Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Cuivré fuligineux (Lycaena tityrus)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Cuivré fuligineux, Argus myope
Latin : Heodes tityrus
Néerlandais : Bruine vuurvlinder
Anglais : Sooty Copper
Allemand : Brauner Feuerfalter
Groupe biologique :Animaux / Invertébrés / Insectes / Papillons diurnes / Lycaenidés

Intro

Synthèse

Cette espèce des milieux ouverts maigres se développe sur différents Rumex. Elle est assez rare mais stable en Wallonie.

Description morphologique

Le dessus du mâle est sombre bordé de lunules oranges plus ou moins marquées selon les individus. Des taches noires ponctuent ce fond sombre. La femelle est brune et possède un large espace fauve ponctué de noir sur l'aile antérieure et des lunules oranges coiffées de noir sur l'aile postérieure. Le dessous est gris-jaune pâle ponctué de noir et bordé de taches oranges bordées de part et d'autre de taches noires.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • Aucune réglementation

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Aucune réglementation

Directives européennes

  • Aucune réglementation

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Wallonie, Bruxelles, Flandre

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Statut de présence :Re : reproduction

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Indigenat :Or : indigène

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Type de distribution :Di : dispersée

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Distribution en Europe :

Surtout Europe centrale et méridionale.

Distribution en Wallonie :

Lycaena tityrus est surtout représenté en Fagne-Famenne-Calestienne, en Ardenne, en Lorraine et s'observe ponctuellement dans les grandes vallées traversant le Condroz (Meuse, Ourthe, Vesdre).

Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

L'espèce fréquente les prairies maigres et lisières fleuries, pelouses calcaires et calaminaires, prairies humides, éboulis. Ses plantes-hôtes sont Rumex acetosella, Rumex acetosa (ponte observée en Wallonie), Rumex scutatus, Rumex obtusifolius, Rumex hydrolapathum. Les oeufs sont isolés à la base du pétiole ou sur le limbe des feuilles.

Elle vole en deux générations, surtout de mai à septembre, avec un pic durant les deux dernières décades de mai et un autre de fin juillet à mi-août. Elle hiverne au dernier stade chenille.

Statut

Tendance

Tendance :ST : stabilité
Commentaires :

Stable à l'échelle wallonne, son évolution varie selon les régions. En effet, l'espèce apparaît stable en Condroz, en extension nette en Fagne-Famenne-Calestienne, en extension moins marquée en Ardenne, et en régression en Lorraine.

Son aire de répartition a régressé ces dernières décennies, suite à la perte de populations dans le Condroz, en Brabant wallon, en Haute-Ardenne... Les données antérieures à 1950 montrent également sa présence dans plusieurs secteurs du nord du sillon sambro-mosan. L'espèce a fait sa réapparition dans le Brabant flamand en 2004, où elle se maintient localement. Thermophile, elle pourrait être favorisée par le réchauffement climatique.

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Liste Rouge

Espèce menacée :Non
Statut :LC : non menacée
Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Espèce invasive

Liste :non

Stratégie de conservation

Stratégie de conservation :

L'espèce est très sensible à la concentration en azote dans les plantes-hôtes, dont l'augmentation a un effet négatif sur la survie des chenilles et des chrysalides ainsi que sur la taille des adultes.

Biblio

Divers

Auteurs

Violaine Fichefet

Date de mise à jour / relecture de la fiche

17/08/2010

Date de la dernière modification de la fiche

01/01/2010