Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Muscardin (Muscardinus avellanarius)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Muscardin, Croque-noisettes
Anglais : Hazel dormouse
Néerlandais : Hazelmuis
Allemand : Haselmaus
Groupe biologique :Animaux / Vertébrés / Mammifères / Rongeurs

Intro

Synthèse

Le muscardin fait partie de la famille des Gliridés. De petite taille (6 à 9 cm), il présente une couleur roux doré, plus claire sur le ventre et le menton, des oreilles arrondies peu poilues et de gros yeux noirs caractéristiques de cette famille. Sa queue équivaut à la taille de son corps. Elle est touffue sur toute sa longueur. Agile, il grimpe très bien aux arbres grâce à ses coussinets plantaires bien développés.

Le muscardin hiberne d'octobre-novembre à avril dans un nid situé entre 1 et 5 mètres de haut, blotti dans un terrier, une souche, une fente d'écorce, un buisson, un nichoir ou un arbre creux. On enregistre une à deux portées annuelles de deux à sept petits qui naissent surtout fin juin, début juillet et début août. S'il n'est pas victime d'un de ses prédateurs (chouettes hulotte, effraie ou de Tengmalm, belette, martre), le muscardin peut espérer vivre environ 4 ans.

Le muscardin est un animal typique des forêts feuillues mais apprécie particulièrement les lisières forestières bien denses et les secteurs boisés comportant au moins deux strates arborées ainsi qu'une végétation abondante au sol. Il se rencontre parfois dans les massifs de ronce ou de framboisier à hauteur d'homme, ou encore dans les roselières, des parcs, des plantations basses ainsi que le long des rivières, dans des aulnes. Source: Schockert & al. (2007)

Description morphologique

Dos et flancs roux orangé, ventre plus clair mais de même couleur, menton et gorge blancs, queue longue "en brosse à nettoyer les bouteilles"; poids de 15 à 40 grammes. Libois (1977).

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • LCN 1973 : Annexe 2a

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2a du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est intégralement protégée (espèce strictement protégées en vertu de l'annexe IVa de la Directive 92/43/CEE et de l'annexe II de la Convention de Berne). Cette protection implique l'interdiction :

    • 1° de capturer et de mettre à mort intentionnellement de spécimens de ces espèces dans la nature ;
    • 2° de perturber intentionnellement ces espèces, notamment durant la période de reproduction, de dépendance, d'hibernation et de migration ;
    • 3° de détruire ou de ramasser intentionnellement dans la nature ou de détenir des oeufs de ces espèces ;
    • 4° de détériorer ou de détruire les sites de reproduction, les aires de repos ou tout habitat naturel où vivent ces espèces à un des stades de leur cycle biologique ;
    • 5° de naturaliser, de collectionner ou de vendre les spécimens qui seraient trouvés blessés, malades ou morts ;
    • 6° de détenir, transporter, échanger, vendre ou acheter, offrir aux fins de vente ou d'échange, céder à titre gratuit les spécimens de ces espèces prélevés dans la nature, y compris les animaux naturalisés, à l'exception de ceux qui auraient été prélevés légalement avant la date d'entrée en vigueur de la présente disposition ainsi qu'à l'exception de celles de ces opérations qui sont constitutives d'une importation, d'une exportation ou d'un transit d'espèces animales non indigènes et de leurs dépouilles ;
    • 7° d'exposer dans des lieux publics les spécimens.

    Les interdictions visées aux points 1°, 2°, 5°, 6° et 7° de l'alinéa précédent s'appliquent à tous les stades de la vie des espèces animales visées par le présent article, y compris les oeufs, nids ou parties de ceux-ci ou des spécimens.

    Les Articles 5 et 5bis définissent les modalités de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales. Voir l'AGW du 20 novembre 2003 relatif à l'octroi de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales (M.B. 20.01.2004).

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Berne - Annexe 3

    Convention de Berne, annexe 3 : Toute exploitation de la faune sauvage énumérée à l'annexe III est réglementée de manière à maintenir l'existence de ces populations hors de danger. Ces mesures comprennent notamment: a) l'institution de périodes de fermeture et/ou d'autres mesures réglementaires d'exploitation; b) l'interdiction temporaire ou locale de l'exploitation, s'il y a lieu, afin de permettre aux populations existantes de retrouver un niveau satisfaisant; c) la réglementation, s'il y a lieu, de la vente, de la détention, du transport ou de l'offre aux fins de vente des animaux sauvages, vivants ou morts.

