Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

987 - Oseraie et friche de Lanaye

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :RND de Lanaye
Communes :Visé
Cantonnements DNF :Liège
Surface :10.38 ha
Coordonnées :X Lambert : 242603 - Y Lambert : 163887
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

L'oseraie de Lanaye est un milieu neuf apparu dans les années 1980 au pied de la Montagne Saint-Pierre, suite au dépôt de vases provenant du dragage du canal Albert. On y a assisté à une colonisation spectaculaire de la flore et la formation d'un bois de saule (ou oseraie) à l'ombre duquel s'est developpée une extraordinaire population d'orchidées (Dactylorhiza spp.). Une partie du site est cependant resté plus ou moins ouvert et occupé par une friche très diversifiée sur le plan botanique. L'entomofaune y est également remarquable.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • E8 - Basse-Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Lanaye6.31 haVISELIEGE
Lixhe4.07 haVISELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège10.38 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Pas de classement, mais les thiers des Vignes, de Lanaye et de Nivelles voisins sont classés depuis le 12 octobre 1981.

Propriétaire(s)

Service public de Wallonie (DGO1)

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Oui

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Liège, Montagne Sainte-Walburge, 2, 4000 Liège (Tél. 04/224.58.74 - Fax : 04/224.58.77).
Commission Consultative de Gestion des Réserves Naturelles Domaniales de Liège.

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6009Oseraie de Lanaye10,38 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Cupido minimusNonNon
Limenitis camillaNonNon2012J.-L. Gathoye
Melanargia galatheaNonNon
Papilio machaonNonNon
Plebeius agestisNonNon
Spialia sertoriusNonNon
Thymelicus acteonNonOui
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria1991J. Petit
Proserpinus proserpina2005S. Krickx
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena vaga1995J. Petit
Colletes fodiens1995J. Petit
Colletes similis1988J. Petit
Epeolus variegatus1988J. Petit
Plantes - Plantes supérieures
Anacamptis pyramidalis
Astragalus glycyphyllos2013T. Henneresse
Butomus umbellatus
Cuscuta epithymum
Dactylorhiza fuchsii46 ex.2001Section Orchidées d'Europe
Dactylorhiza praetermissa31 ex.2001ASection Orchidées d'Europe
Epipactis atrorubens
Epipactis helleborine
Gymnadenia conopsea
Himantoglossum hircinum1 pied (bordure du site)2004E. Stassart et al.
Hippuris vulgaris
Listera ovata
Monotropa hypopitys
Neottia ovata2013T. Henneresse
Ononis repens
Ophrys apifera32 ex.2001Section Orchidées d'Europe
Orchis anthropophora16 ex. en 20012013T. Henneresse
Orchis militaris> 1500 pieds2013AT. Henneresse
Orchis xspuria> 50 pieds2015J.-L. Gathoye et al.
Orobanche minor
Platanthera chlorantha
Pyrola rotundifolia
Rhamnus cathartica
Rhinanthus alectorolophus2013T. Henneresse
Rosa rubiginosa

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 1

Commentaires sur la faune

L'intérêt entomologique du site est très grand. PETIT (1991) y a observé :

Des Hyménoptères Aculéates
- Andrena vaga, Andrena ventralis, Andrena polita. et des parasites spécifiques des Andrènes comme Nomada alboguttata, N. flavopicta, N. major, cette dernière strictement inféodée à Andrena polita;
- des Mégachilides et des Osmies;
- des Melittidae (Melitta tricincta);
- Colletes similis et son parasite Epeolus variegatus.

Des Hyménoptères Vespiformes.

Des Rhopalocènes (Thymelicus acteon, Spialia sertorius, Celastria argiolus, Polymmatus icarus, Aricia agestis, Cupido minimus, Papilio machaon, Melanargia galathea...

Des Hététocères (Zygaena filipendulae, Z. trifolii, Thyris fenestrella, Macroglossum stellatarum, Euplagia quadripunctaria, Nephopterix semirubella, Siona lineata...

L'araignée-frelon (Argiope bruennichi).
PUTS y a dénombré de nombreux Carabidés et Odonates (11 espèces en 1990).

Commentaires sur la flore

Espèces protégées : Dactylorhiza praetermissa subsp.integrata (var. integrata et var. maculosa), Dactylorhiza fuchsii (et sa var. alba), Dactylorhiza praetermissa subsp. integrata x fuchsii (D. x grandis), Orchis militaris, Aceras anthropophorum, Anacamptis pyramidalis, Epipactis helleborine, E. atrorubens, Platanthera chlorantha, Listera ovata, Orchiaceras spurium (Aceras anthropophorum x Orchis militaris), Rosa rubuginosa.
Espèces intéressantes : Pyrola rotundifolia, Monotropa hypopitys subsp. hypophegea, Orobanche minor, Cuscuta epithymum.

