Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

941 - Carrières du Cul du Four

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Ancienne Carrière Fivet / Carrière du Gîte rural "La Turbine"
Communes :Yvoir
Cantonnements DNF :Dinant
Surface :7.40 ha
Coordonnées :X Lambert : 192512 - Y Lambert : 112512
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Ces anciennes carrières de grès famennien ont été ouvertes dans le flanc droit d'un méandre du Bocq, au sud du village de Durnal, dans le Condroz namurois. Une partie est actuellement aménagée pour les activités de sports-aventure, après avoir servi de terrain d'entraînement pour le tir à balles, tandis qu'une habitation est présente dans le sud du site, au nord du chemin. Le fond de l'excavation, caillouteux et damé, est couvert d'une végétation éparse, fort piétinée au cours de la saison touristique. Ces zones ouvertes portent des pelouses pionnières dont l'intérêt floristique n'est pas négligeable: on y rencontre plusieurs espèces menacées, en particulier la cotonnière allemande (Filago vulgaris), considérée comme menacée d'extinction en Région wallonne, et dont l'avenir dans le site est incertain. D'autres zones préservées montrent une certaine abondance de succise des prés (Succisa pratensis), plante peu fréquente dans la région. Les falaises élevées, dont le développement atteint 300 m de longueur pour une cinquantaine de mètres de haut, présentent des irrégularités et fissures colonisées notamment par la mélique ciliée (Melica ciliata) et l'oseille ronde (Rumex scutatus) qui poussent aussi sur les éboulis au pied des parois rocheuses. Le site constitue un refuge pour une faune riche, notamment pour des reptiles comme le lézard des murailles (Podarcis muralis), les papillons de jour, les orthoptères ou encore les abeilles et guêpes solitaires.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F0 - Condroz

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Durnal7.4 haYVOIRNAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Dinant7.4 haDinant

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Bubo buboOuiOuiNicheur possible2015C. Rousseau, H. Berghmans
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2015Divers obs.
Podarcis muralisOuiNonreproduction2015A. Remacle + divers obs.
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon2014M. van Gent
Callophrys rubiNonNon1997A. Remacle
Issoria lathoniaOuiNon1997A. Remacle
Leptidea sinapisNonNon2007A. Remacle
Melanargia galatheaNonNonmax. 40 ex.2007A. Remacle
Plebeius agestisNonNon1997A. Remacle
Pyrgus malvaeNonOui2012J. Glibert et al.
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Omocestus rufipesassez abondant2007A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Anthidium oblongatum2007A. Remacle
Anthidium punctatum2007A. Remacle
Trachusa byssina1 mâle2007A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Aira caryophyllea2007A. Remacle
Anacamptis pyramidalis1998C. Rousseau
Campanula persicifolia2007A. Remacle
Centaurea montana1 pied (échappé ?)2007A. Remacle
Centaurium erythraea1997A. Remacle
Dianthus armeria800 ex. (1998)2007A. Remacle
Digitaria ischaemum2007A. Remacle
Epilobium lanceolatum2007A. Remacle
Filago vulgaris2007A. Remacle
Hieracium glaucinumquelques pieds (fond excavation)2007A. Remacle
Minuartia hybrida2007A. Remacle
Polystichum aculeatumQuelques touffes2007A. Remacle
Succisa pratensisAbondante2007A. Remacle
Vincetoxicum hirundinaria2007A. Remacle

Commentaires sur la faune

Oiseaux (données divers obs. 1998-2015): Bubo bubo, Phoenicurus ochruros, Picus viridis.

Reptiles (données divers obs. 1998-2015): Anguis fragilis, Podarcis muralis.

Orthoptères (données A. Remacle 1998 et 2007): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Nemobius sylvestris, Omocestus rufipes, Pholidoptera griseoaptera, Tettigonia viridissima.

Lépidoptères rhopalocères (données A. Remacle 1998 et 2007 + divers obs. 2010-2015): Anthocharis cardamines, Apatura iris, Callophrys rubi, Coenonympha pamphilus, Gonepteryx rhamni, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Leptidea sinapis, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Pieris rapae, Plebeius agestis, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyrgus malvae.

