Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Loup (Canis lupus)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Loup
Anglais : Wolf
Allemand : Wolf
Groupe biologique :Animaux / Vertébrés / Mammifères / Carnivores

Intro

Synthèse

Anciennement, le loup était un prédateur naturel de nos régions. Voici plus d'un siècle, suite à une persécution acharnée, il a disparu de notre pays. Aujourd'hui, des populations subsistent surtout en Europe du sud et de l'Est, et son retour dans nos contrées est possible.

Description morphologique

Chez le loup européen, la couleur du pelage varie du gris au roux. Le loup français a un pelage à dominance beige-gris. Le dos peut aussi avoir des nuances plus foncées par rapport à la partie inférieure du corps (notamment en hiver). Le pelage d'hiver est nettement plus épais que celui d'été.

Suivant les populations, le loup présent en France et dans les pays de l'est peut présenter une morphologie relativement variable, le mâle étant globalement plus grand que la femelle. Son poids s'échelonne de 20 à 40 kg pour le mâle contre 20 à 30 kg pour la femelle. La hauteur au garrot est de 60 à 80 cm. De même, la dimension tête-corps peut atteindre de 110 à 150 cm. Le loup ressemble globalement à un chien de type «berger allemand» mais avec une mâchoire plus puissante, une tête plus large et un cou puissant. De plus, l'œil est jaune et oblique par rapport à l'axe du crâne et les oreilles sont plutôt courtes, arrondies et écartées. Sa queue, noire à l'extrémité, est relativement courte. Elle mesure 40 à 50 cm.

La lignée italo-alpine est constituée d'individus de taille moyenne (25 à 35 kg). Leur pelage dorsal est uniformément gris et ne comprend pas de zone claire au niveau des épaules. Les pattes antérieures présentent des lignes foncées.

Les loups de la lignée germano-polonaise sont un peu plus grands (30 à 45 kg). Ils portent régulièrement une large zone plus claire au niveau des épaules et les lignes foncées de leurs membres antérieurs sont parfois absentes.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • LCN 1973 : Annexe 2a

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2a du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est intégralement protégée (espèce strictement protégées en vertu de l'annexe IVa de la Directive 92/43/CEE et de l'annexe II de la Convention de Berne). Cette protection implique l'interdiction :

    • 1° de capturer et de mettre à mort intentionnellement de spécimens de ces espèces dans la nature ;
    • 2° de perturber intentionnellement ces espèces, notamment durant la période de reproduction, de dépendance, d'hibernation et de migration ;
    • 3° de détruire ou de ramasser intentionnellement dans la nature ou de détenir des oeufs de ces espèces ;
    • 4° de détériorer ou de détruire les sites de reproduction, les aires de repos ou tout habitat naturel où vivent ces espèces à un des stades de leur cycle biologique ;
    • 5° de naturaliser, de collectionner ou de vendre les spécimens qui seraient trouvés blessés, malades ou morts ;
    • 6° de détenir, transporter, échanger, vendre ou acheter, offrir aux fins de vente ou d'échange, céder à titre gratuit les spécimens de ces espèces prélevés dans la nature, y compris les animaux naturalisés, à l'exception de ceux qui auraient été prélevés légalement avant la date d'entrée en vigueur de la présente disposition ainsi qu'à l'exception de celles de ces opérations qui sont constitutives d'une importation, d'une exportation ou d'un transit d'espèces animales non indigènes et de leurs dépouilles ;
    • 7° d'exposer dans des lieux publics les spécimens.

    Les interdictions visées aux points 1°, 2°, 5°, 6° et 7° de l'alinéa précédent s'appliquent à tous les stades de la vie des espèces animales visées par le présent article, y compris les oeufs, nids ou parties de ceux-ci ou des spécimens.

    Les Articles 5 et 5bis définissent les modalités de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales. Voir l'AGW du 20 novembre 2003 relatif à l'octroi de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales (M.B. 20.01.2004).

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Berne - Annexe 2

    Convention de Berne , annexe 2 : Sont notamment interdits : a) toute forme de capture intentionnelle, de détention et de mise à mort intentionnelle; b) la détérioration ou la destruction intentionnelles des sites de reproduction ou des aires de repos; c) la perturbation intentionnelle de la faune sauvage, notamment durant la période de reproduction, de dépendance et d'hibernation, pour autant que la perturbation ait un effet significatif eu égard aux objectifs de la présente Convention; d) la destruction ou le ramassage intentionnels des oeufs dans nature ou leur détention, même vides; e) la détention et le commerce interne de ces animaux, vivants ou morts, y compris des animaux naturalisés, et de toute partie ou de tout produit, facilement identifiables, obtenus à partir de l'animal, lorsque cette mesure contribue à l'efficacité des dispositions de cet article.