Espèces exotiques

Plantes: Alnus incana, Buddleja davidii, Butomus umbellatus, Erigeron annuus, Hippuris vulgaris, Myriophyllum aquaticum, Prunus serotina, Robinia pseudoacacia, Stratiotes alioides.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un site majeur pour les orchidées et l'entomofaune.

Menaces

Surfréquentation des bosquets (le site est très connu pour son intérêt orchidologique).

Recommandations

Fauchage de la friche herbeuse, élimination des ligneux.

Plan de gestion

Un plan de gestion existe. Il prévoit notamment une gestion par paturage. Des vaches galloway participent effectivement à l'entretien du site depuis quelques années.

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

le site de l'Oseraie se trouve au pied du Thier de Lanaye, sur la rive gauche de la Meuse, sur terrains remaniés. Il comporte des friches et des bois. Des mares y ont été creusées en 1988. Seule la plus grande est encore sous eau.

Au pied des Thier de Lanaye et de Nivelles ont été déposés des déblais de marne et de tuffeau, ce qui donne des sols calcarifères et plus ou moins filtrants ou rétentifs en eau selon les endroits.

Description biologique

PETIT et RAMAUT (1985) ont écrit au sujet de ce site récent: "L'événement le plus spectaculaire qui a marqué la Montagne-Saint-Pierre durant ces dernières années est sans conteste la colonisation d'un milieu neuf au pied du Thier de Lanaye. Le dépôt de vases de dragage du canal Albert sur une surface de quelques hectares a vu s'installer une formation boisée peu dense composée de diverses espèces de Salix (S. alba, S. caprea, S. viminalis) et de Betula pendula. Depuis cinq ou six ans (1980), on a pu y assister à une apparition réellement explosive de diverses orchidées représentées parfois par de très nombreux exemplaires : Dactylorhiza praetermissa subsp. integrata, Dactylorhiza fuchsii, Dactylorhiza praetermissa subsp. integrata x fuchsii. Ce sont ces deux Dactylorhiza et leur hybride qui dominent dans le site. En 1984, on pouvait évaluer l'importance de leurs peuplements à un bon millier d'exemplaires."

Quelques années après, COULON (1990) note que "Des populations hybrides de formule Dactylorhiza praetermissa x D. fuchsii, très rares dans le passé (puisque le premier hybride a été signalé par J. PETIT en 1981 et qu'en 1982, lors d'une excursion de la Société française d'Orchidophilie, trois ou quatre plantes avaient été observées), sont aujourd'hui absolument dominantes et représentées par des milliers de pieds. En conclusion, il semble que D. praetermissa subsp. integrata tende à disparaître, probablement absorbé par les hybrides. Il semble ici incapable de se maintenir en populations pures lorsqu'il est en contact avec d'autres Dactylorhiza. On se trouve donc devant une introgression avec absorption de l'un des parents, les hybrides, polymorphes, devenant de plus en plus nombreux."

D'autres orchidées existent dans le site: Orchis militaris, Orchis anthropophora, Anacamptis pyramidalis, Epipactis helleborine, E. atrorubens, Platanthera chlorantha, Listera ovata. Si les orchidées sont toujours bien présentes au fil des ans, leur abondance peut varier fortement. En 2014-2015, on a pu en outre observer plus d'une cinquantaine d'exemplaires d'Orchis xspuria, c'est-à-dire l'hybride (très rare!) entre Orchis militaris et Orchis anthropophora.

D'après des observations du 17 juillet 1996, on note dans la réserve:

- Au nord, un bois d'érables sycomores à flore nitrophile. Un relevé phytosociologique montre dans la strate arborée: Acer pseudoplatanus et son cultivar Purpureum (2.2), Fraxinus excelsior (2.2), Hedera helix; dans la strate arbustive: Acer pseudoplatanus (2.2), Fraxinus excelsior (1.1), Crataegus monogyna (2.2), Cornus sanguinea (2.2), Sorbus aucuparia (1.1), Corylus avellana (1.1), Rubus sp. (2.2); dans la strate herbacée: Urtica dioica (3.3), Galium aparine (1.2), Geum urbanum (1.2), Glechoma hederacea (1.2), Anthriscus sylvestris (1.1), Stachys sylvatica (+), Poa trivialis (+).

- Approximativement au centre de la réserve, des friches qui sont très riches floristiquement. Quelques ligneux y sont dispersés : Rhamnus cathartica, Fraxinus excelsior, Acer pseudoplatanus, Salix viminalis, S. caprea, Prunus serotina, Cornus sanguinea, Crataegus monogyna, Rosa rubiginosa, R. canina, Rubus sp. (localement abondant)... La flore herbacée est très variée; elle comprend, à côté de plantes de friches ou de plantes hygrophiles, de nombreuses espèces calcicoles: Rhinanthus alectorolophus, Lotus corniculatus, Silene latifolia subsp. alba, Ononis repens, Origanum vulgare, Centaurea thuilleri, Galium verum, Carex flacca, Medicago lupulina, Picris hieracioides, Inula conyzae, Agrimonia eupatoria, Echium vulgare, Daucus carota, Lathyrus sylvestris, Glechoma hederacea, Medicago sativa, Hypericum perforatum, Pulicaria dysenterica, Erigeron acer, Senecio erucifolius, Symphytum officinale, etc. On note ici et là des plages d'Arrhenatherum elatius ou de Calamagrostis epigeios.

