Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

Mesures favorables aux reptiles

Presque toutes les espèces de reptiles indigènes sont en régression en Wallonie, notamment du fait qu'elles occupent des milieux marginaux (friches, landes sèches, bords de voies ferrées, lisières étagées, prés maigres de fauche, talus et milieux rocheux …) qui sont progressivement détruits ou altérés par des projets d'aménagement ou par une intensification de la gestion. Il convient d'apporter une attention particulière à la préservation et à la gestion de ces milieux.

Mesures générales

Stockem_Remacle DSCN9026

Des espèces aux besoins spécifiques

Le Département de la Nature et des Forêts a édité une brochure de sensibilisation relative à la PDF préservation des reptiles le long des voies ferrées. (PDF-6329 ko) En outre l'entretien de la végétation le long des voies ferrées devrait, afin d'assurer la préservation des espèces sensibles, notamment des reptiles, PDF respecter certains principes (PDF-1228 ko).

Photo : Annie Remacle

Photo centre WIllerzie

A prendre en compte dans les travaux et aménagements

Dans certains cas, des travaux indispensables entraînent malgré tout des détériorations des milieux de vie des reptiles. Dans ce cas, ces travaux doivent être couverts par une dérogation à la loi sur la conservation de la nature s'appuyant sur une évaluation des incidences réalisée selon une méthodologie adaptée.

Dans le cas où un risque d'impact est mis en évidence, l'auteur de projet doit veiller à prévoir des mesures d'atténuation et de compensation des dommages.

Lorsque le milieu de vie d'une population est totalement détruit, de façon temporaire ou définitive, les individus peuvent être déplacés en vue de leur sauvetage.

Pour l'hébergement de certains serpents, le Département de la Nature et des Forêts a financé la création d'un centre d'hébergement et de sauvetage des reptiles . Les individus y sont maintenus durant la durée des travaux ou le temps qu'un habitat de substitution soit prêt à les accueillir.

tas de bois

Des mesures possibles près de chez nous

Moyennant quelques aménagements, les jardins peuvent constituer un milieu de vie pour certaines espèces de reptiles.

Des terrains de superficie modeste peuvent déjà accueillir plusieurs espèces. La probabilité de voir les reptiles coloniser son jardin sera d'autant plus importante que l'ensoleillement est élevé et que le milieu environnant est bien préservé.

Le dépliant «  PDF L'accueil des reptiles au jardin (PDF-6001 ko)  » propose quelques conseils pour favoriser la présence de reptiles dans son jardin.

Des plans pour leur préservation…

Le Département de la Nature et des Forêts a confié à Natagora la préparation de plusieurs plans de préservation visant la sauvegarde des espèces de reptiles menacées.

Ils sont disponibles à travers les onglets "Vipère péliade", "Lézard des souches" et "Coronelle lisse".

La Vipère péliade

vipere_smits.jpg

La Vipère péliade , autrefois présente jusqu'au nord de Namur a connu une très forte régression et on ne la rencontre plus qu'au sud de Dinant, de part et d'autre de la pointe de Givet. Sa répartition est très réduite et fragmentée en raison de la disparition de ses milieux de vie (landes, friches…) et ses populations sont très réduites et isolées.

Le dépliant PDF « La Vipère péliade » (PDF-3191 ko) présente l'espèce, et les menaces qui pèsent sur sa survie.

Photo : Quentin Smits

Le PDF plan d'action pour la Vipère péliade en Wallonie (PDF-3205 ko) vise à moyen terme l'arrêt du déclin de l'espèce en Wallonie et la préservation des populations subsistantes et, à plus longue échéance, la restauration de populations viables dans toutes les zones de peuplements identifiées.

Ce plan d'action identifie les axes d'actions et mesures qui peuvent être menées pour atteindre ces objectifs :

  • Préserver et agrandir les sites les plus favorables occupés par l'espèce
  • Déplacer les populations irrémédiablement menacées
  • Amener les gestionnaires à appliquer des mesures de gestion compatibles avec le maintien à long terme des populations de Vipère péliade
  • Réduire l'impact négatif des sangliers sur les populations de Vipère péliade
  • Compléter et mettre à jour les connaissances sur les populations de l'espèce en Wallonie

Le Lézard des souches

lacerta_agili_krickx.jpg

Le Lézard des souches, se rencontre uniquement en Lorraine belge, principalement dans des anciennes carrières, des landes, des friches ou dans des espaces situés en bordure de voiries.  La dégradation ou la destruction de nombre de ces milieux, en majorité anthropiques, a entraîné une réduction significative des effectifs et du nombre de sites abritant ce lézard qui figure comme "en danger " sur la liste rouge des espèces menacées de Wallonie.

Photo : Sébastien Krickx

Le dépliant « PDF Le Lézard des souches -  un reptile à sauvegarder de toute urgence (PDF-3184 ko)» présente l'espèce et ses besoins ainsi que des mesures qui peuvent lui être favorable.

La brochure « PDF Propositions d'action pour la préservation du lézard des souches en Wallonie (PDF-4934 ko) »précise les besoins de l'espèce et identifie les mesures souhaitables pour en assurer la préservation en Wallonie.

Les objectifs pour le Lézard des souches en Wallonie sont l'atteinte d'un état de conservation favorable par le biais du maintien de son aire de répartition et la restauration d'un réseau de populations viables.

L'atteinte de ces objectifs implique une collaboration des différents acteurs, gestionnaires et propriétaires des terrains qu'il convient d'informer et de sensibiliser et suppose de travailler selon plusieurs axes d'actions :

  • La préservation durable des principaux sites connus

  • L'amélioration de l'état de conservation de ces sites via la restauration d'habitats et la mise en œuvre progressive de mesures de gestion récurrente

  • L'élargissement du réseau de sites potentiels et l'extension des sites occupés par la recréation de zones favorables

  • La réduction de l'impact des prédateurs et d'espèces perturbatrices

  • La sensibilisation des gestionnaires et des utilisateurs de sites

  • La complétion et la mise à jour de la connaissance de la répartition de l'espèce

La Coronelle lisse

coronelle_LWibail.jpgLa Coronelle lisse est un serpent inoffensif inféodé aux milieux chauds et secs, situés au sud du sillon Sambre-et-Meuse. Cette espèce a subi ces dernières décennies une régression importante en Wallonie qui se marque par la diminution de son aire de répartition en Ardenne et par un recul de ses effectifs dans toutes les régions.

Photo : Lionel Wibail 

Le document « PDF Propositions d'action pour la Coronelle lisse en Wallonie (PDF-34584 ko) » présente l'espèce, les principaux milieux qu'elle occupe et les menaces qui pèsent sur ceux-ci et propose des mesures favorables pouvant être mises en œuvre dans chacun de ces milieux.

Il s'adresse entre autres aux agents du Département de la Nature et des Forêts dont l'une des missions est d'assurer la préservation des espèces menacées, notamment par une sensibilisation des gestionnaires des milieux.

Les principales actions favorables à l'espèce visent à :

  • Prendre en compte l'espèce lors de tous les travaux menés sur le domaine ferroviaire

  • Prenre en compte de l'espèce lors des phases de réaménagements des carrières

  • Octroyer un statut de RND ou de RNA aux principaux sites non encore protégés et en assurer la gestion

  • Augmenter le nombre d'abris propices aux reptiles dans les principales RND occupées et singulièrement sur les pelouses sèches