Hyménoptères Aculéates (données A. Remacle 1998 et 2007): Anthidium oblongatum, Anthidium punctatum, Trachusa byssina.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données A. Remacle 1998 et 2007): Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Acinos arvensis, Aira caryophyllea, Anacamptis pyramidalis, Anagallis arvensis, Arabis hirsuta subsp. hirsuta, Arrhenatherum elatius, Asplenium ruta-muraria, Asplenium trichomanes, Athyrium filix-femina, Bellis perennis, Betula pendula, Brachypodium sylvaticum, Calluna vulgaris, Campanula persicifolia, Campanula rapunculus, Carex muricata subsp. lamprocarpa, Carlina vulgaris, Centaurea jacea, Centaurea montana, Centaurium erythraea, Centranthus ruber, Cerastium fontanum, Cerastium semidecandrum, Clematis vitalba, Clinopodium vulgare, Conyza canadensis, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Cytisus scoparius, Daucus carota, Deschampsia flexuosa, Dianthus armeria, Digitaria ischaemum, Dryopteris filix-mas, Echium vulgare, Epilobium lanceolatum, Erigeron acer, Erophila verna, Eupatorium cannabinum, Euphorbia amygdaloides, Euphorbia cyparissias, Euphorbia exigua, Euphrasia stricta, Festuca filiformis, Festuca rubra s.l., Filago vulgaris, Fragaria vesca, Fraxinus excelsior, Galium mollugo, Geranium robertianum, Herniaria glabra, Hieracium bauhinii, Hieracium cf. laevigatum, Hieracium glaucinum, Hieracium lachenalii, Hieracium murorum, Hieracium pilosella, Hieracium sabaudum, Hypericum perforatum, Inula conyzae, Lathyrus linifolius, Leontodon autumnalis, Leontodon saxatilis, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Linum catharticum, Lotus corniculatus, Luzula sylvatica, Melica ciliata, Minuartia hybrida, Mycelis muralis, Myosotis ramosissima, Origanum vulgare, Picris hieracioides, Pinus sylvestris, Plantago lanceolata, Poa compressa, Polypodium interjectum, Polystichum aculeatum, Populus tremula, Potentilla argentea, Prunella vulgaris, Quercus robur, Ranunculus acris, Ranunculus bulbosus, Ranunculus repens, Rosa canina, Rubus sp., Rumex scutatus, Salix caprea, Salix purpurea subsp. lambertiana, Sanguisorba minor, Sedum album, Sedum rupestre, Solanum dulcamara, Solidago virgaurea, Stachys officinalis, Succisa pratensis, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Teucrium scorodonia, Tragopogon pratensis, Trifolium dubium, Trifolium hybridum, Valeriana repens, Verbascum sp., Veronica chamaedrys, Veronica officinalis, Viburnum lantana, Vincetoxicum hirundinaria, Vulpia myuros.

Espèces exotiques

Plantes: Centranthus ruber, Conyza canadensis, Hieracium bauhinii.

Conservation

Objectifs de conservation

Ces carrières forment, avec les autres sites d'extraction de la vallée du Bocq ainsi que la voie de chemin de fer, un ensemble important pour l'herpétofaune.

Menaces

- Intensification de l'utilisation de la carrière comme site de sports-aventure.

- Piétinement d'une grande partie du fond de la carrière qui induit une modification de la composition floristique de la strate herbacée (banalisation, accroissement de l'abondance des espèces supportant le piétinement).

- Apport de graviers exogènes (déjà réalisé sur une partie du site) qui pourrait conduire à une modification de la végétation.

- Diminution de la quiétude de la carrière par suite de l'existence d'une habitation et surtout d'un gîte rural.

- Boisement spontané du fond qui réduit progressivement l'ensoleillement des parties encore ouvertes, de la base de la falaise et des murs des anciens distributeurs de concassés.

- Dépôts de déchets divers.

Recommandations

- Aménagement minimal des parois rocheuses et du fond de l'excavation afin d'y maintenir la végétation caractéristique.

- Suivi de la population de la plante menacée d'extinction en Wallonie, Filago vulgaris.

- Contrôle des ligneux au pied de la falaise et des murs des anciens distributeurs de concassés, ainsi que dans certaines parties du fond, de façon à maintenir un habitat favorable à Podarcis muralis (au moins) et une végétation héliophile.

- Arrêt des dépôts de déchets.

Plan de gestion

Sans objet.

Accès du public

Accès interdit en dehors des activités de sports-aventure.

Détails

Description physique

Le site comprend deux carrières principales, initialement décrites de manière distincte par A. Remacle dans le cadre de la convention "Carrières".

Carrière Fivet

Cette ancienne carrière de grès a été creusée dans le versant droit de la vallée du Bocq, au niveau d'un méandre dont le relief intérieur a été exploité à deux autres endroits, en particulier dans la grande carrière de Bas Stiè (Na/534/07) dont la falaise orientale rejoint presque la falaise ouest de ce site (crête de quelques mètres de large). Le village de Dorinne est situé à environ 1 km au SE de cette carrière, celui de Purnode à près de 2 km au SW. On y a extrait du grès famennien (grès bleu calcarifère à coquilles - cf. fiche ULg n° 166/45).