Directives européennes

  • CE/92/43 - Annexe 4

    Directive Faune-Flore-Habitat, annexe 4 : espèce strictement protégée, la capture et la mise à mort intentionnelle est interdite tout comme la perturbation des phases critiques du cycle vital et la destruction de leurs aires de repos et de leurs sites de reproduction.

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Flandre, Wallonie

Sources :Schockert & al. (2007);

Statut de présence :Re : reproduction

Sources :Schockert & al. (2007)

Indigenat :Or : indigène

Sources :Libois (1977)

Type de distribution :Li : limitée

Sources :Schockert & al. (2007)

Distribution en Europe :

Le muscardin occupe presque toute l'Europe à l'exception de la Péninsule ibérique et du sud-ouest de la France, du nord de la Belgique et des Pays-Bas ainsi que de la plus grande partie du nord de l'Allemagne et de la Pologne. Il n'est pas en Irlande ni dans la partie septentrionale de l'Angleterre, ni en Ecosse. En Suède, il occupe seulement le sud. Il semble localisé dans les Balkans ainsi qu'en Estonie. Il occupe aussi la Biélorussie, la moitié occidentale de l'Ukraine et une portion de la Russie, au sud de Moscou et s'étendant pratiquement jusqu'à Saratov et Samara. Deux populations isolées se trouvent en Turquie, l'une à l'est de Trébizonde jusqu'à la frontière géorgienne et l'autre au nord-ouest, de la région de Pergame à celle du Bosphore. (Libois 2006)

Distribution en Belgique :

En-dehors de l'aire où il est connu en Wallonie (cfr infra), le muscardin n'est plus présent que de façon très fragmentaire. Il était renseigné dans le Hainaut, dans la région de Hasselt, de Tongeren ainsi que dans la région des trois frontières (Fourons et Plombières). Dans le Brabant flamand, l'espèce a été recherchée dans les localités historiques à la faveur d'enquêtes menées depuis 2005 sans avoir pu être détectée.

Distribution en Wallonie :

L'espèce semble pratiquement limitée au Sud du sillon Sambre-et-Meuse. Quelques observations ont toutefois été réalisées au nord de cette zone, notamment dans le Hainaut (Forêt de Bon-Secours, Bois de Baudour) où l'espèce n'a plus été détectée. Le caractère discret et méconnu de ce petit mammifère explique ce faible taux de retour d'observations. Entre 2001 et 2006, seules 25 localisations ont pu être réalisées. Depuis 2007, des efforts de prospection ont été menés par la pose de nichoirs. De même, l'encodage en ligne de données naturalistes permet de compléter sa distribution actuelle. Quelque 300 données ont été collectées depuis 2007. Elles semblent montrer que l'espèce est encore présente sur l'ensemble de son aire historique mais davantage représentée au sud-est de l'Entre-Sambre-et-Meuse. Cette actualisation permet de mieux appréhender sa distribution mais n'augure pas de son évolution qui semble liée au devenir des habitats favorables (voir écologie).

Ecologie

Ecologie :

Le muscardin est un animal typique des forêts feuillues mais apprécie particulièrement les lisières forestières bien denses et les secteurs boisés comportant au moins deux strates arborées ainsi qu'une végétation abondante au sol. Il se rencontre parfois dans les massifs de ronce ou de framboisier à hauteur d'homme, ou encore dans les roselières, des parcs, des plantations basses ainsi que le long des rivières, dans des aulnes. Source: Schockert & al. (2007)

Statut

Tendance

Tendance :ST : stabilité
Méthode d'estimation :

Les données ne sont pas fréquentes car l'animal est discret. Le muscardin est arboricole, nocturne et fuit l'homme. Aussi, les contacts sont fortuits. Le suivi se fait par pose et visite de gîtes à muscardin, par recherches de noisettes rongées ou par relevé de nids en période hivernale.

Commentaires :

Cette espèce est vraisemblablement sous-détectée. L'intensité des prospections permet d'avoir une vue plus fidèle de la situation. On relève toutefois une absence de contacts dans certaines régions où l'espèce était autrefois présente. Ceci peut être le reflet d'une perte d'habitats favorables.

Liste Rouge

Espèce menacée :Non
Statut :LC : non menacée
Sources :Libois, R., 1997. Fiches signalétiques SIBW.

Espèce invasive

Liste :NE

Protection

Protection partielle :5 %
Sans protection :95 %
Sources :Libois, R., 1997. Fiches signalétiques SIBW.

Divers

Date de mise à jour / relecture de la fiche

18/09/2012