espèces non menacées telles que Polyommatus icarus; deux espèces migratrices: Colias crocea et Vanessa cardui.
- Coléoptères Cicindelinae: présence de Cicindela campestris.
- Hyménoptères Aculéates: espèces recensées: Andrena cineraria et Anthidium punctatum (Mégachilide rare en Wallonie).

Commentaires sur la flore

Espèce assez intéressante: Acinos arvensis.

Espèces exotiques

Buddleja davidii, Conyza canadensis,

Conservation

Objectifs de conservation

L'intérêt biologique de ce site s'accroîtra probablement au fil des années, si l'on veille à y contrôler le développement des ligneux dans certains secteurs. Un objectif particulier est en effet de permettre le développement des communautés pionnières - et non forestières - des milieux rocheux.

Menaces

- Reprise de l'activité extractive (vaste extension de zone d'extraction au NE de la carrière).
- Réaménagement incompatible avec le développement de la diversité.
- Comblement.
- Boisement du site par les ligneux pionniers.

Recommandations

- En cas de poursuite de l'extraction, prévoir un plan de réaménagement favorable au développement de la biodiversité.

Plan de gestion

Sans objet.

Accès du public

Accès interdit.

Détails

Description physique

Situation générale: Cette carrière est localisée à moins de 1 km au NE du village de Loyers. Elle a été creusée à flanc de coteau dans le versant de la rive droite de la Meuse.
On y a exploité du calcaire viséen.
Description du site: Cette carrière, invisible de la chaussée de Liège (N90) et de la rue de Loyers, est accessible par l'ancien accès au km 6,1 de la chaussée de Liège (entrée barrée, panneau 'Minière Propriété privée'). Le chemin d'accès monte dans le bois (pente couverte d'une frênaie-érablière de ravin avec la fougère Asplenium scolopendrium) puis longe une zone de déblais envahie de ligneux pionniers (partie non prospectée) pour atteindre un terre-plein caillouteux. A partir de ce terre-plein, un chemin mène vers le SW à l'excavation occidentale; celle-ci est limitée par une falaise (environ 10 m de haut) aux couches plus ou moins horizontales, avec des coulées de sable/terre et de gros blocs en bas de pente.
Du terre-plein précedent, le chemin principal continue à monter, bordé de part et d'autre de zones de déblais bien colonisées par les bouleaux et les ronces (partie non prospectée). Un chemin part vers la droite et conduit à un replat caillouteux (avec une partie en dalle) qui domine la petite excavation et est limité vers l'extérieur par une falaise d'environ 5 m de haut, fort érodée (nombreuses coulées meubles).
Le chemin principal aboutit à la grande excavation dont le fond caillouteux est couvert d'une végétation herbacée de plus en plus continue au fil des années; des ligneux poussent vers le pied de la falaise. Celle-ci, haute d'une dizaine de mètres, est subverticale ou éboulée selon les secteurs. Un replat intermédiaire, accessible par un des chemins supérieurs, présente, comme le fond de la cavité, une végétation herbacée et muscinale presque continue et des ligneux vers la falaise. De ce palier, un chemin conduit vers la partie supérieure du site qui est en connexion avec le secteur supérieur de la carrière voisine (carrière de Lives-sur-Meuse - SGIB 924); il n'existe pas, à ce niveau, de limite nette entre les deux sites. Ce secteur est nettement plus boisé.
Fréquentation du site: Faible (panneaux d'interdiction).
Présence de déchets: Déchets divers, globalement peu nombreux, le long du chemin d'accès. Quelques déchets (surtout ferrailles) jetés du haut de la falaise donnant sur le replat intermédiaire de la grande excavation.
Environnement du site: Le site est inclus dans le bois de Chetoi. L'angle SE de l'excavation jouxte des terres agricoles. La carrière de Lives-sur-Meuse (SGIB 924) est contiguë au site vers le SW.

Description biologique

Le fond et les replats des deux excavations présentent une végétation assez semblable constituée, dans la partie centrale, de plantes pionnières des sols pierreux (Sedum et petites plantes annuelles de l'Alysso-Sedion) et, vers les falaises, de plantes plus variées parmi lesquelles des espèces de pelouses, des plantes d'ourlets, des espèces forestières, ainsi que quelques plantes pionnières des milieux anthropiques: e.a. Arenaria serpyllifolia, Rumex scutatus, Erophila verna, Cardaminopsis arenosa, Arabis h. hirsuta, Hypericum perforatum, Sedum album (abondance décroissante), Sedum acre, Saxifraga tridactylites, Fragaria vesca (abondant), Sanguisorba minor, Aphanes sp., Vicia cracca, Vicia sativa, Vicia tetrasperma, Euphorbia amygdaloides, Erodium cicutarium, Geranium annuel, Geranium robertianum, Torilis japonica, Centaurium erythraea, Echium vulgare, Veronica officinalis, Scrophularia nodosa, Origanum vulgare, Acinos arvensis (assez abondant, notamment dans le fond de la petite excavation), Prunella vulgaris, Teucrium scorodonia, Clinopodium vulgare, Valeriana repens, Dipsacus fullonum, Erigeron acer, Carlina vulgaris, Conyza canadensis, Senecio jacobaea, Hieracium murorum, Leucanthemum vulgare, Taraxacum sp., Hieracium murorum, Eupatorium cannabinum, Picris hieracioides, Carex flacca, Luzula campestris/multiflora, Calamagrostis epigejos, Dryopteris filix-mas, bryophytes et lichens. Parmi les ligneux, Betula pendula est l'espèce pionnière dominante, accompagnée de Salix caprea, Buddleja davidii, Clematis vitalba, Rubus sp.
La végétation colonisant les falaises et les pentes éboulées semble banale (Melilotus sp., Asplenium trichomanes (abondant sur la falaise d'une petite excavation ombragée donnant sur le replat intermédiaire de l'excavation principale), Polypodium vulgare (idem),...).
La strate arborée du secteur supérieur comprend Betula pendula et Salix caprea, avec Prunus avium, Acer campestre, Ligustrum vulgare, Euonymus europaeus, Cornus sanguinea, Rosa canina, Lonicera periclymenum, Rubus sp.,... On y retrouve, dans les zones ouvertes, des plantes présentes dans le fond et sur les replats des excavations, telles que Sedum album, Fragaria vesca, Arabis hirsuta, Carlina vulgaris, Origanum vulgare,..., mais aussi des plantes forestières comme Pteridium aquilinum, Mercurialis perennis, Paris quadrifolia, Arum maculatum, Luzula pilosa, Anemone nemorosa, ainsi que des pieds dispersés de Dactylorhiza fuchsii.

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle:
Occupation du site avant exploitation:
Ancien exploitant:
Matériau(x) extrait(s): calcaire.
Référence DPPGSS: Lives-sur-Meuse n° 1 (partie NE).
Référence de la fiche ULg (1997): 'Carrière de Lives' (partie).
Déroulement de l'exploitation:
Autorisation:
Fin: il y a plus de 40 ans.
Réaffectation prévue (dans autorisation):
Réaffectation effective: laissé en l'état.

Biblio

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)
J.-P. JACOB (AVES)