Aménagée en terrain de tir puis en site de sports-aventure, cette carrière se présente sous forme d'un rectangle plus ou moins perpendiculaire au chemin longeant la rive droite du Bocq. Le site est délimité de trois côtés (au nord, à l'ouest et au sud) par des falaises hautes au maximum de 40-50 m. A l'exception de l'un ou l'autre secteur peu pentu et plus arboré (en particulier vers le sud), les falaises sont (sub)verticales avec certaines parties irrégulières et assez riches en végétation herbacée. Des éboulis se forment localement au pied des falaises. Le fond de la carrière est caillouteux et damé et présente en général une végétation éparse, fort piétinée au cours de la saison touristique. Il a tout d'abord été aménagé en terrain d'entraînement pour le tir à balles: bande arborée le long du chemin, division du fond en deux couloirs de tir longitudinaux par un merlon pierreux, petit merlon perpendiculaire à la falaise sud, hangar tunnel et plusieurs abris, toilettes,... Actuellement, une place à feu entourée de bancs rudimentaires se trouve près de la paroi où ont lieu les activités; plusieurs aires ont été recouvertes de graviers exogènes.

Les haldes de cette carrière sont situées au nord du site, comme celles de la petite carrière voisine (Na/534/22): ce grand pierrier en pente vers le chemin longeant la rivière est parcouru vers le sud par un petit sentier sinueux menant d'abord à un réservoir de la CIBE puis au sommet du relief; il a été intégré à la carrière voisine Na/534/22.

Le site est accessible par le chemin carrossable de la rive droite du Bocq; il est longé par un haut treillis. On note une forte fréquentation humaine pendant la saison touristique. Pas de déchets observés. L'environnement du site est essentiellement forestier. Le Bocq coule à proximité.

Carrière du Gîte rural "La Turbine"

Cette ancienne carrière de grès entaille le versant droit de la vallée du Bocq, au niveau d'un méandre dont le relief intérieur a été exploité à deux autres endroits, en particulier dans la carrière Fivet (Na/534/23) dont le flanc occidental rejoint presque le flanc oriental de ce site (crête de quelques mètres de large). Le village de Dorinne est situé à environ 1 km au SE de cette carrière, celui de Purnode à près de 2 km au SW. On y a extrait du grès famennien pour la confection de pavés, moellons et concassés (grès calcareux fossilifère - cf. fiche ULg n° 166/32).

Cette carrière exploitée à flanc de coteau présente un ancien front de taille sinueux, long d'environ 300 m; plus ou moins parallèle au cours du Bocq, cette falaise est globalement orientée vers le SW (certains secteurs orientés vers le sud et l'ouest). Le fond du site comprend plusieurs bâtiments (habitations à la limite sud et hangar le long du chemin au NW), des pelouses dans la partie habitée, des zones ouvertes à côté de zones arborées et, à l'ouest, entre le chemin carrossable et le Bocq, des dépôts de haldes. Dans la partie nord, d'anciens distributeurs de concassés (grands murs de grès) sont surmontés de bâtiments d'exploitation; une rampe (sentier actuellement) permet de monter jusqu'à ceux-ci. L'excavation principale présente à un endroit une dépression réniforme profonde de quelques mètres. La falaise verticale à subverticale s'élève à plus de 50 m et montre une structure assez irrégulière.

La fréquentation du site est importante car le site est habité à sa limite sud (une maison d'habitation et le gîte rural "La Turbine"); plusieurs hangars sont présents. Le chemin longeant la rive droite du Bocq traverse tout le site. Globalement les déchets sont peu abondants: un tas de ferrailles assez important à l'extrémité NW du site, tas de terre, de pavés et d'inertes à plusieurs endroits. En 2007, une zone dans le fond couverte de tas colonisés par des orties et des ronces. L'environnement est forestier.

Description biologique

Le site dénommé "Carrières du Cul du Four" comprend deux carrières principales, initialement décrites de manière distincte par A. Remacle dans le cadre de la convention "Carrières".

Carrière Fivet

Falaises et éboulis en bas de pente

Les jeunes ligneux qui colonisent progressivement les falaises sont composés de Betula pendula, Salix caprea, Fraxinus excelsior, Acer pseudoplatanus, Rosa canina, Corylus avellana,..., accompagnés de Clematis vitalba et Rubus sp.