Directives européennes

  • CE/92/43 - Annexe 4

    Directive Faune-Flore-Habitat, annexe 4 : espèce strictement protégée, la capture et la mise à mort intentionnelle est interdite tout comme la perturbation des phases critiques du cycle vital et la destruction de leurs aires de repos et de leurs sites de reproduction.

  • CE/92/43 - Annexe 5

    Directive Faune-Flore-Habitat, annexe 5 : espèce d'intérêt communautaire dont le prélevement dans la nature et l'exploitation sont susceptibles de faire l'objet de mesures de gestion.

  • CE/92/43 - Annexe 2 prioritaire

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Statut de présence :Ex : éteint
Indigenat :Or : indigène
Distribution en Europe :

Originellement, le loup était le mammifère présentant la plus grande aire de distribution de l'hémisphère nord. Il a disparu de la plupart des pays d'Europe de l'Ouest suite à une persécution motivée par les déprédations aux élevages et la peur d'attaques contre les humains. Des noyaux de population ont subsisté surtout dans les zones les plus sauvages et reculées, là où la compétition avec l'homme était particulièrement limitée et où les ressources alimentaires étaient suffisantes.

Depuis sa protection par les Directives européennes, l'espèce s'est étendue à partir ces noyaux relictuels et est inexorablement en train de se réapproprier une partie de ses anciens territoires. Actuellement, en Europe occidentale, le loup se reproduit en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne, au Portugal, en Suisse et en Autriche. Des individus isolés ont été observés au Danemark et aux Pays-Bas. Il est également présent dans les trois pays scandinaves et dans toute l'Europe orientale.

En 2016, la population française est estimée à 400 individus. La population allemande serait équivalente. Le taux d'accroissement est de l'ordre de 16% (source ONCFS).

carte_distrib_france

Sources : Boitani (1995) ; Mech, L.D. & Boitani, L. 2008 (In: IUCN 2010), http://www.lcie.org/Large-carnivores/Wolf

Distribution en Belgique :

L'espèce est étéinte en Belgique.

Distribution en Wallonie :

Le loup a disparu de Wallonie voici un peu plus d'un siècle. Pourtant, en 2016, des indices de sa présence se sont multipliés, sans toutefois permettre d'établir de manière certaine sa présence. Un réseau d'experts a dès lors été mis en place en 2017 afin de reccueillir et d'analyser de manière rigoureuse et standardisée toutes les informations relatives à cette espèce. En effet, la Wallonie est actuellement située au carrefour entre deux voies de dispersion provenant des populations française (de souche italo-alpine) et allemande (de souche polonaise).

Ecologie

Ecologie :

Le loup peut occuper des habitats relativement variés si la disponibilité en nourriture est assurée : plaines, montagnes, forêts, zones périurbaines, grandes cultures, ... La densité de population observée dépend avant tout de la quantité de proies disponibles tout au long de l'année sur le territoire concerné. Le loup est très opportuniste et ses proies comprennent majoritairement des ongulés sauvages (cerfs, chevreuils, chamois, sangliers, mouflons), ainsi que parfois des animaux issus d'élevage (essentiellement ovin).

Une certaine quiétude est indispensable, notamment en période de reproduction et d'élevage des jeunes en tanière. Ceux-ci, au nombre de 5 en moyenne, sont mis au monde dans un abri naturel. Ils sont capables de chasser avec les adultes dès l'automne suivant leur naissance. Environ 50% d'entre eux survivront. Le couple dominant, appelé couple alpha, est le seul à se reproduire. L'accouplement a lieu en février-mars, les naissances en avril-mai.

Le loup est un animal social vivant en meute. Celle-ci est composée de 2 à 5 individus (maximum 10) et occupe un territoire assez vaste (150 à 350 km² en Europe occidentale). Cette meute est composée du couple alfa et des jeunes. Lorsque des individus dominés sont chassés par le couple alpha, de nouveaux territoires peuvent être conquis. Cette dispersion se produit essentiellement au printemps et en automne et peut s'étendre très loin du territoire d'origine de manière aléatoire (distribution en taches d'huile). Un loup adulte peut en effet parcourir environ 30 km en une seule nuit.

Sources : Mech, L.D. & Boitani, L. 2008. In: IUCN 2010, publications de l'ONCFS.

Statut

Tendance

Tendance :RE : éteinte régionalement
Commentaires :

Un "réseau loup" a été mis en place en 2017 afin de recueillir des indices de présence du loup en Wallonie. Son retour est jugé très probable même si actuellement aucune preuve formelle (ADN, photo de qualité) n'a permis de le confirmer sur notre territoire. Plusieurs observations sont prises très au sérieux et seront peut-être confirmées dans un avenir proche.

Liste Rouge

Espèce menacée :Oui
Statut :RE : éteinte régionalement

Espèce invasive

Liste :NE

Biblio

Divers