Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Gomphe vulgaire (Gomphus vulgatissimus)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Gomphe vulgaire
Anglais : Club-tailed dragonfly
Allemand : Gemeine Keiljungfer
Néerlandais : Beekrombout
Groupe biologique :Animaux / Invertébrés / Insectes / Libellules / Anisoptères

Intro

Synthèse

Cette libellule jaune et noir, de taille moyenne, ressemble fortement à Gomphus pulchellus (Gomphe gentil). Les principales caractéristiques du Gomphe vulgaire sont l'absence de ligne jaune sur les deux derniers segments de l'abdomen, la forme élargie en massue de ce dernier et les pattes entièrement noires. Présent de l'ouest et du nord de l'Europe à l'Oural, ce Gomphe est rare dans notre pays. Il affectionne les cours d'eau avec des berges naturelles et des plages de galets dont les rives sont recouvertes d'arbres et buissons. Espèce hâtive, on la rencontre en vol essentiellement de la mi-mai au début juillet. Son statut est évalué comme en danger.

Description morphologique

Les Gomphes sont des Anisoptères de taille moyenne, jaunes et noirs, dont la caractéristique principale est d'avoir les yeux séparés (alors qu'ils se touchent chez les autres genres).
Gomphus vulgatissimus est trapu et a les pattes entièrement noires. Le bout de son abdomen est enflé (segments 8 et 9) est possède des taches jaunes sur les côtés uniquement (pas de ligne dorsale jaune).

Le mâle a des appendices anaux divergents (en "V"), tandis que ceux de la femelle sont parallèles et plus courts.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • LCN 1973 : Annexe 2b

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2b du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est intégralement protégée (espèces menacées en Wallonie). Cette protection implique l'interdiction :

    • 1° de capturer et de mettre à mort intentionnellement de spécimens de ces espèces dans la nature ;
    • 2° de perturber intentionnellement ces espèces, notamment durant la période de reproduction, de dépendance, d'hibernation et de migration ;
    • 3° de détruire ou de ramasser intentionnellement dans la nature ou de détenir des oeufs de ces espèces ;
    • 4° de détériorer ou de détruire les sites de reproduction, les aires de repos ou tout habitat naturel où vivent ces espèces à un des stades de leur cycle biologique ;
    • 5° de naturaliser, de collectionner ou de vendre les spécimens qui seraient trouvés blessés, malades ou morts ;
    • 6° de détenir, transporter, échanger, vendre ou acheter, offrir aux fins de vente ou d'échange, céder à titre gratuit les spécimens de ces espèces prélevés dans la nature, y compris les animaux naturalisés, à l'exception de ceux qui auraient été prélevés légalement avant la date d'entrée en vigueur de la présente disposition ainsi qu'à l'exception de celles de ces opérations qui sont constitutives d'une importation, d'une exportation ou d'un transit d'espèces animales non indigènes et de leurs dépouilles ;
    • 7° d'exposer dans des lieux publics les spécimens.

    Les interdictions visées aux points 1°, 2°, 5°, 6° et 7° de l'alinéa précédent s'appliquent à tous les stades de la vie des espèces animales visées par le présent article, y compris les oeufs, nids ou parties de ceux-ci ou des spécimens.
    Voir aussi les modalités de déclaration de la capture accidentelle ou de la mise à mort accidentelle de spécimens d'une des espèces strictement protégées (Article 2 quater) et les modalités de déplacement à brève distance d'espèces, nids ou oeufs menacés d'un danger vital immédiat ou vers un centre de revalidation (Article 2 sexies).

    Les Articles 5 et 5bis définissent les modalités de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales. Voir l'AGW du 20 novembre 2003 relatif à l'octroi de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales (M.B. 20.01.2004).

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Aucune réglementation

Directives européennes

  • Aucune réglementation

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Statut de présence :Re : reproduction

Sources :Goffart et al. 2006

Indigenat :Or : indigène

Sources :Goffart et al. 2006

Type de distribution :Li : limitée

Sources :Goffart et al. 2006

Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

Gomphus vulgatissimus est lié aux eaux courantes. Dans la plupart des cas, on le trouve sur les ruisseaux et le cours moyen des rivières dont les rives sont, en grande partie, couvertes d'arbres et de buissons. En Campine, il se rencontre surtout sur les portions élargies des ruisseaux, des fossés, ainsi que des biefs de débordement dans les zones de sources de la Petite Nète ; il s'agit le plus souvent de voies d'eau créées de longue date et qui présentent souvent des berges naturelles et une bonne qualité de l'eau. Le long de la Meuse frontalière, l'espèce se rencontre dans les endroits où existent des plages de galets et des dépôts d'arbres ou de broussailles. Les larves vivent enfouies dans les sédiments sablonneux ou limoneux des portions les plus calmes des cours d'eau. Les larves de cette espèce peuvent vraisemblablement se disperser passivement («dérive larvaire»), en étant emportées, lors de forts débits d'eau, sur de très grandes distances (jusqu'à plusieurs dizaines de kilomètres), leur donnant l'occasion d'éventuellement coloniser de nouveaux sites adéquats.

Geert De Knijf in Goffart et al. 2006

Statut

Tendance

Informations en cours de validation

Liste Rouge

Espèce menacée :Oui
Statut :EN : en danger
Sources :Goffart & al., 2006

Espèce invasive

Informations en cours de validation

Divers

Auteurs

Grégory Motte