Sur les falaises diversement orientées croissent des plantes caractéristiques des parois rocheuses et éboulis, comme Melica ciliata, Rumex scutatus, Sedum rupestre et les petites fougères Asplenium ruta-muraria et A. trichomanes, ainsi que Dryopteris filix-mas, Athyrium filix-femina, Polystichum aculeatum (quelques touffes), Polypodium interjectum, Hypericum perforatum, Arabis hirsuta subsp. hirsuta, Geranium robertianum, Solanum dulcamara (éboulis), Teucrium scorodonia, Galium mollugo, Centranthus ruber, Inula conyzae, Hieracium murorum, H. lachenalii, Solidago virgaurea, Mycelis muralis,...

Fond de l'excavation

Les arbres qui forment écran le long du chemin sont surtout des bouleaux et des saules, avec des ronces et Clematis vitalba. Quelques Cytisus scoparius en bordure du fond.

La strate herbacée, presque partout discontinue, est composée d'un mélange de plantes pionnières des milieux anthropiques, de plantes de lisières, de prairies et de pelouses sèches: Ranunculus repens, Dianthus armeria, Herniaria glabra, Cerastium semidecandrum, C. fontanum, Hypericum perforatum, Arabis hirsuta subsp. hirsuta, Erophila verna, Anagallis arvensis, Sedum rupestre, Fragaria vesca, Potentilla argentea, Lotus corniculatus, Lathyrus linifolius, Trifolium dubium, Linum catharticum, Daucus carota, Centaurium erythraea, Echium vulgare, Origanum vulgare, Clinopodium vulgare, Prunella vulgaris, Acinos arvensis, Plantago lanceolata, Linaria vulgaris, Euphrasia stricta, Veronica chamaedrys, V. officinalis, Verbascum sp., Campanula rapunculus, Galium mollugo, Valeriana repens, Leucanthemum vulgare (abondant), Carlina vulgaris, Hieracium pilosella, H. murorum, H. lachenalii, H. glaucinum (quelques plants en 1997), H. sabaudum, H. cf. laevigatum, Solidago virgaurea, Bellis perennis, Leontodon saxatilis (abondant), L. autumnalis, Inula conyzae, Erigeron acer, Centaurea jacea, Achillea millefolium, Tragopogon pratensis, Conyza canadensis, Picris hieracioides, Taraxacum sp., les poacées Festuca filiformis, Poa compressa, Vulpia myuros, Melica ciliata (près des falaises) et Brachypodium sylvaticum,... Un néophyte semble apparu depuis 1997: une espèce de Hieracium du sous-genre Pilosella.

Filago vulgaris, espèce devenue très rare en Wallonie, pousse à différents endroits dans le fond de la carrière (plusieurs centaines de pieds en 2007, observés avant la saison touristique); le devenir de cette station, qui existait déjà en 1996, est incertain dans ce site maintenant très fréquenté. A proximité (entre Chansin à l'est et Purnode à l'ouest), cette plante n'est connue qu'à deux autres endroits.

Carrière du Gîte rural "La Turbine"

La falaise longue et sinueuse présente des secteurs diversement orientés; les ligneux y sont en général assez dispersés: Betula pendula, Salix caprea, Acer pseudoplatanus, Fraxinus excelsior, Cornus sanguinea, Viburnum lantana, Clematis vitalba,... Cytisus scoparius, Rubus sp. et Calluna vulgaris (quelques touffes visibles à la partie supérieure) s'y développent par endroits. La végétation herbacée poussant sur les irrégularités et dans les fissures est composée notamment des fougères Asplenium ruta-muraria, A. trichomanes, Polypodium vulgare s.l. et Dryopteris filix-mas, de Hypericum perforatum, Sedum rupestre, Geranium robertianum, Vincetoxicum hirundinaria, Origanum vulgare, Teucrium scorodonia, Galium mollugo, Hieracium murorum, Leucanthemum vulgare, Solidago virgaurea, Mycelis muralis, Inula conyzae, ainsi que de la graminée Melica ciliata (abondante) et de Rumex scutatus qui poussent aussi sur les hauts murs et les éboulis.

Les ligneux sont relativement abondants en bordure de falaise et dans le fond, formant des zones arborées séparées par des aires ouvertes au sol souvent damé: e.a. Betula pendula, Salix caprea, Populus tremula, Quercus robur, Fraxinus excelsior, Acer pseudoplatanus, Pinus sylvestris, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Rosa canina, Salix purpurea subsp. lambertiana.