- Des bosquets (qui constituent l'oseraie proprement dite) avec dans la strate arborée Betula pendula (3.3), Salix caprea (3.3), Alnus glutinosa (+), Salix alba, Salix viminalis, Robinia pseudoacacia (1.1); dans la strate arbustive: Crataegus monogyna (1.1), Quercus petraea (1.1), Cornus sanguinea (2.2), Corylus avellana (1.2), Sorbus aucuparia (1.1), Fraxinus excelsior (+), Viburnum opulus (+), Populus tremula (+), Euonymus europaeus (+), Rubus sp. (2.2) ; et dans la strate herbacée : Pyrola rotundifolia (3.3), Listera ovata (1.1), Epipactis helleborine (+), Orchidées div. sp. (2.2), Eupatorium cannabinum (1.1), Lathyrus sylvestris (1.1), Equisetum arvense (1.1), Lotus corniculatus (1.2), Erigeron annuus (1.2), Clinopodium vulgare (1.1), Fragaria vesca (1.2), Leontodon hispidus (1.1), Achillea millefolium (1.1), Anthyllis vulneraria, Astragalus glycyphyllos, Agrimonia eupatoria, Senecio jacobaea, S. erucifolius, Brachypodium sylvaticum, Galium verum, Picris hieracioides, Hieracium sabaudum, Tussilago farfara, Clematis vitalba, etc. A certains endroits Phragmites australis est envahissant. De très nombreux sentiers parcourent ce bosquet.

Trois mares furent creusées en 1988 au sud de la réserve. Seule la plus grande d'entre elles est encore sous eau. A côté d'espèces indigènes (Salix alba, Veronica beccabunga, Phragmites australis, Typha latifolia, Alisma plantago-aquatica, Lycopus europaeus, Juncus inflexus...), des plantes aquatiques ont été malencontreusement introduites (Hippuris vulgaris, Butomus umbellatus, Stratiotes alioides, Myriophyllum aquaticum, etc.). Ces mares abritaient en 1989, une quinzaine d'espèces de Dytiscidae dont deux espèces rares (Coelambus confluens, Potamonectes canaliculatus). Ce peuplement a diminué par la suite (DOPAGNE, 1989).

La friche héberge une faune entomologique remarquable, notamment sur le plan hyménoptérologique: plusieurs abeilles solitaires très rares y ont été observées plus ou moins récemment, dont Colletes fodiens, Colletes similis et son parasite Epeolus variegatus (PETIT, 1996).

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A compléter

Biblio

, 1990, Section "Orchidées d'Europe". Bilan des activités 1988-1989., Les Naturalistes belges, 71 : 69.
, 1989, Les Dytiscidae de trois mares nouvellement créées à la Montagne Saint-Pierre (Lanaye, province de Liège)., Bulletin et Annales de la Société royale belge d'Entomologie, 125 : 10-18.
, 1996, Chronique de la Montagne Saint-Pierre. 15. Colletes fodiens Geoffroy, 1785, abeille solitaire rare en Belgique et nouvelle pour le site (Hymenoptera Apoidea)., Revue verviétoise d'Histoire naturelle, 53/4 : 95-97.
, 1979, Chronique de la Montagne Saint-Pierre. I. Pyrola rotundifolia L. au Thier de Lanaye., Revue verviétoise d'Histoire naturelle, 36 : 26-29.
, 1980, Chronique de la Montagne Saint-Pierre. V. Dactylorhiza praetermissa (Druce) Soo à Lanaye., Revue verviétoise d'Histoire naturelle, 37 : 89-95.
, 1981, Chronique de la Montagne Saint-Pierre. VII. Un hybride de Dactylorhiza praetermissa x Dactylorhiza maculata meyeri à Lanaye., Revue verviétoise d'Histoire naturelle, 38 : 64-66.
, 1983, Chronique de la Montagne Saint-Pierre. XI. Une réapparition inattendue : Anacamptis pyramidalis à Lanaye., Revue verviétoise d'Histoire naturelle, 40 : 50-53.
, 1985, Montagne Saint-Pierre 1985. Un bilan des acquis floristiques et faunistiques récents., Les Naturalistes belges, 66: 129-161.
, 1991, Montagne Saint-Pierre. Intérêt entomologique de la zone tampon située au pied du Thier de Lanaye., Rapport non publié, 4 pp.
, 1996, Les introductions dans les pièces d'eau : un réel problème !, Adoxa, n° 10 : 16-18.
, 1996, Données sur la faune entomologique de la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre. Pompilidae (Hymenoptera, Aculeata)., Bulletin et Annales de la Société royale belge d'Entomologie, 132: 165-182.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1997) et Section Orchidées d'Europe (Coulon, F.)