La strate herbacée, où se côtoient des espèces de pelouses sèches et des plantes d'ourlets mais aussi des pionnières des milieux anthropiques, montre un spectre spécifique diversifié, comme le montre la liste floristique suivante (non exhaustive): Ranunculus acris, R. bulbosus, Dianthus armeria, Minuartia hybrida, Arabis hirsuta, Sedum rupestre, S. album, Potentilla argentea, Sanguisorba minor, Trifolium hybridum, Epilobium lanceolatum, Euphorbia amygdaloides, E. cyparissias, E. exigua, Linum catharticum, Centaurium erythraea, Myosotis ramosissima, Echium vulgare, Origanum vulgare, Veronica officinalis, Euphrasia stricta, Stachys officinalis, Campanula persicifolia, les épervières Hieracium murorum, H. lachenalii, H. pilosella, H. bauhinii et H. sabaudum, Leucanthemum vulgare, Erigeron acer, Solidago virgaurea, Carlina vulgaris, Tanacetum vulgare, Leontodon saxatilis, Picris hieracioides, Eupatorium cannabinum, Luzula sylvatica, Carex muricata subsp. lamprocarpa, les poacées Poa compressa, Brachypodium sylvaticum, Festuca filiformis, Festuca du groupe de F. rubra, Deschampsia flexuosa, Vulpia myuros, Digitaria ischaemum, Melica ciliata, Aira caryophyllea (assez abondant localement), Arrhenatherum elatius,... Dans les endroits plus ombragés poussent en abondance Succisa pratensis. Les lichens sont très couvrants en différents points du site.

Il faut en outre signaler la présence de Filago vulgaris, espèce pionnière menacée d'extinction en Région wallonne qui forme quelques petites plages dans les zones ouvertes du fond, et de celle de Centaurea montana, espèce protégée déjà notée dans cette vallée, dont un unique pied a été observé en 2007 sur la rampe.

Comme pour la plupart des sites, la faune demeure mal connue et aucun recensement exhaustif n'a été effectué au sein de la carrière. Les données présentées ci-dessous ont donc un caractère très fragmentaire!

Oiseaux:

Le grand-duc d'Europe (Bubo bubo) est régulièrement contacté dans la carrière depuis au moins les années 1990. La nidification a notamment été constatée en 1996 et en 1998 (comm. C. Rousseau), et ensuite à plusieurs reprises. Il y a encore eu des observations en 2015 et l'on peut supposer que l'espèce s'y reproduit toujours.

Plusieurs autres espèces plus communes sont signalées, comme le rougequeue noir (Phoenicurus ochruros), nicheur en falaise, et le pic vert (Picus viridis).

Reptiles:

La carrière se trouve dans un secteur de la vallée du Bocq bien connu pour sa richesse en reptiles. On y recense au moins le lézard des muraille (Podarcis muralis), particulièrement abondant malgré la fréquentation humaine du site, et l'orvet (Anguis fragilis). D'autres espèces doivent s'y trouver, comme la couleuvre à collier (Natrix natrix) et la coronelle (Coronella austriaca).

Insectes

Pour cet énorme pan de la biodiversité, on ne dispose que de données fragmentaires, rassemblées principalement par A. Remacle en 1998 et 2007 (convention «Carrières»).

Quelques espèces d'Orthoptères sont signalées, la plus rare étant le criquet noir ébène (Omocestus rufipes), typique des pelouses et ourlets thermophiles. Le grillon des bois (Nemobius sylvestris) est également bien présent.

Les Lépidoptères rhopalocères, ou papillons de jour, comportent une vingtaine d'espèces: outre divers éléments banals, on peut mentionner le petit nacré (Issoria lathonia), une espèce vulnérable mais très mobile, le collier de corail (Plebeius agestis), l'argus vert (Callophrys rubi), l'hespérie de la mauve (Pyrgus malvae), le demi-deuil (Melanargia galathea) ou encore le grand mars changeant (Apatura iris).

Trois abeilles solitaires peu communes et thermophiles ont été observées sur lotier corniculé: il s'agit des Mégachilides Trachusa byssina, Anthidium punctatum et Anthidium oblongatum, les deux premières étant légalement protégées en Région wallonne.

Monument naturel

D'après l''étude Poty', l'ancien front de taille présente un intérêt géologique.

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Occupation du site avant exploitation: bois.
Ancien exploitant: Fivet.
Matériau(x) extrait(s): grès.
Référence DPA: Durnal n° 2 (partim).
Fiche ULg (1994): affleurement n° 166/45.
Référence de la fiche de la convention DGATLP - ULg (étude Poty): 'Carrière du Bas-Sties' ou carrière 9c de la carte 53/4.
Déroulement de l'exploitation: non documenté.
Réaffectation prévue (dans autorisation): ?
Réaffectation effective: zone de loisirs.

Biblio

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)

Date de la dernière modification de la fiche

2016-12-16